Partagez | .
 

 # Intrigue 1 - Chicago [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Mar 22 Nov - 21:55

Remettre les faibles à leur place. Rappeler qui était au sommet de la chaîne alimentaire. Remémorer aux rats qu'ils ne doivent pas se croire rois à la place des lions. Gareth était un homme avec un esprit cartésien. Il aimait que les choses soient à leur juste place. Que le monde marche comme il se devait. À savoir, avec les Styne qui piétinaient le reste du monde de la sorcellerie. Ils étaient les grands poissons de ce vaste océan, les prédateurs supérieurs. Ces derniers temps, tout un tas de bouffons et de prétentieux avaient eu la fâcheuse tendance de l'oublier. À commencer par le Grand Coven qui étalait ses prétentions sans la moindre gêne. Puis il y avait eu le vol du Livre des Damnés. C'était l'affront de trop, celui qui ne pouvait pas être toléré. Tout vient à point à qui sait attendre. Un adage qui n'est que trop vrai. Gareth avait alors attendu. Comme l'araignée, il avait tissé sa toile. Comme le joueur d'échecs, placé ses pions. Comme la vipère, avait attendu son heure. Et quand celle-ci avait sonné... il avait frappé. Un coup précis, rapide, en plein cœur. Voilà quel était l'acte qui se jouait actuellement, alors qu'il faisait face à son public. Un sacré panel, en vérité. Mais il n'était aucunement impressionné.

Les choses ne s'étaient pas faites sans un minimum de préparation méticuleuse, bien entendu. Depuis son arrivée aux États-Unis, il avait commencé à récolter des informations et à planifier son coup. Sa fille, Kaitlyn, avait été envoyée bien en amont pour s'infiltrer parmi les fidèles du Grand Coven. D'elle, il avait reçu tout un tas d'informations qui lui avaient été utiles, et dont il s'était servi à bon escient. Dans un premier temps, il avait fallu prendre le contrôle du Coven. Pour cela, il avait frappé fort, débarquant à l'improviste avec force hommes de main, mettant hors course sans trop de peine les trois sorcières à la tête de l'organisation. Un grand coup, une belle démonstration de force. Il n'avait rechigné devant rien pour parvenir à ses fins. Et il avait réussi. La seconde étape avait consisté en quelque chose de simple mais essentiel. Usurper l'identité des meneuses du Grand Coven pour appâter toute une pléthore de sorciers à Chicago sous de faux prétextes. De même, cette étape avait été un franc succès. Et que n'avait-il pris dans ses filets des membres de sa propre famille ! Voilà qui promettait d'être... délicieux.

En cet instant, le sorcier se tenait sous les feux des projecteurs. Ses hommes avaient neutralisé ses semblables les plus dangereux, et il toisait la foule avec un léger sourire en coin, satisfait, mais avec un côté sinistre qui suscitait généralement une désagréable chair de poule. Son sourire ne s'étendait pas à son regard. C'était une façade. À la satisfaction de la réussite, du moins jusque là, se disputait la colère qui couvait et le désir d'en découdre. Vêtu de noir, dans un costume qui avait dû coûter une petite fortune, une cape de velours de même couleur jetée sur ses épaules, il attendait en toisant l'assemblée. Lentement, il leva une main pour la poser sur la cage à ses côtés. Elle était suspendue assez haut, mais il pouvait en atteindre le bas. Il tapota les barreaux comme s'il était en train de flatter un chien, ou l'encolure d'un cheval. Les gémissements et exclamations étouffées d'Olivette à l'intérieur le faisaient frissonner de satisfaction. Il ne devait pas repenser à la séance de torture maintenant. Ce n'était pas le moment.

« Bienvenue à la fête, chers amis. Be my guests. J'espère que vous appréciez ce qui vous a été servi. Nous passons à présent à la partie spectacle de notre petite soirée.

Gareth esquissa une légère parodie de révérence en guise de salutation, un sourire glacial plaqué sur les lèvres. Son regard sombre se promenait sur les présents, comme s'il était un chasseur en quête de sa prochaine proie. Il s'arrêta sur l'homme qui applaudissait. Un démon, celui-là. Et du genre grand ponte. C'était une des surprises de la soirée, mais il ne s'y arrêta pas. Il esquissa un signe de tête comme s'il acceptait le compliment, sans toutefois répondre. En revanche, il s'adressa à la jeune sorcière qui avait osé l'apostropher.

- Oh, Darling... Si jeune et la langue déjà trop bien pendue. Mais tu as raison, je manque à tous mes devoirs... Gareth Edward Styne, chef de la branche familiale anglaise des Styne. Pour vous servir, devrais-je dire... mais je crains que ce ne soit guère approprié.

Une fois de plus, son sourire carnassier s'était élargi. Et là encore, l'éclat de son regard démentait totalement son expression. Cette fois, les onyx de ses prunelles s'arrêtèrent sur sa mère, et il sentit une flambée de rage étreindre son cœur, éclipsant la jubilation de la réussite. Son expression se fit plus glaciale, plus dangereuse encore. La rancoeur était à la hauteur de la trahison, et de l'amour qu'il avait pu porter à cette femme. Rien ne pouvait exprimer ce qu'il ressentait.

- Bonsoir, Mère. J'ai voulu que nos retrouvailles aient le faste qui s'impose... pour votre retour d'entre les morts. »

Résumé des actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 243 ans
Métier : A été infirmière, herboriste, guérisseuse, libraire ... Indéfini aujourd'hui
Situation : Veuve 3 fois, célibataire endurcie amoureuse
Localisation : Nouvelle Orléans
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Lya (avatar), TUMBLR (gifs), Shadow & Pumpkyn ♥ (sign)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 332

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Lun 28 Nov - 21:35


Les émotions contradictoires sont à présent légions. La colère me prend, convulse mon corps, saute à ma gorge avec un plaisir évident, tandis que la peur afflue, destructrice et vicieuse, prenant place dans mes yeux, figeant mes traits, me vieillissant. Cet homme était-il fou ? N’avait-il donc aucun instinct de conservation ? Voilà pourquoi je m’étais évertuée à le fuir : outre le fait qu’il était l’un de ses êtres que j’abhorrais le plus – un chasseur – il était aussi une personne à laquelle je tenais, par la grâce du diable lui-même. Et il était là. Ici. Présent à cette fête étrange qui sentait le piège à plein nez et je ne pouvais rien faire pour le faire sortir. Le protéger. Je n’étais pas furieuse. J’étais anéantie par quelque chose de bien plus grand. Je le vois passer une main dans ses cheveux, soudain gêné avant que ce maudit sourire fier qui lui va si bien n’illumine ses traits, et je n’ai plus qu’une envie, lui botter les fesses jusqu’à la porte la plus proche. Cependant il me faut me contenir. Me contenir, et surtout m’empêcher de m’étouffer à la suite de ses aveux. « Vous avez … Quoi ?! » Mes yeux s’agrandissent d’horreur et il me faut tout mon self contrôle pour ne pas exploser. Il est fou. C’est la seule explication possible. Fou et suicidaire. « Avez-vous seulement la moindre idée de l’endroit où vous vous trouvez ? » Je susurre, ma voix glacée sortant entre mes dents comme le sifflement d’un serpent mortifié d’inquiétude, et le noir soudain qui plonge la salle me donne soudain raison. Un long frisson de peur parcourt subitement mon échine, et c’est sans réfléchir que j’attrape la main de Matthew pour la presser doucement – aussi étrange que cela puisse paraître. « Par tous les Saints, Matthew, fichez le camp. Je vous en prie. Votre vie est en danger ici. » Je murmure, bas, mes yeux cherchant à y voir dans ce noir complet, jusqu’à ce que la voix d’un ancien ami ne me parvienne. Declan, un sourire certainement figé sur ses traits, vient de dévoiler notre identité sans même savoir qu’un traître se trouve parmi nous. Je ferme les yeux une seconde, avant de soupirer, me reprenant en main et me redressant, avant de lâcher la main de Matthew et me placer de façon à être devant lui. Nous y sommes. Cela devait bien se produire un jour … J’aurais préféré qu’il ne sache jamais.

« Bien que tu ais raison Declan, il est tout de même étrange que les plombs sautent de cette façon. » Je souris en direction de la première flamme que je vois illuminer faiblement les environs, flamme d’un pauvre briquet qui réchauffe des visages inconnus. Je tourne le dos à mon invité surprise, fuyant à présent son air certainement catatonique. En mon fort intérieur je note qu’il me faudra encore déménager. Quoi que. Non. Je suis lasse. Lasse de ce jeu, de ces mensonges. Je viens à peine de retrouver mon fils – ce fils qui m’en veut et dont j’entends sa voix, merveilleuse. Ainsi est-il là, lui aussi. Aaron. Mon tout petit. Mon bébé. Ma chair et mon sang. Je me tourne vers lui, toujours devant Matthew, avant de froncer les sourcils. A vrai dire, je fais quelques pas, m’éloignant à peine, et allais omettre une remarque lorsqu’un nouveau frisson parcours mon dos. Quelque chose cloche. Soudain, une odeur nauséeuse me parvint, mélange de rouille et de sel, mélange de sang et de fer, qui me donne envie de vomir. Un rire étranglé me fige, et l’horreur prend mon cœur en otage lorsque le bruit métallique se fait entendre. Qu’est-ce que ? « Restez derrière moi » Je murmure à Matthew, d’une voix tremblante. Je suis trop loin pour protéger Aaron, mais il est assez âgé pour se défendre de lui-même – ce qui n’est pas le cas de Matthew, ainsi piégé avec plus d’une trentaine de sorciers, au minimum.
Mon regard se porte alors vers l’origine du bruit et c’est là un geste que je regretterais plus tard. Car pendant que mes sens se focalisent sur la provenance de l’horreur qui gémit, je sens une masse gigantesque et froide se glisser derrière moi et me saisir avec autorité les bras. Je n’ai pas le temps d’intervenir. Je n’ai pas le temps de murmurer un sortilège. Je n’ai pas la chance d’être assez rapide. Je ne suis plus qu’une bête de foire sanglée, meurtrie par de lourdes de chaînes. Et si j’amorce un mouvement pour me débattre, je sais par avance que cela ne changera rien. « LACHEZ-MOI ! » Ma voix sort pourtant de ma poitrine, cri de rage étranglé, révolté, inutile. Cela n’enlèvera pas ma prison, qui d’ors et déjà m’affaiblit en plus de me brûler la chair. Mais d’ors et déjà la masse se déplace, disparaît, que la lumière revient, aveuglante, éblouissant mes rétines. Je ferme les yeux une seconde, avant de découvrir avec effroi ce qui nous attend. Je n’ai que rarement vu Olivette, néanmoins j’aurais pu la reconnaître n’importe où. Cependant, elle est dans un tel état que … Ma vision se retrouve troublée par ma propre marque d’infamie – car peu d’entre nous semblent avoir subit mon sort. « Que quelqu’un s’explique. » Ma voix, troublée, rauque, brise le silence glacée dont se compose désormais mon corps. Je me redresse, fièrement bien qu’à l’intérieur je panique, pour fixer la scène. Pour fixer un être que je n’ai jamais oublié. Et si la stupeur fige mes traits, suivie de près par la douleur et la tristesse, c’est finalement la colère qui termine de m’animer. Froide. Sourde. Comment ose t-il ?

« Gareth. » Le murmure, souffle rauque chargé d’émotions contradictoires, est assez fort pour être entendu de tous et me voici à faire un pas en avant à nouveau, relevant la tête, m’assurant d’être assez proche de Matthew pour le protéger au besoin – comment là est encore la question – mais assez loin pour qu’il ne se fasse pas prendre entre deux feux – du moins cela je l’espère. Dans un coin distant de ma conscience, je note l’acte étonnant de l’homme qui fait ma taille, tandis que j’approuve les dires de ce qui semble être sa protégée. Mais j’ai autre chose à faire que de réellement m’en occuper à présent : me voici toute entière concentrée sur l’homme qui fut autrefois mon fils adoptif, bien avant la venue au monde d’Aaron. Tous deux des Styne. Tous deux maudits par cette famille. Famille dont je faisais autrefois partie, avant que l’on ne m’assassine – mort qu’il a la gentillesse de me rappeler et à laquelle je réponds avec mordant.
« Ton grand-père a eu l’aimable gentillesse de me louper de peu à l’époque, mais là n’est pas la question. Comment oses-tu nous piéger de cette façon, Gareth ? Comment as-tu pu oser torturer ainsi Olivette ? As-tu perdu tout sens commun ?! » Ma voix perce finalement pour de bon, claire, nette, grondant tel le tonnerre. Les sourcils froncés, j’essaie de faire abstraction des fers qui tintent tandis que j’avance à nouveau d’un pas, mes yeux emplis de douleur et de colère rivés sur cette carcasse que j’ai serrée avec amour contre ma poitrine, il y a de cela bien longtemps. « Cesse donc le spectacle et viens en aux faits. Que veux-tu ? Pourquoi nous avoir piégés de cette façon ? » Je cherche simplement à comprendre. Comprendre comment est-ce que nous avons pu en arriver là, bien que j’abhorre le fait de laver mon linge sale devant des étrangers. Oh, Gareth. Je peux comprendre ta colère à mon égard. Mais je me doute que tu dois avoir plus grand dessein en tête pour tous nous avoir fait venir. Pour avoir fait venir ton frère … Mais de là à vouloir nous diminuer ? Vraiment, Gareth ? C’est pour cela. C’est pour cela que je ne peux empêcher mon dernier murmure, tandis que je me dresse de toute ma hauteur face à toi, avec ce ton arrogant qui déplaisait tant à ton grand-père, avec en prime cette douleur sourde au fond des yeux. « Dis-moi … Aurais-tu peur de nous, mon fils ? » Et malgré tout l’amour que je peux encore te porter, malgré le désespoir que cette rencontre m’impose – car j’aurais aimé que cela se passe autrement, sois en assuré – je suis à présent déterminée à te botter le postérieur si la raison t’échappe. Car que tu le veuilles ou non, gamin. Tu es comme ton petit frère. Pour toujours. A jamais. Mon fils.


résumé des actions:
 


 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t48-journal-de-bord-d-elizabeth-w-rochester
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Lun 28 Nov - 22:28



Intrigue 1
Du monde • Aaron D. Styne
Les lumières ne semblent pas vouloir se rallumer et je pousse un soupir. Il n’y a aucun des gorilles ou des serveurs qui peut aller vérifier le disjoncteur, non ? Non, évidemment, sinon ça serait beaucoup trop simple et largement moins drôle pour eux. J’éteins mon briquet, bien décidé à avancer et naviguer à l’aveugle dans la pièce et la bâtisse de manière générale, quitte à bousculer quelques personnes, afin de faire revenir le courant. Car je n’ai pas que cela à faire de faire lampe de chevet pour personnes pas assez douées pour penser aller chercher le disjoncteur. J’avance, mais le bruit de fer et l’odeur du sang me fait me stopper et ce n’est pas plus mal, car je sens soudain ma tête me tourner et je la secoue, espérant que ce vertige passe. Oh, il passe, je n’ai plus la tête qui tourne, en revanche, la faiblesse que je sens dans mes membres n’est pas psychosomatiques, j’en suis certain. Bon sang. Je repense à ce qu’il s’est passé, je n’ai pas senti de magie, pas une goutte de plus que celle imprégnant déjà l’endroit de par l’amas d’êtres magiques, et la seule chose…Le champagne. On nous aurait drogués ? Dans quel but ?

Je fais encore quelques pas, sentant un pilier contre une de mes mains tendues, et je m’y appuie lourdement, alors qu’un spot s’allume. Caché derrière mon pilier, coup de chance, ce que je vois me fais écarquiller les yeux. Olivette, dans une cage et salement battue, mais ça encore, je m’en fiche un peu. Non, ce qui me perturbe le plus est l’homme à côté de la cage : Gareth, mon frère. Celui qui était censé être en Angleterre, et surtout, une chose qui me fait bouillir de rage : voir ma mère enchainée telle un animal sauvage. Oui, je lui en veux et je ne sais toujours pas trop sur quel pied danser avec elle actuellement, mais ça ne veut pas dire qu’il a le droit de l’enchainer de cette façon. Il ne semble pas m’avoir encore vu, mais ça ne saurait tarder, il sait que je suis là si ses gardes du corps ont bien fait leur travail. Pourtant, en l’écoutant, j’ai une envie qui me vient. Une envie irrépressible, et je laisse donc libre court à cette envie :

Rire.

Un rire fort, un qui se répercute dans la salle, le genre moqueur à souhait et qui trahit l’estime que j’ai pour mon propre frère. Trahissant ma position par ce rire et n’ayant, de toute façon, aucune envie de rester cacher (je n’étais pas un lâche, quoi que puisse penser Gareth et sa vue biaisée et incomplète des choses), je me sers du pilier pour me donner une poussée de initiale, puis j’avance dans la pièce, au centre, rester vide depuis que Gareth s’est montré. Je titube, on me croirait ivre, alors que c’est la drogue qui court dans mon sang, mais je n’en n’ai cure. J’ai laissé le temps à mère de parler, mais maintenant, c’est à mon tour et je ne mâcherais pas mes mots.

"Messieurs dames, Gareth Styne, l’homme le plus aveugle que la création ait pu nous fournir ! Formaté par un vieux croulant obsédé par une gloire passée." J’ai désigné mon frère d’un grand geste du bras "Amateur des entrées théâtrales, des grandes tirades ! C’est de famille vous me direz." Je me tourne vers Elizabeth, le regard sombres à la fois de colère et les pupilles dilatées à cause de la drogue "Mère, quelle joie de vous revoir ici, mais je m’étonne que vous vous demandiez le « comment », vous connaissez aussi bien que moi les méthodes de cher grand-papa Styne…" je fais quelques pas, sentant le regard des gorilles sur moi, et me dirige vers les tables où se trouvent les petits fours "Mais pour en revenir à toi mon frère, Mère a raison, tu as peur de nous. Tu fais venir tout le monde, pour avoir une audience, mais nous voir rien que nous deux, non…tu ne peux pas, tu n’en n’as pas le courage !"

Arrivant aux tables, un accès de faiblesse me fait perdre l’équilibre et je m’accroche à la table, la nappe, faisant tomber plusieurs plateaux et accessoires au sol. J’entends des pas s’approcher de moi et je me saisis vite d’un plateau et d’un chandelier, un dans chaque main. Une main se pose sur mon épaule et j’entre en action. Du plateau, je donne un grand coup dans le visage d'un gorille se trouvant près de moi, approchant. Ce que peuvent penser les autres personnes présentes ? Je m’en fiche. Mère devrait de toute façon voir ce qu’est devenu son précieux fils. Non, mère, je ne suis plus l’enfant innocent que tu as connu. Je suis peut-être affaibli par cette drogue, j’en reste néanmoins un Styne. Que ne donnerais-je pas pour avoir mon arme personnelle en cet instant. Sortir mon révolver, viser Gareth et tirer. Lui faire comprendre que non, je ne me laisserais pas faire.

Mais ce n’était pas le cas. Je ne sais pas exactement ce que j’espérais avec cette attaque, mais le fait est que maintenant, les dés étaient jetés.
Fiche codée par NyxBanana
[
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Ven 2 Déc - 0:50

L'homme aux côtés de Mary s'approche d'elle, protecteur. He bien eh bien, il semblerait que cette jeune demoiselle sache se débrouiller pour se mettre sous la protection de gens plus puissants qu'elle. Lorsque le noir se fait et que la voix d'Elizabeth réponds à ma remarque, je lâche un petit rire. Évidemment qu'elle est présente lors d'une réunion de sorciers ne se connaissant ni d'Ève ni d'Adam.Je vais ajouter quelque chose, lorsque l'homme près de Mary - mais est-ce vraiment un homme - conseille à sa protégée de ne pas boire le contenu de son verre. l'entendant en verser le contenu au sol, je fais de même et tant pis pour les convenances. Malheureusement j'en ai déjà bu quelques gorgées et je me sens vaciller. Je n'ai cependant pas le temps d'y réfléchir plus que je sens soudainement une présence imposante et glaçante derrière moi. Je veux m'échapper mais la masse est plus rapide et je sens soudainement mes poignets entravés.

- Hey ! Lâchez-moi !

Il ne me faut que quelques secondes pour me rendre compte que c'est du fer et que je suis désormais complètement impuissant. Le fer me brûle et m'empêche d'utiliser toute magie, mais le plus grave étant qu'Elizabeth l'est autant que moi puisque entravée également. Heureusement la gamine ne 'est pas. par contre, elle est bien trop bavarde pour son bien. Je lui lance un regard noir alors que les lumières se rallument, en espérant qu'elle se taise. Elle va se faire tuer, ne s'en rend-t-elle pas compte ?

Le murmure de mon amie me fait cependant tourner la tête vers elle, quittant Mary des yeux. Garett... Je n'ai pas le temps de réfléchir à ce que ce nom m'évoque que l'homme qui le porte s'avance et se présente. Un Styne...

S'ensuit un échange fort intéressant entre Elizabeth et ses fils, semble-t-il. Que de révélations. Je les observe en silence avant de me dire qu'il est plus judicieux de les laisser se débrouiller en famille. Je ne sais pas quel est le rôle de tous les autres "invités" mais si je peux éviter d'être impliqué plus que je ne le suis déjà, ça m'arrangerait. Je m'approche donc à nouveau de Mary.

- Gamine. Hey, tu es folle tu sais ça ?

N'attendant pas sa réponse, je me tourne vers son protecteur et je m'adresse à lui, le plus discrètement possible.

- Est-ce que par hasard vous sauriez faire quelque chose pour ceci ? ça pourrait aider...

Je désigne les fer qui entravent toujours douloureusement mes poignets alors que le second fils s'attaque à un des gorilles. mais sérieusement, ne pourrait-il pas attendre que nous ayons les mains libres ? Ou ne pourrait-il pas libérer sa mère ? Tss...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 40 ans
Métier : professeur d'Histoire
Situation : célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Hugh Dancy
Copyright : Gif Huntrress, avatar Byme
Je suis aussi : Lucifer et Heather
Date d'inscription : 13/06/2016
Messages : 151

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Ven 2 Déc - 7:51

Entrer dans le bâtiment n'était pas la chose la plus difficile à faire...Confronter Elizabeth au sujet de sa nature se révélera être beaucoup plus ardu, même dans une soirée mondaine. Car c'est ce à quoi ressemble ces gens, de la haute venue pour se faire mousser et discuter affaires.

Malheureusement, ma dame me reconnaît et désapprouve ma présence en ce lieu où, il est vrai je n'a pas été invité. Un peu gêné, je lui avoue l'avoir suivie et avoir prétexte l'accompagner pour me glisser à l'intérieur. Je peux voir qu'elle est loin d'être heureuse, l'horreur et la surprise alternant sur ses traits.

Ma vie est en danger ?! Ah ! Il y a donc bien anguille sous roche. Mais je ne désespère pas, je ne peux toujours pas croire qu'elle sacrifie des nouveaux nés pour le plaisir... Ma vision des pratiquants de la sorcellerie est sans doute un peu sombre et sans nuances, mais présentez moi un sorcier qui soit plus blanc que blanc et là peut-être je vous croirai. Je n'en ai à ce jour rencontré aucun, et par par faute de ne pas en avoir croisé...

Je regarde la salle autour de moi,

« Si je ne me trompe pas, je suis à un rendez-vous mondain... peut-être de personnalités, si je manque de chance... » Par personnalités, je veux dire sorciers, mais j'ai du mal à l'accuser directement de ce crime. « S'il y a du danger pour moi, il y en a pour vous. Hors de question de vous laisser seule. » Et si c'est une sorcière je veux la garder bien en vue...

C'est alors qu'une voix annonce qu'il y a beaucoup de sorciers dans la salle, en effet. Je soupire doucement, tous les sens aux aguets. Je serre brièvement a main d'Elizabeth avant de la lâcher. Elle savait qu'il y avait des sorciers dans la pièce. Cela ne voulait pas dire qu'elle en était une. Elle pouvait être une chasseuse, comme moi. Je m'accrochais à cet espoir comme à un fétu de paille, sachant très bien qu'il y avait peu de chance pour que ce soit vrai. Mais quand on chasse, on finit par croire à la chance et au hasard. Sinon, on ne survivrait pas si longtemps...

Pa réflexe, je me colle à un mur, pour ne pas pouvoir être surpris par l'arrière. L'obscurité se fait plus profonde, des bruits de métal et un rire fuse, me faisant regretter le fait d'être sorti sans mon arsenal habituel. Une cage apparaît sous un projecteur, et je n'ai pas le temps de voir ce qui arrive à Miss Rochester, trop étonné par ce que je vois, une femme aux fers, dans une cage du même métal. Oh ! En effet je me suis présenté dans un endroit où je n'ai rien à faire. Elle fréquente un club SM ?!! Mais j'ai bien l'impression que non. Je me fais discret, bien décidé à trouver une issue de secours. L'homme près de la cage se présente, et s'adresse à tous avant de parler à Elizabeth... Pour confirmer ce que Lemmy avait dit, et plus encore. J'ai du mal à réaliser ce qui se dit, je suis choqué, c'est le moins qu'on puisse dire. Mère de deux hommes adultes, dont un psychopathe au moins ! Oh oui, il faut sortir d'ici ! Par contre, je ne sais plus si je dois emmener Elizabeth avec moi ou non... Et les chaines qu'elle porte rendront notre évasion plus ardue. J'observe la tête des hommes alentours. Seuls quelque-uns ont été menottés, une bonne chose. Certains ont l'air fatigués, drogués ? Une chance que je n'ait pas eu le temps de prendre à boire... Un des ... fils... d'Elizabeth décide se rebeller, détournant l'attention de quelques gorilles. Mais il y a peu de chance pour que cela fonctionne sur Gareth. Réfléchis Matthew !

D'abord trouver une issue, ou en créer une. Ensuite venir chercher la dame. Je cherche des alliés du regard, et note l'homme qui a nonchalamment applaudit le spectacle et un autre menottés, ainsi qu'une demoiselle. Peut-être pourront-ils être utiles ? Je m'approche d'eux, et entend l'homme demander à l'autre de le libérer. Au pire s'il n'y parvient pas, je pourrai toujours crocheter la serrure à coups de cure-dents et d'ustensiles à apéritif... Mais je préfère garder mes talents pour moi pour l'instant.

« Savez-vous dans quelle direction se trouve la cuisine ? Ou le bar ? » Une cuisine, c'est plein d'armes, et à défaut le bar est plein d'alcool pour créer de petites bombes incendiaires. Elle ne seront pas de la plus grande efficacité, je n'ai pas d'essence, mais ça pourrait fonctionner... Et je pense pouvoir supposer que les personnes menottées ne sont pour l'heure pas mes ennemis...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : Inconnu
Métier : Platypus de compagine
Situation : Mère (Célibataire) de tous les platypus
Localisation : Heaven, chambre de Gabriel
Feat. : Platypus
Copyright : Asmodée ♥; Shadow & TUMBLR
Je suis aussi : //
Date d'inscription : 10/11/2015
Messages : 686

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Mar 13 Déc - 12:33

Intrigue Une - Chicago


To save your ass or not. That's the question.





» La panique dans vos yeux, frissons d’excitation pour d’autres, colère montant en flèche pour les derniers. Car si Gareth Styne, chef de la branche anglaise des Styne – cette famille de sorciers cruels dont la magie noire est leur signature – est présent ce soir, pire encore s'il semble être le seul à l’origine de cette petite sauterie, ce n’est que pour une seule et unique raison : reprendre le contrôle du Grand Coven. Et si vous ne désirez pas finir comme cette chère Olivette, qui n’est même plus en état de se débattre, vous feriez mieux de lui obéir sans discuter.
Cependant des questions demeurent. Pourquoi est-ce lui qui est présent ce soir ? Aux dernières nouvelles, pour les plus informés tout du moins, c’était le clan américain qui gouvernait en maître. Qui plus est, où se trouvent les autres membres du conseil ? Où se trouvent les deux autres dirigeantes ? Et qu’est-ce que Gareth a t-il pu prévoir d’autre ? Tant de questions, trop de questions, et des murmures contrariés par tous ces discours, toutes ces sombres révélations, s’élèvent peu à peu dans la salle. Car Gareth n’a pas pu opérer seul, il y a donc peut-être des traîtres dans l’assemblée et la méfiance que vous pourriez ressentir envers vos voisins se renforcent. Malgré tout, les deux sorciers qui semblent le connaître – Elizabeth Rochester et Aaron Styne - n’ont pas l’air d’être d’accord avec ses méthodes, et alors qu’ils lui répondent fermement – sont-ils fous ? - d’autres profitent de la diversion efficace (bien que pitoyable) qu’offre Aaron pour tenter de fuir. S’échapper. Ou peut-être bien de l’imiter. Car si le cadet des Styne semble être prêt à en découdre, comme il le démontre en frappant un des sbires de son frère en étant armé d’un simple chandelier et d’un plateau, il n’est pas le seul. Le dit sbire, amoché par ailleurs, recule sous la force du coup et titube. Le nez explosé et en sang, la mâchoire sans doute également fracturée, il fini par déraper sur l’un des mets tombé à terre et se casser magistralement la figure. Bien que drogué, la force d’un Styne reste spectaculaire, et c’est pour cela que cette fois-ci, trois nouveaux gorilles s’approchent d’Aaron avec méfiance mais bien décidés à en découdre.

Pendant ce temps, à quelques mètres du petit groupe formé par Declan, Mary, Crowley et à présent Matthew, un soudain grognement de douleur suivit d’un craquement fort déplaisant se fait entendre. Un sorcier qui s’apprêtait à lancer un sortilège en douce vient de s’écrouler sur le sol, la nuque brisée nette par une jeune fille venant de lui sauter sur le dos. Visage d’ange, sourire rêveur, la jeune demoiselle vêtue de noir se redresse souplement avant de relever les yeux pour fixer Gareth. Fronçant le nez sans plus s’intéresser au mort, c’est d’une voix forte qu’elle lance, pour bien se faire entendre. « Celui-ci semblait être sur le point de se rebeller, Père. Puis-je m’occuper d’oncle Aaron avant qu’il n’assomme les nôtres ? » Et si son regard ne s'est pas encore porté sur vous, cela ne saurait tarder du reste ...

La suite de l’aventure est entièrement vôtre. Laisserez-vous faire Gareth et vous rangerez-vous à ses cotés ou, à contrario, tenterez-vous de vous battre et peut-être de prendre la fuite ? Une chose est sûre, il vous faudra plus qu’une épingle à cheveux pour enlever les fers des condamnés – et peut-être, effectivement qu’un repli stratégique vers la cuisine pourrait être une bonne idée … Quitte à devoir se battre contre les gorilles qui gardent chaque entrée, chaque porte de la salle. A moins que les sorciers drogués n’usent malgré tout de leurs pouvoirs – car bien qu’ils soient diminués, cela reste encore possible. Le risque de dommage collatéral est simplement plus élevé.

© HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Mar 13 Déc - 14:02



Intrigue numéro 1
   Chicago

S

e battre contre le picotement qui parcourait son corps était on ne peut plus difficile. Il était peut-être un des plus puissants démons, mais il était tout de même touché par la drogue qui continuait de couler dans ses veines. Il regardait l’intervention de chacun et réalisait qu’il ne savait pas vraiment de quel côté il devait se ranger. Enfin, le terme vouloir serait sans doute bien plus approprié. Il fit de son mieux pour analyser la situation, ce qui compter le plus à ce moment présent était la sécurité de Mary. Il risquait sans doute de griller sa couverture en agissant ici, mais il n’avait plus vraiment le choix.

D’un air méfiant, il regarda les deux hommes devant lui. Pendant un instant, il se demandait s’il n’avait pas déjà vu la tête du nouvel arrivant quelque part. Ce n’était pas vraiment si important que ça et préféra se reporter sur la situation et l’urgence qu’elle représentait.

- Je compte sur vous pour protéger Mary pendant ma brève absence, et je vous conseille de vous éloigne de la porte principale.

Il indiquait la porte par laquelle, ils étaient rentrés quelques minutes plus tôt, avant de redresser sa main et de claquer des doigts. Il venait de se téléporter, enfin il n’était en réalité pas parti très loin. Uniquement de l’autre côté du mur dans le hall du bâtiment. Cela ne lui avait pas demandé beaucoup d’effort, caché de la vue de tous, il pourrait sans doute créer une diversion assez forte pour semer encore plus la panique dans la pièce. Il ne savait pas vraiment si son action aurait pour résultat qu’il cherchait, mais il n’avait qu’une façon de le vérifier.

Même drogué, un démon conservait sa force et même si ses pouvoirs étaient amoindris, il n’en restait pas moins dangereux. Il s’approchait doucement la porte et posa doucement ses mains sur chacun des battants. Il avait prévu de faire une entrée on ne peut plus fracassante à son tour. D’un coup, il rassemblait ses forces pour pousser les morceaux de bois. On avait l’impression qu’il était en train de déplacer une feuille en papier vu la facilité avec laquelle il avait fait ça. La porte n’avait pas été fermée à clé sinon le bois se serait sans doute brisé sous le choc.

Il cherchait des yeux les deux gardes qui devaient certainement avoir fait un vol plané dans la foule. C’est avec fracas que les battants de la porte tapèrent violemment contre le mur. Il essaya également de repérer la tête blonde tout en réajustant son costume et sa cravate qui avait légèrement bougé sous l’effort. Il ne lui fallut pas longtemps pour rejoindre Mary et les deux autres avec un petit sourire satisfait. Il regarda l’homme à lunette avec cet air condescendant qu’il affichait si souvent avant d’ajouter avec sa voix rauque.

- Je ne sais pas où se trouve la cuisine ni une quelconque autre pièce, mais je sais par où se trouve la sortie.

D’un geste de bras théâtral, il montrait la porte à présent grande ouverte. Il n’avait pas envie de partir maintenant en réalité, mais il savait que ce serait plus sûr pour Mary et comme il devait encore faire ses preuves pour gagner sa confiance et il agissait en temps qu’adulte responsable. Ce qui ne lui plaisait pas plus que ça, mais il n’avait pas vraiment le choix.

- Je pense que nos hôtes ont des conflits familiaux à régler et ça ne m’intéresse pas plus que ça de les regarder gérer ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 18 ans
Métier : Sans emploi fixe
Situation : Célibataire en général
Localisation : Dernièrement, San Francisco
Feat. : Abby Ross
Copyright : Maewan
Je suis aussi : Un piaf nommé Balthazar
Date d'inscription : 28/09/2016
Messages : 164

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Mer 14 Déc - 21:00

Le trouble-fête n’avait pas été trop disposé à répondre de façon claire aux questions que tout le monde devait se poser, mais qu’elle avait pour sa part formulée à voix haute en direction de ce… Styne ? Alors quoi ? C’était un type attardé qui faisait sa crise d’ado seulement maintenant ? Il ne pouvait pas aller voir un psy, comme tout le monde ? Alors à sa réponse, elle marmonnait vaguement un truc qui ressemblait à un : « Je t’emmerde » bien qu’elle soit sans conteste la seule à l’entendre. Les drama de ce genre, ça allait bien dans les séries pour ados – ce qu’elle était plus ou moins encore, tout dépendait des points de vues – mais dans la vraie vie, c’était juste… pitoyable… et flippant aussi d’accord, même si dans un canapé et avec du pop-corn, elle pourrait sans doute savourer show. Là, ils étaient tous coincés à regarder le mélodrame se dérouler sous leurs yeux. Et v’là ti pas que ce type à un frangin, qui leur dresse un portrait sommaire de la situation… dans le genre théâtral, il est pas mal aussi lui… just saying. Ils n’étaient donc que des témoins, des boucliers parce que le petit bouchon Styne n’avait pas la force de porter comme un grand ce qui pendait entre ses guibolles ? Super !

Et sa conscience devait vraiment arrêter d’être aussi sarcastique…

Dans le même temps, Declan lui fit remarquer qu’elle était sans doute un peu fêlée du bocal, mais la blonde haussait juste les épaules. Hein ? La cuisine ou le bar… ? Pourquoi, il avait un petit creux ? Euh… mais c’était qui ce type en fait ? Mais on s’en foutait merde ! Une certitude qui s’envolait quand un homme se retrouvait… tué ? Hého, ils étaient supposés n’être que des témoins d’un différent familial… pas se retrouver raide et repartir d’ici les pieds devant. Donc quoi… le Styne qui fait chier c’est Dark Vador, qui a apparemment enrôlé sa gosse du côté obscur de la Force et les autres sont les Rebelles ? Crowley stoppait pourtant le fil de ses pensées, et l’empêchait de répondre pour savoir à quoi bon trouver la cuisine et compagnie, puisqu’une bataille de bouffe n’allait pas les tirer d’affaire, ni la picole. Et pouf, il disparaissait, pour Dieu seul sait où.

« J’ai pas besoin de baby-sitters. Même si c’est des mecs canons. »


Quoi ? Elle avait légèrement peur, ça ne la rendait pas aveugle merde ! Puis autant s’amuser si un cinglé se mettait en tête de les butter et l’instant suivant, la plus jeune tentait de trouver un moyen de sortir d’ici, voir de se servir d’un objet pour ça… qu’elle pourrait faire venir par télékinésie par exemple… sauf que le fracas des portes qui se décrochaient littéralement de leurs gonds la fit sursauter.

« De quoi… ?! » euh… Crowley venait de faire ça… ? Merde, c’était fortiche ! Même drogué il était encore capable de faire quelque chose alors qu’elle… bof. « J’te suis. »

Elle soufflait bien entendu sa réponse, mais quelque chose lui soufflait que ce ne serait pas si facile… en témoigne le mec mort un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t549-mary-lincoln-l-humour-c-est-comme-le-bacon-gras-et-double-face http://solemnhour.forumactif.org/t558-journal-de-bord-de-mary-lincoln-en-r-tard-en-r-tard
avatar

Age : 40 ans
Métier : professeur d'Histoire
Situation : célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Hugh Dancy
Copyright : Gif Huntrress, avatar Byme
Je suis aussi : Lucifer et Heather
Date d'inscription : 13/06/2016
Messages : 151

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Dim 18 Déc - 22:12

Si je me sors de ce pétrin, j'aurai quelques mots à dire à Lemmy ! Premièrement il avait raison, Elizabeth semble bien être une sorcière (et pas n'importe laquelle, de ce que je peux en juger, comment ai-je pu être aussi aveugle ?), deuxièmement, il y a un rassemblement de sorciers à Chicago et les chasseurs ne sont pas avertis ! Le danger pour la population est énorme, sans compter que celui qui a organisé cette soirée semble être un fameux psychopathe. J'enregistre tous les commentaires dans un coin de mon cerveau pour les trier plus tard et faire remonter l'information afin d'en savoir plus sur ces coven de sorciers et leurs complots. (Bien qu'ils semblent a priori plus tournés vers leurs congénères que vers le reste du monde, je ne peux prédire ce qui se passera une fois le nettoyage effectué dans cette pièce...) Je m'éloigne d’Elizabeth, j'aimerais pouvoir lui retirer ses chaînes, elle au moins a le cran de s'opposer à ce Styne ! Mais ce n'est pas le moment et surtout je n'ai pas les ressources pour le faire. Je me retrouve aux côtés d'un type en costume soigné, d'une demoiselle blonde et d'un autre type menotté. Encore un sorcier. Puis-je faire confiance à un sorcier ? C'est toute la question ! Mon expérience me dit que non, mais la situation voudrait que je me trouve des alliés, et à défaut d'autre chose, les menottés font parties de ceux à qui je pense pouvoir me fier – temporairement du moins. Je demande si quelqu'un sait où se trouvent les cuisines, afin de m'approcher d'armes potentielles, et peut-être de trouver une issue de secours. Il faut bien sortir les poubelles, non ? Et via la salle de réception, ce n'est pas très attirant pour le public...

Je finis par les repérer, quand une jeune fille tue un des types présents sans sommation, et sans émotion. Cette fois j'en ai confirmation : les Stynes sont réellement les méchants du moment. Surtout Papa et sa fifille... Bon... Réfléchir et vite. Sortir, trouver des armes et revenir libérer Elizabeth. Je ne peux tout de même pas la laisser seule ici avec ces gens qui se disent de sa famille mais la ligotent comme une dinde pour Noël !

Le type en costume chic me demande à moi et au gars aux fers de veiller sur la blonde (enfin je suppose) le temps qu'il s'absente... Il va faire quoi là ? Je le vois lever une main, et je recule prudemment. Ca sent la magie, et c'est pas bon du tout ! Il a disparu ! J'ai à peine le temps de regarder autour de moi pour vérifier si nous sommes dans la ligne de mire d'un sorcier, que les portes s'ouvrent avec fracas et que le gars- un démon, je dirais, et qui vient de se téléporter!- refait son apparition en nous invitant à le suivre. Enfin, surtout la demoiselle. Qu'est-ce que ? Pourquoi est-elle protégée par un démon ? Et pourquoi n'ai-je pas pris ma flasque d'eau bénite avant de sortir ?!

J'effectue un repli stratégique en direction des cuisines. Les portes ouvertes par le démon sont tentantes, c'est vrai. Mais l'attention du gros des troupes sera dirigé par là. Et moi, je veux  rester discret... Je me saisis d'un morceau de verre qui traîne au sol suite à l'arrestation musclée de plusieurs sorciers, cela me fera une arme, aussi piètre soit-elle. Cela fait, je me dirige vers la porte de la cuisine, bien décidé à passer outre ceux qui se mettront en travers de ma route. J'attaque le premier gorille qui tente de me barrer le chemin vers la sortie. Ce que je fais ? Je vise les yeux et la gorge avec mon morceau de verre. Bon, je me coupe un peu les mains aussi au passage, mais rien qui ne se soigne pas. Et si je reste là je finirai comme l'autre à la nuque brisée. Quitte à tout prendre, je préfère saigner.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] Jeu 22 Déc - 17:13

Gareth était resté de marbre, imperturbable face aux réactions de son auditoire, et en particulier de sa mère et son frère. Pourtant, ils avaient l'air de vouloir rivaliser l'un avec l'autre question mélodrame. Et après ça, c'était lui qu'on accusait ? Pathétique. Aaron en tenait une belle couche. Intérieurement, le sorcier bouillonnait de rage. Le fait de la contenir ne la rendrait que plus terrible une fois qu'elle pourrait s'exprimer. Mis à part un éclat des plus dangereux dans son regard, il avait l'air détendu, serein, presque amusé, un sourire onctueux plaqué sur les lèvres. Sourire qui faisait froid dans le dos, à vrai dire...
Plutôt que de mordre à l'hameçon et se laisser emporter dans une joute avec sa famille, il ne daigna pas répondre à ce qui lui avait été lancé. Tout au plus eut-il la politesse d'écouter. Une pointe d'agacement lui perça le cœur lorsqu'il entendit une fois de plus cette histoire à propos de son grand-père. Mais que valaient les mots de traîtres ? Il n'était pas naïf, pour croire ainsi tout ce qu'on pouvait lui dire, et faire marche arrière sans autre forme de cérémonie. Non, il était là pour une bonne raison, et en cela il accepta de répondre à sa mère.

« Ce que je veux ? Le Grand Coven bien sûr, pour commencer... D'ailleurs, Olivette a passé un excellent moment, merci de votre sollicitude, Mère. N'est-il pas, très chère ?

Le sourire de Gareth s'agrandit alors qu'il flattait à nouveau la cage en la tapotant comme un animal, déclenchant quelques gémissements pathétiques de la part de la prisonnière. Il ne s'était pas démonté après la petite démonstration de son frère, pas plus qu'il ne s'émut du fait d'avoir perdu des sbires. C'était somme toute normale dans une soirée pareille. Peu après, sa fille fit une arrivée remarquée en tuant sans sourciller un des prisonniers qui voulait tenter quelque chose. Il accorda un signe de tête à Kaitlyn, différent un peu sa réponse. Il lui semblait opportun de faire une petite démonstration, pour que tout le monde soit au clair avec la situation. Il s'avança d'un pas, d'un seul. Il ne s'adonnait pas souvent à la magie, bien qu'il excellât dans ce domaine, et que ses pouvoirs soient conséquents. Non, l'art des armes était bien plus distrayant. Mais lorsqu'il le fallait, il était prêt à renouer avec les anciennes traditions.
Frapper sa famille aurait sans doute été un soulagement pour lui, après tant d'années de colère et de sentiments contradictoires qui n'avaient pu que couver. Il ne craignait pas de laisser libre court à la violence. Mais non, il serait d'autant plus amusant de laisser ses proches admirer un peu les effets de leurs bravades. Il sélectionna deux sorciers placés près de sa mère et de son frère. Entravés, aucun d'entre eux ne pourrait rien faire. Il n'eut aucun effort à faire pour invoquer son pouvoir. Comme un animal docile, celui-ci répondit à l'appel, se lovant entre ses doigts, caressant. Le sorcier le laissa couler hors de son corps, ramper jusqu'à ses victimes désignées. Bientôt, les deux hommes visés se mirent à hurler de douleur, convulsant sur place avant de choir à terre. Des marques apparaissaient sur leur peau, sur leur corps, comme si une force invisible les écorchait vifs. Pourtant, la douleur intérieure semblait bien pire encore. Cela ne dura qu'une ou deux minutes qui parurent des heures. Lorsque les hurlements cessèrent, les dépouilles étaient sanguinolentes, déformées, méconnaissables. La torture avait eu raison d'eux. Gareth riva son regard qui flambait d'une colère glacée droit sur sa mère et son frère.

- Voilà pour la peur dont vous parlez. Kait', Honey, je te laisse le soin de te charger de ton oncle. S'il fait trop de bêtises...

Il n'avait pas besoin d'en dire plus. Sa fille savait comment se comporter. Elle avait été formée par les meilleurs, et il n'était pas dans ses habitudes de le décevoir. Gareth devait maintenant s'occuper de tous ces trouble-fête. Il en avait repéré un certain nombre, dont ce démon pénible qui venait de décrocher des portes de leurs gonds. Depuis quand les fils de l'Enfer donnaient dans le social, ça, il aurait aimé le savoir. C'était un sacré manque d'éducation, car il aurait pu prendre des mesures préventives face à eux, mais non, il s'était montré hospitalier. Quel remerciement...

- Bien. Maintenant, les indésirables à cette petite fête. Un démon, un humain... Quoi d'autre ? Il me semblait pourtant avoir été clair sur le caractère privé de cette soirée.

Son regard parcourut ses sbires. Il était déjà au-delà de la parole. Ses hommes avaient eu des instructions, et savaient réagir à ses gestes, à ses attitudes, à ses humeurs. Comme de bons chiens de garde, ils avaient été dressés pour cela. Le sorcier avait déjà repéré quelques individus particulièrement agaçants, dont il allait s'occuper. La foule avait besoin d'exemples ? Fort bien. En scène. Sa main droite glissa à sa hanche gauche, sous sa cape, dont il tira une rapière anglaise du XVIIe siècle à la garde ouvragée, une arme aussi magnifique que dangereuse et mortelle. La lame sortit du fourreau sans un bruit, et il semblait lorsqu'on observait son fil qu'elle aurait été capable de trancher un cheveu en pleine chute. L'éclat des lumières se refléta sur la lame parfaitement brillante, alors que son propriétaire la pointait vers l'assemblée.

- Quel rustre je fais. J'en ai oublié les présentations. Chers invités, Lizzie. Lizzie, nos invités. Qui a envie de faire connaissance avec elle en premier ? »

Cette fois, le regard de Gareth se rive sur l'humain qui est en train d'attaquer un de ses hommes avec un tesson de verre. Un chasseur, si ses informations sont exactes. Le geste de sa main dans sa direction fut léger, à peine visible... et pourtant il projeta l'homme contre le mur comme un fétu de paille, par télékinésie. Par ce geste, il avait pris soin de le rapprocher de lui... suffisamment pour qu'il puisse s'avancer en descendant l'estrade. La pointe de Lizzie vint titiller la pomme d'Adam du chasseur, faisant perler sur la peau un filet vermillon. Il aurait pu le tuer d'une dizaine de façons déjà. Mais quelque chose lui disait qu'il allait se distraire en prenant son temps. Maintenant, assez joué. Il était temps de punir les impudents. D'autres étaient sur sa liste... et la partie ne faisait que commencer.

Résumé des actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

# Intrigue 1 - Chicago [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Le consulat Général d'Haiti à Chicago présente...
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Résumé de l'intrigue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Intrigues & Events-