Partagez | .
 

 [Abandonné] Se revoir [PV : Lyov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: [Abandonné] Se revoir [PV : Lyov] Mar 26 Juil - 21:47


RP EN COURS

SUJET PRIVÉ : FT. LYOV A. WINSTON
# TYPE : Temps présent ?
# DATE : si vous la connaissez.
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF : fin d'après-midi, il est environ dix-sept heures et il y a un beau soleil dehors

# PRÉSENCE DU MJ :Nope, merci :)

# AUTRE : C'est bien de faire du tourisme
SHADOW



Se revoir
Lyov & Alicia
New-York, le Bronx...tout ça j'avais déjà vu il y a quelques années, mais parfois c'est bien de venir dans un endroit seulement pour faire du tourisme et de fait, c'est ce que j'étais en train de faire. Je me promenais dans les rues de New-York, j'avais été faire un tour à la Statue de La Liberté et maintenant je déambulais dans la rue, jetant un regard attentif aux vitrines des magasins qui étaient sur ma route. J'avais promis à Brookie de lui ramener un petit souvenir et, naturellement, j'en ramènerai un à Cal aussi. Je ne quittais cependant pas la ville tout de suite, je ne repartais que demain en fin de journée, donc j'avais le temps de faire un peu de shopping pour moi, et je ne m'en privais pas. Je trouvais des vêtements supers intéressants et à des prix très abordables, ce qui, tout à fait entre nous, était assez surprenant, compte tenu de la ville dans laquelle je me trouvais. J'avais pris une jupe droite, une paire de chaussures noires et un petit chemisier blanc. Ravissant.

A présent, j'avais pas mal marché et je voulais me reposer, boire un verre, c'est qu'il commençait à faire chaud pour moi. Un type m'aborda, comme si on se connaissait depuis des lustres. Je haussais un sourcil et le laissais sortir son baratin tout en continuant de marcher, mais ce crétin me suivait. Il commençait sérieusement à me porter sur les nerfs. Si j'avais pu, je l'aurais éventré, là, en pleine rue, mais je ne suis pas une sauvage et puis, je dois être discrète. Je me contentais donc de l'ignorer, enfin tout du moins je tentais de l'ignorer, mais il ne lâchait pas l'affaire. Je commençais à être à bout de patience quand je vis mon oasis dans le désert : le Fu Dog. En réalité, cela aurait pu être n'importe quel bar, cela aurait fait l'affaire, je voulais juste un endroit rempli de monde et qui me permettrais peut-être de semer cet abruti.

A peine avais-je mis un pied dans l'établissement que mon "suiveur" se permis de poser sa main sur mes fesses. Bah ne te gênes pas. Non, mais sérieusement. Si encore il était mignon, mais même pas. A peine sa main s'était-elle retiré, il affichait un air appréciateur. Je me saisi du premier verre à ma portée, rempli, si possible et je le lançais sur le type.

- Maintenant dégage, espèce de pervers.

Je regardais ensuite la personne à qui avait appartenu le verre.

- Désolé Monsieur, je vous paie la même chose naturellement.

Je me dirigeais vers le comptoir.

- Bonjour, je pourrais avoir..humm...et bien la boisson de cet homme là-bas, vous lui en remettez un verre et moi, je prendrais un coca s'il vous plaît et...Lyov ? Lyov Winston...c'est bien toi ?

C'est pas vrai, si j'avais su. Cela faisait un bail que je n'avais pas revu Lyov Winston. A l'époque où je l'ai connu, j'étais encore de passage à New-York, je recherchais les assassins de mes parents. Je ne les ai toujours pas trouvé, mais je cherche toujours et un jour je les trouverais. Pour l'heure, j'avais bien l'intention de passer un bon moment...c'est toujours agréable de revoir un vieil ami.


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 38
Métier : Alpha de sa meute, en reconversion. Ex Barman. Ex-boxeur de rue. Egalement médecin à ses heures et conteur pour enfants.
Situation : Célibataire
Localisation : En vadrouille.
Feat. : Matthias Schoenaerts
Copyright : TUMBLR (gif),morphine (ava), Shadow (signature)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 20/01/2016
Messages : 161

Message Sujet: Re: [Abandonné] Se revoir [PV : Lyov] Lun 29 Aoû - 17:01


Se revoir



You're beautiful
as always.
Ft. Alicia Chester
New-York, New York. Ville lumière à mes yeux, seule que je n’ai jamais connue malgré mon désir d’aller voir ailleurs par pure curiosité. Ville qui ne dort jamais, et pourtant, en ce jour tout est calme. Il n’est que dix sept heure et sept minutes, mais rien ne bouge, et les conversations se font à voix basse, comme si d’aucun ne voulait casser le calme qui règne dans mon bar. Sourire aux lèvres, agréable routine, je laisse la radio diffuser de vieux tubes  tout en écoutant les cœurs de mes clients battre à un rythme régulier. Si j’aime particulièrement la musique classique, j’ai préféré garder une ambiance un peu pop beaucoup rock pour l’établissement : Abba entonne ainsi avec énergie Dancing Queen, et je me surprends à chercher des yeux mon corgi préféré – aux abonnées absentes, pour une fois. En réalité, si elle était présente, elle aurait déjà allumé l’infernal jukebox pour se mettre à chanter en cœur façon karaoké – pour notre plus grand plaisir à tous, même si nombreux sont ceux qui râlent par pure automatisme. N’ayant personne pour mettre de l’animation, je me contente donc de fredonner tranquillement en essuyant mes verres, avant de resservir ceux qui le désirent, jusqu’à ce que quelqu’un ne vienne faire éclater promptement cette bulle de calme. Pire quand Image Dragons prend la relève. « Maintenant dégage, espèce de pervers. » Je lève les yeux, sourcils froncés, pour voir d’où vient ce boucan. Si tous les regards se tournent de même vers les fauteurs de troubles, et si beaucoup de ces badauds sifflent à la vue de la belle créature, pour ma part je me fige en reconnaissant la voix mélodieuse allant de pair avec la plastique, clignant même des yeux comme si je venais de voir apparaître un fantôme. En d’autres occasions, un grand sourire aurait barré mes lèvres, mais pour le coup, une fois le choc passé, je me concentre sur l’origine du problème de la belle blonde qui vient d’entrer avec fracas. Il ne me faut que quelques secondes pour comprendre ce qui l’ennuie – un abruti lourd comme il y en a tant – mais puisqu'elle a l’air de s’en débrouiller, je préfère rester à distance pour le moment. Servant une seconde tournée au type a qui avait appartenu le verre, je garde pourtant un œil sur la scène qui se déroule devant moi, prêt à mordre au besoin – même si ma carrure suffit généralement à calmer les crétins, je sais, si besoin jouer les connards finis. Par ailleurs, cela fait un moment que la meute n’a pas eu de repas consistant, et ce crétin serait bon à foutre sur la liste … Pourquoi pas après tout ? Le temps de me retourner pour baisser la musique, Alicia est déjà au bar à m’aborder, sans me reconnaître au départ. Le sourire réapparait lorsque je croise enfin ses yeux, bien que mes yeux restent froids pour l’occasion – car l’empêcheur de tourner rond est toujours là, à jurer et semer le trouble un peu plus au fond. « J’ai cru que tu m’avais oublié. A l’époque où je t’ai connue, tu préférais la vodka à toute autre boisson, pour mon plus grand plaisir. » Je la taquine, lui servant néanmoins sa commande d’un geste souffle, rieur. « Bonjour, Ali. Ca faisait un bail. » Je l’embrasserais bien sur la joue mais je dois rester professionnel derrière mon bar. Je lui tends son verre et celui du client, avant de jeter un coup d’œil sur l’abruti du fond qui nous fixe avec fureur. « Un problème avec celui là ? » Ma voix, bien que douce, contient définitivement une promesse d’aide si elle en a besoin. Je serais en effet ravi de le virer de mon établissement si il la cherche un brin de trop – et surtout si il continue à foutre le souk. Je finis d’ailleurs par délaisser mes verres et mes bouteilles pour sortir de derrière mon comptoir, me redressant quelque peu pour afficher mes cent quatre-vingt-sept centimètres comme premier avertissement. « Il faudra que tu m’expliques la façon dont tu t’y prends pour attirer les abrutis de son type, un de ces jours. » Et si mon ton est rieur, je reste parfaitement sérieux. Bien qu’adressant un clin d’œil à ma jeune amie, elle sait parfaitement que si j’étais sous ma forme canine, j’aurais les oreilles basses et les crocs dévoilés. Je n’attends plus qu’une chose, en réalité, c’est son feu vert.

(c) SHADOW



Do you remember ?
Some folk we never forget, Some kind we never forgive. Haven’t seen the back of us yet, We’ll fight as long as we live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t118-andrew-m-winston-wait-for-me-to-come-home http://solemnhour.forumactif.org/t947-carnet-d-adresses-de-lyov-winston#11721
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [Abandonné] Se revoir [PV : Lyov] Sam 17 Sep - 15:49


Se revoir
Lyov & Alicia
Je n'avais pas vraiment prêté attention aux sifflements que j'avais entendu quand j'étais arrivé dans le bar avec mon stalker, j'étais justement trop occupé par lui pour prêter la moindre attention à ce qui se passait autour de moi. Voilà pourquoi je fus sincèrement et agréablement surprise quand je reconnu le barman. Dans une ville comme New-York, c'était bon de voir un visage ami. Un grand sourire se dessina sur mon visage. Je me redressais sur mon siège et passais un bras autour du cou de Lyov pour l'attirer doucement à moi et lui poser un bisou sur la joue.

- Allons chéri, comment veux-tu que je t'oublie ? C'est juste que ce type m'a mise hors de moi, alors évidemment, je n'avais pas les idées très claires et puis, pour la vodka, rassures-toi, j'aime toujours autant ça, mais je viens d'arriver alors je la réserve pour un peu plus tard, de toute façon tu ne vas pas fermer tout de suite, si ?

Je lui fis une petite moue triste, mais c'était seulement par jeu parce que je me doutais bien qu'un tel établissement ne fermait pas à dix-huit heures. Lorsqu'il me demanda si j'avais un problème avec le type qui n'avait pas l'air d'avoir envie de partir, j'eus une petite grimace.

- C'est le moins qu'on puisse dire et pour une fois, je n'ai rien fait. Figures-toi que j'étais en train de faire du shopping tranquillement, je voulais ramener des souvenirs à des amis et ce type a commencé à me suivre, j'avais beau lui demander gentiment de partir, il ne m'écoutait pas, du coup j'ai décidé de l'ignorer, pensant qu'il allait se lasser...et bien même pas. Lorsque je suis arrivée devant ton bar, il m'a mis une main au derrière...non, mais tu te rends compte. Si encore il avait été mignon...mais même pas. Du coup, j'ai réagi, mais je n'ai pas l'impression que ça l'ait calmé.

Un coude sur le comptoir, mon menton reposant dans ma main, je poussais un soupir à fendre l'âme.

- Hélas mon pauvre Lyov, si au moins je le savais, je ne recherche pas leur compagnie...je ne sais pas, on m'a peut-être jeté un sort.

Je me redressais néanmoins et arborais un air sérieux, malgré le ton et les mimiques qu'utilisait Lyov, je savais qu'il était prêt à "l'attaque". Je posais doucement une main sur son bras droit et murmurais à son oreille.

- J'aimerais bien que tu ailles lui expliquer que ce n'est pas faire preuve de galanterie que d'ennuyer ainsi une jeune femme, je suis certaine qu'il t'écouterait.

Certes j'aurais pu régler le problème moi-même, mais, d'une part je ne voulais pas me faire remarquer et, d'autre part, j'étais sur le "territoire" de Lyov, c'était à lui de régler ça. Un petit sourire amusé sur les lèvres je conclus par quelques mots.

- Et pour te remercier, je t'offrirais un coup à boire. .


Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 38
Métier : Alpha de sa meute, en reconversion. Ex Barman. Ex-boxeur de rue. Egalement médecin à ses heures et conteur pour enfants.
Situation : Célibataire
Localisation : En vadrouille.
Feat. : Matthias Schoenaerts
Copyright : TUMBLR (gif),morphine (ava), Shadow (signature)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 20/01/2016
Messages : 161

Message Sujet: Re: [Abandonné] Se revoir [PV : Lyov] Sam 15 Oct - 13:23


Se revoir



You're beautiful
as always.
Ft. Alicia Chester
Attendre. C’est peut-être là ce qui qualifie un bon chasseur. Non pas la capacité à attraper sa proie à proprement parler : en silence, avec calme et efficacité. Non pas savoir où la mordre pour la faire taire à jamais, sans en mettre partout, sans éveiller les soupçons. Non. Non, rien de tout cela. L’attente. Telle est la qualité qui discerne les véritables chasseurs des amateurs. La patience. Trouver le bon moment. Savoir quand bouger. Quand bondir. Quand tuer. Le monstre grogne derrière mon visage, je sens ses muscles se raidir, fixer la proie avec envie, avec désir. La lune est loin pourtant. Tout comme le dernier repas. Qu’est était-ce, la dernière fois ? Un cœur de bœuf, acheté au supermarché. Immonde au goût. Nécessaire pour la survie. Je pourrais très bien me nourrir comme mes semblables. Je pourrais parfaitement planter mes crocs dans sa chair et lui arracher le cœur – car il n’en a pas réellement besoin, vu l’être abject qu’il semble être. Oui. Je pourrais faire bien des choses, en une fraction de seconde infime. Pourtant … pourtant je n’en fais rien. Immobile, statue parfaite, bras croisés, je reste là, sans bouger, le fixant. Attendre. Chaque seconde compte. Chaque battement de cœur, plus rapide, effréné, vital. Attendre. Ce n’est pas encore le bon moment.

Je souris aux dires d’Ali. J’ai vu tant de monde passer, défiler dans ma vie. J’ai tué tant de gens, gardé si peu. La meute est ma famille, les amis se comptent peu, voir pas du tout. Ali est certainement l’exception qui confirme la règle – pour notre grand plaisir à tous les deux par ailleurs. Je secoue la tête par la négative à sa question, doublé d’un sourire amusé à ses frasques – car tout ceci n’est qu’un jeu, nous le savons bien. « Non. Fermer si tôt n’est pas prévu. » Comme si elle l’ignorait. Au fond de nous, nous savons. Nous aurons la nuit entière pour parler de nous. Mais avant cela, il faut régler le problème. Et surtout, il faut que je me retienne de rire à la mention d’elle faire du shopping – il est des choses qui ne changent pas, quelle que soit notre véritable nature. Même à l’époque où je l’ai connue, elle aimait ça, et c’est là un point d’ancrage rassurant. Mhm. Reste sérieux, Lyov. Et concentré sur l’énergumène qui semble désormais s’approcher … et ce malgré la colère qui me fait désormais frissonner : vieille amie oubliée rongeant mon âme silencieusement. « Il a fait … Quoi ? » Mes bras se décroisent et je me dresse pour de bon cette fois. Sourcils froncés, ma mâchoire se crispe, mes yeux se plissent infiniment. Enquiquiner une femme est une chose. Lui manquer de respect en est une autre, bien plus sérieuse, et ma voix se fait plus rauque en conséquence. Elle pose pourtant sa main, douce et tiède, sur mon bras, comme une maîtresse calmerait son chien. Pas encore, me dit-elle. Attendre encore qu’il se rapproche. Un peu plus. Une seconde. Deux. Sentir ses effluves, son parfum animal, la colère monter encore, la rage aux lèvres. En mois, l’instinct rugit, se débat, gronde, prêt à mordre, mais l’ordre est clair. Pas encore. Pas encore. Elle est celle qui a les cartes en main. Elle est celle qui décide pour l’heure : je ne serais que l’arme de son crime ce soir, elle est le collier empêchant ma libération : je lui laisse le contrôle pour l’heure. Ce sera meilleur.

Ce sera meilleur, oui. Et une lueur passe dans mes yeux bleus alors que sa voix me susurre son vœu. Sourire sur mes lèvres, doux, tendre, dangereux : je me détache imperceptiblement, hochant la tête de droit à gauche pour lui signifier mon accord. « Je m’en charge. » Tendresse inégalée. Promesse scellée d’un mot, un regard. Enfin. Elle libère mon bras. Ouvre la cage. Détache le collier. Dans le bar, les conversations reprennent, car ils savent, me connaissent. Je ne suis pas un homme violent. Je ne suis pas le genre à virer des abrutis notoires, habituellement. Mais chacun ici connait la limite – pour les habitués – et il leur arrive souvent de parier. J’en entends certains. Un bon combat, voilà ce qui leur manque. Je suis le monstre, avide de sang, mais ils sont ceux qui commencent le jeu, réclament leur dose, junkies en manque d’hémoglobine poisseuse. Je vois le type ouvrir la bouche pour déverser des insanités. Je m’approche un peu plus, jusqu’à être en face et les secondes se perdent par la suite. Je ne laisse pas le temps de dire quoi que ce soit. Il ne parlera plus. Mon poing vole, s’écrase dans le cartilage nasal en un craquement écœurant. L’action, aussi rapide que brutale, le fait tituber sous l’impact, tandis que je ne bouge que pour l’accompagner dans sa chute pour le retenir. Je n’entends pas ses gémissements. Je n’en ai cure. Cela me fait sourire. Je me contente de le soulever par le col comme si il ne pesait pas plus qu’une feuille – et cela pourrait être le cas. Bien sûr, je fais attention, à garder le contrôle. En moi le monstre jubile. Salive à l’odeur de sang frais qui coule sur mon poignet. Mais non. Pas ce soir. Je l’attrape et le tire, simplement, jusque dehors. Là où il aurait dû rester. « Ecoute-moi bien. Je ne le répèterais pas. Remets encore un pied dans mon bar, et je te tue. Pose encore une seule fois le regard sur elle, et je te tue. Crois-moi. Je saurais te retrouver. » Ma voix susurre, caressante, invitante. Enfreins la règle. La meute à faim. Je me détache ensuite. Le regarde, mortellement sérieux. Sourit quelque peu. Le lâche. Le pousse. « Bonne soirée. » Et qu’importe si il s’écroule maintenant sur le trottoir, à la vue de tous. Je sens la peur se ruer dans ses veines, je sens la colère exploser. Pour ma part, je me contente de respirer une dernière goulée d’air frais – odeur de goudron, d’essence et de sang mêlé – avant de rentrer, tout aussi calmement, comme si de rien n’était. Je ne suis pas violent. Je suis même contre, à vrai dire. Mais parfois, l’ancien meurtrier que je suis, que j’ai été, se réveille. Parfois l’instinct réclame sa dose, parfois l’envie me reprend. Comme elle, je suis un monstre. Et sur mes lèvres, un sourire tendre tandis que je la contemple. Elle n’a pas changé. Moi non plus, semble t-il, quelques soient les âges, les mois, les années. Nous restons ce que nous sommes, au plus profond de nous. « Où en étions-nous ? » Ma voix s’élève, joueuse, tandis que je m’en vais pour repasser derrière le comptoir et me laver la main, récoltant quelques sourires et exclamations d’encouragement de mes clients auxquelles je ne prête pas plus attention que cela. « Ah, oui. Toi, voulant m’offrir une boisson. » Je reprends, amusé, comme si il ne c’était rien passé. A vrai dire, c’est exactement cela. Je penche la tête, ouvrant le robinet d’eau, regardant la couleur rouge se faire engloutir dans les tuyaux avant de la fixer de nouveau. « Ma foi. Pourquoi pas. A la condition que tu m’expliques ce que tu reviens faire ici. Je te croyais partie pour Chicago. La ville ne te plaît plus ? » A moins que ce type n’était qu’un problème de plus que tu avais besoin de régler. Fuis-tu de nouveau le monde, jeune fille ? Dis-moi.

(c) SHADOW



Do you remember ?
Some folk we never forget, Some kind we never forgive. Haven’t seen the back of us yet, We’ll fight as long as we live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t118-andrew-m-winston-wait-for-me-to-come-home http://solemnhour.forumactif.org/t947-carnet-d-adresses-de-lyov-winston#11721
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [Abandonné] Se revoir [PV : Lyov]

Revenir en haut Aller en bas
 

[Abandonné] Se revoir [PV : Lyov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Rps-