AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Proof. | WILLIAH
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝ Mer 21 Mar - 4:25

Proof
William & Isaiah

« As if the first cut wasn't deep enough, I dove in again 'cause I'm not into giving up. Could've gotten the same rush from any lover's touch. Why get used to something new ? 'Cause no one breaks my heart like you and you kiss me, and you wish could see what happens next. For a moment, I can forget what happens in my head. If I doubt you, will you come through with a happy second chance ? A happy ending. But this time you don't leave me sinking, I'm underwater with no air in my lungs. My eyes are open, I'm done giving up. You are the wave I could never tame. If I survive ; I'll dive back in. »
Il avait baissé sa garde dès qu'il avait aperçu les larmes de William quelque heures plus tôt. Cela avait été le choc total, le coup de fouet, le ; merde alors, il m'aime vraiment ? Tant de choses qui lui avaient traversé l'esprit à vrai dire. Et il continuait à baisser sa garde, il allait jusqu'à se blottir et réclamer de l'affection, du jamais vu pour lui. En tout cas, il n'a plus la tête à la chasse et pourtant il sait qu'il va falloir y aller, que les fantômes ne vont pas s'en aller tout seul.

Il se blottissait pourtant contre son homme. Il avait beau sentir qu'il était mouillé par la pluie, il avait beau sentir le temps se rafraîchir toujours plus, il se blottissait contre lui. Un besoin, un autre choc peut-être. Il avait assez pleuré pour la soirée et ne pourrait peut-être plus versé de larmes mais il en avait pourtant bien envie. Pleurer pourquoi ? Aucune idée, juste pleurer, se lâcher. Mais aucune larme ne coulait, là.

Il l'embrassait, encore et encore. Il se laissait embrasser, aussi. Sans opposer de résistance, sans se dire bon, c'est bon là, y'en a marre, lâche moi, je suis pas une putain de peluche . Non parce que s'il se comparait lui-même à une peluche, il voulait volontiers être celle de William, là, pour recevoir tout ça. C'était nouveau entre eux et pourtant ça faisait tellement de bien. C'était donc ça, la tendresse ? C'était donc ça, les câlins, les vrais câlins ? C'était ça, l'amour, pas juste celui physique, non, le vrai amour ? Aveugle tout ce temps. Trop brutal. Trop vif, trop impulsif. Il réalisait maintenant ce qu'il avait manqué à ne pas laisser William venir, ne pas le laisser l'enlacer comme ça. Bon, peut-être que si, il y avait eu des moments comme ça, après tout, ces années partageaient n'avaient pas été que violence et débauche, il est vrai qu'ils avaient dormis dans les bras l'un de l'autre, qu'ils s'étaient déjà enlacés - encore que, c'était plus William qui avait fait l'effort, il le reconnaissait volontiers. Mais cela n'avait jamais été comme maintenant.

On devrait rentrer pour la nuit, on repartira demain, d'accord ?

Il l'embrassait. Encore. Reculer n'était pas son genre mais là, crevé comme il était et devait l'être William, il était forcé de reconnaître que c'était un coup à tout faire foirer. Il valait mieux être en forme et sûr de soi.

On peut continuer à s'embrasser et s'enlacer dans la camionnette, au chaud.

Bon, ce ne serait pas si facile que maintenant, c'est vrai, mais plus vite partis plus vite rentrés, plus vite à table - parce qu'il avait toujours sacrément faim - et plus vite au lit, parce que mine de rien, il avait toujours faim d'autre chose, qu'ils avaient stoppés brutalement mais qui était toujours là. Isaiah se décidait à contre coeur de l'embrasser une dernière fois, avant de se diriger de nouveau vers la voiture, côté passager. Trop out pour conduire. Se reposer le temps de rentrer. Les fantômes ne bougeraient pas et les hôtes étaient partis pour la nuit alors qu'est-ce que cela changerait ce soir ou demain, hm ?
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝ Ven 23 Mar - 2:39

Proof
William & Isaiah

« You can holler, you can wail. You can swing, you can flail. You can fuck like a broken sail but I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail. And after all God can keep my soul. England to have my bones but don't ever give me up. I could never get back up»
Les secondes passent et Isaiah ne le repousse pas, ne l'envoie pas bouler, c'est un mon dieu qui traverse l'esprit de William avant de se demander jusqu'à quel point son fiancé peut en avoir besoin. Plus que ce qu'il veut bien laisser voir, ça c'est une chose certaine du coup. Et dire qu'ils auraient pu en arriver là bien plus tôt si Isaiah avait arrêté de le repousser autant, peut-être aussi qu'il se serait fait plus rapidement à la nature de William ou peut-être pas. Il ne le saura jamais de toute façon et peut-être vaut-il mieux cesser de ressasser le passé surtout avec des « si ». Surpris que son fiancé ne le repousse pas mais en y réfléchissant bien, c'est le fait qu'il se blottisse autant contre lui qui est le plus étonnant et avoir de nouveau ce « à quel point tu en avais besoin mon amour ». Tellement concentré sur le chasseur, qu'il en oublie d'être surpris de son propre comportement, d'à quel point il a pu devenir doux et tendre alors qu'il n'était que fougue et passion toutes ces années. D'à quel point il peut lui aussi changer et mieux se découvrir. Ah non, c'est vrai qu'il y a déjà pensé à ça et qu'il sait pourquoi, il n'avait tout simplement pas trouvé la bonne personne avant Isaiah et il réagissait avec lui comme il le faisait toujours. Malgré les signes avant-coureur de tout ça, de ses sentiments, du fait que son homme éveille ce genre de choses en lui, les quelques fois où ils se sont enlacés, où William l'a enlacé plutôt.

