Partagez | .
 

 Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Age : 1978 ans, et des poussières.
Métier : emmerdeur et Prince de l'Enfer
Situation : tente ta chance, mon chou, mais le taux de survie avoisine zéro.
Localisation : retourne toi... coucou!
Feat. : Christoph Waltz
Copyright : alaska + tumblr
Je suis aussi : Pahaliah • Melchior • Hernán
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 134

Message Sujet: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Mar 17 Mai - 3:56

Nero Claudius Caesar Drusus


ft. Christoph Waltz

ANECDOTE UNE ❖ Il ne faut pas avoir fait des études de philologie romane pour avoir déjà entendu parler du nom de Néron. Empereur romain de la dynastie issue de Jules César, souvent dépeint comme l'un des empereurs fous, il est surtout connu pour avoir fait brûler un quart de Rome pour se défricher un terrain pour sa très célèbre Domus Aurea. Et pour avoir, dans son obsession maladive des complots, et suivant une sorte de tradition dynastique, assassiné à tour de bras des membres de sa famille comme des patriciens respectés. Les chroniqueurs de l'époque comme Suétone ont fait de lui Néron le Fou, les historiens d'aujourd'hui réhabilitent un peu le personnage. Où est la vérité ? Où est la légende ? Ce qu'il est à présent n'est plus que la noirceur écorchée et intangible de l'homme qu'il a pu être. Mais entre l'homme qu'il a pu être et le démon qu'il est aujourd'hui, il n'y avait pas même un pas à franchir. Le peu qu'il y avait de bon a été balayé en un souffle, ne laissant qu'une folie noire et une cruauté joyeuse dont il a fait un art de vivre.  ANECDOTE DEUX ❖ L'homme qu'il possède actuellement est un officier allemand de la Gestapo qui avait décidé de se suicider au cyanure. Nero est arrivé au bon endroit, au bon moment. Il faut dire que son côté précieux s'exprime surtout dans le choix du tas de viande qu'il décide de posséder. Et le seul amour qu'il est capable d'exprimer est entièrement investi dans l'entretien dudit tas de viande. Longtemps resté dans le corps très idéal d'un patricien romain, il a eu le malheur de tomber, en plein Berlin, sur un chasseur qui semblait trouver que la guerre la plus meurtrière de l'histoire de l'humanité était un moment opportun pour chasser le démon. Les Hommes, sincèrement. Retrouver un corps qui corresponde à ses critères somme toute stricts n'avait pas été mince affaire... mais il doit reconnaître qu'il est assez satisfait du résultat.  ANECDOTE TROIS ❖ Il se spécialise depuis toujours dans les âmes de haut-standing. Rapidement passé de larbin aux yeux noirs à négociant aux yeux rouges, il a fait sien tout l'art de conquérir les âmes les plus riches - matériellement, ou spirituellement. Il s'ennuie vite, mais il a du flair. Alors il a parcouru le monde, cherchant toujours les exceptions, les perles rares, les inaccessibles. Il conclut ses contrats un peu comme un prétendant fait la cour, mais le jeu en vaut toujours la chandelle. Il lui est déjà arrivé qu'un contrat lui prenne plusieurs années, mais il obtient toujours ce qu'il veut. Le temps passant, et sa réputation s'étendant, il est devenu un peu un spécialiste en matière d'âmes de luxe et de recherches d'informations et d'individus. Il s'insère dans les milieux les plus mondains, les sphères de pouvoir les plus élevées, les communautés les plus fermées. Il conclut ses contrats comme il négocie les oeuvres d'art antique : avec doigté, flexibilité... et déloyauté. Tous les coups sont permis.  ANECDOTE QUATRE ❖ Passionné par l'art de son vivant, c'est l'un des seuls traits qu'il conserve de son humanité. Et si les Romains s'épouvantaient de ses folies artistiques, que ce soit par leur coût ou leur caractère scandaleux, aujourd'hui sa connaissance fine des arts et de l'antiquité lui rapporte énormément, et au sens sonnant et trébuchant du terme. C'est l'une des rares choses qui, au cours de l'histoire, ne l'ont jamais laissé, et la dernière chose qui le fascine à propos de ces insectes bipèdes à viande rouge que sont les humains : l'art. Musique, peinture, sculpture, théâtre... Tous les grands arts le fascinent, l'occupent, le passionnent. Comment l'Homme, dans toute sa bassesse, parvient-il à créer de telles merveilles ? Bon, certes, pour certains, le coup de pouce de là-dessous est indéniable. Mozart et son père eux-mêmes n'étaient-il pas sous deux de ses contrats ? Mais souvent, seul le succès fait défaut. Le talent, lui, est là. Et cela le fascine. ANECDOTE CINQ ❖ On l'a dit, Nero s'ennuie très vite, trop vite. Et si, de l'empereur, l'histoire a gardé en mémoire la hantise des complots, le démon est aujourd'hui un putschiste passionné. Il est de chaque combine, complot, conspiration. Sa loyauté n'est pas seulement vacillante: elle n'existe simplement pas. Ce trait semble s'être renforcé depuis qu'il est passé de démon des croisement à démon aux yeux jaunes, lorsque les Winchester sont finalement parvenus à avoir la peau de son tortionnaire, prédécesseur et mentor favori, Azazel. Très doué pour disparaître, encore plus pour fomenter, il est un allié sans foi ni loi dont tout bon putschiste aurait l'intelligence de négocier les services. Mais il sait cependant reconnaître plus fort que lui, et n'a jamais ressenti aucune honte à prendre la fuite. Et en matière de complot, il a suivi avec un intérêt dont il ne se croyait plus capable toute cette histoire d'Apocalypse. Chapeau bas, les amis. C'était du grand spectacle. ANECDOTE SIX ❖ Du dernier intérêt qu'il lui reste pour le monde tangible, il a fait un métier qui a déjà prouvé son utilité dans ses affaires surnaturelles. Devenu aujourd'hui expert en arts anciens et négociant redouté dans le même domaine, cette qualité associée à une éducation parfaite au gré des époques et des Cours européennes lui permet d'accéder aux milieux se considérant comme les plus raffinés. Et il trouve toujours un amusement cruel dans le spectacle inimitable de cette humanité privilégiée se croyant supérieure. Oh, comme il s'en régale...

CARACTERE
S’il en est parmi vous qui ont du subir – ou qui, pire encore, se le sont infligés à eux-mêmes – la lecture de la Vie des Douze Césars du chroniqueur romain Suétone, le nom et la vie de Néron ne vous sont sans doute pas entièrement étrangers. Il nous faut cependant rétablir certaines vérités trop longtemps bafouées : Suétone était un petit prétentieux qui se croyait bon juge de caractère et qui cherchait davantage la gloire que la vérité historique. Oh, nous ne cacherons pas au lecteur un fond de vérité dans les propos de Suétone, cependant, au risque de décevoir, le personnage dont il est question n’était pas aussi caricatural que l’auteur latin voulait bien le faire croire. Pas de son vivant, tout du moins.

Est-il encore un intérêt quelconque, près de deux mille ans plus tard, à dresser le portrait de l’homme qu’il a pu être ? Sans doute pas. Si l’homme n’est plus, qu’en est-il de la créature, de l’abomination, de la chose ? Nero est, à n’en pas douter, un être au caractère flamboyant. Agaçant à l’excès, le démon a gardé de l’homme la capacité à faire du quotidien un spectacle. Il faut dire qu’il s’ennuie, et si vite, si vite ! Il se lasse aussi vite qu’il s’enflamme, s’éclipse aussi vite qu’il s’est incrusté. Mêle-tout par nature, il s’ennuie vite d’un jouet dont il a pu s’amouracher, et aura tôt fait de partir chercher de quoi se distraire ailleurs. La principale motivation de ses actions reste l’ennui. Tout lui paraît si pâle, si fade, si inintéressant, que la moindre variation est toujours pour lui sujet au moindre enthousiasme. Et cet océan sans vagues d’ennui s’agite, parfois, rarement, violemment, sous le coup d’un accès d’agacement si profond qu’il en devient de la colère. Nombreux sont ceux à l’avoir qualifié de lunatique, lui se considère simplement comme versatile.

Et de sa personne, quelle image ! La seule chose à excéder son ennui est probablement son ego. Il se fait de sa petite personne une opinion très haute, ce qui, paradoxalement, le dote d’un sens de l’autoconservation particulièrement élevé pour un démon. Outre l’expression de son orgueil à travers son apparence toujours soignée, il ne rechigne à aucune lâcheté pour sauver sa peau – du moins, ce qu’il en reste. Et pourtant, comploteur passionné et stratège particulièrement fourbe, il se distrait du moindre complot et change de complot comme un derviche entame sa danse rituelle. Il tourne, trahit, fomente, et rit des reproches et du mépris qu’on peut lui adresser ; car de l’opinion des autres, il n’a cure. Il ne choisit jamais de camp, car son choix n’est qu’une inclination passagère. Le pouvoir l’attire comme abeille une fleur épanouie, et il n’a aucune vergogne à abandonner un camp en perdition.

Pourtant son intelligence redoutable lui épargne les rancunes éternelles ; il sera toujours un putschiste pour le vouloir de son côté. Car aux complots et aux plans tordus, il excelle comme peu l’ont déjà fait ; n’est-il pas romain, après tout ? De son humanité antique, il garde aussi son amour de l’art. Esthète incompris, il a trouvé à la surface du monde l’échappatoire à son amour des arts antiques. Ses manières plaisent, sa culture impressionne, son apparence soignée charme. Et il en joue, avec une virtuosité que les années ont parfaite. Il a trouvé dans la négociation et le commerce – d’objets anciens ou d’âmes, d’ailleurs – l’expression la plus adéquate pour son talent naturel. Négociateur habile, manipulateur talentueux, sa patience est sans borne, et pour un prix qui en vaut la chandelle, il peut attendre des années et chercher des décennies. Connu pour sa capacité à réaliser l’impossible, sa persévérance semble n’avoir pas encore trouvé d’obstacle suffisant pour la décourager.

Cette persistance et foi sans fond en lui-même trouve aussi sa source dans l’ambition dévorante, ultime relique de son humanité que sa nouvelle nature a développé à l’excès. Caractère commun inhérent à sa nature ou trait de caractère propre ? Lui-même ne saurait le dire. Mais cette ambition exacerbée, combinée à son intelligence, en font un stratège redoutable et un allié d’autant plus redoutable qu’il peut devenir ennemi en un claquement de doigt, ou plutôt, dans son cas, en un éclair d’ennui.

Ceci, cher ami, est Nero.
Hello Darling ! Ici Nero Lucius Domitius Ahenobarbus, aka Nero. J'arbore fièrement mes 1979 années depuis décembre 37 EC. Si tu fouillais mon dossier entièrement, tu saurais que je suis un démon aux yeux jaunes né(e) à Antium, et que je suis présentement une personne seule, ô tragédie ayant une préférence pour tout le monde. J'exerce présentement le métier de expert et négociant en antiquités et arts anciens / expert et négociant en âmes de haut standing / putschiste / Prince des Enfers et général des Enfers , mais qui sait ? Il se pourrait que ça change.

pouvoirs

Outre les capacités propre à tous les démons, Nero, en tant que Prince de l'Enfer, a hérité d'autres capacités:

Biokinésieavancé Nero peut influer psyshiquement sur la biologie interne des êtres vivants, provoquant dérèglements, hémorragies et autres joyeusetés plus ou moins à l'envi.

Pyrokinésieavancé Nero peut générer et manipuler le feu. Son pouvoir fétiche.

Immunité renforcéeavancée Sa condition de prince de l'enfer l'immunise contre plusieurs faiblesses démoniaques, comme l'eau bénite ou le sel, et de façon plus sporadique, il peut éventuellement pénétrer sur des terres consacrées.

Téléportationavancée Nero peut se téléporter instantanément d'un endroit à l'autre, y compris entre l'enfer et la Terre sans occuper l'espace entre les deux. Il est extrêmement rapide.

Introduction de rêvemoyen Cette capacité n'a été démontré que par son prédécesseur, et il en hérité. Azazel, en son temps, ne pouvait pas entrer à proprement parler dans les rêves des autres, mais  s'introduire dans les rêves de ses enfants spéciaux.

Manipulation météorologiqueavancé Comme pour la plupart des démons, la présence de Nero peut provoquer des orages, des variations massives de température, et des rafales de vent.

Electrokinésieavancé L'apparition de Nero se manifeste par divers signes, comme le clignotement des lumières, le fonctionnement des appareils électroniques et l'arrêt d'horloges, mais il peut également user de cette capacité à l'envi.

Manipulation de la mémoiremoyenNero peut effacer totalement ou partiellement la mémoire d'une personne.

Super-sensavancéA nouveau, capacité montrée par son prédécesseur, et dont Nero est potentiellement capable. Azazel était en mesure de reconnaître les enfants spéciaux par son simple odorat.

Sorcelleriemoyen En son temps, Azazel avait été capable d'effectuer un rituel, en sacrifiant un groupe de religieuses, afin de lui permettre d'entrer en contact avec Lucifer lorsque que ce dernier était encore enfermé dans la Cage. Nero ayant directement appris de lui, certains élément de sorcellerie font aussi partie de ses nombreuses connaissances.


Asylum

Connue sous le pseudonyme de Kementari, j'ai présentement 22 pommes depuis le 8 avril. Cependant, vous me reconnaîtrez peut-être sous le visage de Pahaliah et Melchior. J'ai connu SH grâce à j'sais pu et j'ai pris connaissance du règlement. La preuve Gabe l'a mangé.

Au passage, je crédite schyzophrenic pour mon avatar, tumblr pour mes gifs & peculiar soldat pour mon icon. Pour finir, il est savoir que je me suis arrêté(e) à la saison 12 de SPN.

© HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t284-nero-please-allow-me-to-introduce-myself-i-m-a-man-of-wealth-and-taste http://solemnhour.forumactif.org/t813-carnet-d-adresses-de-nero-morituri-te-salutant
avatar

Age : 1978 ans, et des poussières.
Métier : emmerdeur et Prince de l'Enfer
Situation : tente ta chance, mon chou, mais le taux de survie avoisine zéro.
Localisation : retourne toi... coucou!
Feat. : Christoph Waltz
Copyright : alaska + tumblr
Je suis aussi : Pahaliah • Melchior • Hernán
Date d'inscription : 17/05/2016
Messages : 134

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Mar 17 Mai - 4:12

Story of your life


Oh, Lazarus, how did your debts get paid
Oh, Lazarus, were you so afraid?

Acte I - Où l'on dit de l'Homme qu'il est le monstre
À défaut de motifs réels, les esprits inquiets et les fous s'agitent pour de creuses chimères. (Sénèque) / Son regard effleura paresseusement les petites maisons de bois et de plâtre qui s’étendaient devant lui, et fronça les yeux. Il faudrait changer celle-ci de place ; et peut-être celle-là, aussi. Il allait se lever, la main déjà tendue pour s’emparer de l’une des maisons au petit format qui peuplaient la grande maquette devant lui, quand il sentit une main fine enserrer fermement son avant-bras. Il connaissait cette main. Il connaissait chaque courbe, chaque os, chaque défaut alors que son regard courait le long du bras, puis de l’épaule, jusqu’à atteindre le visage si parfait de Poppée, sa douce Poppée. Ses traits étaient le chef-d’œuvre d’un dieu en personne, il en avait la conviction. Tant de perfection dans l’art de faire l’humain ne pouvait être modelée que d’une main divine. « Patience. » L’instant de grâce se brisa, et il dégagea son bras dans un mouvement d’agacement puéril. Son épouse se retint de lever les yeux au ciel. Il avait à peine vingt-sept années complètes, et il était à la tête de la première puissance du monde connu. Et pourtant, tout en lui était enfantin ; de ses traits, dont la barbe naissante peinait à dissimuler les ultimes survivances joufflues de l’adolescence, à son caractère, à la fois tendre et irascible, impulsif dans ses affections et patient dans les répétitions incessantes de l’art théâtral qui le passionnait tout entier. Il arrivait à Poppée de se demander si les dieux n’avaient pas, dans leur goût prononcé pour le jeu nourri par un ennui profond, décidé de mettre un homme-enfant à la tête du premier empire du monde. Mais cette simple pensée était trahison, et elle avait mis jusqu’à sa vie en jeu pour se hisser où elle était aujourd’hui. Ils s’aimaient, et elle avait sur lui un pouvoir de conviction que même ses plus proches conseillers et amis n’avaient pas. Lui tourna soudain la tête, son regard se plantant avec colère sur le petit groupe de sénateurs qui marmonnaient ensemble depuis ce qui semblait des heures à côté de la maquette d’une taille conséquente. « Eh bien, sénateurs ? » Les hommes se figèrent aussitôt, respectables patriciens tétanisés sur place par l’exclamation moqueuse d’un adolescent mégalomane qui avait sur eux tout pouvoir. « Ton plan est admirable, ô Néron. » L’empereur sourit. « Cependant, un problème de taille demeure. » Et son sourire s’effaça aussitôt, une moue agacée serrant ses lèvres. Le sénateur hésita, et finalement ce fut une autre voix qui s’éleva. « Le peuple gronde, ô Néron, que cet incendie n’est pas de main divine, mais de la tienne. » Le petit homme se leva d’un bon de son coussin brodé d’or, faisant sursauter Poppée assise à ses côtés. « Comment ! Comment osent-ils ? Après que je sois revenu d’Antium à bride abattue ? Que je leur ai ouvert mes jardins privés, pour mettre la plèbe à l’abri derrière les murs de pierres du palais ? Que j’ai envoyé chaque homme en ma possession, garde ou esclave, pour combattre les flammes ? J’ai tout fait en mon pouvoir pour les aider, tout ! » Il s’arrêta brusquement, retombant assis dans son siège, les yeux fermés. Les sénateurs inspirèrent, mais ne trouvèrent pas en eux l’audace d’expirer. Un vent chaud souleva les tentures de soie qui filtraient à peine la lumière brûlante de l’après-midi. Les narines de Néron frémirent. Le vent portait encore, à chaque bourrasque, l’odeur de suie et de chair brûlée. Six jours. Six jours entier d’un brasier qui avait semblé ne jamais vouloir cesser. Maintenant que les flammes s’étaient enfin éteintes, il exhalait en permanence de la ville une odeur âcre et les sons lancinants des familles pleurant leurs vies perdues. Néron soupira. Non. Rome, le centre du monde civilisé, ne s’achèverait pas ainsi. « Sénateurs. » Il aurait pu juger qu’il entendit, dans le groupe compact des sénateurs tassés sur eux-mêmes, un couinement lorsqu’il prit la parole. « Rome souffre. Rome pleure. Rome a été balafrée dans sa beauté, blessée dans sa chair, dans son âme. Nous allons lui rendre cette beauté que les années avaient effacé. Le temps avait fait de la beauté pure des premiers âge un amas de taudis infâme. Je referai de Rome la plus belle ville du monde. Les dieux eux-mêmes nous jalouseront notre ville ! » Les sénateurs échangèrent un regard circonspect, et la peur de déplaire à l’empereur taisit toute véléité. Ce fut une autre voix qui s’éleva, depuis le côté opposé de la pièce. « Et le peuple, imperator ? » Néron tourna la tête, croisant le regard au calme mortel de son chef de la garde prétorienne et grand ami, Caius Tigellinius. Néron balaya la question d’un geste de la main. « Le peuple, le peuple ! Rome est Rome, les romains sont les romains. Ils ont mal, ils sont en colère, ils réclament justice, et comme toujours ils reprochent tous leurs maux à leur empereur. Les romains sont passionnés, mais ils sont versatiles. Panem et circenses, Tigellinus. Trouvons au peuple de Rome un autre ennemi, un autre coupable, et divertis-le du spectacle de son éradication ! Tiens, par exemple, ne me disais-ton pas hier que cette secte de Judée comment à devenir par trop nombreuse ? Eh bien, d’une pierre deux coups ! » L’homme s’inclina légèrement, et disparut de la pièce. Néron se retourna vers les sénateurs médusés. « Et maintenant, sénateurs, laissez-moi vous parler de la nouvelle Rome. Laissez-moi vous parler de la Domus Aurea et de la cité d’art et de perfection qui l’entourera. »


Acte II - Où l'Homme devient le Monstre, et le Monstre consume l'Homme
Beware the dark pool at the bottom of our hearts. In its icy, black depths dwell strange and twisted creatures it is best not to disturb. (Sue Grafton) / Des heures. Des nuits. Des siècles. Ou davantage ? Où était-il ? Qui était-il, qui avait-il été ? Ou plutôt, qu’était-il devenu ? Etait-il conscient ? Etait-il devenu le néant lui-même ? Supplices, supplices, supplices incessants. Son âme avait été pelée, écorchée, épluchée, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un amas noir, une essence pure de ténèbres et de haine et de douleur et de peur. Il avait cessé de supplier des millénaires plus tôt. Ou bien était-ce des minutes ? Plus rien n’avait de sens. Il avait perdu prise avec tout. Il était chose, il était être, il était et il n’était plus. Il avait cessé de supplier, cessé de lutter, cessé d’espérer. Il avait cessé de prier, prier tous ces dieux, les siens et les autres. Il avait compris, à chaque lambeau de son âme que l’on arrachait gentiment, doucement, patiemment, que le monde n’avait pas de sens. Que Rome brûlerait, que le monde brûlerait, que les dieux brûleraient. Il avait accepté la destruction, il était devenu désespoir et colère et violence. D’empereur, il était devenu homme, il était devenu pécheur, il était devenu prisonnier, il était devenu vermisseau.

A présent, il avait compris. Il avait accepté. Il avait changé. Il était le néant.

Soudain tout se libéra. Ce qui le retenait prisonnier, cette force immatérielle qui le liait dans ce néant de douleur et de sang disparut soudain. Et dans un hurlement qui n’était ni de bête ni d’homme, il s’élança en torsades vers la surface, fumée noire furieuse de douleur et de désespoir. La terre s’ouvrit en deux et laissa filtrer les ténèbres, longue colonne s’élevant en tortueuses volutes vers un ciel sans lune. Et dans ces ténèbres nouveau-nés, la conscience brutale et affamée qu’il fallait trouver quelque chose. Une ancre. Une matérialité. Un corps. Au-dessus d’une Rome dépravée, au crépuscule de son existence, les ténèbres filèrent dans un sifflement furieux, cherchant parmi cette cité grouillante un corps où s’arrimer.

L’homme n’eut pas le temps de crier. La présence s’engouffra par la fenêtre, forçant la bouche grande ouverte, envahissant chaque organe, chaque fibre, chaque cellule. Il était sien à présent, sien jusqu’à l’éternité, jusqu’à ce qu’une force plus élevée ne le détache de force de cette masse informe de molécules.

Il se redressa, retrouvant soudain les habitudes d’une humanité qui affleurait encore à la surface de son âme massacrée. D’un regard, il embrassa la pièce plongée dans la pénombre. Il était dans un lit, assis. A côté de lui, le souffle régulier d’une jolie femme sifflait doucement dans le silence de la chambre. Il regarda devant lui, et dans la pénombre se découpait le silhouette d’un esclave, pauvrement vêtu. Il avait choisi le patricien. Un Romain restait un romain, même quand il ne l’était plus. L’esclave le fixait, intensément, comme s’il cherchait dans le vide de ce regard noir d’encre les derniers vestiges d’une âme qui n’était plus. Il était vide. Si vide.

Soudain l’esclave cligna des yeux, un sourire tordant les lèvres fines. Et tandis que les deux abysses noires de l'ancien empereur se heurtaient soudain à deux iris jaunes, l’esclave brisa le silence d’une voix calme : « Je t’aime bien, toi. Je vais te garder. »


Acte III - Où le Monstre rappelle parfois l'Homme qu'il ne sera plus
Without madness what is man But a wholesome beast, Postponed corpse that begets? (Fernando Pessoa) / D’un geste vague, il fit tourner le verre dans sa main, admirant de l’œil exercé du connaisseur la teinte bordeaux du liquide dans le verre. Excellent cépage, excellente année, excellent vin. Il soupira, et posa délicatement le verre sur le comptoir de bois, embrassant d’un regard l’alignement apaisant des fûts dans cette cave immense. Quel dommage, vraiment. « Vous voyez, cher ami, c’est tout à fait regrettable. Parce que ce vin, par l’enfer, ce vin est extraordinaire. » Un silence de mort lui répondit, seulement rompu par le grognement vicieux de la chienne de l’enfer. « Junon, sage ! Pas encore, ma belle. » La chienne la mit en sourdine, mais ne détacha pas les yeux de sa proie, juste devant elle. « Vraiment. J’ai l’habitude de donner des coups de pouce, voyez-vous, mais tous ne réussissent pas aussi bien que vous. J’ose penser que vous aviez un talent naturel. Et quelle réussite ! Votre vin s’arrache à prix d’or partout dans le monde. J’en ai moi-même quelques bouteilles, et je dois reconnaître que c’est tout à fait exceptionnel. » Il s’appuya avec cette agaçante nonchalance contre l’un des massifs fûts de bois, détaillante avec une oppressante fixité l’homme prostré devant lui. Quelle déception, vraiment. « Voyez-vous, mon ami, je croyais que nous avions un accord. Que dis-je, une sorte de lien, de relation. Le contrat avait été signé, et pour ma part, j’ai été réglo. Et pourtant, vous n’avez aucune idée de ce qui a pu se passer là-dessous pendant ces dix dernières années. Oh, lala. » Il s’arracha soudain à son appui, théâtral dans ses manières comme à son habitude, et déambula le long de la grande allée entre les deux alignements de fûts. « Dix ans. C’était le contrat, c’était l’accord. Pourquoi faut-il toujours que vous luttiez ? Que vous décidiez de trahir l’accord entre parties ? Pourquoi faut-il que vous vouliez davantage ? Votre femme et vos enfants auraient vécus riches. Mais il vous a fallu davantage. » Il secoua légèrement la tête, mimant avec excès une déception qu’il ne ressentait pas. « Et voilà qu’après dix ans de mécénat, après avoir construit votre réussite, vous m’accueillez… comme ceci ? » Il se retourna soudain, fumant encore par endroits de la citerne d’eau bénite qu’on lui avait vidé sur la tête. D’un geste ample, il désigna le corps du chasseur mort, aux pieds de l’homme secoué de sanglots, dont le sang se mêlait lentement à la flaque d’eau bénite que le carrelage irrégulier avait rassemblée. « Seulement voyez-vous, cher ami, depuis le temps, les choses ont changé. » Un reflet jaune vif envahit soudain ses pupilles, et lentement, un sourire étrange tordit ses lèvres. « Il s’en est passé, là-dessous. Mon ancien maître a été malheureusement l’une des… victimes collatérales. Et à présent me voilà, de nouveau, mais plus résistant à vos petits tours de magie. Une pitié, vraiment. » Il fit une pause, ses iris jaunes parcourant de nouveau son environnement. Un soupir théâtral lui échappa. « J’aurais presque été tenté de vous laisser aller, après tout ce qui est arrivé. Mais plus maintenant, pas après cette petite tentative de putsch. Je déteste les comploteurs. Vraiment. » Et soudain, inattendue, imprédictible comme toujours, sa colère éclata, et les flammes jaillirent, léchant avec gourmandise le bois lustré des fûts de chênes, qui craquèrent lentement sous l’effort, grognements insoutenables du bois à qui on en demandait des trop. Et bientôt les flammes s’élevèrent d’elles-mêmes, léchant le plafond de la cave tandis que le bois, lentement, se consumait, réchauffant jusqu’à l’extrême son précieux contenu. « J’espère que vous aimez la chaleur, mon ami. Et que vous avez de l’humour, car en Enfer, en ce moment, il risque de vous en falloir beaucoup. » Et d’un claquement de doigt, il offrit à Junon la permission de lacérer enfin cet insignifiant humain. Alors seulement, le ‘‘chasseur‘‘ à ses pieds rouvrit des yeux noirs, et se releva. Et Néron sourit, de ce sourire tordu et malsain, fier de son petit numéro. « C’était grandiose, grandiose, vraiment ! Ah ! Quel talent d’acteur ! » Le démon sourit, ne sachant trop si son maître faisait référence à son imitation de chasseur ou flattait simplement son propre égo. « Maître. Je reviens également avec des rumeurs. L’on murmure que le Roi serait de retour. » Nero perdit son sourire, et scruta un instant les yeux noirs de son serviteur. Et répondit dans un murmure : « Alors ce serait vrai ? Si c’est le cas, ce qui s’annonce sera proprement fabuleux ! » Il éclata de nouveau de rire, tandis qu’autour d’eux les flammes crépitaient, et que le vin chauffé à la blanc menaçait de transformer la cave en fournaise absolue. « Nous avons du travail, mon ami. Quelques complots à maturer. Un putsch à préparer. Un spectacle à admirer. Suis-moi. » Et tandis que le feu qui consumait la cave de ce magnifique château au milieu des vignes du Sud de la France se communiquait lentement à la maison, les deux démons disparurent dans la nuit. Car ce qui s’annonçait, chers amis, allait bouleverser une nouvelle fois l’ordre de l’enfer. Et que pas un putsch n’avait lieux sans que Nero n’en soit partie.

© HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t284-nero-please-allow-me-to-introduce-myself-i-m-a-man-of-wealth-and-taste http://solemnhour.forumactif.org/t813-carnet-d-adresses-de-nero-morituri-te-salutant
avatar

Age : 243 ans
Métier : Libraire & gérante d'un petit magasin esothérique
Situation : Veuve 2 fois, célibataire endurcie
Localisation : Chicago
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Elf (avatar) & TUMBLR (gifs)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 277

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Mar 17 Mai - 11:42

OH MES AIEUX, NEROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO :7: :7: :7: :52:
Il poutre tellement ce petit :amour: J'ai hâte de voir la suite de ton chef d'oeuvre What a Face Rebienvenue à la maison ma belle ! :amour: Je ne te ressers pas le speech, tu le connais déjà What a Face


Now the door is open, The world I knew is broken with no return ... Now my heart is not scared, Just knowing that you're out there, Watching me ... So believe I'll Be here waiting, hoping, praying that, this light will guide you home ; When you're feeling lost I'll leave my love Hidden in the sun, for when the darkness comes.
You're my son, Aaron. I'll love you forever


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t48-journal-de-bord-d-elizabeth-w-rochester
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Mar 17 Mai - 14:02

NEROOOOOOOOOOOO
ADL JKVB EHBHBOEIF *essuie gentiment la bave de sa joueuse*

J'aime. Déjà. Ton. Personnage.
Et j'adore Nero. C'est, genre, mon chouchou. Oui j'ai une tendance étrange à aimer certaines mauvaises personnes *fuit loin* Mais je l'aiiiime, voilà, j'ai passé mon année de terminale à l'étudier, j'ai des bouquins sur lui, j'avais commencé à écrire sa bio #TEAMNERO

Et rebienvenu, au passage xD :amour:

D'ailleurs, j'avais un peu parlé de Néro dans l'histoire de Temtem, vu que je ne pensais pas qu'un jour aurait eu ton éclair de génie :uhuh: (mêmemoi,quil'adore,quil'adule,j'yauraispaspensé. Rienquepourça,jevaisfairedetoimanouvelledéesse.)

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Age : vieux
Métier : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Je suis aussi : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 415

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Jeu 19 Mai - 7:12

re bienvenue! J'adore cet avatar!

Si tu as des envies de liens, je suis là, si ça peut coller avec ton back! (J'avoue j'ai pas encore pris le temps de lire ta bio :P )


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
avatar

Age : 243 ans
Métier : Libraire & gérante d'un petit magasin esothérique
Situation : Veuve 2 fois, célibataire endurcie
Localisation : Chicago
Feat. : Helena Bonham Carter
Copyright : Elf (avatar) & TUMBLR (gifs)
Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 277

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Sam 2 Juil - 21:53

Délai accordé jusqu'au 15 Juillet, comme annoncé :amour:


Now the door is open, The world I knew is broken with no return ... Now my heart is not scared, Just knowing that you're out there, Watching me ... So believe I'll Be here waiting, hoping, praying that, this light will guide you home ; When you're feeling lost I'll leave my love Hidden in the sun, for when the darkness comes.
You're my son, Aaron. I'll love you forever


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t42-elizabeth-w-rochester-can-t-sleep-take-arsenic http://solemnhour.forumactif.org/t48-journal-de-bord-d-elizabeth-w-rochester
avatar

Age : Inconnu
Métier : Platypus de compagine
Situation : Mère (Célibataire) de tous les platypus
Localisation : Heaven, chambre de Gabriel
Feat. : Platypus
Copyright : Shadow & TUMBLR
Je suis aussi : //
Date d'inscription : 10/11/2015
Messages : 536

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Sam 16 Juil - 17:02

Délai supplémentaire accordé, jusqu'au 25 Juillet :amour:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org
avatar

Age : 27 ans
Métier : Chasseuse débutante durant 1 mois, écrivaine
Situation : Mère célibataire
Localisation : San Francisco
Feat. : Jane Levy
Copyright : Shiya (avatar) TUMBLR, shadow (sign)
Je suis aussi : Gabriel ♦ Lyov A. Winston ♦ Annabelle J. Graham ♦ Elizabeth W. Rochester ♦ Yehuiah
Date d'inscription : 23/06/2016
Messages : 328

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste Sam 23 Juil - 8:32

Alors alors. Vu que Nero n'est plus un démon des croisements, il ne peut pas passer de pacte. De ce fait, guérir autrui, ramener une personne à la vie, etc ne fait plus parti de ses pouvoirs par exemple (sauf si Azazel le faisait, mais je ne suis plus sûre :hm:). Cependant étant un démon aux yeux jaunes, il a accès aux pouvoirs de plus haut niveau je dirais (accès à l'enfer illimité, immunité renforcée, etc)


A part ça ... Bordel j'adule. :52: Je te valide donc mais je laisse ta présa là pour que tu édites ce qui cloche (sauf si c'est moi qui me trompe, ce qui arrive )




HELL YEAH !

Welcome to the family ~


TOI. MOI. DES LIENS PAR JUNON !
Par ailleurs si tu veux des liens avec les prédefs, fais signe What a Face

Félicitations, tu es Validé !  :7:  :43:  :amour:

Tu peux désormais participer aux intrigues en cours, poster et demander des rps à gogo, et tenter en prime de botter le fessier de Chuck !  :98:

Cependant, n'oublie pas de recenser ton avatar pour garder le monopole de l'acteur et recenser ton métier (ou créer ton entreprise).

Ceci mis à part, tu peux de même poster dès à présent ton journal intime pour décrire à quel point être pote avec des fous c'est génial, faire ton journal de bord pour demander des liens supplémentaires, ou encore poster ton propre carnet de route qui te permettra de rester à jour dans tes rps.

Pense enfin à voter de temps à autre sur les top-sites, mais surtout ... Amuse toi bien !  :bwah:  :chuck:  :36:

SHADOW



To be human is to love,
even when it gets too much
i'm not ready to give up

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t351-go-fuck-yourself-with-a-cactus-bailey#2564 http://solemnhour.forumactif.org/t355-journal-de-bord-de-bailey-johnson#2600
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste

Revenir en haut Aller en bas
 

Nero + Please allow me to introduce myself, I'm a man of wealth and taste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Angel Del Nero, l'Ange du Noir ....
» Angel Del Nero
» Nero "Le Borgne" [Rodeur]
» Nero D. Squadra pour vous servir ! (15%)
» Nero Asaxan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: come a get a life :: avant de prendre la route :: Ils parcourent la Terre-