Partagez | .
 

 a most holy meeting + kali

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: a most holy meeting + kali Sam 2 Juil - 3:33

Rp en cours

sujet privé; ft. Kali

type ❖ flashback (de peu)

date ❖ fin janvier 2016

informations spatio-temporelles ❖ pleine journée, temps sec et frais.

intervention du MJ ❖ pas nécessaire, Kali va déjà me mettre une pâtée pas possible :v:

Autre ❖ Si quelque chose ne va pas, n'hésite pas à le dire !   What a Face  ON VA ENFIN RP WESH.

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Sam 2 Juil - 3:45

a most holy meeting
In a child's eyes, a mother is a goddess. She can be glorious or terrible, benevolent or filled with wrath, but she commands love either way. I am convinced that this is the greatest power in the universe. Δ N.K. Jemisin

Je suis un boulet, j'ai édité au lieu de citer et j'ai paumé le premier message ><' je le réécrirai un de ces quatre, ou je regarderai si je ne l'ai pas enregistré.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Quisque convallis feugiat eros vitae ultrices. In venenatis consequat ante a congue. Nulla vulputate consequat felis, at auctor ligula maximus in. Ut non varius turpis, eget malesuada turpis. Nunc quis rhoncus elit. Donec nec nulla ornare, tincidunt nisi vitae, molestie felis. Duis efficitur tristique nisl, ut maximus nibh. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Praesent at vehicula neque, at pharetra purus. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Mauris quis mauris sit amet dui consectetur ullamcorper vitae quis libero. Duis imperdiet ex ligula, a luctus mi euismod in.

Mauris iaculis congue scelerisque. Etiam scelerisque molestie felis ut tincidunt. Cras interdum augue nec eros tristique cursus. Sed eget tincidunt diam, ac feugiat mauris. Quisque ullamcorper laoreet dolor non sagittis. Morbi at nunc eu nunc feugiat commodo. Pellentesque nec ultrices ipsum, ac faucibus quam. Nunc eu odio ultrices, semper nibh eget, gravida odio. Morbi semper sollicitudin libero, at facilisis tortor aliquet eget. Phasellus sed ex quam. Morbi dignissim in mauris nec dapibus. Aenean pretium at magna eu laoreet. Suspendisse volutpat libero eros, non pharetra nunc mollis sit amet.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Etiam mollis, neque at iaculis vestibulum, sapien velit ornare elit, nec dignissim risus libero quis lacus. Sed facilisis magna a convallis ultricies. Phasellus mattis nunc at suscipit fringilla. Vestibulum mollis tortor quis sapien mollis rhoncus. Curabitur iaculis sem tincidunt, ultrices turpis at, tempus ex. Donec vitae tristique nunc, vitae sagittis sem. Nam tincidunt velit vitae accumsan molestie. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Duis nulla enim, finibus eu porta sit amet, vehicula sed sem. Ut massa orci, dignissim vel facilisis non, iaculis ut erat. Morbi hendrerit dui mattis turpis venenatis, sed auctor velit laoreet. Nulla placerat arcu quis lectus iaculis, placerat suscipit lectus fermentum. Fusce vel metus eros. Sed sed nulla vitae magna hendrerit interdum faucibus eu ex. Curabitur ultricies lorem sit amet lacus posuere, ac fringilla mi sagittis.

Sed non mollis magna. Pellentesque molestie eu orci in vehicula. Suspendisse nisl dolor, faucibus id feugiat sit amet, laoreet id dui. Ut laoreet ultrices turpis, eu auctor arcu sodales eget. Aenean condimentum neque et tempus finibus. Nulla quis mi nisi. Quisque venenatis ullamcorper tellus eu mollis. Vivamus magna lorem, bibendum a tellus in, porttitor mollis lacus. Phasellus blandit aliquet urna, ac eleifend magna luctus non. Aenean sit amet libero est. Mauris ultrices erat at ornare convallis.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Ven 8 Juil - 15:39


A most holy meeting

Kali & Pahaliah
«Dieu ne joue pas aux dés avec l'univers, mais à un jeu ineffable de Son invention, qu'on pourrait comparer, du point de vue des autres joueurs (c'est-à-dire tout le monde), à une version obscure et complexe du poker, en chambre noire, avec des cartes blanches, pour des enjeux infinis, face à une Banque qui refuse d'expliquer les règles et qui n'arrête pas de sourire. » T. Pratchett
Elle n'avait jamais douté du fait que prendre soin de ses fidèles était une tâche qui demandait du temps et de l'investissement.  Mais là c'était tout de même fort. Kali avait mis du temps à mettre un nom sur le visage familier qui se profilait en haut des marches du petit temple de Broome Street. Elle ne l'avait pas vue depuis bien longtemps, sans compter que le foulard jeté sur ses cheveux avait faillit la tromper. Mais la pièce de tissu avait glissé,  dévoilant des mèches d'un blond clair qui détonnait clairement dans cette marée de têtes brunes. Oh elle avait osé.  Kali avait connu bien des époques où défendre son culte était presque une question de vie ou de mort, où le moindre petit dieu païen lorgnait sur la parcelle de son voisin avec envie. Elle s'en croyait sortie et voilà qu'elle avait pêché par trop de laxisme. Mais on ne l'y reprendrait plus. Ca n'était pas la première fois que Kali se rendait dans ce petit temple dédié à Ganesh. Se retrouver plongée au coeur de sa culture d'origine avait quelque chose de réconfortant et lui rappelait pourquoi ses fidèles avaient besoin d'elle. Depuis plusieurs semaines la déesse s'était surprise à offrir son aide, participant à certaines cérémonies telle une mortelle lambda. Et voilà qu'elle la croisait sur son chemin comme si de rien n'était.  Comme si un ange du seigneur avait parfaitement sa place au sein d'un temple hindou.

" Je pense que tu te trompes d'adresse. L'ancienne cathédrale Saint Patrick se trouve à trois pâtés de maison d'ici." gronda-t-elle d'une voix qui ne présageait rien de bon

Elle savait bien que les raisons de sa présence n'étaient en rien dues au fruit du hasard. N'était-elle pas chargée de transmettre la parole de Dieu? Dès le départ elles n'avaient pas été faites pour s'entendre. Pas pour Kali qui pouvait se montrer affreusement territoriale avec les siens. Et lorsqu'elles s'étaient croisées pour la première fois, il y a des siècles  de cela, Pahaliah et la Mère avaient pris un très mauvais départ.  La déesse gardait jalousement ses terres. L'Inde était un domaine réservé,  aucun dieu n'aurait commis la folie de s'y risquer. Elle avait tenté le coup, avait bien failli réussir même,  ce qui n'avait pas plu à Kali. Des siècles après,  le christianisme n'était pas vraiment parvenu à supplanter l'hindouisme mais les missionnaires avaient fait des émules,  il n'y avait qu'à voir leur foutue Mère Teresa et ses messages de paix et de charité. Elle avait bon dos la sainte, pendant que ses malades se mourraient dans la souffrance sans le moindre traitement palliatif pour les soulager. Elle était morte fort heureusement, mais son travail continuait de laisser des traces. Beaucoup trop à son goût. Alors depuis des décennies, Kali n'avait jamais vu d'un bon oeil toutes ces petites tentatives d'approche et s'était montrée très  réticente à ce sujet. Elle avait cru la menace éloignée,  elle s'était visiblement trompée.

"Je croyais avoir été claire à ce sujet et voilà que je te retrouve encore à lorgner sur les miens, ajouta-t-elle menaçante, as-tu réellement un problème où tu cherches les ennuis?"


Elle en avait réellement assez de ce Dieu démissionnaire et de ses fidèles aveugles. Il avait disparu comme un voleur, sourd aux appels de détresse de ses enfants. Ce qui n'empêchait pas les siens de transmettre la bonne parole à qui voudrait bien écouter. Ces opportunistes. Les temps devenaient difficiles, la foi était de plus en plus fragile et les plus désespérés n'hésitaient pas à aller grappiller chez le voisin. C'était une question de vie ou de mort pour un païen de continuer à exister aux yeux de son culte. Sans cela il devenait totalement impuissant et finissait par perdre ses pouvoirs et disparaître. Elle n'en était pas au stade de s'inquiéter véritablement mais même si elle était trop réservée pour le dire ouvertement, Kali aimait ses enfants. Elle tenait à chacun d'entre eux et une défection dans ses rangs, aussi rare soit-elle, la touchait, quelle qu'elle soit. Une des raisons qui la poussait à défendre ce qu'elle considérait comme sien. Ca et une terrible territorialité. Kali n'était pas prêteuse et voir une ange du seigneur sur les marches de son temple avait réveillé tout ca aussi sec. Peut-être que dans une autre vie, dans d'autres circonstances, les choses auraient pu être différentes. En attendant, la situation ne prêtait pas à une entente entre elles. Pas tant qu'elles continueraient à se rencontrer de cette manière. 

"Je t'ai déjà dit de ne pas t'approcher des miens. Ton Dieu invisible n'est pas le bienvenu ici."



fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Ven 29 Juil - 1:46

a most holy meeting
In a child's eyes, a mother is a goddess. She can be glorious or terrible, benevolent or filled with wrath, but she commands love either way. I am convinced that this is the greatest power in the universe. Δ N.K. Jemisin

Quelle sombre vengeance de l’ange en charge des probabilités cela était-il ? Tentaient-ils de l’éliminer en la mettant sur le chemin de la seule divinité païenne de cette planète encore suffisamment vénérée pour mettre la pâtée à tout le monde – ou presque ? Un bref instant, cette pensée lui traversa l’esprit. Ou alors, il s’agissait plus simplement d’un gigantesque fuck du karma. Même les Anges n’échappaient aux facéties de mauvais goût du hasard. Les Hommes eux-mêmes avaient résumé cela sous la très discutable maxime qui énonçait que les voies de Dieu étaient impénétrables. Dieu, Dieu… Si c’était un coup tordu du paternel qui s’ennuyait, ça se revaudrait, entité omnipotente ou pas.

Un instant, elle fut tentée de fuir. Disparaître, d’un battement de ces deux grandes ailes qui s’étaient déjà déployées par instinct. Ses yeux bleus s’illuminèrent brièvement de cette lumière indescriptible. Cela serait tellement plus simple. Oh, à New York, c’était un gros risque, car les Anges fidèles, et donc potentiellement à sa recherche, ne traînaient jamais bien loin. Mais ne dit-on pas que de deux maux, il faut choisir le moindre ? Il n’était pas impossible non plus que Kali ne lui remette pas la main dessus, mais cela maximisait ses chances de pouvoir une nouvelle fois passer entre les mailles du filet.

Car il faut se rendre compte qu’elle gardait des dieux païens un jugement et un expérience… fort peu positive. Il fallait la comprendre : plus de deux millénaires à tenter de faire rentrer un peu de bon sens dans le cerveau soi-disant supérieur de ces primates, et elle devait en plus se coltiner la concurrence acharnée de dieux de paille qui promettaient monts et merveilles. Sans compter que lorsqu’ils étaient suffisamment vénérés par ces fidèles égarés, ils pouvaient se révéler plus que de simples nuisances. Combien de compagnons avait-elle perdu parce qu’ils avaient rencontré d’un peu trop près une de ces divinités de pacotille ? Des siècles à lutter contre les Celtiques, les Romains, les Grecs, les Sumériens, les Assyriens, les Egyptiens, et elle en passait, et des meilleurs. Non, vraiment, cette lutte avait été sans fin, et elle leur attribuait une partie de son échec.

Elle allait s’envoler. Disparaître, oublier cette rencontre aussi déplaisante que dangereuse. Et puis Kali ajouta quelque chose à son premier avertissement, quelque chose qui déclencha en Pahaliah un agacement si profond qu’elle en resta clouée au sol. Lorgner sur les siens ? « Venir lorgner sur les tiens ? Sur les tiens ? As-tu seulement écouté leurs prières ? » Elle repensa à cet homme perdu, désespéré, jetant vers un ciel muet ses supplications qui restaient cruellement sans réponse. Elle repensa à ce qu’elle venait de faire, pour respecter le promesse qu’elle avait faite des années plus tôt. Elle avait juré – pour sauver sa vie, cela est vrai, mais jurer est jurer – de ne pas convertir l’Inde. Quelques-uns de ceux envoyés avec elle avaient tenté la stratégie de contournement en envoyant en masse des missionnaires, avec le succès discutable que l’on connaissait aujourd’hui. Mais oser l’accuser de venir lorgner…

Et Kali osa parler de ce dont il ne fallait pas parler à un Ange. L’absence de leur dieu, leur père, leur guide, qui avait conduit à cette débandade générale au paradis et ailleurs. Ailes repliées, les iris allumé de colère plutôt que de puissance divine, elle descendit les marches en quatre pas, pour se retrouver presque nez-à-nez avec Kali. « Mon Dieu invisible ? Et où étais-tu, toi, tandis que les tiens te suppliaient ? Où étais-tu, pendant ces dernières années, tandis qu’ils te pensaient en colère ? Où étais-tu, Mère, pendant que tes enfants te pleuraient ? » Elle ne savait plus bien si elle parlait de Dieu ou des autres, mais au fond le drame était le même. Humaines ou angéliques, les parents étaient partis, et les larmes des enfants montaient vers un ciel cruellement silencieux. « N’accuse pas mon Dieu des erreurs que tu commets toi-même. Pas alors que j’ai respecté ma parole, et que je suis venu en aide à un Homme désespéré en me prétendant envoyée par tes ordres. Ton culte est intact, rassure-toi. Et oui, il existe toujours, au cas-où où tu l’aurais oublié pendant ces interminables vacances. » Le sarcasme acide servait à masquer une colère générée, sans doute, par ses propres insécurités. Mais son cas à part, les accusations étaient vraies. Ses enfants pleuraient, et leur Mère était partie depuis trop longtemps.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Jeu 4 Aoû - 8:49


A most holy meeting

Kali & Pahaliah
«Dieu ne joue pas aux dés avec l'univers, mais à un jeu ineffable de Son invention, qu'on pourrait comparer, du point de vue des autres joueurs (c'est-à-dire tout le monde), à une version obscure et complexe du poker, en chambre noire, avec des cartes blanches, pour des enjeux infinis, face à une Banque qui refuse d'expliquer les règles et qui n'arrête pas de sourire. » T. Pratchett
Elle eut l'air de remettre en cause son attitude vis a vis de ses fidèles et Kali eut un pincement de lèvre irrité face à sa réponse. Qui était-elle pour se permettre de telles paroles ? Extérieure qu'elle était, comment pouvait-elle savoir ? Ca n'avait jamais rien eut de simple et si elle ne l'aurait pas avoué, Kali en était parfaitement consciente. Elle n'était pas infaillible. Elle faisait de son mieux pour les siens mais ça ne suffisait pas toujours. Dans une autre vie, peut-être qu'elle aurait mieux fait, peut-être qu'elle leur aurait évité toutes ces épreuves. Mais était-ce vraiment ça la vie ? Aurait-elle pu les enfermer dans une boite afin de leur épargner tous les risques  ou ne valait-il pas mieux les préparer à affronter les difficultés que la vie placerait sur leur route ? N'était-ce pas là son rôle ? Kali mettait un point d'honneur à ne pas faire de favoritisme. Ce qu'elle offrait à ses enfants, ils l'avaient toujours mérité.

« Ce vieil homme a la clé sous les yeux s'il acceptait seulement d'ouvrir la porte à sa fille qu'il n'a pas revu depuis plus de vingt ans parce qu'elle s'est détournée de la voie qu'il lui avait choisi. Pourtant elle ne demande qu'à le retrouver et combler le vide laissé par sa femme depuis sa mort. La solution est à portée de main, il suffit juste qu'il oublie sa fierté stupide.  Et ça tu vois, il n'y a que lui qui puisse le faire. »

Et la suite de son discours mis le feu au poudre. Elle n'avait jamais eut l'intention de répondre ainsi. Quoiqu'on en dise et même si elle était une créature de passion, Kali aurait de loin préféré trouver une autre issue à cette histoire. Mais la réponse de l'ange blonde fit bouillonner le fond de colère qui s'amassait déjà en elle. Une expression dangereuse se dessina sur ses traits, révélatrice de la rage qui venait d'exploser comme une étincelle qu'on ferait flamber brusquement. Elle transposait une situation qu'elle avait vécu à quelque chose qui n'avait rien à voir. Abandonnée par son père, l'ange déversait sur elle une colère qui ne lui était pas destinée. La relation qu'elle entretenait avec ses enfants était bien différente de celle du Dieu des chrétiens. Elle n'était pas là pour les protéger où les soustraire aux difficultés de la vie, elle n'était pas là pour les épargner. Ils devaient trouver en eux les ressources pour devenir indépendants et forts.

« Petite ange présomptueuse, cracha-t-elle dans un souffle, je suis là. Je suis toujours là. Dans chaque prière, dans chaque supplication, je suis là. Je leur tiens la main dans la détresse, je les observe. Je suis invisible mais je ne suis jamais partie. As-tu seulement eut des enfants, sais-tu ce que ça fait ? Je ne suis pas là pour faire les choses à leur place ou les contrôler. Le but est qu'ils apprennent à vivre sans moi, qu'ils deviennent indépendants et braves. Et leurs erreurs n'appartiennent qu'à eux. Mon âme pleure des larmes de sang pour chacune d'entre elles mais jamais je ne les influencerais plus que je ne dois, je ne suis pas là pour les materner. Je suis là pour qu'ils grandissent. »

Ses mots lui firent l'effet d'une gifle, une attaque qui ravivait des sentiments qu'elle tenait sous clé parce qu'elle avait passé trop de temps à s'y complaire. Personne ne saurait ce qui était arrivé et elle n'en parlerait plus jamais. Son expression menaçante se décomposa en rage pure, alimentée par des souvenirs douloureux qu'elle aurait préféré effacer. Ignorer que Kali la Noire s'était retirée sur les terres qui l'avaient vu naître pour panser des blessures invisibles qui l'avaient fait bien plus souffrir que n'importe quelle plaie véritable. Elle avait haït cette période. Détesté cette impassibilité qui s'était emparée d'elle, cet anesthésie irrépressible qui avait jeté un voile d'indifférence sur ses sentiments en ruines. Lucifer était passé par là et avait détruit son petit monde, le réduisant en cendre. Pahaliah avait contre-attaqué, appuyant là où ça faisait mal en ignorant complètement là où elle mettait les pieds. Bien mal lui en pris car Kali, sans crier gare s'était jetée sur elle, la saisissant par l'épaule pour la tirer dans une ruelle adjacente. Le genre qui se multipliait à New-York, caché à l'ombre des gratte-ciel, noyé dans l'obscurité de la ville. Toujours tremblante, elle avait violemment plaqué l'ange contre un mur de brique, ses doigts se resserrant cruellement sur sa gorge.

« Ne m'accuse pas d'avoir déserté, où que je sois je suis toujours là.  J'ai accompagné chacun de ceux qui l'avait mérité, j'ai foulé le sol du Kalighat, embrassé les ruelles de Calcutta, de Chennai et de Jaipur, j'ai assisté aux rituels du Gange et du Cavadee. J'ai vu les marcheurs du feu et apaisé leurs souffrances plus de fois que tu ne pourra les compter. Quelle mère serais-je si je devais fléchir à chaque obstacle ? Quel exemple leur donnerais-je si je ne pouvais supporter cela ? Je n'interviendrais jamais pour influencer la vie de mes enfants mais ça ne m'empêche pas de soutenir ceux qui se seront montrés dignes de ma bienveillance et de pleurer la souffrance de tous les autres. Quelles que soient leurs erreurs, ils devront apprendre à en payer le prix. Je n'éprouve aucun plaisir à les observer se fourvoyer sans cesse. Mais ça fait partie de mon rôle. »


Elle s'arrêta, comme à cours de souffle, elle qui n'avait pourtant pas besoin de respirer. Elle ne se plaignait jamais de sa tâche. C'était le rôle qui était échu, il était normal qu'elle l'accomplisse, peu importe  le chemin. Ce dieu démissionnaire avait au moins raison sur un point, le monde ne serait jamais qu'une vallée de larmes. Mais elle en avait trop dit, s'était épanchée sur un épisode de sa vie qu'elle tenait pour rayé de la carte à celle-la même qui venait de la provoquer et qu'elle menaçait du feu de sa rage à peine contenue.  Au fond de ses yeux, quelque chose de plus ténu se mélangeait à la colère et elle planta son regard dans celui de sa vis a vis, comme pour évaluer sa réponse à venir. Aveuglée par la colère, elle avait à peine prêté attention à la réponse de l'ange qui pourtant disait avoir tenu parole. Sa rage avait pris le pas sur la raison, jetant un voile rouge sur tout le reste.

« Donne moi une seule bonne raison de ne pas te faire rôtir ici, gronda-t-elle, peut-être serais-je disposée à te laisser partir. »



fiche codée par shirosaki



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Mar 27 Sep - 7:01

a most holy meeting
In a child's eyes, a mother is a goddess. She can be glorious or terrible, benevolent or filled with wrath, but she commands love either way. I am convinced that this is the greatest power in the universe. Δ N.K. Jemisin

Une partie d’elle regrettait de ne pas avoir pris la fuite quand elle en avait encore le choix. Cette partie d’elle se disait que Kali l’aurait sans doute laissée filer, la déesse nouvellement revenue ayant sans doute d’autres chats à fouetter que de s’occuper du cas d’une ange. Cette partie d’elle se disait que chaque mot qu’elle venait de prononcer était la plus grosse – et sans doute la dernière de sa longue vie – connerie qu’elle ait jamais pu accomplir. Mourir d’une connerie, pour une nage chargée de son éradication… Il semblait qu’en effet, l’hypothèse du fuck du karma était la bonne. Une partie d’elle se préparait, résignée, à mourir de mots qu’elle n’aurait jamais dû prononcer.

Mais une autre partie bouillait de rage contenue. Cette même partie qui n’en pouvait plus de devoir endurer chaque nouveau jour la stupidité des Hommes et des autres, cette partie qui se sentait lasse de lutter contre un combat qui, elle l’avait compris à présent, était perdu d’avance. Cette partie qui avait cessé d’espérer, et qui aurait bien aimé qu’on les lui lâche, et quelque chose de concret. Elle leva les yeux au ciel quand Kali lui répondit que l’homme avait la situation entre les mains. Alors c’était ça, les méthodes d’éducation de la Mère d’entre toutes, les laisser se dépatouiller jusqu’à ce que progrès s’ensuive. Elle avait testé la technique, et les résultats avaient été plus dramatiques encore. Quand on évaluait le nombre de cons sans guides sur la surface de ce gros globe de flotte et de terre, on pouvait légitimement se poser des questions sur la validité de la technique du « laissez faire ».

« Pour qu’ils grandissent ? Et que crois-tu que je m’efforce de faire ? Quelle mission je m’efforce d’accomplir malgré leur nombre toujours croissant ? Je suis invisible. Depuis toujours. Depuis le début. Je ne suis personne, je ne suis rien. Je suis un pion, mais le dernier pion à tenter d’apporter un peu de lumière dans l’immense caverne de ténèbres que sont leurs esprits. Je poursuis les mêmes buts que les tiens, si seulement tu descendais de ton piédestal, tu le verrais. Mais je ne suis pas une Mère, comme toi. Ils te révèrent. Ils te supplient. Ils te prient ! Alors ne me parle d’être invisible. Je sais ce qu'être invisible veut dire. Tu avais disparu. » Un long soupir de lassitude lui échappa. Elle était lasse. Lasse de lutter pour cette mission qu’elle était la dernière à accomplir. Lasse d’être ostracisée. Lasse d’être seule. Elle aurait voulu avoir le pouvoir de disparaître, elle aussi.

Ce que Pahaliah n’avait pas prévu, en revanche, c’est que la réaction de Kali passerait de l’agacement à la rage pure en un battement de cils. Elle comprit – trop tard – qu’elle avait touché dans son élan de rage capricieuse une corde sensible – pour ne pas dire à vif – chez la déesse. La flamme de rage et de bravade qui brillait dans les yeux clairs de l’ange s’éteignit sous le souffle insoutenable que soulevait la rage de la déesse. Pahaliah recula d’un pas, mais trop tard. La poigne infernale de Kali se referma sur son épaule, et c’est une nage impuissante que la déesse traîna de force dans une ruelle et écrasa contre le mur le plus proche. L’ange entendit distinctement la brique se briser contre le choc de sa carcasse céleste heurtant le mur. Cinq doigts d’acier se refermèrent sur sa gorge, et pour la première fois en une période si longue qu’elle n’aurait su la chiffrer, l’ange sentit se déverser dans ses veines une peur si forte qu’un instinct immémorial remonta des tréfonds de sa grâce. Et ce furent deux orbes illuminés d’une insoutenable lumière qui fixèrent Kali, une des mains de l’ange crispée autour du poignet de Kali, l’ombre noire de ses ailes déployées effleurant le mur de briques derrière elle.

C’était inutile, et la partie rationnelle de son être le savait. Elle était sous la prise de la dernière déesse païenne du monde qui avait encore réellement des fidèles. Les autres n’étaient plus que l’ombre de ce qu’ils avaient été, vénérés par trois égarés, se berçant de l’illusion de pouvoirs qu’ils ne possédaient plus depuis des siècles. Mais pas Kali La Noire. Des régions entières de la planète priaient encore sa bienveillance. Pahaliah n’était même pas certaine qu’un Grigori aurait pu lui survivre, moins encore lui tenir tête, alors elle n’espérait même pas pour sa misérable personne. Mais elle ne pouvait pas lutter. C’était un instinct profond, irrésistible, la dernière once d’auto-préservation de sa grâce qui sentait l’annihilation arriver. Puis brutalement la voix de Kali résonna dans ses oreilles, grondement de rage qui lui offrait une dernière chance de sauver ses plumes. Pahaliah réfléchit une fraction de seconde, orbes lumineux braqués dans les iris sombres de rage de la déesse. Puis elle ferma les yeux, inspira profondément, se forçant à rétracter – ou à laisser aller ? – cette dernière once de volonté de survie qui dormait au fond d’elle. Et Pahaliah redevint Gabriella, à l’apparence et aux manières que des siècles de vie sur ce caillou avaient rendu si humaine. Ses longs doigts fins lâchèrent prise sur le poignet de la déesse, et un demi-sourire sans joue étira ses lèvres. « Les Anges ont chu, notre Père nous a abandonné, nos ainés sont morts, le monde est à feu et à sang, et maintenant on murmure qu’il est libre de nouveau et que les Enfers vont bientôt retrouver leur Roi. Alors dis-moi, ô Kālarātri, quelle raison pourrais-je bien vouloir invoquer ? »


©️ GASMASK


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Dim 16 Oct - 11:31


A most holy meeting

Kali & Pahaliah
«Dieu ne joue pas aux dés avec l'univers, mais à un jeu ineffable de Son invention, qu'on pourrait comparer, du point de vue des autres joueurs (c'est-à-dire tout le monde), à une version obscure et complexe du poker, en chambre noire, avec des cartes blanches, pour des enjeux infinis, face à une Banque qui refuse d'expliquer les règles et qui n'arrête pas de sourire. » T. Pratchett
Duel de regards. Ces quelques secondes de combat silencieux paraissaient presque plus létales que n'importe quel échange de menaces. Quelque chose était en train de se dérouler, qui dépassait les mots et  les sous-entendus. La connaissance tacite que deux entités puissantes se faisaient face dans cette ruelle et que céder à la rage qui les consumait toutes les deux aurait fait beaucoup de dégâts. Mais ces pensées ne venaient à Kali que confusément, écrasées sous le poids de la colère et d'une frustration réveillée par les paroles malheureuses de l'ange. Une lueur flamboyante transparaissait au delà de son regard, un peu comme une illusion qui apparaîtrait puis disparaîtrait de manière épileptique. Le signe que sa belle retenue était en train de lui échapper pour de bon. Elle savait que ses doigts recroquevillés auraient depuis longtemps laissé de longues marques de brûlure sur la peau de n'importe quelle humaine lambda. Mais même si elle n'était pas vraiment de taille à lutter, Pahaliah restait pourtant bien plus résistante que le commun des mortels. L'ombre imposante de ses ailes contre le mur de brique était là pour le lui rappeler.  Toujours tremblante de rage contenue, la déesse approcha son visage de celui de son adversaire, dardant son regardant dans le sien, le rougeoiement du feu contre l'éclat lumineux de la grâce.

« Je suis toujours là, siffla-t-elle acide, toujours. Toi qui prétends que nous nous ressemblons, ne pense pas me faire croire que tu changerais les choses pour chacun d'entre eux, tu sais aussi bien que moi que c'est impossible. Ils ne sauront jamais quelle influence j'ai pu avoir sur leur vie, je ne jouerais pas de leurs existences comme un jeu d'échec. Ne me confond pas avec ces Olympiens orgueilleux qui disposaient de leurs fidèles comme on le ferait avec des marionnettes. »

Flamboiement de nouveau. Une vague écarlate parcouru sa silhouette entière, ondoyant sous la peau comme un pouvoir sous-jacent qui ne demanderait qu'à s'exprimer . La chaleur aurait été presque insoutenable pour un mortel et elle sentait la peau de l'hôte prendre une méchante teinte pivoine sous ses doigts. Insidieusement, doucement. C'était différent de ce dont elle avait pu être capable par le passé. Plus comme si son pouvoir lui échappait doucement. Le sol tremblait sous ses pieds et les fenêtres vibraient à l'étage. Bruit d'explosion. Une lézarde apparue sur le mur et les vitres au dessus de leurs têtes  se brisèrent dans une pluie de verre scintillant . La détonation eut l'air de la ramener au présent et Kali se repris. Le rougeoiement du feu céda du terrain et l'atmosphère se fit un rien plus supportable.

La voie de l'ange la tira de sa colère et elle eut l'impression de s'extirper d'un rêve particulièrement abrutissant. Sa réponse lui arracha une grimace qu'elle ne parvint pas à masquer. Un pincement de lèvre douloureux qui lui rappela qu'il y avait de bien plus terribles menaces qui planaient au dessus de leurs têtes que de banales querelles. Le porteur de lumière était de retour pour leur arracher les dernières miettes de leur monde qui partait en morceau. Bientôt il n'en resterait plus que des ruines et eux au centre pour contempler le spectacle de cette fin du monde qui se dessinait sans qu'ils puissent rien y faire, témoins impuissants. Voulait-elle cela ? Vraiment ? Un rire monta à ses lèvres qui n'avait pourtant rien de joyeux. Une exclamation irrépressible, plus morose et sinistre qu'amusée. Et ça mourut dans un souffle résigné. Brutalement.

« J'ai un vieux compte à régler avec ton aîné petite ange, répondit-elle, et j'ai le sentiment qu'il se réjouirait de nous voir jouer le jeu de la discorde et lui faciliter la tâche. Ce monde est le nôtre et son heure n'est pas arrivée. »

Disparue la colère, repoussée pour un temps même si on sentait toujours comme une ombre dans son regard. La menace n'était jamais bien loin. Il n'y avait pour l'instant pas de paix, juste une trêve tacite initiée par l'ange, probablement sans qu'elle s'en rende réellement compte. Il y avait un peu de vrai à cela et Kali refusait de reproduire les mêmes erreurs et offrir à Lucifer les clés de la victoire. L'heure n'était plus à la mésentente. Elle se savait prisonnière de son personnage, même si elle se défaisait parfois de ce carcan qui la retenait depuis des siècles, les archétypes étaient durs à briser et tourner le dos au passé pour regarder l'avenir était remarquablement difficile pour celle qui parcourait le monde depuis tant de temps. Fureur retombée, elle libéra sa poigne et s'éloignait déjà en direction du temple, invitation silencieux sous la forme d'un signe de la tête en direction de la rue.

« Viens, proposa-t-elle, j'ai quelque chose à te montrer. »


fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Sam 18 Fév - 23:05

a most holy meeting
In a child's eyes, a mother is a goddess. She can be glorious or terrible, benevolent or filled with wrath, but she commands love either way. I am convinced that this is the greatest power in the universe. Δ N.K. Jemisin

Un regard d’un bleu pur, inhumain, irréel qui se heurte à un autre, flamboyant de rage et de force. C’est un duel presque silencieux, un affrontement de volonté davantage que de force, que la mort couvre lentement de l’angoisse de son manteau. Car elle rôde, silencieuse, attendant l’instant où la rage débordante brisera ce qu’il reste de retenue chez la déesse. Elle peut le sentir, déjà, dans sa poigne ; picotement subtil de la peau qui rougit. Bleu et rouge. La glace et le feu. Beaucoup pensent, à tort, que la grâce d’un ange irradie d’une chaleur insoutenable. Mais ses colères ont toujours été froides. De ce froid qui vous perce, puis vous berce. Elle l’écoute, silencieuse et stoïque, sa grâce soudain s’exprimant de nouveau à mesure qu’elle sent la colère de la déesse s’enflammer contre son cou. Pourtant un sourire froid étire ses lèvres fines alors que Kali se tait. « Pourquoi cette colère à mon égard ? Me reproches-tu mon intervention, ou tes propres regrets ? » Elle s’arrête, jaugeant un instant la déesse de ce regard de lumière. « Nous nous ressemblons. Notre mission est la même. Nos méthodes sont les mêmes. Nous les guidons, sans jamais espérer rien en retour. » A nouveau, ce sourire froid vient durcir ses traits en même temps qu’il les rend tristes. « Notre solitude est la même. » Elle est seule. Depuis si longtemps qu’elle a oublié la sensation d’appartenance. Elle a oublié l’époque lointaine où, séraphine au sommet de sa gloire, elle croyait encore en sa mission. Elle a oublié l’époque où elle croyait. Que reste-t-il de ce qu’elle a pu être, autrefois ?

Mais le temps n’est plus à la nostalgie. Un frisson de rage semble parcourir son opposante, et lentement la brûlure contre sa gorge franchit le supportable. Elle peut sentir, sous la poigne d’acier de sa tortionnaire, les molécules de la peau de son véhicule se décomposer l’une après l’autre. Mais la brûlure est plus que physique ; l’ange pourrait jurer que la prise de la déesse est directement sur sa grâce, à un souffle de la carboniser hors de l’existence, brûlant sa colère à même son essence. A mesure que la déesse relâche sa force à peine retenue, le monde autour d’elles s’éboule dans un fracas assourdissant. Bleu contre rouge. Glace contre flammes.

Puis tout s’arrête, brutalement. Moment de suspension dans le théâtre détruit de la colère avortée de la déesse. La séraphine n’a même pas besoin de réfléchir pour deviner lequel de ses mots a stoppé son geste. A juger par le rire amer qui s’élève, comme le son d’un glas étrangement de circonstance, l’ange n’aurait su dire si l’instant à venir allait voir sa fin ou son sursis. Mais à la mention de son aîné, c’est la séraphine qui éclata d’un rire étranglé, la gorge en feu sous la prise resserrée de Kali. « Mon aîné… Combien de siècles depuis qu’on me l’a ainsi désigné. Et prends garde à ce que tu souhaites, Kali. Si tu ne souhaites pas voir tes enfants se retrouver orphelins, tiens-toi éloignée de lui… et de ses frères. Il se dit que l’aîné n’est pas aussi différent de son cadet que la mythologie le veut. Reste cachée, et protège les tiens. »

La déesse semble la jauger encore quelques instants, pesant son existence du bout de ses doigts, juge colérique de son mérite à continuer son éternité. Ou est-ce sur ses propres travers qu’elle médite ? Pahaliah ne pourrait le dire. Mais soudain sa poigne se relâche, et la Séraphine glisse le long du mur fracturé, sa chair profondément brûlée, sa grâce échauffée par un pouvoir dont elle avait oublié le potentiel. Bon. Elle est en vie. Pour l’instant. Passant délicatement les doigts sur la chair à vif de son cou, elle grimace d’agacement contenu. La guérison est rapide, mais le choc mettra du temps à se dissiper. Deux entités telles ne peuvent se heurter sans que les conséquences ne s’en fassent ressentir. Elle se relève dans un soupir, et jauge un instant son interlocutrice du regard, hésitant un instant. Les colères de la Mère sont légendaires, mais elle n’est pas habituée à la voir reculer ainsi. Finalement, ne voyant pas ce qu’elle aurait d’autre à perdre, elle emboîte le pas à la déesse, débouchant sur la rue à ses côtés, retrouvant avec un léger soulagement l’agitation familière des rues de New York. Et tout près, ce temple, d’où entrent et sortent toujours ces enfants qu’elle protège jalousement. Rendue prudente par les colères divines qui se provoquent si aisément, elle jette à sa compagne forcée un regard de curiosité obscurci par la méfiance. Que peut-elle vouloir lui montrer ?



© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali Dim 26 Fév - 14:41


A most holy meeting

Kali & Pahaliah
«Dieu ne joue pas aux dés avec l'univers, mais à un jeu ineffable de Son invention, qu'on pourrait comparer, du point de vue des autres joueurs (c'est-à-dire tout le monde), à une version obscure et complexe du poker, en chambre noire, avec des cartes blanches, pour des enjeux infinis, face à une Banque qui refuse d'expliquer les règles et qui n'arrête pas de sourire. » T. Pratchett

Elle avait grimacé en entendant son avertissement. Kali savait qu'elle n'était pas de taille à lutter. Mais se savoir à la merci d'une entité qui ne les voyait que comme tout juste bons à être foulés au pied la rendait folle de rage. Cette puissance dont il disposait, ce titre ridicule, il pouvait remercier la Providence de la lui avoir offerte à sa création. Il ne devait rien à lui-même et agissait pourtant en maître conquérant envers un monde qui ne lui devait rien.  Maudit soit ce dieu des chrétiens et ses rejetons arrogants. Maudit soit la nature qui en avait fait ce qu'ils étaient aujourd'hui. Des enfants ignorants et butés jusqu'à l'os. Elle se contenta de secouer la tête avec lassitude.

«  Tu as raison sur ce point, je suis loin d'être de taille à lutter. Mais certains de tes frères ont fait preuve d'arrogance en pensant que le monde était à leur disposition. Il ne tient pas à eux d'en faire ce que bon leur semble et les mortels ne sont pas des pions qu'on pose sur un plateau. Quand bien même je protégerais les miens, je serais impuissante à les sauver de la destruction. »

La rue s'ouvrit à elle dans un déluge de sons et de mouvements. Concert des automobiles se croisant au carrefour et rumeurs des voix. Mais ça n'était pas là qu'elle se rendait. Sa destination était bien plus lointaine. Sa main effleura l'épaule de sa vis a vis et le paysage s'effaça en un battement de cil. C'était présomptueux de sa part mais l'ange n'aurait plus qu'à la suivre, rien ne l'empêchait de refuser après tout.

Elles se retrouvèrent prêt des berges d'une rivière. Creusé au milieu de la végétation, le cours d'eau descendait en bouillonnant vers la mer, glissant sur une plage de galets gris qui remontait en pente douce. Sur les bords, un déluge de couleurs. Orange chatoyant et rouge écarlate, jaune lumineux. Habillée de saris rose vif, une foule s'approchait de l'eau y trempant les mains et les pieds. Tenant fermement son petite garçon par la main, une femme se penchait au dessus de l'onde pour lui baigner le front. Par dessus le col de son vêtement l'éclat doré d'une croix brillait discrètement. Puis elle le pris dans ses bras, remontant vers les berges. Bras et jambes, visages, luisaient de l'éclat argenté des aiguilles, certains bâillonnés par une écharpe. Le murmure des conversations était couvert par le son des instruments de musique et la rumeur des mantra montait doucement. Ils défileraient tous aujourd'hui en l'honneur de Muruga. Et cette femme avec sa croix catholique assisterait également aux festivités. Kali la désigna d'un signe de la tête.

«  Nous sommes dans l'Océan Indien ici, cela fait des générations que leur culture a été modifiée par les effets de l'immigration et de l'éloignement. Elle a été baptisée selon les rites catholiques, son plus jeune fils également, elle est ici pour accompagné son aîné. Il a fait une promesse et défilera aujourd'hui à l'occasion du Cavadee. Curieux mélange n'est-ce pas ? Nos enfants mortels nous réservent parfois de drôles de surprises. Nous devrions peut-être nous en inspirer. »

Il arrivait parfois que le monde s'adapte. En dépit des circonstances, il leur prouvait qu'il était capable de bien mieux que ce qu'on attendait de lui. Ca n'était pas la meilleure des situations possibles et cette étrange alliance était née de bien des souffrances et des privations de fidèles à qui on avait interdit d'exercer leur foi. Mais bien des décennies plus tard, l'histoire n'avait retenu que l'harmonie qui était née de ce drame.

«  N'es-tu pas en colère de voir les tiens rester aveugles et sourds à tout ceci ? Cela ne te fais rien qu'il soit prêts à tout réduire en miette ? Moi cette idée me rend folle de rage. Ces mortels sont insignifiants et bien fragiles et ils se sont pourtant révélés bien meilleurs que nous. »



fiche codée par shirosaki


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: a most holy meeting + kali

Revenir en haut Aller en bas
 

a most holy meeting + kali

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kali Moriarty
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Meeting with the infinity
» Holy Knight
» Présentation Kali

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Rps-