AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 12:37
Béhémoth


ft. Ian Bohen

compétences (polyglotte, possède une arme, etc) ou anecdotes (allergies, goûts ...) concernant votre personnage, 20 max

ANECDOTE UNE ❖ Dans le folklore « démoniaque », je suis considéré comme le Maitre de la Gourmandise. Ce qui n’est pas totalement faux vu que malgré le fait que je n’ai point besoin de manger pour vivre, je mange souvent par pur plaisir du palais.  
ANECDOTE DEUX ❖ J'ai tendance à me tout faire de manière exagérée, me montrant beaucoup trop strict d'un coté professionnel, me montrant sévère quand je châtie quelqu'un, me montrant pervers lors de mes relations, prenant toujours de trop lors de mes repas, à tout vouloir posséder quand je fais du "shopping",... Une tendance à l'excès pour tout ce que je fais.
ANECDOTE TROIS ❖ Je suis un être qui a gardé, même démon, un comportement d’inquisiteur, ce qui me rend assez accusateur et critique envers les autres. J’évacue d’ailleurs cette part de ma personnalité en jouant le rôle de critique culinaire, considéré du coup comme un Inspecteur Impitoyable.  
ANECDOTE QUATRE ❖ En tant que Dispatcher, je m’occupe d’être le relai des démons sur terre, fournissant alibis, couvertures, papiers, fausses plaques, communiquant les ordres de missions, surveillant que tout soit fait correctement, téléphonant en me faisant passer pour le directeur d’une agence ou d’une autre.
ANECDOTE CINQ ❖ Je ne m’intéresse pas de savoir qui est le plus beau, le plus fort, le plus puissant… Je suis loyal à la hiérarchie officielle des enfers, donc ici présent je suis loyal au Roi des Enfers qui n’est autre que Crowley. Lucifer, malgré ce qu’il est, n’aura ma loyauté que si il a le titre. Il faut respecter l’organigramme fidèlement, c’est un point que je considère important car même si je suis un démon, je vénère le travail minutieux et ordonné, pas le chaos.  
ANECDOTE SIX ❖ Quand je ne suis pas occupé à manger à une tablée, je croque dans des pommes, je suis d’ailleurs complètement drogué à ces fruits, n’arrivant point à m’en passer. D’ailleurs quand j’ai travaillé un temps en France, j’ai inspiré le crédo « Mangez des Pommes » qui a finalement été utilisé par Jacques Chirac pour les élections présidentielles.
ANECDOTE SEPT ❖ Quand je dois torturer quelqu’un, me battre ou simplement me débarrasser d’une personne, mon arme de prédilection est la tronçonneuse. J’adore le bruit de cette machine mais surtout j’adore l’effet que cela fait sur un corps humain quand je le découpe.  
ANECDOTE HUIT ❖ Je possède aussi une arme secrète, une lame angélique que j’ai dérobé à un de ces emplumés qui s’est fait massacrer. Sale bête… Juste leur présence me répugne, eux qui se croient supérieur à nous en tout point mais qui ne valent pas mieux, qui ont les mêmes tares que les humains mais ont « carte blanche » simplement à cause d’une grâce.  
ANECDOTE NEUF ❖ Je ne cherche pas à usurper un poste au sein des enfers, ni obtenir une forme de promotion par la trahison. Je compte évoluer uniquement grâce à mes talents et mes capacités, faire de ma personne quelqu’un d’essentiel dans le système pour que les démons supérieurs ne puissent plus se passer de mes services.  
ANECDOTE DIX ❖ A force de jouer des rôles, je suis devenu un expert du déguisement auprès du monde mortel, pouvant facilement jouer l’électricien, l’agent du FBI, le Directeur des Ressources Humaines, le Marchand de légumes, … Je suis en quelque sorte une forme de caméléon.
ANECDOTE ONZE ❖ Je travaille souvent avec une autre Démone qui joue le rôle de mon assistante dans ma tâche de Dispatcher, mais elle est avant tout ma partenaire, formant avec elle un Duo efficace et est spécialisée surtout dans le nettoyage pour couvrir les traces de certains démons ou des actions des enfers.  
ANECDOTE DOUZE ❖ Quand un dossier me désappointe, je commence à tapoter de mes doigts sur un meuble, une table ou sur mon genoux, cela dans un rythme pouvant rappeler les tambours de guerre.  
ANECDOTE TREIZE ❖ Je soupire tout le temps, pour un rien… Je soupire quand j’ai fini une tâche, je soupire quand je vois quelqu’un que je n’ai pas envie de croiser, je soupire quand je suis fâché, je soupire quand je suis blasé, je soupire de soulagement… Bref, vous m’entendrez surement soupirer.  
ANECDOTE QUATORZE ❖ J’ai toujours sur moi une traditionnelle montre à gousset dont je fais tourner le remontoir tous les soirs à 21 heure pétante. Je la regarde presque de façon systématique toutes les heures précisément.  
ANECDOTE QUINZE ❖ Tout ce que vous direz sera retenu contre vous, c’est aussi un crédo qui pourrait me correspondre car je fais toujours attention à tous les mots que mes interlocuteurs utilisent et si il faut j’en prendrais même note. D’ailleurs j’ai été un excellent enquêteur pour la Gestapo lors de la Seconde Guerre Mondiale, considérant que le choix des mots trahit bien plus le discours d’un homme que la vérité elle même.  
ANECDOTE SEIZE ❖ Quand un petit curieux fini par se rapprocher de trop de ma position ou de ma situation professionnelle au sein des démons, je tiens à m’en occuper personnellement une fois capturé, prenant grand plaisir à jouer avec… A nouveau dans l’excès, je pourrais le garder un long moment vivant, enchainé dans une cave, pour m’amuser chaque jour à le torturer, le briser physiquement ou psychologiquement.
ANECDOTE DIXSEPT ❖ J’abhorre tout ce qui touche à l’église et la papoté, considérant que tout ce qui touche les pratiquants du culte n’est qu’un amas d’hypocrisie qui mériterait d’être noyé dans le Golgotha. Il en est de même pour les gosses qui me répugnent, c’est sale, cela crie, cela pleure, c’est illogique, cela ne fait que poser des questions sans raisons et c’est incapable de réfléchir par soi-même, je déteste ces choses la… Ils me dégoutent au point que je pourrais presque les abattre à vue.
ANECDOTE DIXHUIT ❖ Une fois mort et en enfer, damné à cause du nombre d'innocents châtiés par la justice de l'église et de l'inquisition, je me suis retrouvé entre les mains d'Alistair, mon tortionnaire, mon bourreau et finalement mon mentor.
ANECDOTE DIXNEUF ❖ Il m’est bien difficile de résister à un être de la gente féminine sachant faire preuve de grâce et surtout qui s’amuse à murmurer au creux de mon oreille. Surement à cause de la frustration d’une vie mortelle chaste qui n’a mené à aucune pureté malgré les promesses.  
ANECDOTE VINGT ❖ Simple précaution que seuls ceux travaillant avec moi ou pour moi savent, quand je change de corps une des premières chose que je fais est d’aller voir un tatoueur pour me faire mettre sur l’intérieur du poignet une tête de bœuf avec un chiffre romain en dessous qui représente le numéro de mon véhicule. Ainsi l’actuel est le numéro XXXVII



CARACTERE
Accro et Gourmand + Extrêmement méfiant + Acerbe + Goinfre + Bavard + Accusateur + Cruel + Excessif + Malsain + Sanguinaire + Fourbe + Persécuteur + Pervers + Rancunier + Sans gêne + Strict + Intéressé + Compétent + Minutieux + Extrémiste + Loyal + Débrouillard
Hello Darling ! Ici Béhémoth, aka Hermann Kruuger. J'arbore fièrement mes 814 années depuis le 11 juin 1202. Si tu fouillais mon dossier entièrement, tu saurais que je suis un(e) démon aux yeux noirs né(e) à Stauffenberg en Allemagne, puis en Enfer, et que je suis présentement une personne Célibataire ayant une préférence pour les femelles et la viande. J'exerce présentement le métier de Inspecteur Culinaire, Critique Gastonomique, ancien Inquisiteur et Dispatcher pour Démons sur Terre, mais qui sait ? Il se pourrait que ça change.

pouvoirs
(Section non obligatoire => seulement si vous en avez. Ne recopiez que les pouvoirs qui vous intéressent + demandez l'avis du staff si vous voulez en inventer au besoin)
ImmortalitéPassif Après tout, je ne suis plus qu’une brume noire qui passe d’un corps à un autre. Les affres du temps ne sont plus un souci pour moi, être sans cellules, sans organes, sans rien qui puisse pourrir ou se désagréger. Le temps est de mon coté et je peux encore travailler des siècles et des siècles.

SuperforcePassif Ma force est supérieure à celle de bien des êtres, certes pas aussi puissante que celle d’un Ange combattant ou d’un démon aux yeux rouges, blancs ou jaunes, mais je reste malgré tout plus fort que tous les autres êtres marchants sur la terre des hommes.

Invulnérabilité/Immunité RenforcéePassif Je ne crains pas les armes humaines non surnaturelles, vous pouvez me planter un couteau, me tirer dessus, je continuerai à vivre. Bon si vous m’endommager trop, je vais surement chercher un nouveau véhicule, mais je serai toujours bel et bien là. Je ne sais pas non plus tomber malade, ni même manquer de nourriture, avoir soif ou bien manquer d’oxygène.

VolNiveau normal  Comme vous savez, je ne suis plus qu’une forme de brume noire hors d’un véhicule ou hors des enfers, une brume qui sait voler et se déplacer à grande vitesse. Mais je ne reste pas longtemps dans cette forme, utilisant ce moyen uniquement le temps de trouver un autre corps matériel.

PossessionBon niveau Oui comme vous avez compris, pour me balader sur terre il faut un véhicule, donc pour avoir ce véhicule il faut en prendre possession. Je peux ainsi rentrer dans le corps d’un être vivant, de gré ou de force, pour chercher à utiliser ce dernier comme véhicule. Il se peut que ce dernier résiste, que je doive combattre son esprit, et dans un tel cas je tente de le torturer puis le tuer pour avoir la paix. Mais si un véhicule se montre avoir une trop grande volonté, cela pourrait arriver que je sois expulsé.

Perception SurnaturelleNiveau Normal Tout bon démon est capable de remarquer les présences invisibles comme les Anges de la Morts, les Hellhounds ou autres formes d’esprits surnaturels. Même si cela ne signifie pas avoir les moyens de s’en débarrasser, ma vision est juste différente des hommes.

SupersensNiveau Normal  En dehors de la capacité de voir ce que les hommes ignorent, je suis aussi capable de sentir toutes les odeurs de ce monde, pouvant ainsi détecter un ange, sentir un humain ainsi que son âme, mais au point de pouvoir même distinguer les différentes odeurs. Ce sens touche aussi mon gout, ainsi il suffit de boire un poison ou gouter un repas pour en connaître tous les ingrédients. Pour un Critique Culinaire comme moi, c’est une arme redoutable.

InvisibilitéBon niveau J’ai une fonction précise qui pourrait attirer des ennemis chasseurs, attirer la curiosité de certains ou qui pourrait aussi me demander de me faufiler à certains endroits sans être remarqué. C’est pour cela que j’ai appris à maitriser ce don de me dissimuler aux yeux des simples mortels, savoir être où il faut sans être découvert. Cela évite aussi un massacre, possiblement amusant, mais qui pourrait créer des contre temps.

TélékinésieNiveau normal Pouvoir que certains ne maitrisent pas toujours, permettant simplement de lancer des objets par la pensée ou de projeter un être contre un mur. Mais je l’utilise surtout dans mon travail pour faire venir les dossiers à moi ou les ranger sans bouger du bureau. Gain de temps veut dire plus de travail exécuté. Il m’est arrivé aussi, une fois, d’user de ce don en combat mais pas pour projeter l’ennemi, plus pour faire venir une lame dans son dos sans qu’il s’y attende.

RégénérationBas niveau Normalement, mes confrères savent soigner le corps de leur véhicule, même de graves blessures. Enfin, le temps que le véhicule est possédé. Mais comme je cherche à ne jamais être capturé, je change assez facilement de corps au lieu de le laisser se faire trop blesser. Du coup j’ai une régénération plus faible par manque d’utilisation, ne pouvant soigner que des blessures superficielles ou légères.

MétamorphoseNiveau normal Capacité uniquement utilisé en enfer pour torturer les petites âmes humaines, pouvant prendre l’apparence de leurs proches, de leurs amis ou autre pour s’amuser avec.

Mimétisme VocaleHaut niveau Je suis un démon Dispatcher, il est nécessaire que je puisse changer ma voix pour téléphoner et me faire passer pour une autre personne, cela fait parti de mes attributions, du coup c’est vital pour le bien être de mes opérations.

SorcellerieBas niveau Toujours à cause de ma fonction, je ne possède qu'un sortilège que je manipule parfaitement, celui pour communiquer avec d'autres démons au travers d'un bol de sang.





Asylum

Connue sous le pseudonyme de Big Bear, j'ai présentement 38 pommes depuis le 22 juin. Cependant, vous me reconnaîtrez peut-être sous le visage de Asmodeus. J'ai connu SH grâce à la même personne qu'avant et j'ai pris connaissance du règlement. La preuve Astarte gagatise. Par ailleurs, si je devais avoir des remarques sur ma présentation, je préférerais les avoir sur la fiche.

Au passage, je crédite Moi pour mon avatar, tumblr et moi pour mes gifs & tumblr pour mon icon. Pour finir, il est savoir que je me suis arrêté(e) à la saison Je me mets à jour de SPN.

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 12:37
Story of your life


Au lieu de lire mon histoire, aller corrompre des âmes pour notre Roi.


©crackintime


L’émission d’aujourd’hui parlera d’un homme dont le nom a été étouffé en parti dans l’histoire, caché parmi d’autres monstres de l’église derrière le nom du Prête Séculier Conrad de Marburg. Nous allons parler d’Heinrich de Stauffenberg, né le 11 juin 1202 à Stauffenberg, l’histoire d’un homme qui a fait parti de ces fanatiques qui ont laissé une trace ensanglantée au nom de l’Eglise dans les temps anciens de la nation allemande. Le jour de sa naissance aurait pu être un signe pour certains passionnés des théories mystiques, date qui précède de quelques jours le début de la Quatrième Croisade, mais il serait affabulateur de tracer un destin si sombre à tous ceux qui sont nés pendant cette période. Les seuls responsables sont ceux qui ont apporté l’éducation à l’enfant né au sein de cette noble famille allemande, enfant qui comme plusieurs a été formé par un précepteur extrémiste considéré actuellement comme à moitié fou. Ainsi le jeune Heinrich de Stauffenberg passa la plus grande partie de son enfance avec le tristement célèbre Conrad de Marburg auprès d’un Prête qui n’avait comme seul objectif professoral, l’annihilation des hérétiques en Allemagne. Ce jeune homme avait surement subi les traitements les plus affligeant de l’époque pour purifier son corps et son esprit, passant par l’auto-flagellation, les prières répétées genoux en terre et battu à la moindre faute, et même par le port d’une couronne d’épine autour de la cuisse pour lacérer les chairs à chaque pas. Des traitements physiques pour aider à faire pénitence, des actes pour pousser ces jeunes vers une voie qui laissait croire que la souffrance du corps permettait de nettoyer l’âme de toutes les pensées impures. Ce Percepteur n’avait rien à envier aux méthodes de Tomas de Torquemada qui avait gravé son nom dans notre histoire pour sa cruauté et ses tortures inhumaines qui lui ont permis de faire avouer bien des crimes d’Hérésies lors de la Question.

Mais revenons à ce jeune Heinrich de Stauffenberg qui perdit petit à petit contact avec ses parents. D’ailleurs d’après certaines pages du journal de la mère de ce dernier, Liselotte de Stauffenberg, leur fils refusait de les voir de peur que leurs discours à la tablé familiale puisse souiller son esprit en quête de sainteté. Des paroles bien dures pour un enfant qui n’avait pas encore atteint ses douze ans. L’emprise du précepteur était tel qu’Heinrich avait rejoint les ordres, reniant sa famille et ses origines pour emprunter un chemin devant le mener vers l’absolution des péchés des siens, mais aussi le guider vers un avenir glorieux au nom du Pontificat. Devant faire pénitence chaque matin et confesser les crimes de ses rêves nocturnes, et chaque soir pour se nettoyer de ses pensées sous les lueurs du soleil, Heinrich allait suivre les formations les plus radicales de l’église, celles de la Grande Inquisition qui en cette époque d’Obscurantisme possédait des pouvoirs quasi-illimités conférés par le Pape lui même. Une arme qui ne représente peut-être plus rien de nos jours, mais qui dans le passé était bien plus redoutable que l’épée, le pouvoir de décider qui était pur, qui était hérétique, qui aurait droit au Paradis ou qui devait être purifier. L’Eglise ne s’étant jamais étendu sur le sujet, il est complexe de savoir comment un jeune homme avait su apprendre l’art de la torture et de la question alors qu’il était considéré comme impur de pratiquer tout acte consistant à ouvrir le corps d’un homme, vivant comme mort.

Ainsi, sous la tutelle de Sainte Elisabeth de Thuringe, Conrad de Marbug accompagné d’Heinrich de Stauffenberg partit dans une guerre à l’encontre des Hérétiques d’Allemagne, comme inquisiteurs et réformateurs généraux des églises d'Allemagne. Ce fut donc avec le soutien des Dominicains que les persécutions débutèrent dès 1227, démontrant une brutalité sans nom face à leurs ennemis, faisant preuve d’une rage qui frappa même les hommes les plus nobles du pays. Tortures d’une cruauté qui ne se fait plus de nos jours, même les plus innocents ne pouvaient que confesser des crimes pour mettre fin aux horreurs qu’ils subissaient, finissant ainsi par être purifiés par le feu sur le bûcher. Et pour ceux qui avaient le plus de chance, le châtiment se résumait par la confiscation de leurs terres et leurs biens, ainsi que d’être répudiés par l’église. Le moindre soupçon, la moindre rumeur pouvait attirer le regard des Inquisiteurs sur une personne, que ce soit une femme accusée de sorcellerie ou de débauche, que ce soit un homme accusé de vénérer l’or plus que le Christ, ou encore simplement l’absence de confession. Cette ère de terreur perdura jusqu’en 1233 lorsque Conrad de Marburg fût tué, laissant le jeune Heinrich seul dans cette mission sacrée, mission qui avait imposé une telle terreur que l’Empire Allemand se mit à protester, s’opposant à ces persécutions et voulant mettre fin à l’Inquisition Pontificale. Les nouvelles lois ainsi que les nouveaux droits posés sur les terres de cette nation interdisaient à l’Eglise de reprendre ces actes de barbaries mais Heinrich de Stauffenberg refusa de laisser de simples hommes s’opposer aux ordres de la papoté et repris sa quête de pureté. Ce fut finalement l’année suivante qu’un noble s’opposa aux actions de l’Inquisiteur sur ses terres, envoyant ses gardes pour mettre fin aux questions. Heinrich osa alors user de son pouvoir pour accuser le noble en question d’hérésie, ce qui fut surement l’action de trop surtout maintenant que l’Allemagne ne reconnaissait plus le pouvoir Pontifical et la garde exécuta Heinrich en faisant passer cela pour une opposition au pouvoir en place et une tentative de révolution. Après ces évènements, il n’eut plus aucun Inquisiteur en Allemagne pendant plus d’un siècle.


©crackintime


Homme de foi, persuadé d’avoir agit pour la sainteté, pensant que ma place est au Paradis, me voilà chuter dans les profondeurs d’un néant, mais pas un fait de ténèbres ou d’oubli, pas un fait de châtiments comme ceux que j’ai donné. Je pensais que rien ne pourrait me briser, que les maux que je donnais aux hérétiques étaient les œuvres les plus impitoyables imaginables, mais j’ai appris que l’imagination d’un humain est vraiment bien limitée. Mais ce n’est pas tout… De mon vivant j’ai appris une chose, quand un corps souffre trop, il meurt et la vie s’éteint, en enfer il n’y a point cette échappatoire, la souffrance n’a plus aucune limite car l’âme survie, l’âme n’a point de cœur qui s’arrête, d’hémorragie interne, de perte de conscience, offrant des souffrances de plus en plus odieuses et insupportables. Il s’appelait Alastair, mon tortionnaire, mon bourreau, cette créature aux yeux blancs qui prenait son temps à me faire découvrir de nouvelles sensations, de plus en plus horribles, de plus en plus innommables. Chaque jour où je pensais avoir connu le pire, il arrivait à me surprendre avec de nouveaux tourments, chaque année où je me disais que j’allais m’habituer il me faisait découvrir un renouveau dans l’horreur. Personne pour aider, aucune sortie de secours, aucune supplication n’atteignant le monstre, c’était de pire en pire à chaque fois, se surpassant pour me briser, me détruire, me reformer et recommencer. Faire face à mes crimes devenait ridicule, mes péchés n’étaient qu’une plaisanterie de mauvais gout à coté de ce que j’avais connu. Je me sentais me fragmenter, oubliant le nom de mes parents, de mon précepteur, du Grand Inquisiteur, du Pape, mon propre nom… Les souvenirs disparaissaient pour ne laisser place qu’à des maux, mon histoire s’effaçait remplacée par les flots du fléau infernal. Brulé vif, enterré vivant, noyé, écrasé, brisé, dévoré, … Des conceptions terrifiantes sur terre qui me semblaient devenir de suaves caresses à côté des œuvres de mon tortionnaire infatigable qui ne cessait de tester mes limites, de voir si l’espoir vivait encore, qui même quand je pensais ne plus pouvoir appeler à l’aide, arrivait à m’arracher de nouvelles supplications. Point de réponses, point de Dieu sous les prières, juste les rires d’une créature amusée, … Tout ce que j’avais appris était mensonge, et ce mensonge n’existait plus en mon être.

Je n’ai plus aucune notion de l’existence, du temps… Les années en enfers passent si lentement, elles durent et perdurent… Brisé totalement, mon âme n’est que ruine… Mon être n’est qu’inexistence… Abandonné à ce sort tel un rituel quotidien, il n’y a plus que les morsures de souffre et les maux imposés par mon bourreau qui ne semble point connaître le sentiment de lassitude. Pourtant, du jour au lendemain cela pris fin, je n’étais plus homme, j’étais autre chose, j’étais démon et mon tortionnaire devint tel un « Père », un Maitre. Oh je n’étais point seul dans ce cas, au service de celui qui était l’horreur, prêt à me plier à sa volonté et apporter châtiment à ceux qui tombèrent ici bas, prêt à exécuter le moindre ordre pour la grandeur d’un monde que j’abhorrais au plus profond de mon être, mais que je respectais par sa puissance et hiérarchie. Alastair était mon Maitre, Azazel était mon Roi, les Enfers étaient ma terre, une renaissance, un autre monde, une autre existence. J’étais né, Béhémoth, démon aux yeux noirs prêt à corrompre des âmes, à les torturer et à évoluer dans un univers dont les sables du temps s’écoulaient d’une tout autre façon. Et mes premières fonctions étaient de répandre l’enseignement de celui qui m’avait « créé », de faire preuve d’imagination et d’initiative en torturant de nouveaux arrivant, prouver que j’avais appris quelque chose de ce que je subissais. En faite c’était une tâche plus vicieuse que cela, j’étais condamné à être un tortionnaire tant que je n’aurais pas fait preuve que je pouvais être apte à servir autrement, et pour cela je devais surprendre celui qui m’avait brisé, je devais l’épater et montrer que je pouvais faire autre chose que reproduire ce que j’avais vécu.


©crackintime


Les enfers, la torture, encore et encore, prendre une forme de plaisir à chaque nouvelle âme, trouver satisfaction dans les cris qui résonnent, formant la plus suave et la plus mélodieuse des musiques, trouver extase dans la destruction d’autrui, je suis devenu ça, un être de maux alors que j’aurais surement adoré devenir un homme de lettres. Ecorcher des âmes, jouer la comédie en devenant des proches, démonter ce qu’ils sont pour les reconstruire et les recasser. Il m’avait réellement fallu un long moment pour réussir à surprendre Alastair en lui démontrant que j’étais capable d’initiative et d’imagination dans la torture d’une âme, à surpasser le stade des pratiques mortelles. Faire languir l’âme en lui récitant des préceptes et des règles, lui faire répéter encore et encore, planter un crochet en elle à chaque faute pour que la douleur la déconcentre et la pousse à de nouvelles fautes. Cela prenait le temps qu’il fallait, jusqu’à ce qu’il n’y avait plus aucune place pour mettre un nouveau crochet et là il me suffisait de m’éloigner lentement avant de lancer le petit mécanisme qui allait tirer toutes les chaines pour que les crochets des enfers déchirent cette âme lentement et de part en part, morceaux par morceaux. Un supplice qui jouaient sur la souffrance, la concentration, et finalement qui atteignait souvent le mental à force de répéter encore et encore les mêmes règles complexes quasi impossibles à retenir avec les maux. Du coup, ayant pu faire mes preuves, Alastair avait pris la décision de m’octroyer de nouvelles missions, des bien plus intéressantes qui me permettraient de quitter les lieux sombres des Enfers, lieux qui ne cessaient jamais de me mettre une sensation désagréable. Je l’avoue, je n’avais jamais supporter cet endroit, je n’avais jamais réussi à m’y adapter. Bon, mes premières missions n’étaient pas glorieuses, j’avais simplement été envoyé pour soutenir des démons déjà sur place dans le monde humain, en France, où plusieurs des nôtres étaient présents pour influencer les nobles de cette nation comme faisaient d’autres avec la nation anglaise et entretenir ainsi une guerre qui allait corrompre bien des âmes et faire tomber bien des vies.

C’était une période trop calme, la guerre des deux nations avait pris fin à cause d’une trêve et d’un Pape, du coup c’était notre tâche, à nous démons, de jouer sur la fragilité de cette guerre, pousser les hommes dans la suspicion pour leur faire reprendre les armes. Ainsi mon premier véhicule allait être un homme important, point un noble mais un conseiller qui allait devoir apporter à son seigneur les meilleures idées pour protéger ses terres, son avenir et sa famille. Ainsi avec le temps, j’avais su monter petit à petit la paranoïa chez le noble, et trois années après, quand les Anglais débarquèrent sur la côte française, proche d’Avranches, j’avais soufflé quelques conseils stratégiques très utiles à ce dernier. Une technique militaire qui avait son effet sur les troupes ennemies mais surtout qui était d’une cruauté sans nom pour la population, celle de la terre morte. Ainsi, mon Seigneur mortel, si craintif, si paniqué à l’idée que les Anglais allaient le piller, le torturer et prendre sa femme, il avait suivi chaque idée sans hésiter, comme celle de mettre le feu aux villages entre ses terres et la côte, brulant les champs et les demeures pour que les soldats ne puissent rien trouver sur leur chemin. Un acte qui allait peser sur sa conscience, bien des victimes pour protéger son petit confort. Mais je ne devais pas uniquement m’occuper de ce dernier, mon « superviseur » me faisant savoir que ce maudit Pape faisait encore des tentatives de médiation et qu’il allait falloir agir pour éviter une paix. Ainsi j’allais abandonner ce véhicule pour partir vers le Nord du pays.

Vous savez, ce Pape était un fléau, un bon Pape… Vous imaginez ? Un qui se souciait de la vie des hommes, qui se battait pour innocenter une veuve du meurtre de son époux, qui faisait des dons généreux pour soutenir des villes. Il fallait arrêter cette peste de bienfaits, pour cela mon nouveau véhicule était un représentant du Saint Père, un homme de foi qui avait quelques péchés et qui par chance se laissait facilement sombrer dans plusieurs vices. Oui par chance car celui que j’avais trouvé venait de passer l’arme à gauche à cause de ses consommations et m’offrait du coup un véhicule libre, sans oppositions. Bien sur, prendre le corps d’un homme d’église n’est point une bonne chose car je devais éviter l’eau bénite et plusieurs petites choses qui pouvaient me trahir, mais heureusement je n’étais pas la pour tenter de m’approcher du Saint Père, mais pour égarer ses messages de paix, transmettre de mauvaises indications de ce dernier et ainsi nuire à ses tentatives de paix. Grâce à mes actions, j’avais réussi à empêcher les messages du Saint Père d’atteindre l’Ouest de la nation, ce qui avait permis à un nouveau conflit de naitre pour la succession de territoires. Un an après, ma fonction de « prêtre » allait prendre fin, heureusement car j’avoue que j’avais détesté réellement ce véhicule ainsi que ce qu’il représentait. En effet le Pape avait été emporté par la mort, chose fréquente à cette époque, ce qui me permettait du coup de me consacrer à d’autres tâches de corruptions.

Ainsi j’allais continuer à passer d’un véhicule à un autre, suivre les stratégies misent en place pour faire perdurer la guerre, celle qui allait être connue dans l’histoire comme la Guerre de Cent Ans. Conseillant, intervenant, interceptant, tout était calculé pour qu’aucune paix ne soit possible, pour que chaque homme se joignant à cette histoire laissait son âme se faire souiller par la corruption des morts, du sang, des actes pour la survie. Tout n’était qu’une forme de fléau bien plus meurtrier que la peste, sauf que ce dernier n’était pas une maladie, il était juste celui des hommes.


©crackintime


Ce n’était point parce qu’une guerre prend fin que ma mission s’était arrêtée, au contraire je ne cessais de recevoir des ordres, de nouvelles tâches et fonctions, des êtres à corrompre, à pousser à prendre de mauvais choix, ou à guider vers un croisement pour y obtenir ce qu’il désirait le plus au monde. Il n’y a point de sot métiers en enfer, après tout regardez Crowley qui était y a bien longtemps juste un porteur de torche avant de devenir Roi des Croisements, puis tout simplement Roi des Enfers. Non, les Enfers sont un lieu bien froid, bien terrifiant mais où tout est possible, où il y a moyen d’évoluer. Mais revenons à ma personne, qui en ces temps reculait voyageait pour la première fois vers le « Nouveau Monde ». J’accompagnais des espagnols vers ces terres de richesses en tant qu’une forme d’expert de l’époque devant aider les hommes de la Très Catholique Isabelle pour apporter la bonne parole mais surtout veiller aux intérêts de la couronne d’Espagne. Oh cela avait été une tâche facile, les humains sont cupides, ils sont assoiffés de pouvoir et dans leur esprit si étroit, le pouvoir était souvent égal à la richesse. Alors imaginez comme pousser les « Conquistadors » vers les mauvais choix était facile quand à peine les pieds posés sur ces nouvelles terres, ils étaient accueilli comme des formes d’élus attendus depuis des lustres d’après les légendes des locaux, accueillis avec point uniquement de la nourriture ou des festivités, non accueillis avec de l’or… Or ne représentant rien pour les Incas, mais représentant la richesse pour les Espagnols. Ainsi j’avais joué au début avec un homme connu sous le nom de Pizarro, homme qui au début ramenait l’or Incas avant de commencer à écraser ces derniers, à les combattre pour piller leur or, persuadé qu’ils devaient en cacher, qu’il existait des cités faites que d’or. Oh j’avais porté quelques petits conseils à Pizarro, mais j’avais surtout montré à ce dernier que les Incas n’étaient que des barbares, des êtres sans âme et abandonné de « Dieu ». Avec les Espagnols c’était la meilleure façon de leur enlever tout complexe face au massacre, en faite tuer ces Incas devenait presque quelque chose de sacré. C’était devenu si facile que je pouvais reproduire exactement le même schéma avec Cortes et les Mayas. Une de mes tâches principales était finalement de les pousser à en vouloir toujours plus, encore plus… Du coup j’avais profité que Cortes gardait une Maya comme esclave et interprète pour pousser cette dernière à parler des différentes tribus, des richesses, joyaux et autres trésors, poussant Cortès à s’intéresser du coup aux Aztèques. Je ne vais point vous faire un brin d’histoire, mais disons qu’avec les années, j’avais poussé cet homme à passer d’une stratégie basée sur la manipulation à une stratégie le baignant dans le sang. D’ailleurs j’avais assez éveillé son ambition pour le lancer dans une bataille qui aurait dû être perdue… Sauf que j’avais guidé ce dernier vers un petit coup de pouce aux yeux Rouges qui apporterait une aide réelle dans cette bataille, ainsi qu’une âme. Puis d’un autre coté, je poussais aussi les Aztèques esclaves, prisonniers ou serviteurs à se rebeller, laissant quelques murmures pour faire comprendre l’évidence, que Cortés n’a rien d’un élu et qu’ils allaient finir exterminé. Ne croyez pas que je jouais le rôle d’être comme la Discorde ou la Guerre, je ne faisais que pousser des hommes à prendre de mauvaises décisions qui pouvaient soit rapporter gros, soit les faire tomber sur leur fin, mais qui dans les deux cas apportait la corruption d’âmes.

Le plus amusant là-dedans, c’était l’effet boule de neige, les Conquistadors massacrant les locaux pour leurs richesses, puis se combattant entre eux pour avoir la gloire d’être ceux qui ramèneraient le plus d’or et de terre à leur Roi. Je suivais toujours les ordres qui m’étaient donnés, des ordres venant d’en bas, restant ainsi sur ce nouveau monde en abandonnant mes véhicules au travers du temps. Surtout quand ces derniers devaient retourner en Espagne, mais aussi quand je perdais en influence sur ceux autour de moi, quand j’étais blessé par une bataille, etc. L’évolution n’était point présence, en faite j’avais plutôt l’impression que c’était l’inverse, que ce monde commençait à se dégrader. Ces conquêtes avaient tendance à pousser les mortels vers de plus en plus de barbaries, mais aussi à vivre avec de moins en moins de confort. C’était un comble vu toutes les richesses qu’ils amassaient, la majorité mourraient à cause de la maladie, de la nourriture contaminée, et de bien des soucis du au manque de sécurité et de confort comme celui de leur domicile. Mais ce qui était paradoxal, c’était qu’ils mourraient comme des méprisables, mais riches… Petit à petit je me divertissais dans mes actions, passant des espagnols aux portugais, puis anglais, hollandais et français… Ce nouveau monde envahi par ceux de l’Europe, ce qui ouvrait de nouvelles possibilités d’actions sur tout ce territoire. En plus des dieux Païens locaux perdant en force au fur et à mesure que leurs fidèles mourraient, en plus des pillages de ressources et des massacres, ces conquérants irrespectueux se tiraient les uns sur les autres, faisant de ce continent quelque chose de sublime. Oui… Ce nouveau monde allait être construit sur le sang, sur les morts, … C’était d’ailleurs à cette époque, alors que je poussais les anglais à la surconsommation et la chasse des bisons (il faut dire que leur viande est délicieuse), qu’une idée était née dans mon esprit, une idée que je vous exposerai plus tard mais qui allait me demander de préparer le terrain dès ce jour.


©crackintime


Plus les années passèrent, plus le sang coulait, des villes étaient bâties et tout aussi vite abandonnées.  Il suffisait d’un groupe de cavaliers armés, un petit massacre, et les gens déguerpissaient en tout abandonnant derrière eux. Le Far West, voilà une évolution réellement intéressante de ce monde, une évolution qui était une véritable aubaine. Il y avait toujours des massacres de ceux qu’ils appelaient les indiens, mais aussi la majorité des humains étaient des criminels, l’esclavage était de plus en plus fréquent, il existait une réelle loi du plus fort. Période merveilleuse où des personnes étaient prêtes à vendre leur âme pour une arme, pour un chapeau ou même pour un verre d’eau. Encore mieux, certains vendaient leur âme pour qu’ils soient achevés. Mais très vite j’avais fait part d’une idée à Alastair par rapport à ce nouveau monde, la peur… Les mortels du monde de l’Ouest étaient envahis par la peur au point de voir du surnaturel dans des évènements simples, pensant qu’un bandit est immortel car il avait tué cinq shérifs sans jamais être blessés, des paysans parlant de cavaliers fantômes parcourant les chemins… C’était comme si ils ne demandaient qu’à voir des phénomènes surnaturels, des petits coups de pouces pour faire croitre la peur dans leurs cœurs et leurs esprits, ce qui nous permettraient de leur offrir de la sécurité contre une âme… Une forme de raquette… Dix années de vies sécurisées ou le risque de voir un de ces milliers de monstres débarquer dans leur vie. Pour débuter ce projet, il fallait profiter que les routes du grand ouest étaient que des chemins de terre, créer ainsi plusieurs croisements allant d’une ville à l’autre… En faite, c’était surtout s’arranger pour que les chemins des diligences soient droits, donc beaucoup de quadrillés, donc beaucoup de croisements. Politique qui est restée d’ailleurs encore aujourd’hui en Amérique qui connaît plusieurs villes où les rues sont droites et parallèles, donc beaucoup de perpendiculaires aussi.

Etape deux, prendre possession de véhicules disponibles, surtout des bandits en fuite dont le visage était déjà connu. Des véhicules faciles à posséder vu que la majorité passaient leur vie ivre, que d’autres se mourraient d’infections à cause de leurs blessures. Une fois ces véhicules possédés, faire des descentes… Une ferme massacrée, hommes, femmes et enfants… Un braquage d’une banque ou d’un saloon, une tuerie sur la place, la pendaison d’un shérif ou d’un représentant de l’autorité, … Et le tour était joué, la peur revenait du coup il suffisait de créer des cycles laissant deviner aux personnes quand ces bandits allaient revenir pour les pousser soit à se soumettre par la peur, soit à « prier » pour rester en vie. Cette époque en plus était merveilleuse car avant les hommes avaient peurs pour leur âme plus que pour leur vie, des hommes se sentaient détruits juste d’être ignorés par l’église. Mais le Far West, leur âme ne représentait plus rien pour eux tant qu’ils pouvaient rester en vie. Un petit croque mort démon, et ce dernier pouvait souffler à ceux dans le désespoir la légende des croisements, de l’être qui pourraient leur apporter la sécurité ou réaliser leurs souhaits. Certes de temps en temps il y avait un Cowboy plus malin que les autres, un qui comprenait la vérité sur la nature des bandits et qui cherchait à les chasser avec des armes différentes ou des exorcismes. Mais nous avions aussi des spécialistes pour s’occuper de ce genre de cas. Est-ce que vous comprenez ? Oui, à cette époque, grâce à mon idée j’avais commencé à mettre en place le principe des réseaux de démons, celui d’organiser des évènements gérer par des démons, utilisant d’autres démons, pour créer les bons environnements, les bonnes conditions, ou simplement faire tourner l’histoire humaine d’une façon qui allait nous intéresser. Malheureusement, autant mon idée avait été appréciée, autant j’avais été sélectionné comme agent de terrain et non comme Dispatcher. Ce qui je l’avoue m’avait fait grincer des dents.

C’était quelque part amusant de créer des scénarios avec ces humains, de créer des situations qui pousseraient certains à la faute. C’était comme ce jour où un confère a fait découvrir le tabac des indiens à certains de ces Cowboys… Il a eu une idée de génie quand j’y repense aujourd’hui en voyant cette industrie qui s’est répandue dans le monde et qui chaque année répand le malheur. J’avoue que c’était une période assez amusante, descendre dans un saloon et prendre ce que je désirais, pousser le premier venu à se battre en duel pour faire couler son sang. Puis en ce temps le crime était d’une grande facilité, même si l’Amérique a gardé une part de cette mentalité, du temps du Far West c’était une forme d’amusement, de divertissement même. Mais petit à petit cette ère grandiose s’éteignait, les villes grandissaient et le train permettait de faire circuler de plus en plus de troupes pour la sécurité et il fallait commencer à changer nos méthodes. Mais heureusement, il existait encore bien des moyens de corrompre l’âme humaine et une des grandes opportunité pour cela se trouvait dans le coton… Oui, le coton, cette production merveilleuse qui engendra une belle quantité d’esclavages dans le sud ce que qui allait devenir les U.S.A.. Le plus beau, c’est que je n’avais pas eu besoin de faire beaucoup d’efforts pour obtenir des résultats, il suffisait de pousser un producteur à utiliser beaucoup d’esclaves pour avoir un cout de production plus faible et les autres allaient simplement l’imiter. En faite c’était toute la base du système de la corruption, il fallait quelque chose qui souillerait l’âme et qui était efficace car tant que cela l’était, cela pousserait naturellement les autres à faire de même sans que j’ai à les inciter. Et de temps en temps, une petite catastrophe, pousser des esclaves à une révolte, un petit incendie, et voilà que les riches maitres cherchaient à vendre leur âme pour s’en sortir.


©crackintime


Les années passèrent, les affaires ne cessèrent de progresser, et l’évolution de la société se montrant de plus en plus avare de richesse m’avaient permis d’accroitre ma rentabilité d’un coté corruption ainsi que dans le nombre d’êtres que je poussais à aller vendre leur âme. Il faut dire que la guerre de sécession avait été une réelle aubaine pour tout cela, même si malheureusement ce n’étaient point ceux que j’aurais espéré qui ont remporté la bataille. Mais en attendant, ce genre d’environnement avait fait croire le taux de demande de vente d’âme, que ce soit pour se protéger, sauver sa vie, pour avoir de quoi combattre les adversaires. Une belle période que j’avais pu vivre avant de quitter ces terres pour retourner vers le Vieux Continent, étant envoyé dans de nouvelles tâches pour l’Enfer. En effet, l’Europe connaissait une nouvelle forme de révolution qui ouvrait de nouvelles portes vers l’exploitation humaine, vers l’ambition et du coup vers la corruption. L’ère industrielle, une époque qui nous ouvrait des portes à nous démons car l’écart entre les riches et les pauvres se formait de plus en plus. Surtout avec les grandes industries voyant le jour, les mines devenant de plus en plus fréquentes. Des hommes détruisant leur vie, souffrant, et tout cela pour se retrouver à avoir peine à acheter du pain pour se nourrir alors que derrière des hommes ne cessaient de se remplir les poches. Vous connaissez déjà le train train, étudier cette évolution humaine pour commencer à pousser certains à adopter une politique de plus en plus inhumaine mais tellement plus rentable, pousser ces riches à devenir radin, et pousser ces pauvres ensuite à constater à quel point leur situation est cruelle. D’ailleurs, rien qu’un petit accident provoqué dans une mine, quelques morts, et hop voilà que la grève se mettait en marche. C’était d’ailleurs à cette époque, quand j’étais dans la peau d’un assistant d’un grand industriel, que j’ai découvert une forme de dépendance aux pommes. En effet cet homme avec qui je travaillais avait toujours des pommes dans son bureau, et c’était au travers du temps la première fois que j’en mangeais. Par Lucifer, ce fut une réelle révélation, un délice au palais… Mais ne nous attardons pas sur ces délices dorées, vertes ou encore rouges, pour reparler de mon évolution. Car oui, j’avais profité de la situation pour créer des registres « démoniaques » et tenir des comptes précis de tout ce que je faisais, me montrant minutieux mais surtout veillant à ce que chaque action soit précisée pour m’assurer qu’aucun autre démon ne prendrait mon succès pour lui. Car après tout, vous savez l’enfer est un univers impitoyable.

Jamais le monde humain m’avait paru si sombre, les fumées libérées par ces grandes industries rendant les cieux sombres. Après des années de corruption, lorsque j’avais décidé de faire mon rapport en enfer, j’avais été précédé par un des démons qui travaillait avec moi, un démon qui avait étudié mes méthodes et volés mes rapports pour prendre tout le succès de mon travail acharné… Une forme de rage était montée en moi, mais je ne pouvais rien faire qu’obéir à la hiérarchie et voir celui que j’avais considéré comme un démon aux compétences limités devenir mon supérieur. Croyez-moi, ce fut longuement une forme de dégout et de torture qui ne cessait de croitre en moi toutes ces années où je devais travailler pour celui qui avait simplement fait preuve d’un seul talent, celui d’usurpateur. Mais tout allait changer, enfin évoluer quand une opportunité allait s’ouvrir à moi… La Seconde Guerre Mondiale. Un monde qui avait déjà évolué grandement, qui avait souffert d’une première guerre et qui à peine avait su soigner ses blessures se relançait dans une nouvelle. La vie de démon était assez particulière, se mélangeant à bien des factions sans chercher à faire gagner l’une ou l’autre, mais plus à les pousser dans des directions qui arrangeaient les projets des enfers, même si j’avoue que je ne comprenais plus trop les projets d’Azazel qui semblait se préoccuper d’un autre avenir. Il semblait s’intéresser à l’héritage de certaines personnes comme si il calculait un grand projet sans partager tout cela, mais bref ce n’était que du détail. J’étais du coup dans un véhicule s’appelant Hans Von Steffenheim, un officier allemand qui devait s’occuper de gérer la Section de Sécurité, et qui du coup organisait des descentes dans certaines villes conquises pour rechercher les ennemis de l’Allemagne. Un des préceptes que j’avais mis en place était une éducation très Hitlérienne pour les enfants, qu’ils soient prêt dans le futur à directement se mettre au service de leur nation, mais aussi je donnais souvent des responsabilités à de jeunes soldats, ceux qui étaient encore « purs » ou qui avaient encore un esprit « noble ». Ces responsabilités les poussaient à sombrer, devant agir d’une façon cruelle pour faire l’exemple, devant se montrer impitoyable pour ne pas passer pour traitre dans un milieu qui ne faisait point confiance aux autres. Ainsi les plus jeunes devenaient rapidement les plus radicaux, sans parler de tous ces gens qui s’intéressaient au surnaturel, qui cherchaient à gagner du pouvoir et du coup qui étaient facile à guider vers les « bons » démons. Vous n’imaginez pas le nombre de corrompu allemands qui voulaient devenir sorcier, pensant y trouver la clé de la victoire.

Tout ce temps à travailler pour ce démon qui ne me donnait qu’une envie de trahison, sentiment allant à l’encontre de ma nature respectueuse de la hiérarchie, tout ce temps à marcher dans ce véhicule à exécuter les projets en place, mangeant des pommes mais surtout faisant de petites descentes dans certains restaurants pour profiter de mon autorité et leur ordonner un repas digne de ce nom. Tout cela pour finalement craquer, quand un jour j’avais remarqué le manque cruel de sens de la logistique de mon supérieur, de ce démon qui avait pris mes réussites pour lui. Alors que je continuais à jouer le jeu du Démon, j’avais aussi trouvé deux autres à corrompre à mon service, deux qui détestaient autant que moi notre supérieur du moment, et nous avions commencé un peu à étudier cet « idiot » qui osait nous donner des ordres qui pour la majorité étaient vagues ou simplement sans intérêts, nous obligeant souvent à « améliorer » ses idées pour obtenir de véritables résultats. Cela avait mis deux longues années pour en savoir assez sur lui, savoir qui il était avant sa mort, retrouver comment il était mort et où se trouvaient ses ossements. Croyez-moi, c’était avec un grand plaisir qu’une fois les ossements en ma possession, j’avais « convoquez » mon supérieur Dispatcher dans un de ces nombreux incinérateurs de cadavres pour commencer à lui exprimer avec extase tout ce que je lui reprochais, lui crachant presque dessus, avant d’enclencher le fourneau pour voir les morts détruits par les flammes mais aussi pour voir ce démon s’immoler et se faire annihiler. Ce qui une fois fait était vraiment comme une libération, un soulagement. Et croyez-moi, j’aurais voulu en profiter pour prendre sa place, mais juste le voir crever m’avait comblé et j’avais ensuite prévenu mon véritable supérieur de mon acte, en exprimant que ce démon était un incompétent qui pouvait réellement nuire à la productivité en âme pour les enfers.  Oh, je n’avais pas été récompensé, ce n’était pas réellement dans nos méthodes, au contraire j’avais pris une bonne correction digne de ce nom mais cela n’avait pas de quoi retirer ma satisfaction d’avoir vu ce démon cramer.


©crackintime


Même après la guerre, la mentalité humaine n’avait pas changé, au contraire la cupidité était toujours présente, même plus encore. Tous se précipitant pour trouver un moyen de rentabiliser les affres de la guerre, de se faire de l’argent sur le dos des victimes mais cela n’était pas tout car petit à petit les humains se montraient encore plus intolérants. Enfin, tout cela n’était que des facteurs qui arrangeaient les affaires des enfers sauf que je n’étais plus sur le terrain pour corrompre les âmes, j’avais été « engagé » au service d’Azazel, faisant parti de ces démons qui devaient retrouver certaines personnes humaines, provoquer des « accidents » ou des situations qui pousseraient des femmes à « vendre leur âme ». Sauf qu’Azazel ne semblait pas s’intéresser réellement à l’âme humaine dans ses pactes, il s’intéressait aux enfants à venir. Mais bon, je ne m’attardais pas trop cela, m’occupant uniquement de ce qui m’avait été ordonné, trouver les personnes correspondantes aux attentes du Maitre des Enfers, provoquer un accident ou une situation qui causerait une perte dévastatrice puis laisser Azazel faire son petit pacte avec la survivante. Ce n’était que bien plus tard, quand Azazel me donna la mission de surveiller un gosse dont la mère venait de mourir immolée que je pouvais un peu mieux comprendre les objectifs de ce dernier. Il faisait de ces gamins humains des sortes d’hybrides démoniaques, peut-être un futur véhicule ? Ou une armée ? Je ne savais point et j’avoue que je n’étais pas là pour poser des questions. Je vous arrête de suite, non ce n’était pas Sam Winchester que je surveillais, mais un des autres gamins, heureusement d’ailleurs sinon je m’en serais voulu tout le reste de mon existence de ne point avoir mis fin à l’existence de cet être. La tâche n’avait rien d’intéressante, juste lassante, recevant de temps en temps de nouvelles indications comme de faire en sorte que cet enfant soit toujours « seul » en grandissant, que si il s’attachait à une personne, cette dernière devait disparaître et ainsi de suite. J’étais coltiné à surveiller ce gosse de loin, sans me mêler de ce qu’il faisait outre les ordres venant d’en bas et jusqu’au jour où j’avais reçu une nouvelle directive comme quoi à ce moment la Azazel allait s’en occuper personnellement.

De nouvelles tâches pour un bref instant, en effet alors que je retournais à d’autres missions, Azazel avait trouvé la mort à cause d’une arme spéciale, il n’était plus ce qui laissa un trône sans Roi et un chaos sans nom. Ce fut le retour d’une Démone des plus puissante, une dont le nom faisait naitre la terreur. Lilith… Je n’étais point triste pour Azazel, ce n’était point ma fonction, et je ne me souciais guère de savoir si ce dernier avait été bon ou non, il n’était plus et comme tout démon, digne de ce nom, je n’avais pas attendu pour rejoindre cette Lilith et me mettre à son service, offrant ma loyauté à la nouvelle qui représentait le « pouvoir », celle qui devait diriger, même si cette dernière n’était qu’une gamine capricieuse. Très capricieuse et qui attirait l’attention des chasseurs qui ont causé la mort d’Azazel. Je ne faisais qu’obéir aux ordres mais j’étais curieux de comprendre l’objectif que visait Lilith, ne comprenant point au début, m’amusant juste de voir la petite famille de mortelle souffrir des caprices de Lilith jouant avec le véhicule qui n’était autre que la fille. Mais alors qu’avant les enfers étaient stables, que nous avions des tâches définies, il semblait que les enfers vivaient une période de trouble depuis la mort d’Azazel, un des responsables envoyé en enfer pour être torturé par mon « Père » s’était retrouvé libéré et une nouvelle vague emporta le royaume des démons, celle que Lilith avait décidé de suivre… Briser les Sceaux et libérer Lucifer de sa cage. Vous savez, la loyauté est une chose qui demande souvent de mettre de coté ses propres pensées, alors quand Lilith avait décidé de m’envoyer, ainsi que d’autres, m’occuper de briser des Sceaux pour libérer le véritable Roi des Enfers, j’avais décidé de suivre sans me poser de questions.

Ainsi je m’étais retrouvé en duo avec une autre démone pour commencer à briser des sceaux, en commençant de notre coté par le Sixième sceau. Nous étions partis pour nous attaquer à des bonnes sœurs qui devaient être éventrées et pendues dans leur église. Et vous savez, trouver une église avec une douzaine de nonne n’était pas spécialement le plus évident, surtout pour éviter d’attirer l’attention de ceux qui combattaient les projets de Lilith. Nous avions tous les deux enchainés ainsi, passant par la destruction d’un ancien artefact, la libération d’un démon captif d’une prison particulière, pousser une innocente au crime, massacrer des espèces de créatures différentes en un lieu précis… Des missions qui changeaient rapidement et qui finalement avaient un coté ludique, voyant le score de Lilith ne cesser d’augmenter sans savoir encore qu’elle serait le dernier sceau. Je crois que mon sceau préféré était celui au CDC, où nous avions pris possessions de véhicules travaillant dans un laboratoire protégé pour causer un accident. Un virus de l’ancien temps qui était gardé par les humains et qui devait tuer à nouveau une personne. Croyez-moi, voir la panique quand il y avait l’alerte contamination, voir les hommes devenir des bêtes en voulant s’échapper quitte à contaminer le reste des êtres hors du laboratoire, c’était jouissif.



©crackintime


Et voilà ce grand jour, Lilith sombra, Lucifer se libéra… Et vous savez quoi ? Ce n’était pas si grandiose, moi qui m’attendait à un peu d’ordre, au retour de la hiérarchie, non… Rien… Le Roi des Enfers ne pensant qu’à lui, trouver son véhicule et se lancer dans l’Apocalypse, agissant comme si il n’y avait que lui et ne se souciant point des démons qui pourraient le servir. Les Chasseurs en alerte, l’arrivé d’Anges sur Terre, Alastair qui n’était plus… Je peux dire que la situation était de pire en pire, bien pire que du temps d’Azazel et les enfers se retrouvaient presque sans contrôle, sans grand chef pour gérer la situation de crise. Une part de moi me disait qu’il suffisait d’attendre, de profiter de cette vie chez mortelle et voir ce qu’il se passerait, que peut-être Lucifer s’installerait sur son trône et s’occuperait des âmes une fois qu’il aurait eu son petit Apocalypse. En faite j’avais décidé qu’en attendant d’avoir de réels ordres, j’allais simplement m’occuper un peu de moi et de ce monde, passant du temps à savourer des cuisines de différents chefs… Après tout si le boss gagnait, il n’y aurait plus aucun restaurant humain et ces derniers restaient douer pour ce qui était de la gastronomie. J’avoue que j’en étais devenu glouton, me délectant de bien de ces repas et des différents types de cuisine au point de commencer une chronique, une critique de l’art de la nourriture et des services proposés par toutes ces institutions culinaires. Ce qui allait être un passe temps allait devenir une forme de réputation, car même si mon visage n’était pas connu, heureusement pour un critique et aussi heureusement vu ma façon de changer de véhicule, mon nom Hermann Kruuger lui allait faire trembler plus d’un restaurant, plus d’une brasserie ou auberge, me montrant impitoyable avec les erreurs, me montrant minutieux dans mes commentaires. La nourriture devenant un art qui faisait de moi le démon digne de la légende de mon nom. Béhémoth, Maitre de la Gourmandise. La seule chose qui pouvait faire penser que j'étais ce critique c'était que je prenais toujours un désert à base de pommes.

J’entretenais encore le contact avec certains démons, dont certains des Croisements, rendant de temps en temps service pour que mon nom reste inscrit dans la mémoire de mes confrères si un jour les choses revenaient à la normale. C’était ainsi que je m’étais retrouvé dans des ennuis impossibles, une sombre affaire pour un démon aux yeux rouges qui avait besoin d’un service à cause de chasseurs qui ne cessaient de s’interposer dans ses affaires et nuire à son travail. Un couple de chasseurs qui voulaient sauver une âme en pensant qu’il suffirait de choper le démon des croisements responsable et e l’exorciser. Qu’est ce qu’ils ont en tête ? Croyaient-ils réellement que cela empêcherait les Hellhound de venir chercher leur proie ? Non mais comme ces chasseurs empêchaient du coup ce démon de trouver de nouvelles âmes, j’avais décidé avec d’autres de lui rendre service et s’occuper de ce petit couple, sauf que dans l’histoire y avait un imprévu, quelqu’un qui voulait aussi ce démon des croisements pour avoir des informations. En faite c’était même lui le véritable problème, mais l’autre idiot aux yeux rouges n’avait pas trouvé bon de nous le signaler. Ainsi quand nous étions partis en chasse de ces deux humains, nous préparant à les massacrer en jouant un peu avec eux, c’était un ange qui nous tombait dessus, un ange qui savait se battre et avait rapidement éliminé deux d’entre nous cinq avant même que nous ayons le temps de réagir. Cette lutte fut courte, elle aurait pu être ma fin, mais après un troisième démon à terre, l’Ange perdit sa lame, agrippant le quatrième en posant la main sur son front et pour moi c’était l’opportunité. D’un mouvement de télékinésie rapide, j’avais envoyé la lame dans le dos de ce dernier, le tuant sur le coup avant de récupérer la lame et de furieux finir le travail sans jouer, me débarrassant des deux mortels chasseurs. Cette lame représentait une arme précieuse pour un démon de mon niveau, une arme à ne pas perdre, la gardant dissimulé quand j’étais revenu voir le démon aux yeux rouges lui annoncer que ses chasseurs et son ange n’étaient plus. Alors quand fièrement il fit son coq, heureux de se voir libéré et surpris de voir que j’avais survécu, j’en avais profité pour me rapprocher assez et lui planter la lame de l’ange dans le ventre, lui rappelant gentiment qu’il aurait mieux fait de nous avertir.

Point le temps de reprendre une vie pépère, Lucifer sombra à son tour, encore à cause des mêmes êtres, se retrouvant dans sa petite cage avec Michael. J’avais envie de trouver un moyen de le libérer à nouveau, ce qui était logique, mais point besoin un nouveau Roi fit son apparition, Crowley, ancien Roi des Croisements, maintenant Roi des enfers et sans attendre plus je me présentai à lui pour reprendre ma profession de démon à presque plein temps. En faite au début je voulais le faire à 100% mais rapidement j’allais comprendre qu’avec Crowley et ses préoccupations particulières, j’allais avoir du temps pour moi. Moins que du temps de Lucifer, plus que du temps d’Azazel. Les ordres venaient directement d’Ellsworth, un Dispatcher, qui nous briefait sur des missions autour des créatures, devant massacrer et capturer ces dernières dans l’objectif d’attirer l’Alpha. Et avec ma coéquipière, nous n’avions pas eu l’Alpha le plus facile à traquer, l’Alpha Kitsune. Ces bestioles sont assez rares, donc en trouver n’était déjà pas évident, donc trouver l’Alpha, je ne vous en parle même pas. Je ne me souviens plus le nombre de Kitsune que nous avions traqué, torturé pour tenter de savoir où était l’Alpha puis massacré en laissant des signes pour prévenir justement ce premier Kitsune que nous éliminions les siens. Crowley semblait absolument vouloir ces créatures pour un objectif qu’il n’avait pas partagé avec les démons de mon rang, mais je n’avais pas besoin d’en savoir plus, si il avait un tel projet je supposais que c’était stratégiquement calculé.


©crackintime


Il faut dire que les Emplumés se battant entre eux nous arrangeait assez bien dans nos petites traques, et j’adorais d’ailleurs voir la faim dévorer les Kitsunes. D’ailleurs nous avions su retrouver l’Alpha après toutes ces recherches, nous avions su l’emmener chez Crowley, mais tout cela n’était que détails car très vites le projet de traque d’Alpha pris fin quand Crowley avait eu ce qu’il désirait… Enfin, avoir ce qu’il désirait, c’était assez vague dans le fond, il avait obtenu l’emplacement du Purgatoire, il aurait pu avoir toutes les âmes s’y trouvant, mais à la place il s’était fait doublé, retournant à son trône. Mais avec la mort d’Ellsworth, remercions le petit emplumé des Winchester, j’étais enfin devenu le nouveau démon Dispatcher, chargé de rester sur terre pour transmettre tous les ordres des enfers et du Roi, apporter les alibis aux démons devant se la jouer subtile, apporter aussi les faux papiers, les fausses identités, les historiques, et j’en passe. J’avais un rôle important et ma partenaire m’avait suivi bien entendu, s’occupant de camoufler mon refuge avec de la magie énochienne et de nettoyer derrière les démons manquant de discrétion. Il faut dire qu’avec les chasseurs plus performants, les anges présents, il fallait gagner en subtilité alors qu’il fut un temps où ce monde était presque un terrain de jeu tranquille pour nous démons. Avec ce nouveau rôle, mes premières missions étaient de former les équipes de démons qui allaient devoir surveiller les agissements des nouveaux venus, les Léviathans, alors que le Roi portait son intérêt ailleurs. Ces créatures, à la gueule béante, n’étaient pas des plus intéressantes ni sociales, elles ne s’entendaient avec personne, que ce soit anges, démons, créatures ou humains, ne pensant qu’à dévorer et pourtant les ordres sont les ordres, surveillant leurs actions, suivant « Dick » pour informer Crowley si besoin pour finalement être soulagé de cette tâche quand le Roi avait décidé que les Léviathans étaient plus un problème qu’un possible soutien. Sur ce point, j’avoue que j’étais plutôt en accord avec ce dernier.

Mais ce n’était que le début, qu’une première mission sous ce poste, très vite les nouveaux ordres allaient tomber, me poussant du coup à former des équipes, me faisant un nom comme Dispatcher et veillant à ce que tout soit exécuté comme le Roi désirait, n’hésitant pas à user de la lame pour châtier les plus indisciplinés. La majorité de ces formations étaient soit pour retrouver une tablette des démons, soit une tablette des anges, soit pour retrouver le prophète et croyez moi que dès que j’avais une information qui était ramenée par une équipe, je la faisais transférer à qui de droit. Mais tout allait encore être bouleversé, un Chevalier des Enfers revenant après une longue absence et voulant prendre le trône du Roi. J’avais constaté que beaucoup perdaient foi en Crowley à cause de son association avec les Winchester, tout comme je savais que plusieurs voulaient un démon plus emblématique sur le trône, mais quand Abaddon fut présent et en l’absence du Roi, j’avais juste coupé les communications et cessés d’agir. Je refusais de servir Abaddon tant que celle-ci n’avait point le titre et le trône officiellement, tant que le Roi était bien vivant. La loyauté est rare par chez nous, et j’y tenais à cette dernière, alors je ne voyais pas pourquoi j’allais servir l’ennemie du Roi. Vous pouvez penser que je vivais caché, mais je dirai que je vivais malin, pourquoi affronter un démon que je ne savais point vaincre ? Je préférais attendre que les choses se passent, voir si le Roi saurait sauver son trône ou si il y aurait un nouveau couronnement. Comme vous le savez tous, Crowley est resté le Maitre et quand l’affaire du Chevalier fut une affaire classée, j’avais réouvert les activités.

D’ailleurs il n’avait pas fallu longtemps pour que le Roi ordonne une forme de traque, quand la Cage s’était ouverte et que Crowley décida qu’il fallait éliminer les fidèles de Lucifer. Personnellement j’obéissais, recrutant les démons les plus dévoués pour trouver ceux qui risquaient de trahir le Roi. Lucifer était peut-être le père des démons, le Roi d’antan, mais il avait perdu, il avait été vaincu et enfermé, pour moi tant qu’il ne reprenait pas le trône officiellement, il ne serait qu’un ancien vaincu. Il faut dire que nous n’avions pas beaucoup de répits entre Dean avec la Marque de Caïn, entre Caïn qui réveille les Trois Cavaliers pour avoir un Apocalypse, entre les conflits entre démons, entre anges… Je me rendais bien compte que finalement depuis la chute d’Azazel, il n’y avait plus jamais eu d’ordre, même si Crowley avait tenté en mettant un coté administratif aux enfers. Mais je ne comptais pas fléchir ni m’affaiblir, je comptais rester le démon dévoué au trône, quelque soit le Roi. Alors tant que Crowley est celui qui possède la couronne, il pourra compter sur moi.



©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 12:46
Ce dc est venu à une rapidité, c'est magnifique.

Re-bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 12:52
...J'ai envie d'aller écouter un certain groupe, maintenant What a Face

RE BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE :01:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 13:18
Re-bienvenue par ici

Bon tu le sais déjà mais Ian quoi
#Steter
Revenir en haut Aller en bas
Civilian
Hate mondays.
avatar

Jonas E. Sanders
Watch this madness burning out the way

.
Age : 45 ans
Job : Ex-chasseur redevenu simple Barman
Situation : Célibataire. Peut-il à nouveau s'autoriser à aimer ?
Localisation : San Francisco
Feat. : Jeremy Renner
Copyright : Shiya pour l'avatar et Tumblr pour les gifs
Otherself : Castiel
Date d'inscription : 20/01/2016
Messages : 214
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 16:17
Non, mais....non, mais....t'es trop sexy toi :7: :7: ça devrait être interdit par la Convention de Genève d'être sexy à ce point-là :1:

Re-bienvenue parmi nous :21:


Teams:
 


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Récompenses - Participations:
 


Je suis la poutre furtive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t103-once-upon-a-time-tu-ne-peux-pas-dire-il-etait-une-fois-comme-tout-le-monde-jonas http://solemnhour.forumactif.org/t105-journal-de-bord-de-jonas-e-sanders
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 16:45
je valide cette VDM Méla:
 

re-bienvenue !
encore un démon… je vais rester caché moi
Revenir en haut Aller en bas
Hunter
I lost my shoe.
avatar

Gabriel
Watch this madness burning out the way


Age : Très vieux ; physiquement 47 ans
Job : Chasseur à mi-temps, livreur chez Pepsi.
Situation : Célibataire & Père de Platypus Ier
Localisation : En voyage constant.
Feat. : Richard Speight Jr.
Copyright : Aloa (ava), TUMBLR
Otherself : Yehuiah ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 898
HunterI lost my shoe.
MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 17:28
CA PROMET :7:

Rebievenue parmi nous chéri :amour: Tu connais déjà la maison mais au cas où tu as 7 jours pour finir ta fiche. Comme d'hab n'hésite pas à faire signe si tu as besoin d'un délai, de cookies ou de câlin. :42:
J'ai hâte de lire la suite !




[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Let's ship it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t77-gabriel-you-can-t-take-the-trick-out-the-trickster http://solemnhour.forumactif.org/t1568-carnet-d-adresses-de-gabriel-come-on-come-on-turn-the-radio-on
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 21:39
Ian Bohen

Sinon, rebienvenue par ici sweetie ! Bon courage pour ta fiche ! :<3:
Revenir en haut Aller en bas
Civilian
Hate mondays.
avatar

Nanshe
Watch this madness burning out the way

Pour livrer les puissants aux faibles, Nanshe scrute le coeur des gens.
Age : Lancez un dés et multipliez par deux mille
Job : Serveuse dans le restaurant japonais en bas de la rue
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Aiysha Hart
Copyright : Rev pour l'ava et Lilie pour la signa
Otherself : Personne
Date d'inscription : 05/08/2017
Messages : 72
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Dim 22 Oct - 22:50
:7: Ooooh ... Le Moyen Age ? Des hérétiques ? J'adore ! :42:


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
DON'T WANNA BE TOO HUMAN
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1003-imagine-all-the-people-sharing-all-the-world-nanshe
Hunter
I lost my shoe.
avatar

Revandel
Watch this madness burning out the way


Age : Quelques milliards d'années, 36 ans en apparence
Job : Chasseur & musicien dans un piano-bar
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Rami Malek
Copyright : © signature by COM
Otherself : Hevannah N. Lynch
Date d'inscription : 18/06/2017
Messages : 248
HunterI lost my shoe.
MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Mar 24 Oct - 11:36
La rapidité de l'arrivée de ce DC... Damn it ! brook
C'est déjà bien le bordel en enfer mais là, on atteint des niveaux incroyables, ça va être quelque-chose !
Bienvenue avec ce nouveau personnage ! :61:


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
L'oiseau en cage rêve des nuages

By COM

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t954-you-better-know-what-you-re-fighting-for-revandel http://solemnhour.forumactif.org/t977-carnet-de-route-de-revandel-daddy-knows-best
Civilian
Hate mondays.
avatar

Jonas E. Sanders
Watch this madness burning out the way

.
Age : 45 ans
Job : Ex-chasseur redevenu simple Barman
Situation : Célibataire. Peut-il à nouveau s'autoriser à aimer ?
Localisation : San Francisco
Feat. : Jeremy Renner
Copyright : Shiya pour l'avatar et Tumblr pour les gifs
Otherself : Castiel
Date d'inscription : 20/01/2016
Messages : 214
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝ Mer 1 Nov - 23:01
Hell yeah, you're in !


Chuck said yes

Non, mais....non, mais à un moment il va falloir arrêter de faire des persos aussi badass....j'ai toujours envie de venir te coller un des miens dans les pattes pour un lien après  :lol: Vais me lancer dans la culture de pommes xD  Nous avons adoré ta fiche so....
FELICITATIONS !
(Nom de Chuck !)

Tu es désormais validé(e) !  
Tu peux dès à présent participer aux intrigues en cours, poster et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] à gogo ainsi que flooder à outrance
N'hésite pas à contacter le staff au moindre problème et à venir nous voir de temps à autre sur la CB  Pense enfin à mettre ton profil à jour et à voter de temps à autre sur les top-sites ~

Amuse toi bien !  


LIENS UTILES
(si tu es perdu)

» [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ❖ pour créer ou te recenser dans un clan / une meute / un nid, voir les missions proposées, zieuter les défis et mettre le bazar.

» [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ❖ pour permettre à ton personnage d'évoluer hors rp.

» [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ❖ pour noter tes liens avec potes ainsi que tes rps en cours.

» [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ❖ si jamais cela te tente.

» [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ❖ sur notre fiche PRD.

» [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] ❖ si jamais tu es perdu, tu trouveras, en suivant ce lien, le plan du forum.

©️️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


Teams:
 


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

Récompenses - Participations:
 


Je suis la poutre furtive:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t103-once-upon-a-time-tu-ne-peux-pas-dire-il-etait-une-fois-comme-tout-le-monde-jonas http://solemnhour.forumactif.org/t105-journal-de-bord-de-jonas-e-sanders

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

Behemoth - Dispatcher pour les Démons de l'Enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Présentations refusées + anciens membres-
Sauter vers: