Partagez | .
 

 [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Jeu 22 Sep - 19:45


RP EN COURS

SUJET PRIVE
# TYPE :  Temps présent
# DATE : 5 avril
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF : juste avant midi

# PRÉSENCE DU MJ : merci, je pense que ça ira

# AUTRE : faut pas avoir peur de répondre, je ne mords pas!
SHADOW


 

 
  Une histoire de pieds

  Avec qui voudra répondre


Le soleil, les fleurs, les oiseaux, ... Le printemps est une merveilleuse saison, pour qui ne se trouve pas à New-York. Dommage pour moi, c'est là que j'habite, et qui dit temps chaud dit odeurs de poubelles, bitume surchauffé et pollution atmosphérique en hausse. Heureusement, nous ne sommes pas encore en été, même si je redoute déjà les mois à venir. Peut-être pourrais-je demander à Lys la permission de partir en vacances ? Mais même si elle accepte, mon boss à la fourrière n'acceptera jamais, lui. Les vacances sont synonyme de nombreux abandons et c'est la haute saison pour la fourrière, il a besoin de tout le personnel. Je hais de plus en plus mon boulot, et les mois passant, cela ne va pas en s'améliorant. Mais là, je n'ai pas d'autre solution, faut que je sorte m'acheter à manger. Une chance, le boucher halal du coin fournit des cœurs de veau entre autres délicatesses et ne se pose pas de questions quand les clients en achètent. Je m'habille donc pour sortir, t-shirt noir, pantalon en treillis, bottines militaires et veste en cuir. Oui un peu bad girl, mais j'ai appris que cette tenue me permet d'éviter les mauvaises rencontres avec de la racaille... Certains pensent que je suis des leurs, et cela décourage déjà les amateurs, ce qui est un début. Mon beretta dans la poche intérieure de ma veste, ainsi que le permis de port d'arme, bien sûr. Depuis les événements du parc, je ne sors plus sans lui, jamais. Et comme mon sac à main est irrécupérable, je suis obligée de faire sans le temps d'en acheter un neuf.  

C'est donc le cœur lourd et le nez plein d'odeurs horribles, (pourquoi une meute irait-elle s'installer en ville au lieu de la campagne ? Surtout que nous on ne bouffe que de l'animal, ce serait plus simple de chasser le cerf dans le Wisconsin, pourquoi rester ici?) que je me mets en route pour la boucherie. C'est toujours passablement effrayant de traverser la rue, mais jamais autant qu'à l'heure de la pause déjeuner en plein centre ville. J'avance donc prudemment, en veillant à ne pas me faire renverser par les véhicules très pressés d'aller se garer, et ne remarque pas la zone de travaux  qui encombre le trottoir devant moi. C'est pas non plus comme si ces ouvriers avaient pris soin de poser une banderole ou une balise pour éloigner les piétons avant eux aussi d'aller vider leurs gamelles... Non, il a fallu qu'ils quittent le chantier sans respecter la réglementation. Mon pied vient heurter une pile de moellons prêts à être posés et je me retrouve allongée par terre, sur le sable bien lissé et prêt à recevoir les pavés. Je me relève et note deux choses : un j'ai mal à aux orteils, deux, ils vont pouvoir recommencer leur boulot, un joli moulage de mon buste trônant maintenant sur la bande à daller. Et personne n'a rien vu ! Je boitille un peu pour m'éloigner, je sais que mon bobo ne durera pas mais en attendant que ça passe, être un monstre ne diminue pas la douleur pour autant. Je m'époussette un peu et continue mon chemin en prenant garde à ne pas poser trop fort mon pied au sol, avant de décider qu'une pause serait la bienvenue au bout d'une centaine de mètres d'efforts. Je m'approche d'une terrasse de café (oui, vive le printemps!) et m'assieds sur la chaise la plus proche, sans faire attention si la table est déjà occupée. De toute façon, je ne fais que souffler et attendre que mes orteils retrouvent une position normale dans ma chaussure.  

 
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Dim 16 Oct - 23:40

Evan était installé à la terrasse d'un café, à Manhattan. Devant lui sur la table se trouvaient, outre une tasse de café sur sa soucoupe, tout un tas de papiers tirés d'un calepin sur lequel il avait pris des notes pour un article. Ce n'était pas forcément quelque chose de palpitant, juste un sujet sur des dealers de drogue qui avaient une légère tendance à la violence. L'article en lui-même serait sans doute maigre, agrémenté de quelques interviews de témoins qui de toute façon n'avaient pratiquement rien vu et préféraient garder l'anonymat pour ne pas s'exposer à des représailles. Le journaliste était donc occupé à trier ses notes pour les organiser et pondre un article convenable. En théorie il aurait dû rentrer sans attendre au bureau pour tout taper sur son ordinateur, mais il avait préféré faire une pause pour souffler, et profiter du temps qui était plutôt clément. Le fond de l'air restait toutefois assez frais pour qu'il faille garder une veste sur le dos.
Le jeune homme était en train de griffonner sur son calepin, un pli réflexif barrant son front. Il eut une moue insatisfaite avant de barrer ce qu'il venait d'inscrire, de froisser la feuille et de l'arracher du calepin. Il la roula en boule et la posa sur la table, avant d'appeler un serveur au passage pour avoir un autre café. Il allait en avoir besoin, il avait le syndrome de la page blanche. Et au pire moment, puisqu'il devait rendre son article avant le soir pour qu'il puisse paraître le lendemain... Il lâcha un soupir contrarié, songeant qu'au moins il aurait une piste intéressante pour le dîner.

Evan était à nouveau en train de se débattre avec ses tournures de phrases lorsque quelqu'un prit place sur la chaise face à la sienne, à sa table. Tout naturellement, il leva la tête, surpris. Il n'attendait personne, et ce n'était même personne qu'il connaissait. Rien qu'une jeune femme brune qui grimaçait comme si quelque chose lui faisait mal. Fronçant les sourcils, il regarda autour de lui afin de voir s'il ne s'agissait pas d'une erreur. Mais non, il semblait bien qu'elle ne se soit pas trompée, et qu'elle ne cherchait personne en particulier. Bon...
Alors qu'il continuait à la regarder d'un air étonné, attendant peut-être des explications, il perçut une odeur qui lui était familière, tout en lui étant étrangère... Au fond de lui, son sang ne fit qu'un tour, son instinct s'imposant à son esprit avec la délicatesse d'une charge de rhinocéros. C'était une de ses semblables. Une skinwalker. Il ne s'était vraiment pas attendu à ça. Il n'avait encore que peu de contact avec les autres membres de son espèce, mais il aurait parié que celle-ci était membre d'une des meutes. Après tout, c'était le cas de pas mal de skins... Voyant qu'elle avait l'air décidée à rester là un moment, il s'éclaircit doucement la gorge avant de l'aborder.

« Excusez-moi... Quelque chose ne va pas ?

Le jeune homme pencha légèrement la tête sur le côté pour mieux la voir, notamment en ayant pas la vue bouchée par le rebord de la table. Elle avait vraiment l'air de quelqu'un qui venait de se faire mal et qui était plus ou moins au bout de sa résistance. Pourtant, à la voir ainsi, elle n'avait pas l'air blessée. Il haussa les sourcils en continuant à l'interroger du regard, jusqu'à ce que le serveur refasse son apparition pour emporter sa tasse vide et lui rapporter la nouvelle. Pris d'une subite inspiration, le journaliste retint l'homme le temps de proposer quelque chose à l'inconnue.

- Vous voulez boire quelque chose ? »

Lui qui d'ordinaire tâchait de garder ses distances avec les skins, par peur de se laisser submerger par son côté canin... voilà qu'il se montrait agréable et voulait même faire ami-ami. Peut-être parce qu'elle était la première représentante féminine de son espèce qu'il croisait ? Du moins d'aussi près... Ce qui pouvait peut-être expliquer qu'il n'était pas parti en courant et qu'il n'avait pas non plus tenté de filer en prenant la poudre d'escampette... Au lieu de ça, il attendait une réponse pour savoir s'il fallait commander quelque chose. Avec cette surprise inattendue, il pouvait au moins s'intéresser à autre chose que ce fichu article qui ne l'inspirait pas le moins du monde...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Lun 17 Oct - 13:08


 
 Une histoire de pieds

 Avec Evan Stark


J'en suis toujours à fustiger mentalement les ouvriers municipaux et mal dégrossis qui ont cochonné leur chantier et déclenché ma chute quand je décide de m'asseoir quelques instants à une table de café. J'ai besoin d'une pause. Mon pied me fait mal, au point d'en boiter. Je parierais sur un ou deux orteils abîmés, sans compter quelques bleus, mais rien de cassé, bénissons mes boots de combat. Néanmoins, cela fait un mal de chien ! Et je sais de quoi je parle. J'hésite à ôter ma chaussure pour vérifier les dégâts. En attendant, je me penche pour masser mon pied à travers la chaussure..

Je n'avais pas remarqué qu'il y a une autre personne assise à cet endroit et que j'ai un peu envahi son territoire en m'installant, jusqu'à ce qu'un homme me demande ce qui ne va pas... Oups ! Je relève la tête et commence par m'excuser sur un ton poli et gêné,

« Oh, je... Pardon... » Et c'est à ce moment que je remarque que la table est occupée par un porteur de peau. Pas un humain. Je me fige, alors que mes yeux rencontrent les siens et changent de couleur, pour laisser place à la bête qui me parasite le corps et l'âme. Mes poils se hérissent et j'ai du mal à retenir un grondement. Encore un ! Et pas de ma meute ! Mais il ne porte pas l'odeur des Greenwood non plus... J'ai eu l'occasion de me familiariser avec leur odeur lors de mon incarcération forcée... J'en grince toujours des dents d'ailleurs – quand je n'en fais pas des cauchemars... Qui est-il, et que fait-il là ? « Vous n'êtes pas un de ceux d'en face ?! » Dans ma voix, de l'étonnement, et de la colère pour m'être ainsi laissée surprendre. Mais cette hargne soudaine laisse rapidement place à la peur et à l'envie d'être ailleurs, loin de préférence. Je devrais m'éloigner, c'est plus sûr. Je ne veux pas faire de scandale. Ni recommencer la scène  du parc. Dan, où es-tu ? J'ai besoin de toi là ! Il y a un étranger en ville et il veut m'offrir à boire ! On fait quoi dans ces cas-là ? Moi je voulais simplement aller à la boucherie pour m'acheter de quoi manger !

J'ai le choix : soit je pars en boitant, et il peut m'attaquer dans le dos, vu ma démarche je suis une proie facile ; soit j'essaie de discuter et peut-être qu'il me laissera tranquille. S'il ne me kidnappe pas lui aussi... Pendant ce temps, le garçon de café attend. L'inconnu attend. Et moi je détourne les yeux et bafouille, d'une voix loin d'être aussi assurée que je ne l'aurais voulu,

« Euh... Je ... Un café. Noir et bien serré. » Je vais en avoir besoin. Le serveur parti, j'observe le skinwalker sans bouger, attendant que la douleur de mon pied passe pour pouvoir détaler à toute vitesse. Je connais le quartier, lui non. Enfin, je l'espère. Quoi qu'il pourrait sans doute me pister. Je ne peux pas rentrer chez moi sans le mener à ma tanière. Mauvais plan. Le mener au QG de la meute ? Dangereux. Bon sang, pourquoi la "télépathie avec les potes de meute" ne fait pas partie du pack monstruosité ?

Je finis par me jeter à l'eau, et relever mes yeux toujours de la couleur de la bête, en direction de l'inconnu, je lui demande sur un ton qui suinte le grondement de peur ; sous forme de chien, j'aurais sans doute la queue entre les pattes,

« Vous allez tenter de me mettre en cage, vous aussi ? » Autant savoir tout de suite ce qui m'attend. Si la réponse est positive, je lui balance la table dans les pattes et je file, boiterie ou pas boiterie... Si c'est non, il sera toujours temps de lui demander ce qu'il fiche là et pourquoi il veut m'offrir à boire. J'essaie de rester calme, mais il est clair que j'ai du mal à ne pas tourner les talons et fuir à toutes jambes.

 
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Mar 18 Oct - 22:34

Evan pencha la tête sur le côté, très légèrement, de façon presque canine lorsqu'elle s'adressa à lui. Elle avait l'air sur la défensive, lui faisant presque regretter de ne pas avoir simplement levé le camp en se rendant compte qu'il s'agissait d'une de ses semblables... Lui qui ne voulait pas fraterniser avec les siens pour ne pas se laisser aller à accepter ce qu'il était devenu... Dans tous les cas, il eut un premier temps d'incompréhension, restant sans répondre avec l'air de quelqu'un qui cherchait la réponse la plus pertinente à une question. Puis, il comprit. Il devait s'agir de ces histoires de meutes. Il y était étranger, et n'avait jamais voulu y mettre une patte.
Le journaliste ne dit toutefois rien avant que l'inconnue n'ait fini par commander quelque chose à boire au serveur qui prenait son mal en patience à côté de la table. Elle avait toujours l'air d'hésiter à partir en courant, et son attitude avait de quoi faire vibrer des cordes dans la partie canine de l'esprit du jeune homme. Cette part de lui-même qui aurait voulu agir à l'hostilité par une réaction défensive... Bref, ça aurait été de la surenchère. Mais ils n'étaient pas des bêtes. Ou pas que... Prenant une inspiration, il tapota le bord de son calepin avec son stylo tout en répondant.

« Je suis du genre à faire... cavalier seul, dirons-nous. Je n'ai pas de meute.

Il préféra ne pas parler de Jerry. Celui-ci faisait partie des personnages les plus détestables qui soient, et c'était sans doute sa volonté de s'éloigner de lui et de pouvoir s'en débarrasser qui poussait Evan à trouver d'autres skinwalkers. S'il voulait garder toute sa tête, il avait besoin de contacts avec ceux de son espèce. Le monde était plutôt mal fait... En tout cas, la question suivante le laissa pantois, avec une lueur de franche incompréhension dans le regard. C'était quoi, cette histoire de se faire mettre en cage ? Il n'avait aucune idée des affaires que les meutes pouvaient faire entre elles, mais cela lui semblait clairement sordide. Du moins, pour le chapitre enfermement dans une cage. L'histoire lui paraissait sordide, mais il n'était pas certain de vouloir la questionner à ce sujet. Il se contenta donc de secouer la tête en signe de dénégation.

- Je ne sais pas de quoi vous parlez... Et je crois que je n'ai pas envie de le savoir. Je ne vais rien tenter du tout. Mis à part vous offrir un café, bien sûr. Je m'appelle Evan. Evan Stark, journaliste.

Evan mit un semblant d'ordre dans les papiers froissés qui traînaient devant lui. Le serveur fut bientôt de retour avec leurs cafés, en profitant aimablement pour récupérer les brouillons encombrants du journaliste. C'était dans ce genre de moments, alors qu'il regardait l'homme repartir avec son plateau et ses affaires à jeter, que le skinwalker avait encore l'impression d'être normal. Du moins, tant qu'il faisait abstraction de tout ce que ses sens développés lui apprenaient sans même qu'il cherche consciemment à le faire. Il entreprit d'ouvrir son sachet de sucre pour l'ajouter à son café, avant de tourner le mélange à la cuiller pour éviter que tous les grains ne finissent au fond en formant une pâte qui croyait sous la dent.
Dans un premier temps, il ne dit rien, se contentant d'observer celle qui lui faisait face. Il ne savait pas si cette étrange envie de le fuir allait lui passer. Lui-même ne comprenait même pas pourquoi il n'avait pas cherché à l'éviter. Elle était bien la première de leur espèce à qui il offrait un café. Il porta la tasse à ses lèvres et but une petite gorgée, manquant de se brûler la langue. Le breuvage était bouillant, tout juste sorti du percolateur.

- Mauvaise journée ? »

C'était du moins ce que tout cela lui inspirait. Et discuter avec elle lui permettait de mettre de côté ses propres soucis concernant son article à qui il n'arrivait pas à donner forme. Presque malgré lui, il se demandait à quoi ressemblait l'inconnue sous sa forme canine. C'était comme si son instinct prenait le dessus pour l'inciter à côtoyer ses semblables, et que cette fois-ci il ne pouvait pas lutter. Alors tant qu'à faire... autant essayer d'en prendre son parti.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Lun 24 Oct - 13:30



Une histoire de pieds

Avec Evan Stark


Plus de 8 millions d'habitants, et il faut que je tombe sur Skinwalker au moment où je me pète les orteils... Dieu s'il existe (et si c'est le cas, c'est vraiment un sale con!), ou le Destin a vraiment un humour de merde ! Je n'ai aucune idée de la façon de procéder face à des étrangers, et qui n'appartiennent pas à une meute, de surcroît. Il est le premier que je rencontre à être dans ce cas. Enfin, à part peut-être pour celui qui m'a mordu... Je n'en saurai jamais rien, je suppose.

Ma première réaction, après la surprise, est l'agressivité. Je n'en peux rien, ma bête a pris le dessus en comprenant la nature de celui qui est assis en face de moi, avant que j'ai eu le temps de réagir et de m'enfuir... Il n'a pas l'air spécialement à l'aise, mais l'est certainement plus que moi. Pas difficile, ceci dit. J'ose à peine le quitter des yeux, et lui propose de m'offrir à boire ! Je pense pouvoir le croire quand il m'annonce ne pas vouloir m'enfermer... Enfin, je l'espère ! Il se présente, et ça non plus n'est pas dans les coutumes de ceux d'en face. Après un léger temps de pause, je hoche la tête et lui réponds d'une voix pas entièrement rassurée,

« Heather. Oakes. Employée à la fourrière. » C'est étrange d'avoir une discussion presque normale avec un inconnu. Cela ne m'est plus arrivé depuis que j'ai été transformée en monstre. Pour peu, je pourrais presque croire que je suis redevenue humaine. Presque. Si ce n'était de cette bête qui me poussait à chasser l'intrus si proche de ma tanière... Ou à y retourner la queue entre les jambes.

Le serveur revient avec nos commandes, avant de repartir aussi vite qu'il n'est apparu. Je regarde Evan faire place nette et ensuite se servir, comme si de rien n'était. C'est seulement une fois qu'il a terminé sa préparation que je me rends compte que moi aussi, j'ai une boisson. Seulement, il faut que j'approche ma main du journaliste pour attraper la tasse. Et je l'imagine déjà saisir ma main et me tirer à lui pour ensuite me kidnapper... Oui, j'ai une imagination débordante, je sais. Et j'ai sans doute regardé un film policier ou deux en trop... Néanmoins, c'est un effort de prendre la tasse pour en goûter une gorgée. Le fait qu'il reste calme et ne fait pas de geste déplacé aide beaucoup. Je réchauffe mes mains sur la tasse brûlante, sans oser boire, de peur de le perdre de vue.

Le silence commence à se faire sentir, mais je ne sais pas quoi ajouter. C'est encore Evan qui prend la main et me demande comment s'est passée ma journée. Cela fait tellement étrange de discuter normalement. J'en oublierait presque mon pied. Si cette envie de fuir n'était pas continuellement présente dans un coin de mon crâne.

« Je... Excusez-moi. J'ai toujours du mal à... m'adapter... Et j'ai fait quelques mauvaises expériences récemment. Vous êtes le premier porteur de peau que je rencontre qui ne fasse pas partie d'une meute. La solitude ne vous pèse pas trop ? » Ce que je voulais lui demander, c'est surtout comment il fait pour rester sain d'esprit sans conseils et guidance de la part d'un alpha. Je sais que sans Lys, Daniel et les autres, j'aurais déjà craqué et tué plusieurs personnes... Et le savoir me fait craindre et détester ce que je suis devenue.

« Je suis désolée si ma question est déplacée... Et merci pour le café. »

Cela faisait une éternité que quelqu'un d'étranger ne m'avait pas offert un verre. Pourtant autrefois sortir ne me déplaisait pas.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Mar 25 Oct - 11:37

Evan tâchait toujours de se montrer avenant et pacifique, face aux réticences de l'inconnue. Au moins, cela semblait porter ses fruits. Même s'il aurait été incapable de dire si elle allait totalement se détendre à un moment ou à un autre, au moins s'était-elle présentée. Il but une nouvelle gorgée de café, sentant nettement le trajet que le breuvage brûlant faisait jusqu'à son estomac. Bon, s'il continuait à enfiler les tasses comme il avait commencé à le faire, il allait devoir aussi se trouver quelque chose à manger. Il reposa sa tasse sur la soucoupe alors que Heather s'enhardissait à lui demander comment il s'y prenait pour supporter la solitude, puisqu'il ne faisait pas partie d'une meute. Avant de répondre, le journaliste fixa un instant la surface noire et lisse de son café, comme s'il pouvait y lire des réponses. Après quoi, il prit une inspiration et reporta le faisceau de son regard bleu sur celle qui lui faisait face.

« Disons que j'ai... De la compagnie d'un autre skin. J'ai beau le détester, c'est le seul moyen que lui et moi ayons pour rester sains d'esprits. Encore que, dans son cas... C'est lui qui m'a transformé, vous voyez le tableau. Et depuis, il adore me tourmenter.

Sa phrase s'était achevée dans ce qui pouvait faire penser à un grognement. Sa rancoeur était presque palpable, tangible. Pour le moment, il n'avait pas trouvé de solution à cette situation qui durait depuis trop longtemps déjà. Bien sûr, il aurait pu renoncer à son obstination et rejoindre une meute, et ainsi se débarrasser de Jerry... Sauf qu'il lui semblait inconcevable qu'un autre lui dicte sa conduite, quoi manger ou pas... Au moins, avec tous les inconvénients que sa situation pouvait présenter, il pouvait au moins s'employer à débarrasser un peu le monde des ordures qui la peuplaient. C'était d'un certain réconfort. Ou sinon, il aurait simplement dû se mettre à manger des cœurs d'animaux... Si ce n'est que quitte à prendre un cœur, il aimait autant ne pas s'en prendre à des animaux innocents. Bref, toujours ce même débat stérile qui faisait rage dans sa propre tête.
Restait qu'Evan n'était toujours pas résolu à accepter pleinement ce qu'il était. Il ressentait toujours cet étrange mélange d'euphorie et de dégoût. D'un autre côté, il avait du mal à se passer de ses transformations. Il ne savait même plus vraiment où il en était, mais il restait certain d'une chose : s'il existait un quelconque moyen de redevenir un simple humain, il saisirait l'occasion sans hésiter. Tout en prenant le soin de rester vague dans ce qu'il disait, en raison des oreilles humaines qui se trouvaient autour d'eux, il poursuivit dans la même veine.

- Je n'arrive pas à épouser cette condition. J'ai l'impression d'être une espèce de... bombe à retardement. Même si pour le moment je me contrôle, je me dis qu'un jour peut-être ce ne sera plus le cas. Mais je suppose qu'on n'a aucun moyen de redevenir comme avant, n'est-ce pas ?

Ce n'était pas faute d'avoir cherché. Dans un premier temps, Jerry lui avait assuré que c'était impossible. Et en riant, il avait ajouté que personne de sain d'esprit ne voudrait renoncer à tout ce que la condition de skinwalker pouvait apporter. Bien entendu, le jeune homme ne l'avait pas cru. Restait que pour l'heure, il n'avait jamais trouvé la moindre piste qui prouvait qu'il était possible de redevenir comme avant. Un peu comme pour la plupart des créatures qui étaient autrefois humaines... Certaines bénéficiaient d'une petite porte de sortie, une maigre chance, un peu comme les vampires... Mais pour les autres, la chose semblait irrémédiable. Evan joua distraitement avec le stylo posé près de lui, avant de boire une nouvelle gorgée de café. Il était parfaitement calme lorsqu'il reprit la parole.

- Vous vous y êtes faite, vous ? »

Etrangement, il sentait que ce n'était pas le cas. Comme si l'attitude d'Heather parlait d'elle-même. Sans oublier les mauvaises expériences qu'elle avait mentionnées... et que par politesse et pudeur, il n'avait pas relevées. D'un côté, ce serait bon de parler à quelqu'un d'autre qui n'embrassait pas pleinement et entièrement cette condition. Son tourmenteur, lui, se complaisait là dedans plus que de raison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Dim 30 Oct - 7:58



Une histoire de pieds

Avec Evan Stark


Evan essaie de me mettre à l'aise, je le sais. C'est plus difficile à faire qu'à dire, étant donné que je ne suis plus à l'aise même quand je suis seule… Alors que dire quand je suis en présence d'un skin étranger ! Je profite de la chaleur de la tasse de café pour me concentrer sur autre chose que le regard de l'inconnu. Je risque de me brûler les paumes, mais de toute façon, je guérirai bien assez vite… Rien que d'y penser j'ai de la bile qui remonte…

Ne sachant pas trop quoi dire, je lui demande comment il fait pour vivre sans meute. Cela doit être effrayant et dangereux et en même temps, ça doit faire du bien d'être libre… Je sais que dans mon cas, je suis loin d'être prête à faire ce grand saut. Je tuerais quelqu'un, ou même plusieurs quelqu'uns. J'ai peur de le vexer quand je le vois contempler sa tasse comme pour y lire l'avenir. Il m'avoue ne pas être entièrement seul, mais accompagné de celui qui l'a transformé… Ah. Son grognement quand il parle de son créateur me rend encore plus nerveuse qu'avant. J'ai posé une mauvaise question apparemment. Oserait-il attaquer, malgré la présence d'humains autour de nous ? Je me prépare à fuir, au cas où, ramenant mes pieds sous moi malgré la douleur… Dois-je m'excuser ? Ou changer de sujet ? Quoi qu'il en soi, je suis très mal à l'aise. Je préfère donc me taire, et contempler ma tasse de café. Jusqu'à ce qu'il me demande si je connais un remède à notre « condition ». Je hoche la tête en signe de commisération, j'ai moi aussi le même sentiment.

« Je n'en connais pas. Et ceux de la meute non plus. Même si je ne suis pas certaine qu'ils en voudraient si on le leur proposait... Et je ne suis pas convaincue qu'ils aient beaucoup cherché. » Je lève les yeux vers lui, osant pour la première fois croiser son regard.  « Je pensais être la seule à vouloir redevenir... comme avant…»  Je baisse à nouveau les yeux, réfléchissant à ce que je peux dire à un étranger.

« Ma meute, nous mangeons uniquement de la viande du supermarché. Ils pensent que cela suffit pour prouver que nous ne sommes pas des monstres. Dan… Il essaie de m'aider à accepter, vraiment. Mais il ne comprend pas complètement que je ne veux pas du cadeau empoisonné qu'on m'a fait. Si ça n'était pas pour eux, je pense que j'aurais déjà provoqué plus d'un carnage. Et ça me fait peur… Une bombe à retardement, je pense que vous avez trouvé le mot juste. »

Je lâche un soupir et bois une gorgée de café chaud, avant de continuer,

« Cela fait huit mois que j'ai été mordue. Pas par ma meute, par un autre, mais ils m'ont recueillie et adoptée. Malgré tout, je n'arrive toujours pas à comprendre comment on peut accepter de vouloir manger son voisin de pallier… Même si cela reste à l'état de fantasme… Je donnerais n'importe quoi pour redevenir humaine. »  

Ca fait du bien de savoir que je ne suis pas seule à regretter… J'en arriverais presque à me détendre...

« Vous êtes journaliste pour enquêter sur un moyen de guérir, ou bien c'était votre métier avant ? »

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Dim 30 Oct - 18:30

Evan ne fut pas surpris que la jeune femme ne connaisse rien qui puisse remédier à leur état. Cela ne l'empêcha pas de ressentir une pointe de déception. Il laissa échapper un petit soupir avant de boire une gorgée de café. Même si c'était prévisible... Enfin bref, cela aurait été trop beau. Il n'avait pas abandonné toute volonté de mener des recherches, mais il avait l'intime conviction que cela ne mènerait jamais à rien. La seule chose qui pouvait délivrer un skinwalker de sa condition, apparemment... c'était la mort, qu'on obtenait en le blessant mortellement avec de l'argent. Triste option. Il aimait autant rester encore en vie. La vie était pleine de possibilités, là où la mort n'en offrait aucune. Il écouta sans mot dire le point de vue de Heather sur leur condition, finissant par hocher la tête d'un air pensif.

« Je ne dis pas que ça n'a pas un certain... charme, par moments. Mais ça ne change rien au fait que ça puisse s'apparenter à une malédiction que l'on n'a pas cherchée.

Pour un peu, on aurait pu se croire dans un de ces contes pour enfants. Quoique, à la réflexion, cela s'approchait davantage de la version d'origine, plus sombre, telle qu'elle avait été écrite par les auteurs des siècles auparavant... Le journaliste joua du bout des doigts avec son stylo, apprenant dans le même temps que son interlocutrice faisait partie de ces skinwalkers qui ne consommaient pas de cœurs humains. Il était au courant de cela, bien sûr. De cette meute dite pacifiste. À coup sûr, cela devait leur éviter de se retrouver avec des chasseurs sur le dos. Lui-même ne se voyait toutefois pas adopter cette façon de faire et de vivre.

- Si vous réussissez à vous contenter de ça... mes respects. Pour ma part, je trouve que c'est un peu se limiter quand on sait de quelles ordures on peut débarrasser la face du monde. C'est ça que je chasse.

Sur cette dernière phrase, Evan avait légèrement baissé le ton. Il savait que de toute façon, il serait entendu par son interlocutrice à l'ouïe fine. Certes, il avait bien conscience que les cœurs d'animaux étaient achetés dans le commerce, et qu'on ne tuait donc pas ces bêtes exprès pour ça. Encore que, cela devait se faire, ailleurs... Mais il trouvait mieux d'employer cette contrainte dont dépendait sa survie à rendre le monde un peu meilleur. Au moins, il pouvait compenser le fait d'avoir été changé en monstre. Il tâchait de ne pas apporter trop de mal au monde, et de l'améliorer à sa façon. Sa position était discutable, sans le moindre doute... mais c'était important pour lui.
Heather lui demanda alors s'il était journaliste depuis le départ ou s'il avait choisi ce moyen pour trouver un remède ou une piste quelconque. Le hasard était plutôt bien tombé, puisqu'il faisait auparavant un métier qui lui offrait un certain nombre d'avantages dans sa situation. Il eut un petit sourire.

- J'ai toujours été journaliste. Mais j'avoue que ça a de gros avantages, surtout lorsque je veux trouver une bonne piste. Ou si je cherche quelque chose comme un remède. En vain, jusqu'à présent, et ça fait déjà plusieurs années que j'ai été mordu.

Machinalement, le jeune homme s'était mis à griffonner quelque chose sur son calepin. Un petit dessin qu'une partie de son esprit continuait alors que l'autre menait la conversation. Il n'était pas trop mauvais, niveau dessin, et assez rapidement on vit apparaître un petit chien esquissé qui courait derrière une balle. Dessiner aidait le journaliste à fixer ses pensées, à ne pas perdre le fil. Plus jeune déjà, il remplissait les marges de ses cahiers de tout et n'importe quoi, ce qui l'avait toujours aidé à suivre durant les cours, aussi étrange que cela puisse paraître. Finalement, il fixa à nouveau Heather, hésitant à poser une question. Au bout du compte, il se lança tout de même.

- Qu'est-ce que ça fait, de côtoyer une meute ? Ca... vous change ? »

Evan préférait éviter d'utiliser des termes qui auraient pu interpeller une oreille indiscrète. Au moins, il avait sous la main quelqu'un qui pouvait témoigner, et qui ne faisait pas preuve d'agressivité à son égard. Mieux, c'était quelqu'un qui comme lui avait des réticences à accepter cette identité qui était la leur. Alors c'était un bon moyen d'en apprendre plus et de se renseigner. Sa curiosité, malgré sa réserve, était somme toute légitime.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Mar 1 Nov - 15:07



Une histoire de pieds

Avec Evan Stark


Je peux voir qu'il n'est pas plus réjoui que moi à l'idée de passer le reste de ses jours en homme-chien. Quoi qu'il en soit, il est certainement plus proche de l'acceptation que moi. Un charme ?! Quel charme ?! Oh, oui oublier les tracas d'un moment lors d'une course avec les autres de la meute, c'est fort agréable… tout en sachant que si je laisse ma bête jouer trop longtemps, je pourrais perdre le contrôle et attaquer quelqu'un… Bien brèves minutes de plaisir que ces courses ! Je lui adresse un sourire un peu amer quand il parle de malédiction. Oui, il a raison sur ce point, sauf que l'on peut généralement se défaire d'une malédiction, en partant à la recherche du sorcier pour lancer un contre-sort. Dans notre cas… Je ne compte pas chercher mon créateur, et si c'est pour me retrouver tourmentée comme l'est Evan par le sien, non merci ! Il doit y avoir d'autres moyens… simplement personne n'a été assez têtu et patient pour les trouver, c'est tout. Et même si j'apprécie beaucoup la meute, je préférerais grandement ne les avoir jamais rencontrés.

Apparemment, mon vis à vis n'est pas un « végétarien », lui. Même s'il se contente de criminels, il n'en reste pas moins un tueur. Et puis, comment être sûr que la personne est bel et bien une ordure ?! Et surtout,

« Je m'en contente… parce que si je décide de faire comme vous, serais-je capable de m'arrêter ? Je n'ai pas envie de devenir une machine à tuer... » Ma faim et ma soif de sang sont si grandes, comment pourrais-je un jour apprendre à vivre avec ? Un écart, un seul, et je deviendrais vraiment un monstre. Je frissonne malgré la température presque clémente.

Je m'enhardis à lui demander s'il a été journaliste par choix ou suite à sa morsure… Journaliste, ça doit être pratique pour chercher des infos… Sauf qu'apparemment, c'est inutile. Je soupire avant de boire une gorgée de ma tasse pour faire passer le goût amer de la défaite. Plusieurs années. Et lui, il cherche vraiment... Non, vraiment, le café n'est pas assez noir pour noyer le goût du regret.

Il dessine sur sa page de notes, un chien, bien sûr… J'ai l'impression que mon existence entière tourne autour des canidés. Autant j'aimais cela autrefois, autant je déteste cette idée aujourd'hui. Si seulement les bons génies existaient, comme dans la légende d'Aladin…  

L'esprit d'Evan semble avoir changé de direction, quand il me demande ce que ça fait d'appartenir à une meute. Logique qu'il me le demande, je lui ai bien demandé si vivre seul n'était pas trop lourd…

Je réfléchis un instant sur la meilleure façon de mettre des mots sur une série de sensations et de sentiments. Parler n'est pas mon point fort, et ne l'a jamais été, je suis beaucoup plus douée au tir de précision, par exemple… L'action avant la discussion.

« Côtoyer une meute… C'est… Un peu comme d'appartenir à une famille. Avec ses contraintes et ses bons moments. Le problème, c'est que tant que tu n'es pas le chef, tu n'es jamais complètement libre de tes mouvements… Enfin, je suppose que Lys non plus ne choisit pas toujours ce qu'elle peut faire ou non… C'est agréable de savoir qu'on a toujours quelqu'un sur qui compter, une oreille attentive en cas de souci, mais… J'ai toujours été très solitaire. Et avoir besoin des autres... Je déteste cette sensation. Et je sais que j'ai encore besoin d'un chaperon, si je veux éviter les dérapages. Ma bête aime le contact, elle. » La dernière phrase dégoulinait d'amertume.

Et le problème vient aussi du fait que quand on appartient à une famille… la famille rivale vous en veut… Un peu comme dans la série Dallas… Et on se retrouve embobiné dans des conflits qui datent de l'avant guerre et dont on ne connaît rien.  

J'observe le dessin d'Evan, un chien qui joue. Je me demande si son chien à lui est joueur ou bien si c'est juste un rêve… Un moment de paix dans une vie somme toute assez horrible. Je vide ma tasse. J'aurais dû commander un Irish coffee au lieu d'un simple café, ça aurait mieux fait passer la pilule. Je devrai m'en aller, je sais qu'il peut être dangereux de côtoyer d'autres skinwalkers, j'en ai fait l'expérience. Mais d'un autre côté, il est le premier et le seul que j'ai croisé qui ne se complaît pas dans sa situation de bête, et cela compte aussi. J'hésite un peu, avant de faire un signe au serveur et de demander à Evan,

« Vous m'avez offert un café. Puis-je vous rendre la pareille ? »
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan] Jeu 3 Nov - 23:35

Apparemment, Heather était effrayée à l'idée de consommer des cœurs humains et de sombrer dans l'addiction. Evan ne dit rien, constatant simplement avec dépit que sa tasse de café était vide. C'était déjà la deuxième qu'il avalait, mais il était dans une de ces phases où il aurait pu continuer à en boire jusqu'à plus soif. Parfois, quand la fatigue le frappait vraiment, c'était ce qui l'aidait à tenir s'il avait un article à finir. Et en cas de trouble où il avait besoin d'avoir l'esprit vif et éveillé, il procédait de même. Il posa son regard bleu sur la jeune femme qui lui faisait face. D'une voix calme et neutre, il déclara la simple vérité :

« À vrai dire, tant que je garde cette ligne de conduite en tête, j'arrive à ne pas perdre le contrôle.

Le journaliste ne pouvait pas lui dire plus que cela. Il savait simplement que pour lui, cela marchait. Alors oui, la traque, la mise à mort et le festin qui s'ensuivait le plongeaient dans une douce euphorie... Mais il n'avait encore jamais perdu pied. Il pouvait faire la différence entre ses proies et des innocents, même lorsque le chien-loup prenait le dessus. C'était le plus important, et il s'y accrochait avec une telle intensité que c'était certainement gravé dans son cerveau, que la part humaine ou la part canine y règne.
Il écouta son récit de son expérience de la vie en meute avec un intérêt non feint. D'un côté, sa part canine était irrésistiblement attirée par ses semblables, même si lui freinait des quatre fers pour ne pas avoir à les côtoyer. C'était naturel pour ceux de son espèce de vouloir vivre ensemble, se rapprocher les uns des autres. Lutter contre ces penchants n'était pas toujours facile, loin de là. Et pourtant, il s'acharnait. Avec un petit soupir, il s'expliqua.

- Bizarrement, je n'ai pas envie de m'attacher à une meute. J'ai peur que cela ne lève les inhibitions que je peux avoir, et que je finisse par ne plus avoir de réticences à accepter ma nature. D'un autre côté, je sais que ça ne sert à rien de s'acharner à résister. On dirait bien que c'est un état ferme et définitif, non ?

Le jeune homme avait clairement annoncé être un solitaire lorsque cette discussion avait débuté. Il confirmait une fois de plus cet état de fait. Parfois, il se faisait l'effet d'un gamin au bord du grand plongeoir à la piscine, à vouloir tenter le grand saut pour savoir ce que cela faisait, si c'était si terrible ou pas... tout en redoutant les conséquences d'un tel geste. Il aurait sans doute pu tâcher de prendre contact avec une meute, voir ce que cela avait à lui offrir... mais non. Il avait trop peur de s'y plaire et de basculer pour de bon. Il luttait bec et ongles depuis des années, mais la tentation restait forte. C'était une sorte de défi de chaque instant. Et la présence récurrente de Jerry à ses côtés ne faisait que le renforcer dans ce sens. Il pourrait se débarrasser de lui... mais à quel prix ? C'était un débat sans fin, sans aucune vraie réponse.
Heather lui proposa alors un café, et Evan se redressa légèrement. D'aucuns auraient pu dire que cela n'était pas sans rappeler la réaction d'un chien à qui on servait le mot magique « biscuit » ou « promener ». Le café, c'était sa came en cet instant. Pas étonnant que cela lui fasse cet effet. Il eut un petit sourire en coin avant d'acquiescer, faisant mine de refuser bien que brièvement.

- Je ne veux pas abuser de votre générosité, mais si c'est si gentiment proposé...

Le journaliste évita à la jeune femme toute mention qui aurait pu être mal interprétée, du genre « je ne vais pas laisser une femme payer pour moi » ou quelque chose dans ce goût là. Cela se serait voulu galant et poli, mais aurait pu être interprété comme machiste. Il aimait autant éviter. Déjà qu'établir le contact n'avait pas été de tout repos, il n'allait pas ruiner ses chances sur une simple bêtise. Lorsque le serveur fit son apparition, le jeune homme commanda à nouveau le même café, songeant que son sang finirait par virer au noir à ce rythme. En attendant que l'homme revienne avec leur commande, il prit une inspiration en se calant contre le dossier de sa chaise.

- Je ne sais pas comment ça m'est venu, de parler de tout ça. Je crois que vous êtes la première personne à qui j'en parle. »

À vrai dire, Evan avait peut-être une petite idée sur la question. Heather était la première skinwalker qu'il croisait, et qui de plus lui ressemblait sur bien des points. Elle avait du mal à trouver ses marques, elle refusait son état... Elle était visiblement plus jeune que lui dans sa vie de créature, mais ces similitudes avaient de quoi stimuler le contact et permettre de tisser des liens. En tout cas, l'atmosphère s'était nettement détendue, et c'était une bonne chose.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan]

Revenir en haut Aller en bas
 

[Abandoné] Une histoire de pieds [ft. Evan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une histoire d'horreur ?
» Chaque biographie est une histoire universelle.
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Rps-