AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Drink to live, live to drink ♦ Lyov & Hevannah
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Civilian
Hate mondays.
avatar

Hevannah N. Lynch
Watch this madness burning out the way


Age : 29 ans
Job : Mercenaire
Situation : Célibataire
Localisation : Indéfinie
Feat. : Krysten Ritter
Copyright : Avatar : Dandelion, Signature : Beylin
Otherself : Revandel
Date d'inscription : 16/07/2018
Messages : 45
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Drink to live, live to drink ♦ Lyov & Hevannah ⚝ Dim 22 Juil - 2:27
Sujet privé

ft. Lyov

type Actuel

date Juillet 2018

informations spatio-temporelles Il est tard, il fait nuit et chaud dans le bar de Lyov, faudrait penser à être moins radin sur la climatisation
intervention du MJ Non merci ♥️

Autre  :polochon:


©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW




Make me feel alive
We're trying so hard to get it all right but only feel lonely at the end of the night. I wanna be somewhere away from this place. Yeah, somewhere just a little closer to grace.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1561-smile-the-worst-is-yet-to-come-evie#19362 http://solemnhour.forumactif.org/t1573-carnet-d-adresses-de-hevannah-n-lynch-fuck-this-shit-i-m-out#19461
Civilian
Hate mondays.
avatar

Hevannah N. Lynch
Watch this madness burning out the way


Age : 29 ans
Job : Mercenaire
Situation : Célibataire
Localisation : Indéfinie
Feat. : Krysten Ritter
Copyright : Avatar : Dandelion, Signature : Beylin
Otherself : Revandel
Date d'inscription : 16/07/2018
Messages : 45
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Drink to live, live to drink ♦ Lyov & Hevannah ⚝ Dim 22 Juil - 2:28
Drink to live, live to drink
Everyday i'm drinking, i'm drinking everyday


Les mains dans les poches de son jean, elle déambulait en observant les rares passants qui occupaient encore les rues de Nola. Un couple se bécotait sur un banc, un type promenait son chien, rien qui ne la sorte vraiment de l’ordinaire. Pourtant, Evie aimait bien observer les gens, sans doute parce qu’elle avait des années de socialisation en retard qu’il lui fallait rattraper tant bien que mal. Plutôt que de leur parler – ce qui serait, il fallait bien le dire, sans doute fort désagréable – elle préférait les regarder vivre, mener leur existence et faire… tout ce qu’elle n’avait jamais su faire. C’était sans doute mieux comme ça. Elle ne se considérait pas exactement comme un cadeau pour les personnes qu’elle fréquentait, aussi rares fussent elles. Ce n’était pas demain la veille que quelqu’un se réveillerait à ses côtés en clamant un sincère « Good morning, sunshine ! » – elle était plutôt du genre nocturne, à vrai dire.
Quelque-chose, dans sa poche, se mit à bourdonner. Avec un soupir las, Evie sortit son téléphone. C’était Paul, forcément, il avait toujours besoin de ces services, celui-là. Un jour, il serait foutu de lui demander une carte de fidélité et des coupons de réduction. Au moins, il lui offrait un accès direct aux acheteurs les plus cossus du marché noir. Sa demande devrait attendre, cependant. Elle était déjà sur une affaire de relique, et puis combien de fois devrait-elle le répéter ? Elle avait le droit de souffler un peu, de temps en temps ! Pour une fois, elle n’était pas couverte de sang, ses cernes n’atteignaient pas tout à fait les dix pieds de long, elle avait pris une douche et sentait le shampoing. Paul pouvait bien allait se faire voir et la laisser en profiter un peu.
Evie laissa le petit couple à ses échanges de salive, le chien à la contemplation d’une bouche-incendie et poussa la porte d’un bar. Elle se souvenait d’être déjà venue une ou deux fois. Le hasard la menait souvent à travailler dans la Nouvelle-Orléans et ses environs, ces temps-ci. Evie ne pouvait pas dire qu’elle était fan de la Louisiane. Il y faisait trop chaud, sans parler des marécages infestés de moustiques et parfois, de sorcières. Idéalement, elle aurait voulu vivre au Groenland ou en Sibérie – là où tout le monde crevait de froid, moustiques comme sorcières – mais se consolait de son sort en noyant son chagrin dans l’alcool. Faute d’être bien climatisé, l’endroit n’était pas horrible et n’escroquait pas ses clients avec des boissons hors de prix. Malgré l’heure tardive, un certain nombre de personnes discutait à grand voix autour des tables rondes. Tout naturellement, elle s’assied au comptoir familier et commanda une vodka citron – fraîche, de préférence. Un groupe de curieux s’était formé autour de la petite scène, qu’elle observait en sirotant son verre. Au milieu de la foule, un homme jouait un air funk à l’harmonica. Grand, très blond, le regard clair, il devait sûrement, songea t-elle, avoir de la famille d’Europe de l’est. Evie aurait juré l’avoir déjà vu traîner dans ce bar. Un habitué, peut-être ? Il savait jouer, il fallait le reconnaître, bien qu’elle ne soit pas très fan de ce genre de musique. Elle préférait les ambiances vieux rock des bouis-bouis de bas-quartier. On y trouvait une faune très intéressant, à vrai dire. Dans ce bar, la clientèle était plus jeune, plus souriante. Il y en avait même qui semblaient près à se trémousser sur une piste de danse improvisée, tout ça pour un peu d’harmonica… Evie secoua la tête et commanda un nouveau verre. Le musicien avait lâché son instrument. Se fondant dans la foule, il tapait l’épaule de tel gros barbu, saluait tel autre avec un petit sourire, prenait ses aises comme s’il était à la maison. Il s’amusait, tant mieux pour lui. Evie se concentra sur le contenu de son verre, ne s’attendant pas à voir s’installer le grand type blond sur le tabouret à côté du sien. D’un coup d’œil circulaire, elle confirma qu’il y avait bien d’autres places, bien plus éloignées d’elle, au niveau du comptoir. Sérieusement, il aurait pu se mettre n’importe où… Irritée, elle termina sa vodka cul-sec, tentant d’ignorer les regards que l’homme ne cessait de lui jeter et qu’il voulait, sans doute, discrets. Ayant lui même terminé son verre, il le posa avant de passer derrière le bar. Ce n’était peut-être pas un habitué, finalement. Ne cherchant plus à comprendre, elle remarqua simplement qu’il continuait de lui jeter des regards furtifs. Elle s’obstina encore un moment dans son silence avant de crever l’abcès. Elle leva sur lui ses yeux verts, qu’elle planta dans son regard d’eau.

« Ça vous arrive souvent de dévisager les gens, comme ça ? » demanda t-elle avec une certaine lassitude.
©️ nightgaunt




Make me feel alive
We're trying so hard to get it all right but only feel lonely at the end of the night. I wanna be somewhere away from this place. Yeah, somewhere just a little closer to grace.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1561-smile-the-worst-is-yet-to-come-evie#19362 http://solemnhour.forumactif.org/t1573-carnet-d-adresses-de-hevannah-n-lynch-fuck-this-shit-i-m-out#19461
 

Drink to live, live to drink ♦ Lyov & Hevannah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The South :: La Nouvelle-Orléans-
Sauter vers: