Partagez | .
 

 Rafe Lockwood > Well we wouldn't want to make things easy now would we?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Rafe Lockwood > Well we wouldn't want to make things easy now would we? Jeu 7 Jan - 23:35


Rafe Lockwood
UNE PETITE CITATION ICI

 
FT. Matt Ryan
# TYPE : Personnage inventé
  # NOM : Lockwood
  # PRÉNOMS : Rafe
  # SURNOMS : Rafie, en général
  # AGE & DATE DE NAISSANCE : 34 ans.
  # LIEU DE NAISSANCE :  Merthyr Tydfil, Pays de Galles
  # RACE : Sorcier, et fier de l'être, merci bien
  # GROUPE : Créatures Surnaturelles
 # SITUATION MARITALE : Célibataire endurci. Sans mauvais jeu de mots
  # PROFESSION : pecno scribe, roi de l'enfer, prêtre ... ?
  # ORIENTATION SEXUELLE : Pansexuel. Quoi? JE vous merde ceux qui ne sont pas contents.
  # AUTRES INFORMATIONS : Je suis né au Pays de Galles et mon gars, ça s'entend! J'ai beau avoir passé plus d'une dizaine d'années aux Etats Unis, j'ai gardé un fort accent gallois, ce qui me démarque du lot.
# ANECDOTE 1 : Me voir sans une cigarette au bec? Rare, sauf en intérieur, et encore, dans les lieux publics. Sinon je fume comme un pompier. On me dit que j'en crèverais un jour, moi j'ai tendance à dire que je serais mort de mes actions et ma grande gueule avant la cigarette.
 
# ANECDOTE 2 : Enfin, il faut dire que je me néglige point de vue santé de manière générale. Je mange...PAs très régulièrement, je dors pas de manière régulière non plus (sans aller dans l'insomnie, disons que j'ai tendance à oublier de dormir des fois).
 
# ANECDOTE 3 : Prompt à des accès de mélancolie, il vaut mieux ne pas être dans les alentours à ce moment-là. Je bois, beaucoup, là où habituellement je ne bois que rarement à être ivre, et je vois tout en noir plus que noir. Bonjour la compagnie. Généralement je me laisse aller chez moi, dans mon petit appartement à moitié enterré.
 
# ANECDOTE 4 : Je me défend bien, mais il y a des fois (la plupart du temps) où fuir est la meilleure option. Ce qui fait que...Eh bien je me défend bien, mais je fuis encore mieux. Une vraie gazelle, la ligne en moins.
 
# ANECDOTE 5 : ici votre anecdote.


  LE CARACTÈRE
# QUALITÉS & DÉFAUTS : Rafe c’est…Une sale bête. En résumé; si on part un peu plus dans les détails…on peut envisager comprendre cet énergumène.
Ce qu’il a vécu dans sa vie, ainsi que la magie, l’ont transformé d’un garçon gentil, turbulent certes, mais gentils et attentionné, à ce qu’il est aujourd’hui : Un homme désabusé, névrosé (même s’il ne se l’avoue pas) et qui a un gros problème avec sa propre image. En effet, il n’attend plus grand-chose de la vie, même s’il sait profiter des petits plaisirs de cette dernière quand il s’en présente un, et quelque part, ça le ronge ne plus croire à rien hormis sa magie. Le Bien ? Le Mal ? Ha, la bonne blague. Tout le monde croit que le monde est fait de blanc et de noir, alors qu’en réalité il est tout en nuance de gris. Rendu égoïste à force d’avoir trop donné aux autres, il a aussi développé une résilience toute particulière. Il encaisse, c’est un fait, mais attention au retour de bâton, car se considérant comme n’ayant plus rien à perdre, il en devient dangereux. Extrêmement dangereux. Si vous ajoutez à cela sa détermination à la limite du borné et sa propension à changer d’humeur comme de chemise, méfiez-vous.

Pourtant, cette détresse qu’il ressent, il la cache, l’enterre douze pieds sous terre dans son esprit et a, au fil du temps, érigé des barrières pour que les gens ne tombent pas dessus par inadvertance. Ses principales armes, hormis la magie ? Son sarcasme et son cynisme, dont il use d’une main de maître. Un humour souvent douteux mais qui lui permet d’affirmer cette impression de je-m’en-foutisme profond qui semble lui coller à la peau comme un parfum un peu trop fort. Couplez à cela une insolence digne du diable, une bouche qui ne semble pas avoir de bouton « OFF » et une propension à provoquer les gens qui lui semblent prompts à y répondre et vous aurez son attitude générale face à la plupart des gens. En gros, il apparaît comme une saloperie de première et ce n'est pas lui qui tentera de démentir les rumeurs, au contraire, il serait du genre à les alimenter. Elles se contredisent les unes les autres? Tant mieux! De cette façon les gens ne savent plus à qui ils ont affaire et ça lui permet de garder ce qui le ronge pour lui.

Mais creusez un peu, ronger votre frein si vous avez envie de le frapper, et collez-le, suivez-le, entrez même dans son jeu. Là, vous découvrirez un peu plus qui il est quand on apprend à le connaître. Car Rafe est un homme qui possède des qualités certaines, même s’il faut parfois plisser les yeux un bon moment avant de les apercevoir. Premièrement, il est quelqu’un d’intelligent. Alors, remettons les choses au clair tout de suite, si par intelligent vous pensez à « avec un grand savoir », vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Lui, il serait plutôt du genre McGyver que Spock, si vous voyez ce que je veux dire. C’est un débrouillard, de ceux qui vont utiliser ce qu’ils ont sous la main pour s’en sortir plutôt que de chercher la solution alambiquée et Ô combien capilotractée. Beaucoup plus sociable que son extérieur le suppose, il n’hésite pas à aller voir les gens, que ce soit pour une simple discussion ou bien pour faire son numéro de charme. Car oui messieurs dames, quand il le veut, le sorcier peut se montrer tout à fait charmant…Dans une certaine mesure, il ne va pas devenir le parfait gentleman non plus, mais il respecte les femmes, bien plus qu’on ne le penserait. Autre chose qui en surprend toujours plus d’un : Il a un truc avec les enfants. Même en étant une saloperie, les enfants l’aiment bien et il a toujours su y faire avec eux. Aller comprendre, vous.

Si vous allez encore plus loin, si vous entrez dans sa sphère privée, non seulement vous aurez droit à des informations qu’il ne divulgue pas habituellement, mais en plus vous arriverez à une partie de lui qu’il pense avoir perdue à jamais. Son côté protecteur, par exemple. Pour tout ce qu’il peut sembler détaché de ce qui peut arriver aux autres, si quelqu’un dont il est proche se retrouve menacé, il n’ira pas par quatre chemins pour rétablir les choses comme elles devraient l’être. C’est aussi quelqu’un de tendre, de tactile (ce qu’il est aussi si vous venez juste de le rencontrer cela dit), qui, s’il ne cache jamais être pour un peu de roulement dans les draps, aime cajoler. Chanceuse sera celle qui arrivera à le faire fondre, car il est un véritable nounours empli de tendresse quand il est amoureux (en revanche niveau romantisme…il lui faudrait un coach). Et surtout, il n'aime pas à moitié; quand il aime, c'est tout entier et profondément, ce qui, vu sa vie jusque-là, le terrifie au plus haut point.

Cependant gardez en tête, il est un être indomptable et imprévisible, usant de la magie comme bon lui semble dans la limite de ses capacités, et avec une franchise qui pourrait en désarmer plus d’un. Alors restez vigilent.  


  LES DESCRIPTIFS
# POUVOIRS : Je suis un sorcier, un Elève. Mes pouvoirs jeles ai appris d'un autre et pour être honnête, je pense être franchement pas dégueux en magie. Pour commencer, je connais parfaitement le fonctionnement des cercles rituels, au point que je suis capable d'en créer de rien pour avoir de nouveau sorts et de modifier des existants pour les ajuster à mes besoins. Cela prend du temps et beaucoup de préparation cela dit. C'est mon point fort, les rituels. Je ne suis pas mauvais en potions non plus, le truc étant qu'elles me viennent moins souvent en aide que les autres sorts. Oh et j'apprend, doucement mais sûrement, à manipuler le feu. En revanche, ça me fatigue beaucoup et...Comme j'ai tendance à ne pas écouter les signaux que mon corps m'envoie, il peut arriver que je finisse par tourner de l'oeil.

 

  # ARMES : Ma magie dans ta gueule, tu vas comprendre que c'est une très bonne arme. Mais j'ai aussi un couteau dans un petite étui à l'arrière de mon pantalon, sous mon trench. Ce n'est pas grand chose, mais j'ai tendance à me casser que de risquer de me faire mettre au tapis.

 

  # COMPÉTENCES DIVERSES : Je parle Gallois. Quoi on s'enf out MAIS JE VOUS...Ahem. Bref, je vous zut très profond. Je fais un excellent chocolat chaud, surtout avec des marshmallows.

 
SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Rafe Lockwood > Well we wouldn't want to make things easy now would we? Jeu 7 Jan - 23:40


HISTOIRE
UNE PETITE CITATION ICI

# Chapter 1: Picture, picture, smile for the picture, pose with your brother, won't you be a good sister? Everyone thinks that we're perfect. Please don't let them look through the curtains. Son enfance, cette époque bénie qui lui semble si lointaine à présent. Leur famille apparaissait comme la parfaite petite famille galloise, respectable, ne roulant pas sur l’or, mais normale. Le père travaillant dans les mines de fer proche de leur petite ville de Merthyr Tydfill. La mère était une femme au foyer faisant des travaux de couture afin d’avoir un autre revenu, moindre certes mais au moins ils savaient qu’ils pouvaient s’en sortir avec les deux bouches à nourrir qui allaient bientôt arriver. Elle était enceinte de jumeaux, elle espérait des garçons, afin qu’ils puissent l’aider à la maison, mais ne serait pas contre une fille aussi, afin de ne pas se sentir trop seule.

Au final, elle eut les deux. Un garçon, qu’ils appelèrent Rafe et une fille, qu’ils nommèrent Cassandra, surnommée affectueusement Cassie. Mais ça ne tombait pas bien, les mines fermaient les unes après les autres, des grèves démarraient partout…Il ne faisait pas bon d’être mineur sous Margaret Thatcher. Alors le père de Rafe commença à chercher autre chose et commença un job dans une entreprise de cariste. Au bout de trois ans, il avait un poste de direction plutôt haut placé et l’argent rentrait. Sauf qu’il ne voyait plus sa famille. Rafe et Cassie n’ont jamais vraiment eu beaucoup de temps avec leur père. Ni leur mère d’ailleurs. Avec de l’argent économisé grâce au nouvel emploi de son mari, elle avait ouvert sa petite entreprise de prêt à porter féminin. Autant dire que la plupart du temps, les deux enfants étaient laissés seuls ou aux bons soins d’une nounou.

Vous les croyez sage ? Quand la naïveté vous tient…Ils étaient tout sauf sages. Jamais méchants cependant, simplement…Près à faire les 400 coups. Ils ont très vite compris que dans ce monde, c’était eux vs le reste du monde et ils restaient ensembles, quoi qu’il arrive. Dans leurs écoles, ils restaient dans les mêmes classes, se protégeaient mutuellement, s’échangeaient des réponses…Ils étaient des petites terreurs des bacs à sable. Sérieusement. Pourtant, jamais ils n’ont fait du mal à qui que ce soit, ils étaient des chahuteurs et des indisciplinés notoires, mais pas des brutes. Malgré tous les cheveux blancs qu’ils pouvaient donner à leurs instituteurs, puis professeurs, ils avaient des notes honorables. Pas les premiers de la classe, mais loin d’être les derniers de la classe pour autant.

Mais tout ceci, cette image de la famille parfaite avec des parents qui réussissent et des enfants charmants, n’était qu’une mascarade sans queue ni tête. Les deux enfants n’ont jamais été proches de leurs parents de par l’absence quasi constante de ces derniers. Son père avait des aventures dans le dos de sa mère tandis que cette dernière buvait pour survivre au stresse que sa maison de prêt à porter lui imposait. Alors les deux enfants avançaient dans la vie avec pour seul allié l’un et l’autre.

Ce qui fut prouvé quand, au lycée, Cassie se découvrit une attirance pour les femmes. Elle en parla à Rafe. Autant dire qu’il ne s’y attendait pas. Rien ne lui avait jamais donné de signes avant-coureurs, si tant est que ce genre de choses existe. Il est resté comme deux ronds de flan quand elle le lui a annoncé, nerveuse et tendue à faire pâlir une corde de guitare. Ce qui le fit finalement réagir ? Les larmes qui commencèrent à couler sur les joues de sa sœur. Bon sang, elle avait dû croire qu’il allait la rejeter, à ne pas répondre comme ça. Il s’empressa de l’étreindre. Une étreinte forte, sûre de ce qu’il voulait. Il voulait qu’elle soit heureuse tout comme elle voulait qu’il soit heureux. Il n’allait certainement pas laisser le fait qu’elle lui ferait de la concurrence changer cela. Il en fit même une blague douteuse, ce qui eut le don de la faire rire au moins. Si lui était prêt à l’accepter (et soyons clair, ça restait quelque chose pour laquelle il lui faudrait un temps d’adaptation, mais il l’acceptait), leurs parents ne seraient pas de cette avis. Leur père avait déjà très mal vécu que la communauté LGTB de Londres ne vienne soutenir la cause de mineurs en 84, alors s’il apprenait que sa propre fille avait des penchants qu’il considérait mauvais…Dieu seul sait ce qu’il pourrait faire.

Ils n’eurent pas longtemps à se le demander. A peine un an après cette révélation, Cassie fut surprise par son père dans un café près du lycée en train d’embrasser une autre fille. Il la ramena pronto à la maison, où Rafe était déjà, planchant sur ses devoirs chimie (quoi ? Il étudie, vous croyez quoi ?). La commotion le fit descendre en trombe et il finit par comprendre ce qu’il se passait, allant aux côtés de sa sœur, la prenant dans ses bras.

"Rafe, restes en dehors de cela."
"Et pourquoi ? T’as jamais été là quand on en avait besoin, pour moi, la seule personne qui ait jamais été là, c’est Cassie. Tu crois vraiment que si j’ai à choisir entre cette maison et ma sœur je choisirai cette maison ?  Dans ce cas tu es encore plus con que je ne l’imaginais."
"Tu vas changer de ton avec moi Rafe !"
"Et pourquoi ? Parce que je te dois le respect ? Respect mon cul ! Le respect ça se respecte, et toi, t’as fait quoi pour le mériter ? Hormis participer à notre création pour ne plus jamais avoir à faire à nous ?!"
"Rafe…Arrête"

Cassie savait ce qu’il faisait, il détournait l’attention de son père d’elle vers lui, pour la protéger. Mais elle savait que cela pouvait compromettre ses chances d’avoir encore un avenir tranquille, à l’abri du besoin jusqu’à ce qu’il quitte le cocon familiale, contrairement à elle qui serait probablement mise à la porte pour ses penchants. Oui, il était un peu radical le père. Il serra la main de sa sœur pour lui signaler qu’il resterait quoi qu’il puisse lui arriver. Ce à quoi il ne s’était pas attendu, ce fut la gifle que son père lui administra, sous les yeux apeurés de sa mère et ceux, choqués, de sa sœur. Lui, pour sa part, resta muet un moment, avant de se reprendre et de flanquer un crochet du droit à son père, l’accrochant au niveau de la pommette et du nez, le lui cassant probablement.

"C’est la dernière fois que tu lèves la main sur moi ou sur Cassie." Il se tourna vers sa sœur "Viens, on fait nos bagages."

Sa sœur eut un moment de confusion, mais elle comprit vite et un sourire triste pris place sur son visage. Elle savait qu’il avait raison, qu’ils devaient partir, ou du moins, qu’elle serait obligée de partir, mais il refusait de la laisser seule. Après tout, c’était eux contre le monde. Ils firent des valises sommaires, de quoi s’habiller pour une semaine, de l’argent mis de côté dans une boîte à chaussure (oh, il avait très vite compris que s’il laissait l’argent dans le compte en banque, son père pourrait lui couper les vivres quand bon lui semblait et il ne voulait pas se retrouver à la merci de cet homme) et hop, ils étaient partis. Ou presque, ils atteignaient la porte d’entrée là surtout.

"RAFE !" le jeune homme se tourna, sa sœur aussi "Si tu passes cette porte, n’espère pas pouvoir revenir un jour dans cette maison." A la surprise générale, ce ne fut pas Rafe qui répondit, mais Cassie, les yeux brûlant de fureur.
"Dans ce cas considères que tu n’as plus d’enfants ! Pas si tu vires Rafe parce qu’il défend sa propre sœur, alors que vous n’êtes que des arriérés !"

Sur ces quelques mots, ils passèrent la porte et partirent pour Cardiff. Là-bas, au moins, personne ne les connaissait, ils pourraient trouver un endroit où dormir et après…ils aviseraient.

Aviser fut bien plus facile à dire qu’à faire. Ils se firent faire des cartes d’identité afin de se faire embaucher dans des petits boulots et pouvoir payer un appartement. Un pauvre petit studio avec à peine assez de place pour dormir sans se marcher dessus, mais au moins, ils étaient tranquilles. Ils n’avaient que seize ans, mais ils allaient s’en sortir, Rafe y croyait et quand il croyait en quelque chose, il pouvait se montrer si déterminé…Ils arriveraient à faire fonctionner cette vie en attendant de pouvoir l’améliorer.

# Chapter 2: We think that when your childhood ends, your innocence ends too. But that’s not true; it’s when you’ve seen what lurks in the shadows that the innocence is truly gone. Forever. Ca n’a pas été facile, ces deux années. Rafe a commencé à voler, de la nourriture plus que de l’argent ou des objets, afin de subvenir convenablement à leurs besoins malgré leurs deux jobs. Il faut dire qu’un plongeur dans un petit restaurant sur la baie et une employée dans un Burger King…On a connu des jobs qui payaient plus. M’enfin, ils étaient libres au moins. Rafe avait fini par apprendre à utiliser des techniques de Parkour pour échapper à la police dans les rares cas où il se faisait prendre la main dans le sac. Cassie n’avait de cesse de lui dire qu’il devrait arrêter, ils arriveraient bien à s’en sortir un jour. Mais il continuait, parce que même si ce n’était que de cinq minutes, Cassie était sa petite sœur.

Pourtant, ce pan de vie prit fin quand, un soir, Rafe rentra à l’appartement pour trouver la porte coincée. Il tenta l’humour, rappelant la fois où il était entré sur sa sœur et sa conquête du moment en grand moment d’intimité (autant dire que si ça pouvait relever du fantasme de certain, quand c’est votre propre jumelle…Ca traumatise autant que de voir vos parents à l’œuvre, je vous le dis), mais non, pas de réponse de l’autre côté. Il commença à paniquer quand du sang dépassa le seuil de la porte, coulant sur le linoléum verdâtre du couloir. Usant d’un peu de muscle et d’huile de coude, il réussit à ouvrir la porte, y trouvant derrière…le corps d’une femme sans vie, la gorge ouverte. Ni une ni deux, il vida son estomac non loin. Jamais il n’aurait pensé voir un tel spectacle un jour. Puis il reposa son regard sur la jeune femme. Non, ce n’était pas Cassie. Mais alors… ?

"Ah ! Rafe ! Désolé, je n’ai pas eu le temps de faire le ménage. Et en plus tu m’en rajoutes, sympa…" dit Cassie avec une moue de dégoût. Rafe observa sa sœur, incrédule.
"Cassie. Qu’est-ce que tu as fais ?" sa sœur lui offrit un sourire mauvais, ses yeux flashant noirs et là…Le jeune homme comprit que ce n’était pas sa sœur qui était devant lui "Qui êtes-vous ?! Où est ma sœur ?!"
"Oh, mais elle est là. Simplement…indisponible. Quant à moi ? Qui je suis n’a pas vraiment d’importance."
"Vous êtes quoi bordel ?!"
"Ah, là est une question pertinente. Vois-tu, je suis un démon." Elle laissa un temps de latence avant de reprendre "Ne me regardes pas comme ça. On dirait que tu as vu un ovni. Car oui, les fantômes existent, donc il serait probable que tu en ait vu un. Un ovnis en revanche…Mais passons."
"Qu’est-ce que vous me voulez ?"
"Es-tu prêt à me vendre ton âme ?" elle ne semblait pas convaincue et le fait que toute l’attitude de Rafe hurlait qu’il se prépare à se battre lui indiqua sa réponse "C’est bien ce qu’il me semblait, dans ce cas, je n’ai pas besoin de toi." D’un geste de la main de sa part, Rafe se retrouva à l’autre bout de la pièce, expulsant l’air de ses poumons. Il atterrit au sol avec un grognement de douleur. Purée, il s’en était pris des coups, mais des murs ? Jamais. Le démon s’approcha et commença à l’étrangler. Il a bien crut mourir à ce moment-là, mais sans qu’il ne comprenne pourquoi, elle relâcha sa gorge et l’observa un instant "Oh…J’aime ce que je peux lire dans tes yeux…Rien que pour le potentiel que tu as, je vais te laisser vivre, et te laisser me pourchasser. Mais pour m’avoir…il faudra faire de ton pire."

Et la seconde d’après, Cassie, ou le démon qui avait pris possession d’elle, avait disparu. Rafe resta allongé par terre un long moment. Le temps de digérer tout cela. Quand il sembla reprendre le contrôle de son corps, le jeune homme observa l’appartement, le corps sanguinolent et à peine froid, le bordel ambiant à cause de son valdingage à travers la pièce, l’absence de Cassie…La réalisation se fit plus brutale qu’il ne l’aurait imaginé. Cassie n’était plus. Même si le démon lui avait dit qu’elle était encore quelque part dans le corps, rien ne le lui garantissait et quand bien même, que pouvait-il faire ? Pendant une bonne heure encore, il resta à ne pas savoir quoi faire, mais il devrait bouger et vite. Avant que quelqu’un ne comprenne que quelque chose n’allait pas et n’appelle la police. Ha ! il serait dans de beaux draps. Allez expliquer à un agent de police qu’un démon a pris possession du corps de votre sœur jumelle et a tué cette fille, inconnue au bataillon soit dit en passant. Ahah, si vous ne finissez pas dans une chambre capitonner en camisole de force, vous aurez de la chance. Reprenant ses esprits, Rafe prit un sac et y plaça ses affaires en moins de temps qu’il n’ne faut pour dire « Ouf » et partit par la fenêtre, incapable de repasser près du corps de la jeune femme. Il serait probablement recherché dans tout le pays quand le corps serait retrouvé… Il devait quitter le pays. Alors il prit la direction de l’aéroport de Cardiff et quitta le pays, direction les Etats-Unis. C’était un pays suffisamment grand pour cacher un type de dix-huit ans, tout de même…

Il s’avéra qu’il avait raison. Personne ne l’emmerdait. Bon, il ne pouvait pas espérer boire la moindre goutte d’alcool pendant encore trois bonnes années (un fait qui l’attrista horriblement, pays de faux prudes…), mais au moins, on lui foutait la paix. Son accent ne trompait personne cependant, alors il ne mentit même pas sur ses origines. Le pourquoi il était là ? Voyage après le diplôme de fin d’études et avant d’aller pourrir sur les bancs de l’université. Officiellement. Officieusement, il avait un travail à faire : retrouver ce démon qui avait pris possession de Cassie et l’obliger à lui rendre sa jumelle. La grande cependant, comment retrouver le démon en question ? Elle avait disparue si soudainement, sans même lui laisser un seul indice…Si ça se trouve, elle était encore au Pays de Galles, à attendre que Rafe ne la retrouve alors que lui se trouvait à l’autre bout du monde, perdu à New-York. Autant commencer par le commencement, à savoir, se renseigner sur les démons. Parce que retrouver sa sœur, c’est bien beau, mais si c’était pour se retrouver devant un démon et ne pas savoir quoi faire…autant ne rien faire du tout. Rafe écuma alors toutes les librairies surnaturelles de la ville et sur le net, mais au final, ça en devenait plus confus qu’autre chose. Jusqu’à ce qu’un homme ne l’approche dans une librairie.

"Je peux vous aider ?" honnêtement, Rafe crut qu’il faisait partie de la dernière boutique de sorcellerie qu’il avait trouvé, alors ans même réfléchir, il lui répondit, la tête penchée sur un lourd volume de…D’il en savait même plus quoi.
"Si vous savez comment retrouver un démon précis et le faire sortir d’un corps, oui. Sinon, passez votre chemin et oubliez que vous m’avez vu…"
"Je pense pouvoir t’être utile. Je m’appelle Larten." Rafe releva soudainement la tête, les yeux plisser par méfiance.
"Vous êtes quoi ?" le qui ayant déjà trouvé réponse.
"Un sorcier."
“Prouvez-le”

Larten observa aux alentours, puis sa main se mit à brûler, avec des flammes, devant ses yeux. Le jeune homme se leva de sa chaise et fit deux pas en arrière, manquant de faire tomber la dite chaise. D’un simple geste, le feu disparu, laissa la main de son propriétaire comme si rien ne s’était passé. Okay. Ce type n’était PAS humain, mais de là à dire qu’il n’était pas non plus un démon…Quoi qu’il avait lu quelque part que les démons n’aimait pas trop le feu, ou l’inverse. Il ne s’en souvenait plus. En revanche, il se souvenait avoir lu que les démons n’aimaient pas le sel. Bien, voyons ça. Il farfouilla dans ses poches, et trouva un sachet de sel d’un fastfood.

"Avalez ça." Larten haussa un sourcil mais s’exécuta. Il prit le sachet de la main de Rafe et l’avala d’une traite. Puis il attendit. Voyant que cela n’avait aucune sorte d’incidence, Rafe se détendit.
"C’est bon, je vous crois. Et en quoi le fait que vous soyez un sorcier pourrait m’aider ? Parce que vous brûler c’est bien gentil mais ça ne va pas m’aider."
"Je peux te donner des informations…" il observa le livre encore ouvert sur la table "Sérieuses, sur les démons et sur le monde surnaturel en général."
"Vous pourriez m’apprendre à déloger un démon d’un hôte ?"
"Et bien plus encore. Je peux faire de toi un sorcier. Tu as du potentiel…"

S’en suivit une longue conversation sur toute cette histoire et finalement, Rafe accepta que le sorcier l’entraine, afin de faire de lui un sorcier. Avec ses pouvoirs, il pourrait invoquer des démons et même les exorciser. Comment aurait-il pu se douter qu’il pouvait le faire sans devenir un véritable sorcier ? En tout cas, Rafe fut un élève avide de connaissance. Ce qui commença comme une nouvelle voie dans sa quête pour sauver sa sœur devint une véritable drogue, sans même qu’il ne s’en rende compte. En un peu plus d’une dizaine d’années, il devint très doués en rituels divers et variés (les symboles semblaient faire plus de sens pour lui que les potions, allez comprendre), apprit à manipuler le feu, sans pour autant savoir s’en servir avec la même dextérité que Larten (à dire vrai, il s’en sert surtout pour impressionner voire effrayer ses adversaires plus que pour vraiment user de l’élément en lui-même) et à faire quelques potions, même s’il est franchement pas très doué pour ces dernières, il lui arrive d’en réussir quelques-unes régulièrement (et de toute façon, si sa potion rate, contre un ennemi, si l’effet est pas le bon il est en général pire que celui prévu donc…Ca marche en un sens).La sensation qu’il avait quand il utilisait sa magie…Une énergie parcourant tout son corps qu’il pouvait modeler comme il le souhaitait, au gré de sa volonté et selon les symboles qu’il utilisait dans ses rituels, c’était si enivrant. Il ne regrettait pas un seul instant d’avoir suivi Larten à travers tout le pays pour son apprentissage, rencontrant plusieurs communautés (dont celle de Louisiane qui l’a vraiment dérangé pour le coup…Trop étrange à son goût).

A présent, il était prêt à retrouver sa sœur. Pendant des semaines, il invoqua démon sur démon, changeant légèrement un symbole à chaque fois pour ne pas se faire repérer tout de suite, et les interrogea, un à un, cherchant à retrouver sa sœur. Il ne se rendait même plus compte que sa magie lui servait à la torture. Si borné qu’il était de retrouver sa cible, la limite entre le bien et le mal s’effaçait doucement. Mais ses efforts ont payé. Il a enfin eu un nom, LE nom, celui qui lui permettrait d’invoquer directement sa sœur, ou du moins le démon en elle. Ensuite il pourrait exorciser ce démon et retrouver sa sœur, vivre avec elle de nouveau, la protéger grâce à ses pouvoirs. Il voulut l’invoquer tout de suite, mais il lui fallait attendre l’équinoxe, le moment où ses pouvoirs seraient au plus fort, afin d’être certain d’avoir assez de jus pour pratiquer cet exorcisme. Eh oui, la magie c’est bien joli, mais ça use de l’énergie, vous ne pouvez pas savoir…Quand le jour fatidique arriva, il fit l’invocation, et sa sœur, sa Cassie, apparut devant lui, en plein dans le piège à démon qu’il avait dessiné au sol.

"Eh bien…Il t’en a fallu du temps pour m’invoquer. Tu ne voulais pas revoir ta très chère sœur ?" Rafe lui offrit un sourire provocateur.
"Et risquer de me faire péter la tronche sans l’entrainement adapté ? Même pas en rêve. Tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement démon." Le visage de Cassie se fit confus.
"De quoi tu parles ? N’importe quel humain lambda peut invoquer un démon, c’est bien ça le plus drôle, sinon bonjour pour récupérer des âmes corrompues ! D’ailleurs, tu n’y est pas allé de main morte toi. Ouh, la vilaine âme que tu as là…"
"Arrêtes avec tes mensonges ! Je ne suis pas là pour jouer."
"Oh mais moi non plus. Dis-moi…qui t’as appris tout cela ?" Avant même que Rafe ne puisse dire un mot, Larten sortit de l’ombre pour prendre la parole.
"C’est moi."
"Ah…je comprends mieux…pauvre petit Rafe si naïf et si déterminé à sauver sa petite sœur chérie qu’il s’est fait avoir par plus malin que lui."
"Où est-il, démon ?"
"Attendez, de qui vous parlez à la fin ?" ce fut le démon qui répondit à cette question.
"De Crowley. Mon patron. Larten ici présent a…un petit contentieux à régler avec lui. Seulement il avait besoin que quelqu’un d’autre n’invoque un démon, il est comme qui dirait blacklisté de par chez nous alors on ne vient plus. S’il t’a appris la magie, c’est pour avoir plus de puissance de feu contre le boss. Tu t’es fait enfler, mon petit Rafe"

Ce fut comme si le monde qu’il avait construit avec cet apprentissage, cet espoir qu’il pourrait récupérer sa sœur un jour s’écroulait d’un coup. Plus rien n’avait de sens. Son propre maître l’avait trahi, lui mentant sur la véritable raison qu’il avait de lui apprendre autant de choses…Qu’il ne se rendit compte que trop tard que Larten avait commencé à avancer vers le démon, une boule de feu à la main. Il lui avait menti, il avait ses raisons et Rafe lui devait beaucoup, mais jamais il ne le laisserait toucher à un seul cheveu de sa sœur ! Il s’élança vers son maître, le renversant. Se faisant, il brûla une partie du piège, libérant le démon. Alors qu’il aurait pu s’éclipser, il voulut observer, voyeur sadique, ce que ce jeune homme rempli de rancœur, de colère et de désespoir allait faire à son propre professeur. Après une bagarre plus qu’ardue et quelques bouts de chemises brûlés, Rafe finit par utiliser un Hex pour tuer Larten. Ce dernier ne s’y attendait pas ; son élève avait toujours rechigné à tuer. L’effet fut rapide, en quelques minutes seulement, le corps du sorcier finit de se contorsionner et sa vie lui échappa. Le démon était aux anges (pardonnez le mauvais jeu de mots).

"Il a tué. Mon bébé a tué ! Oh, ce que je peux être fière de toi !"

Elle semblait si heureuse. Pas rafe. Il n’avait plus de maître, il n’avait plus aucune innocence encore dans son cœur, mais il pouvait encore récupérer sa sœur. Il commença à entonner l’incantation latine pour exorciser un démon et monta en intensité, malgré le démon qui tentait de résister, qui l’envoya contre un mur, puis un autre, mais il continuait, encore et toujours, malgré la douleur et le sang qui envahissait sa bouche. Finalement, le démon quitta le corps de sa sœur et Cassie s’écroula au sol. Se précipitant à ses côtés, le sorcier vit bien que quelque chose n’allait pas. Il vérifia sa respiration et son pouls, mais les deux étaient faibles, faiblissant même.

"Cassie…Ca n’est pas possible, l’exorcisme ne devait pas te faire de mal !" sa sœur parla d’une voix faible, bien qu’un sourire rassurant s’afficha sur son visage.
"Et tu as raison. Mais ce démon…Si tu savais tout ce qu’il a fait…toutes ces années dans mon corps…j’ai été blessée mortellement…trop de fois. Je vais mourir Rafe."

Ca ne pouvait pas. Il avait vraiment fait tout cela pour rien ? Toutes ces années à espérer, à s’entrainer, pour finalement perdre sa sœur à cause de ce fichu démon ? Ca ne pouvait pas. Il avait probablement quelque chose dans son grimoire qui pourrait l’aider ! Si seulement il pouvait y accéder…Mais Cassie l’interrompit, lui parlant de cette fois où il l’avait surprise avec une autre fille, pour la première fois, quand ils étaient encore à Cardiff. Il lui sourit, malgré les larmes qui coulaient, lui racontant, lui parlant, restant à pour elle jusqu’à la fin.

"Au moins, je meurs en étant…moi. Merci Rafe." Furent ses derniers mots.

Par la suite, il transporta le corps jusqu’à un terrain où il l’enterra. Il serait compliqué de l’amener dans une morgue sans devoir expliquer pourquoi elle avait des traces d’hémorragie internes ou il ne savait quelles blessures dont il ne connaissait pas l’origine. Autant se rendre à la police à ce rythme-là. Maintenant, il devait trouver quoi faire. Son but premier étant détruit…Qu’allait-il faire de sa vie maintenant ? Voyager ? Oui. Il avait suffisamment d’argent de côté pour voyager un peu avant de devoir trouver un nouveau job. Oui, il allait faire ça, mettre autant de distance entre lui et la ville où il se trouvait actuellement, à savoir Chicago. Retournant à la chambre d’hôtel où il logeait avec feu Larten, il fit son sac avec quelques vêtements, des bougies, et dans un faux fond, son essentiel à la magie, ainsi qu’un exemplaire relié de la « Divine Comédie » de Goethe…Qui est en fait son grimoire. Sauf qu’un vieux bouquin avec marqué « GRIMOIRE » dessus, c’est un coup à se faire repérer par des chasseurs tout de suite. Alors que là, on le prendrait simplement pour un type avec des goûts un peu vieillots. Puis il mit le cap sur…Quelque part.

# Chapter 3: New beginnings, new life…What could possibly go wrong? Oh, right, the bloody Apocalypse! Durant près de trois ans, le sorcier voyagea, rencontra de nombreuses personnes, se fit briser le cœur encore plusieurs fois. Il eut même droit à un duel magique en règle. Une sorcière qui n’avait pas franchement aimé comment il lui avait parlé. Ça arrive ça, madame. Il en ressortit grand vainqueur, ayant usé d’un autre Hex pour se débarrasser de cette sorcière. Il savait, pourtant, qu’il ferait mieux d’éviter, que cela pourrait attirer l’attention de Chasseur, mais des fois, c’est tuer ou être tuer. Il n’y pouvait pas grand-chose.


TOI, TA LIFE


# Pseudo : Tesla
# Date de naissance : 23/09/1991
# Fréquence de connexion : Tous les jours
# Ta route jusqu'ici : Par Gabe, ce vile tentateur!

# Code de validation : steack haché !
# Schizophrénie : Légère: je n'ai qu'Aaron D. Styne en plus.

# Commentaires : envie de dire quelques mots supplémentaires ?
SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
 

Rafe Lockwood > Well we wouldn't want to make things easy now would we?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» Zack Andersen [Serdaigle]
» Emma Lockwood
» Donald Reignoux, une voix qui vaut de l'or !
» Doryan de Lockwood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: come a get a life :: avant de prendre la route :: Bienvenue en Enfer-