Partagez | .
 

 [abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: [abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah] Jeu 21 Juil - 0:31


RP EN COURS

SUJET PRIVÉ : FT. PAHALIAH
# TYPE : Temps Présent
# DATE : Fin Mars
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF : En pleine nuit, genre deux heures du matin, et il fait sec, mais un poil lourd, un temps à orage.

# PRÉSENCE DU MJ : Nope, merci bien.

# AUTRE : //
SHADOW



It's time to enlighten you, dearie FT Pahaliah
Texas, pays de Rednecks, des bœufs qui pensent plus avec leurs muscles et leur bites que leur cerveau (parfois avec leurs estomacs aussi, mais c’est tout de même plus rare), des abrutis et des pistolets à tout va. En sommes, pas franchement le genre d’endroit où quelqu’un comme moi devrait trainer, à moins de vouloir se battre, et là je serais servi. Sauf que je ne suis pas là pour me battre. Passer sa vie sur la route veut dire avoir besoin de dormir et manger de temps à autres. Donc en général, quand j’ai fini de conduire pour la journée, je m’arrête sur un emplacement pour camping-car et je dors quelques heures avant de repartir. C’était ce que j’avais prévu de faire ici. Je m’étais arrêté dans une ville pour faire quelques courses, j’ai même fait un peu de tourisme (majoritairement involontaire, mais je me suis perdu, voilà, vous êtes contents ?), et puis je suis rentré. Un avantage ici, on ne me demande pas pourquoi je porte une arme sur moi ni même mon permis de port d’arme. Un petit peu de miséricorde dans ce monde de fou.

Ce soir, alors que je conduisais vers un camping, j’observai le ciel. Gris sombre. L’air était à une température agréable, un petit 18 degrés ici à Brownsville, mais on sentait pourtant une certaine lourdeur dans l’air. Accompagné de ces épais nuages, ça puais l’orage à plein nez. Je passai devant le camping et…Je me suis vite dit « not a chance » et j’ai filé dans une autre direction, celle des grandes plaines désertes. Alors certes, je n’aurais pas l’eau courante et je devrais faire marcher le générateur pour avoir de l’électricité, mais aller dans un endroit entouré d’arbres alors qu’il y a un orage qui se prépare…Merci mais non merci. Je préférais encore aller dans une plaine vide, mon camping-car faisant cage de faraday en cas de foudre s’abattant dessus. Enfin, sur l’antenne. J’étais donc un peu éloigné du reste de la population. Pas plus mal à dire vrai.

Je vous ai déjà dit que j’avais le sommeil léger ? Non ? Eh bien pour vous donner une idée, je suis incapable de dormir dans un endroit dont je ne connais pas tous les petits bruits par cœur. Parano ? Oui, je le suis, à juste titre. On pourrait croire que ça date de mon revirement de situation professionnelle, maintenant que je travaille avec le surnaturel. Mais pas du tout. Ca, c’est gravé depuis l’enfance, depuis que je me suis retrouvé seul avec ce tordu qui disait s’appeler mon père. Ca s’est gravé dans mon cerveau, dans mes chairs, dont les marques se voient encore aujourd’hui lorsque j’ai le malheur de porter ne serait-ce que des hauts sans manches. Je ne parle pas des tatouages ici, mais bel et bien des cicatrices qui parsèment mon tronc, et le haut de mes cuisses, souvenirs d’une époque où l’innocence n’existait déjà plus. Mais revenons à nos moutons.

Je dormais donc, quand j’entends un bruissement, quelque chose de léger, de presque rassurant, sauf que ça n’a rien à foutre dans mon camping-car à une heure aussi indécente de la nuit. Car il ne peut être qu’une heure u=indécente de la nuit. Je ne réfléchis pas, je marche à l’instinct pour le coup et j’attrape le 9mm se trouvant sous mon oreiller et je me relève en visant la direction de l’intrus, à savoir en face de moi. Je reste ainsi cinq bonnes secondes, avant de reconnaître l’intru et de pousser un son entre le grognement et le soupir las.

"Pahaliah…" je pose le pistolet à côté de moi, me frottant le visage pour me réveiller un peu plus et finit par me lever "Je peux savoir ce qui t’amène à…" je regarde ma montre "Deux heures quarante deux du matin ?"

Je me dirigeai alors vers le coin cuisine, avec mon simple pantalon de pyjama. Je vous l’ai dit, il fait trop lourd pour que je dorme avec un haut. Comme pour me donner raison, j’entends le tonnerre gronder au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah] Dim 31 Juil - 4:05

enlightenment
Stealing anything the eye could see. Said gather 'round you people, anything you need, keep my name on your lips and put the word out on the street. And I will rob 'til my fingers they are down to the bone, wander 'til I can't remember my own home, drink 'til I don't know the meaning of alone, 'Til that bullet flies to carry me home Δ The Devil Makes Three

Le Texas. Un des endroits sur cette planète qu’elle abhorrait le plus au monde. Le Texas c’était du sable. Beaucoup de sable. Et des cons. Beaucoup de cons. Du sable et des cons, à perte de vue, à n’en plus finir, à n’en plus pouvoir.

Et on lui demandait pourquoi elle n’aimait pas le Texas.

En parlant de cons, les deux spécimens bedonnants qui la regardaient en ricanant grassement commençaient à lui courir sur le haricot. Elle baissa les yeux vers le glouglou régulier du réservoir de son Alfa Roméo de 1975 qui engloutissait des litres de carburant comme un trou noir absorbe la lumière. Elle releva les yeux vers les deux abrutis suintant sous ce qui avait dû être un jour une chemise. Ah, elle avait une belle tête, la création divine. Si Dieu avait créé l’Homme à son image, elle allait commencer à se poser des questions sur sa paternité.

L’Alfa Romeo annonça qu’elle avait enfin fini dans un bruit d’aspiration humide, et Pahaliah rangea la crosse de la pompe, et se dirigea comme une bonne petite imitation d’humaine qu’elle était à l’intérieur de la pompe pour payer, sentant malgré elle les deux erreurs la nature s'engager dans son sillage. La porte de verre s’ouvrit dans un grincement digne d’un western moderne, et se referma dans un claquement qui fit se retourner les quelques personnes présentes. Elle se figea soudain, et entendit derrière elle la porte claque de nouveau. « Oh, c’est une bon dieu de blague, c’est ça ? »

* * *


La décapotable filait plein pot sur une route aussi déserte que le paradis à l’heure du jugement dernier, laissant derrière elle une poussière pourpre et l’écho du bruit régulier du pot d’échappement de toutes les voitures des années septante. Cheveux blonds au vent comme un drapeau battant dans le vent, elle filait dans la nuit en jetant de temps à autre un regard suspicieux vers son sillage. Elle se savait virtuellement indétectable, mais lui… lui était comme un phare dans ce foutu désert. Phares étaient, elle scannait l’horizon à la recherche de la silhouette caractéristique de cette bicoque qu’il traînait partout avec lui.

Soudain elle enfonça le frein et l’Alfa freina dans un insoutenable crissement de protestation. Une piste serpentait doucement, et au bout de cette ligne de sable caillouteux se dressait cette chose sur roues qu’il osait appeler une habitation. Pahaliah retint un grognement de frustration. Hors de question qu’elle aventure les roues de son Alfa sur ce qui ressemblait plus au dernier passage groupé d’un troupeau de bisons qu’à une piste praticable. Il n’y avait plus qu’une solution : il allait falloir le faire à l’ancienne. Elle gara précautionneusement l’Alfa Romeo sur le côté de cette route si perdue qu’elle en était perpétuellement déserte, et contourna la silhouette décapotée de la voiture pour aller excaver du coffre ce dont elle avait besoin. Puis, sur un ultime coup d’œil suspicieux derrière elle, elle disparut dans un froissement d’ailes étouffé.

Pour réapparaître, une fraction de secondes plus tard, dans la pénombre la plus totale, le silence du camping-car seulement perturbé par… click. Son acuité visuelle inhumaine se fixa sur le canon du 9mm directement pointé sur elle. « Jeez, calme ta joie. Et ne me troue pas ce véhicule, je n’en ai pas pris soin plusieurs siècles pour te servir de cible. Et bonjour à toi aussi. » Dans un roulement d’yeux agacé, elle laissa tomber dans un bruit sourd le sac de toile synthétique qu'elle transportait sur le sol du camping-car tandis que Tyko reposait son pistolet et émergeait des dernières brumes du sommeil, juste assez pour l’accueillir d’une façon on ne peut plus chaleureuse. L’Ange s’arrêta une fraction de seconde, oscillant entre la colère et le rire. « Oh, je suis désolée, j’ai perturbé ton cycle de sommeil ? » Elle leva la main, et dans la faible lumière qui avait réussi à filtrer dans l’habitacle brilla sa lame d’ange, inhabituellement ternie ça et là de sang séché. « J’étais trop occupée à te sauver une nouvelle fois la peau. De rien. » Le tonnerre gronda, et un éclair zébra le ciel surchauffé au-dessus de la plaine, illuminant brièvement la surface miroitante mais poisseuse de la lame.

Un sourire étira soudain ses traits. « Eh bien, voilà qui était dramatique, comme effet. Tu dois reconnaître que je sais soigner mes entrées. » Elle baissa la lame et plongea vers le sac qu’elle ouvrit, en sortant après quelques fouilles un linge, avec lequel elle entama distraitement de nettoyer sa lame. « Blague à part, il devient urgent que tu apprennes l’enochien. »



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah] Mer 3 Aoû - 15:29


It's time to enlighten you, dearie FT Pahaliah
Un simple grognement répond à son bonjour. Je ne suis clairement pas assez réveillé pour être mon habituel être sympathique (sentez l’ironie ici) envers elle. Elle débarque en plein milieu de la nuit alors qu’il fait orage (et donc que je vais mettre des heures à me rendormir après cela), pour une raison qui m’est totalement inconnu. Je branche la bouilloire électrique et laisse l’eau chauffer pendant que je me passe de l’eau sur le visage, tentant de me remettre les idées en place et surtout de sortir de ce brouillard de fatigue qui me suit depuis que j’ai pointé mon arme sur elle. J’ai un petit ricanement à sa question, car je sais très bien qu’elle n’en n’a rien à foutre que je dorme bien ou non. Surtout si elle vient sans s’annoncer avant. Comprenez ceci, habituellement, elle essaye de prévenir, même si ce n’est que cinq minutes avant, qu’elle viendra me voir, où que je me trouve. Quand elle ne s’annonce pas…ma foi c’est qu’il y a une bonne raison à cela et je suis curieux de savoir laquelle. Je ne l’observe que du coin de l’œil alors qu’elle sort une lame, son arme angélique, de nulle part. L’eau ayant fini de bouillir, je me prépare une tasse de café.

"Un café ?"


Je me doute qu’elle répondra non, mais proposer une boisson chaude est une coutume de politesse parmi nous humain, et il est de mon devoir d’être un minimum poli avec elle…Ou pas. Mais dans tous les cas tant que j’y suis, autant lui proposer. Une fois que j’ai sa réponse, je vais m’asseoir à la table, l’observant pleinement. L’écoutant surtout. Car la voir nettoyer son arme…Que voulez-vous, ce sont des choses qu’il faut faire. En revanche ce qu’elle dit me tend. Je fronce les sourcils.

"C’est-à-dire ?"

Au moins, maintenant, je sais pourquoi elle a sa lame à nettoyer. L’éclair retentit alors, illuminant mon humble demeure et moi au passage. Les tatouages et les cicatrices sont là, bien visibles. Habituellement, on ne les voit presque pas, mes cicatrices, la plupart de celles se trouvant sur mes bras étant recouvertes de tatouages, mais celles sur mon torse, je les cache. Je ne veux pas de questions dessus. Je n’en n’ai pas honte, elles sont la preuve et le chemin de ce que je suis devenu, mais je ne veux pas avoir à expliquer ce qu’elles veulent dire à quiconque. Même Pahaliah qui fait office de mon ange gardien. Seulement en cet instant, elle m’avait pris par surprise et je n’ai pas encore les idées totalement claires. Ma tasse s’arrête à quelques millimètres de mes lèvres quand elle m’annonce enfin ce pour quoi elle est vraiment là. M’apprendre…L’énochien ? C’est quoi ce truc ?

"Pardon ?" ma tasse retrouve la table et je m’adosse un peu plus à la banquette, croisant les bras sur mon torse, une pose de défense comme une autre "Primo, qu’est-ce que l’énochien ? Deuzio, pourquoi ça devient urgent ? Et tercio…Ca ne pouvait pas attendre une heure normale pour un être humain ?"

Non parce que, qu’elle prenne son rôle à cœur c’est très bien. Mais qu’elle débarque en plein milieu de la nuit pour m’apprendre je ne sais trop quoi…Faut pas pousser non plus.

"Surtout que tu te doutes bien que niveau performances cérébrales, le petit gars là-haut il ne va pas être à 100% ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah] Lun 26 Sep - 4:37

enlightenment
Stealing anything the eye could see. Said gather 'round you people, anything you need, keep my name on your lips and put the word out on the street. And I will rob 'til my fingers they are down to the bone, wander 'til I can't remember my own home, drink 'til I don't know the meaning of alone, 'Til that bullet flies to carry me home Δ The Devil Makes Three

La longue silhouette couronnée de blond détonnait étrangement dans le décor improbable de ce camping-car. De tous les moyens de transport et de vie que les humains avaient pu mettre au point, Pahaliah avait toujours considéré le camping-car comme l’un des plus sordides. C’est donc avec une moue tordue aux lèvres qu’elle jeta un bref regard autour d’elle, son complet costume criant avec le cadre. Ses yeux se reportèrent rapidement sur cet humain qu’elle s’était étrangement mis en tête de protéger alors qu’il s’acharnait à fouiner où il ne devrait pas. Nettoyant mécaniquement mais non moins méticuleusement sa lame, elle haussa un souci sceptique alors qu’il lui proposait un café. Des molécules sous forme liquide ? Mais c’est trop gentil voyons, il ne fallait pas.

Tyko décida finalement d’échouer sa carcasse encore raide de sommeil sur l’une des banquettes encadrant la petite table, une tasse de molécules liquides fumantes à la main. Rien que l’odeur lui ferait froncer le nez, mais elle a pris l’habitude depuis le temps à imiter les humains. Combien de tasses de ces liquides insoutenables a-t-elle dû s’envoyer dans le gosier en souriant poliment aux pires cas de ses innombrables registres ? Peut-être est-ce la raison pour laquelle elle détestait autant le café à présent, parce qu’il était dans son esprit irrémédiablement associé aux cons.

Son imprudent protégé interrompit ses réflexions et elle lui lança un regard impénétrable, avant de baisser les yeux sur sa lame qu’elle continuait à décrasser patiemment. « C’est-à-dire, très cher, qu’à force de te la jouer Ali Baba et les quarante voleurs du surnaturel, tu as fini par ta tailler une petite réputation là-haut… » Elle arrêta son geste pour redresser sa lame devant ses yeux, effleurant de son regard bleu la ligne miroitante du métal céleste. Puis elle lâcha légèrement sa prise, la gravité entraînant la pointe de la lame dans une rotation, jusqu’à pointer vers le bas. « …et là-dessous. J’ai d’ailleurs croisé sur ma route jusqu’ici de vieux potes à toi aux yeux noirs, qui voulaient prendre de tes nouvelles. » Un demi-sourire moqueur étira ses lèvres alors que l’ironie coulait de chacun de ses mots.

Un éclair zébra le ciel et vint caresser la terre, tandis que le camping-car s’illumina une seconde d’une lumière pâle. A des iris autres que les siens, ces détails auraient échappé ; mais sa vue angélique ne manqua pas, dans l’impartialité de cette lumière pâle, l’entrelacs complexe de tatouages et de cicatrices qui marquaient sa peau. Elle haussa légèrement les sourcils, un flash de lumière bleue passant brièvement dans ses iris. Il y avait une sorte d’injustice profonde et inacceptable à l’idée de le voir ainsi abimé. Un si beau spécimen. Mais à nouveau, n’était-ce pas de sa faute, à lui et surtout à sa capacité à détecter les pires ennuis dans lesquels se jeter tête la première ?  « Mais à en juger par ton apparence, je crois que je n’ai rien à t’apprendre sur comment te défendre. Donc je vais t’enseigner comment te protéger. » Elle rangea d’un geste vif sa lame dans la manche de son blazer noir avant d’aller s’asseoir sur la banquette en face de Tyko. Pas qu’elle en éprouve jamais le besoin, mais des siècles à côtoyer les humains avaient ancré profondément en elle l’habitude de gestes qui la rendaient parfaitement humaine.

La tasse émit un tintement sourd alors qu’il la posait sans délicatesse sur la table de contreplaqué, et elle leva les yeux au ciel devant son énumération. Vraiment ? « Primo, l’énochien est le langage des anges. Quelques très rares humains l’ont découvert au cours des siècles, et ceux qui l’ont jamais écrit ou parlé se comptent sur les doigts d’une main. John Dee, Edward Kelley ? Les noms ne te disent rien ? Deuzio, cela devient urgent parce que si tu entends continuer de chercher les ennuis en volant des objets précieux aux entités les plus puissantes de la création, il va falloir apprendre à couvrir tes arrières. Parce que laisse-moi te dire que pour l’instant, tu es une sorte d’exercice de jeu piste pour démons et anges débutants. » Un bref et léger rire sarcastique interrompit son monologue. Oh. Elle avait oublié de respirer. Il était étrange de noter combien avec lui elle abandonnait tous ces blocages agaçants qu’elle se devenait de maintenir pour conserver sa façade humaine. « D’autant que ma présence… régulière à tes côtés n’aide pas. » Lui avait-elle expliqué qu’elle était… plus ou moins recherchée ? Mmh. Vaguement. Il ne savait pas qu’elle l’était plus que moins. « Et tertio, je note avec intérêt que tu as une heure « humaine » pour apprendre à te sauver d’une mort certaine, mais pas d’heure quand il s’agit de mettre la main sur des reliques célestes. » Elle haussa un sourcil, un sourire joueur menaçant d’étirer ses lèvres. Alors monsieur ne tenait à son sommeil seulement quand il ne s’agissait pas de s’en mettre plein les fouilles. Il acheva son plaidoyer peu convaincant en invoquant ses performances cérébrales à une heure si matinale. Feignant la surprise avec un sarcasme évident, elle s’étonna : « Oh, parce que d’habitude tu es à 100% ? » Tss. Petite nature.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah] Ven 21 Oct - 16:09


It's time to enlighten you, dearie FT Pahaliah
Je ne sais pas si je vais aimer les réponses qu’elle va me donner, pour plusieurs raisons. Déjà parce que si elle a fait le déplacement jusque chez moi (et donc qu’elle a pris le temps de me retrouver), c’est que ce n’était pas simplement pour me dire bonjour, surtout à cette heure-ci. D’autre part, elle était le genre à ne pas mâcher ses mots et le sarcasme était, comme chez moi, une presque seconde nature chez elle et je sentais que j’allais en prendre pour mon grade vu la tête qu’elle tirait. Super. Je ne suis pas du genre à adorer dormir comme un loir, mais je l’admets, ce soir ce n’était pas forcément le bon soir (ou petit matin, bref on s’est compris) pour venir me réveiller sans autre forme de procès. D’autant plus qu’elle commence directement en me parlant de la réputation que mon petit commerce ambulant a pu me fournir auprès de ses congénères et des démons. Autant les démons je le savais déjà. Ma réputation commença quand mon père fit un pacte pour sortir de prison en vues de me tuer. Quel abruti de première. Mais celle que j’avais à présent, je ne la connaissais pas, en bas. A la surface je la connaissais parfaitement et je l’entretenais avec soin afin qu’on me fiche une paix royale la plupart du temps.

En revanche, me dire que des démons s’étaient trouvés en chemin pour ma pauvre carcasse était une première. Je savais que je n’avais pas exactement la côte auprès des démons de tous ordres, mais de là à ce que certains viennent me voir comme ça, à l’improviste ne me disait rien de bon. Pour le coup elle avait capté ma complète attention et la fatigue que je ressentais s’évaporais doucement alors que l’adrénaline, dont j’étais un fervent client, montait doucement dans mon système. Sa remarque suivante en revanche, me fit baisser les yeux sur mon état de semi nudité et je me levai pour enfiler quelque chose, le premier truc qui passait. Tiens, le vieux sweat là, il sera parfait. Ceci fait, je me rassis. J’avais beau ne pas avoir été en visu de la dame quelques secondes, je n’avais pas raté une miette de ce qu’elle avait dit et je ne pus empêcher un sourire de venir s’insinuer sur mes lèvres, le genre qui me donne un air de sauvage.

"Touché."

Elle avait raison, je faisais mon ours mal léché en lui demandant de repasser à une heure « plus humaine » alors que lorsque je chassais une relique ou un artefact je n’avais pas exactement d’heures. Je pris, enfin, une gorgée bien méritée de mon café et je soupirais de bienêtre. Oui, quand on n’est pas réveillé, le café, ça fait du bien par où ça passe. Même tiède comme maintenant. Mais là il fallait parler sérieusement et je reposai la tasse, plantant mes yeux sur elle.

"D’accord, je dois apprendre ta langue, parce que tes potes commencent à se dire que je deviens une nuisance et que me transformer en molécules volantes ne serait pas de trop. J’ai déjà entendu parler de Edward Kelley, mais l’autre ne me dit rien du tout." Quoi ? Ce n’est pas parce que j’ai arrêté les études avant la fin du lycée que je suis un inculte, merci bien, surtout qu’avec mon job, j’ai eu le temps de me documenter sur pas mal de choses, surtout l’occulte et le surnaturel, certes, mais pas que. "Et pourquoi tu n’aides pas le problème ? Tu es une bouée lumineuse pour les chasseurs de primes céleste, c’est ça ?"

Elle lui avait déjà dit qu’elle avait eu des dénoués avec sa hiérarchie mais ne s’était pas étendue sur le sujet, et je n’avais pas posé plus de questions. Ce n’était pas mon problème…A l’époque du moins, maintenant, je lui poserais sans doute quelques questions prochainement, mais pour le moment nous avions d’autres chats à fouetter.

"Alors, l’Enochien, par où on commence, ma belle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah]

Revenir en haut Aller en bas
 

[abandonné] It's time to enlighten you dearie [Ft Pahaliah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Rps-