Partagez | .
 

 [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Sam 15 Avr - 8:31



Parfois la meute ça a du


bon

Avec Daniel Richmond


Comment en suis arrivée là ? Une série de mauvaises journées accompagnées de mauvaises décisions, je suppose. Toujours est-il que je n'en peux plus. J'ai essayé, ça personne ne peut dire le contraire. Cela fait plusieurs mois que je suis une skinwalker maintenant. Que j'ai faim, en permanence ou presque. Que chaque fois que j'entre dans une pièce, j'ai envie de sauter à la gorge des gens présents et de leur arracher le coeur pour combler le vide éternel de mon estomac. Je commence à me faire au fait que mes oreilles et mon nez sont plus sensibles qu'avant. Ce qui ne change pas le fait que les humains puent et sont bien trop bruyants pour que j'aime me balader en rue, spécialement dans les grandes artères de New-York. Je me change en chien et je travaille dans une fourrière. Un peu ironique, et bien plus désespérant en fait. Je sais ce qui se passe dans l'arrière cour. J'ai peur en permanence. Qu'on découvre mon secret, que je me fasse capturer par mes collègues, que la meute rivale ne me trouve à nouveau, ou encore de l'ambiance de plus en plus tendue des rues de New-York. De ces attaques de chiens enragés, et de la peur que cela engendre au niveau de la population. Si cela continue, plus personne ne voudra de chien chez lui et les au lieu de mettre des chiens à l'adoption, mes collègues recevront l'ordre du maire de tous les euthanasier... Déjà qu'il se plaint du coût du nettoyage des trottoirs et de nos services...

Bien sûr, je sais ne pas être la seule dans le cas, Daniel ici présent est lui aussi un skinwalker, et a les mêmes raisons que moi de s'inquiéter. Mais il est en accord avec sa nature de monstre. Presque, puisqu'il ne tue pas d'humains. Parfois je me demande si ce n'est pas simplement par amour pour Rafaela qu'il tient son code de conduite.

Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, je suis trop fatiguée pour me taire. C'est ça ou bien je vais me jeter d'un pont le plus rapidement possible. Dommage que tous les ponts de New York soient entourés de barrières pour empêcher les suicides. Si cela marche seulement... Je lui largue ma bombe, non, je ne sais pas comment faire pour continuer, et la situation est pire que ce qu'il n'en savait.

Je soupire, pour évacuer la tension et la fatigue. Je suis à bout. Je l'écoute, les yeux baissés. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit si facile. Il affirme que je peux changer de travail si je le veux. Que je peux m'éloigner de la meute, si je le veux. Je relève les yeux, étonnée, à cette dernière affirmation. Ca, je ne m'y attendais pas du tout. Comment dois-je réagir ?! Je suis comme un chien qui a trop longtemps tiré sur sa laisse et qu'on lâche d'un coup. J'ai l'impression de me retrouver le nez sur le trottoir, étonnée de tant de liberté. C'en est presque effrayant.

« Je... » Qu'est-ce que je veux vraiment ? Oui, la vie en meute me pèse, pas assez de vie privée, et toujours la peur de faire un faux pas. Mais d'un autre côté, je sais qu'il y aura toujours quelqu'un pour m'empêcher de déraper si je débloque vraiment. Les idées se bousculent dans ma tête et je ne parviens pas à les mettre en ordre ni à les rendre cohérentes. Je peux changer de job, et tout quitter. Ou presque. Je sais qu'il ne m'abandonnera pas, quel que soit mon choix. Ce n'est pas son genre. « Merci. » Nul ne pourrait douter de la sincérité de ce dernier mot.

Il va me falloir un peu de temps pour décider de ce que je veux faire. Maintenant que je sais que j'ai le choix. Je lui souris faiblement quand il me propose de m'allonger à l'arrière, « Oui, j'ai besoin de repos, je crois. » Peut-être que quand je serai moins fatiguée je pourrai mieux décider de mon avenir. Qu'est-ce que je veux faire ? Excellente question. J'ouvre la porte arrière de la voiture et me glisse à l'intérieur, avant de me coucher sur la banquette. Ce serait plus pratique sous forme de chien, mais je ne me transforme que par nécessité. J'ai besoin de réfléchir, et la bête n'est pas la meilleure forme pour cela.  

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 31 ans
Métier : Flair Bartender
Situation : Célibataire
Localisation : New-York
Feat. : Garrett Hedlund
Copyright : UC
Je suis aussi : Kirk Talbot
Date d'inscription : 03/05/2016
Messages : 34

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Lun 17 Avr - 11:06

Parfois, la meute ça a du bon
Elle semble un peu perdue quand je lui annonce qu’elle peut prendre un peu de distance avec la meute. C’est vrai que ça peut sembler étrange quand on voit comment Rafaella et moi insistons sur l’importance de la meute. Oui, c’est important, très important même pour la santé mentale d’un skinwalker, mais si elle le vit aussi mal, peut-être qu’y aller par étape serait mieux. D’abord la faire venir de temps en temps au QG, pour des petites fêtes, ou pour des « réunions » importantes, tout en allant la voir personnellement. Elle est devenue une amie, plus qu’un autre skin de la meute, et même si elle prend un peu ses distances, jamais je la laisserais seule et livrée à elle-même, pas quand elle est si jeune dans sa peau de skin. Ensuite, peut-être lui proposer de courir avec nous ou seulement moi sous sa forme de chien…En bref, l’habituer doucement à sa vie, la rassurer sur ce qu’elle est, ce qu’elle n’est pas, lui faire voir qu’il y a des alternatives. J’en suis l’exemple parfait : je déteste l’idée que l’on doive tuer des humains pour se nourrir et pourtant je me fais très bien à la vie de Skin grâce à Rafaella. Alors pourquoi ne le pourrait-elle pas ? Avec le temps, je suis certain que ça ira mieux.

"C’est normal."

C’est avec un sourire attendri que je la regarde s’installer, une idée me venant finalement. Je laisse la portière ouverte mais passe par le coffre rapidement pour prendre une couverture qui traine là et enlève ma veste en jean que je plie soigneusement. Je reviens vers elle et lui tend le coussin de fortune qu’est devenu ma veste et pose la couverture sur elle.

"Désolé, la couverture est pas de première fraîcheur, mais elle a le mérite d’être là !"

Après, elle sent peut-être un peu le renfermé et les divers matériaux que l’on retrouve dans un coffre de voiture, mais elle ne sent pas mauvais à proprement parlé. C’est sûr que ça sent pas la rose, mais on a connu pire, surtout avec notre odorat surdéveloppé ! Je finis par refermer la portière, et m’installe place conducteur.

La route qui nous sépare du QG n’est pas très longue, mais le réflexe de mettre de la musique est plus fort que moi et je baisse la musique de façon à ce qu’elle gêne le moins possible Heather à l’arrière, ce qui veut dire que même si la police m’obligeait à m’arrêter, il n’entendrait probablement rien ou presque de la musique. Je ne peux m’empêcher de fredonner les paroles qui s’échappent de la radio, ma voix grave couvrant plus le bruit ambiant que la musique ne peut le faire.

Finalement, nous arrivons au QG et je coupe le moteur, allant ouvrir la portière arrière la plus porche de sa tête et passe une main dans ses cheveux. Peut-être allais-je trop loin, je doute qu’elle se retienne de me le dire si besoin était. Oui, j’étais son supérieur, mais j’ai toujours respecté les volontés des membres de la meute en termes d’espace personnel.

"Hey Sleepyhead. On est arrivé." Je la laisse faire pour sortir de la voiture et aller à l’intérieur, je prends les courses pendant ce temps et la rejoins ensuite "Tout le monde ! C’est burgers ce soir ! Y aura du piment dedans alors que ceux qui n’en veulent pas dedans parlent maintenant ou se taisent à jamais !"

Quelques cris de « moi ! » me parviennent et j’en compte quatre, ce qui, au final, est moins que ce à quoi je m’attendais. Je fais signe à Heather de me suivre dans la cuisine et lui tend un couteau.

"Ca te dérange de m’aider un peu pour tout préparer ? Si tu pouvais couper les patates pour les frites pendant que je m’occupe de la viande hâchée…"

Suite à cela, je sors la dite viande, les aromates, et relève mes manches avant d’enfiler mon tablier bien connu « Kiss the cook ». Personne n’a jamais voulu, une vraie arnaque ce tablier. Enfin, c’était plus une blague dans la meute qu’autre chose.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t234-daniel-l-richmond-who-let-the-dog-out#1465 http://solemnhour.forumactif.org/t317-journal-de-bord-de-daniel-l-richmond#2136
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Lun 15 Mai - 12:03



Parfois la meute ça a du


bon

Avec Daniel Richmond


Rassurée par l'affirmation de Dan que je ne serais pas forcée de vivre en complète dépendance de la meute si ce n'est pas ce que je veux, et fatiguée par la journée plus que stressante que j'ai vécue, la banquette arrière me semble particulièrement attirante. Je ne m'étais pas rendue compte à quel point je suis à bout de nerfs. Bien sûr, je le suis, depuis que j'ai été mordue par ce chien errant il y a plusieurs mois, mais je n'avais pas noté l'accumulation de stress. Seulement maintenant que j'en suis déchargée, au moins en partie. Sans plus de cérémonie, je m'allonge sur le siège arrière de la voiture de Dan (heureusement assez spacieuse pou me contenir), et lui lance un « Merci. » sincère quand il m'apporte une couverture et sa veste en guise d'oreiller de fortune. Je peux sentir que la couverture a traîné un moment dans le coffre, mais ce n'est pas bien important. Ce qui importe, c'est le geste, et le fait de me sentir protégée. J'en ai besoin. Et si d'ordinaire je déteste dépendre de qui que ce soit, là, je suis reconnaissante à Daniel d'être à mes côtés. Je ne tarde pas à m'endormir au son des paroles de chanson fredonnées par mon Bêta.

Une main dans mes cheveux me réveille un peu en sursaut, avant que je n'en identifie le propriétaire. Rien à faire, j'aurai toujours du mal avec les contacts humains. Ou pas humains non plus d'ailleurs. Dan me laisse me réveiller doucement et se charge des provisions. Ce petit somme m'a fait du bien, même s'il me faudra plusieurs heures de sommeil pour me remettre complètement. Sans compter les séances de psychothérapie, mais ça, c'est pour tous les monstres, je crois. Je rentre dans la grande bâtisse qui sert de QG à la meute, à MA meute, il faudra que je m'y fasse, un jour. Je recherche un coin un peu plus calme que le salon où se bagarrent actuellement plusieurs skinwalkers – par jeu vidéo interposé, bien sûr, Rafaella ne tolère pas les combats dans sa maison. Mais j'ai assez vu de cadavres pour ma journée et les coups de feu du jeu ont tendance à me mettre à cran, de même que la voix de l'officier qui donne les missions aux joueurs... Je croirais entendre cet imbécile d'inspecteur de police – AKA le chef de meute des Greenwood.

Heureusement, Dan vient à mon aide à nouveau, m'appelant pour l'aider dans la cuisine – vide pour l'instant. Je soupire de soulagement, assez discrètement pour e pas être remarquée du groupe de joueurs. J'attrape le couteau qu'il me tend et me met à l'ouvrage sans tarder. « Je m'en charge ! » Je commence à peler des pommes de terre et à les découper... Mais pas toutes en forme de frites conventionnelles. Je taille un chien, un cœur, une maison, un ours, et quelques autres formes avant de les dissimuler dans le fond du plat. Les frites, c'est bon, mais avec des surprises, c'est encore meilleur. Mais je me demande comment fait Dan pour réussir tous les plats qu'on lui demande de cuisiner. « Dis-moi, tu a été cuisinier dans une autre vie ? » Bon d'accord, je suis vraiment nulle en cuisine et suis probablement un mauvais juge en la matière, sauf quand il s'agit de fajitas, mais tout de même il est particulièrement doué, je trouve. Et devenir skinwalker rend beaucoup plus difficile sur le point de vue goût/odeur de la nourriture. Même si d'un autre côté, la bête se fiche de la présentation, et parfois même de la fraîcheur des aliments.      

« Ne te frotte pas les yeux après avoir lavé les piments, tu risques de le regretter. » Ceux-ci sont particulièrement costauds, même après lavage. J'écoute la partie de jeu vidéo se prolonger, les joueurs devenir de plus en plus tendus et enthousiastes. « Qui va gagner, tu crois ? »

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel]

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Flashback] - Parfois, mieux vaut rester sage ! [Nick]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Ma meute!
» Avez -vous honte parfois ?
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Northeast :: New-York City-