AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

Golden dawn - ft. Castiel
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Civilian
Hate mondays.
avatar

Morrigan
Watch this madness burning out the way


Age : 3 933 ans.
Job : Mannequin de charme / Apprentie sorcière
Situation : Veuve; mère d'une petite fille; Eryn
Localisation : Louisiane . USA
Feat. : Lara Pulver
Copyright : ava : Black. Pinapple, signature : Vent Parisien,
Otherself : Meg Masters
Date d'inscription : 02/10/2017
Messages : 98
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Golden dawn - ft. Castiel ⚝ Lun 9 Oct - 18:49
Statut du rp

sujet libre ou privé; ft. des gens

type ❖ flashback, etc.

date ❖ milieu mars.

informations spatio-temporelles ❖ Parc naturel de Yellowstone. Début de journée, levé de soleil. Le temps est frais et humide de rosé mais la journée s'annonce belle.

intervention du MJ ❖ Non !

Autre ❖ Merci :21:

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW

GOLDEN DAWN between CASTIEL & MORRIGAN
Parc de Yellowstone, Montana/Wyoming.



Tumulte assourdissant, force brute de la nature, la chute d'eau rugissaient à en faire trembler les pierres. A quelques centimètres de ses pieds s'ouvrait le gouffre béant qu'avait creusé la puissance du flot et le corps enveloppé dans la brume  qui s'en élevait, Morrigan perdait ses yeux dans les remous dans la semi clarté de l'aurore. Elle avait outrepassé la barrière couverte d'interdictions pour s'approcher au plus près du précipice. «  Glissant », disaient les panneaux. Pourtant, pour le moment, ses pieds nus se tenaient parfaitement campés sur le rebord usé et humide. Le vide l'attirait, inexorablement, au point qu'elle fut à un cheveu de se laisser aller vers l'avant. Elle ne pouvait succomber à la chute, ni même à la fureur de l'eau. Plonger des falaises de Moher était un passe-temps agréable, il y a longtemps. Très longtemps. Une éternité.

Elle allait céder à la tentation, lorsque le soleil s'extirpa difficilement de derrière les falaises. Aux ténèbres résiduelles se partageaient les premiers rayons qui embrasèrent la cascade d'une lumière dorée. Pendant quelques secondes, elle ne fut qu'or liquide et sur la bruine qui l'entourait se jouait les couleurs de l'arc en ciel. La Déesse repoussa ses lourdes boucles chargées d'eau et finalement, après un dernier regard, elle se détourna pour récupérer ses chaussures posées sur la petite balustrade de bois usé.

Elle voulait voir les loups.

Le froid du matin et l'humidité sous la peau fine de ses pieds ne paraissaient pas la déranger, pas plus que la terre qui recouvrait lentement l'épiderme laiteux à mesure qu'elle progressait dans la forêt de conifères. Si elle parvenait à contourner la chute par le nord, elle parviendrait normalement à un promontoire rocheux surplombant une partie du parc. Abaissant la tête, Morrigan passa sous le tronc épais d'un arbre couché, le corps déjà entamé par la mousse et la faune locale. Elle n'avait jamais apprécié les sentiers balisés que l'on conseillait aux touristes sous prétexte de dangerosité. Ils étaient si fragiles, mais pas elle. Les animaux nocturnes continuaient de s'agiter, protégés par l'obscurité qu'offrait la cime. Devant elle, quelque chose craqua, et une petite queue blanche attira son regard avant de s'enfuir dans les buissons. Elle pressa le pas, accélérant le mouvement. Sa marche tranquille se transforma bientôt en foulées rapides. Les ronces s'accrochaient à son jean remonté en ourlets au dessus de ses chevilles. La rosée suspendue aux épines roulaient sur sa nuque et ses cheveux battaient l'air. L'air glacé emplissait ses poumons obsolètes. Ses muscles roulaient sous sa peau, sous le tissu moelleux de son immense pull en laine. Même le battement de ses pieds paraissaient se fondre dans la masse.

A portée de vue, le sol s'élevait en une pente douce, sentier menant au dit promontoire. Elle ignorait si quelqu'un, autre qu'un ranger, était déjà venu ici. Les humains étaient courageux, voir trop, et ils finissaient malencontreusement par en mourir. Sa course fit fuir un lapin, qui patina un instant dans la gadoue avant de filer se cacher tandis qu'elle continuait sa montée.

Soudain, le soleil était de nouveau là, et les arbres derrière elle. L'or, l'ambre et le rouge étaient partout, enflammant la vallée pour réveiller ses habitants. Morrigan ferma quelques secondes les yeux, le corps chauffé à la lueur. Loki aurait adoré cet endroit. Il avait toujours été bizarrement fier de la couleur dorée, comme si parce qu'il s'agissait de la couleur de ses ailes, cela lui donnait le droit de développer un fétichisme étrange. De toute façon, il était bizarre, Loki... Oui, Loki. Elle avait énormément de mal à se résoudre à l'appeler Gabriel. Loki était celui qu'elle aimait, Gabriel celui qui était mort.
Gabriel.
Gabriel.
Gabriel.

Une voix grave sembla faire écho à ses pensées, et la Déesse se tourna violemment vers le coté en entendant ce prénom. Elle n'était pas seule, apparemment, à vouloir profiter d'un lever de soleil sur le parc. A quelques mètres, un homme, dont elle ne parvenait à voir que le trench coat beige et les cheveux bruns. Visiblement, il ne l'avait pas remarquée, à moins qu'il se soit simplement décidé à l'ignorer. Loin de sa présence, c'était plutôt son attitude qui l'intriguait. Elle avait l'avait entendu. Elle en était persuadée. Ca ne pouvait pas être une illusion sonore. Morrigan s'approcha lentement, encore et toujours sur ses gardes. Le sujet était Gabriel. Peut-être un autre, qui sait ? Mais son instinct lui soufflait que non.

«  En général, les gens normaux ouvrent leurs trench coats devant les écoles... et ne parlent pas à un archange perchés sur une falaise. Es-tu perdu ? »

Au pire, il la prendrait sur une folle. Avec ses cheveux ébouriffés, ses pieds nues et ses vêtements tâchés, elle donnait le change. Après tout, peut-être qu'elle l'était, folle, affectée plus qu'elle ne le pensait pas la mort du Quatrième Fils.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Civilian
Hate mondays.
avatar

Castiel
Watch this madness burning out the way

.
Age : Indéfini
Job : Représentant pour la marque Pepsi
Situation : Célibataire
Localisation : Sur Terre
Feat. : Misha Collins
Copyright : Tumblr pour les gifs et Rose noire pour l'avatar
Otherself : Jonas Sanders
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 901
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Golden dawn - ft. Castiel ⚝ Sam 2 Déc - 11:20
Golden Down
ft. Morrigan
Le manque, la douleur de l'absence...Depuis que je m'étais rapproché des humains, je ressentais cela bien plus fort que jamais. Etre proche des humains permet de les comprendre, mais c'est à double tranchant, parce que plus vous passez de temps en leur compagnie, plus vous finissez par adopter leur manière de penser, parfois leur façon de vivre, mais surtout vous apprenez à ressentir leurs émotions et c'est cela qui est le plus douloureux. Avant d'aller en Enfer pour sauver Dean, je n'étais qu'un soldat, je n'agissais que sur ordre, ne prenant aucune initiative suivant les ordres donnés parce que c'était ce que je devais faire, je n'avais pas de pensée propre. On pensait pour moi et c'était suffisant et puis on me confia la mission d'aller chercher Dean en Enfer et là encore, j'ai obéi parce que c'était ce que je devais faire. Au début, cela n'eut pas vraiment d'incidence sur mon comportement envers les humains, mais petit à petit, j'ai commencé à comprendre leurs actions et j'ai fini par me retourner contre mes propres frères, j'ai été interdit de retourner au Paradis, j'ai trahi ma famille pour rester auprès des humains, parce que je savais que c'était là ma place. Même si je trahissais mes frères et mes soeurs en agissant ainsi, je ne trahissais pas mon Père, après tout, je continuais à veiller sur Sa Création ainsi qu'il le souhaitait. J'en veux pour preuves mes résurrections successives qui étaient de son fait et de personne d'autre. S'il n'avait pas été d'accord avec mes actions, il ne m'aurait pas ramené aussi souvent, n'est-ce pas ? Alors j'assume les conséquences de mes choix.

Il y a cependant quelque chose qui me fera toujours mal, c'est l'absence de mon frère, de Gabriel. J'aurais tellement voulu qu'il soit là, il aurait pu me conseiller, me dire ce que je devais faire, me dire si j'allais dans la bonne direction ou non...mais Gabriel n'était plus et cette fois-ci, c'était vrai. Je haissais Lucifer, il était un des quatre archanges et donc mon frère, mais il a tué Gabriel et ce crime est impardonnable. S'il n'était pas dans sa cage, je crois que je le poursuivrais pour l'affronter, même si j'étais certain d'y laisser la vie. J'avais un autre sujet de préoccupation en ce moment. Dean était devenu un démon et je ne savais que faire pour l'aider. Avec Sam nous cherchons la moindre info sur la marque de Caïn qui pourrait nous être utile, mais force est de constater que ce que nous trouvons est ce que nous savons déjà, c'est-à-dire pas grand chose. Je sens également que quelque chose se prépare, que nous allons devoir lutter, c'est un pressentiment que j'ai et il ne me quitte plus depuis quelques mois. Je n'en ai pas parlé à Sam parce que je ne peux pas lui expliquer, je n'ai rien entendu de concret, c'est juste une sensation. Je ne peux plus entendre la radio des anges, alors je ne suis pas d'une grande utilité pour trouver des informations.

Je suis venu dans cet endroit pour faire ce que je fais souvent quand je suis perdu : m'adresser à mon frère. Je n'en attends pas de réponse naturellement, mais cela me fait du bien de lui parler, même s'il n'est plus là. Le paysage est magnifique, mais je n'y prête guère attention, je ne suis pas là pour ça. Levant la tête vers les cieux. Fermant les yeux et laissant une douce brise caresser mon visage, je laissais échapper quelques mots.

- Oh Gabriel, j'ai tellement besoin de toi...je suis perdu, je ne sais plus que faire.

Si j'avais prêté attention à ce qui m'entourait, j'aurais remarqué une jeune femme non loin de moi, mais ce ne fut pas le cas, je sursautais presque lorsqu'elle prit la parole. Je me tournais vers elle et penchais la tête sur le côté en fronçant les sourcils d'incompréhension, pourquoi me parlait-elle d'école ?

- Je ne comprends pas votre référence. Il m'arrive souvent de parler à mon frère lorsque je suis...dans une impasse, dans une situation compliquée. Donc on peut effectivement dire que je suis perdu.

Bien sûr que je n'avais pas cherché à la démentir lorsqu'elle parla d'archange. Elle n'était pas humaine, elle devait donc voir que je ne l'étais pas non plus.

- Je suis Castiel et vous êtes... ?
© VANKA




Employee of the month

Castiel Sturges




Récompenses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t22-castiel-it-s-funnier-in-enochian http://solemnhour.forumactif.org/t798-carnet-d-adresse-de-castiel#9246
Civilian
Hate mondays.
avatar

Morrigan
Watch this madness burning out the way


Age : 3 933 ans.
Job : Mannequin de charme / Apprentie sorcière
Situation : Veuve; mère d'une petite fille; Eryn
Localisation : Louisiane . USA
Feat. : Lara Pulver
Copyright : ava : Black. Pinapple, signature : Vent Parisien,
Otherself : Meg Masters
Date d'inscription : 02/10/2017
Messages : 98
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Golden dawn - ft. Castiel ⚝ Sam 6 Jan - 2:27
Golden Dawn ft. Castiel



" Oh Gabriel, j'ai tellement besoin de toi...je suis perdu, je ne sais plus que faire. "

Loin, bien loin d'elle l'idée d'espionner une quelconque conversation, aussi étrange soit-elle, perchée sur un promontoire herbeux, là où nul n'était censé poser le pied. D'ailleurs, quelle était la probabilité de trouver déjà quelqu'un en ces lieux, les yeux rivés dans le ciel enflammé pour déverser une prière sur l'incandescence dorée du paysage qui s'étendait en contrebas. En des temps habituels, elle aurait sans un mot détourné les talons, autant pour lui laisser une intimité relative que pour retrouver la sienne. Les affaires humaines ne l'intéressaient pas. Pas maintenant, pas comme ça. En ces moments étranges, où une mélancolie si familière venait s'emparer de la Déesse, même le peuple Irlandais perdait de l'intérêt à ses yeux.

Alors pourquoi ?

Pourquoi s'était-elle attardée alors qu'elle aurait pu repartir en courant dans l'autre sens, délaissant l'homme et son trenchcoat. Quelque chose, une intuition. Une vibration étrange dans l'air qui mettait son corps en alerte. Et surtout, surtout, ce manifeste, cette supplique adressée au ciel qui répondait en écho à toutes les prières qu'elle ne prendrait jamais la peine de prononcer à voix haute. Elle comprenait. Elle comprenait si bien et si fort ce sentiment d'abandon et de naufrage, la suffocante sensation de perdition qui l'avait envahie alors qu'elle apprenait sa mort.
Morrigan aurait pu rester de longues minutes à l'écouter ainsi, protégée par le silence. Visiblement, son arrivée s'était faite dans la discrétion. Mais soudain, alors qu'elle croisait les bras, le calme lui paru insupportable et sans réfléchir, elle lança les premiers mots qui s'imposaient dans son esprit, les laissaient se former sur sa langue à l'instant même où elle les prononçaient, avide de voir enfin la tranquillité bousculée. Peu importait si on la prenait pour une évadée.

Mais aucun rire ne vint ponctuer l'étrange déclaration de la déité. A l'instant où l'inconnu se tourna vers elle, l'incompréhension peinte sur les traits, la vibration de l'air s'accentua, courant le long de sa colonne vertébrale comme autant d'aiguilles. Effectivement, la nature non-humaine de l'individu expliquait sans doute pourquoi la situation était si étrange. Et puis le soulagement de voir que son instinct ne s'était pas trompé, qu'elle était encore capable de déduction bien après que ses dons majeurs de voyances se soient éteints.
L'irlandaise sentait la terre meuble s'enfoncer à peine sous ses pieds alors qu'elle s'extirpait de son retrait. L'herbe grasse caressait lentement sa cheville, fouettant la peau pâle de son pied jusqu'à son arrêt final à ses cotés. Par mesure de sécurité, elle gardait une distance raisonnable, un bras environ. Le soleil continuait sa douce ascension, indifférent aux malheurs de quelques anciennes créatures perchées là, comme autant de statues de sel au sommet de tumulus.

" La Morrigan. Je ne voulais pas t'interrompre, Castiel. "

Oh si, précisément elle le voulait. Mais ça n'était pas quelque chose qu'il devait savoir. Quoi que, le pouvait-il ? Le lien de fraternité avec l'Archange qu'il venait d'évoquer permettait à la déesse de le classer chez les anges. Anges dont bons nombres de pouvoirs et de capacités lui étaient inconnues. Elle parvenait en général à régir avec brio ses pensées en compagnie de ceux capables de les percevoir. Avec Aine, elle avait même terminé par ne laisser que des images de combats investir son esprit à chaque rencontre pour dissuader la douce déesse d'aller y fourrer son nez - ce qui avait eu pour effet de la faire suspecter une légère stupidité chez la Morrigan, jusqu'à ce qu'elle ne comprenne le stratagème. Mais le pouvait-elle avec un être plus vieux que le monde lui-même ? Pourquoi pas. Si elle pouvait tutoyer sans crainte un être possiblement capable de la rayer purement et simplement de la surface de la carte, elle pouvait très bien garder tout ce qui se passait dans sa tête là où ça devait être : Dans sa tête.

" J'ai connu ton frère."

Ses yeux bleus s'étaient perdus vers le bas, étudiant les reflets dorés dont se paraît le paysage. Il aurait été d'une hypocrisie totale pour elle de lever les yeux au ciel. Si elle voulait rendre hommage à Loki, elle préférait regarder la un endroit où il avait été heureux, pas là-haut, déchiré entre les conflits fraternels et l'incapacité de son père.

" Du moins j'ai connu Loki. J'ignore si Gabriel était différent."







lumos maxima



The Morrigan dreams old dreams of flight

I used to roll the dice , feel the fear in my enemy's eyes. I used to rule the world, seas would rise when I gave the word. Now in the morning, I sleep alone, sweep the streets I used to own...|©️️ Vent Parisien


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Civilian
Hate mondays.
avatar

Castiel
Watch this madness burning out the way

.
Age : Indéfini
Job : Représentant pour la marque Pepsi
Situation : Célibataire
Localisation : Sur Terre
Feat. : Misha Collins
Copyright : Tumblr pour les gifs et Rose noire pour l'avatar
Otherself : Jonas Sanders
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 901
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Golden dawn - ft. Castiel ⚝ Dim 11 Fév - 16:14
Golden Down
ft. Morrigan
Je sais bien que c'est étrange que je m'adresse encore à mon frère alors qu'il n'est plus. Pourtant, les humains le font également n'est-ce pas ? Bon bien sûr ils le font dans d'autres endroits que moi, mais je ne voulais pas me faire surprendre, je voulais un peu "d'intimité". Au début je l'avais eu, mais rapidement une jeune femme avait parlé. En fait, il s'agissait d'une Déesse Païenne. Je ne savais pas exactement qui elle était, mais ce n'était pas le plus important. Elle finit par se présenter. Ainsi c'était Morrigan. Son culte n'était plus vraiment répandu, de toute façon Papa avait plus ou moins surpassé ces différents Dieux Païens et puis il n'en restait plus beaucoup maintenant, la plupart ayant été décimés par Lucifer, en même temps que Gabriel d'ailleurs. J'ignorais le petit pincement au coeur qui se saisit de moi à la simple pensée de mon frère bien aimé.

- Il n'y a pas de mal.

C'est vrai, elle n'avait tué personne, me déranger dans mes "prières" n'était pas un crime. De toute façon, comme je l'ai dit tout à l'heure, je n'attendais pas de réponse de mon frère. J'observais un instant La Morrigan. Elle était vraiment belle, en son temps elle avait beaucoup d'admirateurs, il y en avait encore un peu, mais ils étaient beaucoup moins...comment dire...fervents qu'auparavant, mais de toute manière, les Dieux Païens, n'étaient pas les seuls impactés. Les religions n'inspirent plus vraiment les humains. Ils ont tellement souffert que certains finissent par douter qu'il y a un quelconque Dieu. Il faut les comprendre, les humains sont tous comme Saint Thomas, ils ne croient que ce qu'ils voient, alors forcément, ils ont besoin de preuve concrètes et l'existence des oiseaux, des océans, même leur propre existence ne constituent pas des preuves suffisantes pour eux. Si Père leur apparaissait, je ne suis pas sûr que cela leur suffise non plus.  Les mots que prononça Morrigan m'interpellèrent.

- Ah oui ?

Un sourire se dessina sur mes lèvres quand j'entendis la suite.

- Et moi je ne sais pas comment était "Loki".  Gabriel a toujours été aimant, facétieux, protecteur, pas spécialement sévère, mais si tu le mettais en colère, alors il valait mieux disparaître de sa vue le temps qu'il se calme. Il a fait preuve de lâcheté en quittant le Paradis pour se réfugier dans cette identité connue de toi en tant que Loki, mais quelque part je le comprends, quand j'ai su la vérité, je n'ai pas été en colère contre lui, peut-être un peu déçu.

Je regardais le paysage au loin, j'étais reparti pour un instant dans les souvenirs que j'avais de mon frère.  Je posais ensuite de nouveau mes yeux sur Morrigan.

- Gabriel a été en charge de mon éducation, enfin au début...et jamais il ne m'a fait le moindre mal...alors naturellement, sa perte est pour moi source de chagrin. Je n'aurais jamais ressenti de telles émotions si je n'avais pas passé autant de temps en compagnie des humains. Maintenant dis-moi, comment était Loki ? Tu peux me parler un peu de lui ?

J'étais attentif à ce qu'elle allait me répondre. J'ai fini par savoir que Gabriel s'était caché sur terre sous l'identité de Loki, mais je n'avais jamais connu cette "facette" de lui, alors j'aurais bien aimé en apprendre un peu plus, savoir si Loki différait beaucoup de Gabriel ou pas.
© VANKA




Employee of the month

Castiel Sturges




Récompenses:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t22-castiel-it-s-funnier-in-enochian http://solemnhour.forumactif.org/t798-carnet-d-adresse-de-castiel#9246
Civilian
Hate mondays.
avatar

Morrigan
Watch this madness burning out the way


Age : 3 933 ans.
Job : Mannequin de charme / Apprentie sorcière
Situation : Veuve; mère d'une petite fille; Eryn
Localisation : Louisiane . USA
Feat. : Lara Pulver
Copyright : ava : Black. Pinapple, signature : Vent Parisien,
Otherself : Meg Masters
Date d'inscription : 02/10/2017
Messages : 98
CivilianHate mondays.
MessageSujet: Re: Golden dawn - ft. Castiel ⚝ Ven 16 Mar - 15:50
Golden Dawn

Elle sourit calmement devant l'ironie de la situation. Au fond d'elle pulsait toujours la haine de ce monde Judéo-Chrétien qui avait dévasté le sien sans aucune compassion, causant la mort de centaines de ses frères, de milliers de ses sœurs. Cependant ici, perchés comme deux oiseaux solitaires sur leur haute colline, attristés par la même perte, jamais elle ne s'était sentie aussi proche de l'un d'entre eux. Même disparu, Gabriel parvenait à jouer du comique de situation.
D'une main gracile, elle repoussa de son visage les boucles gorgées d'eau et de pluie qui obstruaient son champs de vision, baladées par la légère brise qui soufflait délicatement. Morrigan écoutait la voix grave lui conter l'histoire d'un Gabriel qu'elle ne connaissait pas. L'histoire d'avant leur rencontre, l'histoire d'avant même sa propre existence. Et elle buvait ses paroles, comme l'enfant fasciné par les récits d'un lointain aïeul.

" Je ne pense pas qu'on puisse mettre l'intégralité de sa fuite sur la lâcheté. Il faut parfois bien plus de courage pour quitter les rangs et les gens qu'on aime que de rester sagement là où est notre place… Mais je comprends. Etrangement, je comprends. Le sentiment d'abandon. "

Ses yeux s'égarèrent un instant dans le vide, se replongeant dans cet instant critique et douloureux où elle avait apprit qu'il n'était plus. Par delà la tristesse incommensurable qui avait entaillé le cœur de la Déesse, c'est la sensation qu'il s'était joué d'elle qui lui restait en mémoire. Durant tout ce temps, il lui avait caché la vérité. Mensonge.

" Loki était insupportable."
Elle sourit, tendrement.
" Vraiment. Je crois ne jamais m'être attirée autant d'ennuis qu'en restant en sa compagnie et en celle de Dyonisos. Mais il rendait chaque jour aussi unique qu'au commencement du monde. Bien que j'avoue avoir parfois eu envie de le frapper tant il se jouait de tout et de tout le monde - et il me semble l'avoir fait dix ou vingt fois. Maintenant, en y réfléchissant, je me dis que peut-être il cachait la tristesse de son départ derrière toutes ses plaisanteries. "

Il s'appliquait tellement à toujours paraître joyeux… Elle aurait dû voir qu'il cachait quelque chose, elle qui se targuait de l'aimer au-delà de tout.

" Et pourtant, il était attentionné, et il aurait sans l'ombre d'un doute tout donné pour les siens. Qu'ils soient anges ou Dieux. Beaucoup d'entre nous se sont sentis trahis à la révélation de sa véritable nature. Mais ils pourront dire ce qu'ils veulent, il était des nôtres. Il était de notre famille, autant que de la vôtre. Il.."

Sa voix se brisa, et Morrigan passa une langue fébrile sur ses lèvres.

" Il était mon ami. Et ma raison de me battre."
lumos maxima



The Morrigan dreams old dreams of flight

I used to roll the dice , feel the fear in my enemy's eyes. I used to rule the world, seas would rise when I gave the word. Now in the morning, I sleep alone, sweep the streets I used to own...|©️️ Vent Parisien


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: Golden dawn - ft. Castiel ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

Golden dawn - ft. Castiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: Other places, other eras :: Back to the past-
Sauter vers: