Partagez | .
 

 Collègues et amis [ft. Calypso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar

Age : 40 ans
Métier : professeur d'Histoire
Situation : célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Hugh Dancy
Copyright : Gif Huntrress, avatar Byme
Je suis aussi : Lucifer et Heather
Date d'inscription : 13/06/2016
Messages : 151

Message Sujet: Re: Collègues et amis [ft. Calypso] Mar 20 Juin - 19:05

Collègues et amis


Ft Calypso O'Brien






Le baiser de Calypso sur ma joue me fait rougir comme un adolescent lors de son premier rendez-vous. J'ai un peu honte et me détourne pour proposer à manger, de quoi nous distraire tous deux. Je ne suis pas habitué du tout à ce genre de geste de la part de mon amie, même si j'ai eu quelques aventures par le passé. Mais le fait que l'on se connaisse depuis des années rend la chose... bizarre. Pas dérangeante, loin s'en faut, mais surprenante, certainement. Je n'ai guère l'habitude des témoignages d'affection tels que celui-ci venant de sa part.

Un peu gênée elle aussi, elle se ressert. Je suis heureux de voir que mes cookies lui plaisent. Elle doit reprendre des forces, en plus du fait de me faire un compliment sur ma façon de cuisiner. Elle mange le biscuit lentement, songeuse alors que je lui explique qu'elle n'a pas à s'en faire pour moi. Je repose la  boite sur la table. J'ai vu bien pire, et en verrai probablement bien d'autres avant de partir les pieds devant. Du moins, je l'espère. Je me demande si j'aurai la vision de ma mort un peu avant que le moment ne soit venu... J'espère sincèrement que non. Encore que... Savoir la façon dont je vais mourir m'aiderait à ne plus craindre le reste... Mais cela ne m'empêcherait pas de me préoccuper de mon entourage et c'est ça le plus important. Vivre en ayant connaissance du surnaturel n'est pas des plus simples. Je caresse le dogue argentin d'une main distraite, lui avouant que j'ai moi aussi des difficultés à trouver le sommeil. Pas seulement à cause des cauchemars, mais elle n'a pas besoin de le savoir. Je garderai les démons, anges, et autres crapules pour une autre soirée creepy à souhait. Inutile de l'affoler encore plus que ce qu'elle ne l'est. Elle doit se reposer pas s'énerver.

Je souris doucement quand elle avoue que pour elle le chant des baleines fait office de berceuse. Elle a de la chance si quelque chose de moins radical que les médicaments fonctionne. Si c'est le cas pour moi, je n'ai pas encore découvert le secret. Je lève une main à hauteur de poitrine, « Je ne répéterai pas, promis. Croix de bois, croix de fer... » Si je mens, je vais en enfer... Et je sais pour avoir croisé des démons que c'est un endroit très désagréable.

J'en viens ensuite à lui demander quand ses visions à elle ont commencé. Comme moi dans l'enfance ? J'en doute, sinon, soit elle serait déjà morte, soit elle aurait appris à gérer. D'une façon ou d'une autre. Mais elle est trop perdue pour que cela soit le cas. Alors, quoi ? Quelle créature  a pu lui faire ça ?

Ses aveux ne m'éclairent pas plus sur ce qu'elle est, ce par quoi elle est possédée. Tout ce que je peux constater, c'est à quel point la situation lui pèse. Je dois trouver une solution, ou bien , elle ne tiendra pas un mois de plus à ce rythme. Je hoche la tête quand elle parle d'EMI, ma main cherchant la sienne pour la serrer doucement alors qu'elle continue son récit. Quand elle finit par se taire et caresser doucement la tête du labrador, j'ouvre enfin la bouche, après un instant de silence et de réflexion.

« Tu n'es plus seule, maintenant. Et crois-moi quand je te dis que je mettrai tout en œuvre pour découvrir ce qui t'arrive. » Elle avait parlé de solutions concrètes et réalistes. Qu'en est-il des solutions surréalistes ? La réponse serait-elle de ce côté ? Je compte bien poser des questions à quelques collègues afin d'en apprendre sur le sujet. Peut-être l'un d'eux a t-il déjà rencontré ce genre de cas ? « En attendant, je veux que tu prennes soin de toi, d'accord ? Et quand tu en as besoin, tu peux compter sur moi, tu le sais, non ? Rien de ce que tu pourras dire ne me paraîtra ridicule ou farfelu. Je t'en donne ma parole. »

J'ai hâte de passer quelques appels afin d'en apprendre plus sur le mystère Calypso, mais je ne peux décemment pas lui avouer mon job de chasseur, même si ce qu'elle vit peut paraître étrange. Je ne veux pas la mettre en danger.... et une part de moi espère sans doute aussi éviter qu'elle découvre mon vrai visage – celui d'un tueur. Je ne veux pas la voir s'enfuir sans se retourner alors que je peux peut-être l'aider. Au moins en la nourrissant ou en lui prêtant une oreille attentive, si je ne trouve pas de remède à sa condition... Et si tu n'en trouves pas, murmure une voix dans mon oreille, que feras-tu ? Seras-tu seulement capable de l'éliminer si elle devient un danger pour l'humanité ? Je chasses ces pensées bien rapidement. Trop de si et rien de sûr. Il me faut des faits, pas des suppositions. Il sera toujours temps plus tard pour de nouveaux cauchemars.

« une fois qu’on a éliminé l’impossible, ce qui reste, aussi improbable que cela soit, doit être la vérité. » Si Sherlock Holmes le dit, je suis bien obligé de le croire. « Ils sont peu nombreux, ceux qui ne nous penseraient pas fous s'ils savaient. Tu reçois des visions. Que cela vienne de Dieu, du Diable, ou du hasard, je suis convaincu que tu peux en apprendre quelque chose. Et le fait que je ne puisse rien faire pour influencer les miennes ne veut pas dire que c'est aussi ton cas. Peut-être n'avons nous juste pas encore trouvé comment y parvenir, c'est tout. Mais une chose est claire à mes yeux. Tu es assez forte pour survivre à tout ça. Tu es une battante et ce ne sont pas quelques pertes de connaissance qui vont changer ça... Et puis, je n'ai pas assez d'amis pour pouvoir dire que je n'ai pas besoin de tous ceux que j'ai... Alors tu tiendras le coup, d'accord ? Au moins le temps que l'on découvre à quoi tout cela rime. Ensuite, on avisera. »

Code by Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 35 ans.
Métier : Prophète. Professeur de Lettres Classiques.
Situation : Célibataire.
Localisation : Chicago.
Feat. : Jessica Stroup
Copyright : Neige + Tumblr+ Libella+ Sian.
Je suis aussi : X
Date d'inscription : 13/02/2017
Messages : 275

Message Sujet: Re: Collègues et amis [ft. Calypso] Dim 10 Sep - 17:09



Collègues et amis

Ft Matthew W. Graham


Les mots bienveillants sont accueillis avec un certain soulagement. Matthew ne lui jette pas de pierre, ou ne la traine pas par les cheveux pour la foutre de force sur un bucher. C’est plutôt un point positif aux yeux de la prophétesse. Comme il lui a confié, elle n’est plus seule. Le réconfort est là, s’incruste dans son marbre sans veines, bien que dans l’instant, la mine de Caly est aussi éteinte qu’une bougie soufflée. Sa petite menotte dans la sienne est glacée. La seconde continue de caresser le crâne poilu du labrador avec tendresse. A croire que les animaux ont ce sixième sens de déceler les sentiments les plus néfaste à l’homme. Il lui lance un regard tendre, appréciant qu’on s’occuper de lui. Adorable. La voix masculine la sort de sa perdition. Elle relève lentement son regard dans la direction du professeur, son fidèle ami. Matthew… Il est si prévenant et attentionné qu’elle s’en étonne à vrai dire. Certes ils ont ces années d’amitié derrière eux, mais jamais à aucun moment, ils n’avaient eu l’occasion de se rapprocher de la sorte. Les circonstances sont bien malheureuses, mais autant en ressortir du positif dans cette belle merde.
Et dans l’intimité d’un salon, leur amitié brille de mille feux.

Il me faudrait là ta main
Pour étreindre une à une
Mes peurs de n'être plus qu'une …


Caly écoute bien sagement un Matthew loquace pour une fois. Il trouve les mots pour la rassurer, et cela lui décroche un doux sourire comme elle sait si bien les faire, allégeant son petit cœur fragile au passage. Annabelle serait surprise de découvrir cette facette-là de son frère. Une pensée faible qui file aussi vite qu’elle est venue. D’ailleurs si cette dernière déboulerait à ce moment même, elle en serait étonnée de les voir si proche. Autant physiquement qu’autrement. Est-ce un mal ? Bien sûr que non. Ils ont besoin de se confier. Visiblement, ils vivent des similitudes… Peut-être qu’il est comme elle finalement… peut-être qu’il a croisé la route de démons ou d’autres choses qu’elle n’ose imaginer ou ignore l’existence. Savoir qu’elle n’est pas seule dans ce cas-là, amoindri son mal être. Et quelque part, agrandi son inquiétude pour son ami. Sa tête se penche doucement sur le côté sans cesser de l’observer intensément. Ses perles limpides vacillent dans les siennes, à la recherche d’un secret… d’une réponse qui pourrait la mettre sur le chemin. En sait-il plus qu’il ne semble le faire croire ?

Ses revues sur les Anges… Elle se mord la lèvre inférieure… Pas encore. Non.
La question reste figée dans un coin de son crâne.

Sa confiance dans sa capacité de remonter ses problèmes lui transperce le myocarde. C’est doux et piquant à la fois. Il a raison, elle peut y parvenir. Caly y croit sur le moment. Mais qu’en sera-t-il lorsqu’elle se retrouvera toute seule dans son appartement ? Face à ses doutes, ses peurs ? Ne plus craquer. Ne pas abandonner… Oh Matthew c’est si difficile… Sa petite main cesse de caresser le Labrador pour prendre en coupe la masculine qui tient sa jumelle et la serrer doucement. « J’aimerais me persuader d’être aussi forte que tu le penses… mais je vais essayer. » Elle hoche doucement la tête. Même ce simple mouvement semble être un effort surhumain. Son état de faiblesse est désespérant. « Merci Matthew… merci d’être là, à supporter mes troubles… tu as assez à faire avec les tiens. » Son sourire s’étire joliment. Le rose monte vite aux joues. Elle est gênée de se montrer aussi faible et vulnérable. Ce n’est pas son genre. Et pourtant la voilà assise dans son salon, à tenter de reprendre des forces pour rentrer chez elle. Une pensée bien lugubre. L’envie n’est pas là, mais elle se refuse d’être son fardeau. Elle ne tardera pas à le quitter… mais avant… « N’en parle-pas à Anna… S’il te plait… » Parce qu’elle ne veut pas l’inquiéter… ou bien la mettre en danger. Matthew semble patauger dans la même merde qu’elle... « C’est plus prudent. » Une conclusion satisfaisante.

Elle laisse le silence s’installer quelques secondes. Ce n’est pas anodin. Rien ne l’est avec Caly. Son esprit bouillonne et cherche déjà la manière dont elle va aborder le sujet. Ses petites mains se retirent en douceur. Elles sont moites. Le stress sans nul doute. Elle se mord sa lèvre inférieure tout en se frottant les paumes sur le haut de ses cuisses. « Une question me taraude. » Qu’elle amorce enfin, brisant la petite bulle silencieuse qui les enveloppait. Ses perles limpides glissent sur lui, s’accrochant aux clairs. « Sois sincère, d’accord ? » question purement rhétorique car elle enchaîne d’une voix faible. « Pourquoi cet intérêt pour les Anges ? » La gêne se lit facilement dans son regard. Ce n’est pas de la curiosité mal placée (ou presque)… elle veut savoir. Le peu qu’elle a traduit rapidement en parcourant quelques lignes l’ont interpellé. Est-ce une question de croyance ? Elle en doute fortement. « Crois-tu qu’ils existent réellement ? » La brunette le fixe de son air innocent. Calypso … Un pas en avant et deux en arrière. Elle secoue sa jolie bouille en levant les mains en guise de rédemption. Qu’est-ce qu’il lui a pris de demander ça. « Pardonne-moi Matthew. Cela ne me regarde pas. » Son postérieur se lève doucement, forçant le labrador à partir. Une fois les cuisses libérées, la belle se redresse dans un équilibre approximatif. Elle tire un peu sur sa jupe crayon et remet un peu d’ordre dans ses cheveux. Son regard fuit Matthew. « Je devrais te laisser à présent… J’ai déjà bien trop abusé de ton temps. Anna n’est pas là. Je repasserais. »L’excuse bidon pour fuir. Elle ne sait plus ce qu’elle a fait de ses chaussures… ni même des dossiers… de son sac. La prophétesse est complètement perdue. Le mal de tête est toujours présent mais supportable. C’est une bonne chose. Les idées sont un peu plus claires. Elle cherche des yeux ses affaires sans oser bouger.

Code by Joy


Je remets ma vie à... Un plus tard abandonné. Pour simplement vivre. Tenter d'atteindre une humanité. Des lambeaux de terre, me regardaient disparaître. Et parmi les pierres, je vivais et j'espérais, tu sais...


Elle prédit en #D79F68
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 40 ans
Métier : professeur d'Histoire
Situation : célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Hugh Dancy
Copyright : Gif Huntrress, avatar Byme
Je suis aussi : Lucifer et Heather
Date d'inscription : 13/06/2016
Messages : 151

Message Sujet: Re: Collègues et amis [ft. Calypso] Mer 13 Sep - 15:06

Collègues et amis


Ft Calypso O'Brien





Mon amie semble tellement seule et perdue, la flamme de sa bonne humeur éteinte sous la fatigue et le stress engendré par ses visions. J'espère de tout cœur que les siennes n'ont aucun rapport avec la malédiction qui me poursuit. Elle aurait besoin de repos, mais je ne peux le lui apporter. Un sentiment d'impuissance dont j'espère guérir mon amie m'étreint soudain. Tout ce que je peux faire c'est lui prêter une oreille attentive et lui remonter les bretelles quand elle se met à faiblir. Je lui rends un sourire encourageant et hoche la tête quand elle affirme qu'elle va essayer de se reprendre. « Ne t'en fais pas pour moi. » Si elle peut s'occuper d'elle, cela me suffit. J'ai presque l'habitude, de mon côté. Par contre... Plus prudent ? Étrange choix de mots. « Je ne dirai rien à Anna, si c'est ce que tu veux. » J'hésite à lui dire qu'elle est au courant pour ma particularité à moi. Mais cela pourrait ouvrir à d'autres questions. Non, elle a assez à faire avec ses propres soucis sans y ajouter le surnaturel dans sa réalité la plus horrible. Quand elle libère mes mains, j'en profite pour boire une gorgée de thé. De quoi éviter son regard un brin trop scrutateur pour mon propre bien. Sa question suivante me surprend, le changement de sujet assez abrupt. Pourquoi l'intérêt pour les anges ? Si je te le disais, tu ne me croirais pas... Ou peut-être que si. Mais toi qui parlais de prudence tout à l'heure...

« Je te l'ai dit. Je m'intéresse à tout ce qui a trait au surnaturel. J'ai toute une collection de bouquins concernant un peu tous les sujets possibles : fantômes, vampires, gnomes, dieux, sorciers, anges, démons, loups garous, momies et j'en passe et des meilleures. Je collectionne les livres sur ces sujets. J'ai aussi une excellente vidéothèque... fort utile quand on est insomniaque. » Je pourrais lui montrer les pièces les plus softs si elle me le demande. Par contre, je garderai pour moi ceux sous clé dans un coffre couvert de glyphes de protection, comme par exemple les grimoires récupérés chez des sorciers... Ceux-là sont vraiment dangereux.

Les anges existent-ils vraiment ? Annabelle dit que oui. Pour ma part, je n'en ai jamais vu. Peut-être mon cœur n'est pas assez pur ? Quoi qu'il en soit, les démons existent, c'est certain, alors pourquoi pas les anges ? Mais s'ils existent ce sont de gros enfoirés. Parce que des démons, ils en ont laissé filé des dizaines et je n'ai toujours pas vu la moindre plume se balader nulle part. Alors soit ce sont des héros de la discrétion, soit ce sont des puissances dans une tour d'ivoire qui s'amusent à regarder les humains crever sous leurs yeux sans bouger. Annabelle les pense bons. Moi je les crois plutôt indifférents et pète-culs. Chacun son avis. Je vous confirmerai ça quand j'en aurai croisé. Mais je ne peux bien sûr pas expliquer tout ça à Calypso, déjà, parce que le secret d'Anna ne m'appartient pas, et ensuite parce que cela mènerait à bien trop de questions auxquelles je ne veux pas avoir à répondre. Pas devant Calypso. Aussi, quand elle me pose la question, je réponds par un simple,

« Je ne sais pas. Je n'en ai jamais croisé. Mais s'ils existent, ils me doivent une explication pour les vies horribles que mènent certains d'entre nous... »

Calypso se redresse et décide de quitter ma demeure. Elle a sans doute peur de me gêner. Mais elle tient à peine sur ses jambes.

« Assieds-toi et bois un peu. Et il reste des cookies ! Je reviens ! » Je me lève et me dirige vers ma chambre, la pièce où sont rangés les ouvrages sur le surnaturel. J'en récupère trois, le Malleus Maleficarum de Jacques Sprenger et Henri Institutoris, datant de 1494, Curiosités des sciences occultes de Paul Lacroix (daté fin XIX), une copie de la Clavicule de Salomon et une de « Scivias » d'Hildegarde von Bingen, un recueil des différentes visions de la nonne. Elle aurait eu la visite d'être célestes, dit-on. Vérité ou visions ? Et quelle différence ? Calypso, comme moi savons que les visions peuvent avoir une influence notable sur le monde. Je suis de retour après quelques minutes à peine. Je dépose les livres sur la table basse. « Voilà. Quelques exemplaires de ma collection. »

J'espère la garder encore un peu à mes côtés, le temps qu'elle se remette vraiment. Elle tient à peine debout. Je la laisse feuilleter les ouvrages à sa guise, prêt à répondre si elle a des questions... Tant que ces questions ne sont pas trop précises...  


Code by Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 35 ans.
Métier : Prophète. Professeur de Lettres Classiques.
Situation : Célibataire.
Localisation : Chicago.
Feat. : Jessica Stroup
Copyright : Neige + Tumblr+ Libella+ Sian.
Je suis aussi : X
Date d'inscription : 13/02/2017
Messages : 275

Message Sujet: Re: Collègues et amis [ft. Calypso] Ven 15 Sep - 14:42



Collègues et amis

Ft Matthew W. Graham


Les réponses de Matthew au sujet des Anges ne l’éclairent pas du tout. Calypso ne savait pas trop à quoi s’attendre en guise de réponse. Elle-même pataugeant dans le flou… Si elle savait que dans quelques jours sa route croisera celle d’un Archange, elle tiendrait un tout autre discours…Cependant il réveilla sa curiosité… Pourquoi porte-t-il autant d’intérêt à tout ce qui est surnaturel ? Croit-il réellement que ses visions sont liées à ce genre de … chose ? Une réflexion qui la rend perplexe. C’est un peu farfelu s’il s’agit de trouver des solutions dans cet univers là… Aux yeux de l’enseignante, cela traître simplement de science-fiction fanatique ayant traversé le temps et l’espace… Rien de bien réel… N’est-ce pas ?

Pourtant le doute s’immisce en elle.
Des vieux ouvrages traitant ce genre de sujet sont déjà passés dans ses mains. Que ce soit religion ou autre. Les écris sont là. Et certains ont donnés leur vie pour ces vieux parchemins. Décidément, le mystique a sa part d’inconnu.

« Je ne sais pas. Je n'en ai jamais croisé. Mais s'ils existent, ils me doivent une explication pour les vies horribles que mènent certains d'entre nous... »
Debout, la prophétesse tourne la tête dans la direction de son ami. Une petite moue à sa bouche. Elle ne peut que l’acquiescer. S’il y a vraiment une puissance là-haut, on ne peut pas dire qu’il sache bien faire son boulot. Caly lui offre un doux sourire.  « S’ils existent, cela signifierait que leur contraire aussi… Le Yin s’accompagne toujours du Yang. Ne dit-on pas Enfer et Paradis ? Le bien et le mal ? Je pense qu’ils ne sont pas responsables de toute cette souffrance qui se propage ici-bas… En admettant que tout ceci existe. » Elle hausse doucement ses frêles épaules. Des preuves… Voilà ce qu’il leur faut. Autant attendre le dis miracle, non ?

Matthew l’invite à nouveau à se rasseoir. Mais… Elle a envie de lui dire qu’elle va mieux. Que ses forces reviennent peu à peu et surtout, qu’elle ne veut pas empiété sur son temps. Il doit sûrement retourner à l’université… De quel droit le monopolise-t-elle ? L’embarras se lit dans ses iris lorsque son postérieur se rassoie bien sagement. Elle n’a pas touché à sa tasse de thé dont le liquide doit être froid à présent… et son estomac n’a plus envie d’avaler quoique ce soit. La politesse… les bonnes manières la poussent à prendre son thé pour en boire une gorgée… non sans grimacer. Mais il n’a rien vu. Matthew a déjà quitté le salon comme un missile pour mieux revenir, armé de quelques livres. Son regard clair le suit, sa tasse posée sur l’une de ses cuisses. Caly ne peut s’empêcher de sourire chaleureusement. Oh elle voit bien son petit manège et quelque part, elle se sent flattée par l’attention qu’il lui porte. Comment un homme aussi gentil peut rester seul ? Les femmes sont-elles aveugles ? Ou bien… est-ce lui qui refuse tout simplement une relation… ? De mémoire, elle ne l’a jamais vu avec une femme au bras. Aucun bruit de couloir à son sujet. Soit il est très discret sur sa vie privé, soit il est… gay ? Ses sourcils se froncent un peu. Son cerveau turbine de nouveau et à tendance à déraper dans d’incontrôlables hypothèses. La seule chose qu’elle admet en silence, est que cela ne la regarde pas !  

Il dépose le tout sur la table basse. Comment attirer son attention ! Il sait qu’elle aime les vieux écris. Peu importe le sujet du moment qu’il est des décennies dans ses pages. Son regard passe de Matthew à la première couverture qui se dresse sous son nez.  « Ce sont des originaux ? » Qu’elle hasarde avant de ramener son fessier sur le bord de l’assise. Elle plonge une main dans la poche de sa veste pour en ressortir ses lunettes qu’elle pose directement sur son nez. Voilà de quoi attiser son intérêt pour les vieilleries. Son minois redevient sérieux. Le professeur dans toute sa splendeur ou la jeune femme fascinée se penche en avant… Sa tasse est posée puis elle tend ses doigts vers l’ouvrage et le caresse doucement.  « Malleus Maleficarum … » Elle hausse les sourcils, visiblement elle apprécie ce qu’elle voit. Le livre est posé pour regarder le second… Paul Lacroix et ses sciences occultes… Il ne tarde pas à se poser sur le premier… son regard parcours le troisième… Hmm Clavicule de Salomon. Son joli visage reste figé dans son sérieux professionnel. Difficile de cerner ce qu’elle a derrière la tête. Mais lorsqu’elle saisit le dernier ouvrage… ses yeux s’écarquillent aussitôt et se mettent à briller d’exaltation. « Hildegarde… » qu’elle souffle en relevant le bout de son nez vers Matthew , le livre dans ses mains.  « C’est un vrai petit trésor… Elle avait des visions… Est-ce que… Est-ce que je peux te… » Mais elle n’a pas le temps de formuler sa question que son téléphone braille une chanson de U2. Là, planqué dans son autre poche. Calypso en sursaute presque.  « Toutes mes excuses.. » Le livre gardé contre sa poitrine, elle se penche un peu sur sa gauche pour accéder à son portable qu’elle sort rapidement. Le coup d’œil au numéro est suffisant pour l’inquiéter.  « Je suis désolée, je dois prendre cet appel… » Qu’elle bafouille tout en se relevant du canapé, l’ouvrage contre son flanc. Elle fait quelques pas mal assurés en direction de la porte tout en décrochant.

 « Cia… ? … Mais attends… Parle moins vite ! Quoi ? T’es où ? Oh c’est vrai… J’ai… j’ai eu un contretemps… Non je ne t'ai pas posé un lapin. » Elle se tourne légèrement vers Matthew pour lui sourire doucement. Son interlocuteur s’époumonant à l’autre bout du combiné. Elle répond d’une voix douce pour rassurer son étudiant préféré.  « Chez un ami… Oui, un ami. Arrête de t’inquiéter, tout va bien. Je suis là dans une demi-heure tout au plus. Oui… » Roule des yeux.  « Oui je serais prudente. A tout à l’heure. » Et elle raccroche, soulagée de ne pas répondre maintenant au questionnaire de Ciaran. C’est reculé pour mieux sauter !

En revanche, c’est la mine désolée qu’elle s’approche du professeur. Ennuyée pour le coup. « Je dois prendre congé… » Elle secoue doucement le téléphone à côté de sa bouille désolée.  « Merci pour tout Matthew… pour ton soutien et nos confidences… J’espère que nous pourrions rapidement nous revoir autour d’un thé, dans des circonstances moins pesantes. Je vais appeler un taxi. » Un sourire entendu, elle commence à se détourner mais s’arrête pour revenir à lui.  « J’oubliais… » Elle lève le livre qu’elle tient à bout de bras.  « Puis-je te l’emprunter ? »


Code by Joy


Je remets ma vie à... Un plus tard abandonné. Pour simplement vivre. Tenter d'atteindre une humanité. Des lambeaux de terre, me regardaient disparaître. Et parmi les pierres, je vivais et j'espérais, tu sais...


Elle prédit en #D79F68
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Collègues et amis [ft. Calypso]

Revenir en haut Aller en bas
 

Collègues et amis [ft. Calypso]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Collègues à amis (Caroline/Teruki, suite de l'anniversaire de Seth)
» les vrais amis
» Adieux aux amis du vieux Tom
» Un truc pour nos amis les chats.
» Calypso.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Midwest :: Chicago-