Partagez | .
 

 Derdre + people who are meant to be together

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 1:49


DREDRE TRISHIA CADIGAN
WILL ALWAY FIND THEIR WAY BACK TO EACH OTHER

FT. NATASHA NEGOVANLIS
# TYPE : personnage inventé
# NOM : Cadigan, purement irlandais tout comme moi.
# PRÉNOMS : Marie Derdre Trishia, peu importe votre nationalité, les parents trouvent toujours un moyen de merder avec vos noms. Mes parents m'ont donnés un prénom qui se traduit par « douleur » dans la langue commune. Ironie? En gros, on s’est bien foutu de ma gueule quoi.
# SURNOMS : Dre, court et simple alors n'en cherche pas d'autre ou je t'étrangle avec ta langue.
# AGE & DATE DE NAISSANCE : Hum... je crois être née quelque part dans le mois de mars, le 20 ou 21 ... quoi que maintenant ça n'a plus trop d'importance. Pour l'année, ça par contre je m'en souviens! C'est il y 260 ans donc je suis née en l'an 1756... Je ne rajeunis pas.
# LIEU DE NAISSANCE : Dans la ville de Galway situé sur le côté ouest de l'Irlande.
# RACE :Approche que je te montre de plus proche mes dents, oui j'ai bien dit mes dents alors par déduction logique, si tu es le moindrement intelligent, tu as compris que je suis un vampire.
# GROUPE : créature surnaturelle
# SITUATION MARITALE : J'aime à dire que je n'ai pas de cœur, mais dernièrement je crois avoir laissé la porte ouverte et un chiot est entré pour se faufiler entre mes murs. Saleté de corgi.
# PROFESSION : Autre que tuer des gens dans les rues sombres? Je dispose d'une librairie slash magasin d'occultisme. Chouette hein?
# ORIENTATION SEXUELLE : J'ai assez donnée aux hommes et je préfère le plaisir auprès des femmes.
# AUTRES INFORMATIONS : Bien que le nid soit ma première maison, le bâtiment dans lequel se trouve ma boutique m'appartient donc j'ai emménagé un espace appartement au-dessus. Je n'ai pas réellement d’affiliation, je vais suivre ce qui est le mieux pour ma propre personne. Il me faut penser à ma survie avant tout.
# ANECDOTE 1 : Il me manque une partie du lobe de l’oreille droite. Cette blessure remonte à l'époque où j’étais encore une simple petite humaine. Comment c'est arrivé? Et bien ça c’est une autre histoire que je n’aime pas franchement partager avec n’importe qui.

# ANECDOTE 2 : J'ai une grande passion pour la littérature en général. Bien que je préfère les auteurs qui ont écrit avant les années 50. Les 60 dernières années sont généralement faibles en bonne littérature.

# ANECDOTE 3 : Aussi étrange que ça puisse paraître pour un vampire, j'adore les animaux autant les chats que les chiens bien que par moment ceux-ci ne me rendent pas la pareille. J'ai d'ailleurs un chat qui traîne autour de ma boutique sans arrêt.

# ANECDOTE 4 : J'ai plusieurs cicatrices dues à des brûlures sur mes mains et mes avant-bras. De ce fait, le feu est de loin l'élément que j'aime le plus. Je ne vais pas dire en avoir peur, mais je ne suis pas une très grande admiratrice des feux de joie.

# ANECDOTE 5 : Je n'écoute pas beaucoup de musique et je préfère largement le silence de la nuit plutôt que le bruit grinçant des instruments moderne.

# ANECDOTE 6 : J'ai tendance à me préparer une tasse de thé au jasmin que je laisse traîné autour même si je ne la bois pas. L'odeur m'apaise et c'est d'ailleurs le seul souvenir exact que j'ai de ma fille.

# ANECDOTE 7 : Je porte un vieux médaillon qui a appartenu à mon créateur.


LES DESCRIPTIFS
# QUALITÉS & DÉFAUTS : Hum, vous voulez en savoir un peu plus sur mon caractère? Quelle horrible idée que vous avez là? Mais enfin, je me sens d'humeur à vous répondre. Je ne suis pas une grande bavarde de nature, bien que quand j'ai un mot à dire je ne vais pas par contre chemin. Je suis franche, sans doute trop selon certain. C’est d’ailleurs à cause de ma franchise que je suis dans la liste noire de plusieurs membres vampires du nid. Je ne suis cependant pas un vampire stupide. Je sais quand je dois tenir ma langue. C’est une chose que m’a appris mon créateur avec les années. J'aime bien prendre tout mon temps quand je chasse. Trouver la proie idéale, puis la surprendre quand elle s'y attend le moins. J'aime le frisson de la chasse qui me parcourt à chaque fois. J’ai un grand côté sadique qui est assez connu parmi les miens. On me voit souvent comme une garce froide sarcastique qui adore vous enfoncer toujours plus bas. Ce qui me fait plaisir d’être pour la plus part. Malgré tout, je suis fidèle à ceux qui m'entourent. Je n'ai généralement confiance en personne. Je respecte mes aînés et j'obéis, mais je ne leur fais pas pour autant toujours confiance. J'ai tendance à jouer l'avocat du diable et à être pragmatique lorsque les autres ne semblent pas être capables d'avoir une vue d'ensemble. Je ne m'implique que rarement avec les nouveaux et encore moins quand il faut transformer des humains. Certains les voient comme leurs enfants. Pour ma part, je les vois plus comme un véritable fardeau. Je déteste partager un lien avec qui que ce soit. Les premiers membres du nid sont généralement les seules personnes avec qui j'ai un lien, bon ou mauvais. J’ai eu un très mauvais lien avec mon créateur et je ne veux surtout pas être ainsi avec un autre. Pourtant, je suis allé à l’encontre de mes principes pour cette jeune femme. J’ai l’impression que mes principes sont sur le point de changés. Je déteste les changements radicaux. Ça me rend mal à l’aise et perdue.


# POUVOIRS :
SUPER FORCE ▬ Les vampires possèdent une force plus grande que les humains. Les jeunes vampires connaissent une formidable augmentation de la force physique et sont capables de soulever des objets lourds et maîtriser les humains adultes. Les vampires plus âgés, cependant, peuvent maîtriser leurs propres créations et possiblement d'autres monstres.

CROCS ▬ Ils possèdent un ensemble de crocs rétractables. Leurs dents sont dotées une force surhumaine et peuvent énucléer un homme en laissant d'énormes traces de morsures sur le cadavre de la victime dont il s'est nourri.

SUPER VITESSE ▬ Celle de ces créatures est bien supérieure à la vitesse humaine. Il est possible que la vitesse d'un vampire, comme leur force, augmente avec l'âge.

SUPER AGILITÉ ▬ Ils possèdent une agilité incroyable. Ils peuvent grimper sur les murs et sauter des bâtiments sans se blesser. Ils ont aussi plus de réflexes que les humains.

SUPER-SENS ▬ Les vampires ont des sens très vifs qui sont supérieurs à ceux des humains. Ils peuvent voir dans le noir, entendre battre le cœur d'un être humain, et possèdent un sens de l'odorat amélioré. Un vampire peut suivre l'odeur du sang d'un humain sur de longues distances. De même, une fois qu'un vampire a senti le sang d'un être humain, l'odeur reste accrochée dans sa mémoire olfactive à vie.

IMMORTALITÉ ▬ Ils peuvent potentiellement vivre éternellement. Ils ne vieillissent pas et ne contractent pas les maladies classiques qui affectent les humains.

INVULNÉRABILITÉ ▬ Les vampires ne peuvent pas être tués par des méthodes classiques, comme des coups de couteau ou des coups de feu. De plus, ils supportent très bien la douleur, mais ils réagissent encore aux coups de poing et de pied d'une manière semblable aux humains.

RÉGÉNÉRATION ▬ Tant qu'ils ont assez de sang humain, les vampires peuvent rapidement guérir toute blessure qui ne comprend pas l'amputation.

SUPER ENDURANCE ▬ Malgré leur faim, les vampires ne fatiguent pas facilement.


# ARMES : Je suis une arme assez redoutable vous ne croyez pas? Plus sérieusement, je porte un couteau à l'intérieur de ma botte gauche. On n'est jamais assez prudent.

SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 1:50


Historique du personnage
SHE SAYS MY NAME AND THE WHOLE SKY IS TALKING



# Comment avez-vous vécut le bref retour de Eve ? : Quand maman débarque c'est bien parce que la merde à frapper le ventilo puissance dix. Très franchement, ça m'a un peu foutu la trouille de la savoir de retour. Ce n'est pas un être que je veux particulièrement avoir dans mon entourage immédiat et donc j'ai préféré me tenir bien loin.

# Que pensez-vous des êtres-humains et comment vivez-vous le fait de devoir vous cacher d'eux ? : Qu'ils sont très nutritifs ? Quoi? Je ne peux vivre sans eux et bien que la majorité de ces petites bêtes sont ma foi inutiles à leur espèce et ne font que détruire tout, j'envie quelque peu la mortalité. Leur vie est facile et simple. Ils n'ont généralement pas à se préoccuper de devoir chasser pour vivre. Ils sont inconscients de tout ce qui pèse sur eux. Ils peuvent trouver l'amour à plusieurs reprises et vivent sans elle une fois disparus. J'imagine que c'est pourquoi je vis très bien le fais qu'ils ne sont pas au courant pour nous. Le savoir est le pouvoir comme on le dit si bien. La connaissance de notre existence aux yeux de tous ne rendrait que notre vie plus difficile. C'est mieux que nous restions dans l'ombre.

# Appartenez-vous a un clan ? Si oui, lequel et quelle y est votre place ? Quel est votre but ? : il y a 140 ans, j'ai rejoint le nid de San Francisco créer par Eliott d'Arundel. J'y joue le rôle de conseiller. Vous savez l'avocat du diable, le conseiller pragmatique un peu chiant qui arrive toujours avec une vision à l'opposer totale des autres ou qui remet en questions certains points? Et bien c'est moi. Je ne le fais pas parce que j'aime me disputer avec les autres. Je le fais surtout pour notre bien. J'imagine que je suis celle qui arrive à prendre le plus de recul et ce peu importe la situation ce qui fait en sorte que je suis doué dans cette position en particulier.


Histoire
« C’est comment ? » Je lève les yeux de mon livre en lui offrant un regard interrogateur. Sa question soudaine et venue de nulle part me prend un peu au dépourvu. Le point est que je ne sais pas réellement de quoi elle parle. « Il va te falloir être plus précise si tu veux une réponse de ma part, shorty. » Je pour la voir grimacé au surnom alors que le coin de mes lèvres se lève à peine vers le haut dans un début de sourire. Je rebaisse les yeux pour me remettre à lire. Comme beaucoup de mes congénères, j’ai du mal à me faire à ce siècle. Mes goûts généraux en sont d’ailleurs grandement affectés. La littérature des 20 dernières années me répugne totalement. Je la trouve limite insipide et sans intérêt. Aucun des auteurs des dernières décennies ne vaut Dickens, Austen ou Wolf. Je préfère donc largement lire et relire les classiques de ses grands auteurs que de me taper l’insulte de ce qu’est devenue la littérature moderne. « Tu as quoi, 260 ans ? C’est comment d’être né dans une autre époque, un autre pays ? » Je la regarde par-dessus mon livre et soupire. Ses yeux brillent d’une douce et innocente curiosité. Il y a peu de choses que j’aime partager sur mon passé. Beaucoup d’autres vampires qui me côtoient depuis bientôt 140 ans savent réellement mon histoire. Je dépose mon livre incertain si je dois l’envoyer voir ailleurs, comme je le fais généralement avec tout le monde, ou simplement répondre à sa demande. Cette petite peste est tenace. J’ai commencé à l’apprendre à mes dépens. Malheureusement, ma stupidité, qui se traduit par le peu d’humanité qu’il semble resté en moi, semble avoir un réel faible pour elle. « C’est la seule et unique fois que je te raconte mon histoire ou ce que je me souviens donc tu écoutes bien. Mais surtout, zéro question et aucune interruption. Compris ? » La jeune vampire qui m’importune s’agite heureuse d’avoir réussi à me faire accepter de partager mon histoire avec elle et je secoue la tête. Misère, dans je me suis embarqué ?

Mon histoire commence à Galway en Irlande en l’an 1750. Je suis né durant une époque plutôt difficile pour les gens de mon pays. À cette époque, l’Irlande était secouée par un mouvement d’indépendantiste envers l’Angleterre qui engendre aussi la famine pour les plus malheureux. La nourriture est rare et les saisons sont difficiles pour le peuple. Ma famille y comprit. Je ne me souviens pas exactement de ma vie humaine. Je sais que j’ai beaucoup souffert étant jeune enfant. J’ai passé des jours sans nourriture dans mon ventre et dans le froid hiver parfois interminable. Je me souviens de ma mère, douce et tendre femme qui a toujours fait de son mieux afin de prendre soin des six enfants qu’elle mit au monde dans cette époque misérable. J’étais l’une des plus jeunes de ma famille. Si je me souviens bien, je suis l’avant-dernière de ma famille. Une sœur, protectrice, aimable et d’un cœur sans fin et quatre frères. Quatre grands idiots toujours en train de déchirer leurs vêtements en se roulant dans la boue et à m’embêter. Quatre grands idiots qui m’ont tenu au chaud durant les nuits froides à leur propre dépendent. Mon père, lui, un ivrogne stupide et égoïste qui utilisait ses enfants ainsi que sa femme pour faire ce que lui aurait dû faire pour notre survit. Cet homme était un véritable bon à rien d’aussi loin que je me souvienne. Alors que le peuple tentait de devenir indépendant face à la tyrannie des Britanniques, ma famille a été déchirée. Mes trois frères ainés ont décidé de se joindre au mouvement d’indépendance afin de nous libérer et pour nous offrir une vie meilleure. Ma sœur, elle, a épousé l’homme avec qui elle était en amour depuis aussi loin que je me souviens.

Malgré tout ce chaos, je me suis toujours senti comme si rien au monde ne pouvait m’atteindre parce que ma famille  a toujours gardée un œil sur moi en tout temps. Malheureusement, ce sentiment de sécurité a brusquement pris fin le jour où mon père prit la décision de me marier avec le fils d’un riche marchand de notre ville dont nous ignorions tout sauf son désir de me marier. À cette époque, ce genre de transaction, il n’y a pas de meilleur mot pour décrire ce que fut mon mariage, était commun. Hors de question que j’y échappe. Ma sœur eut de la chance de tomber sur un homme rentable pour notre famille aux yeux de notre paternel. Mon mari, le simple fait de l’appeler ainsi même après plus de 240 ans me donne encore des nausées. Mon mari, Charles, était un homme bien plus vieux. Je n’étais qu’une adolescente de 16 ans. J’ai essayé de lutter, de leur faire entendre raison, mais sans succès. J’ai donc fini par épouser Charles 3 ans après notre première rencontre. Pourquoi autant d’années entre notre rencontre et notre mariage? Merci aux révoltes constantes et à la situation anarchique de l’Irlande. Charles a souvent appelé au loin pour aider et il ne s’est jamais fait prier. Tout pour croire que mon cher mari n’était pas l’homme le plus fidèle du monde. Je l’ai méprisée depuis le premier jour. C’est un homme à l’image de mon père, fourbe, égoïste et surtout sans aucune fidélité. Dès que j’osais regardée ou simplement sourire poliment à un autre, Charles finissait par me le faire amèrement regretter. Il a toujours aimé particulièrement marquer mon corps pour montrer que j’étais sienne. Mes brûlures sur les mains datent de cette époque. Je frissonne encore de dégoût à la mémoire de ses mains calleuses sur mon corps. Vous ne pouvez imaginer à quel point c’était horrible de devoir partager mon lit avec lui les soirs où il retrouvait le chemin de la maison. Je suis étonnée encore à ce jour qu’on est mis près de 5 ans de mariage avant que je ne tombe enceinte. Merci pour cette mince bénédiction dans toute cette horreur. Je ne me serais jamais imaginé avoir plusieurs enfants avec lui.

Ma grossesse a été pour le moins éprouvante. Entre maris ivrognes et le chaos dans les rues certains soirs. J’ai vécu assez de stresse de mon vivant pour le reste de mon éternité. J’ai perdu trois frères dans les escarmouches entre les Irlandais et les Britanniques. Ma sœur et sa famille ont quittée l’Irlande pour la France bien que je n’ai jamais su s’ils y sont vraiment arrivés. En quelques années, ma famille a éclatée me laissant seule et désolé en plus d’être sur le point de donner naissance à un enfant. Dès le premier jour, ma plus grande peur pour cet enfant fut la vie horrible qu’il va avoir avec Charles comme père. Je me suis juré d’être la meilleure mère possible pour compenser. J’ai oubliée beaucoup de ma vie d’avant, mais jamais je n’ai pu oublier cette nuit d’août où ma fille est finalement venue au monde. Je peux vous dire que ça n’a pas été facile, mais une fois née elle me fit oublier la douleur des heures précédentes. Ma belle Raven… ma plus grande joie et ma plus grande perte. Voyez-vous, ma vie a basculée quelques mois après que j’ai  donnée naissance à ma fille chérie. Six mois plus tard, Alto, mon créateur est entré dans ma vie par une froide nuit de janvier. Il a fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

Le soleil venait à peine de se coucher et je fais de mon mieux pour rentrer à la maison après être allé prêter main-forte à une amie qui vient donner naissance. Charles est avec notre fille et je ne suis pas franchement emballée de le laisser seul avec elle. Même si depuis sa naissance, il semble avoir trouvé un certain sens des responsabilités, j’ai peur de ce qu’il pourrait lui faire si elle pleure trop. Il n’est pas un homme patient. Je me souviens d’une prise froide, soudaine et solide qui m’a attrapée. Je suis tombée sur le sol durement. Dans un clignement, il était là devant moi. Grand, fort et terrifiant surtout. La terreur qui m’habitait à cet instant est dix fois plus forte que celle que j’ai connue aux mains de mon mari par le passé. « Pitié, je n’ai rien à vous offrir. Ni argent ni bien de valeur. » Tout sauf l’anneau autour de mon doigt. Mais ce n’est pas ce qu’il veut de moi. Son sourire est glacial comme la nuit qui nous entoure. « Ce n’est pas ce que je veux de toi Derdre. » Sa voix est comme du velours… un velours qui annonce le malheur. Mon nom sur ses lèves me rend plus terrifié. Il sait mon nom! Comment est-ce possible? J’ouvre et ferme la bouche sans pouvoir dire un mot. Il comprend ma question. « Je t’ai bien regardé. J’ai vu ta souffrance aux mains de cet homme que tu as dû épouser de force. Trop jeune, trop fragile, trop précieuse pour être brisé par des mains aussi indignes. Je t’ai choisi parmi toutes pour me rejoindre. Tu vas devenir encore plus spéciale, Derdre. Je vais prendre soin de toi comme il se doit. » Non, non, non! Je ne veux pas! Je ne sais pas ce qu’il veut de moi, mais tout ça est fou. Ses paroles sont folles. Je veux juste revenir à ma fille, à Charles. Je veux rentrer chez moi… mais je ne vais jamais le faire.

C’est dans le froid glacial de janvier que je suis devenue un vampire. Je me souviens à peine des premières années de ma seconde vie. La frénésie et le désir du sang toujours plus de sang. Les corps, homme, femme, vieux ou jeune voir même quelques enfants, mais jamais des bébés. Non, jamais.  Alto m’a fait rejoindre son nid au nord de Galway en bordure d’Ennis. J’étais sa quatrième fille et la septième de ses enfants à rejoindre son nid. Il a toujours aimé trouver les perles rares pour ses enfants. Alto fut un père constamment en contradiction. Doux et protecteur un moment, il pouvait devenir colérique et brutal l’instant d’après. Comme les autres membres, j’ai bien souvent goûté à son caractère de feu. Si les premières années de ma seconde vie ont remplies de sang et de cadavre, après quelques années un nom revient encore et encore dans mes pensées. Raven. Ma petite fille… Elle me manque tellement. Son odeur douce de jasmin, son rire clair et la chaleur de son petit corps. Après 15 ans, je suis parti une nuit vers mon ancienne ville. Je voulais savoir ce qui lui était arrivé. L’Irlande connait une certaine stabilité, enfin d’à peine dix ans, mais bon, à la fin des années 1700 que je n’ai pas connu de mon vivant ce qui me fait espérer que ma fille… comme son père vivent toujours dans notre maison. Et je ne me suis pas trompé. La première fois que je la vois, je suis paralysé. Elle est si belle, si grande et si vivante. Charles a fini par comprendre comment être un père. Je sais que je ne devrais pas, mais je suis restée pour l’observer pendant un certain temps. Juste assez pour voir certains actes qui ne me plaisaient pas du tout venant de la femme que Charles a épousé des années après ma mort. Cette femme était au-delà de sévère avec ma fille, méchante même. J’ai sans doute perdu la plupart de mes instincts maternels après ma mort, mais il était hors de question que je regarde une telle personne faire du mal à mon enfant.

Je l’ai attiré seule dans un coin isolé avant de mettre ma sentence pour ses actions à exécutions. « Qui êtes-vous? Que voulez-vous ? » Je pouvais sentir sa terreur à des miles. Elle me frappait par vagues. Ma langue frotte de délice contre mes dents. Elle me regarde longuement et j’en fais pareil. Puis, ses yeux s’agrandissent de stupéfaction. « Tu es elle! C’est impossible. Il a dit que tu es morte depuis 15 ans. » Je souris encore plus largement. « Charles a toujours été bon pour parler, mais jamais pour dire la vérité. Vous voulez savoir ce que je veux? » L’idiote tente de fuir. Ne réalise-t-elle pas qu’elle n’a aucune chance face à moi? Je l’ai rattrapée sans aucun effort et l'a tiens serrer par le cou. Pas assez pour couper l’air dans ses poumons, mais assez pour lui faire sentir que je suis celle qui est en contrôle. « J’ai vu ce que tu lui as fait. Personne ne touche à mon enfant sans conséquence. Votre peine, ma chère, est la mort entre mes mains. » Elle a hurlée, pleurée et tremblée entre mes mains. J’ai approché son visage du mien. Je tiens sa vie littéralement entre mes doigts. Les humains sont si fragiles, sensibles. Ils se brisent à un rien, meurent à un rien. Ils sont faibles et prévisibles. Son agonie entre mes mains est lente et jouissive. Je n’ai jamais pris réellement plaisir à tuer mes proies, mais elle… C’était plus fort que moi disons. J’ai fait durer le plaisir pendant des heures et puis j’ai abandonné son corps dans un endroit où je fus certain que Charles la trouve. Je me suis assuré qu’il soit le seul à voir ma mise en garde. L’horreur sur son visage lors qu’il a trouvé le corps était inestimable. Pendant des années, il était le monstre et maintenant c’était moi.

L’expression sur son visage quand il m’a vu quelques nuits après l’enterrement de sa femme alors que je l’attendais devant la demeure qui était la nôtre il y a tellement d’années est encore bien claire dans ma mémoire. Il n’a pas peur. Il a semblé juste surpris. « Et bien, mon cher mari, tu ne sembles pas heureux de me revoir après toutes ses années. Je dois avouer que les circonstances sont plutôt ironiques. Mes plus sincères condoléances pour la mort de ta seconde femme, Madeleine je crois non? Allons Charles, est-ce que le chat a mangé ta langue ? » L’incertitude plane toujours dans son regard, mais je sais qu’il avait compris ce que sa pauvre idiote d’épouse n’a jamais eu la chance de comprendre. Il sait que je ne suis plus la jeune femme effrayée et fragile qui était autre fois sa femme. Je souris largement. Il ne voit plus l’enfant, il voit le chasseur que je suis devenu et ça me plait. Je dois me contrôler pour ne pas perdre mon bon sens. Je ne veux pas sa mort, pas encore tout du moins. Raven a malheureusement toujours besoin d’un parent. « Derdre? Tu es… tu es la même qu’il y a 15 ans… Comment … » J’ai flânée vers lui comme un chat autour d’une souris. « Tu es certain de ne pas avoir une petite idée? »  Il lève une main pour toucher mon visage. Son touché était si chaud contre ma peau froide et sans vie. Je dois lui semble tellement pâle à la lumière de la lune. Je me suis immobilisée face à lui de nouveau. Je veux pouvoir contempler sa réaction face à face. « Tu es gelé… Derdre, tu as disparu si soudainement… je t’ai cherché pendant des années et te voilà… pourquoi… » J’ai souris plus largement, mais pas le genre de sourire qui illumine un visage. Non, un sourire méchant accentuer par mes crocs bien en évidence. Il bondit hors de ma portée et je me suis mis à rire. Ne se doute-t-il pas que c’est futile comme fuite. « Oh Charles, si tu voyais ton visage maintenant. Délicieux. Calme-toi, je ne suis pas venu pour te faire du mal. Juste pour un petit message. » Je peux entendre son cœur battre à toute vitesse dans sa poitrine. Maintenant, il me craint. Maintenant, il sait ce que je suis devenu le jour de ma disparition. « Si jamais quelqu’un d’autre devait porté la main sur ma petite fille, je ferais de mon dernier exemple avec Madeleine une pâle copie de ce que je vais lui faire. Est-ce qu’on se comprend bien Charles? La femme que j’étais un jour est morte il y a de longues années et tu as eu un aperçu de ce que je peux faire. Ne joue pas avec le feu. » Il a hoché la tête en me regardant tremblant de la tête au pied. C’est inestimable comme sensation de pouvoir. Quand je vis au nid, Alto à tous les pouvoirs sur nous… je n’ai donc jamais pu ressentir ça avant ce soir. L’envie de faire ce qui me plait quand je veux. Je lèche mes lèvres et lui lance un dernier regard avant de me retourner pour disparaître dans la nuit. Sa voix m’arrête avant que je sois hors de portée. « Je suis désolé… pour ce que je t’ai fait subir et pour l’homme que j’étais. J’imagine que ça n’a pas réellement d’importance à tes yeux, mais j’ai besoin que tu le saches. J’ai parlé de toi à Raven tous les jours depuis et tu lui manques, tu nous manques Derdre. J’ai prié le seigneur pour que tu reviennes, maintenant je vais prier pour qu’il puisse donner à ton âme une chance de repos le jour venu afin que l’on puisse se retrouver au paradis. » Pour dire que je suis prise de court… je le suis. Je ne me suis jamais attendue à une telle sincérité venant de lui. Je ne crois plus en Dieu depuis que ma vie comme une humaine a pris fin. Il regarde par-dessus son épaule vers la maison. Je peux voir une silhouette dans la fenêtre. Je sais que c’est elle et qu’elle l’attend. « Je ne peux pas te pardonné pour ce que tu as fait à Madeleine autant qu’à tes yeux elle puisse l’avoir mérité. Une partie de moi veut que tu puisses voir notre fille, mais le père refuse de laisser un monstre entrer dans sa maison. Je protégerai mon enfant des autres, mais en échange tu ne devras jamais remettre les pieds ici. Ne gâche pas l’image de sa mère qu’elle a pour le monstre que tu es devenu. » Je serre la mâchoire. Ça fait mal… terriblement mal, mais il a raison. « Bien, mais je vais toujours gardé un œil sur elle. Garde le en souvenir. Adieux Charles. » Je ne lui laisse pas le temps de répondre et je me déplace rapidement loin. Je déteste la lourdeur que je ressens. Mes sens vampiriques me permettent d’entre clairement l’au revoir qu’il m’a adressé.  J’ai pu entendre clairement la voix de Raven dans la nuit quand il ouvre finalement la porte de la maison. Je déteste ma condition pour la première fois.

J’ai tenu ma promesse enfin mes promesses envers Charles. Je suis resté loin, mais j’ai toujours gardé un œil sur ma fille d’une manière ou d’un autre. J’ai craint pour leur vie quand les combats entre les Irlandais et les Britanniques deviennent plus virulents au début du 19e siècle. Mais, ils ont survécu. Ironie du sort, ma fille a fini par marier un Britannique des années plus tard quittant alors l’Irlande pour Londres. Je n’ai pas pu la suivre. Alto ne me le permit pas. Déjà que ma tendance à disparaître plusieurs jours de suite m’a attirée ses foudres. Il a toujours eu un esprit très paternel, mais d’une manière très tordue. Il n’était pas rare qu’il nous prive de sang ou nous suspende la tête en bas pendant un certain laps de temps. Je me souviens encore le jour où il m’a percé paumes et pieds avec des crochets pour me suspendre. On perd bien souvent la notion du temps et la douleur physique devient rapidement rien contrairement à la faim qui vous habite après un certain temps. Le pouvoir sur nous est ce qu’Alto aimait le plus. C’est en 1830 que j’ai enfin la chance de sortir de la prise de mon créateur. Une nouvelle vague de violence frappe l’Irlande et Ennis n’est pas épargner. Je me souviens avoir été réveillé par un jeune vampire, Arthur, Arnold… enfin peu importe son nom. Il est entré dans ma chambre en hurlant que nous étions attaqués. Qui peut bien avoir la stupidité de s’en prendre à un nid de vampire? Réponse ? Des chasseurs très bien organisés et surtout qui en savaient long sur nous. Alto a poussé sa chance une fois trop loin lorsqu’il s’en est pris à la fille d’un des chasseurs. Notre refuge s’est retrouvé en feu bien rapidement. Personne n’a été épargné. Les corps de vampires et de chasseurs jonchaient le sol. Il était évident qu’il y avait plus de nous mort que vivant. Alto a été un des premiers à mourir. Quand j’ai vu un chasseur lui couper sa tête, j’ai su que fuir était ma seule solution. Au diable les autres, Alto est mort et je ne vais pas rester ici à me battre pour une cause qui est évidement perdu. J’ai fui aussi loin que je l’ai pu. J’ai même pris un bateau pour l’Angleterre dans l’espoir de mettre le plus de distance entre eux et moi. Lâche? Possible, mais je préfère dire que j’ai un instinct de survie fort.

Je me suis installé à Londres quelques années. Je vous ai dit avoir toujours gardé un œil sur ma fille? Et bien je l’ai retrouvé à nouveau. Charles était mort depuis quelques années maintenant et elle… elle a des enfants maintenant. Trois magnifiques enfants, deux garçons et une petite fille. Je suis resté un certain temps autour à regarder mes petits enfants avant qu’un d’entre eux réalise ma présence. Les enfants sont bien souvent plus conscients des êtres surnaturels que les adultes. Ils sont plus ouverts d’esprit.  La seule fois que ma petite fille m’a parlée, j’ai tellement été prise au dépourvu qu’elle est réalisée ma présence. Je me suis frappé mentalement pour mon manque flagrant de discrétion. « Bonjour, pourquoi vous restez toujours dans l’ombre sous l’arbre? » L’innocence de sa question brillait dans ses yeux bleus me prit aux dépourvues. Ça doit légèrement détruire l’image que vous avez du vampire… ne vous en fait pas, je ne suis pas sur le point de me mettre à briller en plein jour et devenir végétarienne. « Ta mère ne t’a jamais dit qu’il vaut mieux ne pas parler aux étrangers? Je maudis ma curiosité qui est plus forte que moi et qui me pousse à agir de manière totalement inconsidérée. « Vous n’êtes pas une inconnue. Je vous vois souvent dans le voisinage. Est-ce que vous vivez dans le quartier aussi ? » Je lui souris. « Non, mais j’ai de la famille qui vie dans cette rue c’est pourquoi tu me voies souvent. » Elle hoche la tête et je sens une nouvelle question venir. Celle-ci est cependant coupée par une nouvelle voix que je connais très bien. Raven. « Derdre, ma chérie qui est ta nouvelle amie. » Je regarde l’enfant surprise. Sa fille a le même nom que moi… Elle l’a nommée selon moi. J’ai envie de pleurer, mais bien entendu je me retiens. C’est la toute première fois que je me retrouve réellement aussi proche de ma fille depuis sa plus tendre enfance. Elle a hérité de la plupart de mes traits sauf pour les yeux bleus de son père. Elle me regarde curieusement et je me sens quelque peu mal à l’aise. « Maman, c’est … » Elle réalise alors qu’elle ne connait pas mon nom. Je lui offre mon meilleur sourire rassurant. « Je suis Trishia. » Raven me regard perplexe. « Vous n’êtes pas britannique.  » Fichu accent irlandais. « Non en effet. » Elle hoche la tête s’attendant sans doute à plus, mais je ne peux lui donner. « Ma chérie, si tu rentrais te lavé les mains avant que nous mangions? » « Mais… D’accord. Au revoir Trishia. » Je lui renvoie son geste de la main alors qu’elle court vers la maison. « Est-ce que nous nous sommes déjà rencontrer? Vous me semblez familière. » Je sens une lourdeur dans le creux de mon ventre. Si elle savait réellement qui je suis. « Peut-être dans une autre vie. Je suis désolé, je dois y aller. » Elle hoche la tête et me souris. Je prends en note chaque petit détail que je grave dans ma mémoire. Je sais que c’est la dernière fois que je la vois. Sa fille m’a vue et elle aussi. C’est maintenant trop dangereux pour moi de rester dans les parages. « Ce fut un plaisir, Miss Trishia. » « En effet, Raven. » Elle cligne des yeux de surprise quand elle réalise que je viens de dire son nom, mais le moment où elle tente de me parler, j’ai disparu depuis longtemps. Deux jours plus tard, j’ai pris un bateau pour le Nouveau Monde.

Passé des mois sur un navire avec presque entièrement composé d’hommes dont la majorité étaient des futurs esclaves… Très mauvaise idée. L’odeur et le goût de leur sang. Si j’apprécie une chose du temps moderne, c’est les moyens de transport. Je déteste les bateaux depuis toujours. Heureusement pour moi, le capitaine du navire était très aimable et fermait les yeux sur les cadavres que j’ai laissés derrière moi durant ces mois passé en mer. Quand j’ai mis les pieds en Amérique pour la première fois, le pays était en train de se construire tranquillement. Beaucoup de villes sont apparues après mon arrivée. J’ai passé plusieurs années à Boston et New York. J’ai toujours particulièrement aimé New York. Elle représente le début d’une vie sans réelle restriction pour moi. Je me suis permis de tuer plus librement sans pour autant oublier les enseignements de mon défunt créateur. Je ne suis pas stupide et je ne voulais surtout attirer l’attention. Au début des années 1850, j’ai décidée d’aller faire un tour dans les états du sud. Je sais un vampire sous le soleil, pas l’idéale me direz-vous. Mais juste pour l’ambiance de La Nouvelle-Orléans, ça en vaut la peine. J’ai adoré cette ville au point où je m’y suis réellement installé pendant près de 10 ans. Quand la guerre de Sécession a débuté, je tenais une petite auberge que j’ai héritée d’un vieux couple mort quelques années avant. L’endroit fut connu par quelques personnes pour accueillir certains réfugiés de toutes origines. Mon attitude envers ces hommes a attirée leur d’attention. Une nuit, je suis revenu de ma chasse habituelle pour trouver l’endroit en feu. Dieu que je déteste le feu! Deux fois je voyais ma demeure partir en fumée! Je me souviens encore des cris de ceux coincés à l’intérieur et des rires des hommes responsables de cette horreur. J’en ai eu assez. Marre des esclavagistes et de leur principe, marre de l’égo démesuré chez la plupart des hommes. Marre d’être une jolie petite chose. La jolie petite chose a décidé d’aller faire quelques petits massacres d’esclavagiste histoire de leur faire payer. J’ai arraché des membres, vidé des corps de sang et de leurs boyaux, il y a très peu que je n’ai pas fait jusqu’à ce que cette fichue guerre finisse. Quand tout s’est arrêté et que le peuple américain a semblé enfin trouver un peu de bon sens… je n’ai pas eu d’autre choix que de ranger la bête. Sans guerre, massacrer une dizaine d’hommes dans la nuit est un peu trop visible. J’ai fini par en avoir marre du sud et je suis parti pour la côte. Je me suis rendu à Los Angeles avant de finir à San Francisco par un pur coup du sort.

J’imagine qu’inconsciemment j’en ai eu assez de toujours être en mouvement et de ne jamais pouvoir réellement me poser. Je ne suis jamais resté plus de quoi 15 ans au même endroit et encore là. J’ai fait la rencontre d’Eliott dans les rues de San Francisco. Je me souviens parfaitement de notre rencontre. Je sens encore le corps mou de ma dernière victime dans mes bras alors que je léchais les dernières goûtes de sang qui coulaient sur mes lèvres. Cet homme ne va manquer à personne. Je le sais, je l’ai vu agir avec les autres. Une petite frappe qui méritait plus que la mort que je viens de lui offrir. Je me suis débarrassé du corps dans le béton fraîchement coulé avant de disparaître dans la nuit de nouveau. Quand je tourne un coin, il est là. Une silhouette sombre et grande qui attendait clairement pour moi. Je me suis méfié tout de suite et mon corps tout entier était prêt pour un possible combat. « Et bien, ce fut impressionnant. Quel technique pour amadouer un homme et le prendre dans votre piège ma chère. » Je le sais tout de suite qu’il est de la même espèce que moi. J’ai rencontré très peu de mes congénères par le passé, mais je sais tout de même les reconnaître. J’ai toujours eu tendance à faire en sorte de ne jamais croiser leur chemin. J’imagine que je me suis toujours vu plus comme une solitaire. Avec Alto, il y a eu un lien tangible entre nous que je n’ai pas avec les autres membres de mon espèce. « J’imagine que ce n’est pas pour me complimenter sur ma technique de chasse que vous m’aborder. » Je déteste tourner autour du pot autant allé directement dans le vif du sujet. « Non en effet. Voyez-vous miss il se trouve que vous êtes présentement en train d’empiété sur le territoire de mon nid. Comme je suis un gentleman, je viens vous prévenir de garder vos distances avec ma ville. Je ne veux pas devoir renvoyer votre tête à votre clan. » Je plisse les yeux n’aimant pas franchement ce qu’il est en train de sous-entendre. Est-ce qu’il me prend pour un nouveau-né? « J’ai bien l’intention de gardé ma tête là où elle est. D’ailleurs bonne chance  pour trouver quelqu’un à qui l’envoyer. Pour ce qui est du reste, je serai hors de vos pattes dès demain. » Je l’ai contourné avec l’intention de rejoindre mon logement pour la nuit. Je tiens trop à ma vie pour commencer une guerre ouverte avec d’autres vampires. « Donc vous n’avez pas de clan?  » Je me retourne vers lui. « Clans, nids, regroupements, appeler le comme vous le désirez mon cher, la réponse est non. » Il me regarde de haut en bas. « Une si jolie petite chose que vous seule? Quelle honte. » J’ai de nouveau plissée les yeux, mais il ne semble pas prendre mon geste comme une menace. « Enfin, sa perte, mon gain. Je peux vous proposer une place parmi les miens. Finit l’errance dans ce monde ou la solitude, vous ma chère serez enfin parmi les vôtres. Qu’en dites-vous? » « Vous proposez à tous les vampires que vous croisez de vous rejoindre ? » « Seulement à ceux qui attire mon attention. » Je l’ai regardée, le scrute un moment, mais son expression reste la même. C’est une opportunité que je n’ai jamais réellement cherchée, mais qu’au fond j’ai toujours souhaitée. « Comment je dois vous appelez ? » Il semble avoir compris que c’est ma méthode de répondre oui. « Je suis Eliott. » « Derdre » « Bienvenue Derdre. »

Dès que je suis devenu membre du nid d’Eliott, la vie est devenue beaucoup plus simple que durant mon vagabondage. Je ne me suis jamais particulièrement bien entendu avec le frère de celui-ci, mais on ne peut pas toujours avoir des personnalités qui vont dans le même sens. J’ai fini par m’installer dans un rôle de conseiller au prêt d’Eliott au grand déplaisir de Melchior. J’en profite souvent pour être le plus ennuyante possible avec lui. Bien que je sois avec eux depuis le début, je ne me suis jamais réellement attaché à qui que ce soit personnellement. Je ne suis pas réellement intéressé par l’attrait d’un partenaire, mais je ne dis jamais non à quelques nuits de pur plaisir ou de folies. J’ai passé les cent premières années à me concentrer sur notre groupe. Il y a vingt ans, je suis entrée dans cette vieille librairie qui sert aussi de magasin occulte dans un quartier plutôt reculé de la ville. L’endroit m’a tout de suite plu. La vieille femme qui a tenu l’endroit à l’époque m’a longuement raconté l’histoire de sa boutique et le pseudo esprit qui l’habite depuis plus d'une 100 années. Le fils de l’ancien propriétaire est mort dans ses murs d’une très forte fièvre durant un hiver. Depuis, l’esprit du jeune homme de 22 ans vit toujours dans ses murs. Norma a trouvé les ossement quelques années après avoir prit possession de l'endroit et les a brûler. Je sais que je suis un vampire, mais je n’ai pas du tout pris au sérieux cette histoire. Norma a toujours adoré me raconté comment elle a renvoyé l'esprit là où il appartenait. Malgré que je ne croyais pas vraiment les histoire de fantômes sur la boutique, je revenais sans arrêt pour voir cette vieille femme au point où Norma finit par m’engager afin de l’aider. Je crois que cette vieille harpie à moitié aveugle a toujours su que je ne fus pas un être humain, mais elle n’a jamais rien dit.

Contrairement à ce que beaucoup peuvent pensée, le plus difficile aujourd’hui pour moi n’est pas réellement de caché le fait que je ne vieillis pas ou que me nourris de sang. Non, le plus difficile c’est de comprendre comment fonctionne la technologie. Je hais tous ces trucs technologiques en particulier les ordinateurs. J’en ai un… qui prend la poussière dans un coin. Si je dispose d’un téléphone, c’est bien parce que c’est pratique. Quand vient le temps d’envoyer des messages avec ces choses, c’est l’horreur. On se moque bien souvent de mon incapacité à le faire ou on trouve ça plutôt mignon… Vous imaginez, quelqu’un me trouve moi un vampire de 260 ans mignon… La bonne blague. Quoi que je ne pense pas que la jeune femme sait pour la dernière partie. Je ne suis pas du genre a gardé contacte avec mes anciennes conquêtes, mais elle fut persistante après notre nuit ensemble. Quand je suis allé à New York, je ne l’ai pas fait dans l’idée de finir ma nuit dans le lit de cette jeune fille. Malheureusement, autant que j’aime penser à ce qui s’est passé entre nous, ça me ramène toujours à ce qui s’est passé à mon retour. Je ne suis pas le genre de vampire qui en créer d’autres. Je crois qu’en 260 ans d’existence, j’ai transformé 3 personnes qui ne marchent plus sur cette terre depuis quelque temps. Je n’ai jamais prévu de transformer cette gamine et d’en faire ma responsabilité. Pour dire qu’Eliott fut vert de colère, c’est faible. J’ai eu de la chance que les raisons qui m’ont poussé à agir ont convaincu notre grand chef de ne pas mettre ma tête sur un pic. Ça avec le fait que c’est la première fois que je ramène une de mes créations. Disons que j’ai toujours préféré le laissé gérer les nouveaux. Maintenant, je me retrouve avec cette sale petite peste qui me suit partout. Un vrai fardeau, je vous jure.

« Donc en fait, tu me vois comme un fardeau? Wow c’est sympa. » Je roule des yeux. « Tu es un fardeau, shorty. Toi et tous les nouveaux vampires. » Elle croise les bras sur sa poitrine. Cette enfant n’a vraiment pas l’air d’un vampire… sans doute pourquoi Eliott la garde. Il lui est plus facile d’attiré des proies avec son visage doux et ses grands yeux clairs. « Tu dis ça, mais dans le fond je sais bien que tu m’aimes bien. Sinon tu m’aurais laissé mourir dans cette ruelle et tu n’aurais pas passé toute une nuit à me raconter ta vie. » Je grogne après elle parce qu’elle n’a pas réellement tort. Je sais qu’elle déteste quand je l’appelle shorty ou gamin alors que théoriquement elle fête ses 30 ans cette année même si elle a toujours l’air d’en avoir 25. Ainsi va la vie de vampire.

Mon téléphone vibre sur le meuble. C’est un message d’Ellie. Je sens ses yeux sur moi dès l’instant que je prends l’appareil dans ma main. « Pas un mot shorty ou je te suspends par les pieds sans nourriture pendant trois jours. » Elle ouvre et ferme la bouche avant de se mettre à bouder. « Tu ne peux pas faire ça! » Je souris en me levant et en fermant mon livre. « Je suis ta créatrice alors si je peux. » L’argument qui tue. « Alors, je peux t’appeler maman? » Mon expression se tord. « Je ne suis pas ta mère, Sara et je ne vais jamais prétendre l’être. » Elle comprend aussitôt son erreur. « Je suis désolé Derdre… » Je hoche la tête et me retourne pour sortir alors qu’elle reste au même endroit. Rendu à la porte, je soupire et tourne la tête vers elle. « Tu comptes resté assise là longtemps Shorty ou tu vas me suivre. » Ma vie est un chaos. Entre une humaine qui m’attire beaucoup trop et cette gamine qui me fait me demander si je peux toujours prendre soin de quelqu’un… je ne sais pas trop comment ne pas faire en sorte que cette histoire ne m’éclate pas au visage… Je crois les doigts. Je croise les doigts.


TOI, TA LIFE


# Pseudo : Thirteen ou KimCass.
# Date de naissance : 14 janvier de l'an 0 :hehe:
# Fréquence de connexion : 3 jours semaines minimum
# Ta route jusqu'ici : Médor m'a passé le lien...

# Code de validation :Try New Mexico I hear he's on tortilla
# Schizophrénie : J'entends déjà des voix... mais je suis toujours seule maître de mon corps.

# Commentaires :  :22:  :22:  

SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 27 ans
Métier : Chasseuse débutante durant 1 mois, écrivaine
Situation : Mère célibataire
Localisation : San Francisco
Feat. : Jane Levy
Copyright : Shiya (avatar) TUMBLR, shadow (sign)
Je suis aussi : Gabriel ♦ Lyov A. Winston ♦ Annabelle J. Graham ♦ Elizabeth W. Rochester ♦ Yehuiah
Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 316

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 2:08

Welcome here :amour:

Tu as désormais une semaine pour faire ta fichette, mais si tu as des questions / besoin d'un délai, tout ça n'hésite pas à venir trouver le staff :52: Ce personnage promet tellement de feels, avec le puppy corgi en plus, raaah je meurs. Courage pour la suite toujours ! :amour: :love:



To be human is to love,
even when it gets too much
i'm not ready to give up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t351-go-fuck-yourself-with-a-cactus-bailey#2564 http://solemnhour.forumactif.org/t355-journal-de-bord-de-bailey-johnson#2600
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 2:13

Merci, promis si j'ai des questions je vais venir vous emmerder!

Corgi c'est sa faute -_-. Cette fille sera ma mort... encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : Indéfini
Métier : Ange
Situation : Célibataire
Localisation : Sur Terre
Feat. : Misha Collins
Copyright : Tumblr pour les gifs et merci à Kali pour l'avatar ♥
Je suis aussi : Jonas Sanders
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 579

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 8:57

Bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite de ta fiche :52:


I MISS YOU
PLEASE FORGIVE ME

(c)XynPapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t22-castiel-it-s-funnier-in-enochian http://solemnhour.forumactif.org/t798-carnet-d-adresse-de-castiel#9246
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 10:04

Hellcome Derinette ♥ (J'ai pensé à Trishou aussi, j'aime bien :39: )
Quoi tu aimes pas les surnoms? Viens me tuer Darling :21:
Bon courage pour la fin de ta fiche :36:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : Elle a perdu le fil passé le premier millénaire
Métier : Destructrice d'univers - Déesse du commencement et de la fin - Restauratrice d'art le dimanche
Situation : Anamoureuse
Localisation : Habituellement New-York actuellement Pakistan
Feat. : Rekha Sharma
Copyright : LilyK
Je suis aussi : My not so sweet Evangeline, la belle du sud.
Date d'inscription : 25/06/2016
Messages : 139

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 10:48

Tu es déjà quasi mort mon cher Crowley :59:

Blague à part, bienvenue sur le forum et bon séjour parmi nous! :v:




.
I'm a princess cut from marble, smoother than a storm. And the scars that mark my body, they're silver and gold. My blood is a flood of rubies, precious stones, it keeps my veins hot, the fire's found a home in me.  +ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t352-kali-this-is-the-start-of-how-it-all-ends http://solemnhour.forumactif.org/t801-carnet-d-adresses-de-kali-memento-mori#9281
avatar

Age : 288 ans.
Métier : Homme d'affaires, philanthrope et leader du nid de vampires de San Francisco
Situation : Célibataire.
Localisation : San Francisco (US).
Feat. : Matthew Goode.
Copyright : Ira'beth.
Je suis aussi :


Date d'inscription : 01/06/2016
Messages : 110

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 11:07

Mon nid s'agrandit :bwah:
Nul ne me résiste *sbaff*
Feels à part, BIENVENUE PARMI NOUS (une fois de plus) :52:
et merci au corgi de t'avoir ramené parmi nous. Je ne sais plus si on s'est déjà croisé auparavant (On a du être sur le même forum à une époque mais en même temps, je ne sais pas. AL si jamais tu te poses la question. Je n'y suis plus). Ca va faire un argument de plus pour le garder à SF et au nid What a Face Qui a dit que je n'étais pas romantique (Bai, ne réponds pas à cette question, merci) What a Face
Bon courage pour ta fiche. N'hésite pas à MP si tu as besoin de quoi que ce soit, ne serait-ce que la chronologie du nid. J'ai hâte de lire tout ça. :21:



be thou the rainbow in the storms of life.
the evening beam that smiles the clouds away, and tints tomorrow with prophetic ray (lord byron)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t320-my-heart-in-passion-and-my-head-on-rhymes-eliott http://solemnhour.forumactif.org/t800-carnet-d-adresses-d-eliott-d-arundel#9277 http://sceneriesofhope.tumblr.com/
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 11:20

:12:  :13:  :13:  :7:  :7:  :7:  :7:  :7:  :21:  :21:  :21:  :21:  :23:  :23:  :23:  :23:  :23:  :23:  :22:  :22:  :22:  :22:  :22:  :36:  :36:  :36:  :36:  :36:  :36:  :34:  :34:  :34:  :34:  :34:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :78:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:  :kiss:

MYYYYYY LLLOOOVVEEEEEEEEEEE !!! I LOVE YOUUUUU :78:

Derdre T. Cadigan a écrit:

Corgi c'est sa faute -_-. Cette fille sera ma mort... encore une fois.

Huhuhuhu :uhuh:

Je suis certaine que tu étais comme ça *pan*:
 

Mais c'est toi avec cette signature qui me tue

Je suis trop contente que tu sois là, on va recommencer à fangirler avec ces deux là ♥

Me tarde de lire ton histoire (et j'ai une raison de plus de me bouger pour finir ma fiche)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together Sam 17 Sep - 18:09

Merci tout le monde pour les bienvenues ^^.

Eliott, tu étais qui sur le forum? J'ai été Siera - Ronan pendant un bon moment.

Crowley -> Une seule chose à dire :33:

Ellie tout est de ta faute même si tu le sais pas! Pas en publique voyons ... raaaaaaaaaa !! J'ai une réputation à tenir Médor alors fait gaffe à pas venir me baver dessus quand il y a des gens -_-.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Derdre + people who are meant to be together

Revenir en haut Aller en bas
 

Derdre + people who are meant to be together

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE
» People's Glory

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: come a get a life :: avant de prendre la route :: Bienvenue en Enfer-