AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Knock knock who's there ? Gabriel & Nanshe
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Civilian
Hate mondays.
avatar

Nanshe
Watch this madness burning out the way

Pour livrer les puissants aux faibles, Nanshe scrute le coeur des gens.
Age : Lancez un dés et multipliez par deux mille
Job : Serveuse dans le restaurant japonais en bas de la rue
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Aiysha Hart
Copyright : Rev pour l'ava et Lilie pour la signa
Otherself : Personne
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 73
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Knock knock who's there ? Gabriel & Nanshe ⚝ Mar 12 Juin - 14:23
Sujet privé

ft. Gabriel

type ⚝ flashback, etc.

date ⚝ Octobre 2015

informations spatio-temporelles ⚝ Un petit appartement à Boston, il est deux heures du matin passes, il pleut dehors

intervention du MJ ⚝ Non souhaité

Autre ⚝ blop

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


Knock knock who's there ?

Et de leurs nuits, ma nuit se fonde

La bouteille vidée prématurément roula sur le sol. Avachie sur le canapé, tête en bas, Nanshe regarda les quelques gouttes restantes tournoyer et se perde dans les reflets du verre. Ses gouttes ne signifiaient qu'une chose, une chose funeste : il fallait se lever et prendre une autre bouteille, huit mètres plus loin. Le pas hésitant, les cheveux défaits, elle se traîna jusqu'au placard. Un sourire de soulagement illumina son visage quand elle prit le rhum arrangé entre ses mains. Un peu plus enthousiaste elle entreprit le trajet de retour. Elle manqua de s'étaler sur le tapis et retrouva avec peine son trône de coussin. Elle but une gorgée, ça avait été une journée pourrie. Une deuxième gorgée, ou plutôt une année pourrie. Une troisième, avait-elle le droit de qualifier une décennie de pourrie ? Yuri partit, elle n'avait plus aucun humain qui priait activement pour elle et ses disputes avec Ayash s’enchaînaient.

À trois mètres d'elle, seul véritable objet d'intérêt de l'appartement, une truite dont la moitié des écailles avaient été arrachées nageait dans un aquarium sur dimensionné par rapport à la taille de la pièce. Récemment sauvée par la déesse, ce soir la truite semblait juger le comportement de sa maîtresse. Cette-dernière lui adressa un regard, sourcil arqué, la défiant de questionner son comportement.

Dans ces moments là, Nanshe détestait son caractère divin. Il lui fallait plus de trois bouteilles avant de ressentir le moindre picotement au bout des doigts. Une malédiction qui lui aurait bien permis de challenger Legolas au beau milieu du Rohan. Et de toute façon sans ses quelques capacités, elle n'en serait pas à s'enfiler du rhum pour tenter de se convaincre qu'elle n'avait aucune raison de s'inquiéter. Elle sentait l'air changer autours d'elle. Quelques questions posées auprès des monstres et des sorciers avaient suffit pour lui apprendre que les rapports se tendaient entre démons et anges. Il était apparemment question d'un livre ancien et d'armes puissantes. Rien de vraiment original en soit. L'atmosphère d'agitation était assez semblable à celle d'il y a cinq ans. Les monothéistes n'avaient-ils donc aucune patience ? Quelle mythologie autorisait des délais aussi courts entre chaque apocalypse ? Et à ce qu'il se disait, rien de tendre ne se profilait à l'horizon. Ainsi, Nanshe avait peur. Peur qu'ils l'entraîne, elle et tout les autres dans leur chute. Depuis des semaines, une agitation fébrile ne la quittait pas. Le désagréable sentiment d'impuissance non plus. Il lui était impossible de s'en séparer car après tout cette inquiétude était saine. Nanshe avait côtoyé trop d'anges pour affronter avec sobriété ce que le ciel annonçait. Combien de fois s'étaient-elle faite avoir par le panthéon judéo-chrétien ?

Elle finit sa bouteille et en prit une quatrième. La dernière fois restait toujours douloureuse. Après tout, cela faisait à peine cinq ans sur quatre millénaires de peur et de fuite. L'amertume tapit au fond d'elle remonta à la surface. La dernière apocalypse lui avait révéler une trahison. Le principal intéressé lui s'était complu dans le mensonge. « Loki sale lâche » éructa-t-elle à l'intention d'un mort. Elle se demanda pendant un instant qu'est-ce que cette apocalypse allait lui apprendre sur son ancien ami. Avait-il aussi usurper l'identité d'un dieu égyptien ? D'un alpha ? D'un moine libidineux au XVIe siècle ? « Tu t'es bien amusé n'empêche à te faire passer pour un des miens ? T'aurais au moins pu accorder ta mort à l'un des notre, je suis sûre que Kali en aurait été ravie. Mais non ça aussi tu l'a gardé pour ta famille. Égoïste ». A présent totalement écroulée, de douloureux souvenirs lui revenaient en mémoire. Les yeux hagards, elle eu le sentiment que sa truite continuait de la juger. « Me regarde pas comme ça Billie. J'ai bien le droit de le maudire, ça peut même plus lui faire du mal, il est mort. Et puis même vivant, il en aurait rien eu à faire ». Elle se rapprocha de l'aquarium et se colla à la paroi. Elle entendit la respiration agitée de Billie. Cette truite avait toujours été trop empathique. « Tu sais, je crois que j'aurai préféré qu'il ne me sauve pas y a deux mille ans. T'as déjà été sauvée par un de tes ennemis Billie ? Après ça, ton orgueil c'est des miettes bonnes à nourrir des sardines. T'aime pas les sardines ? Ah. Et puis, ça vaut peut être mieux qu'il soit mort, sinon vu sa position dans la Ô grande et unique famille céleste et le contexte actuel, il aurait encore tout détruit ».

Comme pour contredire sa dernière phrase, deux coups frappèrent à la porte. Nanshe se releva, réajusta son débardeur. Elle eu le temps de boire la consommation annuelle en vin de messe d'un prêtre sur les quatre mètres qui la sépara de la porte. Billie protesta contre l'éloignement de sa déesse. « Arrête de grogner, ça doit juste être un voisin » lui répondit-elle. Nonchalamment elle ouvrit la porte. Son cœur se serra et le rhum arrangé quitta enfin sa main pour aller s’exploser sur le sol.


made by LUMOS MAXIMA


DON'T WANNA BE TOO HUMAN
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1003-imagine-all-the-people-sharing-all-the-world-nanshe
Hunter
I lost my shoe.
avatar

Gabriel
Watch this madness burning out the way


Age : Très vieux ; physiquement 47 ans
Job : Chasseur à mi-temps, livreur chez Pepsi.
Situation : Célibataire & Père de Platypus Ier
Localisation : En voyage constant.
Feat. : Richard Speight Jr.
Copyright : Aloa (ava), TUMBLR
Otherself : Yehuiah ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 904
HunterI lost my shoe.
MessageSujet: Re: Knock knock who's there ? Gabriel & Nanshe ⚝ Mar 14 Aoû - 12:20
Confortablement emmitouflé dans son peignoir de luxe rose bonbon, l’archange s’amusait à zapper les chaînes ennuyeuses de la télévision écran-plat, un bol de pop-corn à la main, son chien Jack Russell Terrier endormi à ses pieds eux-mêmes fourrés dans des pantoufles en forme de lapin angora. Il avait récupéré Netflix le mois dernier, déshydraté et attaché à un arbre, et il s’était arrangé pour punir correctement les responsables avec l’une de ses innombrables idées lumineuses. N’ayant pas le coeur à abandonner de nouveau la saucisse hyperactive – il était hors de question de le ramener à l’American Society for the Prevention of Cruelty to Animals qui l’aurait certainement euthanasié au bout de trois semaines – il l’avait donc adopté et s’amusait à présent à l’observer lorsque ce dernier roulait sur le dos en poussant de petits ronflements inoffensifs et risibles, un morceau de bacon encore à moitié coincé entre ses canines. Ce n’était que le vingtième de la race qu’il adoptait, après Frangipane, Chuppa Chups et Ricola. Il en avait eu d’autres avant lui, bien sûr, mais définitivement, c’était cette race qu’il préférait et il avait donc décidé de marquer le tournant en le nommant d’après la futurement célèbre entreprise américaine. Le garnement avait semblé apprécier sur le moment et semblait depuis vouloir le suivre partout – chose qui n’était pas nécessairement très pratique avec le magasin. Enfin. Le chien était bien élevé et il avait été heureux de constater que la poubelle n’avait pas terminé déchiquetée lors de sa première journée d’absence. Les voisins, en revanche, s’étaient plein de l’entendre hurler à la mort, mais c’était un problème qui s’était vite réglé. Contemplant à présent la boule de poils endormie dans une de ses positions préférées frôlant l’absurde, il se demandait qu’en faire en réalité. Il aurait mieux fallut qu’il en adopte d’autres, mais il n’avait guère le temps – trop occupé qu’il était à parcourir le monde en douce une fois la nuit tombée pour punir les coupables indignes de la clémence de son divin paternel. Qu’en faire, vraiment ? Son esprit s’égara un moment avant qu’une lointaine plainte ne vienne frôler ses tympans. S’il n’avait pas désactivé la radio angélique pour connaître les frasques de ses frères et sœurs, il n’avait pas plus mis sur pause le canal de prières. Il s’était simplement débrouillé pour baisser le volume à un niveau acceptable pour ne pas finir avec une migraine digne d’une gueule de bois colossale H24 et avait trié les demandes selon leurs importances. C’était fou le nombre de personnes qui attendaient ses faveurs – le plus drôle encore était de savoir ce qu’on pouvait lui proposer en échange. Enfin. Ce n’est pas tant une de ces nombreuses demandes habituelles qui attira son attention, non. Loki. Elle était adressée à Loki. Clignant des yeux, il se concentra, manquant d’en faire tomber son paquet de pop-corn. Se désintéressant du programme en cours – un de ces vieux feuilletons dramatiques où le père couchait avec la femme du fils qui entretenait elle-même un autre amant qui se trouvait être le concierge Ricardo, tandis que son mari fleuretait avec le voisin, père d’un petit africain affamé qui deviendrait par la suite le nouveau PDG et les foutrait tous sur la paille après avoir révélé le nœud de l’intrigue et épousé la fille unique du premier couple cité – il se concentra pour comprendre les jérémiades lancées à son encontre et qui auraient pu ressembler à ses tirades que l’on aurait pu trouver dans un de ces pamphlets modernes. Haussant un sourcil – voilà longtemps que cela n’était pas arrivé – il ne mit pas longtemps à découvrir l’origine et relier la voix aux mots haineux. La surprise fut telle qu’il en fit définitivement tomber son pop-corn sur le sol, de quoi réveiller Netflix en un sursaut digne des plus grands films comiques, son morceau de bacon toujours coincé entre ses dents. Ses petits yeux hagards finissant par comprendre qu’il n’y avait pas de danger, il finit par fixer Gabriel avec son air hébété idiot qui lui avait attiré sa sympathie, avant de finalement venir renifler avec soin puis gober les pop-corns éparpillés, terminant son bacon au passage. L’archange aurait-il filmé la scène, il aurait eu deux minutes pour vidéogag, mais il était bien trop pris lui-même dans sa stupeur pour faire attention à ce que son chien pouvait faire sur le moment. Ca par exemple. Etait-elle en train de le maudire ? Gabriel resta à l’écoute jusqu’à ce que la conversation ne dérive – qui était donc ce cher Billie ? - et ne pris que deux secondes pour réfléchir à la suite. Habituellement, il se serait sans aucun doute montré plus prudent. Mais les piques venaient de l’atteindre au coeur et il était hors de question de laisser ceci en plan. Se relevant d’un bon, il attrapa Netflix qui poussa un couinement contrit – il n’avait pas terminé de gober le pop-corn – et c’est sans plus de cérémonie qu’il se téléporta devant la porte de son ancienne amie aquatique. A dire vrai, il aurait très bien pu se téléporter directement chez elle, mais il était tout de même assez bien élevé pour rester poli. Sourcils froncés, son peignoir seulement dénoué sur son caleçon un brin trop grand et son marcel délavé scandant son amour outrancier pour Pepsi, il frappa deux coups secs à la porte, le chien toujours sous le bras qui commençait en outre à se débattre quelque peu. Attendant patiemment, peut-être un peu trop, il tenta de ne pas sourire lorsque la porte s’ouvrit finalement sur la haute stature de celle qu’il n’avait pas vu depuis … Depuis longtemps, un brin trop semblait-il. Il était censé être en colère après tout – colère qui pourtant s’évapora à la seconde même où il vit sa bouille de bébé poisson atterrée au point qu’elle en brise sa bouteille de rhum arrangé qui semblait divin, dommage.
« Si c’est comme ça que tu accueilles tes voisins à l’heure actuelle, je comprends pourquoi tu en es réduite à parler à une truite. Bonsoir, Nanshe. Quoi de neuf ? »
Il lança cela d’un air désinvolte, son regard ayant eu le temps de percer à jour l’aquarium qui détenait certainement le fameux Billie, avant de baisser de nouveau les pupilles vers le désormais cadavre de la pauvre bouteille. Claquant des doigts de sa main valide – son bras occupé tentait actuellement de garder coincé le chien qui, en sentant les effluves de l’alcool, avait de plus en plus du mal à tenir en place – il reconstitua la casse comme si la scène de meurtre n’avait pas eu lieu, tendant par la suite la bouteille comme neuve à sa propriétaire.
« A ma décharge, je tiens à dire que ce n’est pas moi qui l’aie massacrée. Ca à l’air d’être du bon. Tu fêtes quelque chose pour t’alcooliser à ce point où c’est lié à un rituel de malédiction que tu tentes de lancer ? »






Let's ship it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t77-gabriel-you-can-t-take-the-trick-out-the-trickster http://solemnhour.forumactif.org/t1568-carnet-d-adresses-de-gabriel-come-on-come-on-turn-the-radio-on
Civilian
Hate mondays.
avatar

Nanshe
Watch this madness burning out the way

Pour livrer les puissants aux faibles, Nanshe scrute le coeur des gens.
Age : Lancez un dés et multipliez par deux mille
Job : Serveuse dans le restaurant japonais en bas de la rue
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Aiysha Hart
Copyright : Rev pour l'ava et Lilie pour la signa
Otherself : Personne
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 73
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Knock knock who's there ? Gabriel & Nanshe ⚝ Ven 28 Sep - 11:39
Knock knock who's there ?

Et de leurs nuits, ma nuit se fonde

Face à elle, l'impossible. Un sourire charmeur, une pose faussement décontractée et un petit chien indigné. L'impossible. La main sur la poignée, elle ne fait rien et laisse le rhum imbibé ses pieds nus. Sa bouche s'ouvre et se referme bêtement. Elle sursaute quand l'homme, l'ancien ami, la possible hallucination, reprend la parole. Ses oreilles s’attardent un peu trop longtemps sur la voix de son interlocuteur, tentant vainement de ne pas la reconnaître. Mais pourtant comme si de rien n'était, comme s'il n'était là que pour une banale visite de courtoisie, l'impossible lui tends sa propre bouteille magiquement reconstituée. Elle y apose sa main et fait remonter ses doigts le long de l'objet. Dans un geste brusque, ses doigts enserrent le poignet de l'autre, comme pour attester de sa présence physique. Son regard fixé dans le sien, elle défi ce qu'elle croit être une hallucination de rester face à elle. Quatre longues secondes passent. Ses yeux s’écarquillent, sa main se met à trembler et sans prévenir elle arrache la bouteille de la main de Loki et lui claque la porte au nez. Appuyée contre la planche de bois, son souffle s'emballe. Loki ? Loki ici ? Loki en caleçon, débardeur, peignoir, un caniche dans les bras devant sa porte ? Loki en vie ? Ses pensées s’enchaînent, essayant de comprendre l'apparition devant sa porte. Apparition qui d'ailleurs doit se sentir quelque peu vexée à l'heure qu'il est.

Elle réouvre plus franchement la porte en rattrapant une respiration normale, bien décidée à exiger une explication. « Es-tu vraiment en vie ?  Est-tu vraiment en vie ou ai-je bu six autres bouteilles sans me rendre compte ? »
Elle fait tout pour que sa voix ressemble à un ordre, une demande impérative, mais elle sait qu'on peut y entendre une certaine détresse. Pourtant dans le fond, elle n'a pas besoin d'un réponse, elle sait déjà qu'il est en vie. Elle sait déjà qu'elle s'est faite avoir. Qu'elle a été visée par une de ses fameuses farces. Pourtant, sa colère n'éclate pas tout de suite. Elle se sent vexée, insultée d'avoir été manipulée et oubliée de la sorte, mais elle ne peut empêcher une vague de soulagement et d'enthousiasme titiller son ego. Elle dévisage Loki et le reconnaît enfin pleinement.

Elle se retourne, invitant implicitement l'autre à entrer dans son appartement. Elle pose la bouteille sur la table, inutile de noyer d'alcool des neurones qui lui seront très utile pour comprendre cette soirée. Dans son bassin, Billie s'indigne, demandant des comptes à cet homme qui a l'audace de déranger sa maîtresse à pas d'heure. « T'inquiètes Bille, tout va bien » répond Nanshe d'une voix plus sûre. Loki doit la trouver folle et pitoyable, là bourrée, dans un appartement miteux, à parler à une truite. D'un autre côté, elle le croyait mort alors niveau pitoyable …

Pour se reprendre, elle s'enfile trois verres d'eau. Elle voit à présent que le dieu semble avoir vieilli, ou du moins avoir passé une très mauvaise semaine. Sous son sourire, elle discerne des rides de stresse creusant son visage. La mort doit être une source d'angoisse inattendue. À moins que ça ne soit le poids de ses si belles ailes angéliques qui lui filent des courbatures ? Les questions emplies d'amertume et de rancœur se bousculent dans sa tête. Mais il y a une chose qu'il lui faut décider avant. Le nom « menteur » émerge de sa colère et essaye de passer la barrière de ses dents, pourtant c'est d'une voix étonnamment douce et franche qu'elle lui demande « Alors, dis-moi, comment dois-je t'appeler ? Loki ou Gabriel ? »


made by LUMOS MAXIMA
[/quote]


DON'T WANNA BE TOO HUMAN
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1003-imagine-all-the-people-sharing-all-the-world-nanshe

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Knock knock who's there ? Gabriel & Nanshe ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

Knock knock who's there ? Gabriel & Nanshe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Other places, other eras :: Back to the past-
Sauter vers: