AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

# Intrigue 1 - Chicago [terminé]
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Founder Account
Platy Almighty
avatar

Platy The First
Watch this madness burning out the way


Age : Inconnu
Job : Platypus de compagnie
Situation : Mère (Célibataire) de tous les platypus
Localisation : Avec grand-père Chuck
Feat. : Platypus
Copyright : Daddy Bear (ava, gif profil) ♥; Gold.Wyvern & TUMBLR
Otherself : //
Date d'inscription : 10/11/2015
Messages : 919
Founder AccountPlaty Almighty
MessageSujet: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Sam 29 Oct - 19:22
Intrigue Une - Chicago


Let's do it





Lundi 1er Avril, 23h06
» La brise légère souffle dans les rues de Chicago. Les néons des nightclubs illuminent les allées goudronnées encore humides de la dernière pluie, offrant un spectacle magnifique à ceux qui savent regarder. Pour autant, que vous leur prêtiez attention ou non, le reste du monde n’est pas votre priorité ce soir. Non. Pas plus que les quelques jeunes alcoolisés et irrespectueux que vous aurez pu croiser sur votre route – jusqu’à ce que vos pas ne s’arrêtent devant un hôtel aux allures étranges, au décor figé dans les années 1920. Car cela fait quatre jours. Quatre jours depuis que vous avez reçu cette invitation imprévue, calligraphiée à la main, signée par le Grand Coven en personne. Une demande simple, destinée à tous les sorciers et les sorcières, qu’ils aient ou non été reniés. La première en plus de cent an, qui aurait de quoi faire tiquer, angoisser ou jubiler plus d’un. Un appel à l’aide. Car en ces heures sombres, le monde est en train de sombrer et au fond de vos entrailles quelque chose se tord – car vous le savez, le sentez. La bonne nouvelle ? Ce ne sera pas la faute des Winchester cette fois-ci.

A présent … Vous regardez à gauche. Vous regardez à droite. Vous dévisagez vos voisins, parfois d'un sourire curieux, parfois avec effroi, ayant reconnus certains, visages familiers pour les premiers, détestés pour les seconds. Etes-vous bien sûr ? Il semblerait que oui - car malgré les regards soupçonneux et l'envie de régler d'anciens comptes, vous décidez somme toute de rester. Grand bien vous fasse. Devant vous, les portes en verre s’ouvrent en un léger grincement, vous invitant à entrer, tandis qu’à l’intérieur, huit hommes vêtus de costumes noirs à la dernière mode et à l’air antipathique vous attendent. Mais ne vous y fiez pas. Si il ne s’agit pas de sorciers mais bel et bien de gardes du corps, ils sauront certainement vous maîtriser vu leur corpulence d’armoire à glace et les sorts de protection qui les entourent. Il est bel et bien trop tard désormais. Escortés par ces hommes, vous pénétrez à l’intérieur de l’hôtel particulier, avant d’être guidés vers une salle de réception somptueuse, sorte de Gala soigneusement étudié, méticuleusement préparé, ou d'autres sorciers vous attendent, arrivés en avance. En soit, cela ne ressemble pas au Grand Coven. Pas plus que le noir qui enveloppe soudain la salle, quelques minutes après l'instant où des serveurs sont venus vous proposer une coupe de champagne et des petits toasts. ... Mais qu'est-ce que ?

© HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Sam 29 Oct - 22:26


Intrigue numéro 1
   Chicago

S

avoir tout ce qui se passe sur cette foutue planète c’était un peu le mot d’ordre du démon. Pendant qu’il envoyait ses démons un peu partout, il restait vaguement à surveiller ce qui se passait. Il n’avait pas vraiment envie de se mouiller et préférait rester cacher de la lumière des projecteurs pour tirer les ficelles de loin sans prendre le risque de se mouiller. Enfin, c’était sans compter la réunion du Gran Coven qui avait lieu. Non pas qu’il y était invité, après tout c’était un démon, mais plutôt que sa petite protégée devait s’y rendre et que ça avait lieu à l’autre bout des USA.

Alors qu’il jouait avec son whisky, il décida qu’il était temps de faire d’une pierre deux coups et de s’y rendre en sa compagnie. Il n’avait rien de plus intéressant à faire dans l’immédiat et ne savait toujours pas à quoi s’attendre concernant Lucifer, alors pourquoi ne pas jouer le curieux et aller voir de ses yeux de quoi il était question. Il ne lui fallut pas longtemps pour finir son verre, enfiler son manteau et disparaitre à San Francisco là où Mary se trouvait. Après une brève discussion, il finit par poser sa main sur son épaule et claquer des doigts. Il les avait emmenés tous les deux devant le point de rendez-vous à Chicago.

Sa tenue ne faisait absolument pas tache dans le décor et malgré l’air contrarier de certaines personnes déjà présentes sur les lieux le démon affichait un petit sourire narquois fidèle à lui-même. Il attendait la suite des évènements avec impatience, il ne savait pas vraiment ce qui aller se passer dans un futur proche et avait presque hâte d’être surpris. Il n’aimait pas attendre, la patience était clairement une vertu qu’il n’avait pas et toute cette mise en scène avait beau être parfaitement travaillé, il avait le mauvais pressentiment que cette histoire ne lui plairait pas.

C’est avec une démarche conquérante qu’il rentrait dans l’hôtel, invitant alors Mary à le suivre tant qu’il ne serait à côté rien ne pourrait lui arriver. Ce n’était pas dans son habitude de jouer les nounous, mais avec elle c’était différent. Elle avait un potentiel énorme, il l’avait tout de suite compris. Il la trouvait aussi assez manipulable pour lui faire comprendre que c’était son côté le mieux, pour y arriver, il devait endormir sa méfiance. Quoi de mieux pour ça que de se montrer présent, attentif et protecteur ? Clairement, il n’avait pas trouvé et c’était donc contenté de jouer la bonne âme ce qui pour un démon était sans doute un peu ironique. Il se pencha un peu sur le côté pour lui glisser à voix basse.

- Tu connais certains visages ici ? Tu as déjà rencontré tes semblables ?

Il n’en avait jamais vraiment parlé avec elle, il n’avait pas encore eu l’occasion. Souvent, il venait faire son apparition au moment opportun, faisait ce qu’il avait à faire et repartir aussi vite qu’il était venu. Aujourd’hui il avait bien l’intention d’être civilisé et la coupe de champagne qu’on lui mettait dans les mains l’instant d’après ne faisait que le renforcer dans l’idée. Ce n’était pas ce genre de chose qu’il buvait habituellement, mais il devait bien reconnaitre que c’était un bon cru, alors qu’il n’y avait pas encore couté.
Revenir en haut Aller en bas
Confirmed Witch
Magic things, nature & whisky.
avatar

Jack Lincoln
Watch this madness burning out the way


Age : 30 ans
Job : Apothicaire
Situation : Célibataire
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Feat. : Matthew Daddario
Copyright : Maewan
Otherself : Aucun
Date d'inscription : 28/09/2016
Messages : 214
Confirmed WitchMagic things, nature & whisky.
MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Dim 30 Oct - 10:19
Mary avait été un peu – beaucoup – prise au dépourvue en recevant cette invitation du Grand Coven, pour se rendre à Chicago alors qu’elle n’était clairement pas dans cette zone. Comment atteindre cet endroit en si peu de temps en effet ? Si certaines personnes avaient juste à claquer des doigts pour se rendre d’un point A à un point B et tout le tralala, ce n’était pas son cas, et pendant un temps, elle avait bien pensé ne pas s’y rendre au final, quand une bonne âme – la chose était diablement ironique quand on y pensait – s’était proposée pour l’y accompagner. Le blabla de ce type avait été assez convainquant – de toute manière, comment pourrait-il savoir s’il n’avait pas eu lui aussi de courrier – et en un temps record ils couvraient la distance, se retrouvant sur place.

Ici et là, des visages se mélangeaient, souvent totalement inconnus à la plus jeune qui restait dans l’ombre de Crowley, le suivant parce qu’il était le seul type qu’elle connaissait ici...enfin le seul… c’était le cas jusqu’à ce que son regard avise un autre homme qu’elle avait eut le plaisir de rencontrer par le passé. Un autre sorcier naturel, dépêché par le Grand Coven pour garder un œil sur elle dans la ville de San Francisco, un peu comme un chaperon, si ce n’est qu’il n’était pas réellement fortiche pour les filatures. Pour toute réponse à son accompagnateur, la blonde désignait donc l’individu en question :

« Lui, il s’appelle Declan Dunn. Il vit aussi à San Francisco, et de ce que je sais, il est né comme moi. Il devait me surveiller pour le Coven. »

Non, la pilule n’était toujours pas digéré la concernant, et elle attrapait au passage non pas une coupe de champagne – elle détestait ça – mais un cocktail fruité, sans doute sans alcool vu qu’on ne l’avait pas empêché d’en prendre.

« Autrement, je rencontre assez rarement les miens, sauf s’ils ont quelque chose à m’apprendre bien entendu. »

Mais depuis qu’elle avait initié son voyage, ce n’était pas vraiment au goût du jour, et quand les ténèbres enveloppaient la pièce peu de temps après qu’ils aient eut leurs boissons, Mary se sentait passablement angoissée… elle détestait être dans le noir, et là, tout de suite, la seule question qui tournait dans son esprit était de se demander ce qu’il se passait ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1493-jack-lincoln-just-give-me-a-reason http://solemnhour.forumactif.org/t1556-carnet-d-adresses-de-jack-lincoln-bookworms-prince
Congregation's Member
Dear Mother of Earth, why me ?
avatar

Elizabeth Rochester
Watch this madness burning out the way


Age : 245 ans
Job : Watcher de la Congrégation ; Regent de l'Osprey Coven (NOLA)
Situation : Veuve 3 fois, célibataire endurcie nourrissant de dangereux sentiments pour un chasseur.
Localisation : Nouvelle Orléans, bien qu'en vadrouille constante
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Brune (ava), TUMBLR (gifs), Pumpkyn (sign)
Otherself : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 565
Congregation's MemberDear Mother of Earth, why me ?
MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Mar 1 Nov - 4:01

Je me souvenais encore de cet instant, il y avait tout juste trois jours, lorsque j’avais découvert dans ma boite au lettres une invitation des plus formelles. Il était déjà fort inhabituel pour moi de recevoir du courrier – outre les taxes d’habitation et ce genre de choses, je vous laisse donc imaginer la surprise qui m’avait saisit, fortement remplacée ensuite par une curiosité des plus naturelles. Des convocations, Dieu savait combien j’avais pu en recevoir au cours de ma vie, et ce pour divers évènements, tous plus ou moins huppés, je dois l’admettre. Néanmoins la joie de recevoir des billets s’était réellement éteinte il y avait plus d’une cinquantaine d’années – à moins que ce ne soit plus précisément quatre-vingt trois ans. Cependant le cachet de la lettre était tout aussi indéniable que peu habituelle, et j’avais été renvoyée à plus d’un siècle en arrière par les senteurs qui s’en dégageait – cire de haute qualité, parchemin méticuleusement plié, encre au dosage parfait, calligraphie manuscrite avec ces plumes si rares de nos jours. Dire malgré tout que ma mine légèrement réjouie s’était soudainement affaissée en voyant l’expéditeur aurait été mentir, avouer qu’une boule d’angoisse m’avait prise lorsque j’avais extraite la missive d’un geste aussi brusque aurait été un sacrilège. Euphémisme de stupeur, précipitation tremblante, j’avais eu besoin de m’assoir pour me remettre du choc, mon cœur battant à tout rompre en lisant les quelques lignes, simples, mais efficaces. Non pas une invitation. Un ordre. Une demande. Une supplique.

Depuis combien d’années le Grand Coven n’avait-il point réunit la communauté sorcière ? Plus inquiétant encore, avait-il jamais convoqué tous les nôtres, mêmes les répudiés ? L’espace d’un instant, mes pensées s’étaient envolées vers celui qui m’avait formée. Je pouvais l’imaginer à la terrasse d’un petit café en plein centre de Rome, ses lunettes de soleil tombantes sur son nez aquilin tandis qu’il lisait ce qu’il aurait qualifié de torchon annonçant de futures emmerdes en perspective (il était le genre à jurer dans de tels moments). Il aurait certainement par la suite froissé le papier pour la jeter dans la première poubelle passant, ou se serait débrouillé pour la faire flamber, tout simplement. Au fond de moi, une sorte de soulagement avait nimbé mes entrailles : car il n’y serait pas, je n’avais aucun doute à ce sujet. Alan avait toujours refusé le moindre contact avec le Grand Coven, à contrario de ma petite personne. Car s’il estimait que tout était bon à jeter et à refaire, j’aurais aimé ajouter ma pierre à l’édifice, mettre en place quelques réformes – bien que cela était impossible, et j’en étais parfaitement consciente. C’était bien pour ça que j’étais présente, ce soir, dans mes habits réservés pour l'occasion, si l’on pouvait les qualifier ainsi. Aux yeux du monde, nous n’étions qu’une bande de gens très sélects invités pour un bal costumé. Pour nous, sorciers, nous étions simplement convoqués au plus important rassemblement ayant jamais existé, outre celui au sujet Salem et son procès … Mais qu’importait bien le sujet de cette nuit.
L’angoisse ne m’avait pas quitté en trois jours, se renforçant chaque heure, la bile me montant à la gorge jusqu’à l’instant fatidique. Car si je m’étais attendue à beaucoup de choses, me faire escorter par des gorilles aux allures de psychopathes et apercevoir Matthew Graham parmi les invités n’en faisait pas partie. Pas plus que d’avoir des réminiscences d’événements passés, tous aussi flous que glauques dès que j’avais posé un pas dans la grande salle. Il m’avait fallut un moment pour me reprendre – temps que j’avais mis à profit pour observer la foule des âmes présentes, retrouvant quelques collègues appréciés, d’autres inconnus et, parmi ceux que je craignais encore aujourd’hui, une frimousse rousse flambante dont je me serais agréablement passée. Mais je verrais plus tard - tout comme je tâcherais de mettre le doigt sur ce qui pouvait bien me mortifier - outre le fait que ce n’était pas le genre de réception que donnait habituellement le Grand Coven. Pour l’heure, l’urgence était ailleurs … notamment celui de me placer près de l’intrus de ces lieux – pour qui, étonnamment, je craignais réellement l’issue. Car quoi de pire que d’avoir un chasseur dans une réunion de sorciers ? Pire encore lorsqu’il s’agit là d’un homme que l’on apprécie ? Ainsi y étions nous. L'instant présent, dans toute sa macabre splendeur.

« Que diable faites-vous donc ici ? » Le murmure rauque s'échappe de mes lèvres tandis que je le fixe désormais, oubliant la politesse et la bienséance sur le moment, mes mains occupées à serrer une coupe de champagne qu’un serveur vient de m’offrir - coupe que je n’ai accepté que par pure politesse et dont je n’ai aucune intention d’entamer par ailleurs. Concrètement, si je n’avais pas cet objet pour m’occuper les paumes, je serais en train de tirer Matthew par le col pour le ramener dehors. Malheureusement pour moi, cela apporterait l’attention sur lui, de ce fait je ne puis que me contenter pour le moment de le fusiller du regard - la peur et la colère sourde me gagnant de plus belle tandis que je ne bouge pas de mon emplacement, sourcils froncés de désapprobation. Si seulement il savait dans quoi il met les pieds. Et c’est peut-être ça le hic, justement : qu’il sache et qu’il l’ait fait en désespoir de cause. Bon sang. Fallait-il réellement que cela se passe ce soir ?
Mais je n’ai pas le temps d’entendre sa réponse, simplement car le noir se fait soudain sous les exclamations de stupeurs. Et en mon fort intérieur, la panique me prend tout à coup de nouveau, le pressentiment qu’un drame est sur le point d’être commis me happant : sensation de non retour absolue, frisson foudroyant. Point de non retour.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t1566-carnet-d-adresses-d-elizabeth-rochester-i-wanted-to-go-home-to-be-where-you-are#19403
Civilian
Hate mondays.
avatar

Matthew W. Graham
Watch this madness burning out the way


Age : 40 ans
Job : professeur d'Histoire
Situation : célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Hugh Dancy
Copyright : Gif et avatar tumblr
Otherself : Lucifer et Heather
Date d'inscription : 13/06/2016
Messages : 196
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Mar 1 Nov - 8:01
Je n'ai rien à faire ici. C'est certain, et je le sais fort bien. L'ambiance est lourde au point que je croirais pouvoir sentir un orage approcher… Mais j'en ai l'habitude, n'est-ce pas? Mes visions n'aident pas, et de plus, la vie de chasseur est composée à mi-temps de moments tels que celui-ci et pour l'autre moitié, de repos bien mérité, bien souvent dans une institution hospitalière quelconque. Pour ma part, je partage ce deuxième mi-temps avec un job de professeur d'Histoire à l'Université… Les balles en argent, ça coûte cher, et une fois l'argenterie familiale fondue, il ne reste plus qu'à sombrer dans l'illégalité- ou à se trouver un travail, chose que j'ai faite. Tout en conservant le patrimoine familial intact, hors de question de voir partir en fumée l'héritage de toute une lignée de Graham…

Comment j'en suis arrivé là, me demanderez-vous ? C'est fort simple, il y a quatre jours, alors que j'étais en classe en train d'expliquer les progrès effectués lors de l'époque élisabéthaine au niveau de l'ingénierie marine, j'ai eu une de ces fameuses et horribles visions, le genre qui m'annonce la mort d'un proche et que je n'avais fort heureusement plus ressentie depuis longtemps. Je suis resté planté comme un poisson empaillé devant mes élèves, le temps que ça passe… et d'après certains qui ont filmé la scène, cela a duré une minute et douze secondes… Le problème, c'est que quand ça m'arrive, généralement, rien n'est très précis, du moins dans un premier temps... Je savais donc que j'aurais d'autres cauchemars plus précis dans les jours ou semaines à venir. Oh joie pour l'insomniaque que je suis déjà... Je suis donc rentré à la maison une fois le cours terminé (ce n'est parce qu'on a des visions de mort imminente que le vie s'arrête, n'est-ce pas?), quand j'ai trouvé Lemmy en train d'installer un nouveau serveur pour la famille. Et là, quand je dis famille, je veux parler de notre petite troupe de chasseurs, dont j'ai repris la tête depuis la mort d'Oncle Albert. L'opération n'aurait dû lui prendre que peu de temps, mais j'ai compris que quelque chose n'allait pas en l'entendant jurer ! Oui ! Vous m'avez bien entendu, jurer ! Ce qui ne lui arrive jamais. Après avoir fait chauffer une bouilloire, je l'ai donc interrompu dans son travail pour lui demander la cause de son malaise – le tout autour d'une tasse de thé, bien sûr.

C'est là que Lemmy m'avoua avoir quelque chose à me dire, d'important… Je l'écoutai donc patiemment me conter comment la demoiselle qui m'avait tant plu à ce bal masqué et dont je fréquentais à l'occasion la bibliothèque, était en réalité une sorcière, une vraie, pas une de ces hippies New Age inoffensives. Non, une vraie sorcière, du genre pacte avec un démon, et tout ce qui va avec… Dire que ses paroles ne m'ont pas choqué au plus profond de mon âme serait faux. J'avais beaucoup de mal à m'imaginer ma partenaire de danse en train de sacrifier hommes et bêtes afin de faire du profit, ou pire, par pur plaisir ! J'ai donc fini ma tasse de thé, et m'en suis versé une seconde, de même qu'à mon collègue. Je l'ai aidé à terminer l'installation du serveur, et l'ai reconduit à la porte, le tout en parfait gentleman.

Une fois qu'il a été parti, je me suis affalé dans le canapé, et j'ai laissé mes chiens me remonter le moral du mieux qu'ils le pouvaient… J'ai fini couvert de bave et de poils, bien que pas plus rassuré. J'avais du mal à croire ce que m'avais dit Lemmy. Mais comment faire pour vérifier ses dires ? Il se trompe rarement, mon vieil ami, et c'est là le souci. Malgré tout, je voulais laisser le bénéfice du doute à Elizabeth, on n'accuse pas les gens de sorcellerie sans raison valable, du moins plus à notre époque.

Au bout de plusieurs jours (et nuits) d'indécision, j'en suis venu à la conclusion que le plus simple était de le demander à la demoiselle concernée, je verrais bien ce qu'il en sortirait. Après m'être mis sur mon trente et un, je me suis donc rendu à la porte de la demeure d'Elizabeth… pour la voir quitter son domicile, elle aussi fort bien mise. Je l'ai suivie à distance, jusqu'à une porte gardée par deux cerbères… Je l'ai vue entrer et me suis glissé derrière elle. Malheureusement, il fallait être invité… J'ai esquivé en annonçant que j'étais là pour accompagner Miss Rochester. Étonnamment, mon stratagème a fonctionné, ce dont je ne me plaindrai pas… Je me suis donc posté dans un coin de la salle et maintenant j'attends de voir à quel genre de soirée j'ai affaire. Et je compte bien lui demander si Lemmy a dit vrai. Je la vois me rejoindre, l'air contrarié. Ou en rage plutôt, à l'entendre m'apostropher de la sorte. Quel accueil ! En effet, je dois avoir mis les pieds dans un endroit où elle ne voulait pas me voir… Un peu mal à l'aise, je glisse une main dans mes cheveux, sans néanmoins me départir d'un léger sourire, fier de moi,

« Bonsoir, Elizabeth. A vrai dire, j'ai prétexté que vous m'aviez invité... » J'allais ajouter combien ces gardes sont naïfs, quand la salle se trouve soudain plongée dans le noir le plus complet. Pas même de témoins lumineux pour nous guider vers les portes de sortie, cet endroit n'est pas aux normes de sécurité… Mais je suppose que si elle est effectivement une sorcière, ce sera bien le cadet de mes soucis...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Ven 4 Nov - 1:21
Lorsque j'avais reçu la lettre du grand Coven, j'avais franchement hésité à y répondre. je n'avais franchement pas envie d'y aller mais en même temps je ne me sentais pas la possibilité de refuser ce qui semblait bien être un ordre. J'avais donc fait mes valises et avait pris la direction de Chicago. Je rencontrais assez peu mes "collègues" sorciers et je n'avais pas spécialement envie que cela change. Pas que je ne les considérais pas comme étant assez sympathique, non... Simplement il me semblait que la vie serait plus simple si je la passait de mon côté, restant à bonne distance du surnaturel. Ou en tout cas des autres créatures surnaturelles. J'aimais bien ma petite vie paisible et plus encore depuis que j'avais rencontré Jonas et je n'avais pas envie que cela change.

Mais puisqu'on ne refusait pas une invitation du grand Coven, j'étais arrivé sur le lieu de la rencontre. Il y avait déjà du monde sur place quand j'y avais posé les pieds. Je m'étais fait aussi discret que possible, prenant un verre en passant et me contentant d'observer les gens qui se trouvaient déjà sur place.

Je sentis soudainement un regard sur moi et me tournai vers la personne qui venait de détourner le regard. Il s'agissait de la jeune sorcière sur qui on l'avait demandé de garder un oeil. Et elle n'était pas seule. je m'approchai d'elle. Après tout, elle était la seule personne ici que je pouvais prétendre connaître.

- Je ne pensais pas qu'une sorcière aussi jeune allait être conviée... J'imagine que c'est bien pour vous, vous allez pouvoir apprendre ! Comment allez-vous ?

J'étais souriant et détendu bien que je sentais que l'homme qui l'accompagnait était plus que dangereux. Mais je restait souriant et avenant et si par malheur cette jeune dame ne voulait pas me parler - ce qui serait compréhensible puisque j'avais agis comme un crétin à son encontre en la suivant - je trouverais bien quelqu'un d'autre avec qui discuter.

Alors que j'allais ajouter quelques chose, le noir se fit brusquement dans la salle et je m'exclamai, un sourire dans la voix.

- Avec autant de sorciers rassemblés au même endroit, être dans le noir ne devrait pas poser problème, n'est-ce pas ?

N'ayant pas envie de faire étalage de ma magie, je sorti simplement le briquet que j'avais dans la poche pour créer une petite flamme que je dirigeais vers Mary.

- Jeune dame... Voici un bon exercice pour vous, non ?

Allait-elle me répliquer que je n'avais qu'à le faire moi-même ? Elle en était bien capable, je le sentais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Aaron Styne
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Ven 11 Nov - 21:37


Intrigue 1
Du monde • Aaron D. Styne
Depuis quand le Grand Coven, ces ronflants et ronflantes prétentieux rassemblaient la communauté sorcière comme ça, avec à peine quatre jours pour faire le chemin, d’où que nous soyons ? De toute ma vie, c’est bien la première fois que j’ai vraiment un contact avec le Grand Coven. J’en ai entendu parler, bien évidemment, Dear Old Gramps s’en est donné à cœur joie pour nous expliquer qui étaient ces gens et leur rôle dans la communauté sorcière. Oh oui, j’en ai entendu parler. Mais plus en détail ? Nah, je n’ai pas fait partie de ceux cherchant à se faire bien voir d’eux, tout comme je me fichais bien de ce qu’attendait la lignée des Styne pour moi. On m’avait enlevé trop tôt celle qui donnait encore un sens à ma vie à cette époque alors depuis, je n’attends pas que la vie fasse pour moi. Si je veux quelque chose, je fais en sorte de l’avoir. Je tourne les choses en ma faveur plus souvent qu’on ne le pense et pas simplement par magie, mais aussi et surtout par de l’habile manipulation de mon côté et un esprit suffisamment manipulable de l’autre. Le yin et le Yang certains diraient.

Mais passons. Le sujet était que j’étais convié à une petite sauterie par le Grand Coven et que, coup de chance, je vivais dans la ville où se déroulait la dite sauterie. Aurais-je dû me déplacer à l’autre bout du pays, je n’aurais même pas considérer la question. Cependant, se passant dans la ville que j’avais adoptée comme mienne, j’hésitais, les quatre jours avant l’heure fatidique, entre y aller ou ne pas y aller. Ne pas y aller ne choquerait pas grand monde, si tant est que des gens espéraient ma venue, ce dont je doutais fort. Je m’étais fait une petite réputation dans le monde magique et pas forcément des meilleures. Y aller ferait probablement tourner des têtes ou lever des yeux au ciel, voire, poserait des yeux inquisiteurs sur moi, attendant de voir quelle était la prochaine manœuvre ou « scandale » je comptais créer dans mon sillage. Gens de peu de foi. Je sais très bien me tenir…Quand je le décidais.

Finalement, je pris la décision d’y aller, le jour même. Après mon travaille au funérarium, je rentrai directement chez moi, prenant une douche et me changeant. Oh, je n’ai pas cherché à faire dans le grand art, un costume noir taillé à la perfection, sur une chemise gris anthracite et des chaussures vernis. Pas de cravate, pas de nœud papillon, pas de zèle particulier à ma tenue. Non, juste du sombre, des couleurs qui me collaient à la peau. Je décidai d’y aller à pied, ça me ferait du bien et l’air frais de cette soirée redonnerait peut-être quelques couleurs à mon visage pâle. Je dors mal depuis quelque temps, si tant est que je dorme tout court en fait, alors un peu d’air frais ne me ferait pas de mal.

J’arrivai, finalement, à l’adresse mentionnée sur la missive et la tend aux vigiles, des espèces de gros mammouths d’homme qui avaient l’air tout sauf sympathique. Hm…Le Grand Conven ne se foulait pas pour recevoir ses invités. Quoi que l’attention de la petite coupe de champagne à l’arrivée n’était pas déplaisante. Entrant dans la salle, j’embrassais cette dernière du regard, cherchant des visages connus, espérant n’en trouver aucun. Il me serait plus facile pour moi de simplement rester dans mon coin et de m’éclipser si jamais je décidais que cette soirée était trop barbante pour que je lui accorde du temps. La chance n’était pas de mon côté ce soir, puisque je reconnu un visage et non des moindres : ma mère, Elizabeth. Si une petite partie de moi, celle de l’enfant abandonné trop tôt, se réjouissait, une majorité de mon être sentit la tension monter d’un cran. Je ne savais pas encore exactement où je me plaçais quant à notre relation, à tous les deux. Mais une chose était sûre : ce n’est pas moi qui ferais le premier pas. Et ça ne serait pas elle de sitôt non plus, si la galante compagnie à ses côté était d’une quelconque indication. Une rage commença à bouillir dans mon ventre et je vidais mon verre de champagne d’un coup, essayant de me calmer les nerfs.

Soudain, les lumières s’éteignirent toutes, nous laissant dans un noir complet. Je lâchai un soupir, au moins je ne verrais plus les quelques visages que j’avais reconnu. En revanche, l’annonce d’un des invités me fit lever les yeux au ciel, bien que son idée soit loin d’être bête. Je fis d’ailleurs pareil, sortant le briquet à essence de ma poche et l’allumant, créant un très court halo de lumière près de moi.

"Visiblement, les plombs, tout comme le décor, n’a pas évolué depuis les années 20…"
Fiche codée par NyxBanana
Revenir en haut Aller en bas
Founder Account
Platy Almighty
avatar

Platy The First
Watch this madness burning out the way


Age : Inconnu
Job : Platypus de compagnie
Situation : Mère (Célibataire) de tous les platypus
Localisation : Avec grand-père Chuck
Feat. : Platypus
Copyright : Daddy Bear (ava, gif profil) ♥; Gold.Wyvern & TUMBLR
Otherself : //
Date d'inscription : 10/11/2015
Messages : 919
Founder AccountPlaty Almighty
MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Lun 14 Nov - 22:29
Intrigue Une - Chicago


Surpriiiise !






» Le noir. Le noir angoissant pour certain, salvateur pour d’autres. Et alors que les murmures augmentent et que les sourcils se froncent, tandis que certains utilisent des briquets pour mieux y voir … Le noir reste. S’accentue, tout au contraire. Une épaisse fumée emplit soudain la salle, et vous ne distinguez plus vos partenaires – les lueurs des briquets rendant cela encore plus angoissant. Vous entendez des gens se déplacer. Sentez des souffles froids sur votre nuque. Un rire étranglé. Profond. Bougez-vous ? Appelez-vous à l’aide ? Le parfum de la rouille vous parvient soudainement, relayée ensuite par le son étriqué et métallique d'une cage que l'on descendrait du plafond. Une longue plainte étouffée semble en sortir. Une voix aigue que peu d’entre vous connaissent. Mais alors que vous regardez en l’air, un pressentiment vous assiège : vous êtes tombés dans un piège – et votre instinct dit vrai. Avant qu’ils n’aient pu faire le moindre geste, deux masses immenses apparaissent derrière certains sorciers dont Declan et Elizabeth pour attraper vivement leurs bras et sangler leurs poignets de lourds fers – horribles chaînes massives, forgées spécialement pour l’occasion. Pour ceux ayant eut le malheur de toucher aux boissons, vous vous sentez soudain affaiblit, votre vue se trouble peut-être – la drogue, quelle merveilleuse idée. Les autres … Il faut croire que vous étiez trop faibles pour intéresser vos bourreaux.
Mais ce n’est pas fini. Non. Un spot lumineux éclaire soudain la scène, vous aveuglant quelques secondes. La fumée se désépaissit, semble s’enfuir par vous ne savez quel conduit invisible, et devant vos regards ébahis apparaît enfin la prisonnière. Recroquevillée, ligotée et présentant de multiples blessures, c’est à présent Olivette, leader du Grand Coven qui vous fixe avec horreur à travers ses barreaux en fer, ses traits émaciés par la fatigue rajoutant au dramatique de la situation. A ses cotés ? Gareth Styne, beau comme un diable, jubilant et vous souriant de toutes ses dents.

© HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Lun 14 Nov - 23:51


Intrigue numéro 1
   Chicago

L

e démon regardait l’homme qu’elle lui indiquait d’un air on ne peut plus dédaigneux. Il ne connaissait pas vraiment toute la communauté magique en même temps il avait beaucoup d’autres choses à faire que de s’intéresser à eux. Les démons lui prenaient déjà beaucoup trop de temps comme ça. C’est avec un air un faussement compréhensif qu’il hochait la tête tout en finissant allégrement son verre. C’était la seule chose qui avait un quelconque intérêt dans cette soirée.

- Ce n’est pas plus mal Darling…

Si les sorciers étaient tous aussi manipulateurs que les démons ça devait vraiment être drôle d’assister à leur réunion et c’était justement pour ça qu’il était là non ? Passer un moment divertissant plutôt que de devoir gérer ses propres problèmes. Lorsque l’homme que Mary avait cité un peu plus tôt c’était approché d’eux, il avait posé une main sur l’épaule de la gamine avait un air protecteur. Il était son chaperon pour la soirée, du moins c’était ce qu’il était en train d’essayer de lui faire croire, alors il agirait comme tel jusqu’au bout. Il ne dit rien de plus et se contentait de dévisager l’homme d’un air accusateur. Il ne croirait personne ici et certainement pas une personne qu’il ne connaissait pas.

La lumière se coupa d’un coup net, personne ne semblait comprendre ce qui était en train de se passer, lui le premier. Certes, il ne voyait plus rien et sentait le danger qui était tout proche, mais ne semblait pas inquiété pour autant. Il pourrait toujours se téléporter loin d’ici si le danger se faisait trop présent. Un petit sourire apparut sur son visage lorsqu’il entendit la remarque. Évidemment personne ne pouvait le voir, mais ce n’était pas vraiment important. C’est avec un air sur de lui qu’il commenta.

- Je doute que cela dure bien longtemps, il doit simplement s’agir de quelqu’un qui veut faire son intéressant.

Du moins, lui il trouvait que ça ferrait une entrée en matière fort intéressante. Il pourrait sans doute féliciter celui qui avait fait ça lorsqu’il fera son apparition dans son champ de vision. D’ailleurs ce dernier commençait à se faire plus faible. Une légère sensation d’engourdissement se faisait alors au bout de ses doigts et à l’intérieur de son corps. Il lâcha involontairement son verre qui se brisa en rentrant en contact avec son verre. Cela faisait bien longtemps que l’alcool n’avait plus d’effet sur lui, il devait s’agir de quelques choses de bien plus fort. Il ne lui fallut pas longtemps pour faire le rapprochement entre le verre qu’il avait pratiquement bu d’une traite. D’un air un peu plus sérieusement inquiet, il jeta un coup d’œil à Mary. Sa main n’avait toujours pas quitté son épaule. Il se pencha un peu pour lui parler.

- Mary si tu n’as pas bu ton verre, je te conseille de ne pas le faire.

Il ne dit rien de plus, parce qu’il était incapable de véritablement en dire plus. Il ne voyait pas d’autre explication quant à son état et puis même s’il aurait pu faire un laïus sur la question, les lumières finirent par se rallumer laissant place à une vision dont il ne se serait sans doute pas attendu. Dans la cage au-dessus de leurs têtes se trouvait celle qui était censée diriger le Gran Coven et l’homme qui était quelques secondes auparavant à côté d’eux était à présent menotté. Il ne savait plus où donner de la tête, l’effet du poison l’empêchait de réfléchir convenablement, finalement un homme apparu sur la scène devant lui. Il avait l’air plutôt satisfait de son entrée en matière et pour le coup Crowley pouvait le comprendre. Étant donné qu’il avait les mains vides à présent, il l’applaudit. C’était le genre d’applaudissement lent et froid. Il résonnait dans la pièce.

- Je n’ai pas eu l’occasion de vous rencontrer par le passé, mais j’apprécie la prestation.

C’était plus fort que lui, il fallait qu’il se fasse remarquer alors que c’était l’inconnue qui avait toute l’attention braqué sur lui. Il restait à présent dans l’expectative de la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Confirmed Witch
Magic things, nature & whisky.
avatar

Jack Lincoln
Watch this madness burning out the way


Age : 30 ans
Job : Apothicaire
Situation : Célibataire
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Feat. : Matthew Daddario
Copyright : Maewan
Otherself : Aucun
Date d'inscription : 28/09/2016
Messages : 214
Confirmed WitchMagic things, nature & whisky.
MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Mar 15 Nov - 10:40
Un léger sourire s’était glissé sur les lèvres de Mary en entendant que le soudain changement d’éclairage était sans aucun doute le fait qu’un petit malin qui voulait se faire remarquer de tous lors de la soirée… il fallait dire que dans le genre entrée remarquée, on ne pouvait pas mieux faire, et peut-être que la plus jeune aurait réussi à se détendre si malgré les briquets les ténèbres n’avaient pas eut l’air de les entourer plus encore, ou qu’une odeur pour le moins désagréable n’était pas venue lui chatouiller les narines…. Sans compter tous les bruits peu avenants qui les entouraient. Si son accompagnateur n’avait pas été là, Mary ne garantissait pas qu’elle n’aurait pas eut la peur de sa vie, mais cet individu n’avait pas l’air d’avoir peur, et ce sentiment s’avérait heureusement transmissible, juste quand elle fronçait les sourcils en entendant ses paroles.

Son verre ? Non, elle n’y avait pas touché dans l’immédiat et aux mots de Crowley, son réflexe fut donc de renverser le liquide par terre, histoire de ne pas y toucher finalement, même par accident.

Peu à peu, leur vision redevient clair et un instant la blonde passait sa main en visière à cause de l’éclairage, jusqu’à se rendre compte que le bruit métallique venait d’une cage dans laquelle se trouvait une femme qu’elle eut grand peine à reconnaître au début, et d’un homme qui semblait diablement fier de son coup. L’autre point d’intérêt tenait au fait que Declan ainsi que d’autres sorciers portaient des fers à leurs poignets, éléments qui n’étaient clairement pas là avant… sans compter que Crowley s’était mis à applaudir et rien que pour cette raison, la blonde le regardait étrangement, comme si une seconde tête venait de lui pousser.

« Euh… je ne suis pas certain que le féliciter soit ce qu’il y a à faire... » soufflait-elle, parce que c’était connu, les cinglés plus on les congratulait, plus ils prenaient le melon et pouvaient empirer. « Puis qu’est-ce que vous voulez d’abords ? Pour qui vous vous prenez pour nous piéger ici ? »

Mary n’aimait pas avoir l’impression d’être coincée quelque part, alors ce type ne lui inspirait pas confiance, en particulier en ayant orchestré un tel événement… peut-être bien qu’elle aurait dû la fermer, ce n’était pas totalement faux… mais les mots avaient été plus rapides à sortir que sa raison qui lui disait de voir et attendre… voir et attendre ce qui allait leur tomber sur le coin du nez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1493-jack-lincoln-just-give-me-a-reason http://solemnhour.forumactif.org/t1556-carnet-d-adresses-de-jack-lincoln-bookworms-prince
Invité
avatar

Gareth Styne
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Mar 22 Nov - 21:55
Remettre les faibles à leur place. Rappeler qui était au sommet de la chaîne alimentaire. Remémorer aux rats qu'ils ne doivent pas se croire rois à la place des lions. Gareth était un homme avec un esprit cartésien. Il aimait que les choses soient à leur juste place. Que le monde marche comme il se devait. À savoir, avec les Styne qui piétinaient le reste du monde de la sorcellerie. Ils étaient les grands poissons de ce vaste océan, les prédateurs supérieurs. Ces derniers temps, tout un tas de bouffons et de prétentieux avaient eu la fâcheuse tendance de l'oublier. À commencer par le Grand Coven qui étalait ses prétentions sans la moindre gêne. Puis il y avait eu le vol du Livre des Damnés. C'était l'affront de trop, celui qui ne pouvait pas être toléré. Tout vient à point à qui sait attendre. Un adage qui n'est que trop vrai. Gareth avait alors attendu. Comme l'araignée, il avait tissé sa toile. Comme le joueur d'échecs, placé ses pions. Comme la vipère, avait attendu son heure. Et quand celle-ci avait sonné... il avait frappé. Un coup précis, rapide, en plein cœur. Voilà quel était l'acte qui se jouait actuellement, alors qu'il faisait face à son public. Un sacré panel, en vérité. Mais il n'était aucunement impressionné.

Les choses ne s'étaient pas faites sans un minimum de préparation méticuleuse, bien entendu. Depuis son arrivée aux États-Unis, il avait commencé à récolter des informations et à planifier son coup. Sa fille, Kaitlyn, avait été envoyée bien en amont pour s'infiltrer parmi les fidèles du Grand Coven. D'elle, il avait reçu tout un tas d'informations qui lui avaient été utiles, et dont il s'était servi à bon escient. Dans un premier temps, il avait fallu prendre le contrôle du Coven. Pour cela, il avait frappé fort, débarquant à l'improviste avec force hommes de main, mettant hors course sans trop de peine les trois sorcières à la tête de l'organisation. Un grand coup, une belle démonstration de force. Il n'avait rechigné devant rien pour parvenir à ses fins. Et il avait réussi. La seconde étape avait consisté en quelque chose de simple mais essentiel. Usurper l'identité des meneuses du Grand Coven pour appâter toute une pléthore de sorciers à Chicago sous de faux prétextes. De même, cette étape avait été un franc succès. Et que n'avait-il pris dans ses filets des membres de sa propre famille ! Voilà qui promettait d'être... délicieux.

En cet instant, le sorcier se tenait sous les feux des projecteurs. Ses hommes avaient neutralisé ses semblables les plus dangereux, et il toisait la foule avec un léger sourire en coin, satisfait, mais avec un côté sinistre qui suscitait généralement une désagréable chair de poule. Son sourire ne s'étendait pas à son regard. C'était une façade. À la satisfaction de la réussite, du moins jusque là, se disputait la colère qui couvait et le désir d'en découdre. Vêtu de noir, dans un costume qui avait dû coûter une petite fortune, une cape de velours de même couleur jetée sur ses épaules, il attendait en toisant l'assemblée. Lentement, il leva une main pour la poser sur la cage à ses côtés. Elle était suspendue assez haut, mais il pouvait en atteindre le bas. Il tapota les barreaux comme s'il était en train de flatter un chien, ou l'encolure d'un cheval. Les gémissements et exclamations étouffées d'Olivette à l'intérieur le faisaient frissonner de satisfaction. Il ne devait pas repenser à la séance de torture maintenant. Ce n'était pas le moment.

« Bienvenue à la fête, chers amis. Be my guests. J'espère que vous appréciez ce qui vous a été servi. Nous passons à présent à la partie spectacle de notre petite soirée.

Gareth esquissa une légère parodie de révérence en guise de salutation, un sourire glacial plaqué sur les lèvres. Son regard sombre se promenait sur les présents, comme s'il était un chasseur en quête de sa prochaine proie. Il s'arrêta sur l'homme qui applaudissait. Un démon, celui-là. Et du genre grand ponte. C'était une des surprises de la soirée, mais il ne s'y arrêta pas. Il esquissa un signe de tête comme s'il acceptait le compliment, sans toutefois répondre. En revanche, il s'adressa à la jeune sorcière qui avait osé l'apostropher.

- Oh, Darling... Si jeune et la langue déjà trop bien pendue. Mais tu as raison, je manque à tous mes devoirs... Gareth Edward Styne, chef de la branche familiale anglaise des Styne. Pour vous servir, devrais-je dire... mais je crains que ce ne soit guère approprié.

Une fois de plus, son sourire carnassier s'était élargi. Et là encore, l'éclat de son regard démentait totalement son expression. Cette fois, les onyx de ses prunelles s'arrêtèrent sur sa mère, et il sentit une flambée de rage étreindre son cœur, éclipsant la jubilation de la réussite. Son expression se fit plus glaciale, plus dangereuse encore. La rancoeur était à la hauteur de la trahison, et de l'amour qu'il avait pu porter à cette femme. Rien ne pouvait exprimer ce qu'il ressentait.

- Bonsoir, Mère. J'ai voulu que nos retrouvailles aient le faste qui s'impose... pour votre retour d'entre les morts. »

Résumé des actions:
 
Revenir en haut Aller en bas
Congregation's Member
Dear Mother of Earth, why me ?
avatar

Elizabeth Rochester
Watch this madness burning out the way


Age : 245 ans
Job : Watcher de la Congrégation ; Regent de l'Osprey Coven (NOLA)
Situation : Veuve 3 fois, célibataire endurcie nourrissant de dangereux sentiments pour un chasseur.
Localisation : Nouvelle Orléans, bien qu'en vadrouille constante
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Brune (ava), TUMBLR (gifs), Pumpkyn (sign)
Otherself : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 565
Congregation's MemberDear Mother of Earth, why me ?
MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Lun 28 Nov - 21:35

Les émotions contradictoires sont à présent légions. La colère me prend, convulse mon corps, saute à ma gorge avec un plaisir évident, tandis que la peur afflue, destructrice et vicieuse, prenant place dans mes yeux, figeant mes traits, me vieillissant. Cet homme était-il fou ? N’avait-il donc aucun instinct de conservation ? Voilà pourquoi je m’étais évertuée à le fuir : outre le fait qu’il était l’un de ses êtres que j’abhorrais le plus – un chasseur – il était aussi une personne à laquelle je tenais, par la grâce du diable lui-même. Et il était là. Ici. Présent à cette fête étrange qui sentait le piège à plein nez et je ne pouvais rien faire pour le faire sortir. Le protéger. Je n’étais pas furieuse. J’étais anéantie par quelque chose de bien plus grand. Je le vois passer une main dans ses cheveux, soudain gêné avant que ce maudit sourire fier qui lui va si bien n’illumine ses traits, et je n’ai plus qu’une envie, lui botter les fesses jusqu’à la porte la plus proche. Cependant il me faut me contenir. Me contenir, et surtout m’empêcher de m’étouffer à la suite de ses aveux. « Vous avez … Quoi ?! » Mes yeux s’agrandissent d’horreur et il me faut tout mon self contrôle pour ne pas exploser. Il est fou. C’est la seule explication possible. Fou et suicidaire. « Avez-vous seulement la moindre idée de l’endroit où vous vous trouvez ? » Je susurre, ma voix glacée sortant entre mes dents comme le sifflement d’un serpent mortifié d’inquiétude, et le noir soudain qui plonge la salle me donne soudain raison. Un long frisson de peur parcourt subitement mon échine, et c’est sans réfléchir que j’attrape la main de Matthew pour la presser doucement – aussi étrange que cela puisse paraître. « Par tous les Saints, Matthew, fichez le camp. Je vous en prie. Votre vie est en danger ici. » Je murmure, bas, mes yeux cherchant à y voir dans ce noir complet, jusqu’à ce que la voix d’un ancien ami ne me parvienne. Declan, un sourire certainement figé sur ses traits, vient de dévoiler notre identité sans même savoir qu’un traître se trouve parmi nous. Je ferme les yeux une seconde, avant de soupirer, me reprenant en main et me redressant, avant de lâcher la main de Matthew et me placer de façon à être devant lui. Nous y sommes. Cela devait bien se produire un jour … J’aurais préféré qu’il ne sache jamais.

« Bien que tu ais raison Declan, il est tout de même étrange que les plombs sautent de cette façon. » Je souris en direction de la première flamme que je vois illuminer faiblement les environs, flamme d’un pauvre briquet qui réchauffe des visages inconnus. Je tourne le dos à mon invité surprise, fuyant à présent son air certainement catatonique. En mon fort intérieur je note qu’il me faudra encore déménager. Quoi que. Non. Je suis lasse. Lasse de ce jeu, de ces mensonges. Je viens à peine de retrouver mon fils – ce fils qui m’en veut et dont j’entends sa voix, merveilleuse. Ainsi est-il là, lui aussi. Aaron. Mon tout petit. Mon bébé. Ma chair et mon sang. Je me tourne vers lui, toujours devant Matthew, avant de froncer les sourcils. A vrai dire, je fais quelques pas, m’éloignant à peine, et allais omettre une remarque lorsqu’un nouveau frisson parcours mon dos. Quelque chose cloche. Soudain, une odeur nauséeuse me parvint, mélange de rouille et de sel, mélange de sang et de fer, qui me donne envie de vomir. Un rire étranglé me fige, et l’horreur prend mon cœur en otage lorsque le bruit métallique se fait entendre. Qu’est-ce que ? « Restez derrière moi » Je murmure à Matthew, d’une voix tremblante. Je suis trop loin pour protéger Aaron, mais il est assez âgé pour se défendre de lui-même – ce qui n’est pas le cas de Matthew, ainsi piégé avec plus d’une trentaine de sorciers, au minimum.
Mon regard se porte alors vers l’origine du bruit et c’est là un geste que je regretterais plus tard. Car pendant que mes sens se focalisent sur la provenance de l’horreur qui gémit, je sens une masse gigantesque et froide se glisser derrière moi et me saisir avec autorité les bras. Je n’ai pas le temps d’intervenir. Je n’ai pas le temps de murmurer un sortilège. Je n’ai pas la chance d’être assez rapide. Je ne suis plus qu’une bête de foire sanglée, meurtrie par de lourdes de chaînes. Et si j’amorce un mouvement pour me débattre, je sais par avance que cela ne changera rien. « LACHEZ-MOI ! » Ma voix sort pourtant de ma poitrine, cri de rage étranglé, révolté, inutile. Cela n’enlèvera pas ma prison, qui d’ors et déjà m’affaiblit en plus de me brûler la chair. Mais d’ors et déjà la masse se déplace, disparaît, que la lumière revient, aveuglante, éblouissant mes rétines. Je ferme les yeux une seconde, avant de découvrir avec effroi ce qui nous attend. Je n’ai que rarement vu Olivette, néanmoins j’aurais pu la reconnaître n’importe où. Cependant, elle est dans un tel état que … Ma vision se retrouve troublée par ma propre marque d’infamie – car peu d’entre nous semblent avoir subit mon sort. « Que quelqu’un s’explique. » Ma voix, troublée, rauque, brise le silence glacée dont se compose désormais mon corps. Je me redresse, fièrement bien qu’à l’intérieur je panique, pour fixer la scène. Pour fixer un être que je n’ai jamais oublié. Et si la stupeur fige mes traits, suivie de près par la douleur et la tristesse, c’est finalement la colère qui termine de m’animer. Froide. Sourde. Comment ose t-il ?

« Gareth. » Le murmure, souffle rauque chargé d’émotions contradictoires, est assez fort pour être entendu de tous et me voici à faire un pas en avant à nouveau, relevant la tête, m’assurant d’être assez proche de Matthew pour le protéger au besoin – comment là est encore la question – mais assez loin pour qu’il ne se fasse pas prendre entre deux feux – du moins cela je l’espère. Dans un coin distant de ma conscience, je note l’acte étonnant de l’homme qui fait ma taille, tandis que j’approuve les dires de ce qui semble être sa protégée. Mais j’ai autre chose à faire que de réellement m’en occuper à présent : me voici toute entière concentrée sur l’homme qui fut autrefois mon fils adoptif, bien avant la venue au monde d’Aaron. Tous deux des Styne. Tous deux maudits par cette famille. Famille dont je faisais autrefois partie, avant que l’on ne m’assassine – mort qu’il a la gentillesse de me rappeler et à laquelle je réponds avec mordant.
« Ton grand-père a eu l’aimable gentillesse de me louper de peu à l’époque, mais là n’est pas la question. Comment oses-tu nous piéger de cette façon, Gareth ? Comment as-tu pu oser torturer ainsi Olivette ? As-tu perdu tout sens commun ?! » Ma voix perce finalement pour de bon, claire, nette, grondant tel le tonnerre. Les sourcils froncés, j’essaie de faire abstraction des fers qui tintent tandis que j’avance à nouveau d’un pas, mes yeux emplis de douleur et de colère rivés sur cette carcasse que j’ai serrée avec amour contre ma poitrine, il y a de cela bien longtemps. « Cesse donc le spectacle et viens en aux faits. Que veux-tu ? Pourquoi nous avoir piégés de cette façon ? » Je cherche simplement à comprendre. Comprendre comment est-ce que nous avons pu en arriver là, bien que j’abhorre le fait de laver mon linge sale devant des étrangers. Oh, Gareth. Je peux comprendre ta colère à mon égard. Mais je me doute que tu dois avoir plus grand dessein en tête pour tous nous avoir fait venir. Pour avoir fait venir ton frère … Mais de là à vouloir nous diminuer ? Vraiment, Gareth ? C’est pour cela. C’est pour cela que je ne peux empêcher mon dernier murmure, tandis que je me dresse de toute ma hauteur face à toi, avec ce ton arrogant qui déplaisait tant à ton grand-père, avec en prime cette douleur sourde au fond des yeux. « Dis-moi … Aurais-tu peur de nous, mon fils ? » Et malgré tout l’amour que je peux encore te porter, malgré le désespoir que cette rencontre m’impose – car j’aurais aimé que cela se passe autrement, sois en assuré – je suis à présent déterminée à te botter le postérieur si la raison t’échappe. Car que tu le veuilles ou non, gamin. Tu es comme ton petit frère. Pour toujours. A jamais. Mon fils.


résumé des actions:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t1566-carnet-d-adresses-d-elizabeth-rochester-i-wanted-to-go-home-to-be-where-you-are#19403
Invité
avatar

Aaron Styne
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Lun 28 Nov - 22:28


Intrigue 1
Du monde • Aaron D. Styne
Les lumières ne semblent pas vouloir se rallumer et je pousse un soupir. Il n’y a aucun des gorilles ou des serveurs qui peut aller vérifier le disjoncteur, non ? Non, évidemment, sinon ça serait beaucoup trop simple et largement moins drôle pour eux. J’éteins mon briquet, bien décidé à avancer et naviguer à l’aveugle dans la pièce et la bâtisse de manière générale, quitte à bousculer quelques personnes, afin de faire revenir le courant. Car je n’ai pas que cela à faire de faire lampe de chevet pour personnes pas assez douées pour penser aller chercher le disjoncteur. J’avance, mais le bruit de fer et l’odeur du sang me fait me stopper et ce n’est pas plus mal, car je sens soudain ma tête me tourner et je la secoue, espérant que ce vertige passe. Oh, il passe, je n’ai plus la tête qui tourne, en revanche, la faiblesse que je sens dans mes membres n’est pas psychosomatiques, j’en suis certain. Bon sang. Je repense à ce qu’il s’est passé, je n’ai pas senti de magie, pas une goutte de plus que celle imprégnant déjà l’endroit de par l’amas d’êtres magiques, et la seule chose…Le champagne. On nous aurait drogués ? Dans quel but ?

Je fais encore quelques pas, sentant un pilier contre une de mes mains tendues, et je m’y appuie lourdement, alors qu’un spot s’allume. Caché derrière mon pilier, coup de chance, ce que je vois me fais écarquiller les yeux. Olivette, dans une cage et salement battue, mais ça encore, je m’en fiche un peu. Non, ce qui me perturbe le plus est l’homme à côté de la cage : Gareth, mon frère. Celui qui était censé être en Angleterre, et surtout, une chose qui me fait bouillir de rage : voir ma mère enchainée telle un animal sauvage. Oui, je lui en veux et je ne sais toujours pas trop sur quel pied danser avec elle actuellement, mais ça ne veut pas dire qu’il a le droit de l’enchainer de cette façon. Il ne semble pas m’avoir encore vu, mais ça ne saurait tarder, il sait que je suis là si ses gardes du corps ont bien fait leur travail. Pourtant, en l’écoutant, j’ai une envie qui me vient. Une envie irrépressible, et je laisse donc libre court à cette envie :

Rire.

Un rire fort, un qui se répercute dans la salle, le genre moqueur à souhait et qui trahit l’estime que j’ai pour mon propre frère. Trahissant ma position par ce rire et n’ayant, de toute façon, aucune envie de rester cacher (je n’étais pas un lâche, quoi que puisse penser Gareth et sa vue biaisée et incomplète des choses), je me sers du pilier pour me donner une poussée de initiale, puis j’avance dans la pièce, au centre, rester vide depuis que Gareth s’est montré. Je titube, on me croirait ivre, alors que c’est la drogue qui court dans mon sang, mais je n’en n’ai cure. J’ai laissé le temps à mère de parler, mais maintenant, c’est à mon tour et je ne mâcherais pas mes mots.

"Messieurs dames, Gareth Styne, l’homme le plus aveugle que la création ait pu nous fournir ! Formaté par un vieux croulant obsédé par une gloire passée." J’ai désigné mon frère d’un grand geste du bras "Amateur des entrées théâtrales, des grandes tirades ! C’est de famille vous me direz." Je me tourne vers Elizabeth, le regard sombres à la fois de colère et les pupilles dilatées à cause de la drogue "Mère, quelle joie de vous revoir ici, mais je m’étonne que vous vous demandiez le « comment », vous connaissez aussi bien que moi les méthodes de cher grand-papa Styne…" je fais quelques pas, sentant le regard des gorilles sur moi, et me dirige vers les tables où se trouvent les petits fours "Mais pour en revenir à toi mon frère, Mère a raison, tu as peur de nous. Tu fais venir tout le monde, pour avoir une audience, mais nous voir rien que nous deux, non…tu ne peux pas, tu n’en n’as pas le courage !"

Arrivant aux tables, un accès de faiblesse me fait perdre l’équilibre et je m’accroche à la table, la nappe, faisant tomber plusieurs plateaux et accessoires au sol. J’entends des pas s’approcher de moi et je me saisis vite d’un plateau et d’un chandelier, un dans chaque main. Une main se pose sur mon épaule et j’entre en action. Du plateau, je donne un grand coup dans le visage d'un gorille se trouvant près de moi, approchant. Ce que peuvent penser les autres personnes présentes ? Je m’en fiche. Mère devrait de toute façon voir ce qu’est devenu son précieux fils. Non, mère, je ne suis plus l’enfant innocent que tu as connu. Je suis peut-être affaibli par cette drogue, j’en reste néanmoins un Styne. Que ne donnerais-je pas pour avoir mon arme personnelle en cet instant. Sortir mon révolver, viser Gareth et tirer. Lui faire comprendre que non, je ne me laisserais pas faire.

Mais ce n’était pas le cas. Je ne sais pas exactement ce que j’espérais avec cette attaque, mais le fait est que maintenant, les dés étaient jetés.
Fiche codée par NyxBanana
[
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Ven 2 Déc - 0:50
L'homme aux côtés de Mary s'approche d'elle, protecteur. He bien eh bien, il semblerait que cette jeune demoiselle sache se débrouiller pour se mettre sous la protection de gens plus puissants qu'elle. Lorsque le noir se fait et que la voix d'Elizabeth réponds à ma remarque, je lâche un petit rire. Évidemment qu'elle est présente lors d'une réunion de sorciers ne se connaissant ni d'Ève ni d'Adam.Je vais ajouter quelque chose, lorsque l'homme près de Mary - mais est-ce vraiment un homme - conseille à sa protégée de ne pas boire le contenu de son verre. l'entendant en verser le contenu au sol, je fais de même et tant pis pour les convenances. Malheureusement j'en ai déjà bu quelques gorgées et je me sens vaciller. Je n'ai cependant pas le temps d'y réfléchir plus que je sens soudainement une présence imposante et glaçante derrière moi. Je veux m'échapper mais la masse est plus rapide et je sens soudainement mes poignets entravés.

- Hey ! Lâchez-moi !

Il ne me faut que quelques secondes pour me rendre compte que c'est du fer et que je suis désormais complètement impuissant. Le fer me brûle et m'empêche d'utiliser toute magie, mais le plus grave étant qu'Elizabeth l'est autant que moi puisque entravée également. Heureusement la gamine ne 'est pas. par contre, elle est bien trop bavarde pour son bien. Je lui lance un regard noir alors que les lumières se rallument, en espérant qu'elle se taise. Elle va se faire tuer, ne s'en rend-t-elle pas compte ?

Le murmure de mon amie me fait cependant tourner la tête vers elle, quittant Mary des yeux. Garett... Je n'ai pas le temps de réfléchir à ce que ce nom m'évoque que l'homme qui le porte s'avance et se présente. Un Styne...

S'ensuit un échange fort intéressant entre Elizabeth et ses fils, semble-t-il. Que de révélations. Je les observe en silence avant de me dire qu'il est plus judicieux de les laisser se débrouiller en famille. Je ne sais pas quel est le rôle de tous les autres "invités" mais si je peux éviter d'être impliqué plus que je ne le suis déjà, ça m'arrangerait. Je m'approche donc à nouveau de Mary.

- Gamine. Hey, tu es folle tu sais ça ?

N'attendant pas sa réponse, je me tourne vers son protecteur et je m'adresse à lui, le plus discrètement possible.

- Est-ce que par hasard vous sauriez faire quelque chose pour ceci ? ça pourrait aider...

Je désigne les fer qui entravent toujours douloureusement mes poignets alors que le second fils s'attaque à un des gorilles. mais sérieusement, ne pourrait-il pas attendre que nous ayons les mains libres ? Ou ne pourrait-il pas libérer sa mère ? Tss...
Revenir en haut Aller en bas
Civilian
Hate mondays.
avatar

Matthew W. Graham
Watch this madness burning out the way


Age : 40 ans
Job : professeur d'Histoire
Situation : célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Hugh Dancy
Copyright : Gif et avatar tumblr
Otherself : Lucifer et Heather
Date d'inscription : 13/06/2016
Messages : 196
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝ Ven 2 Déc - 7:51
Entrer dans le bâtiment n'était pas la chose la plus difficile à faire...Confronter Elizabeth au sujet de sa nature se révélera être beaucoup plus ardu, même dans une soirée mondaine. Car c'est ce à quoi ressemble ces gens, de la haute venue pour se faire mousser et discuter affaires.

Malheureusement, ma dame me reconnaît et désapprouve ma présence en ce lieu où, il est vrai je n'a pas été invité. Un peu gêné, je lui avoue l'avoir suivie et avoir prétexte l'accompagner pour me glisser à l'intérieur. Je peux voir qu'elle est loin d'être heureuse, l'horreur et la surprise alternant sur ses traits.

Ma vie est en danger ?! Ah ! Il y a donc bien anguille sous roche. Mais je ne désespère pas, je ne peux toujours pas croire qu'elle sacrifie des nouveaux nés pour le plaisir... Ma vision des pratiquants de la sorcellerie est sans doute un peu sombre et sans nuances, mais présentez moi un sorcier qui soit plus blanc que blanc et là peut-être je vous croirai. Je n'en ai à ce jour rencontré aucun, et par par faute de ne pas en avoir croisé...

Je regarde la salle autour de moi,

« Si je ne me trompe pas, je suis à un rendez-vous mondain... peut-être de personnalités, si je manque de chance... » Par personnalités, je veux dire sorciers, mais j'ai du mal à l'accuser directement de ce crime. « S'il y a du danger pour moi, il y en a pour vous. Hors de question de vous laisser seule. » Et si c'est une sorcière je veux la garder bien en vue...

C'est alors qu'une voix annonce qu'il y a beaucoup de sorciers dans la salle, en effet. Je soupire doucement, tous les sens aux aguets. Je serre brièvement a main d'Elizabeth avant de la lâcher. Elle savait qu'il y avait des sorciers dans la pièce. Cela ne voulait pas dire qu'elle en était une. Elle pouvait être une chasseuse, comme moi. Je m'accrochais à cet espoir comme à un fétu de paille, sachant très bien qu'il y avait peu de chance pour que ce soit vrai. Mais quand on chasse, on finit par croire à la chance et au hasard. Sinon, on ne survivrait pas si longtemps...

Pa réflexe, je me colle à un mur, pour ne pas pouvoir être surpris par l'arrière. L'obscurité se fait plus profonde, des bruits de métal et un rire fuse, me faisant regretter le fait d'être sorti sans mon arsenal habituel. Une cage apparaît sous un projecteur, et je n'ai pas le temps de voir ce qui arrive à Miss Rochester, trop étonné par ce que je vois, une femme aux fers, dans une cage du même métal. Oh ! En effet je me suis présenté dans un endroit où je n'ai rien à faire. Elle fréquente un club SM ?!! Mais j'ai bien l'impression que non. Je me fais discret, bien décidé à trouver une issue de secours. L'homme près de la cage se présente, et s'adresse à tous avant de parler à Elizabeth... Pour confirmer ce que Lemmy avait dit, et plus encore. J'ai du mal à réaliser ce qui se dit, je suis choqué, c'est le moins qu'on puisse dire. Mère de deux hommes adultes, dont un psychopathe au moins ! Oh oui, il faut sortir d'ici ! Par contre, je ne sais plus si je dois emmener Elizabeth avec moi ou non... Et les chaines qu'elle porte rendront notre évasion plus ardue. J'observe la tête des hommes alentours. Seuls quelque-uns ont été menottés, une bonne chose. Certains ont l'air fatigués, drogués ? Une chance que je n'ait pas eu le temps de prendre à boire... Un des ... fils... d'Elizabeth décide se rebeller, détournant l'attention de quelques gorilles. Mais il y a peu de chance pour que cela fonctionne sur Gareth. Réfléchis Matthew !

D'abord trouver une issue, ou en créer une. Ensuite venir chercher la dame. Je cherche des alliés du regard, et note l'homme qui a nonchalamment applaudit le spectacle et un autre menottés, ainsi qu'une demoiselle. Peut-être pourront-ils être utiles ? Je m'approche d'eux, et entend l'homme demander à l'autre de le libérer. Au pire s'il n'y parvient pas, je pourrai toujours crocheter la serrure à coups de cure-dents et d'ustensiles à apéritif... Mais je préfère garder mes talents pour moi pour l'instant.

« Savez-vous dans quelle direction se trouve la cuisine ? Ou le bar ? » Une cuisine, c'est plein d'armes, et à défaut le bar est plein d'alcool pour créer de petites bombes incendiaires. Elle ne seront pas de la plus grande efficacité, je n'ai pas d'essence, mais ça pourrait fonctionner... Et je pense pouvoir supposer que les personnes menottées ne sont pour l'heure pas mes ennemis...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: # Intrigue 1 - Chicago [terminé] ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

# Intrigue 1 - Chicago [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: In the further :: Archives :: Intrigues & Events-
Sauter vers: