Partagez | .
 

 [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Jeu 22 Sep - 19:24


RP EN COURS

SUJET PRIVÉ : FT. Daniel Richmond
# TYPE :  Flashback, juste après l'event
# DATE : Le jour de l'event (j'ai pas retrouvé la date par contre, fouettez-moi)
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF : fin d'après-midi

# PRÉSENCE DU MJ : merci, je pense que ça ira

# AUTRE : faut pas hésiter à me botter le train si quelque chose cloche!
SHADOW


   

   
   Parfois la meute ça a du bon

   Avec Daniel Richmond



Les événements de la journée avaient été pour le moins éprouvants. Un mort, une blessée, la foule, des chiens enragés par je ne sais qui, et surtout des skinwalkers de la meute ennemie. Et pas n'importe lesquels non plus, si j'ai bien compris : le chef et son bras droit. Évidemment, ils m'ont remarquée... C'est pas tous les jours qu'on voit une fille sortir un flingue pour abattre deux chiens enragés en pleine rue. Si j'avais eu affaire à un seul, j'aurais peut-être pu m'en tirer, mais là... Et le chef en plus il était commissaire, comme s'il lui fallait plusieurs titres de direction, comme si un seul ne lui suffisait pas. Rien que d'y repenser j'ai le poil qui se hérisse et envie de gronder. Il savait qu'il était chef et en avait profité. J'ai bien vu son sourire, je sais qu'il aime se faire obéir, surtout quand ceux qui doivent écouter sont ceux de la meute d'en face. J'aurais peut-être du le défier et le forcer à me tuer sur place, mais je ne suis pas sûre qu'il l'aurait fait. Non, ça l'aurait trop amusé de me battre avant de me renvoyer chez moi.

Et chez moi, c'est là que je vais, en compagnie de Daniel. Je ne sais pas ce qui s'est dit entre mon supérieur et le commissaire de Greenwood, mais je suis soulagée de l'avoir à mes côtés alors que nous retournons au quartier général. J'ai honte de m'être faite pincer, même si l'endroit où nous nous trouvions était un terrain neutre et que je n'ai rien fait de mal. Je n'ai rien fait de mal, je me le répète et essaie de m'en convaincre. Enfin, j'espère que je n'ai pas à nouveau merdé. Nous avons quitté le commissariat où Daniel est venu me récupérer, comme un chiot perdu à la fourrière et j'ai gardé le silence le temps que nous soyons éloignés de ce maudit endroit. Je ne veux pus jamais y retourner, ça c'est certain. Si cela avait duré plus longtemps, je crois que j'aurais mordu quelqu'un. N'importe qui, juste pour me passer les nerfs. Foutu clébard qui s'amuse à passer devant la pièce où je patiente, et me fait un joli sourire à chaque fois. Je le hais!

Finalement, je me décide enfin à ouvrir la bouche, mais sans oser regarder dans les yeux mon compagnon de meute, je suis trop gênée par ce qui vient de se passer, il doit bien s'en rendre compte. J'ai l'impression de recommencer mon apprentissage à zéro, de me retrouver avec Dan à discuter alors que j'avais simplement eu envie de tacos – venus de chez le vendeur établi en territoire ennemi, bien sûr. Mais à l'époque ne n'en avais rien su. Maintenant, je le sais, et mes tacos sont moins bons, puisque je n'y vais plus. J'ai la même impression d'avoir merdé mais je ne sais pas comment faire pour m'excuser, je suis trop bête, simplement, trop stupide pour m'éloigner quand le besoin s'en fait sentir. Je ne parviens pas à trouver ma place dans ce nouvel univers qu'est le surnaturel. Et je ne suis plus humaine, ça c'est certain. Je préférais grandement quand les histoires de monstres n'étaient justement que ça : des histoires. Mais il parait qu'on n'en guérit pas...

« Désolée. Je ne voulais pas causer d'ennuis. »
   
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 31 ans
Métier : Flair Bartender
Situation : Célibataire
Localisation : New-York
Feat. : Garrett Hedlund
Copyright : UC
Je suis aussi : Kirk Talbot
Date d'inscription : 03/05/2016
Messages : 34

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Ven 23 Sep - 18:09

Parfois, la meute ça a du bon
Entre Lyov qui m’annonce que c’est moi qui vais payer pour les destructions (et alors là, PARDON quoi), la découverte qu’en plus on a un nouveau alors que je n’étais pas prévenu et le fait qu’on me retrouve dans le bar de la meute adverse non pas par deux, mais bien trois autres skins de l’autre meute. Autant dire que je n’étais pas franchement de bonne humeur. Je m’apprêtais à sortir du bar pour retourner dans notre propre QG et probablement repriser des chaussettes qui n’avaient même pas besoin d’être reprisées, quand Lys m’a attrapé le bras et m’a annoncé que je devais aller récupérer Heather au commissariat de Greenwood, Lowell l’ayant embarqué…Alors qu’elle était en terrain neutre ! Je grognais, longuement, un son bas, haineux, le genre qu’on a pas l’habitude de m’entendre faire. Je m’arrête quand je sens la poigne de mon Alpha se resserrer sur mon bras. Un regard et je compris. Nous étions déjà en mauvaise posture face à la meute de Greenwood et il valait mieux que je fasse profil bas. Okay, que la ville entière me donne des chaussettes à repriser, parce que là j’allais en avoir besoin.

"Après ça Lys, toi et moi on va avoir une petite conversation…"

J’adorais Lys, j’adulais Lys et jamais je ne lui ferais de mal, mais là, il fallait vraiment qu’on discute de pourquoi il y avait des nouveaux et que je n’en sois pas informé. J’étais le second de la meute merde ! Je me dirigeai ensuite vers ma voiture, allant directement (en respectant le code de la route tout de même) au commissariat adverse. Je me garai, entrai et alla directement demander à voir la demoiselle amené plus tôt. Le commissariat puait le skin et pas le genre qui me plaisait. Je n’ai pas eu longtemps à attendre avant qu’on ne m’amène au commissaire et donc, au chef de meute. Autant dire que notre discussion fut courte et tendue. J’ai bien failli lui en mettre une à un moment donné, mais je lui ai surtout fait comprendre que la retenir ici alors qu’elle n’était là qu’en guise de témoin n’était pas réglo. Comme s’il en avait quelque chose à foutre. Finalement, on m’amena à Heather, et j’ai dû me retenir sévèrement pour ne pas la serre contre moi. Un geste purement instinctif, pour la rassurer, pour lui faire retrouver des odeurs qu’elle connaissait. A la place, je lui fis un signe de tête un peu sec (et me maudis pour cela soit dit en passant) pour qu’elle me suive. Je me permis un lourd soupir quand nous fûmes dans la voiture.

Après un instant à décompresser, je démarrai et pris le chemin de notre chez nous. J’aurais peut-être dû dire un truc avant, la rassurer, mais rien ne m’est venu pour le moment. J’étais encore trop tendu. Trop sur les nerfs pour pouvoir dire quelque chose qui allait aider. Pourtant, quand elle s’excusa, je me mis une baffe mentale magistrale. Je me garai sur le bas côté me faisant klaxonné et offrant un joli doigt au type qui passait avant de me tourner vers elle et…de l’attirer contre moi, doucement. Je ne l’avais pas fait au commissariat, et j’aurais préféré attendre d’être au QG (ça aurait été plus confortable, déjà), mais j’avais besoin qu’elle sache qu’elle n’avait rien fait de mal. C’est donc front contre front, une main sur sa nuque que je pris la parole.

"T’en fais pas, c’est pas toi qui a merdé. Loin de là. Tu as fais ce que toute personne aurait fait et tu étais en terrain neutre. Si quelqu’un de chez nous a merdé, c’est moi. Désolé." Je la relâchai, et je redémarrai la voiture pour finir le trajet tranquillement. Je ne le dirais pas, mais cette étreinte, j’en avais besoin probablement plus qu’elle. Je n’ai pas été là quand elle avait vraiment besoin de moi et quelque part, je l’avais laissé tomber contre mon gré "On va faire un petit arrêt avant de rentrer, mais promis, ça va prendre deux minutes"

On s’arrêta devant un pressing et je sortis, lui laissant le contact si elle voulait mettre un peu de musique et entrai. Moins de deux minutes plus tard je ressorti avec un petit sac en toile dans la main que je mis à l’arrière pour ensuite remonter.

"Bon. Tu veux manger quoi ce soir ?"

J’essayai de détourner la conversation de la discussion qu’on aurait de toute façon, plus tard.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t234-daniel-l-richmond-who-let-the-dog-out#1465 http://solemnhour.forumactif.org/t317-journal-de-bord-de-daniel-l-richmond#2136
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Sam 24 Sep - 14:19


 
  Parfois la meute ça a du


bon

  Avec Daniel Richmond


Si je m'étais demandé ce que vivent les soldats prisonniers en camp ennemi, je crois que maintenant je le sais. C'est loin d'être agréable, et en plus dans le cas présent, je n'ai pas la satisfaction d'avoir servi mon pays, ou au moins servi à quelque chose. Je suis juste la petite nouvelle qui s'est fait pincer au mauvais endroit au mauvais moment, comme la belle prisonnière de la tour et qui attend qu'un chevalier en armure blanche vienne la délivrer. Et je déteste être la demoiselle en détresse. Ce qui ne réduit en rien mon soulagement quand finalement Dan arrive et me dit signale qu'on peut y aller. Je m'en veux de ressentir ce sentiment, je n'ai pas l'habitude e dépendre d'autres personnes. Enfin, je n'en avait pas l'habitude, mais il va falloir que je fasse avec. Daniel a l'air drôlement nerveux, à cause des autres skins présents, ou bien à cause de moi, sauf que lui il pourrait en défoncer un ou deux alors que moi, j'ai juste envie de me sauver très vite et très loin.  Après avoir arraché la gorge au commissaire. Je lui aurais bien sauté dans les bras, si les autres n'avaient pas regardé. Alors, je me contente de le suivre jusqu'à la voiture, un pas derrière, pas trop loin ni trop près, et sans relever les yeux. Je ne sais pas si je vais fondre en larmes ou attaquer quelqu'un, au hasard, mais je suis soulagée d'avoir la présence rassurante du bars droit de Lys dans mon champ de vision. Ça m'aide à me calmer.

Nous entrons dans la voiture et Dan démarre après un soupir toujours plein de tension. Je ne sais pas trop où me mettre et je pense que si nous n'avions pas été en voiture, je me serais éloignée le temps qu'il se calme. Nous roulons en silence en direction du QG, jusqu'à ce que j'ouvre ma gueule et que la voiture risque l'embardée pour se garer sur le bas-côté. Je m'accroche à la portière pour ne pas basculer sur le conducteur, et serre les dents tant que nous ne sommes pas à l'arrêt – ce qui ne prend guère de temps. Je suis encore un peu secouée quand Dan m'attire à lui et pose sa tête contre mon front avant de déclarer que je n'ai rien fait de mal. Instantanément la pression retombe, mais ses mots me laissent perplexe. Il a merdé ? Pourquoi il dit ça ? Il n'était pas là ? Il ne pouvait rien y faire ! Déjà qu'il est venu me délivrer de la gueule des méchants...

Les larmes me montent aux yeux, et je me déteste pour ça aussi. Je déteste être vulnérable, et c'est ce que je suis depuis que ce chien errant m'a mordu. Sur place, j'ai réagi sans penser, sans réfléchir aux conséquences, tant que je ne me transformais pas c'était bon, mais quand ce connard de Greenwood est arrivé, comme s'il était chez lui, et m'a embarqué, je n'ai plus su comment réagir du tout.

« Tu es venu me sortir de là... Je... Merci. » J'inspire un coup avant de reculer et d'essuyer mes yeux humides. Je n'ai pas enfreins de règles. Peut-être que je finirai par me faire à cette vie. Étrange d'avoir à ce point besoin de l'approbation d'un autre. J'espère qu'un jour mes sautes d'humeur vont se calmer. En attendant, je souris timidement « Tu ne diras pas à Lys que j'ai fondu en larmes devant toi, hein ? » Je ne voulais pas que ma chef de meute pense que je suis une chiffe molle... Ce que je ne suis- n'étais- d'ordinaire pas. Sauf depuis qu'on se connaissait eux et moi... Devenir un monstre aurait dû me rendre insensible, pas me mettre les nerfs à fleur de peau, bordel ! Qui a jamais entendu parler d'un Hulk en larmes ou d'un Captain America prêt à arracher la tête à des passants simplement parce qu'il est levé du mauvais pied ?  

J'acquiesce quand Dan me dit qu'on va rentrer après un léger détour, apparemment, il a du linge sale à laver et pas de façon figurée, puisqu'il ressort de la laverie avec un sac en main. Pas de musique, je suis bien trop occupée à m'autocritiquer pour cela. Je me fais l'effet d'une enfant sans cesse en quête de l'approbation de ses parents. Et je déteste les mômes. Ça chiale pour un rien, ça pose plein de questions stupides et c'est pas capable de rester seul deux minutes. Comme moi...

Dan me sauve à nouveau en entrant dans la voiture pour parler nourriture. Je n'hésite guère avant d'annoncer : « Des hamburgers ! » Depuis la mésaventure des tacos, je n'en parlais plus devant la meute, même si cela reste mon plat préféré. Les hamburgers, c'est bon aussi. Surtout avec du bacon. « Et des pommes de terre à la poêle ! » Cuites dans la graisse du bacon... Miam ! J'en salive d'avance. « Enfin... Sauf si tu préfères autre chose, bien sûr ! »
 
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 31 ans
Métier : Flair Bartender
Situation : Célibataire
Localisation : New-York
Feat. : Garrett Hedlund
Copyright : UC
Je suis aussi : Kirk Talbot
Date d'inscription : 03/05/2016
Messages : 34

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Ven 7 Oct - 12:56

Parfois, la meute ça a du bon
Je prends la protection d’Heather très au sérieux. Depuis que j’ai rejoint la meute, et surtout depuis que Lys avait fait de moi son Beta, c’était mon rôle d’aider de protéger les nouveaux skins qui arrivait dans notre meute. Je l’ai toujours fait et je prenais ce rôle très à cœur. La transition n’est pas facile, surtout quand elle arrive alors que l’on a une vie déjà en cours de route. Mon cas fut peut-être plus simple, un ado qui était en conflit avec sa famille, pas encore de vie tracée, pas de femme, pas d’enfants, pas de complications. Rejoindre la meute et surtout me faire aux transformations, ça avait été beaucoup plus simple alors. Ou alors je ne m’en souviens plus bien, ça va faire seize ans maintenant, après tout. Dans tous les cas, c’était mon travail et Heather était la petite dernière de la meute (officiellement et je serais bien heureux de laisser le cas des deux abrutis à Lys, histoire de) et, je ne vais pas mentir, ma petite préférée. Elle n’était pas parfaite, comme tout le monde elle faisait des erreurs, mais elle apprenait et elle faisait attention. Elle voulait vraiment s’intégrer, retrouver un semblant de stabilité et faisait tout pour. J’étais plus que fière d’elle et m’être retrouvé en territoire ennemi moi aussi (et volontairement soit dit en passant) alors que j’aurais pu être là pour l’aider face à Lowell…CA me laissait un goût amer dans la bouche.

Alors la voir en larmes ne serra le cœur. J’avais beaucoup trop d’affection pour cette femme pour le bien de ma santé mentale, mais passons. Je lui offre un sourire et une légère pression sur son épaule pour la rassurer.

"C’est normal. Je ne te laisserais pas toute seule face à ceux de la meute d’en face. Jamais. Tu m’entends ? Jamais." Je l’avais pourtant fait, mais je ferais en sorte que ça ne se reproduise plus "Et si un jour tu as besoin, pour n’importe quoi, n’hésites pas à m’appeler, d’accord ? Pas seulement des histoires de meute, quoi que ce soit, même si c’est juste t’aider à bouger des meubles, okay ?" Sa demande me tira un élan de tendresse envers elle et je ris un peu, malgré tout "Je serais une tombe. Mais tu sais, Lys ne pensera jamais moins de toi si elle le savait, elle ne pensera pas que tu es faible, ou pleurnicharde…Et crois-moi, elle en a vu des gens de sa meute pleurer, moi le premier."

Une admission que je ne faisais pas à tout le monde, mais si ça pouvait aider Heather, je pouvais me fendre de cette petite information, non ? Nous continuons notre route, je passe chercher des chaussettes à repriser dans un pressing qui me connaît bien à force, et reprend la route vers le QG. Puis vint la question du repas qui suivrait (car rien de mieux pour se remettre d’une émotion forte que de la bonne nourriture maison ? Ou de la glace si elle préférait, je ne juge pas) et elle proposa hamburger. Je me fis une rapide liste de ce qu'il nous faudrait et surtout, la comparant à ce que l’on avait dans notre frigo…Mouais, il allait falloir faire des courses. Pas grand-chose, mais je sais que déjà on a plus qu’une tomate, et pas de buns. Embêtant quand même.

"Va pour des hamburgers, on va faire quelques courses, sinon ça va se limiter à des steack hachés avec du ketchup et de la moutarde donc un peu limité…"

Je nous menais vers un supermarché et me garai, lui faisant signe de me suivre. Après tout, si elle voulait des hamburgers, autant qu’elle me dise ce qu’elle voulait dedans, c’était mieux.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t234-daniel-l-richmond-who-let-the-dog-out#1465 http://solemnhour.forumactif.org/t317-journal-de-bord-de-daniel-l-richmond#2136
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Dim 16 Oct - 9:01


 
 Parfois la meute ça a du


bon

 Avec Daniel Richmond


Ca n'aurait pas dû m'arriver. Toute ma vie je me reprocherai d'avoir été rendre visite au refuge où je travaillais étant enfant, et d'avoir aidé le vétérinaire sur place à maintenir un skinwalker qui ne voulait pas recevoir de puce électronique et de vaccin, comme tout chien arrivant dans un chenil... Il m'a mordu et me voici moi aussi un monstre. Je déteste ma nouvelle vie, je me déteste aussi à vrai. Comment pourrais-je un jour m'habituer à vouloir manger des gens, comment parvenir à s'en empêcher en même temps ? Que penserait ma famille si elle savait que c'est la raison pour laquelle je ne les côtoie plus ? Par peur de les tuer ?!

Être un monstre c'est beaucoup plus compliqué que ça n'en a l'air. Et je n'ai aucune envie de cette vie là. Sauf qu'apparemment, je n'ai pas le choix. Et c'est vrai Daniel, Lys et la meute sont là pour aider. Mais je ne veux pas être aidée. Je voudrais pouvoir m'enfuir loin, oublier tout ce qui s'est passé et mourir en paix. Mais ils ont fait tant d'efforts pour tenter de m'intégrer que je ne peux pas leur faire ça. Parce que je suis trop paumée pour faire quoi que ce soit moi-même. Mais comme j'en ai assez de vivre dans un monde dont je ne connais pas les règles et d'avoir besoin d'aide en permanence pour m'en sortir !

Dan essaie de me remonter le moral comme il peut, c'est fort aimable de sa part, et me rend encore plus coupable de m'être baladée au mauvais endroit au mauvais moment. Pourquoi n'ai-je pas fui directement à la vue du cadavre et de la blessée ? C'est sûr, à l'avenir, je me montrerai moins curieuse !

J'essuie mes larmes et lève les yeux vers mon Bêta (d'ailleurs, c'est quoi pour un titre, Bêta ? Ça fait penser qu'il est l'imbécile du groupe...) quand il m'annonce qu'il sera toujours là pour m'aider.

« Merci. » Que dire de plus ? Tu fais tout pour m'aider, mais j'aimerais ne jamais t'avoir connu ? « J'ai le chic pour me mettre dans des situations impossibles. Je ne sais pas comment vous faites tous pour me supporter. » Je suis touchée par son admission de pleurs, je ne pensais pas qu'il était passé par là lui aussi... Je me demande pourquoi il pleurait, lui. Il a l'air si sûr de lui...

J'émets un petit hoquet, entre le pleurs et le fou rire, un brin désespérée, « J'avais toujours pensé que quand on est un monstre, la vie est plus simple:on butte des mecs sans remords, sans arrière pensée, pour le plaisir... Mais je n'aime pas l'idée de tuer des gens. » Je n'ai fait de mal à personne, jusqu'à présent mais qui sait combien de temps cela durera ? « C'est juste que... Pourquoi j'ai gardé ma bonne conscience de gentille humaine alors que je ne le suis plus ? Les monstres ne sont pas supposés pleurer ! » Je ne sais pas comment ils font tous pour trouver la force de se lever le matin et de faire face à leur journée. Par moment, tout ce que j'entends, c'est un cœur qui bat et ne demande qu'à être dévoré, alors même qu'un de mes collègues est en train de me causer de sa fille qui sort avec un dealer et combien il est inquiet pour elle...

Daniel essaie de détourner la conversation en direction du repas, et je lui propose hamburgers et pommes de terre à la poêle. Bien sûr, il ne dit pas non, si le but est de me remonter le moral, il ne me refusera pas des hamburgers.

Je hausse les épaules, l'important dans le hamburger, c'est la viande. Le reste c'est juste pour faire croire qu'on mange équilibré... « D'accord. Mais c'est moi qui paie. » J'ai déjà causé assez d'ennuis comme cela, pas besoin d'ajouter pillage de frigo à la liste...

Quelques minutes plus tard, nous voilà devant un magasin, et je suis Dan à l'intérieur. Je le colle sans doute un peu trop, mais j'ai besoin de sa présence pour ne pas paniquer et sortir en courant. Trop de monde, dans un endroit fermé... Oui, je suis devenue claustrophobe. Enfin, surtout quand il y a d'autres personnes autour que je pourrais avoir envie de manger...

« Il nous faut des oignons, et des piments ! » Le ketchup, c'est fade...

 
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 31 ans
Métier : Flair Bartender
Situation : Célibataire
Localisation : New-York
Feat. : Garrett Hedlund
Copyright : UC
Je suis aussi : Kirk Talbot
Date d'inscription : 03/05/2016
Messages : 34

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Ven 28 Oct - 17:11

Parfois, la meute ça a du bon
Ses mots me font mal, quelque part. Elle a une vision aussi sombre de ce que nous sommes…Oui, c’est vrai, notre espèce se nourrit de cœur humain originellement, c’est le meilleur pour nous, pour que l’on soit au top de notre forme. Mais c’est aussi ce qui nous rend si différent des humains, en plus de notre capacité à nous transformer en chien. Pourtant, les « monstres » comme elle dit, il en existe aussi chez les humains. Je sais qu’elle est encore sous le coup de l’émotion et qu’elle a du mal à faire la transition, c’est pour cela que je ne m’agace pas, ouvertement, de cette réaction, mais je ne peux pas m’empêcher de me sentir un peu visé par sa question. Je me fais silencieux un long moment, finissant par répondre, avec plus de sagesse, peut-être, que ce que l’on me connait normalement.

"Peut-être parce que tu n’es pas un monstre justement ?" on est garé, je peux prendre le temps de lui répondre correctement "Oui, tu te transformes en chien et tu as des habitudes alimentaires peu communes. Et alors ? Ca ne fait pas de toi un monstre. Il y a des humains qui font bien pires que ce que les nôtres peuvent faire, qui est un cas de survie, pour le simple plaisir de tuer." Je soupire et finis avec une chose, cette phrase simple et que je ne comprenais pas quand j’étais gamin, mais qui a pris tout son sens quand je suis devenu un skinwalker "Tu sais, quand j’étais petit, mon grand-père m’a dit un truc : Accepte ce que tu ne peux pas changer. Aies le courage de changer celles que tu peux. Aies la sagesse de connaître la différence entre les deux. Ici, c’est exactement ça, Heather. Tu ne peux pas changer ce que tu es devenu, mais tu peux choisir de garder ton humanité dans ta morale et tes actions, ou bien devenir un monstre, c’est à toi de voir."

Je lui lance un dernier sourire et on s’avance vers le supermarché, entrant alors qu’elle m’annonce que c’est elle qui paiera les courses pour ce soir. Je ne vais pas dire non et je hoche la tête vers elle, alors que l’on avance dans les allées, le panier dans ma main et mon autre dans ma poche. Dans le rayon viandes, j’attrape deux paquets de viande hachée, il faudra au moins ça. Heather me colle, d’une façon dont elle n’a pas l’habitude de faire, je le sais bien. J’observe autour de moi. C’est vrai que c’est une heure assez chargée en termes de clients. Je peux comprendre que ça puisse être intimidant, surtout quand on n’a pas l’habitude de refouler son instinct primaire de déchiqueter la chaire et les muscles afin d’atteindre le cœur battant dans leur poitrine. Je passe alors mon bras autour de ses épaules après qu’elle annonce avoir besoin d’oignons et piment, la collant un peu plus contre moi, me penchant doucement vers elle.

"On va faire vite, c’est promis."

J’attrape les oignons, la laisse choisir les épices qu’elle souhaite. Chaque fois, je repasse mon bras autour de ses épaules quand le ou les articles sont placés dans le panier. J’attrape, au passage, quelques petites choses dont je vais avoir besoin pour les autres repas de la meute, bien décidé à lui donner ce que je lui dois pour ces quelques articles. Je doute qu’elle accepte que je la rembourse, mais je trouverais bien un moyen. J’ai été pickpocket à une époque. Avoir la main légère n’est pas utile que quand on doit vider les poches, sachez-le. On a fini de prendre ce que l’on souhaitait pour les burgers et on se dirige doucement vers la caisse.

"Ca va ?"

Je m’enquis de son état, bien que n’ayant pas l’impression de la sentir plus nerveuse que lorsque l’on est entré dans le magasin, mais je préfère m’en assurer.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t234-daniel-l-richmond-who-let-the-dog-out#1465 http://solemnhour.forumactif.org/t317-journal-de-bord-de-daniel-l-richmond#2136
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Jeu 16 Fév - 15:08


 
 Parfois la meute ça a du


bon

 Avec Daniel Richmond


Dan essaie tant bien que mal de me remonter le moral et de me rassurer. Mais je ne suis pas certaine de jamais parvenir à me rassurer complètement sur mon état de bête à mi-temps. Je ne dirai plus « de monstre », je n'avais pas réalisé à quel point cela embête mon supérieur hiérarchique que j'emploie ce mot. Je n'en vois pas vraiment d'autre pour qualifier ce que nous sommes. Et d'ailleurs, il existe des légendes indiennes qui le confirment, les porteurs de peaux sont des êtres maléfiques, des sorciers mi-hommes mi-bêtes. Les légendes ont raison, sauf pour le côté sorcellerie. Quoi qu'il y a tout de même quelque chose de magique à se changer en chien. Pas de la magie blanche néanmoins, certainement pas... J'écoute les conseils du cowboy à côté de moi, et il n'a pas tort. Les humains aussi sont capables des pires atrocités. Mais ils peuvent choisir de le faire et seule leur conscience les retient. Alors que moi, tous mes instincts me poussent à faire le mal. Comment pourrais-je jamais trouver la paix quand il me faut sans cesse me battre contre moi-même pour retenir la bête ? Je ne suis pas un chien depuis longtemps, mais j'en ai déjà assez de ces batailles constantes. Mais Dan a raison dans ce qu'il dit. Je peux essayer de arder une part de moi humaine, le plus longtemps possible. Mais à quel prix ? Est-ce que ça vaut vraiment la peine ? Ceux de Greenwood ne se posent pas ce genre de questions, eux. Je frissonne à l'idée de ce qu'ils auraient pu me faire, s'ils l'avaient voulu. Bien sûr, Lys se serait ensuite vengée et cela aurait déclenché une guerre, mais ils auraient pu. Je suis si fatiguée de tout ça : la meute, la hiérarchie (et la façon dont le commissaire m'avait fait obéir rien qu'avec un un regard et quelques mots... ça , c'était pire que tout. Ce type ne faisait même pas partie de ma meute, bon sang!), devoir retenir ma faim constante...

« Un homme sage, ton grand-père. Plus que moi. »
Pas sûre de tenir le coup ad vitam.

Je le suis à l'extérieur de la voiture et nous entrons dans le magasin, direction le rayon boucherie. Peut-être est-ce la fatigue, mais j'ai l'impression que la foule est plus dense qu'à l'habitude, les clients me font l'impression d'une veille de Noël, d'une cohue sans nom. Trop de monde trop près et mon estomac qui gronde à nouveau. Au moins, quand j'étais dans la cellule du commissariat, j'étais certaine de ne faire de mal à personne... Ici... Penser à autre chose. Hamburgers, patates... Piments, oignons ! Tout pour ne pas me focaliser sur les cœurs battants des humains autour. Daniel passe son bras autour de mes épaules et son contact me fait un instant oublier les clients. Je soupire légèrement et me détends un peu. Il est là pour m'empêcher de péter un câble. Ou pour me maîtriser si c'est le cas.

« Merci. » J’attrape la main qui encercle mes épaules et la serre un bref instant avant de la lâcher et de nous diriger vers le rayon légumes. Je repère des piments particulièrement forts, originaires du Mexique, mes préférés. Si on les mélange au haché, pas sûre que les autre de la meute apprécieront, surtout avec nos sens exacerbés, mais je n'en ai que faire. Au pire, je me ferai ma portion à moi. Je prends un paquet des petits poivrons séchés et ensuite un d'oignons rouges, ayant plus de goût que les autres.

Je suis Dan docilement dans les rayons, en me concentrant sur l'odeur des piments et du skinwalker à mes côtés pour penser à autre chose. Pas que ce soit facile, mais j'essaie. Mon compagnon fait aussi vite qu'il le peut, et je lui en suis reconnaissante. Néanmoins, il doit bien sentir que je ne suis pas au top de ma forme, puisqu'il me demande comment je vais. Je souris légèrement, en espérant que mon sourire ne soit pas trop nauséeux. La dame devant nous devrait changer de parfum. Ou ne pas en porter, tout simplement. L'odeur me pique les sinus, c'est positivement horrible.

« Ca va aller. Je suis juste fatiguée. » Et donc, j'ai plus de mal à me comporter en humaine normale. J'ai envie de fuir cet endroit au plus vite, mais ce serait du vol. C'est plus difficile de résister à la fuite sans contact direct avec mon compagnon. Mais je ne peux pas rester avec son bras autour de mes épaules à longueur de journée.

La moufette finit ses achats et c'est enfin à notre tour de taper la causette à la caissière. Je la salue, sors mon portefeuille et paie la note sans ajouter quoi que ce soit, à part un merci. C'est en le disant que je 'en suis rendue compte ; oui, je suis fatiguée. Épuisée serait même un meilleur mot. Faire face à d'autres Skinwalkers inconnus est plus difficile que je ne l'aurais cru. Surtout quand ils arborent ce sourire vainqueur. J'ai juste envie de me rouler en boule sous des couvertures et dormir jusqu'au dégel. Sauf que j'ai faim. Difficile de savoir quel émotion est la plus forte, ni laquelle va gagner. Je suppose que Dan veillera à ce que je mange avant d'aller me coucher, même si le parfum de l'autre m'a presque coupé l'appétit et donné envie de vomir. Je laisse le soin à Dan de prendre nos achats et sors du magasin le plus rapidement possible, laissant même la monnaie dans ma hâte de retrouver l'air frais du dehors. Oui, air frais quand on vit en ville est un terme tout relatif, mais en tous cas, il fait meilleur dehors. Je me dirige d'un pas rapide vers la voiture et m'appuie contre la carrosserie, en attendant que mon Bêta me rejoigne. Je lui adresse un petit sourire d'excuses, « Je n'ai jamais aimé les foules, même pour des concerts d'AC/DC... Et ça n'a pas l'air de s'améliorer. »

J'attends qu'il ouvre le coffre et soit occupé à y ranger nos achats pour lui déclarer, « Je pense à changer de boulot. » Avant j'adorais mon job. Maintenant, je me fais l'effet d'une gardienne de prison, et soyons franc, vu mon état mental, ce n'est pas des plus faciles. Mais mon poste m'offre aussi la possibilité d'en savoir plus sur ces rumeurs de chiens enragés. Des skinwalkers, ou autre chose ? Ça , je n'ai pas encore réussi à en savoir plus. La direction attend toujours les résultats du labo pour trouver les causes de la maladie qui semble frapper certains chiens en ville. Et ça ça pourrait nous être utile, pour savoir à quoi nous attendre...  

 
Code by Joy


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 31 ans
Métier : Flair Bartender
Situation : Célibataire
Localisation : New-York
Feat. : Garrett Hedlund
Copyright : UC
Je suis aussi : Kirk Talbot
Date d'inscription : 03/05/2016
Messages : 34

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Dim 19 Fév - 18:35

Parfois, la meute ça a du bon
Pour seule commentaire à sa réponse, je fais un vague bruit que j’ai compris. Qu’est-ce que je pourrais dire de plus de toute façon ? Je peux envisager qu’elle soit fatiguée voire pas franchement dans son assiette. Elle est notre petite nouvelle de la meute pour le moment et ce qu’elle vient de vivre n’est pas une expérience agréable pour un Skinwalker aguerri comme Lys ou moi, alors pour elle…D’autant plus que Lowell est vraiment une ordure avec notre meute, difficile ne pas avoir envie d’aggraver les choses en lui éclatant le nez sur un mur ou une table ou même un poing tiens. Si je n’avais pas moi-même été en mauvaise posture avant d’aller chercher Heather, je pense que je lui aurais piqué un scandale dans le commissariat derrière porte close. Je ne suis peut-être que le Beta de la meute de Willowbrooke, et lui l’Alpha de Greenwood, mais il n’a pas à traiter un Skin de ma meute de cette façon, surtout si elle n’est pas en infraction ! Je vous jure, je lui aurais arraché les yeux si j’avais pu sans provoquer d’incident diplomatique en plus d’une panique générale.

Sentant de plus en plus son inconfort, probablement une accumulation de facteurs dont la fatigue et les autres clients, humains, présents dans le magasin faisaient partie sans être les seuls. J’allais lui proposer de partir devant et de m’attendre dans la voiture si elle préférait, mais elle me coupe dans mon élan en expliquant qu’effectivement, les foules ce n’est vraiment pas son truc, même du temps où elle était une humaine tout ce qu’il y a de plus classique. Sans compter que c’est à nous de passer à la caisse, alors on finit par avoir autre chose à faire, surtout moi. Je range les courses méthodiquement, de façon à repartir le poids des courses dans les deux sacs, tout en optimisant l’espace disponible dans les sacs…Cherchez pas, je suis un master du Tetris de sacs de courses. J’échange deux-trois mots avec la caissière au passage, sans perdre de temps pour autant. A peine a-t-elle payée que je vois Heather filer plus vite qu’une étoile filante vers l’extérieur et la voiture. Avec un sourire, je récupère la monnaie tendue par la caissière, puis les sacs avant de rejoindre mon amie près de la voiture.

La trouvant là je me rassure. Peu probable qu’elle ait fuit allez savoir où, mais m’assurer qu’elle est là desserre quelque chose dans ma poitrine et je lui offre un nouveau sourire, ouvrant le coffre alors qu’elle me lâche sa nouvelle petite bombe personnelle. J’ai une seconde d’arrêt et je prends le temps de poser les sacs dans le coffre avant de lui répondre.

"Tu fais comme tu le souhaites. Tu as déjà une idée de où tu voudrais travailler à la place ? Tu sais que si tu as besoin d’aide, Lys et moi pouvons t’aider…" j’arrange une dernière fois les sacs dans le coffre et referme ce dernier "Mais qu’est-ce qui amène ce changement au juste ?"

Je peux penser à quelques réponses plausibles mais j’attends d’entendre ses raisons précises. Je referme le coffre et prend appuie sur ce dernier, attendant sa réponse sagement. Ce soir, je serais là pour elle, si elle a besoin d’une présence, d’une oreille, même d’un punching bag à ce niveau-là…
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t234-daniel-l-richmond-who-let-the-dog-out#1465 http://solemnhour.forumactif.org/t317-journal-de-bord-de-daniel-l-richmond#2136
avatar

Age : 31 ans
Métier : employée à la fourrière
Situation : célibataire
Localisation : New York City
Feat. : Erica Cerra
Copyright : google
Je suis aussi : Lulustucru, Matthew Graham
Date d'inscription : 15/04/2016
Messages : 64

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Ven 24 Fév - 19:15



Parfois la meute ça a du


bon

Avec Daniel Richmond


Je peux sentir que je m'y prends mal avec Dan. Qu'il est embêté par mes questions, et surtout mes affirmations. Mais serait-ce mieux si je lui mentais ?! Il le saurait de toute façon. Pas facile de cacher quoi que ce soit à un Skinwalker. En fait quand on est en présence de l'un d'eux, on peut tout simplement dire adieu à sa vie privée Je ne l'ai que trop bien appris. Que ce soit par besoin de vivre aux côtés de congénères et merci bien, j'ai passé l'âge de vivre en coloc' comme une étudiante, enfin du moins je le pensais ; et aussi parce que pour pouvoir être utiles, les chefs ont besoin de me connaître, d'en savoir le plus possible, afin de m'aider... Mais parfois, j'ai l'impression d'étouffer.

Nous entrons dans le magasin, et très rapidement la situation se dégrade, en ce qui me concerne. Trop de monde, quand bien même ce n'est pas la cohue. Mais je suis trop fatiguée et nerveuse, le contrecoup de ma journée me heurte de plein fouet et je n'ai plus qu'une seule envie : rentrer à la maison. Même manger passe un peu au second plan, c'est dire ! Pourtant j'adore les burgers et avec les ingrédients que j'ai choisi, cela promet d'être excellent... mais là, j'ai juste envie de me rouler en boule et d'oublier.

La file à la caisse est la goutte d'eau qui me fait m'enfuir la queue entre les jambes à la recherche d'air et de solitude. Je m'arrête à côté de la voiture, et attends Daniel. C'est lui qui a les clés, dommage. Je suis à deux doigts de partir en courant mais le temps d'y penser, voici mon supérieur hiérarchique qui émerge du magasin. Je respire à grands coups pour me calmer, avant d'affirmer que  les foules n'ont jamais été mon fort, même en étant humaine... ce qui est la stricte vérité. Déjà avant, j'avais envie de mordre ceux qui s'approchaient trop près ; maintenant j'ai envie de les bouffer, carrément et complètement, au sens propre du terme.

J'en profite qu'il ait la tête dans le coffre de la voiture pour lui annoncer que je veux changer de boulot. Ce n'est pas neuf, ça date du jour où ce skin m'a mordue à Boston, mais c'est la première fois que j'en parle à voix haute. Au début, j'ai pensé que je m'y habituerais, mais aujourd'hui cela fait des mois que je suis un porteur de peaux et mon problème ne s'est toujours pas résolu. Mon souci, le voici : gardien de fourrière, c'est une chose, et c'est déjà assez difficile comme ça de voir de pauvres bêtes abandonnées quand ce n'est pas affamées et maltraitées, de devoir en abattre une partie parce que trop vieux, trop peureux pour l'adoption ou simplement faisant partie d'une race passée de mode ou dite « dangereuse ». Mais une fois qu'on sait se transformer en chien, c'est bien pire : on passe de gardien de fourrière à gardien de prison et pas n'importe quelle prison : celle des couloirs de la mort. Entendre et comprendre ces animaux hurler leur misère et leur envie de vivre a de quoi saper le moral même du plus endurci des matons. Et je ne fais pas partie de cette catégorie. J'avoue ne pas avoir pensé beaucoup plus loin que « je n'en peux plus », sans vraiment réfléchir à la façon dont je paierai mon loyer, mais je peux peut-être me recycler en policier ou douanier, au vu de mon nouveau flair, je devrais pouvoir détecter les paquets de drogue planqués dans des valises...

Néanmoins, tout cela n'est que conjectures et je suis loin de savoir que faire de ma vie... Ce que Dan me rappelle un peu brutalement. Je soupire, à la fois honteuse et énervée de ne pas y avoir pensé plus tôt. Je suis néanmoins étonnée qu'il cède aussi aisément à ma requête. Qu'est-ce que ça cache ? Et bien sûr, il me demande la raison de cette décision... Je devais m'y attendre. Je secoue la tête en signe de déni, et soupire un grand coup avant de déclarer,

« Je n'y ai pas vraiment pensé. Tout ce que je sais, c'est que mon job me pèse de plus en plus... Je déteste ce que je suis devenue, et le boulot n'aide pas. » Je le regarde un instant dans les yeux « Je n'ai pas aimé « la ligne verte » et pas seulement à cause de Tom Hanks » avant de baisser le regard, « j'ai l'impression de passer ma vie en prison, avec des condamnés à mort. La tension monte avec les collègues, certains partent de plus en plus souvent en congé maladie, et ils ont raison... La fourrière, c'est une maison de fous. Les vétérinaires parlent de certains chiens devenus enragés et qu'ils ont dû euthanasier. Ils font des analyses, mais pour l'instant rien de concluant. Je crois qu'ils ont piqué au moins un skinwalker la semaine dernière. Pas de notre meute, et je ne l'ai appris qu'hier. Je n'avais pas fait la connexion. Je... J'ai peur de ce qui se passe, et je n'ai aucun moyen d'agir. » Je suis partagée entre la peur, la colère et le découragement, je ne sais pas laquelle de ces trois émotions va gagner aujourd'hui, mais c'est bien parti pour être la fatigue. Ou la peur. Je regarde Daniel, « Qu'est-ce qu'on peut faire ? » pour améliorer la situation, pour que cela ne se reproduise plus jamais.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 31 ans
Métier : Flair Bartender
Situation : Célibataire
Localisation : New-York
Feat. : Garrett Hedlund
Copyright : UC
Je suis aussi : Kirk Talbot
Date d'inscription : 03/05/2016
Messages : 34

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel] Dim 5 Mar - 19:08

Parfois, la meute ça a du bon
…Houston, je crois que j’ai fait une boulette. Vu la nervosité et l’anxiété qui se dégage de Heather, peut-être qu’un peu de la vexation ressentie au fait qu’elle se considère (et donc nous considère nous aussi, quelque part) comme un monstre a dû filtrer dans ma façon de lui poser ma question, vu sa réaction. Je me sens un peu mal. Que je sois vexé par sa vision de la situation était une chose, qu’elle le ressente et s’en sente mal en était une autre, totalement différente et indigne venant de son supérieur. Je ne dois pas laisser mes émotions et mes ressentis influer sur les émotions du reste de la meute. Je dois être là pour eux, les écouter les conseiller au mieux si besoin, les protéger le cas échéant, mais pas…pas ça en tout cas.

Je me tais, l’écoutant avec la plus grand attention, toujours appuyé contre le coffre de ma voiture et je ne peux m’empêcher de lâcher un petit rire quand elle me fait part de son impression sur la ligne verte. Je ravale pourtant vite mon rire quand elle continue et je vois de plus en plus ce qui la dérange. C’est vrai que je n’ai jamais envisagé son boulot sous cet angle. D’un coup, je me sens d’autant plus mal vis-à-vis d’elle. Quel genre d’enfer vivait-elle au quotidien ? De voir passer ainsi un nombre bien trop important d’animaux, bien trop souvent victimes de personnes qui n’ont simplement rien à faire de leur animal une fois le stade du chaton/chiot passé. Je n’ai jamais aimé ce genre de gens, et c’est bien pour cela que, même avant de devenir un Skin, je n’ai jamais vraiment insisté pour avoir un animal de compagnie, j’ai vite compris que je ne serais qu’un horrible maître négligeant envers eux, ils ne méritent pas cela. Alors les voir au jour le jour et en voir partir certains en sachant qu’ils ne reviendront pas…Je frissonne d’horreur rien que d’y penser et relève même la tête vivement quand elle me parle d’un skin qui a subi l’injection mortelle. Un grognement entre douleur et colère me prend la gorge et je le ravale aussi vite que je le peux. Je ne veux pas qu’elle pense que ce soit envers elle. Sa question me prend un peu de court, je le reconnais. Je veux être là pour elle, l’aider, lui dire que tout ira bien mais…Si je ne sais même pas moi-même comment nous pourrions avancer dans ce monde, comment pourrais-je vraiment l’aider ? Je me redresse un peu. Je ne dois pas la laisser tomber.

"Ce qu’on va faire, c’est qu’on va rentrer au QG. On va manger des bons burgers, tu vas dormir au moins douze heures, et s’il faut que j’appelle ton travail pour leur dire que tu es malades pour que ça arrive crois-moi je le ferais. Ensuite, on réfléchira posément à tout cela" je m’approche d’un pas, hésitant, puis l’entoure dans une étreinte dont j’ai autant besoin, peut-être même plus à l’heure actuelle, qu’elle "Désolé, Heather. Je ne voulais pas…J’ai été indélicat et je m’en excuse." Je me recule un peu, les mains toujours sur ses épaules "Mais s’il y a une chose qui est claire : si tu veux changer de travail, jamais Raffaela ou moi ne t’en empêcherons. C’est ta vie, ton job. Oui, il était pratique pour la meute, mais il y a des centaines d’autres façons pour toi de te sentir utile envers la meute si c’est ce que tu veux. Regardes, moi, je suis flair bartender, où est le rapport tu me diras ? eh bien des fois les gens parlent et je récupère des infos. Ou tu peux tout simplement vivre ta vie en parallèle de la meute. Si c’est vraiment ce que tu veux."

Je ne vais pas mentir : elle ne pourra jamais être totalement indépendante de la meute. Cependant, si elle veut avoir la vie la plus normale qu’elle souhaite, il suffirait que l’on se voit, elle et moi, ou avec d’autres de la meute, de temps en temps, pour avoir les contacts nécessaires pour ne pas devenir folle. Les contraintes de sa nouvelle condition sont nombreuses, c’est vrai, et chacun a sa façon de faire la transition. Je finis par relâcher ses épaules et lui sourit, doucement.

"Allez, on rentre. Tu veux t’allonger à l’arrière pour te reposer un peu, le temps du trajet ?"
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t234-daniel-l-richmond-who-let-the-dog-out#1465 http://solemnhour.forumactif.org/t317-journal-de-bord-de-daniel-l-richmond#2136
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel]

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Parfois la meute ça a du bon[ft Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Flashback] - Parfois, mieux vaut rester sage ! [Nick]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Ma meute!
» Avez -vous honte parfois ?
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Northeast :: New-York City-