Partagez | .
 

 Einzelgänger ☾ Mélahel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Age : 32 ans
Métier : Parapsychologue et herboriste
Situation : Célibataire
Localisation : On the road, le long de la frontière entre le canada et les Etats-Unis.
Feat. : Ira Chernova
Copyright : Neige (merci <3) et art design way
Je suis aussi : Néant.
Date d'inscription : 30/09/2017
Messages : 32

Message Sujet: Einzelgänger ☾ Mélahel. Lun 16 Oct - 2:35

Statut du rp

Ft. Mélahel

type ❖ Présent.

date ❖ Début avril 2016.

informations spatio-temporelles ❖ Nous sommes à White Mountain National Forest, située dans l'Etat du Maine et du New Hampshire. il fait froid, la nuit va tomber. La ville la plus proche est Waterville Valley.  

intervention du MJ ❖ Et pourquoi pas ?

Autre ❖ ...   :59: ?

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW





The Tragedy We Live In
Faol & Mélahel
« Sighing, Moaning, Blast without reproach,
Rough and Wintry Wind,
Groaning, Weeping, a saying without falsehood -
These are my names on any road. »
Janet and Stewart Farrar (A Witches' Bible)



Dix bonnes minutes venaient de passer avant que je ne réalise que je fixais l'horizon, mon casque à la main, sur le parking désert du motel. J'avais perdu la notion du temps, je ne savais plus si nous étions un lundi, un mercredi ou un dimanche. Je me contentais de bouger dès que je pouvais me le permettre. J'errais sans but, tel un mort vivant. J'étais étonnée d'avoir trouvé un emploi d'herboriste dans la petite ville de Shelburne. Ce métier s'est pourtant quasiment éteint, mais certaines pratiques reviennent à la mode et comme la moyenne d'âge de cette ville n'allait pas en dessous de soixante ans... C'était un pharmacien plutôt ouvert d'esprit qui m'avait recrutée. Généralement, leur discours dépeint les herboristes comme des charlatans, mais lui semblait plutôt intéressé par ce que je faisais dans mon domaine. J'avais trouvé ce boulot sur le tas, mais je n'avais absolument aucun endroit où dormir. Alors, j'allais me contenter de peu pendant un moment. J'avais l'habitude et c'était temporaire. Je savais que je n'allais pas rester dans cette petite ville.
La chambre qu'on m'avait confiée n'était pas des plus déplorables, comme j'avais pu le voir à de nombreuses reprises à d'autres endroits. Là, il y avait peu d'espace, mais cela rendrait la pièce principale plus confortable. Des poutres apparentes soutenaient le plafond et embellissaient parfois les murs. L'un d'entre eux était tout en pierre et en son centre se trouvait une fausse cheminée. Le lit prenait une bonne partie de l'espace, mais peu m'importait. J'étais seule et je n'étais là que pour dormir. Je choisissais d'ailleurs de ne pas rester là. Je préférais explorer les environs.
J'avais roulé pendant un petit peu moins d'une heure, jusqu'à la route 112, Kancamagus. Je m'étais retrouvée à Sabbaday Falls, en pleine forêt des Montagnes Blanches. Il n'y avait pas de réseau, rien à faire puisque la nuit n'allait pas trop tarder et malgré tout, je n'étais pas inquiétée. Je grimpais là où je n'avais pas le droit d'aller. Il n'y avait plus personne, qui allait m'en empêcher ? Tout ce que je voulais, c'était profiter du bruit du vent dans les arbres et de ces derniers jours frisquets avant que je ne migre encore plus au nord pour ne pas être piégée par le climat estival. Je rapprochais le col de ma veste et vérifiait qu'elle était bien fermée. J'étais à l'aise et j'aurais pu rester là plus longtemps si je n'avais pas eu l'impression d'être observée. Quelque chose qui se voulait discret bougeait dans mon dos. Je faisais mine de ne pas savoir. L'angoisse montait et déclenchait un mauvais pressentiment qui me donnait la même sensation qu'un danger mortel, comme si j'allais tomber de haut. Je retenais mon souffle. Puisque j'étais assise en tailleur, je saisissais un poignard dans ma botte. J'étais prête à me retourner brusquement et cela ne manqua pas. Comme si j'avais fait ce geste toute ma vie, au moment où je me sentis plus en danger que jamais, je me relevais, pivotais, et manquait de poignarder ma victime. Heureusement. Je m'en serais voulu, je pense.  
Made by Neon Demon & gif by Lookysquares Tumblr


It wakes me up again.
Teeth. ▬ I can feel it in between and underneath my teeth. Hiding from me. Turning me into a cavity it wakes me up again. Cut this out of me so I can find some sleep. Seeking solace in between and underneath my dreams.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1124-faol-sleep-well http://solemnhour.forumactif.org/t1168-carnet-d-adresses-de-eileen-cameron-faol-macalister-when-plants-turn-into-stone
avatar

Age : Ca ne se compte plus.
Métier : Espionne de Michael et militante écologiste
Situation : ...Mariée à son devoir ?
Localisation : partout et n'importe où
Feat. : Imogen Poots
Copyright : avengedinchains
Je suis aussi : Charlie
Date d'inscription : 01/10/2017
Messages : 62

Message Sujet: Re: Einzelgänger ☾ Mélahel. Dim 29 Oct - 17:36


 

 
Einzelgänger

 
"I do not wish to evade the world, yet I will forever build my own"

 
 


C'était un lieu calme. Inhabité. Quelque part au nord-est des Etats Unis, à  de nombreux kilomètres de distance de la ville la plus proche. Les hautes montagnes sont d'un blanc parfait par ici ; sauvages encore, libres, vivantes. Assise, le dos contre un arbre à l'écorce épaisse et solide, mon regard se perd loin devant moi, le long de la pente de la montagne, entre l'épais feuillage des arbres, pour remonter vers un ciel dégagé, tenté d'une douce nuance orangée alors que le soleil descends doucement. Les yeux bleus de mon vaisseau se plissent en fixant l'astre. J'aime juste être là. Seule. C'est bête, c'est inutile, et je sais que je pourrais passer mon temps de manière bien plus productive. Mais juste de temps en temps, et pas longtemps. M'isoler dans un endroit comme celui là me fait me sentir étrangement vivante. La nature me semble être l'une des plus belles créations de mon père ; tantôt sombre, tantôt lumineuse, toujours imprévisible. Tout aussi complexe que l'Humanité en soi, mais différente par bien des aspects. Il est dur de se faire aux humains, à la vie parmi eux – elle m'intrigue et je m'efforce d'en apprendre un peu plus chaque jour. Ici, c'est différent. J'ai toujours trouvé dans ces coins reclus un refuge. Dès la Chute. Peut être n'aurais-je pas survécu, sinon. J'avais d'ailleurs passé quelques semaines dans ces montagnes mêmes, et c'était peut être par nostalgie que j'y revenais aujourd'hui. Il n'y avait pourtant rien de cette période qui pouvait me rendre nostalgique, elle n'avait été faite que d'effroi, de douleurs et de doutes. Mais je m'étais tant émerveillée ici, de tout... Que je voulais y revenir, maintenant que j'étais entière à nouveau. Ma grâce en moi, le paradis à nouveau en ordre – plus ou moins – là haut. Passer deux heures hors du temps, hors de mes obligations, hors de l'angoisse de ne pas réussir et des conséquences que cela pourrait avoir. De l'angoisse de futur, de l'apocalypse. Sortir de la noirceur en regardant la beauté nue, pure, ingénue. Elle semblait intouchable, indestructible – je savais pourtant bien que ce n'était pas le cas. Loin de là. Peu importait. Je pouvais me perdre, un instant. Me perdre dans mes rêves, dans une fantaisie enfouie au fond de moi ; je saurais revenir aisément à ce que je dois être. Moi qui suis censée apporter l'espoir, encore fallait il que je trouve un endroit où le puiser en ces temps sombres. Ces montagnes en faisait partie. Un puis, un havre de paix, un quelque chose d'unique et de précieux.

Au bout d'un moment, je décide de me relever. J'étais seule ; je pouvais aller et venir comme bon me semblait en toute quiétude. Les humains ne venaient pas jusqu'ici, j'avais passé une pancarte signalant l'interdiction de monter plus haut pour une question de sécurité. Pourquoi se priver d'explorer et de profiter de lieux aussi splendides ? Le danger ne serait pas plus élevé là qu'autre part, le risque de mourir me semblait même plus élevé pour eux sur une route où leurs engins roulaient plus vite que la lumière qu'ici. Enfin. Il y a certaines choses que j'allais finir par renoncer à comprendre.

Redescendant la pente, je m'imobilise soudainement. Tourne la tête à droite, à gauche. J'ai perçu un mouvement. Il y a des animaux, bien sûr, mais je sens que ce n'était pas l'un d'eux. Poussée par la curiosité, je décide rapidement d'aller vérifier mon intuition et continue donc à avancer le plus discrètement possible. J'entrevois les contours d'une silhouette, d'une silhouette humaine. Haussant les sourcils, je fais encore quelques pas en avant.

Jusqu'à ce qu'elle se retourne.

Une femme, une femme à l'apparence plutot jeune. Traits fins et délicats encadrés par de longs cheveux. Une lame, pointée vers moi. Retenant un soupir, je me contente de montrer mes mains vides.

« Ce ne sera pas nécessaire. »

Je reste immobile et silencieuse tant que la lame n'a pas disparue, avant de reprendre.

« Je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un d'autre par ici. Peu de personnes s'y risquent. »


 
Code by Sleepy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 32 ans
Métier : Parapsychologue et herboriste
Situation : Célibataire
Localisation : On the road, le long de la frontière entre le canada et les Etats-Unis.
Feat. : Ira Chernova
Copyright : Neige (merci <3) et art design way
Je suis aussi : Néant.
Date d'inscription : 30/09/2017
Messages : 32

Message Sujet: Re: Einzelgänger ☾ Mélahel. Mar 31 Oct - 15:50

The Tragedy We Live In
Faol & Mélahel
« Sighing, Moaning, Blast without reproach,
Rough and Wintry Wind,
Groaning, Weeping, a saying without falsehood -
These are my names on any road. »
Janet and Stewart Farrar (A Witches' Bible)



«  Ce ne sera pas nécéssaire. » Elle était blonde, les cheveux longs, ondulés. Une peau très pâle, très belle. Des yeux perçants, mais vides. Au fond de moi, je sentais que je devais la craindre. Mon esprit et mes entrailles me hurlaient de ne pas faire un faux pas. Cette femme était dotée d'une puissance inimaginable. Enfin... de ce que j'avais déjà croisé, son aura était complètement différente. Mon poignard s'était figé dans l'air, plus aucune voix me criait de me défendre. Mon cerveau avait cessé d'envoyer des ordres, je n'avais plus besoin de me défendre, mais je craignais de faire confiance. Je rangeais mon arme, sans quitter l'inconnue des yeux, je me déplaçais, loin du vide, à reculons. Je voulais simplement mettre de la distance entre la blonde et moi. « Je ne m'attendais pas à trouver quelqu'un d'autre par ici. Peu de personnes s'y risquent. » J'hésitais à répondre. Je ne savais pas ce qu'elle était, qui elle était, pourquoi elle était venue me voir, me déranger et au pire, ce qu'elle voulait de moi. Je ne voulais pas non plus alimenter la conversation. Après tout ce que j'avais rencontré depuis mon arrivée aux États-Unis, je n'avais jamais rien croisé de tel. Une petite voix me chuchota de m'enfuir, à toutes jambes, très vite, sans me retourner, mais j'étais trop curieuse pour ne pas demander le pourquoi du comment. « Nous sommes déjà beaucoup, actuellement. » Le vent bougeait mes cheveux, quelques-uns me chatouillaient le nez, mais je restais impassible. J'avais peur qu'à la moindre seconde d'inattention, mon interlocutrice me fasse un sale coup. « Qui êtes-vous ? »  La question me turlupinait, mais je ne pensais pas être capable de la dire à haute voix. Elle n'avait pas l'air d'avoir de mauvaises intentions, mais à mesure que les secondes s'écoulaient, ce qu'elle était ne m'inspirait rien qui vaille. J'avais croisé bon nombre de sorciers et de sorcières, mais aucun -peu importe leur niveau- ne renvoyait ce type de présence, comme si elle n'était pas l'image qu'elle renvoyait. Comme ces aliens, dans x-files, qui disposent d'un corps mais qui ne sont absolument pas humains à l'intérieur. J'osais simplement espérer qu'elle n'était pas venue à ma rencontre dans l'unique but de m'enlever et d'expérimenter des implantations de puces électroniques sur moi. L'idée m'effleura seulement l'esprit, je trouvais le scénario absurde dans la réalité en sachant que beaucoup de choses surnaturelles étaient en fait réelles, mais compte tenu de l'endroit où je me tenais et la présence que j'avais en face de moi, je n'avais pas trente-six solutions. Je devais m'en aller, partir loin et ne plus revenir avant un moment, comme je l'avais toujours fait lorsque certaines choses se passaient mal. J'étais en plus persuadée que je n'étais pas équipée pour me débarrasser de cette chose aussi puissante soit-elle. « Vous savez quoi ? Je pense que le hasard a choisi de croiser nos chemins, mais on peut tout oublier et faire comme si de rien n'était. » Et puis, je ne sais toujours pas ce qui m'a pris à ce moment là, mais usant ma télékinésie, je fis pleuvoir à toute vitesse des pierres et des gravillons sur la jeune femme. Profitant du moment où elle leva le bras pour se protéger le visage, je fis volte-face et pris la fuite. En courant je saisissais mon téléphone et sélectionna le premier numéro, celui que j'appelais toujours en cas de pépins (et même, pour beaucoup d'autres raisons). Celui de Ciaran. Réponds ! réponds ! Pensais-je. Il devait être à l’hôpital et travaillait certainement de nuit. Tant pis, j'allais improviser sur place.  
Made by Neon Demon & gif by Lookysquares Tumblr


It wakes me up again.
Teeth. ▬ I can feel it in between and underneath my teeth. Hiding from me. Turning me into a cavity it wakes me up again. Cut this out of me so I can find some sleep. Seeking solace in between and underneath my dreams.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t1124-faol-sleep-well http://solemnhour.forumactif.org/t1168-carnet-d-adresses-de-eileen-cameron-faol-macalister-when-plants-turn-into-stone
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Einzelgänger ☾ Mélahel.

Revenir en haut Aller en bas
 

Einzelgänger ☾ Mélahel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Doppelgänger

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Northeast-