AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Fly throught the night [PV]
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hunter
I lost my shoe.
avatar

Sophia MacKintosh
Watch this madness burning out the way


Age : 34 ans
Job : chasseuse à temps plein
Situation : célibataire
Localisation : sur la route entre la caroline du nord et le dakota du sud
Feat. : olivia wilde
Copyright : mathou
Otherself : nope
Date d'inscription : 22/07/2018
Messages : 46
HunterI lost my shoe.
MessageSujet: Fly throught the night [PV] ⚝ Ven 24 Aoû - 11:05
Sujet privé

ft. Yehuiah

type temps présent

date 25 août 2018

informations spatio-temporelles en soirée, plutôt douce, un ciel dégagé

intervention du MJ Comme il le souhaite ;)

Autre

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


Fly throught the night

ft. Yehuiah

Dans une ville telle que Chicago, il s’en passait, des choses ! Et Sophia, en nouvelle arrivante, n’avait pas encore saisit toutes les susceptibilités qui s’y trouvait. Incapable de faire fit de son entraînement en tant que Femme de Lettre, la britannique opérait de manière claire et organisée – lorsqu’elle ne se perdait pas corps et âme dans un bar de banlieue si miteux qu’elle n’aurait osé le fréquenter durant sa jeunesse, de peur d’attraper quelque chose.  Et, en ce début de soirée clair et doux, ses pas ne la dirigeait pas ver ce petit bar, dans lequel elle avait déjà perdu trop de temps, non. Ses pas la guidaient plus loin, à l’aventure afin de vérifier des informations qu’elle avait trouvé – mais puisqu’elle avait bu en même temps, rien n’était très clair. Et puis, chercher constamment des informations sur internet l’ennuyait, oui, cela manquait de challenge. Elle n’avait guère besoin de chercher très longtemps ce qu’elle souhaitait, mais elle finissait indubitablement pas se déconcentrer et la tâche devenait très vite longue et interminable. La jeune femme avait donc pris le parti de faire autre chose, rien qui ne lui avait pas été enseigner à Londres, quelques années plus tôt.

Un bon moyen d’obtenir des informations était de discuter avec la bonne personne. Il fallait simplement trouver, cette bonne personne. Ce qu’elle avait fait. A force de battement de cils, de clique sur son ordinateur, un nom et un visage lui était apparue. Alfred Blueberry, détective privé de Chicago. Sophia n’aimait pas réellement les détectives privés, mais principalement parce qu’elle n’avait pas les moyens immédiats de les payer. La britannique était déjà dans l’illégalité lorsqu’elle tendait sa carte bancaire aux comptoirs des lieux ou elle logeait, elle ne pouvait pas non plus dépasser davantage les limites. Parfois, les moyens presque indéfinis qu’elle avait eus lorsqu’elle travaillait encore pour l’organisation britannique des hommes de lettres lui manquait. Mais seulement l’argent. Le reste avait suffit à la faire fuir !

Ez vint glisser son museau entre les doigts de sa maîtresse. Il s’impatientait. Il fallait dire aussi qu’ils étaient cachés derrière cette poubelle depuis un certain temps maintenant, et le jeune chien n’y voyait encore aucun intérêt pour lui. Sophia pouvait même le voir trembler d’excitation. « On ne chasse pas ce soir, Ez. Pas des vampires, en tout cas. Calm down. » murmura-t-elle, d’une voix douce, avant de gratouiller le haut du crane de son compagnon de route. Et, discrètement, elle pencha la tête pour surveiller la sortie de sa cible, qui fût précédé par une petite boule de poil aux jappements aigues. « Holy sh*t ! » jura-t-elle. Un autre chien ! Elle n’avait pas prévu cela, Ez lui, si. Et avant même que Sophia ait put retenir son chien, ce dernier avait brisé sa cachette pour sauter en direction du membre de son espèce. « Sh*t sh*t sh*t. » souffla-t-elle, en passant une main agacée dans sa chevelure brune. Son chien était jeune, certes, mais il chassait déjà le vampire et le loup-garou à la perfection. Pourquoi était-ce différent pour un détective privé ? A cause d’un autre chien ? Sophia avait déjà du mal avec la discrétion, mais si son collègue à quatre pattes lui brisait toute chance de réussir ces missions, elle était bonne pour raccrocher son tablier.

Enfin, le malinois avait le mérite de détourner l’attention du détective privé, alors Sophia sortis discrètement de sa cachette et, arborant un air désolé et outré, se dirigea à vive allure vers l’homme et les deux canidés. Elle attrapa son malinois par le collier, et se confondis en excuse : « Je suis vraiment, vraiment désolée. Il n’est pas méchant, un peu jeune et inexpérimenté » souffla-t-elle. Elle ne mentais pas, elle était sérieuse. Mais les choses ne se passaient pas comme elle l’avait prévu, elle devait donc s’adapter. Elle jeta un coup à l’animal du détective et.. elle ne pouvait décemment pas lui faire un compliment la dessus. Sa gueule était un brin de travers, et Sophia la trouvait trop petite pour être un chien digne de ce nom. Elle trouva de quoi dire cependant : « Quel charme il a, ce petit chien » souffla-t-elle, avant de lever son regard saphir vers le propriétaire de la bête. « Moins que son maître, cela dit. » lâcha-t-elle, d’une voix mielleuse et sincère. Les photos que l’on trouvait de lui sur internet ne lui rendait pas honneur. Et puisque que son plan initiale avait échoué, Sophia devait en trouver un autre, un autre, tout trouvé.


©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


i didn't do it
oh wait, that ? i did do it..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1582-she-wore-a-smile-like-a-loaded-gun-sophia#19515
Civilian
Hate mondays.
avatar

Yehuiah
Watch this madness burning out the way


Age : Très très vieux ; physiquement 34 ans
Job : Détective privé sous le pseudonyme d'Alfred Blueberry
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Harry Lloyd
Copyright : Sugar Slaughter (ava); TUMBLR
Otherself : Gabriel ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 209
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Fly throught the night [PV] ⚝ Sam 25 Aoû - 18:30
Fly throught the night

Sophia & Yehuiah

I'm in the business of misery, let's take it from the top.

Combien de temps s’était-il passé depuis son départ de la Nouvelle-Orléans ? Une semaine ? Deux ? Trois ? Il n’aurait su le dire avec exactitude à dire vrai. Les informations s’étaient bousculées, comme les rencontres, et il avait eu beaucoup à faire, à penser. Il n’avait pas encore contacté Mallory pour la prévenir de ses avancées, lentes comme toujours, sa proie semblant prendre un malin plaisir à se faufiler entre les mailles de son filet, continuant à lui échapper – de quoi mettre son égo et son humeur au plus bas. Tout en continuant ses recherches, il s’était donc décidé à se noyer dans d’autres travaux à la place - et cela tout gardant un œil sur les avancées de sa petite sœur. Si il avait dû être honnête, il aurait avoué que le cas d’Alma l’inquiétait de plus en plus, mais il ne pouvait guère l’aider pour le moment. Père, pourquoi donc avait-Il décidé de les punir de la sorte ?
Soupirant, l’heure avait finalement sonné pour lui, de quoi le sortir de ses mornes pensées. Swiffer était ainsi venue, la laisse entre ses crocs, la queue frétillant d’une impatience certaine. Réglée comme une horloge, comme toujours à la même heure – elle attendait sa sortie, un sourire dans ses yeux clairs. Étrangement, cette monotonie lui était salutaire – c’était bien la seule chose qui lui permettait de garder totalement pied avec la réalité. Souriant, il avait pris sa petite serpillière sous le bras, lui caressant le poil – toujours emmêlé – avant de lui passer la laisse au collier avec une tendresse certaine puis attraper son trenchcoat noir, son chapeau et sortir. Le temps semblait s’être adoucit, lui permettant de respirer convenablement après la chaleur presque étouffante qui avait accablé ces derniers jours. Pour autant, il avait préféré embarquer son manteau - passé sur son bras pour l’heure – simplement car, et bien, on ne savait jamais. Il aurait détesté que Swiffer attrape un rhume et la coller contre sa poitrine en cas d’orage soudain n’aurait guère été utile pour l’en protéger. Enfin. Sortant finalement de la bâtisse, il laissa la laisse rétractable faire le bonheur de son amie à quatre pattes, s’arrêtant à l’entrée pour pouvoir s’allumer une cigarette. C’était là un nouveau vice qu’il tentait de ne pas trop développer mais il semblait y avoir pris goût malgré lui. Qu’est-ce que Michaël aurait dit en le voyant ? Bah. Ce dernier était sûrement occupé à se morfondre dans du whisky quelque part, pour ce qu’il en savait. Une chose est sûre, il ne s’attendait  guère à la suite et il n’eut d’ailleurs pas le temps de feindre la moindre surprise, l’étant réellement. Alors que Swiffer jappait de joie à l’idée d’être à l’air libre, un autre toutou fendit l’air comme un petit avion à réaction, se précipitant vers sa petite princesse, et il en manqua de faire tomber sa clope. La chienne fut en outre aussi surprise que lui mais, une fois cette dernière passée, se dressa fièrement sur ses pattes arrière pour accueillir le nouveau venu en le scrutant comme la diva qu’elle était – de haut. Fronçant les sourcils, Yéhuiah se pencha vers le jeune insolent, curieux comme tout. Il allait à dire vrai lancer son esprit à la recherche de son maître, mais n’en eut pas réellement eu le temps – pas plus qu’il n’eut le temps de caresser le malinois par ailleurs puisque la personne en question apparut tout aussi promptement. Sa voix eut le mérite de capter son attention et, se redressant, il se tourna vers la jeune femme à l’allure un brin paniquée tout en gardant un œil sur Swiff’.

« Bonsoir chère madame. Je vous prie den e pas avoir d'inquiétude à ce sujet; à dire vrai, je suis plus inquiet pour votre chien que le mien. » Répondit-il avec un sourire poli, heureux de ne pas avoir à se pencher quelque peu pour paraître plus accessible avec ses 1m80 - la jeune femme ne semblait faire qu’une demi tête de moins que lui, chose rafraîchissante. Ces paroles dites, il retourna son attention sur Swiffer qui semblait décidée à ne pas se laisser faire - se tenant en outre prête à parader pour montrer avec toute sa suffisance canine qu’elle était supérieure au malinois de bien des façons. Cette chienne tenait parfois plus du chat qu’autre chose, s’amusa t-il, mais une fois de plus ce fut la voix de la jeune femme qui le fit revenir sur terre. Adorable avait-elle dit ? Il la sonda avant d’étouffer un sourire, parfaitement conscient qu’elle n’en pensait pas un mot, haussant cependant un sourcil amusé à la suite de ses mots. Intéressant. Etait-il en train de se faire draguer ? Diantre.  Quelle drôle d'approche.
« Elle est d’autant plus adorable lorsqu’elle a le poil mouillé. » Se contenta t-il de dire avant d’observer sa chienne et l’appeler par la suite en sifflant un son étrange, un poil aigu. La boule de poils, oreilles dressées, détourna finalement son attention première du Malinois pour revenir en trottinant, obéissante, avant de se coller à ses jambes de façon protectrice tout en fixant la jeune femme avec un air peu aimable. « Il est à moi », semblait-elle dire, « bas les pattes morue ». Souriant en étant parfaitement conscient du manège de sa chienne, l’ancien Grigori se baissa pourtant pour lui grattouiller la tête, toujours aussi amusé, comme si tout cela était on ne peut plus normal.
« Le votre semble être aussi énergique que vous. » Reprit-il, avant de se redresser pour de bon et la fixer de nouveau, portant sa cigarette oubliée à ses lèvres pour en aspirer une bouffée. L’on disait que les animaux ressemblaient à leurs maîtres, à dire vrai il n’avait aucun mal à y croire en voyant la jeune femme. Très honnêtement, la conversation aurait pu s’en tenir là – et il aurait habituellement pris congé – mais pas cette fois. Ainsi, mue par son instinct, il se contenta de pencher simplement la tête après avoir recraché dignement la fumé hors de leurs portée, la curiosité luisant dans ses prunelles, la méfiance restant malgré sa voix calme et douce ancrée en lui comme une seconde peau.
« Pardonnez mon indiscrétion mais seriez-vous nouvelle dans le quartier ? C’est bien la première fois que je vous croise. » Il ne manquerait plus qu'ils soient voisins ou quelque chose du genre.



We are problems that want to be solved. We are children that need to be loved. We were willing, we came when you called ! And now, tell me ... What about us ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t41-yehuiah-do-what-you-have-to-do-not-waht-you-want-to-do#69 http://solemnhour.forumactif.org/t1564-carnet-d-adresses-de-yehuiah-we-were-the-kings-and-queens-of-promise
Hunter
I lost my shoe.
avatar

Sophia MacKintosh
Watch this madness burning out the way


Age : 34 ans
Job : chasseuse à temps plein
Situation : célibataire
Localisation : sur la route entre la caroline du nord et le dakota du sud
Feat. : olivia wilde
Copyright : mathou
Otherself : nope
Date d'inscription : 22/07/2018
Messages : 46
HunterI lost my shoe.
MessageSujet: Re: Fly throught the night [PV] ⚝ Jeu 1 Nov - 13:34
Fly throught the night


Sophia se retint de rire. Pardon ? Il se faisait du soucis pour son chien, à elle ? Ahaha. Terriblement amusant, ce détective, la jeune femme ne pouvait guère lui retirer ça. Cependant, il n’y avait strictement aucune raison de s’en faire. Ez était un chien fiable – normalement !- et capable de  traquer le plus redoutable des vampires – le jour ! - elle ne s’inquiétait donc pas pour son berger malinois, pas face à la crevette swiffer que possédait l’homme, en tout cas. Et la petite créature blanche avait beau se pavaner et montrer tous ses atours, l’écossaise n’était pas impressionnée. Ez un peu, cependant, mais cela devait davantage être dû à une différence d’âge, ou à l’excitation incroyable qui gagnait le compagnon de Sophia lorsqu’il avait le bonheur de croiser l’un de ses comparses. Il n’en voyait pas souvent, il fallait le dire, et la brune devait bien se douter que cela devait lui manquer. Mais, que voulait-il ? Qu’elle en adopte un autre ? Hors de question. Un chien était bien suffisant, et s’il lui fallait ajouter un deuxième membre de l’espèce canine, tout leur équilibre de vie et de chasse serait à refaire. Elle n’était pas prête. Heureusement pour elle, le détective privé rappela sa chienne à ses pieds qui laissa Ez dans un grognement plaintif. Il voulait jouer. Pour essayer de le calmer – la chose était difficile, presque impossible ! - Sophia le coinça tendrement entre ses jambes. Cela lui éviterait au moins, de sauter sur l’inconnu. La jeune femme le sentait, son chien en mourrait d’envie. On ne croisait pas des amis des animaux à chaque croisement de rue, après tout, et si sa maîtresse lui parlait, il devait y avoir un intérêt. « Il n’a pas l’habitude de voir du monde. » expliqua-t-elle, justifiant le comportement du jeune chien, et du sien ? En supposant que les justifications étaient nécessaire. Est-ce que Sophia était si énergique que cela ?

Cette dernière cependant, fût bien contente de voir que l’homme n’avait pas envie de mettre fin tout  de suite à cette petite rencontre – qui n’aurait pas dû se dérouler de cette façon. Elle ne saurait dire les raisons qui le poussait à lui poser cette question. Avait-il peur de la croiser tous les matins ? Allez savoir ! Les lèvres de la  jeune femme se dessinèrent dans un joli sourire, tandis qu’Ez, fidèle à lui même grognait d’une frustration toute innocente. Du bout des doigts, elle vint lui gratter le haut de la tête avant de répondre à l’homme en face d’elle. « Je viens d’arriver. J’habite dans un motel par très loin d’ici. » expliqua-t-elle, avant de reprendre. « Je n’étais jamais venu à Chicago auparavant, j’y trouverais peut-être de quoi vivre ? » s’interrogea-t-elle, à voix haute. « Et vous, vous êtes-ici depuis longtemps ? C’est une jolie ville, cela donne envie de s’y installer. » avoua-t-elle, sans toutefois se croire. Sa maison à elle, c’était sur les routes, dans sa voiture, avec son chien. Elle ne demandait rien de plus que son indépendance et sa liberté totale. Mais cela, le détective n’avait pas besoin de le savoir. Et puis, le but de tout cela n’était pas de parler d’elle, mais de lui et de son boulot, plus exactement, et de ce qu’il savait sur le surnaturel à Chicago. Enfin, du surnaturel, des choses étranges qui, pour Sophia, relevait de l’autre monde.

[HRP: Désolée du temps de réponse :19: Et de la qualité de cette réponse :37: ]

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


i didn't do it
oh wait, that ? i did do it..


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1582-she-wore-a-smile-like-a-loaded-gun-sophia#19515

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Fly throught the night [PV] ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

Fly throught the night [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Midwest :: Chicago-
Sauter vers: