Partagez | .
 

 Heart to heart || FT. Abigail C. Becker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Age : 243 ans
Métier : Libraire & gérante d'un petit magasin esothérique
Situation : Veuve 2 fois, célibataire endurcie
Localisation : Chicago
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Elf (avatar) & TUMBLR (gifs)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 252

Message Sujet: Heart to heart || FT. Abigail C. Becker Jeu 11 Mai - 1:53

en cours

sujet privé ; ft. Abigail C. Becker

type ❖ flashback

date ❖ Début Janvier 2016

informations spatio-temporelles ❖ Il fait froid, aux alentours de -3 degrés. Début d’après-midi, le ciel est couvert, mais il ne pleut pas.

intervention du MJ ❖ non merci

Autre ❖ Let’s do some magic tricks !What a Face

© HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW





Heart to heart
(Elizabeth Styne) ▽ we hide monsters to protect ourselves from others. But sometimes happens where monsters guet friendly with strangers and so, true magic comes.
Cigarette entre ses lèvres, elle laisse la fumée l’envelopper comme une fine étole, ses yeux caressant les couvertures parcheminés tandis qu’une lueur s’anime, tendre, respectueuse. Elle connaît chaque ouvrage, chaque ligne manuscrite écrite à la plume et à l’encre – elle en citerait chaque passage, chaque verset d’une voix égale, passionnée. Si elle se permettait, elle pourrait même citer du Shakespeare au milieu des boiseries chocolat, bras écartés, telle une comédienne. Voilà un métier qu’elle n’a jamais tenté mais qui aurait pu lui convenir – un métier de poudre blanche et de décors fabuleux où le mensonge est roi. Cependant, elle n’est pas là pour vendre les livres ordinaires aujourd’hui – elle n’est pas censée travailler en ce jour, comme l’indique l’écriteau tourné sur la porte affichant clairement un « Closed ». Nous sommes dimanche après tout, aube du seigneur. Que peut donc faire sa carcasse drapée de sérieux dans l’édifice retraçant sa vie entière pour qui sait regarder ? Elle devrait être chez elle, à l’étage, à trier de vieux souvenirs, elle devrait être au sous sol, à tenter de terminer son nouveau sortilège. En soit elle devrait se trouver n’importe où sauf ici, au milieu des livres qu’elle doit encore classer et trier. A quoi devons-nous sa présence, demanderez-vous. Elle penche la tête pour fixer les aiguilles de sa montre à gousset, expirant une fois de plus le cancer qu’elle n’aura pas, avant d’écraser les restes de cette maladie incandescente dans un cendrier en grès pourpre. Habituellement, elle ne fume jamais dans sa boutique. Elle fait pourtant une exception aujourd’hui pour calmer son coeur, refoulant l’angoisse au fond de sa poitrine alarmée. Une exception liée à un événement sordide ayant eu lieu il y a peu – la jeune Abigail ayant découvert son secret, celui de sa nature aussi merveilleuse que cruelle. Évidemment, cela aurait fini par arriver. Mais si tôt ? Elle secoue la tête en se traitant une nouvelle fois d’idiote, ses boucles acajou s’éparpillant sur ses épaules, avant d’aller allumer une barre d’encens pour cacher l’odeur écœurante de fumée restante. L’enfant sera là d’une minute à l’autre, ce n’est plus qu’une question d’attente et elle en est à se repasser les dernières heures en boucle. Tout préparer fut d’ailleurs rapide, bien qu’elle n’est pas encore certaine qu’elle acceptera. Abigail sait déjà qu’elle ne doit parler de ce rendez-vous à personne, par mesure de sécurité, Elizabeth n’était pas le genre à faire dans la demi-mesure lorsqu’il s’agit de protéger ses affaires et sa propre vie. Elle sent pourtant qu’elle sera prudente – et elle a de toute façon intérêt à l’être, vu qu’elle est proche d’un chasseur, Matthew Graham – encore lui – pour ne pas le nommer.
Enfin, nous verrons. Prendre un apprenti n’est pas si anodin, même si c’est une situation particulière puisque la gamine se trouve être chasseuse à mi temps. Peut-on réellement concilier les deux ? Elle en doute. Mais pourquoi ne pas essayer ? Elle pourra toujours lui apprendre quelques bases, au moins des sorts de protections, à commencer par l’apprentissage d’ hexbags que certains chasseurs utilisent de temps à autre.
Un fin sourire fini par éclairer son visage lorsqu’elle entend finalement la clochette retentir, et elle sort de l’arrière de sa boutique pour aller accueillir la nouvelle venue – la porte n’ayant pas été fermé à clé cette fois.

« Bonjour, Abigaïl. »

Sa voix, douce, se répercute contre les murs des livres tandis qu’elle se montre, bras croisés et air avenant malgré le pincement qui lui serre le coeur. Son sourire s’agrandit pourtant, appréciant le courage dont la blonde peut faire preuve, admirant son coté têtu.

« Comment te portes-tu aujourd’hui ? »

Demande t’elle, comme toujours, avant d’ajouter, un air plus malicieux se dessinant sur ses lèvres.

« Toujours d’accord pour ce dont nous avons parlé ? »
(c) AMIANTE




How can I say this without breaking ? How can I say this without taking over ? How can I put it down into words when it's almost too much for my soul alone ? I don't want them to know the secrets. I don't want them to know the way I loved you. I don't think they'd understand it, no, I don't think they would accept me, no ! I loved and I loved and I lost you. I loved and I loved and I lost you. I loved and I loved and I lost you ... and it hurts like hell


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t48-journal-de-bord-d-elizabeth-w-rochester
avatar

Age : 24 ans
Métier : Chasseuse à mi-temps / actrice ratée
Situation : Célib' endurcie
Localisation : Nomade.
Feat. : Nicola Peltz
Copyright : wildworld
Je suis aussi : /
Date d'inscription : 28/04/2017
Messages : 42

Message Sujet: Re: Heart to heart || FT. Abigail C. Becker Sam 13 Mai - 22:01

heart to heart

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


C'est drôle la vie. Un jour tu trébuches sur les lattes d'un parquet, et le lendemain, tu te retrouves à jouer les apprenties sorcières. Une cause à effet peu banale, faut bien l'avouer. J'étais ravie de ce hasard. Je découvrais une nouvelle facette de ma libraire préférée et, qui plus est, elle me permettrait d'en apprendre un peu plus sur son univers. C'est sûrement cliché de la part d'une native de Salem mais, j'ai toujours été fascinée par les sciences occultes. Un peu moins après que ma meilleure amie ait été tuée pour les avoir pratiqué, c'est vrai. Ça refroidit. Pourtant, je n'avais pas hésité longuement avant d'accepter la proposition d'Elizabeth. Après tout. Apprendre quelques bases de la sorcellerie pourrait m'être utile. Je n'avais pas l'attention d'en faire une spécialité, j'aimais simplement toucher à tout les domaines. Je n'excellais jamais nul part, de toute façon. Beaucoup trop dispersée pour ça. Je préférais connaître un peu de tout, plutôt que de me concentrer sur un sujet unique. Je savais vaguement dessiner, chanter, cuisiner, jouer la comédie, chasser, hacker, réparer des trucs. Mais pas assez pour impressionner qui que ce soit. Je n'étais douée en rien, finalement. Et ça m'allait.

C'est avec hâte, et une certaine appréhension, que je franchissais le pas de la porte. Il faisait beaucoup trop froid à mon goût, dehors. J'avais toujours détesté le froid. Nez aussi rouge que celui de Rudolph, mains gelées. Super. J'allais encore mettre des plombes avant de me réchauffer. Pendant qu'Elizabeth m’accueillait chaleureusement, je m’emmêlais à moitié dans ma grande écharpe. Le but étant de la retirer, non pas de me ligoter avec. Une raison de plus pour haïr l'hiver : les fringues encombrants. Une fois déficelée, j'assurais à mon hôte que tout allait bien, sans plus de détails. La plupart des gens ne posaient cette question que par pure politesse. Je m'étais presque faite à l'idée de répondre "Bien et vous?" par automatisme. Presque. En réalité, ce genre de règles sociales m'irritaient au plus haut point. Je ne posais moi-même jamais cette question à moins d'en attendre une réponse sincère. Sinon, à quoi bon user sa salive? Beaucoup me considéraient comme rustre. Si cela signifie "ne pas aimer les faux-semblants", alors très bien. Je suis rustre.

— Toujours d’accord pour ce dont nous avons parlé ?

— Bien sûr. 

Aussitôt, un sourire illuminait mon visage. Je n'étais pas du genre à montrer tant d'engouement pour quoi que ce soit, habituellement. Seulement là, c'était plus fort que moi. J'étais comme une gamine dont le rêve devenait réalité. Dire que je serais restée dans l'ignorance si je n'avais pas attrapé ce faux livre dans ma chute.  

— Par quoi on commence? J'ai lu pas mal de choses sur les Hexbags, dans les livres que vous m'avez donner. Mais peut-être pas assez. Je me suis endormie sur le bouquin, à vrai dire. Il me reste quelques pages à étudier. lui annonçais-je pendant que j'accrochais mes vêtements au porte-manteau.

La concentration, c'était pas mon truc. En tout cas, pas sur la durée. Mon cerveau semblait toujours décrocher au bout de quelques minutes, préférant vagabonder dans le méandre de mes pensées. J'adorais lire, et apprendre de nouvelles choses. Cependant, je n'étais pas foutue de me focaliser dessus. Je finissais toujours par m'endormir, ou bien, par discuter avec des gens imaginaires dans des scénarios hypothétiques. C'était gonflant. Tandis que je n'avais aucun mal à suivre lorsqu'il s'agissait de pratique.

made by LUMOS MAXIMA


until the love runs out
the sirens  calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. the smile.(⚡) le chant des sirènes.
PLAYLIST

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allwaswell.forumgratuit.lu
avatar

Age : 243 ans
Métier : Libraire & gérante d'un petit magasin esothérique
Situation : Veuve 2 fois, célibataire endurcie
Localisation : Chicago
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Elf (avatar) & TUMBLR (gifs)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 252

Message Sujet: Re: Heart to heart || FT. Abigail C. Becker Mar 16 Mai - 11:18


Heart to heart
(Elizabeth Styne) ▽ we hide monsters to protect ourselves from others. But sometimes happens where monsters guet friendly with strangers and so, true magic comes.
Le froid est entré, s’engouffrant par la porte d’entrée en même temps que la frêle carcasse de la demoiselle, et elle se surprend à frissonner quelque peu tandis que l’odeur de la cigarette s’échappe de la pièce. Elle observe sa nouvelle protégée et sourit imperceptiblement en voyant son état – aussi frigorifiée que maladroite dans ses gestes. Elle n’aurait pas survécu à la Russie, se dit-elle, amusée. Elle la laisse pourtant se dépatouiller sans un mot, acquiesçant doucement à ses mots. La réponse a fusé, instinctive, ce qui en dit déjà long sur elle. Bien sûr, Elizabeth ne connaît pas tant que cela son parcourt – et c’est là l’un des nombreux points qu’elle se devra d’éclaircir plus tard – mais ce n’est pas là le plus important pour le moment.

« Submergée de travail, comme d’habitude. »

Répond t’elle à l’automate, avant qu’un éclat soulagé traverse son regard l’infime espace d’une maigre seconde, son sourire s’agrandissant, ses joues prenant des couleurs en voyant la sincérité soudaine des traits d’Abi. C’est exactement ce qu’elle voulait voir. Un léger rire la secoue, tendre, tandis qu’elle rentre elle-même dans le vif du sujet, et Elizabeth secoue la tête en se reprenant.

« Tu vas commencer par te réchauffer, ensuite nous verrons. »

Elle croise les bras, réfléchissant aux paroles de la petite blonde. Elle n’en fera pas une véritable sorcière, c’est certain – il faut autant d’assiduité dans la pratique que dans l’apprentissage, et lire des bouquins semble finir par l’ennuyer – à moins que la fatigue journalière n’ait repris le pas. Mais vu son engouement pour la magie, le fait qu’elle s’endorme sur l’un de ses livres la laisse à présent perplexe.

« Avant toute chose, je ne mélange pas magie et travail. Suis-moi. »

Elle lui sourit ce faisant et, après un dernier coup d’oeil dans la librairie, elle utilise ses pouvoirs pour verrouiller la porte à distance. Les volets étant fermés, il n’y a personne pour les voir. Elle se détourne ensuite et se dirige vers la porte dérobée qu’Abi a découvert par hasard avant d’ouvrir cette dernière, puis descendre les escaliers au sous sol – débouchant sur une pièce aussi large que lumineuse, ressemblant à un salon. Qui pourrait penser qu’il existe une maison sous la maison ? Les immenses baies vitrées donnant sur le jardin lui procure toute la lumière dont elle a besoin, elle allume cependant la lumière pour donner un peu plus de chaleur à la pièce.

« Installe-toi confortablement. Tu aimes toujours le chocolat chaud ? »

Si la table d’ébène - entourant fauteuils et canapé en prime d’être proche de la cheminée allumée - trône divers plats en verre, dans lesquels sont déposés des muffins, cookies, scones et autres petits plaisirs sucrés. Elle même se dirige vers le feu flamboyant pour lui offrir de nouvelles bûches, puis va chercher sur le petit buffet ses deux théières fumantes ainsi que deux tasses. Elle ne prendra pas de chocolat chaud, préférant le thé.

« Avant de commencer par t’apprendre quoi que ce soit, il est important que je puisse déterminer où tu en es, point de vue connaissances. La pratique est aussi importante que la théorie et bien que je ne ferais pas de toi une sorcière, il est nécessaire pour ta propre survie de connaître les deux. Les livres que je t’ai passé ne sont que des avant goûts, bien que détaillés, ils ne sont qu’une infime partie de nos connaissances. »

Elle reprend, calmement, en servant les boissons chaudes avant de lui tendre la sienne et s’installer dans son fauteuil, ses traits étant redevenus sérieux.

« Vis-tu toujours chez Matthew ? Je vais te donner quelques exercices à faire à la maison, il serait cependant ennuyeux qu’il découvre le pot aux roses. »

Elle soupire, avant de reprendre, chassant le jeune homme de son esprit - qui semble définitivement se trouver partout où elle se trouve.

« Commençons par le plus simple. Que sais-tu des sorciers et, mieux encore, qu'elle en est ta perception ? »
(c) AMIANTE




How can I say this without breaking ? How can I say this without taking over ? How can I put it down into words when it's almost too much for my soul alone ? I don't want them to know the secrets. I don't want them to know the way I loved you. I don't think they'd understand it, no, I don't think they would accept me, no ! I loved and I loved and I lost you. I loved and I loved and I lost you. I loved and I loved and I lost you ... and it hurts like hell


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t48-journal-de-bord-d-elizabeth-w-rochester
avatar

Age : 24 ans
Métier : Chasseuse à mi-temps / actrice ratée
Situation : Célib' endurcie
Localisation : Nomade.
Feat. : Nicola Peltz
Copyright : wildworld
Je suis aussi : /
Date d'inscription : 28/04/2017
Messages : 42

Message Sujet: Re: Heart to heart || FT. Abigail C. Becker Lun 22 Mai - 20:30

heart to heart

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


— Installe-toi confortablement. Tu aimes toujours le chocolat chaud ?

Nous avions descendu de simples escaliers, et voilà que je me retrouvais dans un salon lumineux avec vue sur jardin. Comment pouvait-il y avoir un jardin au sous-sol? Sérieusement. Cet endroit était loin d'être ce que j'avais imaginé. Les clichés de la culture populaire à propos des sorcières avaient forgé en moi l'image d'une petite hutte sombre pleine de bibelot. Il n'y avait rien de tel ici. Je n'allais pas dire "tant mieux", en tant que fidèle adoratrice de coins sombres. Cependant, j'étais soulagée de voir qu'Elizabeth ne rejoignait pas les stéréotypes obscurs de vieux films fantastiques. A sa demande, je m'installais sur l'un des fauteuils, tout en répondant positivement à sa question. Un sourire naissait sur le bords de mes lèvres à l'évocation d'un chocolat chaud. Malgré la chaleur de la pièce, mon corps semblait demeurer à la température extérieur. Un vrai glaçon. Fort heureusement, mon hôte était une spécialiste des boissons chaudes en tout genre. En plus d'être une spécialiste de la sorcellerie, évidemment. J'écoutais donc très attentivement ce qu'elle me disait.

— Vis-tu toujours chez Matthew ? Je vais te donner quelques exercices à faire à la maison, il serait cependant ennuyeux qu’il découvre le pot aux roses.

— Aucun soucis. Je ne les ferais à la maison lors de ses absences uniquement. Le reste du temps, j'irais au motel d'à côté.

Matthew était loin d'être un fan de sorcières. Il n'hésiterait sûrement pas un instant avant de me jeter dehors, s'il apprenait mes nouvelles activités. L'horreur. Je détestais faire ce genre de cachotteries, mais je n'avais aucune envie de perdre un si grand allié/ami/mentor/hôte pour ça. Je n'allais pas non plus laisser son racisme anti-sorcière me gâcher cette opportunité.

— Commençons par le plus simple. Que sais-tu des sorciers et, mieux encore, qu'elle en est ta perception ?

— Je sais que ce sont des êtres humains qui pratiquent la magie, grâce à leur maîtrise des forces surnaturelles. Certains empruntent leurs pouvoirs aux démons, certains sont nés avec. Tandis que d'autres prennent des cours dans le sous-sol d'une librairie. c'était là en grande partie ce que je savais des sorciers. Quant à ma perception, je ne m'étais jamais vraiment posé la question. Je prenais alors quelques instants de réflexion avant de répondre, hésitante.  Je les trouve fascinants. Mais comme je l'ai dis auparavant,
ce sont des êtres humains. Les êtres humains sont généralement fascinants.
Plus encore lorsqu'ils ont une raison de s'adonner à la magie. Et comme les êtres humains, ils sont certainement tous différents les uns des autres. Je suis incapable d'avoir une perception globale sur le sujet, à vrai dire.


J'avais la terrible impression que ma réponse ne conviendrait pas, malgré ma tentative d'exposer mes pensées de manière "convenable". Les sorciers étaient des gens comme tout le monde, point. Leurs seules différences avec le commun des mortels semblaient être leurs ambitions, volontés, ou besoins d'accéder à des forces supérieurs. C'était mon point de vue, et je n'en avais pas d'autre pour le moment. Je buvais alors une gorgée réconfortante de chocolat chaud, puis reposais la tasse avant de sortir un carnet et un crayon de mon petit sac. Je n'étais pas quelqu'un de très scolaire, au contraire. Pourtant, je savais me montrer studieuse lorsqu'il le fallait. En particulier lorsqu'il s'agissait de remplir les pages de mon cahier préféré. Quelque que soit les informations, conseils ou indications que comptait me donner Elizabeth, mon crayon à papier et moi étions prêts.

made by LUMOS MAXIMA


until the love runs out
the sirens  calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. the smile.(⚡) le chant des sirènes.
PLAYLIST

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://allwaswell.forumgratuit.lu
avatar

Age : 243 ans
Métier : Libraire & gérante d'un petit magasin esothérique
Situation : Veuve 2 fois, célibataire endurcie
Localisation : Chicago
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Elf (avatar) & TUMBLR (gifs)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 252

Message Sujet: Re: Heart to heart || FT. Abigail C. Becker Mer 7 Juin - 19:36


Heart to heart
(Elizabeth Styne) ▽ we hide monsters to protect ourselves from others. But sometimes happens where monsters guet friendly with strangers and so, true magic comes.
Son sourire s’agrandit tandis qu’elle se concentre sur la jeune femme, amusé cette fois au souvenir de la tête qu’elle a tiré en rentrant dans la pièce. Le style, lumineux et ouvert, change des stéréotypes, mais à vrai dire chacune de ses maisons possède ses petits effets. Cet habitat est certainement le plus moderne qu’elle ait eu, si elle doit comparer avec la bicoque louisanaise perdue dans le bayou qui, bien que retapée, fonctionne encore comme lorsqu’elle avait une dizaine d’années – restant en prime aussi sombre et mystérieuse qu’effroyablement effrayante vu de dehors. A l’intérieur pourtant, une fois le rideau de crâne et grigris vaudous dépassé, l’habitat se trouve être aussi chaleureux que cosy à sa manière et reste indubitablement son endroit préféré, là, bercé entre la nuit, les arbre et l’eau miroitante, entre les cris lugubres du monde sauvage et les craquements sinistres du plancher tri-centenaire.
Au fur et à mesure qu’elle écoute la jeune blonde, son propre apprentissage lui revient en tête et son sourire chaleureux se décline plus tendrement. A l’époque, tout était toujours aussi neuf qu’éblouissant, bien qu’elle ait détesté certaines phases de sa jeunesse. Ayant cependant toujours été assidue, elle n’a jamais eu de réels problèmes pour canaliser son énergie et apprendre les sortilèges. Le plus amusant à ses yeux était bel et bien de tester ses propres capacités, bien que paradoxalement, elle détestait se battre – et cela n’a pas changé malgré les ans. A ses yeux la magie n’est pas, se sera jamais et n’a jamais été un art guerrier, et elle avoue sans mal dédaigner tous ceux qui pratiquent la magie pour jouer des tours de passe passe aussi dangereux pour autrui que grossiers. Tous les sorciers emprunteurs sont donc, à ses yeux, les premières aberrations de ce monde – que peut-on tirer de bon à fricoter avec des démons après tout ? Heureusement, Abi ne sera jamais de ce bord là – à contrario, elle a foi en la jeune femme et sait qu’elle a les capacités nécessaire et le caractère pour recevoir l’apprentissage.

« Disons que le connaissant, j’aimerais éviter que tu ais des ennuis. »

Elle reprend doucement, s’ancrant dans la réalité pour de bon avant de secouer la tête – que dirait-il si il savait qu’elle lui enseigne la magie ? Pire, qu’elle-même est une sorcière ? L’idée lui fait froid dans le dos, mais elle balaye ses pensées aussi efficacement que simplement. Elle a déjà suffisamment le temps de s’effrayer avec ces questions, ce n’est ni l’heure ni le moment ici. « Si tu as besoin d’un endroit calme, tu pourras venir ici, où chez moi, en haut. J’y suis rarement, et au moins tu auras la certitude d’être tranquille. Cela te fera économiser le motel … Et t’offrira peut-être un endroit plus sécurisé. »
Propose t’elle simplement, tout ne prenant une gorgée de thé. Après tout quoi de mieux qu’une maison de sorcière pour pratiquer des sorts ? Elle inspire ensuite et se recale confortablement pour écouter la réponse de la jeune génération, une lueur de fierté dansant bientôt dans son regard vieillit par l’âge.

« Et bien pour quelqu’un qui s’y connaît peu, c’est déjà là une excellente réponse. »

Sa voix, chaude et rassurante, est ponctuée d’un sourire ravi tandis qu’elle poursuit.

« A vrai dire, la magie tire sa source de l’énergie nous entourant et se trouve à cette fin tout autour de nous – que ce soit dans un caillou comme dans l’air que nous respirons. L’Humanité a simplement oublié comment s’en servir, pire encore elle a laissé ce savoir s’oublier, préférant fermer les yeux par peur, préférant la chasser. A mon sens, tout le monde pourrait réapprendre ce savoir, avec un peu d’exercice, d’ouverture d’esprit et de bonne volonté. Un sorcier se trouve être, à la base, à l’écoute de Dame Nature. Il perçoit ses changements, ses vibrations et se trouve être en équilibre parfait avec elles. Cependant, elle a tendance à agir telle une drogue. Tous les sorciers ne sont pas fondamentalement mauvais mais la plupart d’entre eux finissent souvent par sombrer au bout de quelques dizaines d’années de pratique, aveuglés et assoiffés de puissance et de pouvoir, ivre de cette sensation grisante que la magie nous procure lorsque nous l’utilisons. C’est là le prix du savoir, malheureusement. »

Elle pose sa tasse souplement, hochant la tête tout en fixant Abigail, reprenant avec sérieux, fronçant les sourcils quelque peu quant à ce qu’elle rajoute ensuite, avec gravité.

« C’est pour cela que les Hommes en ont décidé autrement. Et voici aujourd’hui que cet art se transmet simplement à ceux que nous jugeons dignes – lorsqu’il n’est pas découvert par accident. Il peut donc être aussi utile que dangereux, tout dépend de ce que l’on en fait. Il existe par ailleurs autant de « magies » différentes que de personnes la pratiquant car c’est avant toute chose une façon de vivre. Chaque individu perçoit la magie différemment, comme tu l’as si bien décrit, et en ce sens, l’utilise à diverses fins. Malheureusement la majorité des sorciers à l’heure actuelle ont tendance à l’utiliser pour faire le mal et deviennent, lorsqu’ils ne le sont pas déjà, corrompu par elle. A une époque révolue, elle faisait partie de la vie active, mais c’était avant la période du Moyen Age comme ils l’appellent en Europe. »

Elle soupire doucement, hochant la tête de droite à gauche, presque dépitée avant de reprendre sa tasse et boire une gorgée, doucement.

« Tu as raison pour les trois … types de sorciers existants. Les sorciers naturels sont très rares, la majorité de mes semblables sont des sorciers dits élèves. Un peu comme toi en sommes, bien que je ne planifie pas de te transformer en l’une de mes pairs, même si l’idée de cacher une élève dans ma librairie est aussi amusante que tentante. »

Elle ponctue sa phrase d’un clin d’oeil, avant de secouer la tête doucement et regarder tout autour d’elle.

« Les autres, ceux qui obtiennent leurs pouvoirs d’un pacte démoniaques sont nommés les emprunteurs. Ceux là sont les pires, puisqu’ils détiennent des pouvoirs généralement plus puissants que le reste d’entre nous. Un sorcier élève ou naturel n’est pas censé pouvoir manipuler pas les éléments naturels par exemple, tandis qu’un emprunteur est capable de manipuler le feu si le démon avec lequel il a passé un pacte maîtrisait cet élément. Ils sont un véritables fléaux et c’est à eux que nous devons notre si mauvaise réputation.»

Elle grogne doucement suite à cela – ne cachant pas son dégoût profond envers ceux qui, par désir de pouvoir, ont pactisé avec l’ennemi. Elle reprend ensuite une gorgée de thé avant de sourire à nouveau, comme requinquée, et pencher la tête ensuite songeuse tout en contemplant le cahier d’Abigail.

« Je vais t’apprendre à te défendre, essentiellement, et à te soigner efficacement si jamais tu tombes sur plus fort que toi. De nombreux chasseurs sont capables de jeter des sorts mineurs, avec des hex-bags bien souvent, mais ce n’est pas par là que je vais commencer avec toi. La majorité d’entre eux ne savent pas réellement comment le procédé marche et se contentent de lancer le sortilège sans se soucier réellement des conséquences. Je vais donc t’enseigner du théorique mais pour ne pas que ce soit barbant, je le mêlerais à la pratique. Est-ce que cela te convient ? Au passage, si tu as la moindre question, pose-les, même si elles te semblent idiotes ou insignifiantes. Si elles sont trop personnelles cependant je me réserve le droit de garder le silence. »

Elle sourit doucement, avant d’attraper un biscuit sur la table.

« D’ailleurs si tu en as avant de commencer, je te conseiller de les poser maintenant. »
(c) AMIANTE




How can I say this without breaking ? How can I say this without taking over ? How can I put it down into words when it's almost too much for my soul alone ? I don't want them to know the secrets. I don't want them to know the way I loved you. I don't think they'd understand it, no, I don't think they would accept me, no ! I loved and I loved and I lost you. I loved and I loved and I lost you. I loved and I loved and I lost you ... and it hurts like hell


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t48-journal-de-bord-d-elizabeth-w-rochester
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Heart to heart || FT. Abigail C. Becker

Revenir en haut Aller en bas
 

Heart to heart || FT. Abigail C. Becker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Gwak Mee Kyung ▬ heart by heart
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Midwest :: Chicago-