AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Lovely Sunday ♦ Morrigan & Revandel
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hunter
I lost my shoe.
avatar

Revandel
Watch this madness burning out the way


Age : Quelques milliards d'années, 36 ans en apparence
Job : Chasseur & musicien dans un piano-bar
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Rami Malek
Copyright : © signature by COM
Otherself : Hevannah N. Lynch
Date d'inscription : 18/06/2017
Messages : 250
HunterI lost my shoe.
MessageSujet: Lovely Sunday ♦ Morrigan & Revandel ⚝ Dim 5 Aoû - 3:37
Sujet privé

ft. Morrigan

type Actuel

date Début juillet 2018

informations spatio-temporelles Il fait beau, le ciel est dégagé, le soleil brille et il est approximativement midi

intervention du MJ Non merci ♥️

Autre   :13:

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


L'oiseau en cage rêve des nuages

By COM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t954-you-better-know-what-you-re-fighting-for-revandel http://solemnhour.forumactif.org/t977-carnet-de-route-de-revandel-daddy-knows-best
Hunter
I lost my shoe.
avatar

Revandel
Watch this madness burning out the way


Age : Quelques milliards d'années, 36 ans en apparence
Job : Chasseur & musicien dans un piano-bar
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Rami Malek
Copyright : © signature by COM
Otherself : Hevannah N. Lynch
Date d'inscription : 18/06/2017
Messages : 250
HunterI lost my shoe.
MessageSujet: Re: Lovely Sunday ♦ Morrigan & Revandel ⚝ Dim 5 Aoû - 3:37
Lovely Sunday
The weekend comes, my cycle hums, ready to race to you


Il avait longtemps hésité face à son armoire, ne sachant trop ce qu’il était convenable de porter lorsqu’on était convié à bruncher chez quelqu’un. Il avait étudié ses chemises d’un œil critique, se voyant déjà fondre sur place dans la chaleur moite de la Nouvelle Orléans – un des nombreux inconvénients de la vie humaine. Il avait bien des t-shirts plus adaptés à la météo de la Louisiane, mais il s’agissait beaucoup de vieux vêtements à l’effigie de groupes de rock ou de musiciens de jazz oubliés. Parfois, il y en avait un dans le lot avec un slogan bizarre comme : « I’m Batman » ou « May the Force be with you ». Son hôte aurait pu lui expliquer, lui. C’était ses vêtements, après tout. Revandel avait fini par convenir qu’un t-shirt n’était pas un choix approprié et avait jeté son dévolu sur une chemisette blanche et un pantalon brun replié à la cheville. Il avait encore fallu coiffer ses cheveux, et ça, ça avait été tout une histoire. Revandel n’avait pas osé demander à Anna ou Abby, de peur de les déranger. Il ne voulait surtout pas se montrer, comment dire… encombrant. Il ne se trouvait pas trop pâle, ce jour-là, et c’était toujours ça de pris. Une nuit de sommeil presque convenable avait un peu estompé le violet sous ses yeux, mais il ne pouvait rien faire pour les hématomes qui couvraient ses bras depuis sa bataille avec un polymorphe, et il faisait définitivement bien trop chaud pour mettre une chemise.
Lunettes de soleil sur le nez et paquets bien en mains, il remontait tranquillement la rue pavillonnaire dans laquelle Morrigan avait élu domicile. Il aurait pu se téléporter directement à sa porte, mais il préférait marcher un peu. Cela lui permettait de se sentir un peu plus… comme tout le monde. Ce n’était pas qu’il le souhaitait vraiment, mais personne ne lui avait demandé son avis, alors il fallait bien… eh bien… vivre avec, voilà. Marcher dans cette rue avait tout de même quelque-chose de familier qu’il trouvait de plus en plus agréable. Revandel y croisait les mêmes gens, qu’ils reconnaissaient, qui le reconnaissaient, et qui parfois, lui souriaient ou le saluaient d’un geste de main. Venir chez Morrigan était devenue chose habituelle, même s’il n’avait pu se le permettre au cours des toutes dernières semaines. Il avait dû faire des heures supplémentaires au piano-bar, ce qui, au fond, ne le changeait pas beaucoup de son ancien travail. Ses week-ends avaient été pris par son boulot de musicien, mais il ne s’en plaignait pas. Il aimait jouer du piano, après tout, et puis il pouvait toujours parler à Morrigan grâce à son nouveau téléphone – l’ancien s’était cassé au court d’une chasse. C’était pas ce biais, qu’il pouvait prendre des nouvelles de la petite Eryn. Ce qu'il pouvait adorer cette petite... Avec ses grands yeux et ses petits bras potelés, elle grandissait à toute allure. Revandel jeta un œil à son sac bleu opaque et rectangulaire, soigneusement fermé par un ruban rose pâle, ainsi qu’à un paquet orange très voyant. Il avait tenu à choisir les cadeaux pour la petite tout seul et avait opté pour des toutes petites chaussures rouges et noires en forme de coccinelles et un pyjama jaune à l’effigie de trois canetons traversant la route à la queue leu leu derrière leur mère. Il n’avait pas non plus hésité longtemps avant d’acheter une petite peluche de canard bleu et gris. C’était le moins qu’il puisse faire, après ce que Morrigan avait fait pour lui. Après l’Apocalypse, il s’était senti plus mal que ce qu’il avait jamais éprouvé au cours de sa longue existence. A l’époque, ils étaient beaucoup à l’avoir aidé, et Morrigan en faisait partie au même titre qu’Anna. A sa manière, Revandel pensait qu’elle cherchait toujours à l’aider, et plus le temps passait, plus il comprenait ce que les humains voulaient dire lorsqu’ils évoquaient le fait de choisir sa famille. L’idée lui aurait semblé aberrante il y a deux ans de cela, car ses frères et sœurs angéliques occupaient déjà la place de sa famille de façon légitime, et il ne pensait pas qu’on puisse en avoir plusieurs. Petit à petit, il comprenait que ce n’était pas aussi simple que cela.
A la fin de la rue, il reconnut la petite maison de Morrigan. Il s’avança sur le perron et déposa son sac un court instant pour presser la sonnette. De son autre main, il tenait une grande boîte de chocolat à l’intention de l’heureuse maman. Lorsque la porte s’ouvrit, un sourire timide mais sincère illumina son visage.

« Bonjour ! Je… J’espère que je ne suis pas trop en retard. J’ai amené des chocolats, et aussi des cadeaux pour la petite et… enfin, avec un peu de chance, ça vous plaira à toutes les deux. »

Pour les chocolats suisses comme pour les vêtements ou la peluche, il n’avait pas regardé à la dépense. Avec ce qu’il gagnait, il pouvait se le permettre, et même si cela n’avait pas été le cas, cela n’aurait pas changé  grand-chose. Il espérait simplement avoir bien choisi.
©️ nightgaunt


L'oiseau en cage rêve des nuages

By COM


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t954-you-better-know-what-you-re-fighting-for-revandel http://solemnhour.forumactif.org/t977-carnet-de-route-de-revandel-daddy-knows-best
 

Lovely Sunday ♦ Morrigan & Revandel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The South :: La Nouvelle-Orléans-
Sauter vers: