Partagez | .
 

 # Intrigue 1 - San Francisco [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Jeu 29 Déc - 9:49


Hell breaks loose.
(Bad Seed Rising) ▽ Cause wolves are at the door; dont let them in cause you know what they came for, full blown silver tongue. Keep one eye open and your hand to the shotgun
Il était extrêmement rare qu’il mette les pieds dans cet endroit, dans ce contexte. Le spectacle d’une humanité dépravée figurait à des années lumières de ses priorités, pour ne pas dire de ses intérêts – sans préciser le fait que si certains avaient des goûts larges en matière d’alimentation, il avait appris par l’expérience l’effet que trop d’alcool dans le sang peut avoir. Et à juger par l’état d’ébriété général de la salle malgré l’heure encore relativement précoce. Il était devenu maître dans l’art d’éviter cet endroit quand il n’était pas vide, et ce soir constituait une exception colossale à la règle. Ses propres raisons lui semblaient obscures, ce qui en disait long. Peut-être qu’une partie de lui voulait simplement s’assurer que tout allait bien, qu’il allait bien. Ce soir n’était pas vraiment un soir comme les autres. Si seulement il savait le sens radicalement différent qu’allait prendre cette constatation dans les prochaines heures.

Ainsi se retrouvait-il à contempler d’un regard blasé la foule qui s’agitait en contrebas. Appuyé sur la rambarde, ayant choisi instinctivement l’un des points les plus en hauteur et les plus discrets de l’endroit, son regard fouillait l’horizon grouillant d’humanité, presqu’insensibles aux lumières qui ne cessaient de changer. Son regard inhumain accrocha un instant ce qui ne pouvait être qualifié que de scène de ménage entre un improbable couple et… Bailey. Un soupir agacé lui échappa. Le dernier jouet en date de son frère lui faisait découvrir des tréfonds de consternation qu’il ne croyait pas pouvoir éprouver un jour. Dieu lui vienne en aide. Mais son attention se détourna du spectacle lamentable de l’humaine compagnie de son frère pour se concentrer davantage sur ses deux interlocuteurs. Quelque chose clochait. Il n’aurait pu mettre exactement en mots cette sensation, mais la blonde et son invité décoratif avaient quelque chose d’anormal.

Il n’y réfléchit pas davantage, continuant de scanner la foule. Les haut-parleurs qui braillaient un ensemble désordonné de sons électroniques ne parvenaient même pas à couvrir le rythme, entêtant, des cœurs qui palpitaient en rythme. Sa mâchoire se serra inconsciemment. Le rappel inévitable de sa nature était une raison de plus de rendre ce genre d’endroit insupportable. Son regard accrocha soudain une autre silhouette ; l’homme semblait manifestement tenter de se faire discret malgré sa taille ridiculement grande comparée au reste du public en présence. Mais tandis qu’il observait cet inconnu se mouvoir dans la foule avec trop d’aisance, un frisson de menace le tendit des pieds à la tête, ses sens soudain en alerte. Etait-ce la paranoïa qui semblait ne plus lâcher depuis quelques années ou était-il possible que… ? Il était trop calme, trop concentré, trop précis dans ses gestes par rapport au reste de la masse humaine.

Alors qu’il tentait déjà d’analyser rationnellement les conséquences de la présence possible d’un chasseur nulle part ailleurs qu’un nid de vampires, une odeur par trop familière lui effleura les narines – ou plutôt le heurta en plein visage. Il détourna les yeux, son regard se posant à quelques pas à peine de cet humain trop calme pour être honnête… sur l’une des jeunes femmes travaillant ici, entourée de son frère – il apparaissait toujours quand il n’aurait pas fallu – et de deux autres humains, et dégoulinante de sang. Cette soirée pouvait-elle seulement virer plus mal ? Regrettant intensément sa décision d’être venu, il n’eut pas le temps de réfléchir davantage. Un mouvement dans le coin de son regard attira son attention, et une fraction de seconde plus tard, sa main se refermait impitoyablement sur un bras. La vampire qu’il venait d’arrêter dans son mouvement en avant, hypnotisée par la scène à l’étage en dessous, tourna la tête vers lui, mais le regard qu’elle croisa arrêta tout réflexe menaçant.

Melchior fit mentalement le point sur la situation et sur les forces en présence. Cette soirée toute entière était déjà extrêmement mal partie, mais la présence d’une humaine affolée, recouverte d’hémoglobine – dont on n’avait pas encore trouvé la source – dans la même pièce que certains vampires beaucoup trop jeunes pour gérer cette situation était pour l’instant le plus préoccupant. Repoussant dans un coin de son esprit son inquiétude grandissante pour son frère – il était assez grand pour se gérer tout seul… le plus souvent –, il se mit en mouvement, fendant la foule en silence, la jeune vampire toujours sur ses talons. Il fallait éviter à tout prix que l’un d’eux ne dérape.


(c) AMIANTE




on va pas y passer la nuit:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : Inconnu
Métier : Platypus de compagine
Situation : Mère (Célibataire) de tous les platypus
Localisation : Heaven, chambre de Gabriel
Feat. : Platypus
Copyright : Asmodée ♥; Shadow & TUMBLR
Je suis aussi : //
Date d'inscription : 10/11/2015
Messages : 660

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Mer 4 Jan - 20:27

Intrigue Une - San Francisco


Bon appétit






» Le sang. L’hémoglobine fraîche macule les doigts de la jeune femme, apeurée, effrayée, bien inconsciente que la mort semble désormais avoir jeté son dévolu sur elle. L’odeur de fer, attrayante et délectable, remplit à présent les narines des monstres présents, les excitant, faisant trembler leurs membres. Plus. Plus. Ils veulent plus. Plus de sang. Plus de rouge. Quelle belle couleur ! Et pendant que certains tentent de lutter contre leur instincts, d’autres au contraire décident d’y céder plus facilement. Le tourment viendra plus tard – il est l’heure de festoyer. De se repaitre. Enfin. Ainsi, le jeune vampire qui accostait Jonas tout à l’heure semble à présent frémir d’expectative, n’ayant absolument pas apprécié de se faire rejeter, l’odeur de nourriture lui tournant à présent l’esprit. N’ayant pas remarqué Melchior, le voilà à fendre la foule, les yeux rivés sur le chasseur qui s’inquiète pour l’humaine inutile, comme tant d’autres. Un problème cependant se pose, son maître est là, inquiet également. Ainsi se fait-il soudainement plus discret, pour ne pas éviter de remontrance, se contentant pour l’heure de s’approcher, respirer à plein nez l’odeur de la chair fraîchement mutilée mêlée à la transpiration et se lécher discrètement les lèvres. Il le sait. Eliott ne pardonnera pas.
Mais il n’est pas le seul à profiter du spectacle. Des murmures, des frémissements, des cris de peur dans l’entourage – ces jeunes qui dansaient accourent à présent pour voir, pressés d’assister et de participer à la scène macabre. Les hommes sont devenus fous, les monstres ne sont pas ceux que l’on croit croiser au premier regard …

De son coté, Brittany semble reprendre ses esprits, bien que le visage blême et la respiration difficile. Elle qui est au bord de l’évanouissement se redresse, regardant tour à tour les êtres présents sans confiance aucune. Elle n’a plus qu’une envie, repartir en courant et vite. « Elle est morte … Jessica, elle … Jessica est morte ! » Réussit-elle à couiner, faisant un pas pour échapper à Jonas tout en ignorant Dean. Remarquant enfin son patron, elle s’y accroche soudain de toutes ses forces, maculant de sang son costume tout en l’implorant du regard. « Elle … Elle voulait prendre une pause et je … Enfin il … Nicolaï. Ils avaient rendez-vous … » souffle t’elle, toujours incohérente, bien qu’embarrassée d’expliquer à son patron que sa collègue flirtait avec l’un des barmans - pour ne pas dire plus. « Elle voulait juste … Elle … Elle le trouvait plus pâle que d’habitude ces derniers jours et … » Mais soudain, elle se fige, se rappelant quelque chose. « Nicolaï … Il n’était pas présent ce soir. Et Jessica, elle … Son foulard, il … » soudain horrifiée de plus belle, elle relâche Eliott, reculant jusqu’à entrer en contact avec Dean, de plein fouet. « C’est un monstre ! Un monstre l’a tuée ! On mon dieu, un monstre l’a tuée ! Il y’a ses marques dans son cou, c’est un monstre ! » s’écrie t’elle, s’accrochant désormais hystériquement au démon, avant de faire quelques pas puis tomber de nouveau en sanglots, fragile et pétrifiée, aux pieds de Melchior - de quoi rendre fou la vampire qui l'accompagne vu l'odeur qu'elle propage.

C’est au milieu de toute cette agitation que la démone, toujours furieuse, redescend de son perchoir où elle était montée pour  espérer y trouver le maître des lieux. « Eliott, enfin ! » L’intercepte t’elle de sa voix forte, bousculant Melchior et Brittany au passage tout en lançant un regard noir à la pauvre petite créature, de quoi lui couper le souffle. Elle n’a rien loupé de la scène, et si son cœur de pierre raffole de massacre, l’agacement reste à son comble. « C’est très gentil à toi d’avoir préparé un petit dîner spectacle, cependant tes acteurs jouent très mal. » Poings sur les hanches, elle fixe l’ensemble de la salle, avant de sourire – un sourire à faire froid dans le dos, qui est pourtant aguicheur. « Allons. Ne sommes-nous point le premier Avril ? Tout ceci n’est qu’une farce, c’est là une évidence. » Elle hoche la tête, s’avançant avant de s’arrêter net en voyant Sam Winchester, son sourire se renforçant. « Même les autorités sont de la partie, voyez-vous ? Allons, monsieur Winchester, avancez ! Ne faites vous point partie du FBI ? Si il y avait eu le moindre risque, cet homme serait intervenu depuis longtemps … » Elle sourit de plus belle, avant de se tourner vers Dean, froncer les sourcils puis fixer à nouveau Eliott. « Où en étions-nous ? Oh oui. Ton personnel est de piètre qualité ce soir. Une de tes serveuses m’a bousculée et insultée, j’exige réparation. »  reprend t’elle, dominatrice. Mais alors que son ordre fuse, deux nouveaux éléments perturbateurs viennent semer le chaos : le vampire qui suivait Jonas saute subitement sur ce dernier, ne pouvant plus refréner sa faim, tandis qu’un peu plus loin, dans la pénombre que personne ne soupçonne, une nouvelle masse s’affaisse, morte, l’ombre d’un homme d’âge mur se détachant du lot pour retourner dans les ténèbres et fixer la foule. Son plan marche plus que prévu, l'effluve du sang se faisait plus forte, plus entêtante, terminant d'exciter les plus jeunes monstres présents.

© HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org
avatar
.
Age : 45 ans
Métier : Chasseur amateur...mais alors très amateur. Est serveur dans un bar pour pouvoir manger un peu
Situation : Le coeur fermé hermétiquement, il ne peut se permettre de faire prendre des risques à qui que ce soit en étant avec lui.
Localisation : San Francisco
Feat. : Jeremy Renner
Copyright : Asmodeus pour l'avatar ♥ et Tumblr pour les gifs
Je suis aussi : Castiel
Date d'inscription : 20/01/2016
Messages : 149

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Mer 4 Jan - 21:43


Intrigue 1 - San Francisco
RP de Groupe

Jonas, on se calme, on respire, on se détend. Ouais, facile à dire, mais à faire, c'est une autre paire de manche. Oh rassurez-vous je ne panique pas, j'ai vu d'autres situations beaucoup plus flippantes que cela, non, c'est juste que je me demandais pourquoi je n'avais pas le droit de me détendre un peu ? C'est vrai, pour une fois que je vais à une soirée qui a l'air de réunir pas mal de monde, pour une fois que je peux me détendre un peu, il faut qu'il y ait des troubles-fêtes. Bon sang je me demande si le bon Dieu ne m'en veux pas pour une raison ou une autre. D'un autre côté cela me fait dire que ce n'est pas une si mauvaise chose que cela que Declan ne soit pas là, je n'aurais pas pu être au maximum de mes capacités si j'avais eu à veiller sur lui. Ceci étant, même si ma soirée allait, de toute évidence, être gâchée, je devais redevenir professionnel, la jeune femme qui se trouvait devant moi avait besoin d'aide et avec autant de monde présent dans cet endroit, nous étions en droit d'espérer que je ne serais pas le seul à bouger.

Pendant un instant fugace, je me surpris à penser à Grégory. En me donnant son invitation, il était très loin de se douter de ce qui allait se passer ici, est-ce qu'il aurait aimé être présent ? Lui seul pourrait répondre et de mon côté, je préfère être ici à sa place, je n'aurai pas voulu qu'il lui arrive quelque chose à lui non plus. Chassant de ma tête tout ce qui ne concernait pas la jeune femme choquée et ensanglantée face à moi, je me concentrais sur ses paroles. Rapidement, un homme vint nous rejoindre. Je le regardais et fronçais les sourcils à sa déclaration.

- Elle n'est pas morte ? Oui, ça merci Sherlock, je l'avais remarqué, mais je doute qu'elle ait affaire à ce genre de choses tous les soirs...un peu de compassion ne serait pas de trop, tu ne crois pas ?

Je roulais des yeux. Je ne connaissais pas l'identité de ce type, mais clairement, je n'avais pas envie de le savoir. La femme battit en retraite auprès d'un homme qu'elle semblait connaître. Je laissais donc les choses suivre leur cours. Je n'interrompais rien, me contentant, pour une fois, du rôle de spectateur. La fille s'agite, elle est confuse, en même temps, c'est normal. Et...oh tenez, qui voilà, mon pot de colle de tout à l'heure. Je pense qu'il est là depuis un moment, mais c'est seulement maintenant que je le remarque. J'espère qu'il a abandonné l'idée de me séduire. Je ne suis pas là pour ça ce soir.

Alors que tout le monde était concentré sur Brittany, l'autre femme de tout à l'heure, celle qui a débarqué ici telle une reine, semble s'offusquer du peu d'attention qu'on lui porte puisqu'elle se rappelle à notre bon souvenir. Je n'aime pas cette femme, ses manières, son sourire de sadique. Brr, elle me donne des frissons....et pas agréables, c'est le moins que l'on puisse dire...mais...oh, mais c'est Sam Winchester. Ah bah tiens, apparemment, il ne m'a pas vu ou...ouais, il ne m'a pas vu. De toute façon, ce n'est pas vraiment l'endroit et le moment pour me signaler à lui, je préfère ne rien dire pour le moment.

Soudain....ah merde. L'autre psychopathe de tout à l'heure, celui qui voulait me foutre dans son lit...il vient de me sauter dessus et c'est...et merde...c'est un vampire.

- Hey ! Calmos Dracula, je ne suis pas ton garde-manger personnel.

Je tente de le repousser de toutes mes forces, mais il semble accroché le bougre. Bon désolé Brittany, mais je règle d'abord mes propres problèmes.

© Belzébuth



Hunting is my life
It's too dangerous for me to fall in love




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t103-once-upon-a-time-tu-ne-peux-pas-dire-il-etait-une-fois-comme-tout-le-monde-jonas http://solemnhour.forumactif.org/t105-journal-de-bord-de-jonas-e-sanders
avatar

Age : 27 ans
Métier : Chasseuse débutante durant 1 mois, écrivaine
Situation : Mère célibataire
Localisation : San Francisco
Feat. : Jane Levy
Copyright : November (avatar) TUMBLR, shadow (sign)
Je suis aussi : Gabriel » Lyov A. Winston » Annabelle J. Graham » Elizabeth W. Rochester » Yehuiah
Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 353

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Ven 6 Jan - 7:44


Intrigue
« first shot, second shot, third shot. A murder ? No problem, I just need more tequila. »
Si il y a peu je secouais la tête aux paroles de Dean, acceptant ses excuses foireuses, son manque de tact respectueux et ses compliments qui me faisait rouler des yeux - avant de me mortifier un peu plus quant à sa question et ses réactions ... j’étais à présent presque en proie à crise de panique aiguë, me transformant en flippette chochotte de seconde zone, ma combativité de lionne me quittant aussi sûrement que la pétasse blonde grimpait les marches menant à l’étage quatre à quatre avec son air suffisant et furax (non que cela ait quelque chose à voir avec elle puisque je désirais secrètement qu’elle se rate et s’explose la mâchoire dans l’escalier).
En effet, ma tachycardie semblait augmenter encore un peu plus. comme si cela était possible, devenant plus audible que la musique hurlante de la boite d’après mon ouïe malmenée. Une fine pellicule de sueur liée au stress s’installait par ailleurs sur ma peau et je pouvais sentir mon visage blêmir sans que je ne lui ai rien demandé, mes jambes se transformant elles-mêmes en coton sous le choc – ce qui devenait dangereux quand on me savait chaussée de talons.

Ok. Inspirer, expirer. Me calmer. Personne n’avait envie que je fasse une crise de panique maintenant, alors même que j’étais entourée d’un chasseur, que le lieu était rempli de vampires et qu’un cadavre frais semblait choir tranquillement dans les toilettes (endroit que je trouvais de base glauque et dangereux dans une boite de nuit, au passage). Bon. Bien. Reprenons contenance. Sous le choc donc, je me contente à présent de grimacer aux mots de Dean, tandis que je m’accroche au bar de mon bras valide en tremblant pour être sûre que mes jambes vont encore me porter un peu. J’ai besoin d’un truc fort pour me remonter – heureusement, il me reste mon verre. D’un geste peu sûr, je l’attrape pour le vider cul sec avec un air décidé – la morsure froide a au moins le mérite de me réveiller et me rendre un peu plus efficace. Moins trouillarde. Un peu plus courageuse. Un brin plus conne aussi, susurre ma déesse intérieure, mais je suis décidée à ne pas l’écouter. Si je désire y voir quelque chose de positif, c’est que la situation m’offre le loisir de ne pas répondre à Dean à propos d’avoir vu un monstre – il serait inadéquat de lui balancer dans la tronche que je vis présentement avec des suceurs de sang et qu’il est le grain de sel qui va foutre en l’air la machine.
Étrangement, cette situation me rappelle ma propre arrivée au bar d’Eliott la première fois, mais ce n’est pas le moment d’une rétrospective foireuse – plutôt celui de partir en courant, d’appeler les flics, de sauter sur Eliott pour le tirer en arrière en mode « nop, darling » … ou, mieux encore, trouver Melchior du regard tandis que la foule s’avance pour examiner la malheureuse effondrée. A croire qu’ils ne voient pas assez de films d’horreur au cinéma, à moins que ces gens huppés ne soient trop riches pour ce genre de sorties, bien évidemment.

Bien. Le cerveau semble remarcher correctement, le corps semble lui-même tenir, c’est parfait, on est reparti. Je laisse Dean et ses commentaires louches s’approcher de la scène du drame pour tenter moi-même de fendre la foule vers Melchior, ne pouvant prévenir cet abruti d’Eliott qu’ils sont plus en danger qu’ils ne le pensent. Je n’ai aucune envie de m’approcher de la jeune femme en larmes pour le moment, simplement car je serais inutile et je n’ai pas le temps pour ça.
Avez-vous déjà tenté un bain de foule presque hystérique alors que vous avez un bras plâtré et que vous tanguez sur des échasses de minimum 12cm ? Je vous assure que ça vaut le détour. Heureusement, je finis toutefois par arriver à destination, ne remarquant que trop tard qu’il n’est pas seul. Tant pis. Pour ça non plus on a pas le temps. Mais alors que je vais ouvrir la bouche avec un air piteux, la pétasse blonde fête son retour dignement – et j’en viens à regretter amèrement de ne pas pouvoir l’étrangler moi-même avec les bretelles de sa robe – pour affirmer ce que je craignais le plus … Nous n’avons pas un mais deux chasseurs.
« Et merde. »  Classe, distingué, je n’ai pas le temps de m’excuser. Je blêmis un peu plus avant de fixer Melchior, et susurrer entre mes dents serrées de façon à ce qu’il soit le seul à comprendre, outre peut-être l’autre vampire inconnu, un « Ils sont deux ». Que puis-je faire à présent ? Mais alors que je me pose la question la situation empire un peu plus; un des vampires (encore un, ils poussent comme des pissenlits) semblant causer un peu plus de dégâts. Eliott ne pourra pas tout gérer seul, entre Brittany et le vampire qui semble être condamné puisque Dean et Sam sont sur place. Melchior doit également foutre le camp … Doux Jésus. C’est sans un mot de plus que je me détourne pour franchir aussi rapidement que possible la foule à nouveau, jusqu’à atteindre le DJ et chopper ce qui sert de micro pour les annonces. Avant de mettre à exécution mon idée stupide, je baisse la musique sans demander l’autorisation. Il faut au moins reconnaître quelque chose à la pétasse blonde, c’est qu’elle sait admirablement bien détourner l’attention, alors autant continuer son petit jeu. Si les chasseurs ne seront pas dupes, cela permettra au moins d’éloigner les curieux – je l’espère toutefois. « HAPPY HOUR mesdames et messieurs ! Dans le cadre de l’événement du premier avril, nous vous offrons une tournée gratuite ! Les vingt premiers servis auront le reste de leurs consommation à moitié prix jusqu’à l’heure de la fermeture ! Nous remercions également l’ensemble du staff pour leur blague sanglante, divers autres petites animations vous seront proposées au cours de la soirée … »
Happy hour ... J'en ais de bonnes. Je lâche ensuite le micro, remettant la musique à son stade initiale, avant de remercier le DJ qui n’a visiblement rien compris - dans tous les cas, je ne pense pas que l'on m'en voudra pour cette intervention - auquel cas, allez-vous faire voir en Sibérie orientale. Il ne me reste plus qu'à tenter de repartir en direction de Brittany et tout ce petit monde. Je ne sais pas ce que je peux faire de plus pour aider, outre peut-être gifler cette dernière pour qu’elle se reprenne mais se serait mal vu, ou encore tenter de balancer mes talons aiguilles dans la tronche du vampire qui attaque le jeune homme ... Voir assommer des gens avec plâtre, mais là encore, c'est risqué. De toute façon, le temps que j'arrive, Eliott se sera peut-être déjà occupé d'elle - il peut être rapide, lorsqu'il le veut.
Mon regard se perd donc de nouveau, jusqu'à trouver Sammy, que je fixe désormais tout en lui faisant signe comme je peux pour lui dire d'approcher. Il nous faut un plan ... Et peut-être potentiellement trouver un moyen d'arrêter le vampire en train d’essayer de bouffer le jeune danseur sans coups de feu, poignards ou que sais-je encore. Je suis bien entendue déterminée à faire tout mon possible pour protéger le maximum de monde, mais il est hors de question que je laisse Sam et Dean tuer les deux irascibles croûtons que j’ai appris à apprécier et que Jack appelle « tontons » avec une réelle affection. Laissons les vampires gérer les vampires, Dean sa pétasse et occupons-nous du reste. Oh bon sang. Tu parles d’une soirée.

code by ORICYA.



pour les feignasses:
 



Come stop your crying, it will be alright ; just take my hand, hold it tight. I will protect you from all around you, I will be here, don't you cry; my arms will hold you keep you safe and warm. This bond between us can't be broken Cause you'll be in my heart from this day on now and forever more.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t351-go-fuck-yourself-with-a-cactus-bailey#2564 http://solemnhour.forumactif.org/t355-journal-de-bord-de-bailey-johnson#2600
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Sam 14 Jan - 12:44

Intrigue #01
Bon résumons la situation deux petites minutes avant d’aller plus loin parce que ça commence à vite devenir le bordel dans cette boîte de nuit. Donc déjà primo : Qu’est ce que je fou là ? Ha oui je suis censé chercher l’autre fils de pute et le buter car apparemment il se trouverait ici ou plutôt, vu ma chance, s’était trouvé ici il y a peu de temps. Pourquoi est-ce-que l’autre blondasse édulcorée à la connerie m’accompagne ? Simplement pour me laisser entrer et me laisser faire ce que j’ai à faire. Bon jusque là je suis d’accord avec les événements. Après tout est plus ou moins partie en couilles. Est-ce-que j’avais vraiment envie de me farcir une nana qui est ancré dans mon passé d’humain chasseur pour qu’elle se prenne le chou avec l’autre conne avec qui j’ai couché ? Non pas vraiment. Heureusement pour elle, je me devais de garder un peu ma couverture, mais au vu de l’enchaînement de tous les événements récents je pense que je vais devoir faire une exception concernant ce petit masque identitaire. Donc en gros je m’étais retrouvé à faire comme si c’était moi alors que c’est définitivement cramé que le propriétaire actuel de ce corps n’est plus le mignon petit chasseur, héros moderne qu’elle avait rencontré il y a quelques années.

Putain, mais pourquoi je ne me suis pas barré avant ? Qui peut me le dire. Merde quoi. Et comme si la soirée n’était pas assez pourrie comme ça, il fallait qu’une fille se fasse agresser dans les toilettes par je ne sais quoi et qu’évidemment cela se produise à quelques mètres de moi. Quelqu’un m’en veut ... sérieusement je vois que cette possibilité. Ha et puis ce trou duc qui me fait une leçon de morale. Il est au courant qu’en une demie seconde je peux lui éclater sa mignonne petite tête ou ça se passe comment ? Comme si j’en avais réellement quelque chose à faire de cette blonde couverte de sang ...Brittany je crois (oui vu que c’est le prénom qui est répété en boucle depuis plusieurs minutes).

« Ecoutes mon grand, la compassion est une qualité humaine que je laisse aux humains. Soit gentil et intelligent et ne me fais pas chier, ce serait dommage que le prochain meurtre n’ai pas lieu aux toilettes. »  Avais-je presque murmuré à son encontre histoire de mettre les choses au clair. Je crois qu’il n’avais pas vraiment percuté à qui il s’était adressé. Abruti. Bon maintenant il était temps que j’arrête de jouer à l’autruche. Cette boîte de nuit m’avait tout l’air d’être un nid de vampires ou une connerie du genre. Car au vue des explications foireuses de cette fille je ne voyais que cette solution. Bon, en soit j’en avais rien à foutre. Je n’étais pas là pour quelques suceurs de sangs vieux de plusieurs siècles, j’en avais rien à carer en fait.  J’avais cependant remarqué l’air tendu qu’avais eu Bailey. Mmh l’ancien Dean s’en serait réellement préoccupé ... mais actuellement j’en ai rien à cirer. D’ailleurs en parlant de Bailey, elle venait de disparaître de mon champ de vision, bordel elle fou quoi elle aussi ? Alors que la blonde victimisée des toilettes m’étais littéralement tombée dans les bras, la voix de la rousse m’avait fait lever le nez. « Happy Hour ? ... sérieusement ? » OK c’était louche. Elle voulait cacher quelque chose ou quelqu’un, et sa petite stratégie de rameuter les gens ailleurs alors que des vampires affamés se ruaient sur les gens s’étaient révélé être une idée brillante. Cette soirée est une véritable catastrophe. Voilà que je me retrouve au milieu de vampires visiblement alléchés par l’odeur du sang et assez jeunes j’imagine (pour avoir si peu de contenance ils doivent pas avoir deux cents ans), la blonde paniquée contre moi, ma blonde à moi quelque part dans la boîte et ... et tout le reste qui gravite autour. Ge-ni-al.

« Ecoute chérie va chouiner ailleurs je suis pas la personne idéale pour remonter le moral »  Avais-je dis alors que je l’avais gentiment laissée tomber sur un tabouret. Elle était en bien trop mauvais état pour la paniquer encore plus avant qu’elle claque en plein milieu de la piste de dance et ça personne n’en avait envie, pas même moi. Mon regard s’était ensuite mis à balayer la salle, je cherchais un moyen de me barrer rapidement d’ici et de fuir Bailey, les vampires et l’autre potiche pour aller me consacrer à des choses plus importantes et beaucoup moins bordéliques que cette ambiance.  A ma grande surprise, mes yeux s’étaient posés sur une silhouette bien connue. *... je fais deux mètres, j’ai les cheveux d’une fille et j’essaye de passer inaperçu je suis-je suis .... et oui l’élan maladroit de la famille Winchester ... putain manquait plus que lui. C’est un putain de complot.*

Alors que nos regards s’étaient bel et bien croisés, j’avais remarqué son petit air renfrogné. Qu’il est mignon, Crowley avait vraiment raison, cette bouille on s’en lasse pas. C’est avec un large sourire que je m’approchais de lui, laissant complètement tomber les vampires et ceux qui se faisaient attaquer pour m’approcher du Moose. Alors que je me trouvais à bonne distance de lui, je m’étais décidé à montrer mon vrai nouveau visage. Laissant alors la noirceur de mes yeux remplir mes iris entièrement. « Oh Sammy .... » .

C’était donc à cet endroit précis, dans ce contexte précis que nous avions été amenés à nous retrouver ? Je déteste l’ironie parfois. J’étais d’ailleurs persuadé que j’étais la raison de sa présence et non le troupeau de vampires affamés. Je me tenais alors à quelques mètres de lui sans bouger. Pitié Bailey restes où tu es.


ps : J'espère que ça ira >x<  


- crooner curves
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Lun 6 Fév - 21:23

Intrigue #01
(Collectif)

Évidemment.

Évidemment, absolument RIEN ne pouvait se passer comme prévu. Il fallait qu’une meuf se fasse agresser dans les toilettes par quelque chose de surnaturel, il fallait que Bailey et Jonas soient sur place et il fallait que la pétasse qui fasse office de plante verte au bras du démon le grille au moment où il commençait à espérer pouvoir s’approcher de son – de son « frère » en douce et de le neutraliser le temps de s’assurer que Miss Johnson, Jonas et la cohorte de civils présents dans la boîte de nuit seraient relativement en sécurité.
C’était définitif, pensa Sam en se mordant les lèvres de rage, la Terre entière en avait après sa gueule.

Voyant des visages curieux se tourner vers lui, il plaqua un sourire affable sur son visage et sortit un faux badge de sa poche arrière – encore heureux qu’il avait pensé à le prendre au cas où il aurait eu des problèmes avec la sécurité – et assura avec une voix qu’il espérant posée qu’il n’y avait effectivement « rien à voir ici, ce n’est qu’une mise en scène élaborée, tout va bien ». Ce qui eut le mérite de rassurer les civils que la vue du sang avait potentiellement effrayé ; incroyable ce qu’on pouvait faire avec un faux badge et l’assurance d’un gars qui s’y connaissait.

Heureusement, Bailey avait été aussi prompte à réagir que lui, attirant les regards de la foule sur la cabine du DJ en déclarant l’happy hour ouverte ainsi que la mise en place d’une promotion spéciale, déclaration qui fit détaler les opportunistes en direction du bar tout en dissipant quelque peu les tensions au sein du public. Il ignorait quel rôle exactement Miss Johnson jouait dans ce tableau ni même ce qu’elle foutait dans une boîte louche de San Francisco, à facilement deux mille bornes de son village paumé dans le Minnesota, mais en l’absence de réaction de la part des gérants (qui étaient planqués Sam ne savait où et à vrai dire, ils étaient loin d’être sa priorité), c’était une idée plutôt bien trouvée pour éviter la panique générale.

Il aurait pensé que son frère aurait profité de la clameur montante pour prendre la poudre d’escampette mais ce dernier n’avait manifestement pas l’intention de prendre une nouvelle fois la fuite. Au contraire, il avait l’air tout aussi déterminé que Sam à en découdre – il semblait même disposé à le narguer, laissant ses yeux verts disparaître sous un noir profond.

Le chasseur montra les dents, tout en rangeant calmement son badge. Autour de lui, les clients du Bloody Mary s’étaient rapidement détournés, attirés par l’intervention de Bailey ou par l’agitation qui prenait place autour de la jeune femme blessée, malgré les tentatives de diversion. Du coin de l’œil, Sam repéra la jeune fille que le démon avait laissé tomber sur un tabouret, entourée d’un cordon de gens tendu et un peu plus loin, Jonas qui semblait être aux prises avec – merde, est-ce que c’était…

Un putain de vampire ?!

… Oh mais sérieusement ?

Est-ce que cette boîte entière était truffée des pires bestioles que la Création avait connues ? Est-ce que Dick Roman était caché dans un placard à balai et attendait qu’il y ait un mort de plus pour sauter joyeusement au milieu de la foule ? Ou est-ce que Sam se payait simplement la pire poisse que le monde ait jamais éprouvé ? Voilà qu’il mettait enfin la main sur son démoniaque de frère en cavale depuis des mois et cela devait se passer au milieu d’un nid de vampires, bien sûr.

« Je mérite vraiment pas de vivre toutes ces conneries. » pensa-t-il en serrant le poing.

Sam chercha Bailey du regard. La jeune femme progressait à travers la foule, avec l’intention visible de rejoindre la jeune femme blessée et l’attroupement de personnes qui s’affairaient tout autour ; elle avait ses yeux rivés sur lui et lui faisait des signes pour qu’il la rejoigne.

Sam en crevait d’envie, de l’attraper par le bras et de la pousser hors de cet endroit, de lui intimer de courir sans se retourner. La savoir en danger, à la merci du premier vampire qui aurait la fantaisie de la mordre ou encore de la chose qui avait le visage de Dean… mais non, il ne pouvait pas risquer qu’elle approchât davantage, qu’elle se mette malencontreusement dans la ligne de mire du démon. Il ne supporterait pas qu’il lui arrivât quoi que ce soit.

Le chasseur hocha négativement la tête en réponse et se concentra à nouveau sur son ennemi. En lui-même, il espérait que Bailey s’était montrée maligne et avait filé vers la sortie la plus proche. Le démon s’était rapproché entretemps et lui lançait un sourire torve, doublé d’un « Oh Sammy » moqueur.

Sam n’y tint plus. Le poing partit tout seul, s’écrasant sur la pommette du démon. Ce dernier accusa le coup, grimaçant sous l’impact – ce qui arracha un sourire satisfait au chasseur. Celle-là, il attendait de la rendre depuis Topeka.

— Salut, « grand frère », marmonna Sam d’un ton sarcastique, je t’ai manqué ?

Trop long, j'ai pas lu:
 

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Lun 6 Mar - 0:01

Intrigue
Hell breaks loose
S’il existait, quelque part dans ce monde, une liste des gens ayant eu somme toute peu de chance – voire pas du tout – dans leur existence, son nom devait probablement figurer dans ceux du dessus. Les dix premiers. Ou pourquoi pas les cinq. Résumons la situation. Il y avait donc, dans ce bar, une employée couverte de sang à ses pieds, avec plusieurs vampires à deux doigts que l’odeur de sang faisait pédaler dans la semoule. Un humain, au minimum, à deux doigts de se faire saigner comme un goret. Un chasseur – non, un Winchester, et à juger par l’odeur de soufre qui lui envahissait les terminaisons de l’odorat, au moins un démon, si pas deux. Et l’ensemble de cette situation semblait faire à son frère à peu près autant d’effet que le plot twist d’un roman de gare. Il se retint de hausser un sourcil quand Bailey, dans sa très grande sagesse, sortit une lapalissade comme on en fait plus. Ils étaient deux. Non, chérie, tu crois ? L’instant d’après, elle étalait encore davantage sa bêtise en s’emparant du micro. Sainte Marie, mais qu’avait-il fait pour mériter ça.

Ignorant la stupidité environnante, il attira la vampire qu’il tenait encore fermement quelques pas derrière. Ils croisèrent Bailey, redescendue de son perchoir, après avoir provoqué dans la salle plus de stupeur que de mouvement. Il la couvrit à peine d’un regard, se contentant de lâcher « Que crois-tu avoir accompli ? Il serait bon que tu apprennes ta place. » et il ajouta, entre ses dents serrées, avec dans son ton tout l’agacement que cette situation provoquait, « Celle de l’amuse-bouche. » Et sans y réfléchir davantage, il enfonça d’un geste le cube rouge sur le mur qui déclenchait l’alarme. L’une des rares bénédictions de la loi américaine. L’instant d’après, les lumières blanches rallumaient la salle, et les sirènes hurlaient. Les portes avant s’ouvrirent, à en juger par l’air frais qui entra et la masse humaine qui se vidait à l’extérieur. Pendant ce temps, il semblait que le chasseur avait décidé de mettre un gadin au démon – à en juger par son odeur de soufre – plutôt que de s’occuper du reste. Si cela n’augmentait pas le niveau de l’intellect général, cela l’arrangeait.

Le chaos autour d’eux était absolu. Mais il n’en avait cure. L’effluve du sang devenait entêtant, et sa patience s’amenuisait à mesure que la vampire qu’il tenait se débattait, tous crocs dehors, et menaçait de lui échapper. Ils s’étaient déportés du groupe, et tous étaient aux prises avec quelqu’un… ou quelque chose d’autre. Mais à ce stade, qui le voyait ou pas importait-il réellement ? Un flash de la dague qu’il portait plus tard, et elle s’écroulait, égorgée presque jusqu’à l’os. Cela ne la tuerait pas, mais cela la neutraliserait certainement un temps. Ses yeux parcoururent la foire d’empoigne générale qu’était devenu l’endroit. Contrôler la situation était une utopie. Il fallait fuir, fuir avant qu’ils n’y passent tous avec cet enfer qui était en train de se déchaîner. Il traversa l’espace qui le séparait de son frère, le rejoignant finalement, sa main se fermant durement sur son bras. « Tu comptes faire la conversation encore longtemps ? C’est fini. Viens, maintenant ! » Et sans rien ajouter, il s’efforça de l’entraîner vers l’arrière, où ils pourraient trouver une porte de sortie à ce théâtre sordide. Qu’ils s’entretuent, seulement, le monde ne pourrait s'en porter que mieux. Mais il ne comptait pas mourir dans ce carnage sans nom. Oh, par tous les saints, si Eliott pouvait suivre ses conseils ne serait-ce qu’une fois dans sa vie, maintenant serait le bon moment.

CODAGE PAR AMIANTE


la flemme:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : Inconnu
Métier : Platypus de compagine
Situation : Mère (Célibataire) de tous les platypus
Localisation : Heaven, chambre de Gabriel
Feat. : Platypus
Copyright : Asmodée ♥; Shadow & TUMBLR
Je suis aussi : //
Date d'inscription : 10/11/2015
Messages : 660

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Sam 11 Mar - 14:49

Intrigue Une - San Francisco


fighting like kids



» How funny. L'homme âgé sourit dans la pénombre, riant presque de voir le chaos s'installer de cette façon. Ce n'était pas prévu, mais cela arrange bien ses affaires. Une nouvelle personne est morte de sa main, un héritier de plus, et il souhaite à présent poursuivre son œuvre, se mêlant à la populace alors que la rousse tente d'amoindrir les dégâts – ce qui ne marche qu'à moitié. Interprétation pitoyable, même lui n'y aurait pas cru une seconde, mais faut-il croire que les humains sont bels et bien des agnelets stupides que l'on peut manipuler à notre guise puisqu'ils se dirigent en grande majorité vers le bar.
A vrai dire, il comptait bien profiter de la situation jusqu'à ce que quelqu'un ne déclenche l'alarme à incendie – de quoi faire à nouveau paniquer la bêtise humaine qui se rue comme un seul être dehors, sans comprendre. Certains pensent à un nouveau canular mais, entraînés par leurs voisins, ils n'ont pas d'autres choix que de suivre, Caïn compris. La seule chose qui ne l'arrange guère sur l'instant c'est la lumière qui, vive, l'éblouit une seconde en prime de le révéler au monde. Cependant pris dans la foule en mouvement, il ne peut que la suivre jusqu'à trouver la sortie la plus proche. Il ne tuera pas Dean et Sam Winchester ce soir, pas plus que son autre victime. Qu'importe. Le sang a coulé, le voilà satisfait – toute chose viendra en temps et en heure. Caïn a tout juste le temps de croiser le regard des frères Winchester avant de disparaître de nouveau, emporté dans la nuit.

»  Brittany, de son coté, se retrouve également emportée dans la foule. Malheureusement l'air frais distille l'odeur de sang dans toute la pièce au lieu de complètement la chasser, excitant un peu plus les jeunes vampires présents, qui attrapent à présent au hasard des proies pour nourrir leurs vices.
Au lieu de parvenir jusqu'à la sortie, Brittany se fait ainsi elle-même tirer violemment par l'un des vampires - et elle n'est pas la seule. En effet, dans la panique générale, ils sont au total trois à se faire retenir, pris en otage par des sourires affamés. Jonas est compris dans le lot, étant toujours en train de se battre contre son agresseur. Cependant, de nouveaux arrivants s'engagent dans la partie, que l'on attendait sûrement pas. Quatre autres personnes - également vampires - se frayent un chemin à contre sens pour venir empoigner leurs cadets. Nez plissés, respirations bloquées et muscles bandés par l'effort, ils tirent en arrière les plus jeunes sans une once de douceur, engageant un combat qui s'avère difficile pour les maîtriser, quitte à les amocher pour leur faire reprendre conscience. Jonas est ainsi sauvé par une jeune femme brune qui ne lui accorde pas un regard, l'envoyant valser plus loin. La priorité pour eux est de calmer leurs frères et leurs sœurs et permettre à leurs chefs de prendre la fuite sans difficultés.

» La démone, quand à elle, n'a pas bougée, insensible à tout ce ramdam. Au contraire concentrée sur les détails, elle n'a cessée de fixer Sam, tout en gardant un œil sur Eliott – Eliott qui s'est fait empoigné par Melchior durant la scène de crise. Est-ce ainsi que cela doit finir ? Les leader vampires en fuite tandis que les plus jeunes se foutent sur la gueule pour sauver les meubles ? Pathétique. Déçue mais amusée, elle reste pourtant observer le chasseur frapper son frère et se demande sur qui parier. Voilà qui rehausse la fin de soirée : un petit dîner spectacle qui a tout pour plaire et elle a hâte de raconter tous ces détails juteux à Crowley.



HRP

» L'intrigue de SF touche à sa fin, ceci étant le dernier ou lavant dernier tour selon vos réponses Lâchez-vous de ce fait !

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org
avatar
.
Age : 45 ans
Métier : Chasseur amateur...mais alors très amateur. Est serveur dans un bar pour pouvoir manger un peu
Situation : Le coeur fermé hermétiquement, il ne peut se permettre de faire prendre des risques à qui que ce soit en étant avec lui.
Localisation : San Francisco
Feat. : Jeremy Renner
Copyright : Asmodeus pour l'avatar ♥ et Tumblr pour les gifs
Je suis aussi : Castiel
Date d'inscription : 20/01/2016
Messages : 149

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Sam 11 Mar - 16:23


Intrigue 1 - San Francisco
RP de Groupe

Cette soirée craint. C'est indéniable, si je devais tenir un classement des soirées où je m'étais rendu, celle-ci serait sans conteste en bas de liste. Sérieusement. Cela avait pourtant bien commencé, c'est dommage, la musique était sympa, la boisson également, même pour moi qui ne buvais pas d'alcool, il y avait des cocktails sympa et puis cette fille ensanglantée était arrivée complètement paniquée et ce fut le début de la fin. Naturellement, je m'étais précipité vers elle, certains réflexes s'emparant de moi. J'avais été heureux de constater que je n'étais pas le seul à bouger, seulement le peu de mots que j'ai pu échanger avec le type qui se trouvait près de moi ne me rassura pas. Principalement quand il employa le terme "humain". Oh pitié, pas un démon en prime. On est où là ? Au bal des horreurs ?  J'avais dardé un regard noir sur le démon puisqu'il en était certainement un, d'ailleurs, cela m'amena à me poser une question, pourquoi feignait-il de s'inquiéter pour la fille alors qu'il n'en avait strictement rien à faire ? Bof, inutile de se prendre la tête pour si peu.

D'autres personnes se joignirent à la fête, je n'en connaissais absolument aucune, sauf, Sam Winchester, j'avais été surpris de le voir arriver ici, mais également soulagé, je savais ce qu'il valait, je l'avais vu se battre, je l'aiderai du mieux que je pourrais. Alors que je voulais me pencher un peu plus sur le cas de Brittany, un vampire me prit à part. Non, mais sérieusement, un vampire maintenant. Je n'ai pas envie d'être vampirisé moi. Alors d'accord, certains sont sexys, mais merde, ce n'est pas une raison. J'avoue que jusqu'à présent, j'avais toujours évité de me frotter à des vampires, et aujourd'hui je le regrettais, je risquais de me faire avoir. Je me battais cependant comme un beau diable, enchaînant les coups, me concentrant seulement sur mon combat, si bien que lorsqu'une fille annonça Happy Hour, je l'entendais à peine. Je me doutais que c'était une manœuvre de diversion, plutôt pas mal. Mon combat personnel continuait, je ne pouvais pas détacher un seul instant mes yeux de mon adversaire parce que cela aurait été signer mon arrêt de mort. J'étais blessé, à l'arcade, j'avais du sang qui coulait dans les yeux. Je l'essuyais rageusement et continuais à me battre jusqu'à ce que l'alarme à incendie retentisse. Tant mieux, cela viderait les lieux, je ne sais pas qui avait eu cette bonne idée, mais je le remerciais mentalement.

Je commençais à fatiguer, je voyais la fin arriver, mon corps était perclus de douleurs, je pensais soudain à Declan, je ne pouvais pas mourir ici, je ne pouvais pas le laisser, il fallait que je tienne le coup, je devais éliminer ce vampire, mais c'était tellement difficile. Soudain, alors que je commençais à perdre espoir, mon attaquant se fit tirer en arrière et tout s'enchaîna très vite pour moi. Je fus propulsé contre un mur et j'entendis mes os craquer avant de m'évanouir. Je venais d'être sauvé par les congénères de mon attaquant. Pourquoi ? Aucune idée et sincèrement, je m'en moquais. J'avais probablement mon épaule déboîté, mais au moins j'étais en vie...inconscient, mais en vie.

© Belzébuth



parce que parfois on a la flemme:
 



Hunting is my life
It's too dangerous for me to fall in love




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t103-once-upon-a-time-tu-ne-peux-pas-dire-il-etait-une-fois-comme-tout-le-monde-jonas http://solemnhour.forumactif.org/t105-journal-de-bord-de-jonas-e-sanders
avatar

Age : 288 ans.
Métier : Homme d'affaires, philanthrope et leader du nid de vampires de San Francisco
Situation : Célibataire.
Localisation : San Francisco (US).
Feat. : Matthew Goode.
Copyright : Ira'beth.
Je suis aussi :


Date d'inscription : 01/06/2016
Messages : 120

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé] Sam 3 Juin - 19:33

Le chaos. Le flot insatiable de ses pensées se mêlait aux méandres des uns et aux palabres des autres. En d'autres lieux et avec un autre individu, sans doute, la confusion aurait-il fini par régner dans son esprit mais il n'était pas de ceux-là. Les interrogations le poursuivaient pourtant, happaient sa réflexion à mesure qu'il prenait compte de l'ampleur du trouble qui régnait autour de sa personne. Des éléments manquaient, imprécis, brumeux et il sentait sans mal que les ennuis ne faisaient que commencer, que la nuit allait être longue et il ne put s'empêcher de penser que c'était pourtant l'un de ces jours où il s'en serait bien passé.
Les discours de son employée ensanglantée ne firent que confirmer ce qu'il redoutait. Une partie de son esprit voguait déjà vers l'horizon des complications. Les solutions allaient devoir être trouvées et rapidement. Il écoutait d'une oreille, l'attention résolument fixée sur l'ensemble. Il sentait ses doigts se resserrer sur ses bras et le fumet du sang envahir ses sens. Il la voyait embarrassée en dépit des circonstances et il se dit que les humains étaient vraiment peu de chose tant ils pouvaient être pathétiques. Il observait son expression tentant d'y déceler les indices qui pourraient donner sens à ses exactions incohérentes. La situation avait de toute évidence perdu contrôle et il sentit ses veines froides se pétrifier encore davantage. Il allait devoir réagir rapidement mais les options étaient à la fois trop nombreuses et pas assez.  
Le chaos. Alors qu'il pensait avoir suffisamment de matière à laquelle prêter attention, il fallut qu'on l'interpelle. Il masqua non sans peine son exaspération soudaine en voyant arriver la créature démoniaque. Il s'avéra pourtant qu'elle pourrait presque avoir une utilité dans l'immédiat. Plus qu'elle n'aurait du au bout du compte. Un prétexte. Il devrait revenir sur la crédibilité qui dénotait clairement avec son statut mais il devrait peut-être s'en contenter pour l'heure. Il n'appréciait pas pour autant les informations qu'elle fournissait. Il était loin d'avoir la nécessité d'agents fédéraux dans les alentours mais il n'y eut aucun mal à noter qu'il n'était pas forcément ce qu'il prétendait être. Il était pire. Le FBI n'avait jamais représenté le moindre mal mais il ne pouvait en dire de ce qu'il le soupçonnait d'être. Avant d'avoir pu réagir plus en avant toutefois, il fallut que l'un de ses cadets ne perde le contrôle. Le regard fixé sur l'ensemble, il remarqua à peine que le chaos venait tout juste de démarrer. Cette chère humaine avait l'air de penser qu'elle devait encore en rajouter à la comédie grotesque qui se prêtait sous ses yeux et il dut se retenir à grande peine de les relever au ciel. Exaspérante. Effroyablement désirable sur le moment mais typiquement exaspérante.
Le chaos. Ce fut finalement son cher frère qui le déclencha en activant l'alarme. L'absolu avait perdu toute valeur et il manquait de perdre le compte des événements. Il allait devoir agir et rapidement. Mais qu'attendait-il ? Par quoi était-il donc arrêté ? Son esprit était-il donc si embrouillé par ce jour si particulier ? Il en était pathétique vraiment. Lui. A peine plus brillant qu'une pâle figure humaine. Les lieux perdaient tout sens à mesure que le chaos prenait le sien. Il finit par sentir l'accroche physique de son frère et reprit finalement la consistance qui lui manquait.
A quoi pensait-il ? Fuir ? En quel honneur ? En quelle conception ? Il ne pouvait se résoudre à l'idée, il ne pouvait envisager ce qu'il retrouverait après. Il ne pouvait partir, encore. Pas quand ses propres êtres menaient la lutte. Il ne pouvait être ce genre de roi.
"Pas encore, mon cher frère. Nous en avons perdu suffisamment, je ne quitterais pas les lieux sans eux. Pars-toi. Je te rejoindrais."
Usant de ce qu'il lui restait de pouvoir, il se détourna sans plus d'un regard de son aîné, se rapprochant plutôt du chaos à défaut de s'en éloigner. Agissant comme il le pouvait auprès des derniers membres du nid.
Le chaos était toujours incessant, presque indescriptible. Il savait pourtant ce qu'il risquait de se produire s'il en laissait derrière. Et ce jour-là, peut-être était-ce seulement ce jour-là, l'idée lui paraissait presque insupportable. Pas insurmontable, rien ne l'était jamais vraiment. Mais il n'était pourtant pas sûr d'avoir encore la force ou la détermination de tout recommencer, une fois à nouveau. Il entraîna ce qu'il pouvait vers les extérieurs, demeurant désespéramment en arrière. Il aurait tout le temps bien plus tard de se demander comment les événements avaient pu virer de la sorte.



life cheats us with shadows. we ask it for pleasure.
it gives it to us, with bitterness and disappointment in its train (o. wilde)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t320-my-heart-in-passion-and-my-head-on-rhymes-eliott http://solemnhour.forumactif.org/t800-carnet-d-adresses-d-eliott-d-arundel#9277 http://sceneriesofhope.tumblr.com/
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - San Francisco [terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

# Intrigue 1 - San Francisco [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» ─ Intrigue n°1. - Terminée.
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Résumé de l'intrigue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Intrigues & Events-