Partagez | .
 

 At your service, Milady FT Pahaliah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: At your service, Milady FT Pahaliah Mar 23 Aoû - 12:59

At your service Milady
Ce bordel en ce moment à New-York…Entre des corps sans cœur retrouvé dans la ville, des perturbations surnaturelles qui surviennent je ne sais même pas de où en fait et puis le fait que j’ai perdu mon Stetson…Quoi ? Comment ça je n’ai pas le sens des priorités ? Mais si, bien sûr, mais ce Stetson, je l’aimais. C’était une grande histoire d’amitié qui s’était créée entre lui et moi. Alors évidemment que je sois triste à l’idée de l’avoir perdu. En plu dans le bar de l’autre tâche de Lyov…Même pas en rêve j’y retourne pour aller le chercher. Avec le bol que j’ai, il l’aura déchiqueté…Ou pire, il l’aura porté ! Beurk, non, même pas en rêve, si c’est pour me balader avec l’odeur de l’ennemi sur la tronche ça ne va pas le faire. Non, non, et non.

Bon, je suis triste, mais ça ne va pas m’empêcher de faire mes tours dans la ville entre deux services au bar. D’autant plus que je ne veux pas me faire prendre par surprise une nouvelle fois avec cette histoire de nouvel arrivant dont je n’étais pas au courant. Je détestais cette situation. Comment passer pour un Beta bon à rien en trente secondes top chrono ! Pourquoi toutes les nouvelles recrues ne peuvent pas être comme Heather ? Hein ? Heather au moins elle fait des efforts et puis elle est gentille. Elle est cool Heather, j’en veux plus sur ce modèle-là. Au moins ça me rendrait la vie plus facile. Parce que avec le nouveau là…Je sens que je vais devoir vite lui faire comprendre qu’ici il y a une hiérarchie et que lui il en est tout en bas pour le moment. Je ne sais même pas comment il va prendre le fait d’être commandé, ultimement, par une femme. Perso, je trouve ça cool. Et puis Lys est particulièrement géniale (avec n’importe qui d’autre, je ne serais jamais devenu Beta, soyons honnête). Mais là…

Je sursaute sur mes pattes (oui parce que je me balade sous ma forme canine je ne vous l’ai pas dit ?) quand un truc me bloque la vue. Le truc en question ? Un foulard, bleu ciel, maintenant que j’ai réussi à me l’enlever des yeux. Je le renifle, essayant de trouver une odeur, un parfum, quelque chose qui me ramènerait à son propriétaire. Je détecte une odeur, mais une étrange. Comme de l’ozone, un peu comme l’air après un orage…étrange, mais au moins j’avais un truc à suivre. Alors je prends le foulard dans ma gueule, tentant de ne pas mettre trop de bave dessus (et ratant lamentablement, j’y peux rien, je suis un chien qui bave d’origine…) et suit l’odeur jusqu’à trouver…

Holy Shit.


Milady. Enfin, la dame blonde du bar of Doom (faudrait que je lui trouve un autre nom dans ma tête, celui-là claque trop), celle dont j’ai renversé le thé la dernière fois et qui m’avait gardé mon Stetson le temps de j’en mette une au sale gosse. Eh bah ça mon gars…

Allez, j’émets un aboiement pour qu’elle me remarque et je m’assois, sage comme une image, son foulard dans la gueule.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: At your service, Milady FT Pahaliah Mer 28 Sep - 8:08

at your service, milady
God does not play dice with the universe; He plays an ineffable game of His own devising, which might be compared, from the perspective of any of the other players [i.e. everybody], to being involved in an obscure and complex variant of poker in a pitch-dark room, with blank cards, for infinite stakes, with a Dealer who won't tell you the rules, and who smiles all the time. Δ Terry Pratchett

Pahaliah était brave. Elle le savait, tous le savaient. Si aujourd’hui elle devait sans doute avoir la réputation immonde que l’on fait nécessairement à tous les traîtres, il fut un temps où on la respectait, et mieux encore, on l’admirait. Elle avait été élève – insupportable, mais assidue – de l’un des meilleures, elle avait été soldate, puis commandante émérite, elle avait rendu fier qui comptaient sur elles. Enfin. Jusqu’à ce qu’elle décide qu’elle en avait eu assez. Mais là n’était pas la question. Pahaliah était brave.

Brave, mais pas idiote. Elle ignorait si le karma continuait à se payer sa tête, mais rencontrer le plus terrible de ses frères aînés, accessoirement enfant gâté le plus terrible du Paradis, alors qu’elle entrait simplement dans un café pour ne pas sentir le chien mouillé, ce ne pouvait être le fait du hasard. Il devait y avoir une explication, une volonté de quelqu’un, quelque part, qui se disait qu’elle devait payer pour ce qu’elle avait fait. C’était la seule raison. C’était trop d’emmerdes sur un si court laps de temps.

Pahaliah était brave, mais pas idiote. Alors dès que la situation avait été gérée et pliée dans ce Bar du Destin, elle avait filé à l’anglaise pour échapper aux retrouvailles fraternelles. Pas qu’elle croie aveuglément à tout ce qui avait jamais été dit de lui, mais vu sa faible propension à la chance en ce moment, elle préférait faire le choix de la sécurité. Voilà comment la brave Séraphine qu’elle était s’était retrouvée à sillonner la ruche qu’était New-York City, se fondant dans la masse grouillante des primates qui vaquaient à leurs occupations.

Elle s’arrêta un instant. Central Park. Oasis de verdure dans la marée de verre, de métal et de béton. Elle ferma les yeux, sentant la pulsation de la vie qui luttait autour d’elle. Il y avait quelque chose de beau dans cette nature immuable, verte, placide, quelque chose de beau que les hommes n’avaient plus, ou n’avaient peut-être jamais eu. Elle rouvrit brutalement les yeux, prenant conscience de sa main droite crispée autour d’un… chapeau. Chapeau ? Elle avait dû, dans la panique, récupérer ce qui lui tombait sous la main, et le chapeau était venu avec. Le Stetson du très mal éduqué mais très adorable cowboy du bar. Un léger sourire joua sur ses lèvres un instant. Les humains étaient si ignorant de ceux qui rôdaient parmi eux. Elle, lui, et tous les autres. La plupart des primates vivaient, grouillant à la surface de cette Terre sans avoir la moindre idée de ce qui se tramait réellement dans le monde.

Un aboiement soudain l’arracha à sa contemplation, et elle baissa les yeux vers un adorable Golden Retriever qui s’asseyait à ses pieds… son foulard dans la gueule. Adieu, foulard favori. Mais ce n’était pas ce qui l’intéressait le plus. Elle avait sa petite idée quant à l’identité véritable de cette impromptue rencontre, et c’est avec un demi-sourire indéchiffrable qu’elle s’accroupit et grattouilla doucement le haut du crâne de son nouvel ami poilu. « Mais qui voilà… » Elle continua sa grattouille une seconde, puis s’arrêta et ajouta : « Normalement, je ne parle pas aux chiens. Mais toi tu es un chien très particulier, mh ? » Et pas qu’un peu, qu’il l’était. A moins qu’elle ne se soit complètement trompée, les gens n’avaient aucune idée de qui vivait parmi eux sous l’apparence apaisante d’un adorable Golden.

Elle leva soudain la main droite, le Stetson triomphalement pincé entre ses doigts fins, et son regard passa de son compagnon « canin » au chapeau, puis de nouveau dans les yeux doux de la créature. « Quelqu’un a perdu ceci, et j’aimerais bien lui rendre. » Son demi-sourire s’élargit légèrement, alors qu’elle se relevait. « Et si tu le retrouvais, mh ? Je suis sûre que ce sera très facile pour toi. Tu as même sans doute déjà une idée très précise d’où il se trouve. » Pour les gens alentour, elle était l’image parfaite d’une newyorkaise s’attendrissant sur un Golden Retriever. Mais la vérité et le but de ce jeu – pour ne pas dire ce dilemme – étaient bien différents de ce que ces infatigables joggeurs urbains pouvaient imaginer en dépassant le duo.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: At your service, Milady FT Pahaliah Ven 7 Oct - 14:26

At your service Milady
De un je retrouve une dame que j’avais bien aimé durant toute cette débandade que fut la journée d’hier, mais en plus, elle m’offrait des gratouilles. Que demande le peuple ? J’avais la queue qui frétillait au sol, faisant presque balai sur le sol poussiéreux des allées de Central Park. Réaction canine classique s’il y en avait, franchement. Mais les gratouilles, surtout sur le haut du crâne, c’était vraiment trop bon, ma parole ! J’émis un petit couinement, tendant un peu la tête dans l’espoir d’en avoir encore, mais ce fut en vain. Elle me parla et soudain, mon remuage de queue se fit moins insistant. Pause. Elle veut dire quoi par « un chien très particulier » ?  Elle ne veut quand même pas dire…Naaaaaan. Elle devait simplement être une de ces New-Yorkaises qui aimaient bien causer au chien et qui savait qu’un chien ça aime se croire important, voilà tout…non ? Oh, allez, on reste tranquille. Je penche simplement la tête un peu sur le côté, mes yeux fixés sur elle.

D’un coup, elle sort…Mon Stetson ! Oh. My. Fucking. God ! Je lui fis la fête, tournant sur moi-même et aboyant avec fierté. Bon, je pense que le foulard a pas aimé, honnêtement, mais j’étais prêt  à lui en racheter un pour me faire pardonner (même si à mon avis, mon salaire des deux prochains mois allaient y passer…). Je me calme un peu quand elle parle, je ferme ma gueule surtout, mais par contre je n’ai de cesse de faire les cent pas devant elle, ne lâchant pas des yeux mon Stetson que je pensais avoir perdu. J’y tiens, à ce chapeau voyez-vous, c’était un objet précieux pour moi à bien des égards et le retrouver sans avoir besoin d’aller en territoire ennemi était déjà une très bonne nouvelle. Je fis une pause dans mon excitation. Okay, donc là, soit j’étais tombé sur une folle, soit elle savait ce que j’étais et…Je ne savais pas trop ce qui était le plus inquiétant des deux à dire vrai et j’allais me débrouillé avec de toute façon. Aboyant une nouvelle fois, je lui tournais le dos et avançai, tranquillement. L’idée ? Retourner là où j’avais des vêtements cachés, me faufiler dans le coin qui me servait de cachette et me retransformer vite fait, bien fait. J’avais des baluchons de vêtements savamment caché un peu partout à travers Central Park, au cas où je me retrouvais dans une situation où je devais reprendre forme humaine rapidement et sans avoir accès au QG de la meute.

En ce cas présent, j’aurais pu aller à la meute, mais je ne voulais pas mener cette femme, aussi gentille puisse-t-elle sembler, au QG. De plus, ce n’était pas dans mes habitudes de montrer au premier venu mes capacités (ni mon service trois-pièces, ce qui était un léger inconvénient avec la transformation canine) alors, autant prendre des précautions. Un minimum quoi. Je la menais à travers le parc, avant de me tourner vers elle, déposant son foulard près d’elle sur un banc et aboya une nouvelle fois, essayant de lui faire comprendre qu’elle devait rester là. Puis je filais au pas de course vers ma cachette, sortis le baluchon et l’emporta jusqu’aux toilettes publics. Ce n’était pas le top du glamour, mais au moins, j’avais un peu d’intimité pour me changer. Ce que je fis rapidement avant de ressortir et rejoindre à pied et sous forme humaine la jeune femme.

"Hey, comme on se retrouve Milady."

…Comment ça je suis tout sauf subtile ? Je vous zut, okay.
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: At your service, Milady FT Pahaliah Jeu 16 Fév - 2:19

at your service, milady
God does not play dice with the universe; He plays an ineffable game of His own devising, which might be compared, from the perspective of any of the other players [i.e. everybody], to being involved in an obscure and complex variant of poker in a pitch-dark room, with blank cards, for infinite stakes, with a Dealer who won't tell you the rules, and who smiles all the time. Δ Terry Pratchett

Une lueur d’intelligence passa dans le regard du Golden Retriever… A moins que cela ne soit qu’un reflet. Un bref instant, elle fut presque persuadée d’avoir vraiment perdu la raison. Le voilà qui tournait en jappant et en battant de la queue. Il faudrait tout de même qu’elle vérifie s’il n’était pas sur la Liste. Quand il finit par finalement calmer ses instincts de quadrupède, sous le regard blasé d’une Séraphine qui finissait par se demander ce que cette terre allait encore pouvoir lui apporter comme improbables situation, il sembla déterminé à ce qu’elle le suivit. Dans un soupir et un roulement d’yeux, elle obtempéra, emboîtant le pas au Golden. Etrange scène que cette femme élégante qui suivait un Golden pas totalement net en plein Central Park… Il ne manquait plus qu’une musique des Beatles, et on aurait pu se croire en pleine comédie bon marché.

Quand finalement il sembla satisfait de cette promenade improvisée à travers Central Park, il lui signifia d’un jappement qu’elle devait rester là – du moins c’est ce qu’elle comprit. Acquiesçant lentement de la tête, elle s’assit sur le banc le plus proche, jouant distraitement du Stetson entre ses doigts. Soudain laissée à elle-même, en proie à ses doutes, elle ne pouvait empêcher les questions de tourner dans son esprit à la déroute. Et si… Etaient-ils seulement au courant ? Au fil des années, à mesure que son lien avec le paradis faiblissait, elle avait réussi à mettre en veilleuse sa connexion mentale avec ses frères et sœurs. Ouvrir ces barrières mentales soigneusement construites au fil des années était un risque, mais elle devait en avoir le cœur net.

S’appuyant sur le dossier du banc de bois, ignorant le coup de vent qui emportait ce qu’il restait de son foulard, elle ferma lentement les yeux. Se détendre, et littéralement rallumer la radio angélique. Elle fronça les sourcils quand son esprit résonna de cette langue qu’elle n’avait plus entendue depuis longtemps. Les syllabes d’énochien se succédaient, pourtant tandis qu’elle faisait instinctivement le tri dans cette constante cacophonie, son esprit incrédule comprenait que personne n’était encore au courant. C’était impossible. Comment… ?

Une vois soudaine, profonde et enjouée, teintée de ce ton un peu attendrissant de celui qui se veut charmeur mais ne le maîtrise pas totalement, l’arracha à sa concentration, et elle ouvrit brutalement des yeux d’un bleu beaucoup trop lumineux. Une fraction de seconde plus tard, tout était redevenu normal, extérieurement et intérieurement. Retrouvant son attitude habituelle, elle laissa un sourire à moitié narquois étirer ses lèvres, s’élevant élégamment du banc. « Vous voilà, finalement. Et habillé, qui plus est. Tss, voilà tous mes espoirs ruinés ! » Un sourire inhabituellement doux caressa ses lèvres fines alors qu’elle s’approchait de lui, et déposait d’un geste gracile le Stetson sur la tête de son interlocuteur. « C’en est à se demander comment vous le ne perdez pas quand il n’y a pas une bonne âme pour le ramasser. »

Elle le scruta quelques instants, sa fascination naturelle pour ces créatures ressortant sans qu’elle n’y puisse rien. A l’inverse de nombre des siens, elle trouvait tous ceux qui n’étaient pas humains – ou qui étaient plus qu’humains – absolument fascinants. Par quel miracle, quelle transformation de leur essence originelle, quelle tortueuse manipulation parvenaient-ils à être ce qu’ils étaient ? « Et notre Golden Retriever boxeur a-t-il un nom ? » Un nouveau sourire étira ses traits à sa référence à la scène chaotique du bar, où chacun semblait avoir voulu exprimer son avis sur la question par ses poings plutôt que sa voix – preuve, s’il en est, que le primate n’était jamais loin.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: At your service, Milady FT Pahaliah Dim 19 Fév - 14:44

At your service Milady
…Eh bien oui, j’étais habillé, elle croyait quoi ? Que les gens se baladaient nus H24 ? Bon, maintenant il était clair qu’elle se doutait au moins de quelque chose, mais comment et pourquoi, là étaient les grandes questions. Bien qu’apparaissant comme mon adorable moi-même en extérieur, je restais vigilant à l’extérieur, essayant de jauger si elle avait de simples doutes (et par conséquent tentait d’avoir une confirmation de ma part) ou bien si cela tournait plus à la certitude et voulait simplement me le faire savoir. Dans le cas de la seconde option, dans quel but ? Et qui était-elle ? Car je n’avais ni nom, ni adresse, uniquement une odeur d’ozone bien particulière et un visage. Ce qui était déjà mieux que rien, surtout pour quelqu’un comme moi mais tout de même. Je lui offris un sourire amusé et un haussement d’épaules.

"Pas mon genre, j’aimerais rester hors d’un commissariat, notamment si c’est pour indécence en public. On pourrait cependant s’arranger si vraiment cela vous attriste" Finis-je avec un clin d’œil. Elle s’approcha et je penchai légèrement la tête vers l’avant pour qu’elle replace le Stetson sur mon crâne, et je le plaçai correctement, à savoir légèrement en arrière "Je ne le perds jamais, jusqu’à aujourd’hui, mais comme on dit, il faut une première fois à tout."

Cela fait, je reportai pleinement mon attention sur la femme face à moi. Et me tendis un poil. Vu sa dernière question, elle savait très bien ce que j’étais. La sonnette d’alarme retentit dans mon esprit et je haussai un sourcil, intrigué mais ne prenant pas encore le temps de répondre. Non, je devais aviser de ce que je pouvais faire. Je me voyais mal aller au QG avec cette inconnue (ou presque inconnue) pour laisser Lys voir ce qu’elle savait exactement. Mais alors quoi ? Et qu’était-elle ? Je pouvais d’ors et déjà retiré skinwalker de la liste des possibilités, elle n’avait pas ce genre d’odeur, je l’aurais su tout de suite autrement. Non, elle était autre chose, en espérant pas une chasseuse qui espérait trouver notre meute…Mieux valait se montrer prudent.

"Vous pouvez m’appeler Dan. Et vous ?" je lui tendis mon coude, et repris la marche.

Non, je n’ai même pas donné mon prénom complet, mais autant rester le plus vague possible, je refusais d’être la cause d’une chasseuse ou d’un groupe de chasseur trouvant notre QG juste parce que je me suis laissé avoir par un joli minois et de beaux yeux bleus. Quoi ? Je suis peut-être un chien, mais j’étais aussi un homme et un qui n’avait pas exactement eu du bol dans le terrain des relations ces derniers temps. Alors oui, je reste sur mes gardes mais je ne me montre pas antipathique, sait-on jamais sur un malentendu ça peut marcher.

"Est-ce qu’un petit verre vous tente ? Je connais un super petit bar pas trop loin."

Mon lieu de travail soit dit en passant, mais je ne travaillais que ce soir, je pouvais bien venir me prendre un ou deux petits verres en charmante compagnie entre temps, non ? Je poussais la porte d’un bras et lui fis signe d’entrer la première, les dames d’abord, voyons. Entrant à sa suite je fis signe au patron qui rangeait la scène se trouvant au fin fond du bar. Puis alla m’installer au bar, saluant ma collègue d’une voix enjouée.

"Hey Lila ! Comment ça va ? Calme pour le moment j’ai l’impression…"
"Ouaip. Et toi, ça y est, tu ne peux plus te passer de nous que tu passes ton temps libre ici aussi ?"
"Rien que pour toi ma belle. Je vais te prendre une bière brune. Et…Vous voulez quoi ?"

Okay, je ne lui avais pas exactement laissé le choix de venir dans ce bar, mais c’était à la fois mon territoire sans être un territoire de la meute, un bon compromis, non ?
avengedinchains
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: At your service, Milady FT Pahaliah

Revenir en haut Aller en bas
 

At your service, Milady FT Pahaliah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Avant de reprendre son service.. [Pv Fabien]
» INITE se met au service de Martelly
» petit service
» So-Service

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Rps-