Partagez | .
 

 about a girl (ft calypso)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar

Age : 35 ans
Métier : Officier de police au CPD
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago, IL
Feat. : Max Riemelt
Copyright : ©balaclava (av), ©alas (sign)
Je suis aussi : Ciaran
Date d'inscription : 19/05/2017
Messages : 269

Message Sujet: Re: about a girl (ft calypso) Mer 13 Sep - 21:58


ABOUT A GIRL
« J’aime les euphémismes. », me défendis-je, toujours aussi faux et le sourire tenace. En réalité cette femme avait été la pire rencontre de ma semaine, altercations via le boulot incluses. Nous marchons un peu sans vraiment être décidé, et c’est là que je remarquais la démarche approximative de Calypso. Comment la louper ? Elle tenait si peu l’alcool ? À moins qu’elle n’ait rien mangé avant leur soirée ? Tout aussi plausible. La mésaventure avec sa voiture était plutôt bien tombée j’imagine, même si je ne le lui avouerai pas expressément. C’était un coup à finir comme Amy, la tête dans un pare-brise. Je me surprends à imaginer la scène et raffermir mon sourire. L’alcool ne me va pas, mais au moins je donne l’illusion d’être quelqu’un de lambda. Encore heureux que ma langue ne se délie pas.

Elle manque de se viander, aussi proposais-je mon bras un peu au hasard, chose qu’elle sembla accepter après l’avoir enfin remarqué. La réflexion avait été difficile apparemment, mais la réponse semblait me convenir. Mon regard s’oriente vers ses prunelles qui trônaient un peu plus haut que l’épaule sur laquelle elle se reposait. Je fronce un peu les sourcils sous la première remarque. « Si j’étais pas capable de conduire, je t’aurais rien proposé. » pas la peine de rejouer un scénario catastrophe, on en avait assez pour une bonne semaine avec les derniers événements. Au moins. J’arque un sourcil à la question (ou plutôt la supposition) qui suit. « Bah ouais. J’ai même les vitres teintées. » glissai-je, marchant sur le terrain qu’elle voulait me voir fouler. (Non seulement je n’ai pas de Mercedes, mais mes vitres ne sont pas teintées.) Je prends quand même la bonne initiative de regarder où je marche, et me reprends au dernier moment avant de marcher dans un déchet. Sa main descend jusqu’à mon poignet. Je lui ouvre les doigts et laisse nos paumes se rencontrer dans un geste qui se veut naturel. Un geste que je ne réfléchis pas.

De toute façon, nous étions arrivés au bout de la rue. J’hésite quelques instants, ne me rappelant plus exactement sur quelle parallèle j’avais parqué mon véhicule. « Et maintenant mademoiselle O’Brien, nous tournons à… je suis encore pris dans mes réflexions pour deux petites secondes avant de lui dire, gauche. » et la fais enfin bifurquer dans la direction dite, la laissant à ses petits paris. Je vois approximativement ce qu’elle essaie de faire. Sa façon d’agir, de me regarder, de sourire. J’ai vu ça trop de fois pour ne pas m’en rendre compte… mais allais-je nécessairement aller dans son sens ? Je ne réponds pas à sa question, qui me paraît inutile. Depuis le temps, elle devait bien savoir que je ne proposais rien sans en être sûr. Dans le pire des cas, je l’orientais vers une seule alternative et l’affaire était close. Nul besoin de tergiverser quand un ultimatum était posé.

Enfin, je finis par arriver près du carrosse en question, qui… n’était pas une Mercedes, mais bien une Audi. Le cliché était presque aussi cinglant que celui qu’elle m’avait énoncé un peu plus tôt. « Aucun commentaire… » la prévins-je en déverrouillant les cinq portes de la RS3 rouge. (À force de rien bouffer, le salaire était parti dans d’autres choses.) Bien sûr, ça ne l’empêcha pas de faire une remarque. Je lui ouvris la portière - c’était une façon de m’assurer qu’elle n’allait pas se vautrer sur le trottoir - et la laissai s’installer. J’en fis le tour et pris place en conducteur, expirant avec force une fois assis. Je prends quelques instants à profiter du confort du siège, l’arrière du crâne contre sa tête en cuir. Puis me motivai à attacher ma ceinture et à mettre le contact. Aussitôt, une chanson de ma médiathèque intégrée crie ses notes. J’en oubliai de baisser le volume, (seul je ne le faisais pas), laissant le soin à Caly de le faire si elle en avait envie. Nous étions partis.

code by bat'phanie


I hope I can sleep straight through madness
but I can't even tell when I'm sleeping anymore

…d'odieux mensonges sont prononcés en #8A7799
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t922-youri-sojka http://solemnhour.forumactif.org/t925-carnet-d-adresses-de-youri-sojka-may-god-have-mercy-upon-my-enemies-cause-i-won-t
avatar

Age : 35 ans.
Métier : Prophète. Professeur de Lettres Classiques.
Situation : Célibataire.
Localisation : Chicago.
Feat. : Jessica Stroup
Copyright : Neige + Tumblr+ Libella
Je suis aussi : X
Date d'inscription : 13/02/2017
Messages : 196

Message Sujet: Re: about a girl (ft calypso) Jeu 14 Sep - 14:14

Youri Sojka
Calypso O'Brien
.About a girl.


Caly minaude presque en l’observant, l’œil plein de malice. Elle a des circonstances atténuantes la jeune femme… Comme des verres de Tequilas dans les veines. C’est excusable, non ? Sa petite paume tiède se presse contre la masculine, liant ses doigts aux siens d’un geste non calculé. Ses perles rieuses remarquent son hésitation, elle se marre presque. Bah merde, s’il ne sait plus où il s’est garé… ça pue le taxi payant. Et il dit avoir les idées claires ? –petit rire- Le sourire campe sa bouche alors que ses iris le sondent sans retenu Oh qu’il est chou ! Silence du cerveau. … j’aime bien son petit nez… Une Caly alcoolisée hein… Il finit par briser sa contemplation en retrouvant le chemin de son carrosse. Elle glousse tout en se laissant entrainer dans la rue adjacente, sans ajouter un mot de plus. Son pas est assuré, il sait ce qu’il fait. Du moins elle l’espère… et même si ce n’est pas le cas, son ' je-m’en-foutisme' est désarmant !

Après quelques minutes de marche aussi muettes qu’un cortège funéraire, ils arrivent devant une caisse d’un joli rouge tape à l’œil. Oh le malin ! Ce n’est pas une Mercedes qu’elle découvre mais une magnifique Audi. L’enseignante plante ses dents dans sa lèvre souriante tout en contemplant le petit bijou Allemand et son design racé. Conquise. Son oncle, étant lui-même passionné de voiture, lui a transmis sa passion. Elle sait reconnaitre une nerveuse lorsqu’elle en voit une. « Aucun commentaire »qu’il lui balance, la surprenant. Mais ? Elle lui glisse un petit regard innocent. Effort surhumain. Pourtant elle se mord la langue mais… « Elle n’a pas les vitres teintées ! » Voilà c’est lâché. Et elle se met à rire doucement, taquine avant de reprendre son sérieux. « De toute façon, elle est magnifique. » La voix faussement boudeuse, elle lui relâche la main –comme si le geste est naturel et habituel, pour se faufiler à l’intérieur en prenant soin de ne rien abimer ou salir. La portière claque. Même le bruit est doux. La pochette sur ses cuisses, Caly dandine un peu du postérieur, appréciant le confort du cuir. Son regard finit par se balader sur le tableau de bord et admire les finitions. Monsieur ne se refuse rien, et il a bien raison.

Son regard finit par se relever sur Youri, fraichement installé lui aussi. Le silence est religieux. La belle, aussi patience qu’une gamine devant un stand de glace, n’attend qu’une seule chose : qu’il mette le contact pour jouir du moteur. Cette merveille doit ronronner ! Elle tire sur sa ceinture pour la boucler, et s’enfonce dans son siège en trépignant d’excitation. Ses perles limpides coulent sur les mains masculines… … Bordel tu mets le contact oui ou merde ?! Son sourire illumine sa bouille rosée par l’alcool. Lorsque … SACRILEGE ! Elle qui pensait écouter le son caractéristique d’un moteur TFSI, se voit agresser les oreilles par un air puissant et, avouons-le, bruyant pour ceux dont l’habitude est d’écouter le chant des baleines ! Caly sursaute sur place, main sur le cœur. Son regard rond se plante sur le profil de son conducteur. Est-il seulement conscient qu’elle a frôlé la crise cardiaque ?? Bien sûr que non ! Ses tympans ont dû tellement saigner qu’il en est habitué. La voiture commence déjà à rouler. Son nez se fronce… elle ose ? Hésite… Tête dans les épaules et sourcils froncés. Puis zut ! Sa petite menotte se tend vers le volume qu’elle baisse jusqu’à obtenir qu’une musique de fond. Une petite moue à la bouche, elle jette rapidement un regard en direction de Youri. Il ne dit rien… ouf. Son dos se calle de nouveau contre le dossier et ses poumons expirent un long soupire d’aise. Ses oreilles la remercient par la même occasion.

 « C’est le sportback ? » Question purement rhétorique qu’elle enchaine déjà sur autre chose, complètement fascinée. « Il parait qu’elle effectue un sprint de 0 à 100Km/h en 4.1 secondes ! Et que sa puissance est de 400 chevaux, soit 33 de plus que sa génération précédente… Une vraie tornade ! » Son buste se penche un peu en avant, ses mains caressant le cuir de son siège sur les flancs dans le même mouvement. C’est agréable au touché. Sa bouille s’incline dans la direction du blondinet, le regard brillant. Quand elle pointe aussitôt son index vers le plafond comme piquée par une bestiole invisible. « Han écoute ! Ça ronronne les cinq cylindres ! Han j’adore ! … Dommage que tu roules comme un papi… » Taquinerie quand tu nous tiens. Elle rit doucement tout en revenant à sa place, le regard fuyant vers le paysage qui défile derrière sa vitre… Caly est trop prolixe quand elle est pompette. Est-ce un mal… pas vraiment tant qu’elle ne débite pas de connerie. Mais la franchise est là.

La musique a changé. Le morceau est moins violent. Elle tend l’oreille… de l’Allemand est distingué. Un sourire fend doucement ses lèvres. Pas de moquerie, elle fait la même avec ses racines. Et curieusement, le morceau qu’ils écoutent ne lui déplaît pas. « …J’aime bien. » Qu’elle finit par dire en ramenant son crâne vers lui. Qu’il est sérieux quand il conduit ! La belle a une idée derrière la tête pour le faire réagir... Elle respire profondément... cherche le bon moment... mais les mots se coincent à mi chemin, dans son larynx. Mince. Ses petites paumes moites se frottent nerveusement sur ses genoux. Et merde. C'est le saut de l'Ange. « Tu montes boire un dernier verre ? » Qu’elle hasarde d’une voix basse. Ses iris le fixent intensément alors que l’Audi se rapproche de plus en plus de leur destination.


Codage par Libella sur Graphiorum



Je remets ma vie à... Un plus tard abandonné. Pour simplement vivre. Tenter d'atteindre une humanité. Des lambeaux de terre, me regardaient disparaître. Et parmi les pierres, je vivais et j'espérais, tu sais...


Elle prédit en #D79F68
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

about a girl (ft calypso)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» London Stiller...she's a special girl
» Calypso.
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Calypso Acuos ; Maitre Jedi
» ♪ Who's that girl ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Midwest :: Chicago-