Partagez | .
 

 Philadelphia dreamin' [ft. Sam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Age : vieux
Métier : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Je suis aussi : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 394

Message Sujet: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Ven 30 Sep - 3:42


RP EN COURS

SUJET PRIVÉ : FT. Sam Winchester
# TYPE : léger flashback, mais en rêve
# DATE : 20 février
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF : Nous sommes la nuit, il doit être 3h du matin, mais dans le rêve c'est le début de soirée, la météo est clémente pour la saison

# PRÉSENCE DU MJ : non merci

# AUTRE : Les rêves sont le reflet de l'âme parait-il... Pauvre Sam, son âme est dans un état!
SHADOW






Philadelphia dreamin'



Mon plan de bataille se met lentement mais sûrement en marche, mes pions sont placés et certains commencent déjà à jouer. L'eau a coulé sous les ponts depuis notre dernière entrevue et il est temps pour moi de retrouver un certain chasseur afin de vérifier qu'il a bien suivi mes conseils. Samuel Winchester n'est jamais bien loin de mes pensées, je peux sentir le corps de Nick commencer à me lâcher, heure après heure, jour après jour. Il tient le coup, pour l'instant. Tant que je ne fais pas trop d'exercice, et que je n'ai pas retrouvé ma forme d'athlète. Mais viendra un jour où il ne me suffira plus. Il me faut donc retrouver mon véritable véhicule et le convaincre de dire le grand "oui", avant que cela n'arrive. Mes démons ne l'ont toujours pas localisé dans le monde physique, mais les rêves sont un terrain de jeu pour moi, un lieu où j'ai déjà retrouvé mon cher ami. Et il n'est qu'à quelques pas...

Sous quelle forme vais-je lui apparaitre cette fois? Je réfléchis rapidement, pour décider qu'on ne change pas une équipe qui gagne... S'il avait retrouvé Dean, j'en aurais entendu parler, je peux donc lui apparaitre sous ce visage sans que cela ne soit trop étrange... Quoi que... Un sourire étire mes lèvres alors que je ferme les yeux et pénètre doucement la conscience endormie de Samuel.

Nous sommes à Philadelphie. Je porte les traits de Dean Winchester, un Dean très mal à l'aise et qui ne cesse de tripoter le col de sa chemise, boutonnée jusqu'au dessus. Une raison? Nous sommes au Philadelphia Opera, une des salles d'opéra les plus impressionnantes du pays, et je suis vêtu en tenue de soirée pour l'occasion. Sam aussi est là, nous sommes assis sur les sièges situés au paradis, l'endroit le plus élevé de la salle et aussi celui le plus éloigné de la scène. Mais aussi aux tickets à un prix presque abordable. Ce soir, on joue "Faust" de Gounod... Mais moi je joue aussi un autre rôle...

Assis à côté de mon frère, je tire sur mon col trop serré, en me plaignant: "Il y a intérêt à ce que ce soit bien une affaire, parce que je ne me déguiserai pas en pingouin tous les soirs pour ton bon plaisir!" Oui, nous sommes en chasse. Un polymorphe a pris le rôle du ténor, si nous ne nous sommes pas trompés. Le spectacle va commencer...

L'orchestre se met en place alors que les derniers spectateurs s'asseyent, puis arrive le chef d'orchestre, salué par les applaudissements de la salle.

"Vraiment?! Il n'a encore rien fait qu'il faut déjà le féliciter?!" Je me plains, je sais que ce n'est pas le genre d'endroit que fréquenterait Dean, lui resterait à l'extérieur, près du bar et draguerait les serveuses. Surtout que cette pièce est assez longue en durée. Je me tortille sur mon siège, mal à l'aise,

"Mon vieux, j'espère qu'il y a du champagne à l'entracte parce que là, j'ai vraiment besoin d'un verre!"

Je jette un œil à ma cible, le grand dadais assis à côté de moi. Il a l'air un peu plus en forme que lors de notre dernière entrevue. Bien... C'est qu'il a écouté mes conseils.

(c) Alyss ( Kanade A. J. Rye )



Fallen Angel will rise again
I was a son. A brother... And I had an older brother who I loved. Idolized,... And one day, I went to him and I begged him to stand with me, and Michael...Michael turned on me. Called me a freak. A monster. And then he beat me down. All because I was different. Because I had a mind of my own.  © Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
avatar

Age : 32 ans
Métier : Chasseur, Homme de Lettres
Situation : Célibataire
Localisation : Lébanon, Kansas
Feat. : Jared Padalecki
Copyright : Moi-même & Tumblr.
Je suis aussi : Personne.
Date d'inscription : 02/05/2016
Messages : 158

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Lun 17 Oct - 0:21

Philadelphia dreamin'
(Sam & Lucifer)

Sam avait une sacrée tendance à faire des rêves curieux, ces derniers temps.

Pour tout dire, pas curieux dans le sens « j’ai un jour rêvé que j’étais un élan et que je me promenais dans un champ rempli de tournesols sauf qu’à la place des pistils noirs au centre des fleurs, il y avait la tête de Gabriel avec une moustache qui répétait « saucisse » et à la fin, un saumon habillé comme Dean me foutait une claque » (il avait vraiment, vraiment abusé des aspirines ce soir-là), pas ce genre de rêves bizarres mais plutôt curieux comme…

Comme les rêves qu’il faisait avant Jess.

Viscéraux, glaçants et avec un sens du détail qui faisaient passer chaque seconde passée dans son inconscient embrouillé pour une illusion troublante de réalité. Pour un peu, Sam aurait juré qu’il recommençait à avoir des visions prophétiques mais la probabilité pour que ses pouvoirs psychiques se réveillent d’eux-mêmes, sans qu’il ne se dope au sang de démon, avoisinait sans aucun doute le néant – et pour tout dire, il avait tout sauf envie de remuer à nouveau dans ce bourbier. Frère démon ou non.

Tout de même, tout cela était troublant.

Plus troublant encore était l’effet secondaire fort peu sympathique que lesdits rêves avaient sur lui. Non pas que Sam soit particulièrement fragile mais au bout de deux semaines, il en avait franchement assez de se réveiller constamment désorienté et incapable de savoir s’il dormait toujours ou s’il était pleinement réveillé. La sensation avait tendance à lui coller sur le cœur et à s’éterniser pendant des heures, ce qui avait pour effet de lui couper l’appétit.

Cette fois, par contre, c’était différent. Il avait l’impression de revivre un souvenir en technicolor plutôt que d’être plongé dans un mixeur de visions de la fin du monde et d’yeux noirs qui le fixaient avec cruauté. Le Dean qui se trouvait à côté de lui n’avait rien à voir avec le démon qu’il avait croisé au coin d’une ruelle de Topeka, à part les traits – non, il pourrait reconnaître son frère en milles, même au milieu d’un rêve vaseux.

Ce rêve-ci (souvenir ?) était d’ailleurs assez spécifique pour que Sam puisse l’identifier (il pouvait compter sur les doigts de la main le nombre d’occasions où ils avaient mis les pieds dans un opéra ; Sam lui-même n’était pas un grand fan) mais les détails de l’affaire qu’ils traquaient semblaient vouloir lui échapper. Même la scène qui se trouvait devant lui était légèrement floue, les personnes qui s’activaient dessus guère plus que des masses sombres et aux visages informes. Toutefois, l’idée de jouer le jeu, de revivre en partie le souvenir qui se déroulait sous ses yeux, ne lui déplaisait pas outre mesure.

Confiant, le chasseur se cala dans le siège confortable et laissa un sourire étirer ses lèves. A ses côtés, « Dean » faisait de son mieux pour passer pour un gamin insupportable, ce qui lui valut une petite tape sur l’épaule.

— Arrête un peu de râler, tu veux ! intima Sam à la vision de son frère. Je sais que ça craint mais plus tu te concentreras sur notre chasse, plus vite le temps passera !

Sa remarque n’arrêta pas les protestations de son aîné ; tout au plus, cela valut à Sam un regard agacé ainsi qu’une nouvelle volée de grognements courroucés. Le cadet secoua la tête, trop attendri pour être réellement exaspéré. Bon sang, qu’est-ce que son frère lui manquait !

— Je te promets que dès qu’on aura bouclé l’affaire, on se fera une soirée peinarde comme tu les aimes, OK ? Des bières, des bars douteux, du billard, des serveuses canon, tout le tremblement, répliqua-t-il, l’affection suintant de sa voix.

Cette affection s’alourdit brusquement lorsque Sam se souvint que Dean n’était plus à ses côtés, qu’il se réveillerait pour trouver une voiture vide et un bunker tout aussi vide. Quand Dean serait de retour, sain et sauf et sans marque ni yeux noirs – il fallait qu’il revienne, il le fallait… quand Dean reviendrait, il serait temps de refaire ce genre de promesses. Ils auraient le temps…

En attendant, mieux valait profiter de ces moments d’affection illusoire.

© 2981 12289 0



What do you want?

To destroy this feeling of hunger;
I can no longer pretend that
the lion in my gut is so easily satisfied.

©Dean
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t233-sam-winchester-gentlywe-swallow-each-other-whole http://solemnhour.forumactif.org/t237-journal-de-bord-de-sam-winchester-we-got-work-to-do http://always-keep-writing.tumblr.com
avatar

Age : vieux
Métier : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Je suis aussi : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 394

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Mar 1 Nov - 22:09




Philadelphia dreamin'



J'aime jouer la comédie et je le fais bien, contrairement à  bon nombre de mes frères. Ils sont rares les anges qui peuvent se faire passer pour autre chose que ce qu'ils sont : des machines à tuer pour la plus grande gloire de Papa. Triste réalité que celle-là. Gabriel avait lui aussi été un excellent comédien, au contraire de Michael et de Raphael. J'avoue, il me manque, ce connard de trickster de pacotille. Lui au moins avait eu le sens de l'humour, même s'il n'a pas gardé celui de la famille…

« Hrumph. Mais je suis concentré ! Il va pas commencer à tuer des gens sur scène, ou à changer de peau en chantant ; me demande bien ce qu'on fiche ici... Et comment est-ce que je pourrais me concentrer alors que j'ai un nœud coulant autour du cou ? Hein ! » dis-je en montrant le nœud papillon qui enserre mon cou. Je me plains, mais je le fais bien ! Enfin, je trouve. Je me demande d'ailleurs comment Sam fait pour supporter les jérémiades incessantes de son frère…

Le rideau se lève sur un Faust âgé et fatigué, et l'opéra commence, musique et tout l'accompagnement… Je me calme un peu à la mention de bière, bar, billard et nibards en prévision, comme le ferait l'aîné. « Je n'accepterai pas moins que des 8/10 pour les serveuses… sinon, c'est que le bar n'en vaut pas la peine ! »

Ceci dit, j'observe attentivement mon « frère » plus que la scène, évaluant son état mental et physique (même si pour ce dernier point, je n'ai que très peu d'informations, malheureusement). Conclusions : je ne suis pas certain qu'il dorme correctement, j'en suis même quasiment certain, il doit faire plus de cauchemars que de rêves, et il est désespéré pour retrouver son frère comme avant… La question est de savoir s'il l'est suffisamment pour dire amen à tout ce que je pourrai lui proposer – y compris l'utiliser comme costume de chair. J'ai bien peur que sa première expérience en la matière ne l'ai refroidi considérablement. Serait-il prêt à m'écouter si je presse les bons boutons ? Du genre récupérer son frère indemne en échange de son corps ? Pas facile à savoir tant que je garderai cette image… Et Samuel se complaît tellement dans ce rêve doux et ennuyeux, si mièvre que ça endormirait les plus insomniaques. Pourquoi ne pas y mettre un peu de piment et par la même occasion, obtenir des réponses… Je me cale dans mon siège et observe mon véhicule, alors que la scène commence à changer. Et si…

Le chanteur change de forme sous les yeux du public, pour prendre mes traits (ou plutôt, ceux de Nick, puisque je n'ai pas de consistance visible à l’œil humain), et revêt un costume de patineur sur glace bleu ciel avec des paillettes et des ailes blanches impressionnantes dans le dos, du genre Warren Worthington III ; la scène se transforme en mare gelée, et ma voix s'élève en un soprano épatant, sur l'air de « Libérée, délivrée » de la reine des neiges, sans lâcher Sam du regard, dépliant mes ailes pour montrer leur splendeur,

« Libéré, délivré
Je ne te quitterai plus jamais
Libéré, délivré
Bientôt je viendrai te retrouver... »


Je lui fais toute la chanson, à quelques aménagements près, pas de raison d'abréger ses souffrances, après tout… Je me demande s'il était au courant de mon évasion. Si ce n'était pas le cas, c'est maintenant chose faite. J'observe le choc de mon voisin de siège, et dès qu'il tourne la tête, mon petit spectacle terminé, je laisse le chanteur recommencer Faust, alors que le Dean assis à côté de Sam perd de sa contenance pour prendre l'apparence de Nick, sans les ailes ni le collant de patineur...

« Hello Sam. You missed me ? » Je lui souris malicieusement alors que je lui pose la question.

(c) Alyss ( Kanade A. J. Rye )



Fallen Angel will rise again
I was a son. A brother... And I had an older brother who I loved. Idolized,... And one day, I went to him and I begged him to stand with me, and Michael...Michael turned on me. Called me a freak. A monster. And then he beat me down. All because I was different. Because I had a mind of my own.  © Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
avatar

Age : 32 ans
Métier : Chasseur, Homme de Lettres
Situation : Célibataire
Localisation : Lébanon, Kansas
Feat. : Jared Padalecki
Copyright : Moi-même & Tumblr.
Je suis aussi : Personne.
Date d'inscription : 02/05/2016
Messages : 158

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Jeu 22 Déc - 16:57

Philadelphia dreamin'
(Sam & Lucifer)

Sam dut retenir un ricanement en entendant la réponse de son frère.

L’attitude de Dean semblait tellement plus vraie que nature qu’il en oublia pendant quelques secondes qu’il ne se trouvait pas à Philadelphia en train de regarder un opéra dans l’espoir de capturer un monstre qui se terrait parmi la troupe et que tout cela n’était qu’un sacré tour que son imagination décidément bien fertile (ou complètement épuisée, après tout, l’un n’empêchait pas forcément l’autre) lui jouait. Le chasseur secoua la tête, un peu contrit de s’être laissé emporter si rapidement par la douceur éphémère dans laquelle son inconscient l’avait plongé.

Son frère lui manquait donc à ce point-là ? N’importe quel double conjuré par son cerveau halluciné ferait l’affaire pour le remplacer, ne serait-ce que quelques secondes ? Il se sentait fort ingrat, tout à coup, et surtout foutrement inutile. Dean était un démon, bordel, il était peut-être en train de souffrir le martyr ou en train de devenir tout ce qu’il avait un jour redouté de devenir et qu’est-ce que Sam avait fait pour l’aider jusqu’ici ? A part se perdre en recherches inutiles ? Il s’inventait des films où il allait tranquillement avec son frère à l’opéra tout en projetant de finir la soirée dans un bar imaginaire avec des bières et des serveuses canon.

La belle blague.

Quel magnifique frère il faisait.

Un nœud coulant, t’exagère… Ça te fait au moins un peu de culture… répliqua-t-il, toute conviction envolée. Et par là j’entends autre chose que les films de western…

Il n’était pas sûr d’avoir envie que le rêve se poursuive mais jusqu’ici, les aspirines qu’il avalait par goulées n’allégeaient pas ses nuits chargées – à peine se contentaient-elles de couper court à ses insomnies en l’assommant presque littéralement – pas plus qu’elles n’interrompaient ses cauchemars incessants alors il n’avait pas non plus l’intention de cracher sur un moment de répit entre deux replay de la mort de Jessica.

Avant qu’il pût trouver de quoi répondre à la remarque lubrique de son « frère » sur les serveuses (décidément, son imagination allait beaucoup trop loin), la scène placée à l’horizon se mis à changer et leur suspect fit son apparition. De loin, ses traits semblaient flous, comme dessinés puis effacés à moitié par une gomme sale mais cela ne resta pas vrai très longtemps car sa silhouette se métamorphosa lentement en…

Une petite seconde…

Est-ce que c’était…

Lucifer ?
Avec des ailes ?
En costume bleu à paillettes ?
Chantant sur La Reine des Neiges ?

Sam ouvrit la bouche pour réagir mais aucun son ne vint. Il n’arrivait pas à détacher ses yeux du spectacle qui se déroulait sur la scène, complètement effaré par l’absurdité complète que son rêve venait de conjurer. Peut-être qu’il y avait un truc pas net dans les aspirines qu’il prenait. Peut-être qu’il se shootait depuis des semaines au médicament périmé et qu’il s’en rendait compte seulement maintenant.

Peut-être que ça y était, il avait fini par griller son dernier neurone à force de mélanger bière pas fraîche et aspirine, le tout au milieu de semaines rythmées par l’angoisse et les insomnies. Il n’y avait probablement plus qu’à se faire interner et prier pour que le monde ne parte pas en couille.

Ce qui était, en fin de compte, très mal barré.

Lucifer s’estompa après quelques couplets, laissant l’interprète de Faust reprendre la performance comme si rien ne s’était passé. Autour d’eux, la foule sans nom ni visage n’avait pas fait la moindre remarque, comme si elle s’était attendue à ce genre d’interruption. Même Dean s’était tenu étrangement silencieux.

Sam comprit pourquoi lorsqu’il tourna la tête vers son frère… qui avait pris les traits de Satan entretemps et qui lui demandait d’un ton doucereux s’il lui avait manqué.

Lucifer ? Lui manquer ?

Le jeune homme n’y tint plus. Il éclata de rire, cachant son visage dans sa main pour cacher le hoquet qui lui montait à la gorge.

— Sérieusement ?! articula-t-il lorsqu’il parvint à se contenir un minimum. Ça fait quoi, des années que tu laisses mes rêves tranquilles et tout ce que tu trouves à faire pour venir mettre le bordel dans ma tête, c’est de te changer en la dernière princesse Disney à la mode et de te la jouer Holiday on Ice ?

C’était confirmé : Satan avait des goûts de chiotte.

Une fois son fou rire calmé, Sam plissa les yeux et défia son ennemi du regard. Peut-être était-ce l’entrée ridicule, peut-être était-ce parce qu’il savait pertinemment qu’il se trouvait dans un rêve, peut-être était-ce parce que Lucifer était tout sauf sa priorité pour le moment… quelle que fût la raison, Sam n’arrivait pas à éprouver la moindre once d’angoisse.

Tout au plus un malaise diffus… il y avait quelque chose dans cette mise en scène, un truc sur lequel il n’arrivait pas à mettre le doigt.

— Je croyais que Castiel t’avait définitivement viré de ma tête il y a trois ans mais apparemment, ce n’est pas le cas. Alors que me vaut ce retour en fanfare ? Tu t’ennuies un peu trop là où tu es ?

Sam haussa un sourcil provocateur. C’était peut-être du suicide de sa part mais honnêtement ? Venant de Lucifer, il avait connu des jeux bien pires…

HRP:
 

© 2981 12289 0



What do you want?

To destroy this feeling of hunger;
I can no longer pretend that
the lion in my gut is so easily satisfied.

©Dean
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t233-sam-winchester-gentlywe-swallow-each-other-whole http://solemnhour.forumactif.org/t237-journal-de-bord-de-sam-winchester-we-got-work-to-do http://always-keep-writing.tumblr.com
avatar

Age : vieux
Métier : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Je suis aussi : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 394

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Mar 31 Jan - 21:44




Philadelphia dreamin'



Le spectacle se déroule sans accroc, et je joue la comédie aussi bien que les artistes sur scène. « Clint Eastwood est une légende, un point c'est tout. Mais j'ai vu l'Homme à l'Harmonica, et ça, c'est un nœud coulant autour du cou ! Quoi que tu puisses en penser ! » Dean se rassoit dans son siège en boudant sur le manque de tarte de la boutique de l'opéra. Je délaisse un peu l'image de Dean pour me concentrer sur le clou du spectacle : moi. Je m'étais demandé comment faire mon entrée, mais j'avais trouvé, après être passé devant une affiche du dernier Disney en date et avoir écouté cette horrible chanson qui reste en tête. Torture et jeux pour enfants, un mélange parfait pour mon petit Sam... Mon image s'approcha donc du devant de la scène en tenue de patineur artistique bleu ciel et paillettes. Je me mets à chanter pour commencer la torture. Le temps pour Samuel de bien assimiler la scène et la graver à jamais dans son petit cerveau, je reprends le contrôle de Dean et laisse l'illusion perdre sa forme pour laisser place à ma véritable apparence. Bien sûr, il va être surpris !

Par contre, je ne m'attendais pas vraiment à le voir éclater de rire. Bon. Pour la terreur on repassera, mais je me demande comment il supporterait une boucle sans fin de la reine des neiges ? Sans repos possible ? Je m'installe dans le fauteuil, un léger sourire aux lèvres, l'air d'un chat devant une souris bien juteuse...  

« Avoue que personne ne te l'avait encore faite celle, là. Hein. Moi au moins, j'ai de l'humour. Pas comme certains que je ne nommerai pas. Et puis... La cage ; sans toi, ça me rend morose... Michael est d'un ennui... » J'hésite à lui annoncer ma sortie. D'un côté, cela le fera bouger, sortir de son terrier et de la vague noire de dépression qui l'a engloutie depuis la résurrection démoniaque de son frère ; d'un autre, il sera sur ses gardes et plus difficile à surprendre. Bien que je sache pertinemment qu'il ne me dira pas oui une deuxième fois. Pas de son plein gré, sans y être forcé, d'une façon ou d'une autre. « Tu préférerais que je t'attache sur ce fauteuil pour te faire vivre les pires outrages sur l'air de La Traviata ? Je parie que tu ferais un excellent soprano... » Cela pourrait être divertissant un temps. Et jouissif. Mais pas très productif, pas tant qu'il n'avait pas localisé son véhicule en chair et en os. « Il suffirait d'un simple claquement de doigts... » Je lève une main en souriant, prêt à mettre ma menace à exécution, avant de la laisser tomber. « Non, Sam. Je ne suis pas venu pour te tourmenter... Pas plus que nécessaire... Peut-être même que si tu suis mes conseils, tu parviendras à retrouver le Dean d'antan. Ou à dormir correctement. » Mon sourire s'élargit, mais ma voix reste douce avec juste une pointe de moquerie dedans,« Tu as l'air fatigué, son. »  

(c) Alyss ( Kanade A. J. Rye )



Fallen Angel will rise again
I was a son. A brother... And I had an older brother who I loved. Idolized,... And one day, I went to him and I begged him to stand with me, and Michael...Michael turned on me. Called me a freak. A monster. And then he beat me down. All because I was different. Because I had a mind of my own.  © Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
avatar

Age : 32 ans
Métier : Chasseur, Homme de Lettres
Situation : Célibataire
Localisation : Lébanon, Kansas
Feat. : Jared Padalecki
Copyright : Moi-même & Tumblr.
Je suis aussi : Personne.
Date d'inscription : 02/05/2016
Messages : 158

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Lun 6 Fév - 13:50

Philadelphia dreamin'
(Sam & Lucifer)

Sam laissa Lucifer reprendre la place que son « frère » avait occupée, la peau hérissée à l’idée d’être si proche de son ennemi. La foule environnante s’était dissipée dans un bourdonnement, les laissant seuls face à cette scène fantomatique – les paroles du diable résonnaient haut et clair dans cet opéra fictif, prenant le pas sur la mélopée qui aurait dû se poursuivre. Le chasseur plissa les lèvres, peu convaincu par cette poudre aux yeux que son inconscient semblait déterminé à lui jeter.

— Tu m’as habitué à un autre genre d’humour, je dois dire. Après les asticots dans mon sandwich, les incendies imaginaires et la séance d’électrochocs – sans parler de ce que tu fabriquais dans la Cage… l’entrée en technicolor sur la Reine des Neiges, c’est un peu soft quand même… Tu ne te ramollirais pas un peu, dis-moi ? Michael t’a rendu eunuque à force de te cogner dessus ?

Sam ponctua sa réplique d’un sourire mesquin. Relent coriace de ses hallucinations passées ou délire enfiévré conjuré par un cerveau qu’il avait privé de sommeil trop longtemps, peu importait au final – au moins, la présence de Lucifer dans son rêve lui permettrait de concentrer son énergie sur autre chose que l’auto-apitoiement sans fin dans lequel il s’était plongé depuis plusieurs semaines. Il avait de la rage pour Crowley, bien sûr, la furieuse envie de réduire son sourire satisfait en une bouillie informe et sanguinolente (ainsi qu’un désir tout aussi brûlant de carrer son poing dans la face de son frère devenu démon avant de le ramener par le col à la maison) mais Lucifer était un ennemi différent – presque intime, au sens malsain du terme.

La menace que jeta son ennemi lui fit arquer un sourcil peu convaincu. Ainsi, Lucifer était bel et bien venu le torturer de nouveau ? Nihil novi, rien de nouveau sous le soleil, en fin de compte. Si l’humeur de Sam avait été davantage écorchée par la solitude noire dans laquelle il avait sombré depuis que Dean était devenu un Chevalier de l’Enfer, il aurait pu trouver cela modérément distrayant.

Mais ce rêve avait un déplaisant goût de réchauffé, tout au plus.

— Mon dieu, répondit-il d’un ton monocorde, le diable en personne menace de me torturer, quelle originalité. Moi qui pensais que tu étais venu m’annoncer que tu te lançais dans le showbiz. Tu as du mal à te renouveler, on dirait…

Sam se cala dans son siège et jeta un coup d’œil distrait à la scène sur laquelle s’affairait le ténor. Un instant, il essaya d’imaginer Lucifer à sa place, accoutré dans un costume à volants et le visage rougi par l’effort – ou même à la place d’un danseur dans un spectacle Disney quelconque ou encore même en train de hurler du metal rock devant une foule en délire. Cette pensée lui arracha un ricanement cynique.

— Hm, tout bien réfléchi, c’est peut-être mieux que tu te cantonnes à être le Diable. Tu aurais fait une épouvantable rock star.

Le chasseur tiqua en voyant la main de l’archange se soulever – avant de s’affaisser sans que la moindre douleur ne le perce de part en part. Surpris, il leva un regard effaré vers sa Némésis – quoi, alors il n’était pas venu le torturer, tout compte fait ?

Au temps pour lui, voilà que son rêve prenait une direction intéressante.

— Je ne comprends pas… Qu’est-ce que tu fabriques dans ma tête si tu n’es pas là pour me faire subir les pires outrages ? Et qui te dit que j’en veux de tes conseils ? T’as frappé à la mauvaise porte si tu penses que je suis disposé à t’écouter.

Sam pouffa avant de se prendre le visage dans les mains, conscient du ridicule de la situation. Il était en plein rêve éveillé, en train de parler à un Lucifer visiblement en manque d’amis qui était au choix un souvenir de la Cage qui avait survécu à la purge de Castiel ou une fabrication ironique de la part de son subconscient – et tout ça pour quoi ? Pour qu’il abandonne ses recherches ? Pour qu’il passe à la vitesse supérieure ?

Cela ne faisait aucun sens.

— Fatigué ?! Tu m’étonnes ! Si c’est tout ce que mon inconscient a réussi à produire pour me sortir du bunker, je dois vraiment être un cas désespéré.

Le chasseur releva la tête, soudain foutrement lassé par ces circonvolutions, et se leva de son siège, irrité. Quoi que représentât l’espèce de gus avec la tête du diable, il commençait à en avoir marre d’être visiblement le seul à piger la moitié de ce qui se passait.

— OK, ça suffit les jeux de rôle, bordel, j’en ai marre de ces conversations à sens unique. T’es quoi, en fin de compte, un rêve ? Une sorte de conscience ? Une autre de mes hallucinations ?!

Ce rêve commençait doucement à les lui briser menu.

HRP:
 

© 2981 12289 0



What do you want?

To destroy this feeling of hunger;
I can no longer pretend that
the lion in my gut is so easily satisfied.

©Dean
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t233-sam-winchester-gentlywe-swallow-each-other-whole http://solemnhour.forumactif.org/t237-journal-de-bord-de-sam-winchester-we-got-work-to-do http://always-keep-writing.tumblr.com
avatar

Age : vieux
Métier : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Je suis aussi : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 394

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Lun 6 Fév - 21:50




Philadelphia dreamin'



Apparemment John Winchester n'a pas éduqué ses fils à regarder la télévision et les dessins animés... Un peu triste tout de même... Le chasseur n'a pas l'air ravi de me trouver là, au milieu de ses rêves... Je me demande pourquoi, je suis charmant. Je ne l'ai pas mutilé, découpé, violé, ni n'ai retourné son esprit en tous sens jusqu'à ce qu'il n'en reste que folie. Et le voilà qui m'insulte ! Euneuque ?! Singe épilé ! Je suis un archange, ces considérations sont indignes de moi... Et pour dire vrai, je m'en contrefiche complètement. Mais je ne peux résister à la tentation de l'embêter un peu... Je m'approche de lui, caresse doucement sa joue en parodie d'un geste sensuel avant de lui murmurer à l'oreille,

« Je vois que mes leçons ont fait de toi un vrai dur à cuire ! Ainsi, tu as pris goût à la douleur ? Je n'aurais pas pensé y arriver un jour... » Je me recule et me rassois sur mon siège, prenant la pose d'un psy qui écoute son patient, en jouant avec un stylo bille et un carnet de notes, « Samuel Winchester. Masochiste confirmé. C'est très bien ça, tu finis par avouer tes plus profonds désirs à voix haute. Cela va me permettre de monter le niveau d'un cran... »

Il va vraiment falloir que je le retrouve. Ne fut-ce que pour tester in live ses résolution et lui rabattre son caquet, même s'il refuse dans un premier temps de se plier à mes exigences. Car mes manœuvres ont deux but : prendre une petite leçon de Samuel 1O1, une piqûre de rappel pour savoir ce qui s'est passé depuis notre dernière entrevue dans la Cage, et le faire sortir de son trou pour permettre à mes agents de le repérer.

Si un jour je veux mourir, oui, peut-être me reconvertirai-je en star du rock. Du hard rock. Mais en attendant, « Sorry pal ! Ce soir, tu n'auras que des Disney... » Sa réaction quand je lève ma main pour le menacer de torture me confirme qu'il bluffait plus tôt dans la conversation. Il n'est pas totalement désensibilisé, et c'est très bien ainsi. Et il semble ne rien comprendre aux raisons qui me poussent à venir le visiter, ce qui confirme qu'il n'a pas entendu parler de mon évasion. Pas encore. Je plaque un sourire sur mes lèvres,

« Je te l'ai dit. Tu m'as manqué... Tout ce temps passé, loin des yeux loin du cœur, tout cela... » Je reprends mon sérieux. « Tu ne veux pas m'écouter, à ta guise. C'est fort dommage. Je connais quelques trucs sur les chevaliers de l'Enfer qui auraient pu t'être utiles... »

Mais mon petit Samuel semble en avoir assez de faire la causette... Le voilà qui se lève et pique une petite crise de nerfs. Je lève un doigt en signe de remontrances, « Tututututut ! » Samuel se retrouve assis sur son siège, menotté pieds et poings au pied du fauteuil. Voilà, il ne se lèvera plus sans y avoir été invité. Je lui parle d'une voix douce, « Tu as oublié ? Je suis un ange ! Je ne suis ni un rêve, ni une hallucination. Quant à être ta conscience, non merci, c'est trop de boulot et j'ai d'autres choses à faire de mes journées... »

Je le laisse mariner un peu, le temps que son cerveau de primate assimile l'information, puis je lui lance d'une voix espiègle,

« Tu m'as enfermé une fois, Samuel. Te penses-tu capable de réaliser le même exploit à nouveau ? » Un sourire tout ce qu'il y a de plus mauvais illumine mon visage alors que je contemple ma proie.

(c) Alyss ( Kanade A. J. Rye )



Fallen Angel will rise again
I was a son. A brother... And I had an older brother who I loved. Idolized,... And one day, I went to him and I begged him to stand with me, and Michael...Michael turned on me. Called me a freak. A monster. And then he beat me down. All because I was different. Because I had a mind of my own.  © Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
avatar

Age : 32 ans
Métier : Chasseur, Homme de Lettres
Situation : Célibataire
Localisation : Lébanon, Kansas
Feat. : Jared Padalecki
Copyright : Moi-même & Tumblr.
Je suis aussi : Personne.
Date d'inscription : 02/05/2016
Messages : 158

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Mar 7 Fév - 4:08

Philadelphia dreamin'
(Sam & Lucifer)

Sam aurait vraiment donné cher pour se réveiller maintenant.

Mais non, il fallait que le rêve trainât dans une espèce de mélopée longuette et dissonante, la présence d’un Lucifer souriant et grimaçant ajoutant au malaise qui commençait sérieusement à se faire sentir. Plusieurs fois, Sam tenta de se calmer en respirant profondément mais cela s’était avéré franchement inutile.

Le jeune homme se tendit comme un ressort en sentant la caresse glaciale d’une main effleurer sur son visage avant de serrer les lèvres, conscient qu’elles ne se trouvaient qu’à un souffle du visage de l’archange. Hallucination ou non, il ne donnerait pas à son bourreau le plaisir de réagir – même s’il brûlait d’envie de lui arracher le bras, histoire de lui faire passer l’envie de le toucher. Les commentaires sur ses désirs enfouis ne tardèrent pas à fuser, parodiant allègrement une séance chez un thérapeute imaginaire auquel Sam ne put s’empêcher de répondre vertement.

— Mon plus profond désir est de ne plus jamais te voir dans mes rêves mais visiblement, c’est pas aujourd’hui que ça arrivera.

Dommage…

Le rêve commençait à le mettre de plus en plus mal à l’aise – il se sentait presque à nu devant les yeux vides de la foule factice, devant les yeux fébriles de Lucifer qui semblait visiblement être aussi à l’aise qu’un poisson dans l’eau. Autour de lui, le décor se déformait, légèrement les yeux blancs et mornes des spectateurs se tournaient vers eux, comme désintéressés de l’opéra qui se déroulait sous leur nez. Le diable quant à lui promettait plus de Disney en ricanant, apparemment très fier de sa plaisanterie.

— Je crois que je préférais Robin Williams… maugréa Sam en se remémorant avec déplaisir les « Good Morning Vietnam ! » retentissant de l’archange. Au moins, avec celui-là, il savait à quoi s’attendre.

Ce n’était pas un relent d’hallucination, pas un souvenir de la Cage qui aurait survécu dans son inconscient jusqu’ici. Castiel avait brûlé tout ce qu’il restait de la grâce de Gadreel donc cela ne pouvait être cela non plus – et puis Gadreel avait été fondamentalement bienveillant, même lorsqu’il avait possédé Sam à son insu. Lorsque l’ange avait pris le contrôle de son corps, il avait pris le soin de l’endormir à chaque fois et de ce que Sam en savait, il n’avait jamais visité ses rêves avec l’intention de lui nuire.

Non, c’était autre chose que la manifestation d’une parcelle de grâce moribonde, autre chose qu’un rêve que son propre inconscient aurait élaboré pour alerter ses réflexes d’auto-défense – quoique son rêve en dise, il n’était pas masochiste, merci bien, rêver de Lucifer le tourmentant et le molestant à moitié était dans la liste des dernières choses qu’il avait envie de faire.

Non, c’était presque comme…

Comme

Mais c’était impossible…

Sam jura, frustré de ne recevoir que des demi-réponses sibyllines ou des sous-entendus écœurants. Il était sur le point de sortir de la pièce imaginaire, de déchirer à mains nues les parois fragiles de son rêve lorsqu’il se retrouva à nouveau sur son siège, pieds et poings attachés aux pieds et accoudoirs, la silhouette du diable toujours perchée face à lui, un sourire doux placardé sur les lèvres.

Il connaissait ce sourire, bon sang.

Il l’avait vu sur le visage de Jessica – morte et enterrée depuis des années, morte et apparue comme un fantôme dans son lit de fortune, tentant de le convaincre d’abandonner sa fuite. Il l’avait vu alors que le visage qui le lui rendait se décomposait pour devenir celui d’un homme, d’un être qui lui avait expliqué avec patience qu’il était destiné à détruire l’humanité dès son plus jeune âge. Le même visage qui se dessinait avec une précision mortelle dans les contours de son rêve.

Sam tenta d’inspirer mais l’air lui manqua. Sur les accoudoirs du siège, ses mains attachées s’étaient mises à trembler violemment.

— Mais… c’est… c’est… impossible… Les sceaux… personne n’a touché aux sceaux… tu étais censé rester là-bas… comment as-tu fait ?

Lucifer – le vrai – se contenta de lui sourire.

Sam aurait voulu hurler, foncer sur le diable et lui arracher les joues, les lèvres, la tête toute entière, le pulvériser hors de sa tête et hors de l’existence – mais évidemment, autant souhaiter que Dean revienne pour lui chanter des poèmes de Saint-Valentin ou que Crowley lui envoie des chocolats. Inspirant profondément, le chasseur baissa la tête et se concentra sur ses genoux dans une dernière tentative de reprendre ses esprits.

Lucifer était sorti de la Cage. Lucifer était de retour, putain de bordel de…

Mais alors, cela voulait dire…

— Alors, c’est ça, ton grand retour ?! s’écria Sam en montrant d’un coup de tête la scène sur laquelle les artistes s’affairaient toujours, indifférents au supplice qu’il était en train de subir. Des paillettes et des chansons de princesse Disney dans un de mes rêves ? Je t’ai eu presque un an dans la tête quand je suis sorti de ce trou, tu crois que t’avoir dans ma tête me fait peur ?!

Il mentait, bien évidemment : la perspective d’avoir Lucifer en train de se balader dans la tête le glaçait de terreur et le diable n’était pas sans doute pas dupe au point de croire à son bluff mais c’était le provoquer ou céder à la panique qui grimpait à vitesse grand V dans son corps… et ça, Sam s’y refusait. Il avait déjà supporté les pires tourments aux mains de cette enflure cosmique pendant des années, il pouvait bien supporter un petit rêve en sa compagnie.

… Juste un petit rêve.

— Et s’il faut que je t’enferme une seconde fois dans les plus profonds abysses, je le referai sans problème, espèce de taré, mentit Sam entre ses dents serrées, ponctuant ses phrases d’une conviction qu’il espérait cinglante. Donne-moi juste l’heure et l’endroit, qu’on soit fixé.

… Juste un tout, tout petit rêve.

HRP:
 

© 2981 12289 0



What do you want?

To destroy this feeling of hunger;
I can no longer pretend that
the lion in my gut is so easily satisfied.

©Dean
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t233-sam-winchester-gentlywe-swallow-each-other-whole http://solemnhour.forumactif.org/t237-journal-de-bord-de-sam-winchester-we-got-work-to-do http://always-keep-writing.tumblr.com
avatar

Age : vieux
Métier : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Je suis aussi : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 394

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Mar 7 Fév - 19:31




Philadelphia dreamin'



Je me régale de la peur panique de Samuel. Cela fait un bien fou... Je lui en veux tellement pour m'avoir mis en cage à nouveau. Moi et Michael. Il n'avait pas à l'enfermer avec moi. Il n'avait rien à voir dans cette lutte et si j'avais été seul, je serais certainement plus en forme aujourd'hui.Il paiera pour ça aussi. Je respire à pleins poumons, sa peur est le plus enivrant des parfums. La vengeance est vraiment ce qu'il y a de plus doux. Et je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin. Une fois que j'aurai ce que je veux, je détruirai tout ce qui lui reste de vie sur terre, son frère, son ange gardien, tout ce qui a pu avoir un jour eu de l'importance à ses yeux.

« C'est mignon,... Prends garde, tes désirs pourraient se réaliser... » Si je le vois en vrai, je n'aurai plus besoin de passer par les songes... Je laisse tomber la pose de psy pour me redresser et expliquer à Samuel qu'il se trompe s'il pense que je suis toujours en Enfer, l'enchaînant d'une pensée à son siège d'opéra.

« Personne n'a touché aux sceaux... En es-tu certain ? As-tu seulement payé la moindre attention au monde extérieur depuis la résurrection de ton frère ? » Je sème le doute dans son esprit, je compte bien ne pas lui faciliter la vie ni ne lui donner d'indices sur celui qui m'a fait sortir. Je n'ai aucune envie de retourner là-bas et combattre Michael sera déjà assez difficile sans avoir de chasseur têtu et négativiste dans les pattes. Il faut que j'obtienne ce oui, et ce n'est pas en lui donnant des armes (sauf factices) que j'y parviendrai.

Je hausse les épaules quand il parle de mon grand retour. Il serait surpris de tout ce qu'on peut accomplir avec quelques paillettes et une chanson ringarde... Je me contente de sourire et de hocher la tête d'un air fier.

Le chasseur se reprend un peu, essaie de retrouver son calme. Je lui laisse croire qu'il n'a pas peur de moi. Je sais qu'il en est autrement, même si ses efforts sont louables.

« Tu veux un rendez-vous ? En tête à tête ? Comme c'est attentionné de ta part. Je peux donc en conclure que je t'ai vraiment manqué ! » Ma voix est joyeuse et je joins mes mains en une parodie de prière de remerciement à Papa... Qu'il dise ce qu'il veut, il est vraiment masochiste ! Et j’exaucerai ses souhaits ! Je tourne autour de son siège, le décor de l'opéra disparait nous laissant dans une pièce en béton lissé et aux murs gris. Un extracteur d'air tourne doucement au-dessus de nos têtes, et une ampoule nue est la seule lumière de la pièce. Aucun son ne peut parvenir du dehors. Pas de fenêtre ni de porte non plus. Je tourne autour de son siège en l'observant sous toutes ses coutures, bras croisés et une main sous le menton, « Mais je ne crois pas qu'une entrevue te soit très profitable dans l'immédiat. Je sais que tu vas te réveiller avec un mal de crâne tonitruant. Tu ne dors pas assez, Samuel, je te l'ai dit. Tu devrais prendre soin de toi ! Et puis regarde-moi cette barbe ! Depuis combien de temps n'as-tu plus utilisé de rasoir ? »

Me revoir va certainement le secouer un peu, et je compte bien sur ses recherches pour m'amener à lui. Vais-je lui donner un indice sur mon lieu de résidence actuel ? Pourquoi pas ?

« Tu devrais manger des fruits, Sam. Cela te réussissait pourtant bien... Tiens, pourquoi pas une pomme ? » Je fais apparaître dans ma main une pomme comme celle du dessin animé Blanche-neige, alors que les liens qui retenaient se dissolvent dans l'air comme s'ils n'avaient jamais été.

(c) Alyss ( Kanade A. J. Rye )



Fallen Angel will rise again
I was a son. A brother... And I had an older brother who I loved. Idolized,... And one day, I went to him and I begged him to stand with me, and Michael...Michael turned on me. Called me a freak. A monster. And then he beat me down. All because I was different. Because I had a mind of my own.  © Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
avatar

Age : 32 ans
Métier : Chasseur, Homme de Lettres
Situation : Célibataire
Localisation : Lébanon, Kansas
Feat. : Jared Padalecki
Copyright : Moi-même & Tumblr.
Je suis aussi : Personne.
Date d'inscription : 02/05/2016
Messages : 158

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam] Mer 8 Fév - 3:29

Philadelphia dreamin'
(Sam & Lucifer)

Les cauchemars des uns faisaient vraisemblablement les rêves des autres – en tous cas, c’était l’idée que Sam commençait à se faire de ce rêve-ci. Autour de lui, le diable papillonnait, irradiant presque d’un bonheur pervers alors que le jeune homme n’avait qu’une seule envie : se rouler en boule et pleurer un bon coup.

Mais pas question qu’il craque, pas maintenant. Et pas question qu’il se laissât déstabiliser par ces grossières tentatives pour semer le doute dans son esprit – Sam pouvait se montrer naïf à certains moments mais il n’était pas non plus complètement abruti, il savait que personne n’avait recommencé à détruire les sceaux qui gardaient la Cage fermée.

— Non, ça… ça ne fait aucun sens… on l’aurait vu si quelqu’un s’était amusé à détruire les sceaux, ça se serait su. Et Lilith est morte – c’est moi qui l’ait tuée la première fois – alors ça ne peut pas être ça, il s’est forcément passé autre chose…

Autre chose, oui, mais quoi ?

Sam ignora la deuxième moitié de sa question, montrant les dents à son ennemi dans un air de défi. Il était hors de question qu’il acceptât de recevoir les leçons d’un gars qui avait passé les derniers siècles enfermés dans une Cage pour n’en être sorti que pour foutre le bordel et les exterminer tous ; aussi ne put-il résister à une petite pique.

— Venant d’un gars qui n’a pas mis le nez dehors depuis des années, je te trouve culotté de me faire la morale. Quoi, tu t’es mis au Feng Shui dans ta Cage ? T’en avais marre de perdre ton temps à coller des beignes à ton grand frère ?

Sam s’arrêta brusquement, conscient d’avoir loupé jusqu’ici une information capitale. S’il n’était pas en train d’halluciner tout ce qui se passait – si tout cela n’était pas qu’un rêve particulièrement enfièvre – et que Lucifer était réellement sorti de son trou… quid de l’autre fou furieux céleste ? Avec un peu de chance, Michael était toujours en train de se tourner les pouces dans sa prison infernale mais vu le niveau de chance que Sam se payait pour le moment, c’était fort peu probable que ça soit le cas.

Rien ne coûtait de demander, cependant. Le chasseur se mordit les lèvres avant de reprendre sur le même ton grinçant :

— Et je suppose que big brother est lui aussi de la partie, c’est ça ? Vraiment charmant. Vous comptez ramener Gabriel et Raphael à la vie, eux aussi ? Histoire d’avoir les sept nains au complet ?

Sept nains ou pas, il n’avait aucune intention de se la jouer Blanche-Neige. Rester à faire le mort en attendant qu’un prince charmant le délivre, merci bien. Il préférait encore se tuer à essayer de renvoyer le parasite céleste là d’où il venait, avec un coup de pied dans les fesses si possible.

— Un rendez-vous, exactement, et j’en profiterais pour te casser le nez au passage… Et crois-en ce que tu veux mais je ne suis pas non plus stupide au point de me pointer comme une fleur devant ta porte.

Non, quand il reverrait Lucifer en chair et en os, il aurait un plan. Quel plan, il n’en savait encore rien mais il ne tarderait pas à en trouver un.

Il fallait qu’il en trouve un.

Le décor, qui jusqu’ici était resté dans cet espèce de flou bizarre et vaguement inquiétant, se transforma à nouveau sur un claquement de doigt du diable. Le siège d’opéra fit place à une chaise inconfortable, la foule aux yeux morts à des murs opaques et implacables, le chant lancinant de Faust à un silence de plomb, uniquement percé par le claquement des mains de Lucifer et sa voix nasillarde. Le chasseur inspira longuement – il ignorait si l’endroit devait lui rappeler la Cage ou la chambre forte de Bobby où il avait passé plusieurs heures à délirer en se purgeant de tout le sang de démon qu’il avait ingéré mais l’ambiance claustrophobe n’était pas pour lui plaire.

Et il le savait, bien sûr, l’enflure. Il se délectait sans complexe de voir Sam en proie à une terreur de plus en plus omniprésente au fur et à mesure que les déclarations de Lucifer prenaient corps. Le Winchester tira sur ses liens, presque comme pour protester, avant de se concentrer sur sa respiration. Il n’y avait rien qu’il ne puisse faire pour l’instant alors autant chercher à se calmer.

— C’est quoi, cet accès de maternité ? répondit-il en fronçant les sourcils. J’espère que c’est pas ta nouvelle lubie de te prendre pour ma mère parce que même pour toi, c’est glauque.

Cette sollicitude achevait de le rendre nauséeux. Lucifer s’était toujours montré faussement prévenant mais jamais aussi pointilleux sur son physique ou sa tenue et cette parodie de sollicitude mettait son esprit affamé de contact positif mal à l’aise. Au moins, ce dernier ne semblait plus disposé à le garder attaché car il fit disparaître ses liens d’un revers de la main avant de lui tendre une pomme.

— Elle est empoisonnée, c’est ça ? demanda-t-il en acceptant le fruit, à la fois méfiant et perplexe. Était-ce un tacle à son allusion à Blanche-Neige ou quelque chose d’encore plus tarabiscoté ? Connaissant le diable, cela pouvait être l’un comme l’autre.

Voire les deux.

HRP:
 

© 2981 12289 0



What do you want?

To destroy this feeling of hunger;
I can no longer pretend that
the lion in my gut is so easily satisfied.

©Dean
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t233-sam-winchester-gentlywe-swallow-each-other-whole http://solemnhour.forumactif.org/t237-journal-de-bord-de-sam-winchester-we-got-work-to-do http://always-keep-writing.tumblr.com
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Philadelphia dreamin' [ft. Sam]

Revenir en haut Aller en bas
 

Philadelphia dreamin' [ft. Sam]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» PHILADELPHIA
» Philadelphia Flyers
» Philadelphia line-up
» Philadelphia Flyers
» (2) Washington Capitals vs (3) Philadelphia Flyers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Northeast-