AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Smile, the worst is yet to come ► EVIE
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Civilian
Hate mondays.
avatar

Hevannah N. Lynch
Watch this madness burning out the way


Age : 29 ans
Job : Mercenaire
Situation : Officieusement fiancée à Henry Jekyll, officiellement libre comme l'air
Localisation : Indéfinie
Feat. : Krysten Ritter
Copyright : Avatar : Dandelion, Signature : Beylin
Otherself : Revandel
Date d'inscription : 16/07/2018
Messages : 67
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Lun 16 Juil - 18:11
Hevannah N. Lynch


ft. Krysten Ritter

ANECDOTE UNE Hevannah n'a jamais beaucoup apprécié son prénom. Elle le trouve trop long, d'une écriture inutilement complexe. Elle a toujours préféré qu'on l'appelle Evie. En devenant mercenaire, elle s'est crée une nouvelle identité, autant pour protéger ses arrières que pour laisser son passé loin derrière. Les personnes qu'elle côtoie ne l'appellent plus Hevannah Lynch, mais Evie Green. On lui a dit un jour que ça sonnait comme un nom de méchant Marvel, et cela lui a beaucoup plus.

ANECDOTE DEUX Son cher et tendre paternel l'a affublée d'un second prénom, Nótt, déesse de la nuit du panthéon nordique. Cela lui serait venu naturellement, à la naissance d'Hevannah, en admirant pour la première fois sa courte touffe noir corbeau. L'aînée a eu le droit au même égard. Sortie très blonde du ventre de sa mère, elle a naturellement hérité du second prénom Sól, déesse du soleil du panthéon nordique.


ANECDOTE TROIS Quand elle était petite, sa mère se plaisait à raconter à Evie qu'elle descendait des vikings, et sa sœur aussi, d'où la passion de son père pour la mythologie nordique. Enfant, elle s'est elle-même beaucoup passionée pour Odin et sa bande, rêvant de valkyries et de Walhalla. Elle était trèz fière de porter le prénom d'une déesse nordique. Aujourd'hui, elle n'y conçoit plus aucun charme et est dégoûtée par toutes ces conneries de descendance viking qui la ramènent à un passé qu'elle préférerait oublier.

ANECDOTE QUATRE Si Evie cultive son goût des alcools forts, elle prend toujours soin de s'arrêter avant l'ivresse, détestant perdre le contrôle d'elle-même. Les rares occasions où elle se saoule à grand renfort de shots de vodka ne sont jamais joyeuses. C'est toujours pour s'offrir l'oubli, quand les souvenirs gênants deviennent trop lourds à porter. Tenant très bien l'alcool, une telle entreprise peut s'avérer longue et fastidieuse.

ANECDOTE CINQ Éduquée depuis toute petite à écouter et aimer la musique classique, elle n'en a que d'avantage apprécié sa découverte tardive des classiques du vieux rock. Elle aime clamer haut et fort que son groupe préféré est Guns N' Roses ; bien qu'en vérité elle sache bien que rien ne lui fait plus d'effet que la sonate de Vinteuil de Jorge Arriagada, à part peut-être du Tchaikovsky.

ANECDOTE SIX Evie déteste le roman The Great Gatsby, de Fitzgerald. Ayant grandi à East Egg, lieu de vie de Daisy Buchanan, elle retrouve beaucoup entre ces pages l'ambiance cossue et snobe dans laquelle elle a baigné toute son enfance. Il règne dans ce roman un parfum de superficialité qu'elle ne connaît que trop bien et qui l'a toujours répugnée.

ANECDOTE SEPT Bien que vomissant East Egg, Evie n'a jamais pu se résoudre à détester les Hamptons, où sa famille avait sa résidence secondaire pour les vacances d'été. Il y a trop de réminiscences heureuses liées à cet endroit, à jouer dans les dunes ou sur le bord de mer avec sa sœur et sa mère, à tenter de faire voler un cerf-volant plus grand qu'elle. C'était les seuls moments où elle se sentait totalement libre et heureuse. Parfois, elle conduit jusqu'en bord de mer, en quête de cette sensation perdue.

ANECDOTE HUIT Loin d'être frileuse, Evie a toujours adoré le contact de l'eau froide, ce qui a sûrement avoir avec sa volonté, étant enfant, d'aller se baigner quelle que fût la saison. Ses douches sont toujours au moins tièdes, au mieux très fraîches. D'autant qu'elle s'en souvienne, elle n'a jamais aimé  les grosses chaleurs, que l'on parle de température de l'air ou de l'eau. C'est toujours la croix et la bannière, ensuite, pour essayer de se rafraîchir.  Elle laisse le plaisir des jets brûlants sur la peau à d'autres, quitte à tomber malade à force de se laver à température polaire.

ANECDOTE NEUF Rares sont les occasions où Evie a goûté du bout des lèvres au bonheur conjugal. Généralement, elle joue les amantes d'une nuit, et de temps à autres, se trouve des personnes qu'elle apprécie suffisamment pour leur ouvrir régulièrement ses draps.

ANECDOTE DIX Sa confiance se gagne difficilement, et se perd très facilement. Combien de fois a t-elle découvert des choses qui ne lui plaisaient pas chez ses proches ? Combien de fois  a t-elle disparu de leur vie pour ne plus jamais donner de nouvelles ? Elle en a perdu le compte. Mieux vaut se préserver après tout. Puis elle se sent très bien, seule avec elle-même. C'est mieux que d'être constamment déçue.

ANECDOTE ONZE L'Apocalypse ? C'est très flou. Si Evie sait une chose, c'est qu'elle n'y était pas, trop occupée à essayer de se trouver un refuge. Cette période de sa vie est plongée dans le brouillard, elle fait avec.


CARACTERE
Manipulatrice + Charismatique + Menteuse + Égoïste + Solitaire + Secrète + Impulsive + Érudite + Séductrice + Sarcastique + Intelligente + Indépendante + Amorale + Méfiante + Cynique  
Hevannah Nótt Lynch, c'est ainsi que l'on m’appelait. Aujourd'hui, je suis simplement Evie Green et si l'étiquette accrochée à ma chemise l'indique clairement, j'ai tout de même du mal à y croire. Je me souviens tout juste avoir eu mes 29 ans le 12 octobre. Quant au lieu de ma naissance ... Et bien, je dirais simplement East Egg, Etats-Unis, de mémoire. Ils murmurent que je suis une humaine psychique célibataire et que j'exerce la profession de mercenaire mais ont-ils seulement raison ? Tout se trouble dans ma tête.

Compétences, pouvoirs et / ou sortilèges
TELEKINESIE parfaitement maîtrisé

Evie a développé le don de déplacer les objets par la pensée au début de son adolescence, bien avant que Chuck mette son grain de sel dans le grand bordel terrestre. C'est un don de naissance. Son pouvoir fonctionne sur l'inanimé comme sur l'animé et Evie ne compte plus le nombre de fois où elle a envoyé quelqu'un voler à l'autre bout d'une pièce d'un simple mouvement de main. Par réflexe, elle a tendance à accompagner sa pensée par des gestes, mais il ne faut pas s'y tromper, Evie n'a besoin que de son esprit pour activer son don. Plus l'objet est lourd et imposant, et plus sa concentration est requise et l'effort important. Plus il est léger, et plus elle pourra se permettre de déplacer plusieurs objets en même temps. Selon son état physique et mental, le niveau de ses capacités peut varier. Une rage intense peut ainsi décupler ses capacités, mais également, rendre sa magie plus impulsive et incontrôlable. Au contraire, une grande fatigue la pénalisera.

Asylum

Connue sous le pseudonyme de Andy, j'ai présentement 19 pommes depuis le 19/11/1198. Cependant, vous me reconnaîtrez peut-être sous le visage de Revandel. J'ai connu SH grâce à un top-site et j'ai pris connaissance du règlement. La preuve, Mangé par Cass. Par ailleurs, si je devais avoir des remarques sur ma présentation, je préférerais les avoir sur ma fiche.

Au passage, je crédite Moi même pour mon avatar, Tumblr pour mes gifs & Moi même pour mon icon. Pour finir, il est savoir que j'ai regardé la série supernatural jusqu'à la saison 13 de SPN.

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1561-smile-the-worst-is-yet-to-come-evie#19362 http://solemnhour.forumactif.org/t1573-carnet-d-adresses-de-hevannah-n-lynch-fuck-this-shit-i-m-out#19461
Civilian
Hate mondays.
avatar

Hevannah N. Lynch
Watch this madness burning out the way


Age : 29 ans
Job : Mercenaire
Situation : Officieusement fiancée à Henry Jekyll, officiellement libre comme l'air
Localisation : Indéfinie
Feat. : Krysten Ritter
Copyright : Avatar : Dandelion, Signature : Beylin
Otherself : Revandel
Date d'inscription : 16/07/2018
Messages : 67
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Lun 16 Juil - 18:12
Story of your life


I've got nothing left to prove cause I've got nothing left to loose

« Fais chier… fais chier... »

Elle serra le poing, l’écrasa rageusement sur le mur, seulement pour mieux jurer de plus belle en secouant sa main meurtrie. La jeune femme tenta de calmer sa respiration archaïque, sans trop d’espoir, plus par habitude que par chance de succès. C’était toujours la même image, toujours ce flash à la con… et les cachets, éparpillés sur le sol… Elle s’adossa au mur, se laissa lentement glisser au sol. Tout ça… Ça la ramenait à des souvenirs qu’elle n’avait pas envie de revivre, C’était juste… c’était...

Les images de Long Island traversaient son esprit. East Egg, là où elle avait grandi. Ses yeux clairs revoyaient la grande maison blanche toujours vide, la pelouse trop verte et le ciel ridiculement bleu. C’était une mascarade à la Gatsby, le scénario foireux tout droit sorti de l’esprit malade de son père. Le Docteur Lynch, célèbre neurochirurgien, envié, adulé, auteur de thèses révolutionnaires, avec sa parfaite lignée aristocratique, sa parfaite maison et sa parfaite petite famille. Des conneries tout ça… Rien que des conneries…

La bouteille de vodka s’envola jusqu’à elle, manquant d’exploser contre le mur gris. La jeune femme la saisit d’une main peu assurée, dévissant le bouchon à grand peine. Dans sa tête, ça continuait de défiler. Le sourire de sa mère… Une empathe, sa mère, une auteur de fantastique avec sa petite réputation, qui avait épousé un homme de lettres. Quelle idée… Des connards, ces mecs-là, surtout ceux de souche britannique, elle aurait dû s’en douter, elle aurait dû… Elle secoua la tête, tentant de se convaincre que tout ça n’avait plus d’importance, à présent.

Derrière les sourires de sa mère, se cachaient toujours ceux de son père, chaleureux, hypocrites. Un frisson la traversa en repensant aux électrochocs, à sa façon de répéter : « Tout va bien mon ange, papa est là ». A l’époque, elle aurait dû l’envoyer valser contre un mur, lui et ses conneries de tests. De penser que sa mère avait subi la même chose… Elle en avait la nausée. Quelque-part, elle estimait que c’était de la faute de son père si sa mère et elle avaient des pouvoirs aussi opposés. Son père si indifférent aux autres, si hermétique, si renfermé dans son monde, qui rejetait tout ce qui essayait de le toucher… Ça devait bien avoir pénétré sa chair, ses os, son ADN. Et il lui avait légué ça. Grâce à son don, sa mère pouvait être plus proche d’autrui que n’importe qui, ce qui n’était pas son cas, à elle. Elle pouvait très littéralement éloigner les gens d’une simple pensée. La télékinésie, c’était le terme technique. C’était apparu à l’adolescence, elle devait avoir treize ans, peut-être quatorze. Et alors, son père avait commencé à l’étudier, comme un foutu rat de laboratoire.

Elle avala une gorgée, savourant la sensation de feu liquide qui lui brûlait la gorge et l’empêcha, pendant une seconde, de penser. Au fond, il n’y avait jamais rien eu de normal dans leur vie de famille. Son père les avait tous maintenus enfermés dans une cage dorée, dont il gardait jalousement la clé. C’était toujours lui qui décidait de tout. Chaque heure de sa vie était réglée par ses soins aussi précisément que du papier à musique, il n’y avait aucune échappatoire. Elle était trop jeune, à la merci d’un maniaque, incapable de briser ses barreaux. Savait-elle seulement qu’elle était enfermée ? Personne n’était jamais invité à la maison, personne n’avait droit d’interférence. Les soirées mondaines, les bals de charité, les brunchs, c’était encore pour alimenter le délire aristocrate de son père. Au milieu de la foule, elle se sentait toujours aussi seule.

Nouvelle gorgée, nouvelle sensation de brûlure. Pourtant, se dit-elle… Pourtant tout n’avait pas toujours été comme ça… Elle n’avait pas toujours été l’objet d’étude de son père, ni l’héritière des hommes de lettres, obligée, avec sa sœur, d’étudier le surnaturel jusqu’à l’épuisement, de jouer à la famille modèle devant la haute bourgeoisie de East Egg. Il leur restait l’été dans les Hamptones, les courses dans les dunes, le vent qui lui soulevait les cheveux et un grand cerf-volant vert. La plupart du temps, son père les laissait toutes les trois, avec sa mère et sa sœur, trop occupé par des conférences à l’autre bout du monde. Mais parfois, il trouvait le temps de venir, et alors, se produisait l’improbable. Elle gardait un souvenir précis. Celui de son père, en polo blanc, lunettes de soleil sur le nez, lui souriant comme jamais il ne lui avait souri, la soulevant de terre pour couvrir  ses joues de baisers alors qu’elle se débattait pour lui échapper, en riant. Tous les étés, elle gardait espoir que tout change en rentrant, que peut-être, il resta toujours ainsi. Jamais, pourtant, la métamorphose n’avait duré. En revenant à Long Island, la routine reprenait, la même vie millimétrée, la même solitude. Il lui avait pourtant paru si gentil, ce jour-là, dans les Hamptones, si digne d’être son père…

La jeune femme passa une main dans ses cheveux noirs, cherchant à se rafraîchir les idées, mais n’y parvenant pas, comme d’habitude. Elle devait aller au bout de son cheminement. Alors, peut-être… elle serait tranquille pour un temps. Pour tout dire, ces quelques instants volés avec son père n’avaient jamais su compenser le reste. Le contrôle permanent sur sa vie, les piqûres, les électrochocs… Toujours et encore cette foutue phrase : « Tout va bien mon ange, papa est là ». Elle se souvenait de ses pleurs, de la douleur. Sa mère avait fermé les yeux. N’avait-elle pas elle-même offert son corps à la science de son époux ? Elle était sous influence, n’avait pas le sens des réalités. Et elle, gamine docile, elle aurait bien tout enduré, pourvu que sa mère continue de lui sourire, de lui caresser la tête d’une main tandis qu’elle pianotait de l’autre, devant son gros ordinateur, des histoires de dragons et de batailles épiques. Sa mère avait cessé de sourire un beau jour. Peu de temps après, elle avait cessé d’écrire. Prévisible, inéluctable même. Il lui avait fallu du temps, mais mise sous cloche, même la fleur la plus increvable finissait par se faner. Sa mère, si aimante, si ouverte aux autres… Elle avait fini par ne plus sortir du tout de sa chambre. Elle était malade, clamait son père, et il ne fallait pas la déranger. Sa sœur y avait cru. Elle-même y avait cru, au début. Ça n’avait pas duré.

Elle avala une longue goulée, trop vite, sans doute, car elle manqua de s’étrangler. Elle toussa un peu, recracha l’alcool transparent et continua de penser beaucoup trop intensément à son goût. La vodka embuait à peine son esprit, qui ne s’en emballait que d’avantage. Ce jour-là… Elle se rappelait de la chaleur moite qui régnait dans la maison. C’était l’automne, sa sœur n’était pas là. Comme toujours, chaque objet était à sa place, rangé à l’endroit exact où il était supposé être. Elle avait dix-neuf ans, l’insolence grandissante et les disputes faciles avec son père. C’était pour la forme, elle le savait, car elle finissait toujours par faire ce qu’il lui ordonnait, quand il lui ordonnait. Une fois de plus, c’est ce qui était advenu. A la fin des tests, elle était sortie en trombe du laboratoire. Elle avait monté les escaliers quatre à quatre, et pourtant, avait marqué un temps d’arrêt devant la porte ouverte d’une salle de bain, qui n’était pas supposée l’être. Elle se souvenait distinctement du cachet blanc, sur le sol, et de la lumière blafarde qui filtrait par l’ouverture. Elle avait ouvert la porte et puis… et puis…

La jeune femme se recroquevilla sur elle-même, serrant la bouteille de vodka contre sa poitrine alors que la même image revenait hanter ses pensées. C’était sa mère, allongée sur le sol, plus pâle encore que la lumière, plus pâle encore que les cachets blancs éparpillés autour d’elles. Les yeux révulsés, la bouche entrouverte, elle ne bougeait plus, son visage imprimant à jamais sur sa rétine cet air paisible, presque serein. Ce jour-là, elle n’avait pas hurlé. Figée sur place, elle n’avait pu que penser : Maman est morte. Ça n’était pas la maladie qui l’avait tuée. C’était un suicide, assumé, désiré, conscient. Et d’un coup, le temps d’un battement de cœur, il ne lui restait plus que deux options. Vivre ou mourir.

Laissant une nouvelle gorgée couler dans sa gorge, elle finit par s’allonger sur le parquet sombre, sentant le bois dur appuyer sur ses omoplates. Elle avait besoin de ça, quelque-chose de concret, de tangible. Ça lui avait manqué, les jours suivants. Elle étouffait, prise dans un cauchemars qui n’en finissait pas. L’enterrement s’était déroulé comme un songe. L’éloge funèbre, le cercueil, son père qui lui encerclait l’épaule d’un bras comme un étau et sa sœur qui regardait dans le vide. Le soir-même, elle avait fait son sac et au beau milieu de la nuit, elle s’était enfuie, disparaissant sans laisser de traces. Elle n’aurait pas pu le dire à sa sœur. Elle… Elle n’aurait pas compris. Elle avait toujours adulé son père comme un dieu vivant, elle aurait refusé d’entendre la vérité, refusé de voir quel meurtrier il était, refusé de comprendre qu’elle en aurait crevé, de rester.

Fixant le plafond, elle termina la bouteille d’une dernière rasade. La suite de l’histoire… de son histoire… Elle avait survécu, voilà tout, persuadée que son père l’avait privée de la possibilité de pouvoir jamais vivre. Ce désir demeurait, pourtant, celui d’exister. Elle ne demandait qu’à exister.Le reste, les autres… Elle n’avait jamais vraiment compris le principe, du moins, de ce qu’elle en savait.  Il y avait eu ce vieux chasseur, Earl. Il l’avait recueillie un temps, un an, et même un peu plus. Elle savait déjà tout sur le surnaturel, et lui, il lui avait appris à mettre ses méthodes en pratique. C’était un très bon chasseur, très gentil, mais s’attacher, elle en avait été incapable, comme si la mort de sa mère avait détraqué quelque-chose en elle, ou peut-être était-ce ce huis clos dans lequel elle avait grandi, cette privation de contact extérieur qui l’avait rendue si indifférente. Ou bien… Ou bien peut-être… ressemblait-elle plus à son père qu’elle ne voulait même l’imaginer. Rien que d’y penser, elle en avait des sueurs froides. A moins que ce ne fût la vodka… Les deux, sans doute. C’était con, il était sympa, le vieux Earl. Bouffé par un vampire, vraiment trop con. Pour le reste… elle s’était laissée porter. Elle aurait pu devenir chasseuse, mais à quoi bon ? Les chasseurs, les monstres, chaque camp cherchait à détruire l’autre. Certains monstres n’aspiraient qu’à la croquer, toute humaine qu’elle était, et certains chasseurs voulaient sa peau d’anomalie aux pouvoirs mentaux. Et puis maintenant, il fallait faire attention à l'Institut et ses expériences foireuses... Et les miliciens... Autant de menaces potentielles. Elle en avait tué un ou deux qui voulaient l'attraper. C'était eux ou elle, elle n'en concevait pas de honte. Le bien, le mal… si elle avait eu une autre éducation, peut-être… peut-être… Elle voyait sa vie comme un flou cinétique, et ces conneries d’Apocalypse n’y avaient pas changé grand-chose. Elle n’y était pas, n’avait pas voulu y être. Elle laissait aux autres la tâche de s’entre-tuer.

Prenant une ample respiration, elle se dit qu’elle aurait bien aimé vivre un peu, et c’était tout. Elle ne savait pas si elle en était capable mais là, allongée par terre, elle l’aurait voulu. Pour cela, il aurait fallu oublier. Si seulement elle avait pu oublier… D’un geste de main, elle attira à elle un fond de whisky.


©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1561-smile-the-worst-is-yet-to-come-evie#19362 http://solemnhour.forumactif.org/t1573-carnet-d-adresses-de-hevannah-n-lynch-fuck-this-shit-i-m-out#19461
Civilian
Hate mondays.
avatar

Castiel
Watch this madness burning out the way

.
Age : Indéfini
Job : Représentant pour la marque Pepsi
Situation : Célibataire
Localisation : Sur Terre
Feat. : Misha Collins
Copyright : Tumblr pour les gifs et Rose noire pour l'avatar
Otherself : Jonas Sanders - Silas Hawkins
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 908
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Lun 16 Juil - 18:51
Re-bienvenue mon petit poulet des îles :52:

Comme d'habitude, tu as sept jours pour faire ta fiche et comme d'habitude si tu as besoin d'un délai, si tu as des questions, si tu as besoin de crêpes, de gaufres, d'un ami....que sais-je encore...n'hésite pas à nous contacter

Bon courage pour ta fiche




Employee of the month

Castiel Sturges




Récompenses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t22-castiel-it-s-funnier-in-enochian http://solemnhour.forumactif.org/t798-carnet-d-adresse-de-castiel#9246
Militian
Not a sadistic killer, just maniac.
avatar

Allan Gallagher
Watch this madness burning out the way


Age : 35
Job : Militaire / Milicien
Situation : Veuf
Localisation : Anywhere we need me
Feat. : Matt Tuck
Copyright : Moi
Otherself : Kitty & Crowquette
Date d'inscription : 15/07/2018
Messages : 46
MilitianNot a sadistic killer, just maniac.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Lun 16 Juil - 20:03
Welcome home baby :huhu:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1553-allan-o-revenge-is-what-i-believe-in http://solemnhour.forumactif.org/t1554-carnet-d-adresses-d-allan-gallagher
Intitute's Member
For Science !
avatar

Lucifer
Watch this madness burning out the way


Age : vieux
Job : diable et bouc émissaire
Situation : à la recherche de mon vaisseau
Localisation : New York City
Feat. : mark pellegrino
Copyright : avatar rose noire et gifs mostunclean tumblr, signature merci Emy et le staff pour les teams!
Otherself : Heather & Matthew
Date d'inscription : 02/03/2016
Messages : 500
Intitute's MemberFor Science !
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Lun 16 Juil - 21:40
re bienvenue avec cette petite demoiselle sympa!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t124-lucifer-if-they-won-t-accept-i-m-right-i-ll-rub-their-nose-in-it-til-they-choke-on-the-truth http://solemnhour.forumactif.org/t127-journal-bord-de-lucifer
Civilian
Hate mondays.
avatar

Yehuiah
Watch this madness burning out the way


Age : Très très vieux ; physiquement 34 ans
Job : Détective privé sous le pseudonyme d'Alfred Blueberry
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Harry Lloyd
Copyright : Sugar Slaughter (ava); TUMBLR
Otherself : Gabriel ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 209
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Lun 16 Juil - 22:24
Moi j'dis qu'il faut arrêter la beauté tout de suite, après on va perdre tout le monde et ça va plus être possible. Honteux. :roger:

(WELCOME BACK BABE :7: :42:)



We are problems that want to be solved. We are children that need to be loved. We were willing, we came when you called ! And now, tell me ... What about us ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t41-yehuiah-do-what-you-have-to-do-not-waht-you-want-to-do#69 http://solemnhour.forumactif.org/t1564-carnet-d-adresses-de-yehuiah-we-were-the-kings-and-queens-of-promise
Civilian
Hate mondays.
avatar

Hevannah N. Lynch
Watch this madness burning out the way


Age : 29 ans
Job : Mercenaire
Situation : Officieusement fiancée à Henry Jekyll, officiellement libre comme l'air
Localisation : Indéfinie
Feat. : Krysten Ritter
Copyright : Avatar : Dandelion, Signature : Beylin
Otherself : Revandel
Date d'inscription : 16/07/2018
Messages : 67
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Mar 17 Juil - 2:15
Merci les enfants, je fais l'histoire au plus vite ! :43:
Yéyé : Qu'est-ce que t'as contre la maxi polygamie ? Plus on est de fous, plus on rit, je t'invite volontiers. :<3:




Make me feel alive
We're trying so hard to get it all right but only feel lonely at the end of the night. I wanna be somewhere away from this place. Yeah, somewhere just a little closer to grace.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1561-smile-the-worst-is-yet-to-come-evie#19362 http://solemnhour.forumactif.org/t1573-carnet-d-adresses-de-hevannah-n-lynch-fuck-this-shit-i-m-out#19461
Civilian
Hate mondays.
avatar

Yehuiah
Watch this madness burning out the way


Age : Très très vieux ; physiquement 34 ans
Job : Détective privé sous le pseudonyme d'Alfred Blueberry
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Harry Lloyd
Copyright : Sugar Slaughter (ava); TUMBLR
Otherself : Gabriel ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 209
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Mar 17 Juil - 8:19
J'ai rien contre, c'est justement ça le problème #SBAFFF



We are problems that want to be solved. We are children that need to be loved. We were willing, we came when you called ! And now, tell me ... What about us ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t41-yehuiah-do-what-you-have-to-do-not-waht-you-want-to-do#69 http://solemnhour.forumactif.org/t1564-carnet-d-adresses-de-yehuiah-we-were-the-kings-and-queens-of-promise
Walker's Herdsman
Let me sleep 5' more.
avatar

Lyov A. Winston
Watch this madness burning out the way


Age : 40 ans
Job : Alpha de sa meute. Barman, bodygard de temps à autre. Ex-boxeur de rue. Egalement médecin à ses heures et conteur pour enfants.
Situation : Célibataire, coeur pris par la plus dangereuse et belle des déesses nocturnes
Localisation : En vadrouille.
Feat. : Matthias Schoenaerts
Copyright : TUMBLR (gif), la merveilleuse Ally (ava), Shadow (signature)
Otherself : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 20/01/2016
Messages : 231
Walker's HerdsmanLet me sleep 5' more.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Mer 18 Juil - 11:37
Hell yeah, you're in !


Chuck said yes

OH MY CHUCK OH MY CHUCK OH MY CHUCK OH MY CHUCK ! Jeveuxluifairedescâlins    :37: :42:

Si tu veux une épaule pour pleurer ou un bar pour boire du whisky, viens à NOLA
FELICITATIONS !
(Nom de Chuck !)
Tu es désormais validé(e)         Tu peux dès à présent ...
» poster et demander des rps à gogo (parce qu'on sait tous que tu n'attends que ça),
» aller créer ta fiche de liens et aller stalker celles des autres (et on stalkera sûrement la tienne),
» flooder à outrance (parce que flooder c'est bien).


N'hésite pas à ...
» contacter le staff au moindre problème (on ne mord que les dimanches jusqu'en fin de matinée, aka 15h le temps de se réveiller),
» venir nous voir de temps à autre sur la CB (parce qu'on lance des gaufres avec de la bière ou du café   ).


Pense enfin à ...
» mettre ton profil à jour (si si, on insiste),
» passer de temps à autre nous laisser un petit mot sur PRD (juste pour savoir si tu nous aimes ou pas)
» t'amuser (parce que sinon autant aller mater Dirty Dancing ou le Roi Lion et chanter Time of my life et C'est l'histoire de ma vie devant la télé, sous un plaid, avec une tasse de chocolat chaud).
 

(nous promettons qu'aucun mouton multicolore, sushis ou moose violet n'a été réellement maltraité - ce qui n'est pas le cas des herbes de cuisine que nous avons passablement fumé en rédigeant ce poste. On t'aime quand même ceci-dit.)


AUTRES LIENS UTILES
(si tu es perdu-e)

» coin administration du personnage pour créer ou te recenser dans un clan / une meute / un nid, zieuter les défis rp et mettre le bazar.

» créer ton journal de bord pour permettre à ton personnage d'évoluer hors rp.

» créer un scenario ou un pré-lien si jamais cela te tente.

» suivre le plan si jamais tu es perdu(e), tu trouveras (mes blessures et mes faiblesses) le saint GPS, aka plan du forum.

©️️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


Do you remember ?
Some folk we never forget, Some kind we never forgive. Haven’t seen the back of us yet, We’ll fight as long as we live
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t118-andrew-m-winston-wait-for-me-to-come-home http://solemnhour.forumactif.org/t1569-carnet-d-adresses-de-lyov-winston-i-ve-got-blood-on-my-name#19417
Conclave Member
You : the ant. Me : the boot.
avatar

Eliott d'Arundel
Watch this madness burning out the way


Age : 290 ans.
Job : Homme d'affaires, consul impérial, philanthrope et leader du nid de vampires de San Francisco
Situation : Célibataire et père de famille.
Localisation : San Francisco (US).
Feat. : Matthew W. Goode.
Copyright : Ira'beth.
Otherself :





Date d'inscription : 01/06/2016
Messages : 201
Conclave MemberYou : the ant. Me : the boot.
MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝ Mer 18 Juil - 12:19
Oh en voilà un beau personnage
Re-bienvenue, j'espère que tu auras l'occasion de bien t'amuser avec


"My quota of pain was staying in that grey breadth between tranquility and disquietude. Between the immersion of words and the potency of silence. Between the vanquish of my soul and the stoicism of my façade, and between the tyranny of my secret and the safety of its secrecy, as if sheltered by a roof made of thorns". Yara ▵ endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t320-my-heart-in-passion-and-my-head-on-rhymes-eliott http://solemnhour.forumactif.org/t800-carnet-d-adresses-d-eliott-d-arundel#9277 http://sceneriesofhope.tumblr.com/

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Smile, the worst is yet to come ► EVIE ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

Smile, the worst is yet to come ► EVIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Starbucks Coffee :: Avant de prendre la route :: Ils rôdent parmi nous-
Sauter vers: