AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

I'm lost...I've made mistakes...please, help me [PV : Eliott d'Arundel]
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vampire
Please, no more Twilight.
avatar

Silas Hawkins
Watch this madness burning out the way


Age : 40 ans en apparence....et 40 ans en réalité
Job : Jeune vampire tentant de s'acclimater à sa situation
Situation : Il allait se marier, mais la donne a changé
Localisation : Il est sur la route, il doit trouver Eliott D'Arundel....vous ne l'auriez pas vu par hasard ?
Feat. : Dominic Cooper
Copyright : Shiya
Otherself : Castiel
Jonas E. Sanders
Date d'inscription : 17/07/2018
Messages : 24
VampirePlease, no more Twilight.
MessageSujet: I'm lost...I've made mistakes...please, help me [PV : Eliott d'Arundel] ⚝ Mar 14 Aoû - 17:50
Sujet privé

ft. Eliott d'Arundel

type Temps présent

date 2018

informations spatio-temporelles La nuit est tombée depuis quelques heures, il n'y a pas d'étoile dans le ciel. Quelques nuages passent de temps à autre.

intervention du MJ Non merci, ce ne sera pas nécessaire...cette fois-ci  

Autre Eliott...au secouuuuuurs....c'est pas ma faute t'façon  

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


   

   
   
I'm lost...I've made mistakes...please, help me

    Cela faisait quelques temps maintenant que la nuit était devenue mon domaine. Oh ce n'était pas par choix, bien au contraire. Il  y a quelques semaines de cela, j'étais un type tout à fait banal, kinésithérapeute de son état, marié depuis presque un mois à l'homme de sa vie. Il a suffit d'un rien, d'une soirée pour que tout bascule. Qu'est-ce qui m'a pris d'aller dans ce bar ? Ce n'est pourtant pas le genre d'endroit que je fréquente ordinairement, mais ce soir-là j'avais vraiment besoin de décompresser après une journée bien merdique. Alors je me suis dit "autant aller boire un coup vite fait avant de rentrer". J'aurais mieux fait de rentrer tout de suite. Au début tout allait bien, je sirotais mon verre tranquillement, sans rien demander à personne et ce type est venu m'aborder. Je ne l'avais jamais vu de ma vie, mais il ne fallait pas être bien fin pour se rendre compte qu'il essayait de me draguer. Etant heureux en ménage, je n'avais pas besoin d'aller voir ailleurs et je le lui ai fait comprendre. Il n'insista pas, mais me retrouva une fois sorti de l'établissement et là...trou noir. Je me suis réveillé dans une maison en dehors de la ville et c'est là qu'il me transforma en cette créature monstrueuse. Oui, créature monstrueuse, parce que merde, je ne peux pas voir comme une bénédiction le fait d'avoir été transformé en une chose qui saute sur les gens pour les bouffer. Depuis cette transformation, je ne peux pas faire trois pas sans avoir envie de bouffer ceux qui croisent ma route. Si encore mon "créateur" était resté près de moi pour me tempérer ou au moins m'apprendre à m'abreuver correctement...mais même pas, ce con s'est donné la mort après m'avoir crée. Avant de partir, il me donna le nom d'une personne à rechercher : Eliott d'Arundel. Il m'informa que lui pourrait m'aider. Super, mais pas une seule seconde il ne s'est demandé si ça plairait à ce fameux Eliott de s'occuper d'un vampire qui n'était même pas le sien.

Enfin de toute façon, je n'avais pas grand chose à perdre à aller à sa recherche. Ainsi, je m'étais donc mis en route. Sur le chemin, j'avais tenté de contacter Mark, mon mari, pour lui expliquer que je partais pour un séminaire qui allait durer deux semaines. Cela me permettra d'avoir un petit délai avant de trouver une autre excuse. Il faudra bien un jour que je lui dise ce que je suis devenu, mais cela fait quelques jours seulement que je réussi à parler correctement, sans grogner, alors il faut mieux que j'attende un peu avant d'aborder les révélations douloureuses. Un peu avant d'arriver à San Francisco, j'ai eu un entretien avec un journaliste. Pourquoi a-t-il voulu me parler ? Aucune idée, je ne m'en souviens plus. Quoi qu'il en soit, j'ai pensé que si je restais lucide assez longtemps, je pourrais peut-être éviter de le bouffer, mais...je sais qu'il fait à présent parti de la longue liste de cadavres que je laisse derrière moi. Je n'aime pas quand je fais cela, mais je n'arrive pas à me contrôler. Je serais prêt à tout pour y arriver, mais pour cela, il faudrait que l'on m'enseigne comment faire. Arrivé aux portes de San Francisco, une pensée me vint en tête, mon petit doigt me disait que Eliott d'Arundel n'allait pas vraiment apprécier les cadavres que j'avais laissé derrière moi. Tant pis, je prendrai le risque d'affronter sa colère, je voulais jouer franc jeu avec lui dès le départ.

J'arrivais devant ce qui était le QG du nid du vampire que je recherchais. Je levais un instant les yeux, contemplant le bâtiment. Je me demandais quelle était la meilleure manière de me présenter, sachant que je n'avais aucune idée du nom de mon créateur. Bon, tant pis, j'improviserai. Une fois devant la porte, je frappais quelques coups. Lorsqu'elle s'ouvrit je fixais le type en face de moi, ayant l'air aussi normal que possible, tentant de faire abstraction des odeurs qui agressaient mes narines et du bruit qui résonnait dans mes oreilles.

- Bonsoir, je...Je suis Silas Hawkins et je suis à la recherche d'Eliott d'Arundel. C'est très important, je dois absolument le rencontrer, je...c'est nouveau pour moi tout ça et mon créateur ne m'a rien expliqué, il m'a juste dit de venir ici pour rencontrer Monsieur D'Arundel...et que lui pourrait m'aider. Tout ce que je sais de mon créateur, c'est qu'il vient du nid de Manhattan. Je n'ai pas eu le temps de lui demander son nom avant qu'il s'expose au soleil.

Le type me considéra pendant un instant puis me fit entrer. Il m'amena dans une sorte de salon privé et me demanda d'attendre. C'est donc ce que je fis. Debout, en plein milieu de la pièce, m'inquiétant un peu de la suite des événements.

   

   made by roller coaster
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1572-silas-vous-avez-dit-karma-de-merde http://solemnhour.forumactif.org/t1599-carnet-d-adresse-de-silas-hawkins#19820
Conclave Member
You : the ant. Me : the boot.
avatar

Eliott d'Arundel
Watch this madness burning out the way


Age : 290 ans.
Job : Homme d'affaires, consul impérial, philanthrope et leader du nid de vampires de San Francisco
Situation : Célibataire et père de famille.
Localisation : San Francisco (US).
Feat. : Matthew W. Goode.
Copyright : Ira'beth.
Otherself :





Date d'inscription : 01/06/2016
Messages : 183
Conclave MemberYou : the ant. Me : the boot.
MessageSujet: Re: I'm lost...I've made mistakes...please, help me [PV : Eliott d'Arundel] ⚝ Dim 16 Sep - 17:23
L'air était âpre, saturé.
L'être à ses côtés anhélait alors même que sa nature lui en ôtait le besoin.
Les affres temporels avaient défilé sans prévenir, laissant la fièvre s'amonceler.
Le pourpre de l'hémoglobine teintait le décor sans jamais avoir atteint ses traits.
Les prunelles ankylosées de son propriétaire paraissaient fixer un point marqué dans le vide. Ses membres étaient séquestrés derrière sa silhouette qui ne paraissait être plus que l'ombre d'elle-même, son reflet déformé se perdant sur la teinture albâtre du mur qui lui faisait face. Il ressemblait bien plus alors à une figure de chiffon qu'à une créature surnaturelle à l'apogée d'une certaine idée de la perfection. Les traits fins, merveilleusement taillés. La peau, sans défaut, ni tenure, la silhouette, absolue et les pupilles, remarquablement ensorcelantes. Sa figure n'était désormais plus qu'un simulacre, une illusion d'existence qu'il ne rêvait que de voir s'achever. Tant d'ères pourtant, tant d'années à naviguer au travers du monde et des appréciations de l'univers. Tant d'époques à apprécier la beauté de la nature et le goût splendide de la chair. Il était loin d'être des derniers temps. Il avait vu quelques lieux, quelques périodes. Il avait joué de prudence et usé des charmes octroyés par sa constitution irréelle. Il avait abattu les cartes et cru à la valeur de son intelligence. Ou avait-il donc échoué ? Quel pari avait-il manqué pour se trouver aux portes de la mort à supplier pour son salut, à espérer pour son absolution, à pleurer même pour sa libération ? Il ignorait qu'en étant un être comme il l'était encore, on pouvait toujours crier, hurler à s'en arracher la mâchoire et s'en déchirer la gorge. Sa retenue lui avait jusque là valu de s'épargner les désagréments de l'existence qui plus est éternelle. Il s'était égosillé pourtant, avait crié, imploré encore et encore. Si le temps avait eu pour lui seulement la moindre mesure, il l'avait définitivement perdu. Le lieu lui était inconnu mais il avait désormais l'impression sinueuse de n'en connaître nul autre. La lueur vacillante et presque criarde sur sa gauche lui donnait la sensation d'être ce que l'astre solaire avait été il y avait si longtemps alors. Il en avait perdu la perception, la couleur. A ne vivre que la nuit, il avait fini par oublier la grandeur du soleil. Etait-ce là sa méprise ? Avait-il fait l'erreur d'omettre la puissance du phébus ? Il n'avait pas pensé pourtant. Pourquoi craindre ? Après tant d'années, de vie et d'états, pourquoi redouterait-il l'autre si semblable seulement doté d'un stupéfiant privilège ? Son erreur l'avait frappé avec plus de force qu'il n'en pensait la réalité capable. Quel sot avait-il été. Ce n'était point une rumeur en fin de compte, ni même une légende que les déités évoluaient parmi le monde, même parmi eux. Cette espèce, son espèce qu'il considérait comme supérieure mais si uniforme. Pauvre fou orgueilleux. Les dieux étaient bien réels, du moins, lui, l'était-il.
D'ailleurs où se trouvait-il désormais ? Le calme l'était trop, il en était inquiétant. Avait-il finalement terminé, allait-il mettre un terme à la souffrance qui le constituait ? Allait-il l'absoudre de son existence ? Reprenant un souffle d'existence, il tenta de mouvoir ses paupières pour le chercher du regard. Il n'eut pas à sonder longtemps. Ses pores le sentirent avant même que ses prunelles ne remarquent sa silhouette taillée dans le marbre. La pénombre masquait ses traits mais il savait que même pour un membre de leur gent, il était merveilleusement ciselé. De son avis, cela ne faisait que le rendre plus létal encore. Même si ses gestes suffisaient amplement. Dans quel univers et dans quel temps avait-il fini par apprendre à créer ainsi la souffrance, il l'ignorait et se disait qu'il valait peut-être mieux qu'il en continue ainsi. Peut-être aurait-il du se fier à la raison, obéir, lui aussi, vénérer comme il se devait plutôt que défier. Si la paix lui était accordée, il savait qu'il s'y plierait, qu'il se soumettrait avec déférence. Le premier d'entre eux avait beau avoir quitté le monde, sa progéniture n'en conservait pas moins sa domination. Aussi inégalitaire fusse-t-elle. Une résonance s'opérait soudainement dans l'air et il détourna son attention de son tortionnaire tout comme de son fantoche d'assistant qui ne l'avait pourtant pas quitté du regard avec son souffle court et inutile. Il perçut sur sa droite un mouvement léger et tourna difficilement sa nuque. Une silhouette se découpa dans la lumière grinçante de l'ouverture qu'il venait de créer. C'était donc seulement le bruit de la porte. Qu'était-il devenu ? Une ombre, un soupçon. Les mots effleurèrent son ouïe sans qu'il ne parvienne à leur donner le sens alors que le murmure s'ancrait à l'arrière de son crâne sans qu'il n'en démêle l'enjeu. Allait-on enfin l'occire ou lui rendre vie ? Il ne paraissait pas l'objet de ces paroles pourtant. Il était devenu si insignifiant alors que le messager ne lui accorda aucune attention avant de partir aussi vite qu'il était parvenu. Son destinataire, en revanche, ne l'avait guère oublié. Il s'était rapproché de lui et il ne put retenir un spasme de terreur en le sentant à nouveau à ses côtés. Il croisa ses prunelles d'une couleur irréelle même pour un strige et sentit ses mots contre ses pores à peine plus haut qu'un bruissement. Il n'en manqua nul sens pourtant, nulle intonation. Ils étaient aussi clairs que s'il les avait vociféré et cela acheva de le convaincre de sa singularité, même parmi eux.
"J'espère que tu as appris ta leçon."
Il s'éloigna aussi vite qu'il s'était approché et souleva l'épaisse porte de plomb qui masqua l'ouverture avant de sortir sans un regard pour son supplicié.

Refermant la porte derrière lui, Eliott s'appuya une seconde contre le mur et s'autorisa à fermer les paupières. Un souffle souleva son torse plus par assurance que par nécessité. Inhaler l'air capiteux lui donnait l'impression d'être davantage que l'exceptionnel. Rouvrant ses prunelles, il accorda un regard à ses mains longues, fines et travaillées qui n'étaient plus tachées d'une goutte de sang. Elles en paraissaient imprégnées pourtant, noyées d'écarlate. Mais il savait que ce n'était pas réel. Ce n'était qu'une image, une désagréable illusion née d'un souvenir plus déplaisant encore. Les prunelles claires de son aîné croisèrent à nouveau les siennes et il dut les clore une nouvelle fois. Un nouveau souffle puis il quitta les lieux. Les échos de la musique vinrent accueillir son ouïe avec une insouciance réjouissante et particulièrement décadente. Maudissant sa soudaine faiblesse, il s'arrêta une seconde pour observer son reflet. Ses traits étaient fatigués, tirés ce qui le rendait d'autant plus anguleux. Ses iris conservaient leur teinte impitoyable et méprisante qu'il s'autorisa à agrémenter d'un amusement qu'il ne ressentait pourtant guère. En d'autres circonstances, il ne serait même pas en ces lieux. Il serait en train d'hanter ceux de sa prime existence où tout avait commencé en maudissant le destin d'y avoir mis un terme avec des accès prématurés. Notant qu'il était parvenu à épargner son sombre costume des effluves ensanglantées de son parjure nauséabond, il remit son masque sur ses traits et rejoignit son messager et son nouvel objet de contrariété dans le salon privé où il avait eu la bonne intuition de le déposer. Entrant dans la pièce aux murs de bois délicatement ouvragés et savamment meublés d'ouvrages d'antiquaires, il l'aperçut aussitôt, planté en son sein avec une expression inquiète. Il en nota les traits tout comme la jeunesse et la fraîcheur du sang. Quel sort allait-il pouvoir lui réserver ? Il était la cause dernière de ses tourments, il le savait. Si jeune, si peu éduqué. Encore l'un de ces rejetons mal élevés. Michael avait perdu la main avant de perdre la vie. Il était une époque où il n'aurait certainement pas toléré de telles inepties. Mais en ce qui le concernait, cette époque n'était toujours pas révolue. De ce qu'il avait saisi, l'aberration avait mis fin à ses jours. Prudente décision s'il en était mais pourquoi créer ? C'était une affaire qu'il allait devoir dénouer rapidement. La palpitation dans les veines n'avait pas encore cessé et il n'était pas certain de sa clémence alors que la frénésie venait à peine de s'éteindre.
S'avançant vers son naïf visiteur, il fit naître un sourire sur ses lèvres mais ses traits ne trahissaient nullement son rang ou son humeur. Il n'en était pas de bonne. Une pensée sournoise lui soufflait de mettre fin à la misérable existence de la créature face à lui. Il ne désirait pas laisser libre cours à la perte de sa raison pourtant, pas encore. Le contrôle était toujours sien et peut-être parviendrait-il à trouver un amusement, un divertissement dans cette rencontre autrement déplaisante et problématique. Il s'arrêta finalement à quelques centimètres de lui, ses prunelles le détaillant avec déplaisir. Quand il releva son regard vers lui cependant, le sourire n'avait pas quitté ses lippes et sa voix profonde avait une couleur amusée qui trahissait qu'il n'était pas, même au sein de son espèce, un être ordinaire.
"Mr. Hawkins si je ne m'abuse. J'admire votre témérité. A moins que ce ne soit purement de l'inconscience. Je pourrai mettre fin à votre existence en un claquement de doigts, pourtant je me sens d'humeur charitable. Il ne dépend que de vous de me donner envie de l'être."
Il s'éloigna à peine, le jaugeant de toute sa stature. Qu'allait faire de lui ? L'épargner ou lui infliger un sort semblable à sa dernière victime pour calmer son irritation ? L'écho de ses cris et de ses supplications résonnait encore à ses tympans mais ils n'avaient suffi à apaiser la désespérance de son palpitant. Peut-être avait-il seulement besoin d'une nouvelle distraction.


"My quota of pain was staying in that grey breadth between tranquility and disquietude. Between the immersion of words and the potency of silence. Between the vanquish of my soul and the stoicism of my façade, and between the tyranny of my secret and the safety of its secrecy, as if sheltered by a roof made of thorns". Yara ▵ endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t320-my-heart-in-passion-and-my-head-on-rhymes-eliott http://solemnhour.forumactif.org/t800-carnet-d-adresses-d-eliott-d-arundel#9277 http://sceneriesofhope.tumblr.com/
 

I'm lost...I've made mistakes...please, help me [PV : Eliott d'Arundel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The West :: San Francisco-
Sauter vers: