Partagez | .
 

 Abigail + Peace and Blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Abigail + Peace and Blood Sam 4 Juin - 0:27


Abigail Lynch
 

FT. Chloe Bennet
# TYPE : Personnage inventé
# NOM : Lynch
# PRÉNOMS : Abigail
# SURNOMS : Abi, la hippie
# AGE & DATE DE NAISSANCE : 73 ans. 22 juillet 1943
# LIEU DE NAISSANCE : Salt Lake City
# RACE : Vampire
# GROUPE : Créature surnaturelle
# SITUATION MARITALE : Célibataire
# PROFESSION : Vampire du nid de San Franciso
# ORIENTATION SEXUELLE : Homosexuelle
# AUTRES INFORMATIONS : Habite dans le nid de San Francisco et est une inconditionnelle servante de la Team Arundel
# ANECDOTE 1 :  J’aime beaucoup l’art, il n’est pas rare de me voir dessiner le monde environnant ou ce que je ressens, il m’arrive encore également de jouer de la guitare ou du piano.

# ANECDOTE 2 : Je suis également férue de musiques, je n’ai pas de préjugés envers un genre en particulier, bien que je garde un amour tout particulier pour le rock’n’roll de ma jeunesse. Il n’est donc pas rare de me voir des écouteurs sur les oreilles, écoutant du métal ou une autre musique humaine.

# ANECDOTE 3 : J’apprécie aussi à moindre mesure des choses comme le cinéma, la littérature et les jeux vidéo.

# ANECDOTE 4 : Je suis quelqu’un de réputer pour être très câline et tactile, il n’est pas rare que les membres de ma famille ou les humains doivent subir les frais de mon affection débordante.

# ANECDOTE 5 : Je suis également encore une adepte de la pratique de « l’amour libre » comme dans ma folle jeunesse, je n’ai jamais été du genre à me poser des limites à cause de la pudeur.

# ANECDOTE 6 : Bien que je ne porte plus de tenues aussi psychédélique qu’autre fois, j’aime encore porter de longues robes blanches et les couronnes de fleurs.


LES DESCRIPTIFS
# QUALITÉS & DÉFAUTS : Les gens m'ont toujours bien aimés, je suis gentille, j'aime aider mon prochain, rendre service et éponger les peines, on a toujours dit de ma personne que j'étais douce et compatissante. Je suis aimante pour chaque chose de cette vie, que ce soit le petit animal, la plante, le pauvre être humain, mes frères et sœurs, mais surtout de Lui. Je lui appartiens corps et âmes, chaque seconde de mon éternelle vie lui est dévouée ainsi qu'à ma famille, je suis d'une loyauté sans faille pour mon nid. Je possède également la férocité d'une lionne lorsque je dois le protéger car chaque membre, peu importe son sexe et son caractère, ce sont mes frères ou sœurs, chacun d'entre eux mérite mon amour inconditionnel. Malgré ma nature que certains appellent monstrueuse, je ne suis pas un monstre, je ne prends pas de plaisir à faire souffrir les Hommes, les pauvres errent la tête baisser, seuls, perdus.

Ils pensent savoir comme moi avant quelle est la notion de plaisir, mais ils sont ignorants, ils le resteront tant qu’ils n’auront pas goûté à Son amour. Je leur souris et en échange ils m’ouvrent leurs cœurs, je les caresse et ils s’offrent à moi, c’est là que je leur montre Son amour, que je vois la vie doucement quitter leurs yeux. Que je vois la chaleur s’évaporer de leur fragile enveloppe de chaire, lorsque que je goûte leur sang, source de la vie, je leur donne un aperçu de Sa grandeur. Les plus chanceux deviennent mes nouveaux frères et sœurs, les moins chanceux partent en sachant que leur vie en a préserver bien d’autres, qu’ils ont contribué à Sa gloire. Peu importe l’issue, seul le bonheur est une issue acceptable à cette situation, je déborde donc d’affection, aussi bien pour les membres de ma famille que pour les humains.

Je suis une pile d’énergie, j’aime m’amuser et je suis ampli d’optimisme, ceci peut parfois selon certaines personnes frôler l’aveuglement, mais je ne comprends pas pourquoi, rien ne peut nous arriver sous Sa surveillance.  J’ai donc tendance à être quelque peu impulsive, surtout lorsqu’il s’agit de protéger les miens, c’est dans ces moments que la véritable bête en moi se réveille. La gentille jeune femme devient ainsi une véritable bête sauvage n’hésitant pas à déchiqueter n’importe quelle menace et malgré ma bonté, chaque affront fait envers ma famille ne mérite qu’une chose ne réponse. Une douleur atroce et éternelle, je sais être cruelle lorsqu’il le faut et ne pardonne pas une blessure infligée à ceux que j’aime.


# POUVOIRS : SUPER FORCE ▬ Les vampires possèdent une force plus grande que les humains. Les jeunes vampires connaissent une formidable augmentation de la force physique et sont capables de soulever des objets lourds et maîtriser les humains adultes. Les vampires plus âgés, cependant, peuvent maîtriser leurs propres créations et possiblement d'autres monstres.

CROCS ▬ Ils possèdent un ensemble de crocs rétractables. Leurs dents sont dotés une force surhumaine et peuvent énucléer un homme en laissant d'énormes traces de morsures sur le cadavre de la victime dont il s'est nourri.

SUPER VITESSE ▬ Celle de ces créatures est bien supérieure à la vitesse humaine. Il est possible que la vitesse d'un vampire, comme leur force, augmente avec l'âge.

SUPER AGILITÉ ▬ Ils possèdent une agilité incroyable. Ils peuvent grimper sur les murs et sauter des bâtiments sans se blesser. Ils ont aussi plus de réflexes que les humains.

SUPER-SENS ▬ Les vampires ont des sens très vif qui sont supérieurs à ceux des humains. Ils peuvent voir dans le noir, entendre battre le cœur d'un être humain, et possèdent un sens de l'odorat amélioré. Un vampire peut suivre l'odeur du sang d'un humain sur de longues distances. De même, une fois qu'un vampire à senti le sang d'un être humain, l'odeur reste accrochée dans sa mémoire olfactive à vie.

IMMORTALITÉ ▬ Ils peuvent potentiellement vivre éternellement. Ils ne vieillissent pas et ne contractent pas les maladies classiques qui affectent les humains.

INVULNÉRABILITÉ ▬ Les vampires ne peuvent pas être tués par des méthodes classiques, comme des coups de couteau ou des coups de feu. De plus, ils supportent très bien la douleur, mais ils réagissent encore aux coups de poing et de pied d'une manière semblable aux humains.

RÉGÉNÉRATION ▬ Tant qu'ils ont assez de sang humain, les vampires peuvent rapidement guérir toute blessure qui ne comprend pas l'amputation.

SUPER ENDURANCE ▬ Malgré leur faim, les vampires ne fatiguent pas facilement.


# ARMES : Lorsque mes capacités ne sont pas assez, j'ai quelques tours dans ma manche, ainsi je me suis entraînée au maniement à l'arme de poing depuis les années. Un chasseur ne s'attend jamais à se faire tirer dessus au Glock 38 par un vampire.

SHADOW





Historique du personnage
 



# Comment avez-vous vécut le bref retour de Eve ? : Elle était jolie, resplendissante, pure, Il ne l'aimait pas, oh non Il ne supportait pas l'idée que l'on puisse se détourner de sa magnificence, je ne le voulais pas également. Mais la voix de la Mère était puissante, douce, apaisante, elle a bien vite outrepassé Son autorité, je me sentais envelopper dans l'amour le plus pur lorsqu'elle je la servais enfin. Je m'étais sentie mal au début, abandonner ainsi Lui qui m'avait tout donné, heureusement Il avait vite décidé de nous suivre, reformant notre parfaite famille. Le sang coulait à foison alors que toutes les créatures de ce monde s'unissaient dans l'amour de notre Mère à tous, pourtant pureté n'avait été qu'éphémère. Nous nous retrouvions à nouveau seul dans ce grand monde, seul avec Lui, il nous a aidés à traverser cette épreuve, notre famille était toujours intacte malgré la perte que nous avions subi.

# Que pensez-vous des êtres-humains et comment vivez-vous le fait de devoir vous cacher d'eux ? : J'aime les humains, j'en étais une avant, faible et perdue dans ce grand monde, mais Il m'a montré la voie, Il m'a enveloppée de son amour et m'a fait comprendre le monde. J'aime les humains, ils sont créatifs, ils ont inventé la musique, la littérature, les jeux vidéo et même le cinéma, ils sont des êtres compliquer, ayant peur de l'inconnu. J'aime les humains, ils sentent bon et ils sont goûteux, ils me nourrissent ma famille et moi, lentement leur vie s'échappe devant mes yeux et lorsque cela arrive, je souris. Je caresse leur peau de plus en plus pâle à mesure que le fluide vitale quitte leur corps, je les tiens contre moi alors que leur vie s'éteint lentement. Je les couvre d'amour et joie tandis qu'ils connaissent le vrai bonheur, celui de baigner dans Sa chaleur, mourir pour nourrir notre famille n'est pas une triste chose, cela devrait être célébré. Je ressens de la compassion lorsque je les vois errer dans les rues sans but ni famille, si je le pouvais j'en ferais tous mes frères et sœurs, mais cela m'est impossible. Je reste donc à l'écart de ce monde avec les miens, rêvant du jour où enfin nous pourrons tous être réunie dans le sang, source de la vie.

# Appartenez-vous a un clan ? Si oui, lequel et quelle y est votre place ? Quel est votre but ? : J'appartiens à Son clan, le nid de San Francisco est ma famille, ses membres mes frères et sœurs, Il est mon alpha et mon oméga, mon commencement et ma fin. Il m'a donné la vie, Il m'a donnée une famille,  servir en retour n'est qu'un maigre remerciement, je sers donc le nid du mieux que je le peux. Je les aime inconditionnellement, je fais tout ce qui a besoin d'être fait pour mériter Son amour, leur amour, je suis prête à mourir pour eux.


Histoire
Comme tous mes frères et sœurs, j’ai eu une vie avant ma renaissance, une vie avant de revenir baptiser dans Son sang, celle d’une misérable vermine humaine, une ignorante innocente. Je suis née en 1943  à Salt Lake City dans l’Utah,  j’étais la petite dernière d’une famille de six enfants, je me souviens encore des bruits dans la maison familiale. Mes frères, sœurs et moi se chamaillant pendant que notre père essayait de nous contenir, mes parents étaient des conservateurs, des mormons, ils avaient déménagé depuis Hawaï pour habiter le lieu saint de notre religion. Pour chercher une meilleure vie pour sa famille dans cette Amérique en guerre contrairement à notre Hawaï ravagé par les japonais. J’étais la seule de la famille à ne pas avoir vu les plages des îles, je n’avais dû me contenter que des quelques photos prisent par mon père pour imaginer ce qu’était que vivre dans un tel endroit.

Notre vie était simple, calme, nous nous amusions, allions au temple tous ensemble, comme une famille, bien sûr nous avions de temps à autre droit à des regards indiscrets. Nous n'étions pas exactement la famille parfaite de banlieue, nous ressemblions un peu trop aux japonais, au moins nous n'étions pas noirs, le racisme n'a pas été la chose qui a détruit notre famille. J'étais une élève assidue, tout comme le reste de ma famille d'ailleurs, je pouvais vous réciter toute la poésie que l'on attendait de moi, je savais jouer du piano, je ne connaissais pas cœur les écritures saintes. Mais nous étions lisses, propres, impersonnels, il n'avait pas fallu longtemps pour que je ne commence à chercher d'autres alternatives pour m'amuser, j'étais adolescente dans les années 50. J'étais fascinée par la nouveauté, je m'étais vite passionnée pour le Rock 'n' roll, l'excentricité et la fraicheur de cette musique en faisait une chose singulière pour l'habituée de musique classique et de chants religieux.

Mes parents n'étaient pas très satisfaits de cela, mais ça ne m'empêchait pas de continuer à aller en douce au magasin de musique sur mon temps libre. Et lorsque que je ne me divertissais pas grâce à la musique, j'allais voir des films tout aussi déconseillé par mes parents. Je me souviens avoir été recalé après avoir essayé de m'introduire dans la salle de cinéma pour voir L'Étrange Créature du lac noir, je n'avais que quatorze ans, mes parents étaient furieux après moi. Je devenais progressivement le vilain petit canard de la famille, pourtant je ne voulais que vivre, suivre les carcans d'une vie aseptisée ne m'intéressaient pas, je voulais sentir le monde. Mes parents pouvaient m'acheter autant de distractions, je ne voulais que vivre, mes frères et sœurs eux aussi ne savaient pas quoi penser de moi.

Pourtant à côté de la musique « satanique », du cinéma impie et d'une dégustation de bière qui aurait pu très mal se finir si j'avais été prise sur le fait par la police et non mes parents. Ces choses ci n''étaient pas la plus grande honte de ma famille, ma plus grande erreur était de ne pas aimer les hommes. Il est vrai qu'être lesbienne en 1959 à Salt Lake City n'était pas la meilleure orientation de vie possible, mais je pensais qu'elle m'aimait bien, nous passions du temps ensemble. Nous étions complice, nous étions amies, tout s'était enchaîné si vite dans mon esprit tandis que j'éprenais ses lèvres, ressentant une chose pure, excitante, parfaite. Mon amie avait beau eu se retirer et m'insulter, je savais qu'elle le voulait aussi, elle ne pouvait seulement pas l'assumer, ceci aurait pu en rester là si elle ne m'avait pas dénoncé.

Bien vite mes parents étaient au courant, je n’ai jamais pu revoir mon amie, c’est à peine si je sortais de la maison après ça, je pouvais voir leurs regards, ils me jugeaient. Tout m’avait été refusé, la télévisons, la musique, les jeux vidéo, seule une bible et un livre de Mormon étaient fournis pour ma pénitence, je continuais à aller en cours. Néanmoins un de mes parents étaient tout de suite à la sortie, m’attendant, c’était ma faute, j’étais une trop forte tête lorsqu’ils m’avaient confronté à propos de « l’incident », j’avais refusé de jouer le jeu. Je n’allais pas expier mes péchés et devenir une obéissante petite poupée, modeler selon des préceptes dépasser, je voulais pouvoir vivre comme je le voulais, aimer comme je le voulais. J’ai donc fais ce qu’il fallait, après un an à vivre ce quasi enfermement, je partais, il n’avait suffi que d’une lettre sur mon bureau et beaucoup d’espoirs, j’avais 17 ans.

Tellement de choix étaient possibles, Miami, New York, Los Angeles, mais j’avais retenu San Francisco, une ville magnifique, à l’avant garde dans la lutte pour l’égalité, la couleur de peau et l’orientation sexuelle ne comptaient pas là-bas. La vérité était bien évidemment plus compliquer, mais j’avais 17 ans et beaucoup d’espoir. J’avais réuni un peu d’argent pour pouvoir prendre le bus, le reste du trajet avait été effectué en auto stop, les dangers d’une telle pratique m’étaient inconnus à cette époque, j’étais naïve et confiante. Mon histoire aurait pu très facilement s’arrêter morte sur la route, pourtant la chance était de mon côté, je me retrouvais sans encombre dans la ville au pont rouge. J’avais peur, loin de ma famille, mais j’étais également fascinée par ce nouveau monde qui s’offrait à moi loin de la bigoterie, j’étais enfin dans une véritable ville, une ville de musique et de culture.

J'étais seule dans cette immense endroit, pourtant je m'étais rapidement fait des compagnons de routes, ensemble nous aspirions à vivre cette vie de liberté tel que la concevait tant d'idéalistes à cette époque. Le Rock'n'roll avait influencé mon adolescence, la mouvance hippie avait été la base de ma vie de jeune adulte, je ne compte pas les rassemblements auquels j'avais participé dans mon accoutrement plus que spécial. J'étais de tous les combats, droit des femmes, droit des noirs, pacifisme contre la guerre, droit des homosexuelles, enfin quand je n'étais pas sous l'influence de je ne sais quelle nouvelle substance. Ce n'était pas la vie dont mes parents avaient rêvé pour moi, mais je m'amusais, j'avais des amis, de l'alcool, de la drogue, la liberté, je m'étais encore plus passionnée par l'art. J'avais appris à dessiner,  à jouer de la guitare, j'avais du tout essayer, cela convenait bien à ma vie précaire.

J’avais également profité de ma liberté pour vivre pleinement mes penchants particuliers, heureusement la mouvance hippie aimait bien le concept d’amour libre, la vie était particulièrement brillante pour moi. J’étais véritablement devenue douée au dessin, ils n’avaient plus rien à voir avec ceux que je pouvais faire durant mon enfance ou adolescence, ils avaient une véritable personnalité, une âme. Une bonne partie d’entre eux ne respectait pas les lois de la logique, mais c’était la conséquence pour dessiner sous psychotropes, les années passaient et je ne m’assagissais pas. Je possédais une certaine notoriété parmi les amateurs d’arts, que ce soit musicaux ou pour mes dessins, cela avait continué jusqu’en 1966, j’avais 23 ans. J’étais allée à une de ces soirées d’arts nouveaux, une très bonne soirée, j’avais pu dessiner de magnifiques choses en m’inspirant de l’ambiance de cet endroit. J’avais même parlé à plusieurs personnes très intéressantes.

La dernière chose dont je me souviens de cette soirée est une intense douleur au cou et la sensation d'être glacée, je crois qu'un des hommes ou femmes avec qui j'avais parlé m'avait retrouvé dans une ruelle en dehors du bâtiment. J'avais agonisé de longs moments seule dans cette ruelle, si faible, je pensais mourir alors que j'essayais d'appeler à l'aide, mais ma voix était faible, épuiser par une telle perte de sang. Les minutes avaient défilé, les heures, je me levais enfin dans cette sombre ruelle isolée du reste de la civilisation, pourtant je les entendais parfaitement, l'agitation au loin, les véhicules roulant dans les rues. Je sentais une multitude de choses que je n'avais encore jamais senti, j'entendais si fort le monde que ma tête elle-même semblait pouvoir exploser à n'importe quel moment. J'étais restée dans ma sombre ruelle, la lumière des lampadaires me brûlait, m'aveuglait comme dans le pire bad trip de mon existence, je pouvais ressentir une douleur insupportable dans chaque fibre de mon être.

Je m’étais donc réfugiée progressivement de plus en plus profondément dans cette ruelle, cherchant à retourner chez moi, essayant d’ignorer le fait que je voyais désormais parfaitement dans le noir. Tous ces sons, ces lumières, cette douleur, cela devait être à cause de la drogue, pourtant tout semblait si réel, j’avais faim, mon estomac se tordait sous la douleur. J’avais marché durant ce qui semblait avoir duré des heures, jusqu’à que je tombe sur un homme, son regard était inquiet, il faut dire que je faisais peur à voir. Moi et ma longue robe blanche tachée de sang, pâle comme une mourante, m’avançant l’air incertain et perdue au milieu de la nuit, une victime de vol ? De viol peut être ? Que pouvait-il penser de moi ? Je n’ai jamais eu l’occasion de la savoir, déjà il m’avait pris dans ses bras, me disant de me calmer, son corps était si chaud.

Il sentait si bon, je le serrais contre moi comme une perdue en mer tiendrait sa bouée, sa voix réconfortante résonnait dans ma tête accompagner de ses battements de cœur, ils montaient crescendo. Mes yeux eux s'étaient fermés alors que j'essayais de prendre du calme dans mon esprit, mais toutes mes pensées s'embrouillaient, obnubiler que par une chose, la faim, une fin brutale, qui me rongeait. J'enfouissais mon visage dans le cou de l'homme inquiet, le serrant plus fort encore contre moi, un grognement sortant de ma bouche tandis que j'ouvrais mes yeux, fixant sa jugulaire. Tout s'était passé si vite, l'homme essayait de crier, mais ses sons étaient étouffés par la violence de mon étreinte, je ne comprenais pas ce qu'il se passait, je m'en fichais éperdument. La seule chose qui m'importait était cette faim, ce plaisir immense que je retirais en plongeant mes dents dans ce cou si tendre, mon corps semblait posséder, s'animant de lui-même.

J'avais fini par lâcher le malheureux, sa vie venait de le quitter tandis que j'essayais de récolter le plus de sang possible encore présent sur mes lèvres et le bord de ma bouche. La propreté n'avait pas exactement été ma priorité durant ce premier repas, j'étais affamée, l'homme ne m'avait pas suffi, j'en voulais plus, toujours plus, j'avais tué un homme, pourtant cela ne m'importait pas. Je le savais, mais c'était comme si toute l'attention de mon cerveau n'était focalisé que sur trouver un prochain repas, je continuais à errer à travers les ruelles. Non loin des gens marchaient, je ne pouvais pas y accéder, la lumière brûlait toujours autant, c'est donc naturellement que je rentrais chez moi, un petit appartement dans une cave. Je m'étais réveillée le lendemain, je me sentais un peu mieux, comme si tout ceci n'avait été qu'un mauvais rêve, pourtant ce n'en était pas un, je l'avais bien vite remarqué.

A côté de moi gisait les corps de ma voisine et de mon propriétaire, même son chien y était passé, la peur pouvait se lire sur chaque muscle de mon corps transpirait la peur. Mes pensées étaient plus claires, mieux ordonner, mais qu'avais-je fais ? L'endroit était dans la plus profonde pénombre, ma tentative pour allumer la lumière ayant très vite été avorté alors que la douleur revenait, ma dentition aussi me faisait mal. C'est avec rapidité que je me regardais dans un miroir, une vision d'horreur s'étendait devant moi, mes dents n'étaient plus des dents mais des choses monstrueuses, j'étais un monstre. Je pensais plus clairement, je me souvenais exactement de ce que j'avais infligé à ce pauvre homme, aux gens dans mon salon, je me souvenais de leur douleur, du plaisir que j'avais ressenti.  Que m''arrivais t-il ? Je pleurais en abondance, ne comprenant pas ce qu'il se passait.

Ce n'est que lorsque que la nuit tombait à nouveau que je ressentais une sensation étrange, un appel, je me retrouvais comme extirper de mon appartement, cherchant un endroit que je ne connaissais pas. Ma faim n'avait pas cessé, mes yeux brûlaient toujours autant devant les lumières de la ville, pourtant je continuais à avancer sans rechigner à la tâche, je n'avais pas pris la peine de me changer. Rien ne pouvait m'arrêter, arrêter cette voix, cette sensation magnétique, j'avais fini par arriver devant un bâtiment, j'y avais pénétré, la présence se faisait de plus en plus forte. D'autres personnes étaient présentes, elles me regardaient, mais cela m'importait peu, car j'atteignais enfin la source de cette sensation si singulière. Enfin après tant de recherches je le voyais, un grand sourire se formait sur mon visage alors que je sentais son regard se poser sur moi.

Je comprenais désormais tout, l'étrange sensation que me faisait ressentir cette voix était en fait le bonheur, un bonheur pur et sans limite, plus rien n'avait d'importance. Ma famille, mes amis, les droits sociaux des minorités, ma propre vie, je le voyais et je savais, il était ma raison de vivre car enfin j'avais trouvé une véritable famille. Une qui me comprenait telle que j'étais, qui m'aimait tout comme je l'aimais inconditionnellement, ce peu importe leur sexe, leur origine, leur orientation sexuelle, nous faisions tous parti d'un système parfait, Son système. Les jours passaient, puis les mois et enfin les années, elles s'écoulaient par dizaines sans que cela ne m'inquiétais, j'étais éternelle, à jamais au chevet des plus jeunes que moi dans notre famille. A jamais à la disposition des plus vieux, ils étaient l'engrenage manquant dans ma vie.

J'étais en quelque sorte devenue exactement ce que je voulais éviter, au service de ma famille et d'une puissance supérieure, pourtant cela ne me dérangeait pas comme dans ma jeunesse. Ceci était devenu mon plus grand plaisir.



TOI, TA LIFE


# Pseudo : Oz3264
# Date de naissance : 1er septembre 1995
# Fréquence de connexion : Quotidienne
# Ta route jusqu'ici : Grâce au partenariat avec Star City Heroes

# Code de validation : gabe valide
# Schizophrénie : nulle

# Commentaires : Le design est beau ^^

SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : 288 ans.
Métier : Homme d'affaires, philanthrope et leader du nid de vampires de San Francisco
Situation : Célibataire.
Localisation : San Francisco (US).
Feat. : Matthew Goode.
Copyright : Ira'beth.
Je suis aussi :


Date d'inscription : 01/06/2016
Messages : 110

Message Sujet: Re: Abigail + Peace and Blood Sam 4 Juin - 8:28

On est arrivés le même jour (et toi avant moi même si je me souviens bien) mais c'est pas grave
BIENVENUE :17:
Ou plutôt comme dirait Eliott BIENVENUE A LA MAISON :42:
Je me suis beaucoup amusée à lire ta fiche et dés que j'aurais terminé la mienne, il nous faudra un beau RP :52:




be thou the rainbow in the storms of life.
the evening beam that smiles the clouds away, and tints tomorrow with prophetic ray (lord byron)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t320-my-heart-in-passion-and-my-head-on-rhymes-eliott http://solemnhour.forumactif.org/t800-carnet-d-adresses-d-eliott-d-arundel#9277 http://sceneriesofhope.tumblr.com/
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Abigail + Peace and Blood Sam 4 Juin - 8:34

Ow, merci <3

Et bien évidemment qu'il nous faudra un rp (a)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : vieux
Métier : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Je suis aussi : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 416

Message Sujet: Re: Abigail + Peace and Blood Sam 4 Juin - 11:10

Bienvenue!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
avatar

Age : Très vieux
Métier : Messager de Dieu (officiel), Fouteur de merde & Directeur du sexshop Casa Erotica à SF (officieux). Ca
Situation : Célibataire & Père de Platypus Ier du nom (1er ornithorinque ayant existé rendu immortel)
Localisation : Basé à San Francisco. NYC depuis mi février.
Feat. : Richard Speight Jr.
Copyright : Hela. (tu poutres Jésus), Shadow & TUMBLR (gifs)
Je suis aussi : Yehuiah ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 583

Message Sujet: Re: Abigail + Peace and Blood Sam 4 Juin - 11:27


HELL YEAH !

Welcome to the family ~


J'adore, j'adule, je fangirlise so so so much ! J'ai beaucoup rit en lisant ta fichette et je stalkerais certainement tes rps What a Face
BIENVENUE DANS LA FAMILLE :amour: :52:

Félicitations, tu es Validé ! :7: :43: :amour:

Tu peux désormais participer aux intrigues en cours, poster et demander des rps à gogo, et tenter en prime de botter le fessier de Chuck ! :98:

Cependant, n'oublie pas de recenser ton avatar pour garder le monopole de l'acteur et recenser ton métier (ou créer ton entreprise).

Ceci mis à part, tu peux de même poster dès à présent ton journal intime pour décrire à quel point être pote avec des fous c'est génial, faire ton journal de bord pour demander des liens supplémentaires, ou encore poster ton propre carnet de route qui te permettra de rester à jour dans tes rps.

Pense enfin à voter de temps à autre sur les top-sites, mais surtout ... Amuse toi bien ! :bwah: :chuck: :36:

SHADOW






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t77-gabriel-you-can-t-take-the-trick-out-the-trickster http://solemnhour.forumactif.org/t799-carnet-d-adresses-de-gabriel-luci-i-m-home
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Abigail + Peace and Blood

Revenir en haut Aller en bas
 

Abigail + Peace and Blood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes
» Liste Blood Ravens (BA) Cypher Table #3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: come a get a life :: avant de prendre la route :: Bienvenue en Enfer-