Partagez | .
 

 [Abandonné] All we need is to find paradise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Age : 27 ans
Métier : Chasseuse débutante durant 1 mois, écrivaine
Situation : Mère célibataire
Localisation : San Francisco
Feat. : Jane Levy
Copyright : Shiya (avatar) TUMBLR, shadow (sign)
Je suis aussi : Gabriel ♦ Lyov A. Winston ♦ Annabelle J. Graham ♦ Elizabeth W. Rochester ♦ Yehuiah
Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 317

Message Sujet: [Abandonné] All we need is to find paradise Lun 29 Aoû - 23:56


RP EN COURS

SUJET LIBRE
# TYPE : temps futur, datation à voir
# DATE : plutôt début Mars
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF : soirée, vers 21h ou 22h. Oup lus tard, pourquoi pas ? Bailey craque et, pour une fois, elle laisse la tension sortir de son petit corps. Attention aux étincelles !

# PRÉSENCE DU MJ : No need.

# AUTRE : Rp totalement libre, je n'ai rien prévu à l'avance, outre un bon gros mal de crâne au réveil.
SHADOW




All we need is to find paradise
« Tous les chemins mènent au rhum »
Je ferme les yeux et me laisse enivrer lentement, sûrement, par la musique. La chanteuse du karaoke improvisé est plutôt bonne je dois dire, et je me surprends moi-même à reprendre en cœur cette chanson millénaire - Saving All My Love for You de Whitney Houston, bien qu’à voix basse. Bon. D’accord. Je l’avoue. Je ne suis pas enivrée que par la musique. Je suis enivrée tout court, mon quatrième verre de whisky trônant fièrement devant moi. J’en ai même oublié ma clope qui se consume entre mes doigts – et j’en tire une dernière bouffée avant qu’elle ne se termine d’elle-même. Qu’ai-je donc fait pour me retrouver dans cette situation ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. J’ai soudainement eu envie de lâcher prise, après avoir longtemps pleuré, craquant. Tout simplement. Il n’y a pas eu d’événements déclencheurs en tant que tel – à moins que de voir la maison couverte de fleurs en rentrant en soit la cause, il y a de cela à peine une heure. Peut-être. Je ne sais pas. Je n’ai plus envie de réfléchir. Je suis fatiguée de tout ça, de toutes ces conneries, de ce combat quotidien. Je veux juste … Oublier. Oublier pour un soir. J’aimerais, pour une fois, être une jeune femme insouciante, même si je sais pertinemment que je ne l’ai jamais été et que je ne pense pas véritablement savoir ce que c’est. J’aimerais que la prochaine personne à m’offrir un verre le fasse parce qu’il me trouve mignonne, et ce sans penser à me faire du mal ensuite. J’aimerais juste vivre. Pour un soir. Me sentir en sécurité. Pourquoi pas me sentir aimée pour de bon – soyons fous ? J’inspire et expire doucement, en fixant mon verre vide, avant d’écraser ma clope. Je ne pense pas pouvoir être surprise ce soir, après tout ça. Je croise les jambes, fermant les yeux quelques secondes, et le barman en profite pour me servir un cinquième verre – je le sens bouger. « Merci » Je chuchote, rouvrant les yeux pour le fixer. Il me fait un sourire en réponse, et repart servir d’autres clients. Etrangement, depuis que je suis arrivée, je n’ai eu aucune proposition. En un sens tant mieux. D’autre part … Pour une fois que je ne ressemble pas à un sac, je crois que ma déesse intérieure aurait aimé avoir un peu de considération. Mais cette dernière est partie bouder, apparemment, puisque je ne l’entends même pas ronchonner. Je porte à nouveau le verre à mes lèvres, confuse, le cœur encore en vrac mais comme anesthésié. Un rien pourrait me faire tomber pour de bon à cette heure, je le sais, et je n’ai plus le courage de fuir. Je ne peux plus que me laisser faire et affronter, peut-être le pire.

« I need a miracle, tonight. » Je murmure, essuyant l’alcool perlant au coin de mes lèvres d’un mouvement de langue habile. Et si, pour une fois, j’allais le chercher de moi-même ? L’idée saugrenue me saute soudain au cœur, et ma conscience chavire un peu plus. Pourquoi pas ? Je suis ivre. Un sourire étrange éclaire désormais mon visage, car mes yeux ne brillent plus depuis déjà plusieurs heures. Allons-y, montons en scène. Pour une fois, une seule fois, montrons leur, laissons le cygne chanter avant qu’il ne meurt.
« Excusez-moi … Serait-il possible d’aller chanter ? » Je demande au barman, le faisant sursauter – je ne dis rien depuis mon arrivée, le pauvre, il a dû croire que j’étais dépressive … Ce qui est, sommes toute, certainement vrai. « Oui, tout à fait. Quelle musique voulez-vous ? » Ah que j’aime cet homme. Cette fois-ci mon regard coule sur lui comme si il m’offrait la huitième merveille du monde. Je lui donne mon choix, et il acquiesce doucement, avant de partir régler la sono. Moi, je me contente de prendre mon verre et le vider, cul sec, avant de sauter de mon perchoir avec grâce, tanguant quelque peu – mais si marcher droit est difficile, je n’en ai cure. Je pourrais très bien à l’heure actuelle, balancer mes talons de douze centimètres dans le lambris. Je pourrais enlever ma robe hors de prix, je pourrais effacer mon rouge à lèvre. Je pourrais redevenir celle que j’étais avant que tout cela ne commence. Mais non. Non. Ce soir, j’accepte d’être une poupée de verre, une beauté fragile qui se brisera si vous l’effleurez. Ce soir, enfin, mes barrières s’envolent, se réduisent jusqu’à ne plus exister. Ce soir, j’offre mon cœur, à la nuit, aux étoiles, aux rêves invisibles.
« I want you by my side, so that I never feel alone again … They've always been so kind, but now they've brought you away from me. I hope they didn't get your mind ! Your heart is too strong, anyway … We need to fetch back the time they have stolen from us … »
Ma voix, enrouée, au départ, se fait plus forte à mesure que je prends confiance. Qui pourrait m’atteindre, ici ? Ce soir je monte sur scène, auréolé par la lumière. Je me fiche des conversations ambiantes. Je me fiche que l’on me fixe comme si j’étais un être étrange – de par mon accoutrement à ne pas en douter, puisque ce que je fais pin-up. Ce soir j’écarte les bras, je caresse la guitare offerte en offrande, mes lèvres embrassent le micro. Ce soir une larme roule en solitaire sur ma joue, ce soir je me libère. De toi. De nous. De moi. De tout ce cirque. Et ma voix, enfin chante, comme je n’ai jamais chanté auparavant, devant quiconque, tandis que je caresse les cordes, tandis que la musique vole mon âme. Ce soir, le sourire sur mes lèvres se renforce et j’ouvre les yeux pour fixer cette foule invisible – car je suis ainsi faite. « I want you, we can bring it on the floor; Never danced like this before ! - We don't talk about it ; Dancing on, do the boogie all night long, stoned in paradise; Shouldn't talk about it ! »
Et alors, plus rien n’existe. Plus rien n’existe, non. Plus rien n’existe. A part, peut-être, deux yeux qui brillent dans le fond de la salle. Deux yeux qui sont plus qu’une promesse de rédemption, sans que je le sache. Ce soir, mes amis, ce soir. Ce soir, le miracle est descendu de son trône d’or et -  croyez-le ou non - je compte bien l’attraper au passage.


code by ORICYA.




To be human is to love,
even when it gets too much
i'm not ready to give up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t351-go-fuck-yourself-with-a-cactus-bailey#2564 http://solemnhour.forumactif.org/t355-journal-de-bord-de-bailey-johnson#2600
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandonné] All we need is to find paradise Jeu 22 Sep - 13:47

All we need is to find paradise

ft. Bailey & Thomas


Qu'est-ce que je peux bien faire dans un bar, c'est là la question que l'on est en droit de se poser. Tout d'abord, ce n'est pas parce que je suis un homme d'église que je n'ai pas le droit d'assister à ce genre de "petits plaisirs", je ne fais rien de mal et puis, j'aime entendre les gens chanter. Certes, c'est un peu délicat pour moi d'être dans ce genre d'endroit. D'abord parce que mon "cher" démon pourrait venir m'ennuyer et cela mettrait en danger les gens qui sont ici, et ensuite, il y ce "pouvoir" dont je dispose, cette empathie. Un bar est l'endroit rêvé pour abriter la souffrance humaine et des âmes tourmentées, j'en ressens énormément ce soir, c'en est limite étouffant, mais j'ai comme un pressentiment, j'ignore pourquoi, mais je sens que je dois me trouver ici ce soir et nulle part ailleurs. La personne qui entonne la chanson de Whitney Houston a un beau timbre de voix, mais rien d'exceptionnel. Je plonge mes lèvres dans ma boisson. Je vous rassure tout de suite, c'est du sans alcool. Sérieusement, vous imaginez un curé ivre ? Je doute que Dieu apprécierait qu'un de ses serviteurs se mette minable comme on dit et puis, de toute façon, je n'aime pas l'alcool, donc le problème est résolu.

Je décide soudainement de me rapprocher de la scène, non pas pour aller chanter, mais pour pouvoir écouter plus à mon aise, sans le bruit parasite des conversations autour de moi. Nous changeons de chanteuse. Je fronce les sourcils tandis que la jeune femme qui vient de monter sur scène entonne sa chanson. Je penche ma tête sur le côté, je sens une telle tristesse dans sa voix, un tel désespoir...est-ce pour elle que je devais être là ce soir ? Je l'ignore. J'entends quelques sifflement appréciateurs autour de moi. Je roule instinctivement des yeux, les hommes peuvent être de véritables animaux parfois. Je suppose que la jeune femme est jolie, peut-être même qu'elle adopte une attitude assez...séductrice. Je l'ignore, après tout, je ne peux la voir. Je peux juste l'entendre et ce qu'entends d'elle me bouleverse au plus haut point. J'ai envie d'échanger quelques paroles avec elle. Lorsque je sens quelqu'un passer près de moi, j'attrape le bras de la personne et lui demande de noter quelques mots sur un papier et de le donner à la jeune femme sur la scène.

Voici ce qu'il y avait de noté :

"Je me trouve juste devant la scène. Je ne veux pas vous choquer ou vous paraître inconvenant, mais votre peine m'a touché. J'aimerais beaucoup vous offrir un verre pour échanger quelques mots avec vous. Je me nommes Thomas Harrington."

Une chance, la personne que j'avais "intercepté" était un des serveurs du bar, il alla donc faire ce que je lui avais demandé. Naturellement, j'avais pris soin de lui donner un petit pourboire pour service rendu. Une fois que ce fut fait, j'attendais patiemment à ma table que la jeune femme accepte mon invitation...ou pas.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 27 ans
Métier : Chasseuse débutante durant 1 mois, écrivaine
Situation : Mère célibataire
Localisation : San Francisco
Feat. : Jane Levy
Copyright : Shiya (avatar) TUMBLR, shadow (sign)
Je suis aussi : Gabriel ♦ Lyov A. Winston ♦ Annabelle J. Graham ♦ Elizabeth W. Rochester ♦ Yehuiah
Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 317

Message Sujet: Re: [Abandonné] All we need is to find paradise Mer 5 Oct - 17:10


You're a good surprise
« Tous les chemins mènent au rhum »
Perdue dans un monde qui est mien, je ne fais pas attention à la réalité qui m’entoure, ignorant les sifflements appréciateurs, faisant fi des regards amusés. Tout ce que je fais est chanter, vomir des paroles d’une voix que je ne reconnais pas moi-même, si différente de l’habituelle, si douce, si tendre, et pourtant brisée. Je ne sais plus qui je suis. Je ne sais plus où me situer. Ce n’est plus moi qui mène la danse depuis longtemps – mais l’ai-je un jour seulement menée ? –, les règles ne sont plus respectées depuis un temps qui me parait sans âge et mon âme … Ah mon âme. Ne l’ai-je pas damnée ce soir en renonçant ainsi à ce pour quoi je me bats depuis mon arrivée ? Mais cessons de penser à cela. Laissons le conflit au placard, laissons la sage Bailey, ruée de coups, comater. Ce soir je ne suis pas Cendrillon, je suis juste une femme en mal d’amour – et mieux encore, je tente de redécouvrir une facette que j’ai jusque là cachée, rabrouée, oubliée et qu’Asmodée et Louise veulent voir sortir plus souvent. Après tout, en chacun de nous sommeille un tigre, féroce, cupide, emplit de sombres et inavouables désirs … Et le mien vient de sortir entièrement après avoir sommeillé plusieurs années, affamé de nouveautés. Je termine la chanson de Milky Chance sous les applaudissements, mais mon esprit vagabonde encore ailleurs. Je rougis quelque peu – la naturel est toujours là, malgré les artifices – avant de délaisser l’instrument et quitter la scène sans un mot de plus. Que faire maintenant ? Rentrer ? Se serait l’idée la plus censée à faire mais … Je n’ai pas envie. Et alors que je lève les yeux sur les lumières aveuglantes du bar, un serveur vient me voir pour me porter un mot. Stupéfaite, je n’ose y croire en premier lieu, mais il a l’air si sérieux (et ennuyé par ailleurs) alors qu’il me désigne le coupable du pouce, que je me rends compte qu’il n’ s’agit pas d’une blague.

En un autre jour, j’aurais ignoré la demande. Si j’avais été dans mon état normal, j’aurais fuis, prenant les jambes à mon coup, en me mettant la pression. Cela pourrait être un psychopathe – bien que vu les énergumènes qui m’attendaient chez eux, je ne courrais pas grand risque de ce coté. Cela pourrait juste être un type intéressé par du sexe – mais là encore, je savais m’en défaire. Cela pouvait être un danger potentiel, et pire encore, je pouvais être un danger pour lui. Mais ce soir, j’étais égoïste. Réellement égoïste. Ce soir, j’avais faim de danger. Et puis, quel homme avec une plume aussi adorable pouvait réellement être néfaste ? Cache ce sourire tendre, Bailey. Montre-toi ferme, si c’est là réellement ce qu’il veut – discuter, autour d’un verre. En un autre jour, je serais rentrée, sagement. Mais cette nuit la sagesse foutait le camp et c’est pour cela que je traversais présentement la foule, louvoyant entre les mains tendues, prenant garde à ne pas tomber de mes perchoirs inhabituels, pour me rendre à la table que le serveur venait de me montrer.

« Monsieur Harrington ? Bonsoir. Je suis Bailey. La chanteuse. »

Et je le fixe à présent, curieuse, sur mes gardes malgré mon envie de faire des bêtises. Sera-t-il mon péché ce soir ? Ou, au contraire, la rédemption que mon âme désire ?

« C’est très gentil à vous de m’offrir un verre. Puis-je prendre place ? »


code by ORICYA.




To be human is to love,
even when it gets too much
i'm not ready to give up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t351-go-fuck-yourself-with-a-cactus-bailey#2564 http://solemnhour.forumactif.org/t355-journal-de-bord-de-bailey-johnson#2600
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandonné] All we need is to find paradise Mer 19 Oct - 21:13

All we need is to find paradise

ft. Bailey & Thomas


Je ne savais pas vraiment pourquoi j'avais agis si impulsivement, pourquoi j'avais fait porter cette note à cette demoiselle ? Certes, j'avais ressenti un certain...désespoir, presque étouffant, mais peut-être n'avait-elle pas envie d'être dérangée, peut-être ne voulait-elle pas discuter, certains veulent garder pour eux leurs tracas. Quoiqu'il en soit, je ne risquais pas grand chose à lui demander de venir, sauf peut-être essuyer un refus et cela n'a jamais tué personne. En attendant de savoir si elle allait accepter ou pas, je laissais les bruits environnants envahir mes oreilles et soudain, une voix douce se détacha du lot. Je tournais le visage vers sa provenance et esquissais un sourire.

- Bonsoir Bailey. Bien sûr installez-vous. Vous pouvez m'appeler Thomas vous savez.

Je me calais un peu plus sur mon siège et gardait mon regard droit devant moi.

- Je vous remercie d'avoir accepté, je prenais tout de même un gros risque en vous invitant de cette manière, mais ainsi que je vous l'ai écrit, j'ai ressenti votre peine et c'en est presque étouffant, alors je me demandais si, par hasard, vous n'auriez pas besoin d'un oreille attentive. Cela peut sembler étrange dit comme ça, mais rassurez-vous, il ne s'agit pas d'une technique de drague désuète, ma profession m'impose le célibat si je puis dire.

Sans compter que mes goûts n'allaient pas vers les femmes, mais inutile de rentrer dans ce genre de considération, je venais à peine de rencontrer Bailey, je n'allais tout de même pas lui parler déjà de mes préférences sexuelles et puis de toute manière, un prêtre ne peut avoir d'histoire d'amour, donc la question est réglée.

- Que voulez-vous boire ? Je prendrais la même chose que vous.

Je levais la main pour faire signe à un serveur potentiel pour qu'il s'approche et en attendant, je poursuivi la conversation avec Bailey. C'était sans doute une déformation professionnelle, je l'ignorais, mais je ne pouvais m'empêcher de vouloir venir en aide à chaque personne que je croisais et qui semblait en avoir besoin.

- Vous avez vraiment un joli timbre de voix. Je n'étais d'ailleurs pas le seul à le penser ce soir. Vous venez souvent ici ?

Moi c'était peut-être la deuxième ou la troisième fois que je venais dans ce bar. Ce n'est pas parce que cela ne me plaisait pas, mais tout simplement parce qu'ici je ne suis pas protégé, je tremble dès que je mets un orteil hors de mon église, je crains que Julius soit là à guetter le moment idéal pour venir me tourmenter, à dire vrai je ne sais même pas si c'est là sa manière de penser, je crois que ce qui l'amuse plutôt, c'est de me "tomber dessus" au moment où je m'y attends le moins. C'est pour cela que lorsque je suis dehors, je rentre toujours seul, je ne veux pas faire courir de risque à qui que ce soit. Je vous jure, c'est à en devenir parano parfois.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 27 ans
Métier : Chasseuse débutante durant 1 mois, écrivaine
Situation : Mère célibataire
Localisation : San Francisco
Feat. : Jane Levy
Copyright : Shiya (avatar) TUMBLR, shadow (sign)
Je suis aussi : Gabriel ♦ Lyov A. Winston ♦ Annabelle J. Graham ♦ Elizabeth W. Rochester ♦ Yehuiah
Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 317

Message Sujet: Re: [Abandonné] All we need is to find paradise Mer 16 Nov - 20:38


Save me Father
« Tous les chemins mènent au rhum »
Stupéfaite. C’est ainsi que je me sens soudain. Les remords affluent dans ma poitrine plus vite qu’un courant d’air, l’espoir se bloque dans ma gorge, je reprends contenance brutalement vient m’écraser sur Terre avec fracas. Il est aveugle. C’est la première chose que je comprends, que je remarque, tandis qu’il se tourne vers moi. Pourquoi aurait-il des lunettes noires sur le nez en pleine nuit sinon ? Il semble mal à l’aise, et je ne peux que le comprendre – si il est bien ce que je crois, les sons doivent être insupportables.
A ces mots, pourtant, un léger sourire se pose sur mes lèvres. Thomas. Oui. Bien sûr. Je hoche la tête doucement, même si il ne peut me voir, et m’installe donc ensuite en face de lui.

« Thomas. C’est un joli prénom. »

Badinage, je susurre pour moi-même, avant de me concentrer sur ses paroles, les étudiant. Un gros risque en m’invitant ? Ai-je donc l’air de mordre ? Me prend t-il pour quelque chose que je ne suis pas ? Quoi qu’en y regardant bien, si les d’Arundels étaient présents, il est certain qu’il n’aurait jamais pu m’adresser ce mot. Ceci dit, je n’aurais pas pu monter sur scène – je n’aurais encore moins vêtue de cet accoutrement. Enfin. Je me mords la lèvre à la suite de ces palabres, étouffant un rire las et noir. Ce dont j’aurais besoin, c’est d’un psy, mais … Attendez cinq minutes.

« Vous êtes prêtre ? »

Je cligne des yeux, me redressant dans mon siège, le dévisageant. Se pourrait-il que ce soit le cas ? Comme Rayce ? Bien que si il ne peut se marier, cela signifie qu’il est catholique.

« Hm. Pardonnez ma question directe. »

Je me reprends, ma voix se faisant plus calme tandis que je regarde mes mains, sourcils froncés. Il ne peut le voir naturellement, mais qu’importe.

« A vrai dire, je … Je me prends la tête toute seule. Mais c’est très gentil à vous de me proposer cela. »

Je me reprends bien vite, avant de sourire franchement cette fois. Peut-être est-ce là un véritable signe du destin après tout. Moi qui demandais de l’aide, voilà que je tombe sur un de Ces représentants. Coïncidence ? M yass. Peut-être qu’Il existe réellement après tout.

« Je … Je ne suis pas croyante. Et je ne pense pas que me confesser soit une bonne idée dans ce lieu, mais c’est gentil de me proposer. »

Me confesser tout court en réalité. Je rirais presque à présent, bien qu’un brin mal à l’aise. Non. Je ne pourrais pas. Mentir à un prêtre ? Bon sang. Je cache déjà des choses à mon éditeur, pire à mon pasteur préféré, mentir encore me foutrait pour de bon dans la merde. C’est quelque chose que je ne désire plus faire. Plus jamais. Sans compter que nous sommes dans un bar … Je préfère garder mes infos – je suis déjà suffisamment folle et puis, qui sait ce qui peut traîner ici ? Me voilà parano.

« Mais cela aurait une technique de drague, cela aurait été très mignon. Etrange. Mais mignon. »

Je souris, avant de réfléchir à l’autre question qu’il m’a posé. En réalité je prendrais bien un whisky – j’ai besoin d’un remontant. Mais … Un prêtre ne peut décemment point boire, n’est-ce pas ? Du moins je le crois, outre, peut-être, du vin de messe. Je secoue la tête doucement, souriant à nouveau.

« Je vais prendre … Un jus de Banane. Enfin sauf si vous n’aimez pas ça et que vous préférez le jus d’orange. Je ne pense pas que votre profession vous permettes de boire de l’alcool, mon … Père. »

Je regarde le serveur hausser un sourcil mais noter la commande avant de filer. Moi qui voulait me souler la gueule, finalement peut-être que la raison l’emportera sur la folie, finalement. Est-ce que cela que Dieu m’envoie un bon samaritain ? Me remettre dans le droit chemin ? Jésus, je n’ai même pas l’autorisation de décompresser. Cependant les derniers mots de Thomas me font revenir sur terre et c’est avec un triste sourire que je termine par lui répondre.

« Je … Merci. C’est la première fois que je viens ici. »

Je baisse les yeux un moment, ne voyant même pas le serveur revenir avec les jus de fruits. Je le remercie à voix basse, avant de reprendre, songeuse. Finalement, il est peut-être des choses que je peux dire … Sans aller jusqu’à la confession.

« Je ne suis pas originaire d’ici en réalité. Mais le … Destin … Semble avoir voulu m’y conduire alors … me voici ? »

Je rirais jaune si je pouvais, mais je n’en fais rien. Nerveuse à nouveau, je me contente de hausser les épaules puis poser son verre devant lui, à portée de sa main, avant de prendre le mien pour trinquer.

« Et vous-même ? Parce que n’allez pas me dire que voir un homme de Dieu dans un bar est courant, je ne vous croirais pas – sauf si bien sûr vous avez des … clients ici. D’ailleurs, qu’est-ce qui a pu vous pousser à devenir prêtre ? Excusez-moi mon indiscrétion. A la votre ?»

code by ORICYA.





To be human is to love,
even when it gets too much
i'm not ready to give up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t351-go-fuck-yourself-with-a-cactus-bailey#2564 http://solemnhour.forumactif.org/t355-journal-de-bord-de-bailey-johnson#2600
avatar

Age : Indéfini
Métier : Ange
Situation : Célibataire
Localisation : Sur Terre
Feat. : Misha Collins
Copyright : Tumblr pour les gifs et merci à Kali pour l'avatar ♥
Je suis aussi : Jonas Sanders
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 582

Message Sujet: Re: [Abandonné] All we need is to find paradise Lun 23 Jan - 17:31

Abandonné


I MISS YOU
PLEASE FORGIVE ME

(c)XynPapple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t22-castiel-it-s-funnier-in-enochian http://solemnhour.forumactif.org/t798-carnet-d-adresse-de-castiel#9246
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [Abandonné] All we need is to find paradise

Revenir en haut Aller en bas
 

[Abandonné] All we need is to find paradise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» BENJI Shih tzu abandonné à 10 ans (02)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Rps-