Partagez | .
 

 [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Mar 26 Avr - 22:14


RP abandonné

SUJET PRIVÉ : FT. Liv Anderson
# TYPE : Dans le présent
# DATE : si vous la connaissez.
# MOMENT DE LA JOURNÉE & TEMPS APPROXIMATIF : 21h, il fait assez chaud

# PRÉSENCE DU MJ : Non

# AUTRE : Ça va swinguer
SHADOW



 
❝ Les apparences sont trompeuses❞
Dean & Liv
Il n'est jamais trop tard pour revenir en arrière, voilà une phrase qui sonne comme une belle connerie à l'intérieur de l'ex-chasseur et homme de lettre, Dean Winchester. La liberté est tout ce qui compte pour lui désormais. Plus aucune attache, le poids sur les épaules qu'il se trimbalait avec lui à chaque fois qu'il mettait un pied dehors était désormais du passé, l'indépendance la plus totale et complète depuis sa naissance. Et puis non, pourquoi faire allusion à une famille qui n'a fait que le ralentir et le pousser sur une voie qui ne lui convenait pas ? Fini toutes les émotions sentimentales qui le décrédibilisait comme jamais, il se sentait libre intérieurement tout simplement et il jubilait d'avance en sachant que ça perdurera jusqu'à jamais. Si dieu existe vraiment qu'il se pointe et qu'il vienne lui faire face pour lui dire que c'est mal croyez-le ou non, il se prendra un bon coup de première lame au fond du postérieur et il ira faire le piquet sur son trône au paradis. Heureusement que les conneries existent pour faire fonctionner ce monde pourri et proie à des créatures et des personnes malveillantes et sans aucun intérêt. Comme cet imbécile de Crowley le dit si bien: on ne peut compter que sur soi-même et il a parfaitement raison, Dean n'hésitera pas une seule seconde à le tuer dés qu'il n'aura plus besoin de lui...s'il en a déjà eu besoin. Il n'est pas son ami contrairement à ce que le roi de l'enfer pensait, Dean utilise le roi jusqu'à effectuer un échec et mat dans les règles de l'art. Mais le bordel recommence avec Lucifer et Michael en dehors de la cage, le monde va bien vite partir en vrille et signer un début d'apocalypse à nouveau. Pourquoi se priver en sachant que les jours sont comptés ? Rien ne l’empêche de faire ce que bon lui semble.

C'est donc sans une once d'hésitation qu'il a prit la direction du bar "Apocalypse", un nom qui le fit sourire en coin. Franchement, se baser sur une prophétie réaliste il faut vraiment le faire, heureusement qu'ils ont de bonnes bières et des serveuses potables. Seul problème, l'endroit regorge de chasseurs et donc cela complique la situation, mais il aime les défis et c'est pas avec ça qu'il va avoir peur, dans le pire des cas il peut toujours en tuer un ou deux s'ils viennent lui chercher les emmerdes. Encore une chance que personne ne sait ce qu'il est désormais en dehors de ses proches...Sam, Castiel et surement d'autres, mais niveau chasseur c'est assez restreint.

Poussant le battant en bois, Dean découvrit à nouveau le décor de ce bar qu'il connaissait étant donné les quelques venues pour une raison bien particulière avouons-le. Cette serveuse...Liv, cette magnifique serveuse au fessier d'enfer, oh oui il s'en souvient et s'il se fout vraiment de tout les chasseurs présents dans cet endroit, il comptait vraiment revoir Liv. On sait jamais, il a toujours du temps de libre pour la soirée. Concentré, il lança quelques regards tout autour de lui en saluant les chasseurs d'un léger signe de la tete avant de venir prendre rapidement place au bar, sur un grand tabouret.

Dean Winchester, ça fait un bail. Comme d'habitude ?"

Le serveur derrière le comptoir avait l'air ravi, mais Dean resta stoique et commanda simplement sa boisson.

" Une bière Pattzie."

Simple et efficace, il n'avait pas envie de parlementer avec lui plus longtemps. Il était un bon Barman et un homme au fort caractère, mais il ne reste qu'un barman, rien d'autre. Posant un coude sur le comptoir, il se tourna en cherchant sa serveuse du regard. Il y avait un beau petit monde, mais il était facile pour lui de repérer une personne telle que Liv. Il attendit de croiser son regard pour lui adresser un large sourire en disant long sur la joie de la revoir.

 
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Mer 27 Avr - 21:50



Les apparences sont trompeuses; ft. Dean


he can't read my poker face

Il n'est jamais trop tard pour revenir en arrière, mais encore faut-il en avoir envie. La question à un million de dollars était donc la suivante : le désirais-je ? Non. Bien sûr que non. Bien que j'aimais mon père et qu'il me manquait, pour rien au monde je ne serais retournée  en Suède. Je ne voulais pas de chaînes, je ne voulais pas que ma mère débarque de la Sainte Patrie Russe pour me mettre des fers. La liberté, voilà ce à quoi j'aspirais. La liberté, la vraie, inconditionnelle, totale, entière, celle que mon géniteur me contait lorsque j'étais enfant, celle dont j'avais tant rêvé. Si cela signifiait dire fuck à ma mère et ses principes, emmerder les Styne et leurs sombres envies de domination du monde, grand bien me fasse. J'avais d'autres chats à fouetter sur le moment - pardonnez-moi l'expression, je n'en ai pas trouvé d'autres.
Libre. Mhm. Ouais beau principe, sur le papier. Quand il s'agissait de l'appliquer en revanche … Quoi ? J'aurais vraiment été libre, je ne serais pas venue bosser. Je serais restée à larver sur mon canapé, les papattes en l'air, à bouffer du saumon cru devant l'Agence Tous Risques (le film The A Team, bien que la série éponyme dépotte), avec ma bouteille de vodka à portée de griffes et une montagne de plaids en bordel. J'aurais été libre, je me serais tirée à New York pour aller ronronner à la porte de Temen et Wayne, léchouillant les doigts du premier pour avoir de la bouffe gratuite, sautant sur l'autre comme un cabri fou furieux pour jouer – jusqu'à finir sur lui, collée serrée, en train de roupiller comme une princesse bien heureuse. J'aurais été libre … J'aurais été libre, je ne serais pas serveuse, bordel, mais reine, c'est un fait. Et je mangerais des tartes du matin au soir, en recevant massages et câlineries, avec de temps à autre une bonne séance de sport de lit pour faire digérer le tout et maintenir en forme mes courbes divines.
Sauf que voilà. Tout ceci n'était qu'un rêve : un rêve éveillé qui plus est, et Dieu sait que c'est moche de trainâsser au boulot de cette manière. Les verres ne vont pas se livrer tous seuls sur les tables des clients, et je ne suis pas télékinésiste, malheureusement. Mhm. Ouais ... Courage Livy. Tu peux y arriver.

Trente minutes plus tard, cependant, je soupire intérieurement tandis que les tics tacs incessants des aiguilles de l'horloge immense me ramènent à ma condition misérable de chatte affamée sur cette planète – bonsoir, il est vingt et une heure, et j'ai encore quelques minutes de service à faire. A moins que Pat' ne me colle une ou deux heures supplémentaires, ce qui arrangerait mon compte en banque, mais pas mon estomac de diva égoïste, c'est un fait. Heureusement pour moi, il ne pleut pas dehors, et j'éviterais donc la flotte sur mes cheveux parfaits. Pour un peu, je délaisserais bien ma tenue de serveuse pour recommencer un de mes anciens petits boulots avec une barre en acier verticale … Mais ça ferait trop plaisir aux clients – qui restent malgré tout mes ennemis naturels lorsque je compare ma race à la leur. Je me contente donc de servir les commandes en évitant les quelques mains baladeuses pour le moment, fredonnant silencieusement du Lady Gaga – je vous laisse deviner laquelle – tandis que Pat' astique ses verres en sifflotant.
Pourvu que la soirée passe vite … Ou qu'un miracle n'arrive. Dans tous les cas, dès que l'heure sonnera je quitterais mon tablier pour reprendre la tenue en cuir qui va avec mes talons aiguilles. Peut-être irais-je danser … certainement boire de la vodka. On ne peut renier ses gênes très longtemps, vous savez ?

« Dean Winchester, ça fait un bail. Comme d'habitude ? »

Mes yeux s'écarquillent d'eux-mêmes soudainement à ces mots nettement perçus malgré le brouhaha des clients, tandis que la flagrance d'un être bien connu m'atteint enfin, égayant mon ouïe fine et accapare désormais mon cerveau. Dean … Dean ? Ici ? Impossible ! Je souris doucement à mon présent client avant de me tourner pour fixer le comptoir d'un air incrédule, air qui se transforme en pure surprise avant de virer en sourire ravi. Dean Winchester … Merde, si je m'y attendais. Je laisse son odeur emplir mes narines avant de pencher la tête sur le coté, mes yeux accrochant les siens sans plus les lâcher. Si, si, c'est bien lui. Enfin … A quelque détails près, je crois. Restant maîtresse de moi-même – du calme Liv, qu'il n'aille pas s'imaginer des choses -, je tente d'analyser de là où je me trouve ce qui a pu changer en lui. Sa position au comptoir ? Non. Ses yeux sombres qui me lanceraient presque une invitation indécente ? Non plus. Son odeur ? Un peu plus … mâle (dans le sens animal) peut-être … Elle a un goût de … danger. Comment expliquer sa présence qui dérange comme elle peut attirer ? Bah. Je penserais à ça plus tard. Peut-être rentre t-il d'une chasse – ou au contraire, il est en train de recueillir des infos sur sa prochaine proie, allez savoir. Dans tous les cas, Dieu semble avoir entendu mes prières lamentables avant de les exaucer par dépit. Peut-être suis-je une gentille petite fille, ou pas, le futur me le fera rapidement savoir ... En attendant, je finis enfin par laisser mon client pour me rapprocher du bar a pas feutrés, tranquillement, prenant mon temps pour détailler l'homme accoudé au bar – depuis combien de temps n'ai-je pas vu sa jolie petite gueule dans les parages ? Je ne sais pas – ce n'est pas comme si cela importait vraiment.
« Salut beau gosse ~ »  je lui souris de nouveau une fois arrivée au bar, un sourire du cheschire cat, avant de passer près de lui, le frôlant du bout des doigts avec ma main libre, mine de rien, comme ça. Je pose ensuite mon plateau remplit de verres vides sur le comptoir en le quittant des yeux, tout ça pour fixer Pattzie qui sert mon « ami » - une double dose, vraiment Pat' ? - sans rien capter de mon petit manège. Ce grand roux aime revoir les visages connus qu'il apprécie, c'est un gaillard qui s'amuse de cette façon, le reste lui importe peu. « J'ai fini pour aujourd'hui, Pat'. Demain, même heure je suppose ? » J'arque un sourcil, avant de me tourner entièrement vers Dean sans attendre la réponse du barman pour reprendre mon petit jeu. « Dean Winchester ... Ça fait un bail, cowboy. On te manquait ? » Je m'approche pour poser mon doigt sur son torse, joueuse, avant de m'écarter un peu pour fixer Pattzie et faire la moue. « Je peux avoir une vodka s'il te plait ? Quelque chose me dit que la nuit va être longue. » Et elle le sera, avec ou sans ce brun ténébreux, comptez là-dessus. « Alors, quoi de neuf, mister sexy ? Depuis la dernière fois, tu as bien quelque chose à raconter … » Et ne va pas me dire le contraire, chéri, car se serait mentir ... Et de nous deux, je reste celle qui embobine l'autre à la perfection.

.SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Jeu 28 Avr - 8:40


 
❝ Les apparences sont trompeuses❞
Dean & Liv
Et dire qu'à une époque il faisait partie de la grande famille des chasseurs même si ses contacts se limitaient à Sam et Bobby principalement. L'ironie du sort veut que maintenant qu'il est devenu ce qu'il combattait pendant des années, ce qui fait de lui l'ennemi numéro un de plus de 80% des chasseurs. Des âmes fidèles aux principes virant le plupart du temps au désastre, c'est pas beau tout ça ? Non, s'en est presque désespérant, mais qu'est-ce qu'il en a à foutre de tout ça ? Il ne se casse plus la tete à se demander si oui ou non tel ou un tel survit, il se contente de chasser à son rythme sans chercher à sympathiser ou à passer du temps avec une personne en particulier jusqu'à finir par s'attacher. Il n'y a rien de plus dangereux que l'attache envers quelqu'un. Le mépris intérieur envers les chasseurs devenait de plus en plus insistant, enveloppant son esprit corrompu de divers sentiments synonyme de colère et frustration. Pourquoi ne pas mettre cet endroit en pièce ? Un claquement de doigt et il pourrait faire de ces chasseurs des proies sur des lits de morts, mais il s'abstenait pour la simple et bonne raison que pour l'instant il n'en voyait pas l’intérêt, mais à un moment ou un autre ça risque de chauffer, ça il en était persuadé.

Liv Andersen était probablement l'une des seules pouvant prétendre à une possible survie et ce n'est pas seulement à cause de sa belle gueule. Elle n'était pas une simple serveuse, mais aussi un sacré coup et juste d'y penser il ne pouvait que fermer les yeux sur son envie de meurtre...du moins tant qu'elle ne le contrarie pas. Oui, il lui arrive souvent de démarrer au quart de tour et peut ainsi vite dégénérer au point de faire d'une personne un martyr. Son sourire attira rapidement la serveuse qui se pointa illico dans sa direction tout en le saluant. Toujours la même attitude aguicheuse, c'est appréciable à voir. Sans un mot il fixa la jeune femme dans le blanc des yeux alors qu'elle se pensait plus irrésistible qu'elle le croyait. Elle n'est pas une déesse, elle est une femme que le chasseur s'est tapé, rien de plus, rien de moins, mais si ça peut lui faire plaisir.

" Disons que j'étais dans le coin et que ça faisait un moment que je voulais te revoir, surtout après cette fameuse soirée."

Oui, il ne cachait rien et c'est avec une spontanéité exemplaire qu'il lui a répondu avant de détourner légèrement le regard amusé vers le barman pour répondre à ce dernier qui le regardait surpris.

" Un sacré coup."

Un petit clin d’œil au passage avant de retourner son attention vers Liv qui prit rapidement la parole pour en savoir plus sur les péripéties de ce dernier lorsqu'il était un chasseur. La mauvaise époque comme il le dirait. Une moue hésitante tout en prenant sa bière sur le comptoir à sa droite.

" La routine, je parcours les routes et je chasse tout les démons et créatures qui s'opposent à moi et toi ? Toujours à faire la serveuse sans broncher ?"

Elle avait un sacré caractère à l'époque, peut-être s'était-elle adoucit avec le temps, non, il avait de gros doutes là-dessus, mais sait-on jamais. Il profita pour boire une petite gorgée de sa bière fraîche à souhait et qui lui fit un bien fou, les plaisirs humains sont souvent les meilleurs. Mais en buvant, sa manche se releva révélant ainsi le début de la fameuse marque de Caïn qu'il possédait sur son avant-bras, c'est tellement une habitude qu'il n'y fit même plus attention.

 
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Sam 30 Avr - 16:58



Les apparences sont trompeuses; ft. Dean


Hit it up, get it up, won't let you rest

Je regarde Pat' me servir ma vodka avec une moue satisfaite – elle est bonne, bien que ce ne soit pas celle que j'ai pu m'enfiler chez moi – avant de prendre le verre et en boire une gorgée comme si je dégustais un merveilleux cocktail. Tout n'est que façade, tout n'est que tricherie, mais le goût frais de l'alcool me permet de tenir la cadence. Je regarde Dean en biais pendant ce temps, analysant sa nouvelle odeur, y détectant celle du sang. Le danger est réel, chose étonnante, et si j'étais en chat mes poils se dresseraient certainement sur mon dos en guise d'avertissement. Je n'irais pas jusqu'à cracher, non, plutôt me carapater vite fait bien fait dehors – sous un meuble est exclu, je n'ai pas envie d'avoir la fourrure recouverte de poussière, merci bien. Pourquoi, en revanche ? Je n'en ai aucune fichue idée. Sa position avait beau être similaire à celle habituelle – bien qu'il soit venu peu de fois – je le sentais anormalement tendu. Pas en apparence, bien sûr, la nonchalance est quelque chose qui s'apprend et s'entretient – mais il n'empêche que … Quelque chose me semblait malsain.
Je garde pourtant mon sourire en place lorsqu'il me répond, haussant un sourcil perplexe, amusée, n'y croyant pas un traître mot même si je le sais sincère. Les hommes sont de vils flatteurs, bien que mon ego déjà haut level apprécie très certainement le compliment. J'en ris, d'ailleurs, lorsqu'il prend Pat' en témoin - ce dernier me fixant outré.

« Parce que tu couches avec les clients, en plus ? »

Il est joueur, et je réplique avec un grand sourire taquin.

« Et pourquoi pas ? Cela fidélise la clientèle. Et puis quand ils sont mignons et qu'ils sont bons dans ce domaine … Pourquoi se priver ? »

Traitez-moi de salope si ça vous plaît, ce n'est pas dans mes habitudes. Je lance un regard sous entendu à Dean malgré tout, jouant le jeu, Pattzie levant les yeux au ciel avant de soupirer.

« Mes aieux … J'me disais bien qu'on avait plus de monde ces derniers temps. »

A mon tour de lever les yeux au ciel, claquant la langue quelque peu, presque agacée ... Car le sang neuf se fait rare, il faut l'avouer.

« Tu en aurais bien plus si je dansais avec une barre, crois-moi. »

Il rit et lève les mains au ciel, rendant les armes, avant de nous fixer comme si nous étions deux gosses dont il aurait la charge - okay, il a peut-être raison sur ce point, sauf que nous sommes aussi vaccinés que majeurs. Techniquement clients ou pas ... ça ne le regarde pas.

« Ok, je ne veux rien savoir de plus ! Les consommations sont offertes par la maison, du moment que vous faites vos cochonneries ailleurs que dans mon bar. »

Il m'offre un regard appuyé, je lui fais une moue déçue malgré mon sourire victorieux en simple réponse. Je l'observe ensuite partir à l'autre bout du comptoir pour servir d'autres clients, et je ne peux m'empêcher de répliquer une dernière fois, juste assez fort pour qu'il puisse l'entendre.

« C'est dommage … Le bar a l'air confortable, ça se tentait ! Un jour peut-être !

Je le vois grogner malgré son sourire. Je sais d'ors et déjà qu'il marmonne un « bande de sales gosses » mais je n'en ai plus cure. Je reprends une gorgée de mon verre, me retournant vers Dean pour lui faire face, m'installant sur un des sièges avant de croiser les jambes.

« Comme tu peux le constater ... Sans broncher n'est pas le terme exacte. Et puis, la dernière fois qu'un mec s'est conduit comme un porc, il a eu le retour de manivelle et je crois qu'il n'a pas apprécié la manœuvre. Mais je t'avoue qu'en ce moment des envies de voyages me démangent pas mal. Peut-être vais-je quitter cet endroit pour trouver un emploi plus amusant, qui sait ? »

Je hausse les épaules doucement avant de sourire franchement, me détendant petit à petit - ou essayant du moins, l'alcool aidant grandement à ce sujet.

« Je n'ai que vingt six ans, je ne serais pas toujours comme je suis actuellement. Peut-être que je finirais casée, va savoir. »

Enfin, ça, c'est pas près d'arriver. Sans compter sur le fait que mon vieillissement a déjà commencé à ralentir, et il est inutile de lui balancer dans la trogne que lorsque lui sera fripé comme un pruneau sec, je serais toujours aussi jeune et tout aussi belle – du moins ça je l'espère fortement. Je suis une garce, soit, mais ni masochiste ni suicidaire à ce point là. Finir en trophée de chasse n'est pas vraiment d'actualité - et ne le sera sans doute jamais.

 « Enfin … Je me demande si tu ne chasserais pas autre chose que des monstres en ce moment. »

Je reprends doucement, secouant la tête avant de sourire, joueuse, l'invitant presque.

« Si je m'oppose à toi par exemple … Qu'est-ce que tu feras ? »

Je reprends une gorgée de boisson sans le quitter des yeux. Je suis une allumeuse de première, c'est à reconnaître, mais ça fait parti du jeu. Je finirais certainement par me brûler un de ces quatre d'ailleurs, car à force de jongler avec le feu ... On fini par se faire prendre à son propre jeu. Il n'empêche que je suis sincèrement curieuse, mon regard finissant par dériver pour remarquer quelque chose d'aussi nouveau qu'inattendu. Me voilà à froncer quelque peu les sourcils, aussi surprise que perplexe, avant de me recaler dans mon siège correctement, subitement un peu plus sérieuse.

« Tu as l'air … je ne sais pas. Plus sombre qu'avant. Je suppose que si j'ai évolué, je ne suis pas la seule. »

Je désigne sa marque bien sûr. Accident de chasse, certainement, bien que cela ressemble plus a une brûlure … Quoi que sa forme paraît bizarre. Bah. Son changement n'est certainement pas dû à ça ... même si certaines expériences sont parfois traumatisantes, il est vrai. Enfin ... si ça se trouve je me foire sur toute la ligne, mon instinct déraillant à cause de la faim qui commence sérieusement à me bouffer les entrailles. En attendant, je reste sacrément contente de le retrouver - ne serait-ce que pour le fait que l'on puisse autant discuter de tout et rien que s'envoyer en l'air sans qu'il n'y ait de lendemain. D'ailleurs à ce sujet ... dites-moi, monsieur le chasseur. Qu'avez-vous réellement prévu ce soir ?
.SHADOW

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Lun 2 Mai - 21:51


 
❝ Les apparences sont trompeuses❞
Dean & Liv
La surprise se lisant sur le visage du barman fit sourire Dean qui le trouvait assez ridicule sur le moment. Il s'imaginait que Liv était une sainte ? Il n'est quand même pas con à ce point si ? S'il le souhaite vraiment il peut toujours lui faire un dessin pour qu'il comprenne et enlève cet étonnement ridicule de sa tronche ou alors il lui fait le portrait. Au lieu de ça il en rajouta une couche et ce fut partit pour une conversation entre la serveuse et le Barman, Dean en retrait en train de regarder la scène se déroulant sous ses yeux entre la fille facile et la montagne outrée derrière son miteux comptoir. Qu'il se décoince un peu le gros. Haussant les épaules suite aux paroles de Liv pour lui donner son accord, il continua en parallèle à boire sa bière. Le silence perdura de son coté jusqu'à ce que le barman ne lui fasse une remarque autant à lui qu'à elle qui l'obligea à prendre la parole, surement l'ego ou l'orgueil.

" Sois pas jaloux, chacun son tour."

Et sans aucune autorisation et surtout d'une façon imprévisible, Dean mit une main aux fesses de la serveuse sous les yeux du Barman et des autres chasseurs. Un problème ? Il peut toujours se charger de quelque cas, il tient bien mieux l'alcool maintenant qu'il est un démon et s'il faut en arriver à là, alors soit. C'est la suite qui prit une tournure bien plus plaisante, elle lui tendait une perche et il la saisit sans problème, ne craignant pas une seule seconde le retour de manivelle comme elle le disait si bien si ça lui était destiné.

" Hmmm...tu as l'air optimiste pour quelqu'un qui n'a pas réussi à se détacher de ce bar qui tombe en ruine. Sérieusement ? Pourquoi ne pas partir loin d'ici pour de bon ?"

Pourquoi ne cherchait-elle pas à quitter cet endroit à tout prix si c'est ce qu'elle souhaitait ? Enfin, peut-être se plaisait-elle ici ? Déçu, l'ex-chasseur soupira tout en buvant une nouvelle gorgée de sa bière pour ensuite reprendre nonchalant et sur de ses propos.

" Tu ne finiras jamais casée, tu es bien trop impliquée dans tout ce bordel."

Sourire amusé au coin des lèvres alors qu'il désignait bien tout les chasseurs se trouvant dans ce bar. Elle en côtoyait un bon paquet, ce qui fait d'elle une personne impliquée indirectement dans ce qui est une vie merdique à souhait. Les personnes comme eux ne peuvent pas avoir une vie sentimentale tenable, tout part bien trop vite en vrille sans qu'on s'y attende, Dean en est la preuve vivante. A l'époque où il était avec Lisa après la disparition de Sam dans la cage, il lui a fallut un an avant que son passé ne refasse surface, tôt ou tard il les rattrape. C'est pas pour rien qu'il ne cherchait plus aucune attache et c'est pas plus mal, au moins il ne s'encombre pas d'un poids trop envahissant. Une preuve vivant avec lui qui se trimbale désormais en solitaire pour chasser tout les démons et créatures qu'il croise, sa haine est toujours présente malgré sa transformation, disons juste qu'il est beaucoup plus impitoyable et tordu qu'avant. Et visiblement une autre personne émettait des soupçons.

" Des démons, des vampires, des loup-garous, des polymorphes et j'en passe, la liste serait trop longue. En gros tout ceux qui se mette en travers de ma route."

D'une pierre deux coups il répondit spontanément à sa question tout en émettant une vérité vraie. Et c'est le regard toujours rivé droit devant lui avec sa bière dans les mains qu'il écouta attentivement les suspicions de la serveuse qui ne manqua pas de faire allusion à la marque qu'il portait à l'avant-bras. Un petit coup d’œil à sa marque avant qu'il ne vienne remonter légèrement sa manche pour la cacher, ce n'est pas un spectacle et il ne voyait pas en quoi ça la regardait. Néanmoins il répondit clairement à ça tout en tournant son regard vers elle, plantant ses yeux dans les siens.

" La chasse, ça change un homme."

Un petit moment d'observation avant qu'un énième sourire amusé s'affiche au coin de ses lèvres, un sourire s'estompant au moment ou un des chasseurs complètement bourré vint interrompre la discussion en tapant l'incruste entre lui et Liv. Pour qui il se prenait ce gros tas ? Prenant une bonne bouffée d'air, Dean tenta de faire abstraction de ce petit moment jusqu'au moment où il entendit le chasseur se comporter d'une façon un peu trop entreprenant avec la serveuse, celle qu'il avait dans l’œil. Non, c'est SA serveuse.

" Tu n'es pas son type, va te chercher une autre serveuse à fourrer."

Il connaissait bien les chasseurs, des solitaires voulant passer un petit moment avec une belle jeune femme afin d'évacuer le stresse d'une ou plusieurs chasses, un comportement immature et presque irrespectueux...du moins pour ceux qui ne savent pas s'y prendre. Le chasseur se retourna d'ailleurs face à lui, le visage fermé et le regard menaçant. Contrarié ?

" Qu'est-ce que t'as dis ?"

Une main vint se poser sur son épaule, une bonne grosse paluche, un pote à l'autre type. Deux contre un ? C'est pas équitable ça. Bon, avant ça il terminé sa bière d'une traite et en commanda une autre auprès du barman.

" J'ai dis..."

Et là d'un coup d'un sol il attrapa le poignet d'un des chasseurs et le tordit sans aucune pression, comme si c'était un simple mouchoir alors qu'un craquement sourd se fit entendre dans le bar. Pret à riposter, le second se prit la bouteille vide en pleine tronche, l'assommant d'un coup. Sérieusement, pour qui ils se prenaient ? L'un se tordit de douleur tandis que l'autre était inconscient au sol, un filet de sang coulant le long de son crane. Autant parler à celui encore conscient.

"...reste à terre."

Puis il se rassit comme si de rien n'était, calme...vraiment calme pour prendre sa seconde bière. Il savait pertinemment qu'on le regardait, mais personne n'osait faire quoi que ce soit. Pourquoi ? Avaient-ils peur ? Ils devraient.

" Peut-être qu'on pourrait sortir et s'amuser toute la nuit qu'est-ce que tu en penses ? Je suis sur qu'on a de nombreuses choses à se dire."

Il reprit également sa conversation avec Liv, lui faisant un clin d’œil complice au passage.

 
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Mar 3 Mai - 18:15



Les apparences sont trompeuses; ft. Dean


Oh. My. God.

Si j'avais su ça plus tôt, l'aurais-je évité ? Oui, me souffle ma tête. Non, soupire mes plus bas instincts. Soyons honnête : il est trop amusant pour cela, même si certaines de ces remarques manquent parfois de politesse. Je ne l'aurais jamais pensé capable de dire ce genre de choses, ce qui en soit est une surprise – désagréable ou non, je ne sais pas encore. Bien sûr, je ne connais pas Dean personnellement. Nous avons échangé quelques infos, certes, entre deux caresses, il n'empêche que si il a toujours eu un coté animal … Il n'a jamais eu ce petit coté de connard malfaisant. Est-ce que cela me plaît ? Il faut de tout pour faire un monde – prenez ça pour un oui, aussi tordu que cela paraisse. Est-ce l'aura qu'il dégage ? Je ne veux pas savoir, cessez donc de me poser toutes ces questions.

J'ai pourtant sincèrement sourit à sa première remarque, amusée, roulant des yeux, soupirant ensuite lorsqu'il s'est donné en spectacle. Charmant, mister. Mais je ne couche pas avec mes employeurs, c'est une règle d'or – et même Pat' a beau être cool, il n'est pas mon « style ». Erk, non. Je lui ai lancé un faux air outré lorsqu'il m'a ainsi touchée – ah, les mâles. Cela aurait un autre, je l'aurais délesté de sa charmante tête ou de ses attributs masculins. Mais j'ai plutôt pris ça comme un jeu sur le coup, une façon de me dire « je te défie de m'en coller une ». Plus tard, plus tard. Tout est toujours meilleur lorsque l'on fait durer l'attente : il faut que la surprise soit totale.
En revanche j'ai froncé les sourcils à sa seconde phrase. Etais-je réellement attaché à ce lieu ? Sans aucun doute. Je suis un chat, très cher, sans maîtres, certes, mais avec des préférences alimentaires exigeantes qu'ils sont les seuls à satisfaire … Ok, soit. Je n'avouerais jamais que j'ai fait de cet endroit ma planque, sorte de tanière de transition en attendant de me trouver un vrai bunker. Car qui viendrait chercher un familier parmi des chasseurs ? Mais tout ceci, tous ces sourires, ces bonnes manières … Ce n'est qu'une charmante cage dorée, tissée par moi-même. Oh Liv, que tu es lâche.  

« Serait-ce une proposition ? »

Je ne peux m'empêcher de murmurer, le fixant, sérieuse malgré l'air taquin. Ne réponds pas je t'en prie. Je ne veux pas savoir. Je partirais bien assez tôt de toute façon. Pas de port d'attache, d'aucune sorte. Mentir H24, se cacher … Dieu que je déteste ce manège. Dieu qu'il m'amuse pourtant. Je ris ensuite, son léger et cristallin, car le bougre dit vrai.  

« Ce n'est pas plus mal. Mais tu as raison. Il y a bien de trop de chasseurs dans ma vie en ce moment. »

Clin d'oeil puisqu'il en fait partie ce soir. Il faudrait peut-être que je me renouvelle ... Mhmm. Je hoche la tête à sa liste en finissant ma vodka, soupirant intérieurement tout en sachant pertinemment que j'en ferais un jour partie – pour des raisons évidentes, et si il vit jusque là. Ah, Dean. Tu sembles distinguer le bien et le mal comme si ces deux notions abstraites étaient séparées distinctement par une frontière. Mais il n'y a pas forcément de blanc ou de noir, juste du gris avec plusieurs nuances.

« Il n'y a pas que la chasse qui change un homme. »

Sourire de Cheschire, tandis que mes doigts viennent nonchalamment  caresser son épaule, moyen comme un autre de lui dire que j'ai saisit l'idée – no more questions, baby. Cependant, mon sourire disparaît et je m'écarte ensuite lorsqu'un type vient s'incruster. Inspirer, expirer : rester polie surtout, rester polie. Je jette un coup d'oeil circulaire pour voir où s'est tiré Pat', car je ne voudrais pas commettre d'impairs - je sens la tuile venir et ça ne va pas me plaire. Pourquoi ai-je toujours raison à ce sujet ? Sweet God. Je pourrais aisément aller chercher des excuses dans son sang mais cela foutrait mon déguisement d'humaine parfaite en l'air. Malheureusement, Pat' a disparu quelques secondes plus tôt – sûrement pour aller voir Oûl en cuisine deux minutes – et il va donc falloir que je me débrouille pour régler ça comme une grande fille. Non que ça me déplaise en fait, j'ai besoin d'action. Des déchets de ce type on en croise de temps en temps mais comme le client est roi … On ne t'a pas appris la politesse ? Non je ne suis pas une pute qui baise les clients et non je ne te servirais une foutue bière avec mon numéro – je ne suis plus en service, connard, même si ta bière tu la mériterais dans la figure ... Avec l'empreinte de mes ongles manucurés en extra. Je m'en vais lui répondre par ailleurs, tandis que Pat' réapparait mécontent. Il semble prêt à intervenir, sauf que mon très cher ami reste plus rapide … Et bien plus violent.

Voilà où j'en suis, à présent. A fixer le type inconscient par terre, avant de reporter mon regard sur son pote qui geint mollement. Figée, je ne réagis pas quand mon patron sort de son comptoir en jurant – et croyez-moi que voir un mec de deux mètres large qu'une armoire en rogne, c'est assez effrayant. Je le regarde soulever les deux abrutis et les emmener dehors – félicitations messieurs, vous voilà tricards – le silence s’abattant dans la salle comme la faux du cavalier Mort. Qu'est-ce que c'était que ça ?

« Peut-être qu'on pourrait sortir et s'amuser toute la nuit qu'est-ce que tu en penses ? Je suis sur qu'on a de nombreuses choses à se dire. »

Je reporte mon attention sur Dean, revenant sur terre, encore sous le choc de la surprise plus que par son attitude si … calme. Merde. Oh, Liv, reprends-toi.

« Une minute de plus et je le castrais. »

Ou l'encastrais, au choix. Bien, good job ma fille, tes neurones fonctionnent à nouveau. Je hoche la tête avant de lui retourner enfin son sourire - et ce malgré un semblant de crainte qui commence à naître en moi. Qui est cet homme ? L'ancien Dean n'aurait pas réagit de la sorte. Il se serait interposé, sans aucun doutes mais ça ne serait pas allé aussi loin. Non que je regrette quoi que ce soit ... Ce n'est pas que la chasse, n'est-ce pas ?

« Tu as une idée de l'endroit ? » Je reprends, joueuse de nouveau, tout en défiant les quelques frissons de peur de remonter le long de mon échine. Self-control, pokerface. Plus tard, je m'interrogerais sincèrement sur sa transformation soudaine. A présent ... A présent tirons-nous, avant que l'ambiance ne dégénère- car j'aimerais éviter de voir les murs de ce charmant endroit se voir retapisser de tripes. Quelque chose me dit qu'il en serait capable.

« Hôtel, ma chambre, les rues sombres ? Et si on passait par un fastfood ? Je suis toujours partante pour m'amuser avec toi, tu devrais le savoir ... Mais laisse moi récupérer mes affaires avant, cowboy. »

Vérité pure. Un nouveau sourire quelque peu aguicheur, un regard complice et me voilà à disparaitre aussi sec, tournant les talons rapidement sans attendre de réelles réponses. Je m'enfuis ainsi par la porte réservée au personnel, soutenant froidement les regards des autres clients au passage, tandis qu'ils repiquent du nez dans leurs assiettes en reprenant ensuite leurs conversations. Juste le temps que Dean finisse sa bière, je me change rapidement pour revenir fringuée comme il faut. Lunettes de soleil sur le nez, me voilà prête à partir où il voudra. Revenant dans la salle, je m'approche de lui par derrière, avant de passer mes bras autour de son torse de manière presque possessive, mes doigts caressant lentement sa peau à travers son t-shirt. Un avant goût ? Peut-être bien. Et pourtant Dieu sait que je reste sage pour le moment.

« Here I am ... Je t'offre la seconde bière, à condition que nous nous tirions d'ici maintenant. Je suppose que tu as toujours ta merveilleuse voiture donc autant laisser ma merveilleuse moto sur le parking. »

Tout sourire, j'en profite pour inspirer quelque peu son odeur intrigante de mâle dangereux avant de le lâcher et me détacher de lui à nouveau. Nous verrons plus tard pour plus de contact, honey. Et c'est sans plus un regard que je m'engouffre vers la sortie telle une véritable diva née, prête à abattre mes cartes une à une tant que je ne finis pas plumée.
.SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Mar 3 Mai - 20:48


 
❝ Les apparences sont trompeuses❞
Dean & Liv
Difficile de se défaire d'une vie aussi pourrite que celle de cotoyer des chasseurs n'est-ce pas ? Malheureusement pour Liv elle n'est pas au bout de ses peines, mais elle l'a voulue en restant ici, en voulant s'envoyer en l'air avec des chasseurs. C'est pas une sainte, elle aime ça, c'est une grande aguicheuse et sans ça elle n'est plus rien, à quoi servirait-elle en dehors de faire la bonne petite pigeonne pour une patronne ? Pour satisfaire des clients ? La pauvre, elle n'a décidément pas de chance. Il est bien content de s’être détaché de tout ça, il est devenu un éternel solitaire faisant ce qu'il veut, quand il veut. Qui viendrait l'en empêcher ? Sam ? Crowley ? Castiel ? Il n'en a rien à faire d'eux, s'ils se mettent en travers de sa route il n'hésitera pas à les tuer même si l'un des trois sera plus coriace que prévu. Enfin, prenait-il en compte que sans la présence du démon, Dean ne sera plus de ce monde ? Personne n'osera faire du mal à ce dernier en sachant les enjeux qu'ils encourent. C'est tellement jouissif d'avoir des personnes à ses pieds qu'il ne pouvait s'en priver en leur faisant face.

Qui était-il pour la diriger vers une voie ou une autre ? Il ne donnait que son opinion, il ne cherchait aucunement à l'inviter à quoi que ce soit en dehors d'une bonne nuit de folie comme ils en ont eut l'habitude. Heureusement qu'elle était observatrice en plus d’être sacrément attirante. Comme elle le disait si bien, il n'y a pas que la chasse qui change un homme et c'est bien le cas de le dire, Dean était le premier à en faire les frais. Toutes les horreurs qu'il a vu, qu'il a fait, la découverte de l'enfer, du purgatoire, la mort de ses proches...il en a baver.

" Tu n'imagines pas à quel point."

Si elle savait tout les détails de sa carrière en tant que chasseur, elle le verrait probablement d'un autre œil. Comme un réel survivant ? Un chasseur de l’extrême ? Un monstre ? Encore des préjugés faussés ou sans intérêt, il n'est plus rien de ça...du moins peut-être un monstre ? Un monstre qui aime ce qu'il fait. Et les deux chasseurs en prirent pour leur grade en venant accoster la serveuse qui était en pleine conversation avec Dean. Se fichant du fait de se donner en spectacle, il fit ce qui lui semblait juste, l'impolitesse il a horreur de ça. Satisfait de ce qu'il a foutu comme bordel dans le bar, il s'en amusait intérieurement surtout en voyant le regard des différents chasseurs posés sur lui ainsi que celui de Liv. N'aie pas peur avait-il envie de lui dire, mais il s'abstint pour terminer petit à petit sa bière, proposant en parallèle de sortir d'ici. A sa plus grande surpris elle accepta, lui qui pensait qu'elle se montrerait réticente suite à ce qui venait de se passer, visiblement elle le prenait assez bien surtout avec la petite touche d'humour qu'elle lui accorda. Un peu grande gueule la petite, mais il aime ça, une chance pour elle.

" Un tour au fastfood et pourquoi pas l’hôtel ? Un petit endroit à l'abri des regards pour une nuit mouvementée. Après une telle journée faut bien décompresser."

Il lui adressa un clin d’œil complice tout en la voyant filer pour récupérer quelques affaires. Le regard de Dean se fit plus dur, plus fermé, plus sombre lorsqu'elle lui tourna le dos. Il n'était visiblement pas le seul à lui cacher quelque chose, mais de là à savoir qu'il s'est envoyé en l'air avec une personne...ou plutôt une chose comme elle le répugnait. Etre démon à ses avantages et ses inconvénients. Elle ne paye rien pour l'attendre pour l'avoir prit pour un con fini, personne ne se paye sa tete sans encourir de nombreux risques. Elle le rejoignit rapidement, Dean se leva prêt à partir de ce bar défectueux.

" J'ai mieux."

Souriant, il ouvrit la marche et se dirigea vers l'extérieur tout en lançant quelques regards autour de lui, vaut mieux pas qu'ils se lèvent tout de suite. Franchissant la porte d'entrée, ils allèrent en direction du parking où une Lamborghini rouge noir chromé, ce qui change de son ancienne voiture. Changer la page aussi vite c'est bien une habitude devenue réalité pourtant. Déverrouillant les portières de la voiture, Dean vint se mettre assis du coté conducteur et démarra en trombe le bolide dont le moteur ronronna furieusement.

" Parfois il faut savoir faire abstraction du passant en tirant un trait définitif sur ce dernier ainsi sur ce qu'on était."

Faisait-il des allusions ? Oui, mais pas qu'en rapport avec lui, avec Liv aussi et elle seule pouvait savoir le pourquoi du comment il disait ça. Enfin, faudrait-il encore qu'elle arrive à lire entre les lignes soigneusement dessinées. Ce fut après quelques minutes qu'ils arrivèrent à un fastfood pour commander à manger par l'intermédiaire du guichet extérieur. Gros mangeur, il se commanda quatre cheeseburgers au Bacons avant de laisser Liv prendre la sienne.

 
© Pando


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Sam 7 Mai - 20:29



Les apparences sont trompeuses; ft. Dean


That man is like a flame.

Ce que je veux, ce que je veux, ce que je veux … Sacrée rengaine. Manger tout d'abord. Parler après. M'envoyer en l'air en optionnel. Me tirer. Pourquoi pas New York ? Mhmm, ouais. Il y a Daniel à NYC- ce cher Daaaani, sans compter sur Wayne et son Temen. New York donc … La ville des pommes et des étoiles. Je ferais mes valises cette semaine, car rien ne presse. Des vacances, il me suffira de prétexter un membre de la famille malade, mal en point, en train de crever salement. C'est monnaie courante, après tout. Reviendrais-je ? Non. Oui. Je ne sais pas, je m'en fiche. Et puis, après tout, pourquoi prévenir ? Pourquoi ne pas partir maintenant, tourner dans la première ruelle sans détour ni retour ? Ah, Livy, tu es trop cérébrale. Et si tu laissais la bête s'emparer de toi ? Arrêtons de jouer bébé. Laisse la nuit t’envelopper, te bercer, t'embrasser et ne faire qu'un avec toi. Perds-toi dans chaque murmure comme si c'était la dernière fois et ne reviens chez toi qu'au petit matin, essoufflée et le regard brillant. Demain est un autre jour.
Ce que je veux, ce que je veux, ce que je veux … Instincts primaires, frissons parcourant ma peau tandis que je sens les regards sur moi. Suis-le sagement, ignore-les, ils ne sont rien. Une fois dehors pourtant, je sens mes jambes flancher. Est-ce bien possible ? Yeux écarquillés, je dévore des yeux la merveille rutilante qui m'appelle. Touche-moi, scande t-elle à mon oreille, viens avec moi. Mais je m'y refuse oh, quel pêché se serait ! Délicieux, il faut dire oui.

« C'est ce qu'on appelle une beauté. »

Je souris, éblouie. Bien sûr, dans mon coeur je regrette la noireaude. Mais celle-ci suinte plus la luxure que tout le caviar que l'on pourrait me payer, la tentation est trop forte pour être ignorée. Je finis tout de même par m'installer coté passager, me reprenant rapidement. L'odeur du cuir, du neuf me ferait presque ronronner comme le moteur qu'il démarre, et je me reconcentre sur ses paroles, hochant doucement la tête en souriant à ces paroles.

« Parfois, pas toujours. Ceci dit, c'est une bonne façon de vivre. Mais si je suis curieuse de savoir ce qui t'a amené sur cette voie, tu n'es pas obligé d'en parler si tu ne le veux pas. »

Façon comme une autre d'amener le sujet sur le tapis. Tout se paye en ce moment, confession pour confession, temps, amour, argent. Je m'étire quelque peu, avant de m'installer plus confortablement dans le siège. Mon petit sac à mes pieds, j'inspire les odeurs à plein poumons, laissant doucement les places du puzzle se mettre en place. Here we are. Si il y a une odeur un tant soit-peu humaine ici … Elle vient de moi. Mais je ne partirais pas, hors de question, sauf si il me menace, éventuellement. Curiosité, quand tu nous tiens – mais je détesterais avoir à le tuer – pour le moment du moins. Et puis ce n'est même pas dit que je pourrais - et entre nous je préfère éviter ce jeu là. Quelques minutes plus tard, je l'écoute commander, et je souris – sourire vrai, grand, lumineux, clairement amusée par la situation.

« La même chose, je vous prie. Et une glace en prime. Je dirais … Mc flurry ? Kitkat Caramel, merci. »

Je lance un regard malicieux à Dean. Quoi ? Tu crois que je ne peux pas te concurrencer ? Je suis un gouffre à patte, sois-en conscient, Dean Winchester. Il n'y en aura jamais assez, je ne serais jamais ni comblée ni rassasiée à cent pour cent. Frustrant, n'est-ce pas ?

« Je connais un bon hôtel, confortable, pas très loin. C'est à 5 minutes, environs. »

Moins, si tu appuies sur le champignon, monsieur le roi de la conduite. Innocemment, j'effleure sa cuisse tout en lui donnant l'adresse, avant de redevenir sage. Inutile de dire comment j'ai connu l'endroit, n'est-ce pas ? Si il savait, il rirait peut-être … Ou pas. Car là où je l'emmène, un club de strip-tease se trouve en face, et ce sont des filles plus chaudes que les braises qui y travaillent. D'anciennes collègues, il m'en reste sûrement, même si je ne suis pas restée longtemps. Pour autant, l'hôtel reste propre et discret, sans compter que l'insonorisation des chambres y est parfaite … et ils ont un minibar intégré. Tout de même, je ne vais pas n'importe où.
Il n'y a plus qu'à attendre que la commande ne vienne à nous, payer ma part en liquide, prendre les sacs sur mes genoux, avant de me laisser bercer un moment par sa conduite. Hmm. J'aime définitivement ce petit bijoux rouge et noir. Lamborghini, duh ? Quels êtres de sa condition pourrait s'en offrir une, à part un de ceux que j'exècre le plus ?

« Je crois qu'effectivement, je la préfère à l'ancienne. »

Je n'attends pas de réponse, c'était une simple constatation envers moi-même. Lorsque le paysage défile jusqu'à se terminer la vision d'un petit l'hôtel qui ne paye pas de mine, le feu qui couvait déjà quelque peu dans mes veines semble désormais ouvertement y courir. Oh, ne vous y méprenez pas. Ce sont les odeurs de bouffe et la promesse d'un lit moelleux qui me font cet effet - et bien que la peur a reflué à la frontière de mon coeur, elle est toujours présente - tapie derrière chaque geste, parfaitement maîtrisée. Lorsqu'il s'arrête, j'attrape les sacs et c'est sans attendre que je quitte l’habitacle. Assez de galanterie pour ce soir, très cher chevalier noir : c'est à mon tour de te guider. Je me dirige vers l'accueil avec un sourire nostalgique – expression d'heureux souvenirs en ces lieux, lorsque j'étais seule à caresser les touches d'un piano ivoire, plus loin, dans une des salles attenante à un petit bar.

« Une chambre pour deux je vous prie. Nuit complète. » Je me retourne ensuite vers Dean, penchant la tête. « Petits déjeuner compris ? » Cela m'est égal pour ma part. Ils pourraient même aller jusqu'à nous livrer le champagne si l'on sait comment obtenir les faveurs de ces honnêtes travailleurs. J'attrape ensuite la clé que me tend le charmant standardiste – un poil trop jeune et gay, dommage –, les faisant miroiter sous les yeux de mon compagnon de soirée avant de les lui tendre comme une promesse celée d'avance.
« Chambre 37, quatrième étage ... »

Puis, filant à l’ascenseur directement, je m'élance gracieusement devant lui malgré mes sacs tout en lui lançant un regard plus qu’éloquent … en me léchant les lèvres fermées sur sourire chafouin. Quoi ? J'ai faim. Il n'y a plus qu'à attendre que l'engin silencieux et chic ne vienne nous cueillir … Pourvu qu'il soit vide reste ma dernière supplique – car il y a toujours bien plus d'espace ainsi pour se bécoter comme pour s'étrangler lorsque le besoin impétueux se fait ressentir.

.SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Sam 7 Mai - 22:51


 
❝ Les apparences sont trompeuses❞
Dean & Liv

A vrai dire vaut mieux pas pour elle qu'elle sache comment il a été mené jusqu'ici, jusqu'à ce changement presque radicale de sa personnalité même si une grande partie de cette dernière est encore intact. On n'oublie pas les fondamentaux n'est-ce pas ? Il pourrait toujours marquer ça sur son C.V en plus d'avoir été en enfer, au purgatoire...la possession démoniaque est un peu comme la cerise sur le gâteau. Le plus fou dans cette tragique histoire est qu'il a toujours mépriser profondément les démons, il leur a fait la guerre, il en a tué un bon paquet et voilà ce qu'il est devenu à cause de cette marque de malheur. Caïn, enflure. Un chevalier de l'enfer nommée Abaddon l'a mené jusqu'ici, si elle n'aurait pas pointer le bout de sa tronche tout ça ne se serait pas passé ainsi. Il aurait pu s'en vouloir s'il ne se sentait pas aussi bien à cet instant précis, peut-être une autre fois. Il s'abstenait donc de donner des précisions croustillantes sur le chemin qu'il a suivit, préférant laisser un certain silence s'installer qui pourrait d'ores et déjà lui faire poser d'innombrables questions à laquelle il ne répondra pas. Qu'est-ce qu'il lui doit ? Rien, elle n'a été qu'un coup d'un soir, rien de plus et vu ce qu'elle est...ça ne se reproduira plus.

C'est seulement une fois sa commande passée au Fast-food qu'il tenta une réplique à la commande qu'elle passa qu'il vit comme une sorte de compétition. Cherchait-elle vraiment à vouloir entrer dans une compétition quelconque avec lui ? Pauvre débile, il ne ressent plus le besoin de manger, mais il peut manger tout ce que bon lui semble, bien plus qu'elle. Arquant un sourcil, il attendit que la commande arrive avant de démarrer direction l’hôtel alors qu'elle se mit plus confortablement sur le siège passager. L'envie de la faire taire demeurait vraiment présent dans son esprit, mais ce serait bien trop rapide, autant aller dans son sens pour le spectacle. Le plus surprenant est que bizarrement Dean venait de perdre toute envie de parlementer, la colère et le gout du sang venant l'interpeller intérieurement tout en apercevant Liv du coin de l’œil. Un morceau de viande comme un autre, mais plus exquis s'il vient à prendre le physique avantageux de cette dernière. Se demandant encore comment elle avait réussit à le prendre pour un con en lui cachant ce qu'elle est, il s'impatientait d'arriver au point d'ancrage pour pouvoir régler ses comptes et autant dire qu'elle risque de passer un sale quart d'heure.

La route s'est passée dans le calme absolu du coté de Dean et ce jusqu'à ce qu'ils entrèrent à l'intérieur du fameux hôtel luxueux en face d'un club de strip-tease où il ne manqua pas de jeter un œil pour y voir la marchandise. Hmmm...peut-être songerait-il à aller faire un tour plus tard. En attendant c'est face au réceptionniste qu'il fit face alors que Liv prit soin de demander une chambre pour deux, pour la nuit complète.

" La totale."

S'adressa t'il au serveur avant de prendre les clés qu'agitait Liv sous son nez d'un geste rapide et précis. Le jeu est presque terminée, qu'elle économise ses forces elle en aura besoin. Souriant amusé, il se trouvait encore adosser contre le comptoir lorsqu'elle se mit à ouvrir la marche en direction de l'ascenseur. Les sourcils légèrement froncés, le regard déterminé et fermé, il fixait avec une grande attention la serveuse s'éloigner. Pas aussi maline que ça pour ne pas avoir deviner ce qu'il était vraiment. La clé dans la paume de sa main, il la serra fortement, celle-ci s'enfonçant légèrement dans sa paume, assez pour que du sang ne vienne couler entre les plis de sa main. Toujours planté derrière son putain de comptoir, le réceptionniste ne manqua pas de l'ouvrir pour lui souhaiter une bonne nuit.

" J'y compte bien."

Et il savait pourquoi il disait ça en comparaison au réceptionniste qui ne se doutait absolument de rien. Il décida ensuite de finalement rejoindre Liv jusqu’à l'ascenseur qui s'ouvrit pour laisser voir un couple en train se frotter. Il fallut attendre que les portes ne s'ouvrent pour les faire stopper. Ils lancèrent des regards gênés à Dean et à la serveuse, ce qui fit sourire d'exaspération ce dernier. L'ascenseur arriva rapidement au quatrième étage. Ouvrant cette fois-ci la marche, il partit en direction de la fameuse chambre tout en lançant des regards de chaque cotés. Rien à signaler.

Enfonçant la clé dans la serrure, il la tourna et révéla une chambre spacieux, luxueuse, un vrai paradis terrestre avec une décoration moderne et riche.

" Après vous mademoiselle."

Une légère inclination pour la laisser passer devant. C'était tellement jouissif de voir à quel point c'est facile de la mener là où il veut qu'il s'en délecta en continuant de se faire passer pour ce qu'il n'est pas/plus. Il prit soin de refermer la porte derrière lui à clé et ensuite rattraper Liv pour la ramener contre lui afin de se retrouver coller l'un à l'autre. D'abord il va s'amuser un peu. Les mains autour des hanches de la serveuse, il laissa un sourire aguicheur ainsi qu'un petit clin d’œil au coin avant de venir effleurer sa peau de ses lèvres jusqu'à finir au creux de son oreille droite.

" Que la soirée commence....j’espère que tu es bien accrochée."

Elle avait pas trop le choix à vrai dire, dans le pire des cas ça ne se fera pas sans fracas et juste pour ça, ça mérite un petit avertissement masqué. L'embrassant fougueusement, il profita de ce contact quelques instants avant de se séparer malgré lui pour se diriger vers le mini-bar qu'il a aperçu en entrant.

" Un petit apéro avant ?"

Il partit se servir un verre de scotch pur au passage, dos tourné à Liv, la plaie de tout à l'heure n'était plus de ce qu'il pouvait voir à cet instant. La guérison se fait assez rapidement, c'est un bon point, elle ne pourra pas en dire autant.

" Je suppose que tu fais ça souvent non ? Inviter des personnes à passer une soirée avec toi sans pour autant qu'il ne sache qui tu es réellement en dehors d'une simple serveuse ?"

Il tentait au mieux de jouer la comédie sur son ignorance en plaçant quelques petites phrases, juste question de la faire mijoter...une sorte de torture psychologique lente.

 
© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean] Jeu 19 Mai - 23:42



Les apparences sont trompeuses; ft. Dean


Shame, shame, shame on you.

L’ascenseur était déjà pris. Dommage … Bien sûr, à ce stade, j'ignore totalement le fait que ce simple état a rallongé ma vie d'au moins quelques minutes. Sur le moment, sur la seconde, je m'en fous com-plè-te-ment. Notez que lorsqu'on mène la vie que j'ai, on se contente de vivre au jour le jour. La routine est confortable, bien sûr … le temps d'une heure ou deux. Il me faut la casser, la briser, de toutes les façons possibles. La perfection est ennuyeuse … et effrayante. C'est pourquoi l'idée d'avoir un ascenseur vide est une idée réjouissante – ô s'il vous plaît, ne me dites pas que vous ne vous êtes jamais envoyé en l'air là-dedans. C'est à essayer, croyez-moi sur parole.
Enfin bref. J'y aurais au moins cru l'espace de quelques secondes.
Les jeunes s'écartent, nous montons. Monsieur Winchester est galant, qui suis-je donc pour le contrarier ? Je lui souris, simplement, bien que la tension remonte dans mon estomac. Barre-toi me dit ma conscience. Tant que tu le peux encore. Mais non. Non. Je veux jouer, encore. Quoi que … Est-ce réellement de cela dont il s'agit à présent ? Shame on me.

« Merci, messire »

Je fais mine de ne pas apercevoir son manège, malgré ma moue amusée. Je veux profiter encore, rester concentrée sur les détails de la chambre tandis que je le dépasse. Un bel endroit pour mourir – même si je n'ai pas l'intention d'y rester … Mais encore une fois, je me répète. Ah, Livy. Tu vieillis ma belle. Je vais pour poser les sacs sur la table tranquillement, écoutant pourtant le moindre bruit. Loquet qui se ferme à clé, cela pourrait presque passer pour un geste banal si seulement … Son odeur était encore humaine. Car j'y travaille depuis tout à l'heure, figurez-vous. Je n'ai jamais senti de souffre de ma vie, il m'a juste fallu un certain temps pour deviner ce que cela pouvait être. Mais définitivement … Oh, n'est-ce pas jouissif ? Te voilà devenu ce que tu haïs le plus en ce monde.
Mhm. En attendant, flirter un démon ce n'est pas si déplaisant. Son geste m'a surprise : je ne m'attendais pas à ce qu'il me rattrape aussi vite. J'en ai presque lâché mes sacs d'ailleurs – et cela est inadmissible, on ne gâche pas de la nourriture. Quel allumeur tu es, Dean Winchester ! Je profite du contact, un sourire aguicheur en réponse à son clin d'oeil, ma langue claquant doucement dans mon palais.

« Je suis une acrobate, ne t'inquiète pas pour ça. »

Pure vérité. D'ailleurs, c'est sans lâcher mes sacs que je réponds au baiser avec une avidité évidente, une de mes jambes allant s'enrouler autour de l'une des siennes, mon corps se plaquant ainsi contre lui pour y onduler quelques secondes avant que le vide ne nous sépare à nouveau. Brûlant, accueillant … Délicieuse sensation de danger et de perdition. A quel jeu jouons-nous ?

« Volontiers, oui. Merci. »

Je souris, me léchant les lèvres quelque peu, me replaçant correctement. Je le laisse choisir la boisson qu'il me servira, celle qu'il pense que je mérite. De mon coté, je recule pour aller enfin poser les sacs de bouffe et piquer en prime une frite que je gobe sans sommation. En fait, je vais en reprendre une seconde. Croustillantes, chaudes … Un peu comme la tension électrique se trouvant ici en ce moment – tout du moins jusqu'à ce qu'il ne me pose cette question à double sens. Que suis-je censée répondre à ça, honnêtement ? J'arque un sourcil, me tournant vers lui pour le fixer – yeux dans les yeux, sans sourciller – une nouvelle frite entre les lèvres.

« Trop de sous entendus en une seule phrase, Mister Mystère. » Je penche la tête « Mais tu as tord. Je n'invite pas – jamais. Je suis celle qui se fait inviter, et là est toute la différence. » Je souris à la nuance, qui a son importance. Si j'invitais, ce serait un réel mensonge, mais puisque je suis invitée on n'attend pas que je sois honnête. Non. On attend de moi que je dise oui, simplement oui, et, accessoirement, que j'écarte les jambes … Même si le non est définitivement ma réponse préférée – suivie de près par le « va te faire foutre ». De nous deux ce soir, qui a invité l'autre d'ailleurs ? Je termine ma frite, avant de me redresser, droite, féline, comme prête à bondir soudainement. « Qui ou que crois-tu que je suis, au juste ? » Lueur de défi, électrique attente. Dis-moi ce que tu penses, maintenant, car je suis curieuse. Comment me vois-tu avec tes yeux neufs ? Si j'étais moi-même, je pourrais presque sentir un arrière goût de trahison … Que c'est plaisant. Stupide. Charmant. « Mais de nous deux, tu restes certainement le pire. » Smirk, regard amusé, provocateur – car j'ai raison. De nous deux honey, qui ment sur son existence tout le temps ? Chasseur, démon … Dis-moi Dean. Y'a t-il une réelle différence entre les deux sur ce point ? A mes yeux, là, tout de suite, non. Les deux sont des prédateurs en puissance après tout et les deux se plaisent à rouler les autres dans la farine – et ne va pas me dire le contraire. Prétendre être un agent du FBI doit être jouissif sur le fond, car c'est jouer avec les lois et, souvent, passer outre.
Je porte mes doigts à mes lèvres pour sucer le gras qui y reste ensuite, insensible au reste – je ne l'ai toujours pas quitté des yeux cependant, bien que je n'hésite pas un instant. « Tu n'es plus vraiment humain, après tout. Mais si je puis me permettre, portes la noirceur assez bien. »
Sous entendu qui n'en est pas vraiment un. Après tout, les chasseurs ont toujours eu ce coté monstrueux qui plaît tant – cette perversité à aimer ce qu'ils font, ce qu'ils sont – sorte de monstres par procuration … Et c'est d'autant plus vrai depuis que tu es un de ces êtres des profondeurs infernales – si je ne me trompe pas du moins. Mais je ne mens, pas cette fois – et quitte à te mettre en colère, je préfère te le faire savoir … Tu es bien plus sexy et terrifiant maintenant qu'auparavant. Maintenant l'éternelle question est la suivante … Va t-on continuer de palabrer gentiment, où passe t-on enfin à l'action ? J'ai toujours faim, après tout !
.SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: [ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean]

Revenir en haut Aller en bas
 

[ABANDON] Les apparences sont trompeuses [Liv Andersen / Dean]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !
» Cours n°1: Les moldus sont primitifs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Rps-