AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

« You, me and hot tea »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Annabelle J. Graham ∞ Hunter & Woman of Letters
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t78-anna-j-graham-c-est-pas-moi-j-etais-occupee-a-trebucher-sur-mes-lacets#218 http://solemnhour.forumactif.org/t80-journal-de-bord-d-annabelle-j-graham Mer 14 Mar - 17:17

Age : 36 ans

Métier : Chasseuse, Femme de Lettre, Archéologue

Situation : Mariée à sa collection de théières

Localisation : Paumée dans un trou, encore.

Feat. : Rachel Weisz

Copyright : Kanderlust (ava); bibi ♥ & TUMBLR (gifs), Alaska (signature)

Je suis aussi : Gabriel ◈ Yehuiah ◈ Brooke Milligan ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson ◈

Date d'inscription : 11/01/2016

Messages : 349

avatar
Hunter & Woman of Letters
RP en cours

sujet privé; ft. @Maria McAlister

type ❖ présent

date ❖ Début Mai 2016

informations spatio-temporelles ❖ soirée fraîche, 20h, ciel couvert.

intervention du MJ ❖ non, merci.

Autre ❖ Mille pardon pour le délai que j'ai mis à poster le sujet :19: J'espère que ça te conviendra. N'hésite pas à faire signe au besoin !

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW





You, me and hot tea

Been traveling these wide roads for so long, my heart’s been far from you ten-thousand miles gone. » Leon Bridges ; River
Il n’y avait plus de thé. Vous rendez-vous compte ? Plus de thé ! Infâme horreur, détestable idée, pure ignominie ; comment cela pouvait-il arriver ?! Plus de thé. Son monde s’écroulait, l’Apocalypse ouvrait ses portes, littéralement, et même Le Cri d’Edvard Munch n’aurait pas été assez puissant pour décrire toute la portée de son effroi glacé. Comment vivre à présent ? Comment se concentrer correctement ? Même lacer ses chaussures – chose auparavant compliquée – se relevait désormais de l’impossible. Plus de thé. C’était bien pire que l’avalanche de sauterelle ou l’épidémie de peste.
Secouant la tête, la voici donc à parcourir les rayons d’un air dubitatif. On ne choisissait pas n’importe quoi n’importe comment, non messire, non madame. C’était là tout un art, un geste gracieux et soigné à exécuter avec précision, vraiment. C’est un peu plus tôt qu’elle avait constaté le drame. Sa concentration ayant du mal à suivre, elle avait levé les fesses de son canapé pour aller chercher de quoi remettre son esprit malmené dans le droit chemin, histoire de ne pas s’endormir sur ses recherches faites de statistiques navrantes. C’était là un boulot important après tout, tout devait être prêt pour le jour J. Enfin bref. Un thé. Elle avait besoin d’un thé. Sortant de quoi le préparer comme il se devait être convenablement, elle avait manqué de briser sa tasse préférée en comprenant que le thé tant désiré n’était plus qu’un vaque souvenir. Son effluve même s’était diffus sur ses papilles tremblantes, et pas moyen de le remplacer par d’autre fragrances. Qui avait donc pu finir la boite et ne point en racheter ? Ce n’est pas maintenant qu’elle allait mener l’enquête. Aussi bien elle que Matthew ou encore Abigail en prenaient, et dernièrement ils en avaient eu besoin plus que d’accoutumé. Primo, ils devaient mettre en place cette fameuse réunion de chasseurs sur pied, ce qui leur bouffaient leur temps – caler les plannings, voir qui aller chercher, bref, un bazar sans nom. Secundo, le monde continuait de tourner, et avec lui son lot de nouveaux cadavres. Désormais, pas un jour ne se passait sans qu’elle ne scrute les infos jusqu’à se filer la migraine, à la recherche d’indices concernant ce qu’ils avaient vécu indépendamment les uns des autres. Matthew et le coven des sorciers – d’où ses fichues statistiques. Elle même avec cette affreuse histoire du Pakistan qu’elle ne parvenait pas à oublier – avait-elle réellement coopéré avec Lucifer ? Non d’un pyramide. Son plâtre était toujours là pour lui rappeler les événements par ailleurs, son bras ayant besoin d’une à deux semaines de plus avant de pouvoir être libéré délivré. Enfin bref.
Tout ça pour dire que … La boite a thé était vide. Et elle n’avait guère eu le temps de penser à faire les courses. Voilà pourquoi, actuellement, elle se trouvait à vingt-heures passées dans la petite épicerie du quartier, à tenter de lutter contre la maudite aiguille des secondes qui se rapprochaient irrémédiablement de la fermeture. D’ici trois minutes tout au plus, il lui faudrait sortir.
Trois minutes. Il n’en fallait pas plus pour qu’une personne supplémentaire ne meurt d’une attaque de monstre. C’était à la fois ridiculement long, et ridiculement court compte-tenu des circonstances.
Parce que là encore sa malchance légendaire frappait : il lui avait fallut courir en route pour atteindre le magasin histoire de lui laisser un temps assez acceptable sur se décider sur quel produit prendre. Bien entendu, elle avait dérapé sur le chemin et s’était rattrapée au lampadaire de justesse avec sa main valide, manquant de peu l’écorchure voir pire – un coup sur son plâtre. Bien entendu, les précieuses minutes s’étaient envolées, et elle était arrivée tout juste à temps. Comble du malheur, elle s’était aperçue une fois dans le rayon – après avoir rassuré l’employé que cela ne serait pas long – que son thé habituel n’était plus en stock. Plus en stock ! Son thé ! Il lui faudrait attendre demain pour la livraison, mais demain était bien trop loin à son goût – rendez-vous compte, le magasin n’ouvrait qu’à huit-heures trente ! Elle n’y survivrait jamais. Que prendre alors ? Soupirant, elle finit par se décider pour une pauvre boite qui ne tiendrait pas trois jours – deux exceptionnellement – avant de se diriger vers la caisse, un air renfrogné sur le visage à l’identique que celle posée sur celui de l’employé qui l’attendait. Malgré son habituelle politesse, le bonsoir, merci et bonne soirée restèrent presque coincés dans sa gorge, la déception trop ancrée dans son petit coeur palpitant. Par la suite et une fois dehors, elle se remit en marche … Mais une fois encore, ce fut une autre paire de manches. Son écharpe - celle à l’effigie des Ravenclaw, qu’elle traînait avec amour depuis sa seconde année d’étude en Angleterre – glissant, il lui fallut évidemment la replacer pour ne pas qu’elle finisse salie par terre – il était inutile de rajouter une couche à sa morosité. Coinçant la boite maudite entre son coude et son abdomen, elle prit le soin de replacer correctement la laine qui avait connue des jours meilleurs autour de son cou, bien que cela ne fut guère probant. Allez donc le faire avec une seule main ! Bien sûr, elle ne s’était pas arrêtée pour le faire – l’idée était de rentrer le plus vite possible pour se faire l’infusion. Sûrement aurait-elle dû cependant. En effet, elle ne s’attendait pas à rentrer dans quelqu’un en se débattant avec sa maison préférée d’Hogwart, le choc causé et la surprise allant de paire lui faisant lâcher sa boite de thé par terre.

« Par Néfertiti ! Je … Excusez-moi, je ne regardais pas où j’al … Maria ?! »


made by LUMOS MAXIMA



#Revabelle
I don't want a lot for Christmas, There is just one thing I need; I don't care about the presents Underneath the Christmas tree ! I just want you for my own More than you could ever know. Make my wish come true, oh : All I want for Christmas is you
Revenir en haut Aller en bas
 

« You, me and hot tea »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Midwest :: Chicago-