- D'accord.

Que pouvait-il dire d'autres de toute manière ? Il le voit et le sent bien qu'Isaiah est claqué, même s'il ne le lui avait dit plus tôt et ne lui avait pas laissé le volant, il l'aurait vu. Peut-être qu'à force, le vampire va arriver à se passer totalement de mots pour certaines choses. Il y arriverait plus vite s'il laissait parler son instinct que ça soit celui de l'homme comme celui du vampire au lieu de le faire taire par crainte que sa nature prenne le dessus.

- En effet on peut.

Au chaud avant qu'Isaiah ne choppe froid ou quelque chose, lui est à l'abri des maladies mais pas son fiancé et la bruine qui passe les arbres commence à sérieusement les mouiller. Avec ou sans sa veste sur le dos, le chasseur doit avoir froid aussi, oui bon il vient de parler d'être au chaud donc cela le laisse supposer. Excusez le d'être lui aussi fatigué par la soirée riche en émotions et c'est peu de le dire, au moins ont-ils encore pu mettre bien des choses à plat. Ils en avaient bien besoin l'air de rien. Bien qu'ils risquent de ne pas s'enlacer bien longtemps s'ils doivent rentrer ou plutôt si William doit conduire.

Regardant Isaiah s'éloigner après un énième baiser, poussant un long soupir quand son fiancé referme sa portière, finissant à son tour par bouger pour regagner la place conducteur. La chasse peut bien attendre demain en effet, les fantômes ne vont pas s'en aller tous seuls et visiblement ils ne sont pas très dangereux. Se frottant les mains et soufflant dessus une fois dans la camionnette, ne sentant vraiment que là, la différence de température. Mettant directement le chauffage en route tout en lançant le moteur, que l'habitacle se réchauffe encore un peu plus aussi bien pour lui que pour Isaiah. Avant de se pencher pour embrasser son homme, bah quoi ? Isaiah a dit qu'ils pouvaient continuer, il ne va donc pas se gêner. Même si finalement il est pressé de rentrer lui aussi, bon d'accord les baisers vont devoir attendre du coup donc oui direction rentrer au chaud.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝ Ven 20 Avr - 12:27

Proof
William & Isaiah

« As if the first cut wasn't deep enough, I dove in again 'cause I'm not into giving up. Could've gotten the same rush from any lover's touch. Why get used to something new ? 'Cause no one breaks my heart like you and you kiss me, and you wish could see what happens next. For a moment, I can forget what happens in my head. If I doubt you, will you come through with a happy second chance ? A happy ending. But this time you don't leave me sinking, I'm underwater with no air in my lungs. My eyes are open, I'm done giving up. You are the wave I could never tame. If I survive ; I'll dive back in. »
Il ne savait pas toujours pourquoi il vivait encore alors qu'il voulait en finir, là où tant d'autres aimeraient vivre mais ne pouvaient pas. Isaiah avait tant de fois voulu en finir, il ne savait pas pourquoi il n'avait jamais trouvé le courage de passer à l'acte. Il ignorait qu'il avait un ange gardien qui veillait sur lui depuis toujours, que cet ange avait passé des années à mettre des tas de journaux, d'affaires sur son chemin, pour le tenir occupé. Il ignorait ceci et cela valait mieux, il réagirait sûrement extrêmement mal de savoir qu'il ne devait sa vie - voir même survie - qu'au bon vouloir d'un ange et aux ordres qu'il aurait reçu. Il inspirait profondément, dans les bras de son homme -ou son vampire-, s'y trouvant tellement bien. S'y sentant chez lui, son répit. Il avait eu peur de le perdre une fois encore, pour une remarque à la con, parce que son égo avait été heurté il s'était encore montré blessant et il avait constamment peur que la prochaine remarque soit celle fatale, celle qui le pousserait à partir. Le voir s'éloigner lui faisait tellement peur, William ne semblait pas comprendre à quel point Isaiah ne pouvait pas se raisonner, ne pouvait pas rationaliser ; il voyait juste son homme s'éloigner de lui et cela suffisait à lui faire peur et qu'il panique. En venir à une sorte de "dis moi ce qu'il faut faire et je le ferai" "dis moi et j'obéirai". Oui, lui. Là où en temps normal il aurait été capable de le pousser à bout, de tout faire pour l'énerver et lui faire perdre les pédales juste pour le plaisir de l'emmerder. Il lui faudrait un bon moment pour se remettre de leur séparation et comprendre que William ne partirait plus. Ca l'avait détruit et il réalisait un peu plus chaque jour à quel point ça l'avait détruit, justement, à quel point cette séparation l'avait bousillé alors qu'il n'était déjà pas très net à la base. Il réalisait juste un peu plus chaque fois qu'il y avait la moindre tension. Un animal sauvage qu'on avait tenté d'apprivoiser et qu'on avait abandonné quand il s'était attaché à vous et commençait à s'habituer à être domestiqué et avait perdu ses repaires dans son milieu naturel. Qui avait retrouvé son point d'ancrage et était effrayé à l'idée de le perdre de nouveau. Ca le poussait à se montrer conciliant, à le pousser à un "tout ce que tu veux tant qu'on reste ensemble". Rien que retourner dans sa voiture et devoir quitter ses bras était un déchirement, tout ce qu'il voulait, c'était y retourner aussitôt qu'ils seraient dans la voiture. Il suivait son homme du regard et profitait de la chaleur ambiante à l'intérieur de la camionnette.

Ils s'étaient échangés des je t'aime et des baisers, nombreux, et pourtant Isaiah recommençait, il n'avait fallu qu'une petite attention de la part de son homme, attention qu'il adorait d'ailleurs, ce petit baiser en rentrant dans la voiture, pendant un instant, Isaiah l'avait attiré à lui pour lui rendre quelque baisers. Je t'aime. Il aurait aimé lui répéter encore et encore. C'était ce qu'il faisait entre chaque baisers, d'ailleurs, bien décidé. Rattraper tout ce temps perdu à force de je t'aime . Il l'aimait terriblement et ça lui faisait un peu peur la force de ses sentiments et cette dépendance, tout comme c'était rassurant, se dire qu'ils allaient se marier et donc que son homme l'aimait vraiment et ne l'abandonnerait pas. Mais ce point d'abandon, il oscillait vraiment entre "s'il veut m'épouser, c'est qu'il ne veut pas m'abandonner" et "il trouverait tellement mieux ailleurs" "il y a tellement mieux" "il mérite tellement mieux qu'un chasseur déglingué". La liste était longue. Il réalisait à sa façon qu'il pouvait l'aimer et lui montrer sans qu'il n'y ait de sexe dans l'équation et c'était un fait étrange pour lui, c'est juste qu'Isaiah était quelqu'un de très physique et qu'il avait l'habitude de passer par ces choses là pour communiquer. Qu'il était très physique et avait souvent besoin de ce type de rapprochement pour se rassurer et pour vivre à sa façon, c'était sa façon de s'exprimer et jusqu'ici il n'avait pas imaginé ni conçu d'autre façon de montrer à William qu'il l'aimait, rien que se laisser coucher et prendre, c'était sa manière de dire à William qu'il l'aimait. Mais il se rendait aussi compte que s'il ne lui disait pas, William ne comprendrait jamais. C'était tous ces petits détails qu'il comprenait enfin, qu'il réalisait enfin. C'était beaucoup pour lui, cette soirée était très prenante émotionnellement parlant. Physiquement ça allait mais tout ce qu'ils s'étaient dit ça l'avait achevé. Complètement crevé, vidé. Il rompait juste le baiser pour murmurer ;

Si tu ne m'avais pas déjà demandé ma main, je crois que je t'aurais demandé moi-même de m'épouser ce soir. Je ne peux pas imaginer ma vie sans toi, William, tu es ma moitié et je veux plus que jamais t'épouser. Demain, après demain, qu'importe quand. Je ne peux pas concevoir ma vie sans toi. Je ne veux plus jamais avoir à vivre sans toi, même pour une journée. Plus jamais sans toi, plus jamais, jamais, jamais... Je sais que je me répète mais... J'ai besoin de le dire, de le répéter.

Il le gardait brièvement contre lui, autant qu'il était possible de le faire dans cette voiture. Une lueur dans le regard, cet espoir. La pluie dehors, ça n'existait pas, ce qu'il y avait autour d'eux, ça n'existait pas, pas quand il voyait William, quand il pouvait l'aimer, enfin. Pas quand il pouvait l'embrasser, encore. Il allait devoir faire beaucoup d'efforts pour être un temps soi peu digne de son homme mais il voulait faire ces efforts, si ça lui assurait de garder William avec lui. Sans totalement changer, juste être plus digne ou au moins essayer. Mais il devait se contrôler, juste le temps qu'ils rentrent chez eux, juste le temps de retourner dans une maison, un foyer, le leur peut-être. C'était juste dans ces moments où il regrettait que les sièges ne soient pas plus rapprochés, qu'il puisse poser sa tête sur l'épaule de William. Au lieu de quoi il se contentait d'attacher sa ceinture et poser sa main sur la cuisse de William, pas avec les même intentions qu'un peu plus tôt cette fois-ci. Il n'y avait même aucune autre intention que celle de garder un contact direct avec son homme. Et le regarder. Des étoiles plein les yeux. Il est beau, il est parfait, il est mien. Plus amoureux que jamais et plus conscient que jamais de l'être. Il était temps qu'il ouvre les yeux, plus que temps. Son pouce caressait doucement la cuisse de William, là encore, sans autre intention derrière qu'un simple contact entre eux. Isaiah changeait sans trop s'en rendre compte, il touchait juste William quand en temps normal, il avait horreur du moindre contact, il détestait être touché et là... Oui, il cherchait le contact, il cherchait à le garder avec William. C'était moins possessif que précédemment, aussi, où il aurait pu lui tenir la jambe plutôt que la toucher. Il commencerait sûrement bientôt à prendre confiance, mais il n'en n'était pas encore là, pour l'heure, il songeait encore que son homme pouvait l'abandonner à tout moment. Pour partir seul ou avec quelqu'un plus à sa hauteur - à juger que cela existe.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝ Sam 21 Avr - 22:22

Proof
William & Isaiah

« You can holler, you can wail. You can swing, you can flail. You can fuck like a broken sail but I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail. And after all God can keep my soul. England to have my bones but don't ever give me up. I could never get back up»
Ce soupir qui passe ses lèvres alors qu'Isaiah est dans la camionnette, c'est l'accumulation de la soirée même pour lui c'est trop et il a vu, compris des choses dont il se serait bien passé. Et encore il a la tenace sensation, qu'il a à peine effleuré le sommer de l'iceberg, que les choses sont bien plus profondes qu'il ne pense, bien pire aussi. William déteste ça, déjà qu'il n'aime pas ne pas savoir quelque chose en temps normal, quand c'est sur Isaiah cela prend des proportions gigantesque. Il n'a pas pu nier que son fiancé a eu beaucoup de tort dans leur histoire mais le vampire en a aussi et des nombreux. William a beau dire qu'il ne doit plus ressasser le passé, c'est plus facile à dire qu'à faire, il faut du temps pour ça, c'est bien joli de se montrer affirmé quand Isaiah lui a dit qu'il n'arriverait pas à faire avec ce qu'il a fait toutes ces années. De lui dire que si il finira pas y parvenir, il sait que ça ne va pas être facile et ça le déglingue le vampire de savoir cela, de savoir que son homme risque de se ronger les sangs à cause de tout ça. Alors que si William est resté, c'est bien parce qu'il y trouvait son compte quand même, ou peut-être pas tant que ça, peut-être que leur dernière nuit ensemble a libéré mais en même temps brisé quelque chose. Brisé la confiance qu'il avait en Isaiah, d'accord il sait ce que je suis maintenant mais il a encore rien tenté, je ne l'ai pas perdu. Avant qu'il ne prenne réellement conscience de ses sentiments envers Isaiah cette nuit là, ça lui a potentiellement fait peur surtout après que le chasseur ait vraiment tenté de le tuer. Il dit qu'il m'aime mais il a voulu me tuer. Ce n'était pas une vie, ce n'était plus une vie et pour tous les deux, ils seraient allé où s'il n'était pas parti. Cela était encore moins une vie d'être loin de son âme sœur. Ignorant tellement de choses malgré son grand âge, avoir la théorie est une chose mais la pratique en est une autre. Il pensait protéger son homme et un peu lui aussi, il n'a fait que les détruire un peu plus encore, il le savait déjà ça mais d'avoir mis le doigt sur ce « suicidaire », c'est une vraie claque dans la gueule et fait revenir tout ça à la surface. Soupirer donc parce qu'il prend vraiment conscience de certaines choses et que oui ça lui fout une claque. Soupirer parce qu'il lui aussi tellement de torts à se faire pardonner et à redresser. Soupirer parce qu'il va avoir du boulot pour faire comprendre à Isaiah que la vie vaut le coup, même s'il a lui-même pensé l'inverse pendant longtemps, et lui faire comprendre qu'il n'ira vraiment nul part. Lui faire comprendre à quel point William peut avoir besoin d'Isaiah dans sa vie, il a eu beau lui dire, il n'a pas l'impression que son fiancé à imprimé les choses. Soupirer parce qu'il est mentalement claqué par la soirée encore une fois mais au moins ont-ils pu mettre encore bien des choses à plat tous les deux.

Tellement de choses qui passe dans la tête du vampire en quelques secondes à peine, entre ce soupir et le retour au chaud dans la camionnette. William ne peut pas être malade mais il reste sensible aux températures et même lui a froid, alors il n'ose imaginer pour son fiancé. Revenant pourtant l'embrasser tendrement, avec amour et recevoir en retour un baiser, des baisers et tout autant de je t'aime, ce n'est physiquement pas possible mais pourtant il pourrait jurer que son cœur fait le con dans sa poitrine. Et cet homme est vraiment le sien maintenant, à lui et à personne d'autre, il plaint le premier qui tenterait d'approcher Isaiah d'un peu trop près. Le vampire serait capable d'un bain de sang pour empêcher quiconque de toucher à son fiancé, bientôt son mari mais surtout l'unique amour de sa vie, son âme sœur. Un mot d'Isaiah et il serait même capable de tuer n'importe qui tout court. C'est tellement violent comme réaction et pourtant c'est ce qu'il ressent, un amour infini pour Isaiah. Il a suffit de mots, de gestes pour tout déclencher pour qu'enfin ils arrivent à vraiment se comprendre tous les deux. Le vampire doit lui aussi faire des efforts pour mieux comprendre Isaiah sans qu'il ait besoin de parler, il l'a déjà dit mais le redit mais surtout s'en fait la promesse. Rendant à son homme autant de baisers qu'il peut en avoir envie, souriant entre deux baisers et deux je t'aime avant d'être surpris d'entendre Isaiah reprendre la parole.

- Tu me l'as quand même demandé Isa et j'ai dit oui. Même si je ne l'avais pas fait avant et que ça vienne de toi, je t'aurai dit oui, je ne peux pas non plus imaginer ma vie sans ma moitié. On ne sera plus jamais l'un sans l'autre, mon cœur.


William déposant un baiser sur ses lèvres, restant aussi près que possible de son homme, pouvant glisser une main sur sa joue et la lui caresser délicatement.

- Je t'aime, Isaiah. Déposant un nouveau baiser sur ses lèvres « mon fiancé » puis un sur son nez « amour de ma vie » un autre sur son front « mon âme soeur » pour mieux revenir l'embrasser avec tendresse.

Isaiah a un peu trop répété le mot « jamais » et le vampire ne sait plus quoi dire ou faire pour qu'il comprenne qu'ils ne seront plus jamais séparés, pas une journée l'un sans l'autre. Il pousse même à penser pas une seule heure, pas une seule minute. Pourtant il sait que ce n'est pas spécialement contre lui, que ce n'est pas par manque de mots ou d'attentions que son fiancé a répété ce mot mais qu'il a besoin de temps pour vraiment percuter que William est on ne peut plus sérieux. Pour se rassurer aussi et là le vampire ne peut s'en prendre qu'à lui-même et à cette connerie d'être parti comme ça. Pourtant ils doivent rentrer, ils seront mieux chez le chasseur que dans la camionnette et forcément il termine par s'attacher lui aussi et par reprendre la route. Souriant en sentant la main sur sa cuisse même s'il doit attendre de vraiment avoir lancé l'engin sur la route pour venir poser sa main sur celle de son homme et la lui caresser. Lui lançant quelques regards réguliers pour le voir avec cet air presque rêveur sur le visage et avoir l'impression d'être une proie et se dire en même temps « bordel ce qu'il est beau ».

William réfléchissait à tout et rien en conduisant, essayant juste de ne pas trop admirer son homme en chemin mais de garder ses yeux sur la route. Finissant par briser le silence entre eux après de longs kilomètres parce qu'une pensée vient s'incruster dans sa tête.

- Si on continu à se regarder comme ça, je ne suis pas sûr qu'on va beaucoup dormir cette nuit.

Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre, si ce n'est pas Isaiah qui pense sexe, c'est William. Quand il lui disait, qu'il est à peine moins demandeur que lui, que c'est pour ça qu'il ne lui a jamais dit non...Il est pas mieux que son fiancé mais en même temps, il a une année d'abstinence loin de son homme à rattraper.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝ Mar 24 Avr - 9:54

Proof
William & Isaiah

« As if the first cut wasn't deep enough, I dove in again 'cause I'm not into giving up. Could've gotten the same rush from any lover's touch. Why get used to something new ? 'Cause no one breaks my heart like you and you kiss me, and you wish could see what happens next. For a moment, I can forget what happens in my head. If I doubt you, will you come through with a happy second chance ? A happy ending. But this time you don't leave me sinking, I'm underwater with no air in my lungs. My eyes are open, I'm done giving up. You are the wave I could never tame. If I survive ; I'll dive back in. »
C'était un regard rêveur et amoureux qu'il avait pour William, ayant l'impression ce soir de le voir véritablement pour la première fois. Il lui aura fallu beaucoup de temps pour parvenir à le regarder ainsi, le voir tel qu'il était vraiment mais il y est enfin arrivé. Un regard rêveur et amoureux, réalisant à quel point William était parfait à ses yeux, trop au point que ça aurait pu en être louche. William qui l'avait vu dans tous ses états et pourtant, continuait à l'aimer, William qui l'avait vu à son meilleur comme à son pire. Qui pourtant était là pour l'aimer et lui demandait même de l'épouser. Il réalisait d'un point de vue physique à quel point c'était frappant, cette appartenance. A quel point il était physiquement parfait à ses yeux là où avant il aurait dit "mouais, doit y'avoir mieux" il savait maintenant que non, il n'y aurait jamais mieux. C'était ce petit sourire qu'il aimait autant qu'il détestait, c'était cette barbe qui lui allait si bien, c'était les muscles qu'il savait se cacher sous ces vêtements de trop entre eux. Son type d'homme déjà là, ça avait aidé à ce qu'il s'approche de William par le passé, totalement son genre d'homme. Pourtant, il se prenait à l'imaginer sans barbe, juste pour voir ce que cela ferait, sans barbe. Il était fatigué, Isaiah. Fatigué et admirer son homme était reposant, juste le regard posé sur lui, à le détailler même s'il était de profil. Il voulait bien se reconvertir à cet instant. Il adorait sentir la main de son homme sur la sienne quand il se le permettait enfin et il lui offrait même un clin d'oeil lorsqu'il tournait la tête en sa direction. Tu es beau, tu es mien. Il se lâchait enfin, se détendait enfin pour l'admirer. Isaiah n'avait pas répondu à certaines remarques, il n'était pas bavard et avait parlé ce soir plus qu'il n'avait parlé en une vie, ça fatiguait. Il avait juste hoché la tête, oui, si tu veux. Je te l'ai dis mais il n'empêche que tu l'as fais avant moi. Quant à ses mots d'amour, il lui avait juste répondu un "mon âme-soeur" en souriant tendrement. Lui, avoir une âme soeur ? Comment était-ce possible ? Il se le demandait encore, tant de monde en recherchait, certains passaient leur vie à rechercher leur âme soeur, leur bout manquant. Lui, son âme soeur s'était glissée dans sa voiture il y a quelque années et ne l'avait plus vraiment quitté depuis, juste une année. Cela remontait plus loin encore avec son homme qui lui envoyait des petits messages mais William ne lui avait sans doute jamais révélé donc, pour lui, il était juste l'homme qui s'était glissé dans sa voiture, s'imposant dans sa vie et son coeur sans même lui laisser le choix.

Il savait qu'il y aurait encore des engueulades, des prises de têtes, ils avaient leur caractères et ça ne changerait pas mais ils pouvaient au moins travailler sur eux, c'était surtout à lui de travailler sur cet aspect de sa personnalité. Il ne voyait pas le temps qui passait sur la route, à mi-chemin entre le sommeil et l'éveil, sans trop savoir s'il était éveillé ou endormi surtout, ses yeux étaient ouverts mais son cerveau était sur off jusqu'à ce que son homme lui reparle. Il lui faut un petit temps pour percuter l'allusion, lui qui en voit pourtant partout en général, sans qu'il n'y en ait, là, il lui faut quelque secondes pour percuter et sourire. Pourtant il n'y avait qu'amour et tendresse dans le regard d'Isaiah, ce qui contrastait avec toute la haine et la colère qu'il avait pourtant ressenti toutes ces années. Il n'avait été que colère pendant tellement d'années et voilà qu'il était enfin apaisé. Il se contentait de lui sourire au départ, il aurait en temps normal répliqué qu'en même temps ça valait mieux, Isaiah était resté sur sa faim, William s'était arrêté en plein milieu de l'action un peu plus tôt, laissant Isaiah frustré, quand bien même Isaiah savait qu'en disant ce qu'il lui avait dit, cela risquait d'arriver. Mais là il ne lui répliquait rien, il se contentait de sourire. Du moins, dans un premier temps.

Alors on dormira la journée. Je compte bien t'épuiser, au moins jusqu'au levé du soleil. Et peut-être même encore un peu après.

Il ne cessait pas ses caresses sur la cuisse de son homme, bien qu'il comprenne que cela aurait pu avoir un autre sens, il ne cherchait pas à remonter sa main comme il avait pu le faire un peu plus tôt. Ils auraient tout le restant de la nuit pour ça, après tout. Isaiah ne songeait plus à la faim qui l'avait tenaillé plus tôt, la soirée avait été forte en émotion et il ne pensait plus à manger pour l'instant, mais il ne doutait pas que cela lui reviendrait bien assez tôt, surtout s'ils faisaient ce que son homme lui suggérait si gentiment. Puis, ce je compte bien t'épuiser l'amusait un peu, bien des idées lui traversait l'esprit et suffisaient à raviver son envie. Ses envies. Il se serait bien penché de nouveau, là, tout de suite, mais il restait sage en songeant à la nuit qu'ils pourraient passer une fois rentrés chez eux. Ce qui était à Isaiah était à William, maintenant, il en prenait pleinement conscience. Cela ne passait pas que par lui confier le volant de la camionnette, là où en temps normal il aurait préféré s'arrêter le temps de dormir que confier les clés à qui que ce soit, question de principe. Là pourtant il laissait son vampire conduire pour la deuxième fois de suite. Alors le temps qu'il conduise, Isaiah reprenait où il s'était arrêté dans sa contemplation. Toujours si extrême, soit très en colère, soit très triste soit comme là très amoureux et démonstratif. Il devrait apprendre à contrôler ça, un jour, à juger qu'il en éprouve le besoin et l'intérêt, pourquoi cacher qu'on était amoureux ? Pourquoi le contrôler ? Il lui paraissait si facile d'aimer William à cet instant.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝ Lun 30 Avr - 2:09

Proof
William & Isaiah

« You can holler, you can wail. You can swing, you can flail. You can fuck like a broken sail but I'll never give you up. If I ever give you up my heart will surely fail. And after all God can keep my soul. England to have my bones but don't ever give me up. I could never get back up»
Il était habitué depuis toutes ces années aux changements d'humeur d'Isaiah, de le voir passer d'un état à l'autre en moins d'une seconde et souvent d'un extrême à l'autre. Comme si son fiancé ne connaissait pas le juste milieu, pourtant William sait que si, ça peut arriver mais c'est rare, disons que c'est surtout les émotions de son homme qui virent d'un bord à l'autre. Épuisant de le suivre, épuisant de le voir faire mais en même temps pour le vampire c'est une vraie bouffée d'oxygène, ce qui lui donne l'impression d'être encore vivant. Avoir besoin de ce genre d'extrême pour se sentir vivant, ce n'est peut-être pas si surprenant que ça au final. Isaiah est capable du meilleur comme du pire mais le meilleur, le vampire ne l'a jamais autant vu que ce soir. En même temps, il n'a jusque là jamais vu son fiancé avec un tel regard posé sur lui, tout cet amour qui ressortait, l'air rêveur de son homme, il aimerait pouvoir immortaliser ceci. Le graver à tout jamais, Isaiah est plus beau que jamais avec ces traits apaisés et heureux, oui, son homme est heureux à cet instant. Peut-être ne s'en rend t-il pas compte d'ailleurs ou peut-être que William extrapole parce que c'est qu'il souhaite ; voir son fiancé heureux. Encore un peut-être mais le vampire a la sensation qu'enfin Isaiah accepte qu'ils sont des âmes sœurs, qu'il se fait à cette idée, à cette notion, que rien ne pourra jamais plus les séparer. Le regard tendre de du chasseur qui lui fait penser cela encore plus sûrement que de l'entendre lui dire les mêmes mots que ceux que William a prononcé. Oui, ce regard tendre et amoureux et en même temps c'est perturbant pour le vampire d'être regardé ainsi, admiré il pourrait dire, voir même dévoré du regard. C'est déstabilisant également, parce qu'il n'a pas changé, il est toujours le même que la veille, toujours le même qu'au jour de leur rencontre. Le vampire sait qu'il a un physique plus qu'agréable de toute manière mais il n'avait jamais été regardé ainsi jusque là et n'aurait jamais pensé qu'Isaiah le regarderait ainsi, pas résigné mais presque. Oh mais il ne faut pas croire, il en est heureux et encore plus amoureux ou plutôt rêveur à son tour du regard de son homme sur lui. Ne pouvant dès lors plus faire autrement que de lui lancer des regards, autant qu'il le peut tout en conduisant, avoir sa main qui vient caresser celle de son humain.

Mais surtout voir ses envies qui se réveillent, parce que oui forcément à lui aussi admirer Isaiah, le reste suit, ils sont presque trop loin l'un de l'autre à cet instant. William pourrait de nouveau stopper la camionnette et bien qu'ils l'ont déjà fait un nombre incalculable de fois à l'intérieur, un lit les attend pas si loin que ça. Et puis il veut en profiter autant que possible de l'état d'esprit de son fiancé, se demandant si leur douceur et tendresse se ressentira autant avec leur corps l'un contre l'autre pour ne pas dire l'un dans l'autre, ou si la fougue et la passion vont reprendre leurs droits. Un peu de tout mélangé peut-être.

- Je suis pressé de voir ça.

Savoir quelles idées, Isaiah peut avoir en tête précisément. Le vampire commence à le connaître n'est-il pas et il peut dire que tout lui ira. Même si en cours de route Isaiah revire de comportement, ça ne changera rien et ne l'arrêtera certainement pas, non plus.

- Et de voir lequel de nous deux épuise l'autre.

On pourrait croire que vu sa nature, c'est son fiancé qui demandera grâce avant William mais là ça serait sous-estimer Isaiah et ce qu'il est capable de faire ressentir au vampire. Un peu trop de chose, tellement vulnérable quand il est dans les bras d'Isaiah ou qu'il a son homme dans ses bras, redevenant un simple humain sans capacité spéciale. Un homme d'une autre époque peut-être mais un homme normal, s'il ne savait pas Isaiah purement humain, il pourrait en penser que le chasseur est en réalité, un sorcier et qu'il lui a lancé un sort. Bizarrement, même si c'était le cas, le vampire n'aurait aucune envie de s'y soustraire, au contraire même, il plongerait un peu plus tête la première. C'est continuer à conduire tout en regardant son homme et en lui souriant, un sourire peut-être un peu niais mais eh laissez-le être amoureux comme il en a envie. Conduire, le regarder mais aussi lui caresser la main par intermittence, devant faire attention à la route pour que justement ils puissent arriver plus vite.

Ah, c'est finalement arriver chez Isaiah et se souvenir qu'Adam est là, non pas que William l'ait oublié mais un peu quand même. Il songe à ça en se garant puis en coupant le moteur, notant vaguement qu'au moins il ne pleut plus, ils vont pouvoir descendre tranquillement sans être trempé un peu plus. Ah, ça lui revient ça aussi, le fait qu'ils se sont pris pas mal d'eau sur la tête. Manger ? Pour Isaiah, oui il le faudrait. Lui tout va bien et au pire, il a des poches de sang dans sa propre voiture, ah oui, il faudrait qu'il descendre la glacière et la branche avant qu'elle soit à court de froid. Une bonne douche chaude pour tous les deux, hm, l'occasion d'en prendre une ensemble peut-être. Mais c'est bien beau de songer à tout ça mais encore faut-il descendre de la camionnette, ce qui n'est pas gagné alors que William se penche vers Isaiah pour l'embrasser.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝ Sam 5 Mai - 20:07

Proof
William & Isaiah

« As if the first cut wasn't deep enough, I dove in again 'cause I'm not into giving up. Could've gotten the same rush from any lover's touch. Why get used to something new ? 'Cause no one breaks my heart like you and you kiss me, and you wish could see what happens next. For a moment, I can forget what happens in my head. If I doubt you, will you come through with a happy second chance ? A happy ending. But this time you don't leave me sinking, I'm underwater with no air in my lungs. My eyes are open, I'm done giving up. You are the wave I could never tame. If I survive ; I'll dive back in. »
William avait brisé quelque chose ce soir là, il avait brisé la carapace d'Isaiah. Isaiah qui s'était toujours montré froid, arrogant, colérique, orgueilleux, un rien l'aurait fait criser, partir dans les extrêmes. Là ? Brisé. Et sous cette carapace, un homme qu'il découvrait lui-même en même temps que William. Un homme plus doux, plus tendre, qui avait besoin d'affection et qui avait besoin d'en donner. Lui-même ne comprenait pas pourquoi il agissait ainsi et c'était à peine s'il cherchait de toute façon. Un regard attendri vers Will, rêveur. Il avait eu peur de le perdre mais il commençait à comprendre qu'il ne le perdrait plus. Cela venait petit à petit entre ses craintes soudaines qu'il s'en aille à nouveau, pourtant il avait envie de le croire, tout en se disant que la dernière fois qu'il s'était ouvert à Will, il était parti le lendemain. Là, il avait envie de croire William quand il disait qu'il ne partirait plus jamais, qu'ils resteraient ensemble pour toujours. Sous entendu jusqu'à ce qu'Isaiah passe l'arme à gauche. Et si fatigué était-il, il ne voulait pas louper cette soirée et si fatigué était-il - surtout à cause de toutes ces émotions - il ne comptait pas dormir cette nuit. Il comptait veiller au grain, il serait rassuré que lorsque le soleil se lèverait et que son homme serait toujours là, sous lui. Puisqu'il comptait bien dormir contre lui, sur lui, il imaginait déjà parfaitement scène ; pratiquement allongé sur lui, une jambe entre les siennes, son torse pour oreiller. Il ne pouvait pas rêver mieux.

Il ne savait pas combien de temps cette phase Isaiah peluche allait durer. Cela pouvait durer quelque heures, quelque jours, quelque semaines. Il ne pouvait pas prévoir ces choses là, il réagissait toujours sur le vif. Peut-être était-ce la fatigue qui faisait qu'il était ainsi... Sauf qu'en temps normal, Isaiah fatigué égal Isaiah ronchon. Sauf là, la tête contre son siège, visage tourné vers William. Profiter. Maître mot. Profiter. Les regards lui étaient retournés même s'il voyait la surprise dans le regard de son vampire. Les caresses lui étaient retournées aussi, sur sa main. Serait-il un chat qu'il ronronnerait de plaisir et satisfaction. Il était bien, là, il se sentait au chaud grâce au chauffage, presque comme dans un cocon. Il se sentait réconforté aussi, peut-être était-ce ce qui lui avait le plus manqué toutes ces années ; le réconfort. C'était le but d'un couple, pouvoir se reposer sur l'autre, pouvoir se réconforter, se blottir, pourtant ce n'était que maintenant qu'il parvenait à ça. A ne pas regarder la route parce qu'il savait où William les emmenait - métaphoriquement ou littéralement.

Je suis prêt à lancer les paris.

C'était curieux même pour lui de parler si calmement, presque bas. Être audible seulement pour le vampire, même s'il n'y avait personne à l'arrière à cet instant, s'il y avait eu quelqu'un il n'aurait sans doute pas entendu. Là où en temps normal, Isaiah parlait fort ou gueulait. Il parlait tout bas, juste pour lui. Toujours cette envie qui montait, ce désir pour son homme. Et... Cette envie de rentrer au plus vite parce qu'à se chercher comme ça, Isaiah n'allait pas pouvoir rester sage bien longtemps. Curieux jeu de séduction auquel il était peu habitué, puisque lorsqu'il cherchait à séduire, ce n'était pas pour rien, c'était pour coucher aussitôt. Là ? Il devrait prendre son mal en patience. C'était vraiment une étrange soirée, décidément.

Il ne percutait pas tout de suite qu'ils étaient arrivés. Il ne percutait que lorsque William se penchait pour l'embrasser. Isaiah s'était endormi sans en avoir conscience. Un sommeil léger, persuadé qu'il continuait à regarder William alors qu'il sentait les lèvres de son homme contre les siennes, impossible de ne pas répondre à l'appel. Il lui rendait son baiser avec tendresse, levant sa main droite contre sa joue. Reste là encore un peu. Curieux sommeil, tiens, il ne se souvenait pas que ça lui soit déjà arrivé. Soit. Il embrassait son vampire, ses doigts frôlant sa joue. Sa barbe. Hm. Les lèvres de son homme avaient un goût de cigarette, ce qui l'amusait en se disant "depuis quand il fume, d'ailleurs ?", il était plus que temps de percuter. Un dernier baiser et le retour à la réalité, l'envie de rentrer et retirer ses fringues. Il captait juste qu'il avait toujours la veste de William sur le dos, ce qui l'amusait. Oui, un dernier baiser puis il se reculait pour se détacher et sortir de la voiture, faisant rapidement le tour pour aller jusqu'à l'entrée de la maison. Il ne pleuvait pas, il faisait juste un peu froid et il avait hâte de rentrer. Il pouvait bien laisser ses affaires là jusqu'à demain, ça pouvait attendre, largement. Il avait juste envie de rentrer et se changer.

En rentrant, la lumière n'était allumée qu'à l'étage, lui signalant qu'Adam ne dormait pas encore. Il devait être, quoi, minuit ? 23h ? Il lui semblait bien plus et pourtant, pas tant que ça. Il retirait la veste de William et la rangeait en l'attendant à l'entrée, porte ouverte que son homme le rejoigne. Un viens par là et embrasse moi à nouveau, tu es déjà trop loin depuis trop longtemps.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Proof. | WILLIAH ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

Proof. | WILLIAH

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: In the further :: Archives :: Rps & Rps Loterie-
Sauter vers: