Partagez | .
 

 I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Age : 3 930 ans.
Métier : Garante de cautions / Barmaid
Situation : Veuve
Localisation : Louisiane
Feat. : Lara Pulver
Copyright : ava : Pumpkyn, Gif n° signature : Asmo
Je suis aussi : Meg Masters
Date d'inscription : 02/10/2017
Messages : 64

Message Sujet: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 2:06

La Morrigan


ft. Lara Pulver

Véritable forme humanoïde décharnée. Iris dorés fendues et blanc de l'oeil noir; Deux yeux placés à l'humaine et un au milieu du front + un oeil aviaire sur chaque épaule ; crocs lupin et mâchoire déboîtable; griffes rétractiles; glyphes rouges; cheveux de plumes noires; voix grave rarement supportable; peau d'un blanc pur et ailes noirs naissant aux omoplates. Possibilité de faire apparaître distinctement chacune des caractéristiques. .

ANECDOTE UNE ❖ Morrigan n'a pas grand amour pour tout ce qui touche au monde Juédo-chrétien. Elle estime que c'est de leur faute si elle a été obligée de quitter son île chérie et nourrit donc certaines rancoeurs à leur égard. Cependant, elle comprend leur lutte et ce même si elle estime qu'aucun panthéon ne devrait prendre l'ascendant sur un autre.ANECDOTE DEUX ❖ Elle est profondément engagée dans la lutte féministe, au point d'avoir été une des premières femmes à manifester pour le droit à l'avortement et les violences faites aux femmes. Elle ne prône pas une société totalement matriarcale, dominée par les femmes, rassurez vous. Mais en plus de  2 000 ans, elle n'a pas tellement vu les choses évoluer, et c'est inadmissible de voir qu'elles ne peuvent faire ce qu'elles veulent. ANECDOTE TROIS ❖ Morrigan a vu s'éteindre l'intégralité du panthéon Celte, c'est pourquoi elle est prête à protéger les autres dieux qui trouvent grâce à ses yeux. Ils sont rares, certes, mais elle tient à eux.ANECDOTE QUATRE ❖ Elle n'est pas quelqu'un de forcément sanguin, préférant souvent réfléchir avant d'agir. Mais parfois, lorsqu'elle se laisse surpasser par ses émotions, ses colères peuvent être particulièrement violente, au point de la faire entrer dans une frénésie bien souvent destructrice. La plus mémorable reste sa destruction total d'un champ de bataille aux côtés des Dé Dannan, alors qu'elle était encore une déesse crainte et adorée. Parfois, lorsqu'elle ferme les yeux, l'odeur du sang imprégnant la terre lui revient en mémoire. ANECDOTE CINQ ❖ Bien qu'on la réduit souvent à la déesse de la mort, Morrigan est divinité à plusieurs visages : Déesse de la mort et de la lutte guerrière, elle symbolise également l'aurore et la fertilité, et peut même parfois être associée au destin. De plus,
elle est en quelque sorte une trinité païenne. Nombreux sont les textes la dépeignant comme étant au final la somme de trois déesses-soeurs : Macha " la plaine"; Badb " la corneille " et Nemhain " la frénésie". Bien que priés indépendamment ces trois noms correspondent tous à la Morrigan et aux différents aspects qu'elle a pu prendre durant son règne sur l'Irlande. Sous Badb la corneille, son animal fétiche, elle possède le savoir, et tient la victoire du champ de bataille entre ses mains,
insufflant courage ou terreur dans le coeur des guerriers en fonction du camps qu'elle s'est choisi. Macha, son coté le plus calme, le symbole de royauté, de la terre ainsi que de la fertilité tandis que, à contrario, Nemhain apporte frénésie guerrière, bains de sang et aliénation des combats.  ANECDOTE SIX ❖ Etre associée à la Fée Morgane dans le très chrétien Cycle Arthurien l'amuse beaucoup, quoique souvent diabolisée dans ces récits par l'Eglise. On la décrit comme soeur et amante du roi Arthur Pendragon et mère de son fils Mordred, bien qu'elle n'ai en vérité aucun enfant. Du moins aucun qui n'ai survécu. Cependant, tout comme elle, Morrigan est une figure emblématique de la sorcellerie.ANECDOTE SEPT ❖ De sa vie en Irlande, Morrigan ne conserve pas grand chose, si ce n'est trois bracelets sculptés en bronze et une dague au manche d'os. De son cheval rouge à une patte il ne reste plus rien, probablement qu'un tas d'ossements après avoir été abandonné par sa maîtresse. En son hommage, elle conduit à présent une Coccinelle rouge pétant qui lui donne bien souvent du fil à retordre.  ANECDOTE HUIT ❖ Lorsqu'elle est arrivée aux Etats-Unis, Morrigan aimait beaucoup se rendre au parc de Yellowstone pour observer les loups qui lui rappelaient la forme qu'elle parvenait à prendre lorsqu'elle était au sommet de sa puissance. Mais après l'installation de la routine, elle y va de moins en moins, la nostalgie étant trop douloureuse. Pour ce qui est des corneilles en revanche, elle les attirent toujours autant. Elle a donc installé un petit bassin dans son minuscule jardin pour qu'elles puissent s'y baigner, bien qu'elle ne puisse plus utiliser leurs yeux pour observer le monde comme autrefois. De même, prendre leur apparence est devenu une véritable épreuve de force.  ANECDOTE NEUF ❖ Elle voue une véritable aversion aux chasseurs depuis l'assassinat de son époux Dagda par l'un d'entre eux. Et les siècles passés depuis n'enlèvent rien à sa haine, bien que vu l'état actuel des choses, elle va probablement être amenée à en fréquenter plus que raison. ANECDOTE  DIX ❖ Arrivée que tardivement en Amérique, elle a beaucoup peiné avant de prendre ses marques. Mami Wata l'a énormément aidée. Cependant, et même si elle est maintenant relativement à l'aise dans ce pays qui n'est pas le sien, elle reste énormément attachée à son île - sur laquelle elle n'a pas mis les pieds depuis plus de cinq siècles - au point d'en suivre l'actualité avec autant d'acharnement que les humains suivent le SuperBowl. ANECDOTE ONZE ❖ Si on devait la ranger dans un camps, on pourrait dire qu'elle est irrémédiablement du coté des humains.Peut-être par intérêt, certes, puisqu'elle a très bien compris que c'était d'eux qu'elle tirait sa puissance, mais tout de même. Après, elle ne dit pas non s'il faut en sacrifier deux ou trois cents, faut pas non plus déconner. ANECDOTE DOUZE ❖ Malgré le déclin de plus en plus rapide de ses pouvoirs, Morrigan n'a pas besoin d'eux pour mettre une chasse à n'importe qui. Sa maîtrise des techniques de combat et absolument parfaite, perfectionnée depuis plus de deux milles ans, de même que celle des armes, des plus anciennes comme la fronde, jusqu'à l'AK 47, aux FAMAS et à l'artillerie lourde. ANECDOTE TREIZE ❖Elle parle une quinzaine de langues, mais garde un fort accent irlandais lorsqu'elle parle Anglais. ANECDOTE QUATORZE ❖ Ne lui parlez pas de la saint Patrick, sous peine de fortement la vexer, voir même de l'offenser.

CARACTERE
Courageuse + Stratège + Entêtée + Sulfureuse + Rancunière + Féministe+ Dominatrice  + Combative + Séductrice + Parfois cruelle + Malicieuse + Intelligente.
Hello Darling ! Ici La Morrigan, aka Macha; Badb; Nemhain; Grande Reine; Reine Fantôme.. J'arbore fièrement mes presque 4.000   années depuis  1920 av. J-C. Si tu fouillais mon dossier entièrement, tu saurais que je suis un(e) Divinité païenne né(e) à Irlande, et que je suis présentement une personne Veuve ayant une préférence pour Tout . J'exerce présentement le métier de Prof bénévole de self-défense dans une association contre le harcèlement de rue, garante de cautions pas forcément légales, barmaid le week-end.  , mais qui sait ? Il se pourrait que ça change.

pouvoirs


Immortalité / Invulnérabilité ❖ Elle n'a jamais eu conscience de ce qu'était réellement le temps. Depuis toujours, il n'a aucune prise sur elle, et elle se contente de maîtriser son influence sur les choses qui l'entourent, humaines ou non. Et si sa route ne rencontre pas celle d'un puissance sortilège, d'un vieux démon, d'un ange ou d'un pieu de rrhododendron badigeonné de sang de corneille, elle risque bien de voir la fin du monde.

Super force/Super Stamina ❖  On ne serait pas une déesse de la guerre si on était aussi fragile que du cristal. Morrigan partage cette particularité avec bon nombre de dieux païens, voir même de créatures. En lien avec sa super force, elle peut également répéter une action épuisante pour le commun des mortels sans en ressentir la moindre fatigue.

Lancer des Sortilèges/MagieExpert Ca n'est pas pour rien si on la représente souvent comme une déesse sorcière. Bien que sa magie soit ancienne et ne lui sert pas spécialement dans la vie de tous les jours, elle possède quand même un excellent niveau dans le domaine. Elle peut également créer ses propres sorts et rituels, afin d'attirer des fidèles ou simplement pour le plaisir de créer quelque chose. Voir de maudire deux ou trois personnes au passage.

TélékinésieExpert Elle peut déplacer des objets par la simple force de sa pensée. Ce n'est pas un pouvoir dont elle se sert tous les jours, cependant, il arrive parfois que ledit pouvoir décide de manifester sa présence. Principalement lorsqu'elle est en furie. Pour casser des choses. Ou lancer ladites choses - de préférence lourdes - sur les gens.

Biokinésie( anc. Expert ) Avancé, en déclin  Comme toute divinité qui se respecte, Morrigan peut intervenir sur un être vivant par la simple force de la pensée. C'est un pouvoir qu'elle maîtrise relativement bien, même si elle commence à sentir que lui aussi se fait la mal.

Super SensMoyen Tous ses sens ne sont pas extrêmement développés, contrairement à certains des dieux les plus anciens. En vérité, seules la vue et l'ouïe bénéficient de cette supériorité : Sa nyctalopie lui permet de se sortir de pas mal de situations désagréables, en plus de ne pas se cogner le petit orteil quand elle se lève la nuit.

Nécromancie ( anc. Expert ) Faible, en déclin  En tant que Déesse de la mort et de l'Autre Monde, Morrigan possède le don de voir et de pénétrer, si elle le souhaite, dans le voile qui sépare le monde des vivants de celui des morts, et interagir avec les défunts. Cependant, chaque visite est de plus en plus fastidieuse.

Changement de forme( anc. Expert ) quasiment éteint Si autrefois elle pouvait prendre la forme d'un loup et d'une corneille à volonté, aussi facilement que l'on cligne des yeux, ça n'est plus le cas à présent. Se transformer en prédateur est totalement impossible, et sa dernière métamorphose en corneille date d'il y a plus d'un demi-siècle. Ce fut tellement fastidieux et épuisante que Morrigan ne s'est pas réessayée à l'exercice depuis.


Contrôle des émotions( Anc. Expert ) Eteint L'une des plus grandes difficultés à être oubliée, c'est la perte progressive de ses pouvoirs. Le premier à avoir disparu, ce fut le contrôle des émotions. Celle qui pouvait autrefois faire mourir un humain de peur se retrouve désormais sans rien d'autre que sa jolie frimousse pour tenter de plier les hommes à sa volonté. Et si ça se révèle pour le moment relativement efficace, elle regrette ce temps où elle influençait les foules d'un battement de cils.

Prédictions ( anc. Avancé ) Eteint C'est sans doute le pouvoir qui lui manque le plus. Les flash prophétiques, qu'elle ne maîtrisaient cependant pas, lui assuraient malgré tout assez de temps pour lui permettre de prendre la fuite, ou de choisir un camp dans un conflit. Maintenant, elle doit simplement jouer à l'instinct.




Asylum

Connue sous le pseudonyme de Pumpkyn, j'ai présentement 19 pommes depuis le J20/05. Cependant, vous me reconnaîtrez peut-être sous le visage de Meg Masters. J'ai connu SH grâce à Rien du tout je suis déjà inscrite et j'ai pris connaissance du règlement. La preuve yéyé l'a embarqué sauvagement. Par ailleurs, si je devais avoir des remarques sur ma présentation, je préférerais les avoir PAR MP :21:.

Au passage, je crédite Kath pour mon avatar, Tumblr pour mes gifs & Tumblr pour mon icon. Pour finir, il est savoir que je me suis arrêté(e) à la saison 10 de SPN.

HELLOPAINFUL;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 3 930 ans.
Métier : Garante de cautions / Barmaid
Situation : Veuve
Localisation : Louisiane
Feat. : Lara Pulver
Copyright : ava : Pumpkyn, Gif n° signature : Asmo
Je suis aussi : Meg Masters
Date d'inscription : 02/10/2017
Messages : 64

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 2:10

Story of your life


Just because everything's changing doesn't mean it's never been this way before



*

D'aucuns la prétendent née du néant. Du fluide qui entoure toute chose et qui contrôle toute vie. D'une volonté farouche de voir émerger une déesse guerrière capable de violence autant que de miséricorde. Pléiade de Dieux Païens sont nés de la sorte, résultat d'une besoin, d'une nécessité, d'un espoir qui a grossit jusqu'à modeler l'éther, jusqu'à former la divinité. La croyance forme le dieu, dont-on souvent. Et c'était bien plus mystique pour une déité de se prétendre venue de nulle part. Ça donne un coté symbolique à son existence.
En vérité, elle possède bien des parents. Sa mère est Enmas, déesse des Tuatha Dé Danann et d'un père inconnu. De leur union naquît La Morrigan. Il est fort peu probable, voir même totalement impossible qu'elle soit venue au monde dans le sens où les humains l'entendent. Elle n'a également sans doute jamais été un petit bébé hurlant pour avoir sa nourriture, ou même une enfant. Après tout, peut-être est-elle finalement née d'un espoir, celui de ses deux créateurs.


L'histoire de l'Irlande n'est qu'une succession d'invasion. Certaines restent dans les mémoires, souvent les plus récentes, comme la première foulée des Gaëls. D'autres, plus anciennes, plus obscures, mettant en scène des entités puissantes et destructrices, furent lentement oubliées. Aujourd'hui ne reste de ces batailles que de frêles encochent sur des rochers couverts de mousse et l'écho du fracas des épées dans le creux des plaines, pour qui sait écouter. Pour comprendre d'où vient Morrigan, il faut savoir écouter. Sentir sous ses pieds l'herbe grasse trembler sous l'assaut des guerriers, et se laisser guider par le vol des corbeaux.

Ça n'est pas ici qu'elle est née. Elle venait de quatre Îles au delà de la mer. Nul ne sait ce qui a poussé son peuple à quitter ces terres pourtant paradisiaques. Aucun récit n'y fait mention, et Morrigan refuse d'ouvrir la bouche à ce sujet...

*

Les hurlements de guerre et le tonnerre du fer faisaient écho à son carnage. Tout autour d'elle, la frénésie des combats avait enflammé la plaine, où l'herbe verte retrournée par les charges successives redevenait bientôt une mélasse de boue. Ses crocs meurtiers s'enfonçaient dans la chair, dans les coeurs, dans les membres. La mer achevait d'effacer les cris de douleur.

Qui aurait crû que l'Irlande était déjà occupée lors de leur arrivée ? Sans doute certains le savaient-ils mais s'étaient bien gardés de prévenir le reste des troupes. Ils avaient brûlés les bateaux, certains de ne pas repartir. L'Irlande la verte, la Belle Irlande, possédait déjà des occupants lorsque les Tuatha avaient débarqués pour en prendre possession. Les Fir Blog, maîtres artisans et forgerons, eux même colonisateurs. Et comme s'était à prévoir, ils ne s'étaient pas laissés déposséder de leur patrie sans riposter. Les négociations n'avaient pas abouties. L'hostilité flagrante les avaient tous deux conduits là, sur ce champ de bataille.
Le sang battait dans ses tempes, couvrant sa vision d'un voile rouge. Pourtant, elle ne s'était jamais sentie aussi alerte, aussi dangereuse qu'en ce moment même. Chacun de ses sens étaient exacerbés. Elle voyait, elle sentait tout. Elle frappait, ils tombaient, un par un, encore et encore. Le temps n'existait pas, la pitié non plus. Elle pouvait le sentir, ce pouvoir dans ces veines. Cette jouissance insupportable et pourtant délicieuse. Il n'y avait qu'elle et eux, rien d'autre pour le moment. La gorge d'un guerrier s'ouvrir sous le revers de sa lame, et le corps solide s'écroula au sol dans un gargouillis étranglé. Morrigan passa sa langue sur ses lèvres, y trouvant le goût métallique du sang.

Au loin, portée par le vent, on sonnait la retraite. Les Firbolgs étaient vaincus. Leur roi, Eochaid, était tombé, accompagné par  100 000 de ses guerriers.
Un hurlement de victoire s'échappa de sa gorge, se joignant aux autres. Et puis, alors qu'elle regardait autour d'elle l'hécatombe accomplie, elle sentit se calmer en elle la folie de la guerre. Sa vision retrouva sa clarté et le souffle du vent caressa son visage. Nemhain s'était rendormie. .

Bientôt, il lui faudrait revenir veiller les morts, guider les âmes vers le Sidh. Et parmi eux, sa propre mère.

Ainsi s'achevait la Première Bataille de Mag Tuireadh.
Surviendra un peu plus tard la seconde, tout aussi destructrice, face aux Fomoires.  


*

Ses doigts dépassaient à peine de la main du Dieu, et pourtant elle la serrait comme si sa vie en dépendait. Autour de leurs poings enlacés, on avait noué une corde de lierre, symbole du lien qui les unissaient désormais. Derrière eux, on frappait les boucliers, et la harpe de Dadga jouait l'air de la joie. Morrigan avait délaissé un instant, rien qu'un instant ses responsabilités. Pas de morts à conduire dans l'Autre Monde. Pas de guerre et de conflit. L'ambiance était la fête et on avait allumés derrière les deux amants un brasier qui projetait ses flammes hautes dans la nuit de Samhain. Ce soir, elle prenait officielement Dadga pour époux.
Elle le savait infidèle, elle l'était aussi, pour avoir tenté de séduire Cúchulainn. Mais ils étaient toujours revenus l'un vers l'autre. Et l'éternité n'était pas toujours compatible avec une vie de fidélité.
Pourtant, elle l'aimait.

*

1287 av J-C

On y était. Après des siècles de calme relatif, les invasions reprenaient. Les Mileniens. En minorité et bien que bénéficiant d'une technicité redoutable, les Tuatha sentaient poindre la défaite. Ecartant ses ailes, la Morrigan profita d'un courant chaud pour se laisser porter, le regard rivé sur ses frères et ses soeurs. Elle discernait Mac Greine et son épée. Dadga et sa magie. Mais malgré tout ça, aucune trace de victoire. Gonflant ses poumons d'oiseau, elle lança un cri, inçitant son peuple à user de ses dernières forces, un dernier effort pour tenter de contrer une finalité pourtant évidente. La rage redoubla dans ses rangs, et elle vira à droite pour éviter un tir. Le soldat responsable s'écroula aussitôt.
D'ici, elle avait une bonne vue d'ensemble pour planifier ses actions. Mais peu importe le savoir de Badb, il n'y avait plus rien à faire. Alors l'oiseau plongea en piqué vers le sol, se reprit forme humaine. Aussitôt, elle s'acharna dans la bataille, à corps perdu. Tout donner ou disparaître, c'était la dernière chance. La toute dernière chance.
Un violent fracas résonna sur les lieux, ammenant avec lui un silence de plomb. Plus personne ne bougeait, les yeux rivés sur le coté ouest. Mac Greine, Mac Cuill et Mac Cecht se tenaient debout, la tête haute mais les bras desarmés. Les trois derniers rois suprêmes d'Irlande avaient jeté leurs épées.

Ils avaient perdu.

Un à un, les guerriers celtes laissent tomber leurs armes à terre en signe de rédition. Morrigan fut la dernière à lancer ses glaives sur le sol. Son regard était noir, et toisait les Milésiens aux alentours, les défiants d'exprimer un quelconque signe de victoire. Elle pourrait les tuer. Tous, maintenant. Mais les siens le seraient également. C'était trop tard. Derrière son regard haineux et son air bravache, l'amertume de la défaite et de la douleur roulait sur sa langue.

Si elle avait été plus brave, elle aurait pu sauver l'Irlande.

*

150 av J-C

Ils avaient été relégués sous terre, dans L'Autre Monde. Eux les anciens rois d'Irlande, étaient maintenant condamnés à l'exil dans ce monde où elle avait autrefois été souveraine. L'amertume et le regret parcourait les rangs. Cependant, lentement, et au fur et à mesure des générations qui s'écoulaient à la surface, ils étaient entrés dans la légende. On reconnaissait leurs exploits, et vénéraient leur bravoure. Après tout, il fallait aux mortels des Dieux auxquels s'identifier, des épopées et des batailles pour se permettre de rêver. Les rituels étaient devenus une part de la vie quotidienne. Ils avaient une nouvelle jeunnesse.
De temps à autre, la Morrigan se mêlait aux hommes. Incognito, elle parcourait les villages et les routes, profitant du pouvoir généré par ceux qui la vénéraient.

*

432 ap.J-C.

Ce qui se murmurait était vrai. L'Irlande avait été atteinte par la folie monothéiste qui s'était déjà emparée des terres plus au sud, réduisant à néant nombre de panthéons sur son passage. Tout d'abord, Morrigan avait refusé d'y croire. Ce peuple, descendants de ceux qui avaient obligé les siens à l'anonymat et que pourtant elle avait appris à chérir tendrement, ne pouvait pas céder. Les Gaëls n'avaient pas besoin d'un Dieu Unique, ils en avaient des centaines, puissants, aux exploits bien plus remarquables que celui d'avoir enfanté une femme sans même la toucher – témoignant également de son extrême ennui pour s'être refusé la partie la plus amusante de la conception. Le peuple irlandais était comme eux : Ils aimaient la fête, les rires. Boire et manger jusqu'à en crever. Ils n'étaient pas fait pour cette religion de pénitence.

Visiblement, elle avait tort.
On avait interdit l'ancienne religion. A une vitesse folle, les églises et les messes fleurissaient sur l'Île et on s'appropriait les lieux autrefois sacrés. Ceux qui connaissaient l'art de la magie étaient regardés de haut, dénigrés, humiliés par ces gens qu'ils avaient aidés par leurs préparations et sortilèges. Les anciens Dieux étaient traînés dans la boue après avoir été condamnés à la clandestinité. Et lentement, ils commencèrent à décroître, malgré les célébrations païennes secrètes qui se tenaient encore dans le foin d'une grange ou la nuit d'une fôret. Les plus récents qui n'étaient plus du tout vénérés  cessaient tout bonnement d'exister, tandis que les plus anciens plongeaient dans un sommeil duquel ils ne se réveilleraient pas. Dadga ne dû sa survie qu'aux pratiques druidiques ancrées dans la vie courante et qui ne pouvaient être effacées. Morrigan, elle, peut compter que sur les femmes désespérées en appelant à la déesse de la fertilité et à sa compréhension de femme. Pour la première fois de la lente descente qu'elle allait connaître, elle sentit ses pouvoirs décliner. Au début, ce n'était rien, qu'une impression étrange, comme un pincement glacé. Ils allaient pouvoir survivre. Ils n'avaient pas combattus des géants pour se voir exterminer par un Dieu dont on ne connaissait pas le nom.

*

XIe
Le Dieu Druide était mort. Morrigan pinça les lèvres. Elle se souvenait encore du bruit humide qu'avait fait le pieu d'If traversant ce coeur qui lui appartenait. Elle n'avait jamais trouvé le bruit de la chair, la vue du sang écoeurante, mais cette fois, elle avait manqué de défaillir. Les restes de son pouvoir avaient explosés, brisant instantanément les nuques des reponsables. Mais c'était trop tard. Même en retirant le pieu. Même en berçant son corps sans vie contre sa poitrine. Même en hurlant de désespoir, de douleur. Même en priant ses frères et soeurs. Elle avait pour la première fois adressé une pensée au Dieu unique. Une menaçe plus qu'une prière. Les hommes devenaient fous. Partout, on dressait des bûchers, on noyait les présumés sorcières et sorciers. Et on assassinait les Divinités. On passait en justice et on torturait des femmes qui n'avaient  pour seul défaut que celui de connaître la médecine des plantes. Qui était-il, ce Dieu qui prônait que la haine et la mort valait mieux que la vie humaine ?

Morrigan avait enseveli son corps paré de bijoux, avec Tuatha encore en vie, sur la colline de Tara, là où tout avait commencé. A ses cotés, ses armes,sa massue et sa harpe. Elle avait tranché une mèche de ses cheveux pour la glisser entre les mains jointes de son amant et avait détaché de son coté un glaive au fer couleur de nuit. Elle savait que son âme était déjà partie, mais il méritait une trace de son existence sur la terre qu'il chérissait. Et alors qu'on refermait le cairn, elle savait ce qu'elle devait faire. Ce peuple avait clairement montré qu'ils n'étaient plus les bienvenus.

Le vent fouettait son visage, et les embruns volaient. Depuis le bateau qui l'entraînait loin de sa patrie, Morrigan regardait une dernière fois les falaises vertes de l'Irlande. Elle n'y reviendrait pas, elle le savait. Elle laissait absolument tout là-bas. Son amour, sa famille. Mais elle ne resterait pas à observer le peuple qu'elle aimait se déchirer. A nouveau sa langue passa sur ses lèvres. Au goût du sang avait succédé celui des larmes.

*

Alentours du XIIe


Les voyages étaient tout ce qui occupait son temps à présent. Quelques décénies après avoir débarqué en Ecosse, elle était de nouveau sur les routes. Bouger lui donner l'illusion d'exister encore. Découvrir des nouvelles choses lui permettait de remplacer ses pouvoirs défaillants par toutes sortes de connaissances et lui ôtait de l'esprit qu'elle était présentement en train de mourir à petit feu. Elle suivaient les grands conflits. Devant elle se présentait ce qu'on appelerait plus tard l'Allemagne. Son séjour dura cependant un peu moins longtemps que prévu. Les peuples s'y trouvant étaient plus imprégnés de christianisme que ce qu'elle avait imaginé, et elle préféra remonter vers le nord, jusqu'à l'actuel Norvège en 1183. Deux opposants légitimes s'affrontaient pour le trône, il lui fallait être là. Cependant, elle n'a pas dégainé son épée, ni même lancé de cri de guerre. Morrigan s'était contentée de survoler les bateaux de guerre, fermant les yeux. Et lorsqu'enfin le vent ne lui fut plus favorable pour continuer de planer, elle s'était laissée redescendre sur la berge. D'ici, elle avait observé les voiles déchirése et les cris. Et fermant les yeux, elle avait confié l'âme des défunts à l'Autre Monde.

Finalement, Morrigan n'était pas repartie des pays nordiques et s'était installée au coeur du Danemark, enterrant à l'extrême nord du pays le présent de son ancien amant : Le chaudron de Dadga. On le trouverait plus tard sous le nom de Gundesturp.Elle ne pouvait se permettre de le garder si elle voulait s'intégrer au peuple. Leur climat était froid mais ils avaient le coeur chaud. Leurs coutumes lui rappelaient souvent son pays. Peuple guerrier pour une déesse guerrière. Elle apprenait l'utilisation de ses plantes des climats froids qu'elle ne connaissait pas. Intégrait à son inventaires sorts et formules et en partageait d'autres. La période de Renaissance du XIIe siècle venait de commencer, lui permettant de découvrir les textes des auteurs antiques et arabo-musulmans dont elle ne connaissait ni la pensée ni la langue. Elle apprit le Grec, le latin et l'arabe. Le Moyen Âge connaissait son premier bouleversement culturel.

*

XIIe– Fin du XIIIe

Au cours de ses pérégrinations, son coeur se réchauffa devant les Dieux qui subsistaient. Si nombre d'entre eux ne lui firent pas une grande impression, certains parvinrent à gagner son affection. Avec Dionysos, elle complotait milles et une bêtises  autour d'un verre – voir même un bon paquet– jusqu'à finir par rire aux éclats sans pouvoir s'arrêter et de passer aux confessions nocturnes. Rajoutez Loki et sans hésiter, la soirée devenait hors de contrôle, au point qu'elle s'était fait sans doute un bon nombre d'ennemis rien qu'en acceptant de passer des soirées avec eux. Mais elle aimait la fête, emmerder son monde et l'hydromel. Elle ne pouvait pas refuser, ç'aurait été criminel.

Elle vivait plus maintenant qu'elle avait quitté l'Irlande qu'auparavant. Si Eiru restait pour toujours dan son coeur, le déchirement se faisait moins sentir lorsqu'elle défiait Odin au bras de fer ou échangeait ses connaissances magiques avec Eki. Elle avait croisé le dieu mésopotamien au nord de l'Italie et ils avaient longuement discuté, avant de se quitter en se promettant de se revoir rapidement. Elle n'avait plus jamais eu de nouvelles.

La Déesse avait parcouru la vieille Europe de long en large, alternant entre voyages et retour dans son pays d'adoption. Elle avait vu se monter les premières pierres des châteaux forts. L'appel à la croisade la contraria autant qu'elle l'impressionnant : Tant de personnes volontaires pour un homme qu'elles n'avaient jamais vu. Elle, on la suivait, mais parce qu'on savait qu'elle était réelle et qu'il était mauvais de ne pas le faire. Elle avait vu s'élever l'Empire Latin de Constantinople et les peuples se monter les uns contre les autres sous ordre d'un pape.

*

XIV – Fin du XVII

A la mortalité causée par les conflits de religions ou d'expension de territoire s'était ajoutée le fléau de la mort noire. Ca n'était pas la première fois que l'on était confronté à une épidémie de peste, mais celle-ci était la Peste Noire. Le peuple, déjà fatigué par l'alternance entre sècheresse et humidité qui sévissait partout,  se laissa rapidement emporter. Les humains s'écroulaient comme des mouches tandis que le bacille infectieux réduisait la population de l'Europe de moitié. Jamais La Morrigan n'avait vu autant de morts. Par ses charmes, elle réussi à en soigner certains, privilégiant les enfants que les personnes âgées mais ils étaient tellement nombreux... Les cadavres s'entassaient dans les rues, autant d'âmes qu'elle ne pouvait appaiser seule. Immunisée, elle errait sur les pavés, refermant de deux doigts leurs yeux écarquillés, déposant une main sur leurs front déjà froids, murmurant quelques mots d'encouragement  dans l'espoir qu'ils trouverontseuls le chemin du Sidh.  On ne prennait même plus la peine de creuser des tombes, jetant les corps desarticulés dans des fosses que l'on recouvrait de chaux. Le respect du mort n'existait plus et la divinité avait préféré détourner le regard. Chez eux, même les ennemis étaient enterrés dignement.

Et la Renaissance, née au coeur de l'Italie, effaça le traumatisme de la pandémie. Il fallut tout de même plus d'un siècle pour effacer les marques les plus visibles de ce que certains appelaient le Fléau de Dieu. La puissance relative qu'elle avait obtenue en reprenant l'espace de quelques années son rôle de Reine Fantôme s'estompait au  fur et à mesure que l'Europe basculait du Moyen Âge vers cette nouvelle période. Les arts progressaient, les sciences également, et l'on se réintéressait à tout ce qui avait fait des civilisations antiques de grands centres culturels. Sans doute était-elle la seule à regretter les conflits.

*


Morrigan réarangea ses cheveux en glissant ses doigts entre les boucles brunes. Sur le devant, sa robe encore ouverte dévoilait un triangle de peau blanche. Rapidement, elle referma un à un les boutons, s'assurant d'oublier le goût amer du regret qui avait commencé à envahir sa bouche. La chambre était un bordel sans nom, et plusieurs des carreaux de la fenêtre présentaient des marques d'impacts. Ca, c'était elle, elle voulait bien le reconnaître. Le tapis était doux sous ses pieds nus alors qu'elle se penchait pour récupérer ses chaussures. Ca n'était pas la première fois que la Déesse partageait un lit pour un soir. C'était cependant la première fois qu'elle le faisait avec des regrets. D'ordinaire, elle quittait les lieux quand les hommes étaient endormis. Cet homme là ne dormait pas. Cet homme là n'en était même pas un. R'habillée, Morrigan se tourna vers lui, ouvrant la bouche pour dire quelque chose avant de la refermer. Ces yeux d'ambre avaient toujours cette lueur rieuse. A nouveau, cette douleur dans la poitrine. C'était un jeu. Ca avait toujours été un jeu, elle était visiblement la seule à ne pas être au courant. Elle avait envie de le frapper. De le secouer jusqu'à ce qu'il comprenne que ça n'avait rien d'un jeu. D'exploser ce sourire qu'elle aimait tant à coups de poings. Elle se contenta de se draper dans sa dignité, fière et droite, à peine tremblante. Elle aurait voulu sa voix assurée, elle était tranchante et chargée d'une douleur à peine voilée.

«  Je ne suis pas une pâle copie de Kali, Loki »

*

1914 -1945

Allongée dans la neige, elle sentait le froid impregner lentement le tissu épais de son manteau. Le corps couvert de poudreuse, elle se tenait parfaitement immobile, un petit bloc d'eau gelé coincé à l'intérieur de sa bouche pour empêcher une respiration parfaitement inutile de former de la condensation. Elle pouvait sentir des gouttes rouler sous son calot sur la peau nue de son crâne rasé. A coté d'elle, d'autres silhouettes allongées chuchotaient en russe. Soudain, un bruit de crissement dans la neige, perceptible simplement par elle même. A un kilomètre. Peut-être plus.

«  Zatkins'

Sa simple injonction au silence avait été écoutée, et plus un bruit ne vint perturber leur écoute. Peu à peu, les bruits parvinrent aux oreilles de toutes, et les mains de la Morrigan se ressérèrent sur la crosse de son fusil, calé au creux de l'épaule. L'uniforme Allemand, c'était tout ce qui comptait. Elle fut la première à tirer. Six coups, et six s'écroulèrent, tandis que ses camarades se partageaient les restant. A peine l'écho s'était-il achevé qu'elle se levait, plaçant son arme sur l'épaule avant de marcher jusqu'aux corps. Propre et net, du bon boulot. Un a un, elle se pencha sur ses six victimes, abaissant leurs paupières et  détachant de leurs cous leur plaque de numéro de soldat.

Les guerres reprenaient, après plusieurs années de lourdes tensions au sein de l'Europe. Cela aurait forcément éclaté un jour où l'autre. Pendant plusieurs jours, Morrigan s'était demandé quel camp choisir, planifiant maintes fois le déroulement des choses. Techniquement, elle ne pouvait prendre parti pour aucun des deux, mais il le fallait. Visiblement, plus les siècles avançaient et plus il était malvenu de déclencher une guerre tous les trois jours. Elle ne pouvait pas se permettre de refuser. Alors, elle avait quitté le Danemark où elle était revenue et s'était engagée dans l'armée Russe, seule armer à assurer des régiments entièrement composés de femmes; c'était ce qui lui plaisait, dans la guerre. S'appliquer pour que la balle traverse la poitrine. Sentit la vie quitter un corps et retrouver la puissance de vie ou de mort.
Elle se sentait renaître.

Morrigan glissa chacune des chaines autour de son cou, les coinçant à l'intérieur de ses vêtements, en compagnie des nombreuses qu'elle possédait déjà. Lorsqu'elle se releva, le tintement des plaques sonna comme une sumphonie.

*

1956 '

Les Etats Unis étaient depuis longtemps la terre promise. Ca n'est pas pour rien que des dizaines de bateaux comme le Mayflower franchissaient l'Atlantique pour y ammener les plus espérants. Morrigan s'était, comme beaucoup, laissé tentée. Par pour l'espoir de faire fortune ou de réussir sa vie, lorsqu'on était immortel, on se fichait bien de ces choses là. Mais l'Amerique était également un pays de violence. Enquelques siècles d'existence, la nation se forgeait une histoire déjà aussi sanglante que les plus vieux pays. Et où il y avait de la violence, il y avait du pouvoir, et de potentiels croyants. C'était toujours comme ça. La reconstruction à la suite de la guerre se faisait sentir, et pour une raison inconnu, nombreux étaient ceux à se tourner de nouveau vers des traditions anciennes, sans doute usés d'adresser des prières à un Dieu qui ne daignait même pas répondre. Le néo-paganisme grandissait lentement. Souvent regardé en coin et pointé du doigt sous prétexte d'être une pratique sectaire, il attirait cependant toujours plus d'adeptes, principalement des hippies surfant sur la vague new Âge, mais d'autres vénéraient réellement la Déesse et le Dieu.
Et Morrigan reprit espoir.
Sans doute avait-elle dû garder un excellent sens de l'intuition.

*

21.07.1972 - Bloody Friday


Les yeux rivés sur le petit écran de la télévision, le visage de la Morrigan se décomposait de minutes en minutes. Le coeur au bord des lèvres, elle observait impuissante se détouler l'horreur sous ses yeux. Depuis des années le nord et le sud de son Irlande s'entredéchiraient, poussés tous deux par des idéaux bien arrêtés. Mal cadré, on filmait les cratères laissés par les bombes qui s'étaient déclenchés dans la journée aux alentours de la ville de Belfast. On avait tué 9 personnes et blessés plus de 130. Ils étaient du même pays, de la même race ! Elle avait vu leurs ancêtres coloniser la terre, ils appartenaient tous au même monde et voilà qu'à présent ils s'entredéchiraient, poussés par l'Angleterre. La voix de la présentatrice avait à peine reprit que l'écran s'éteignit dans un crachotement sinistre. Sur la vitre à présent noir s'étirait une large fissure en forme d'étoile.


*

L'apocalypse Judéo-chrétienne avait été un coup dur. Ils souhaitaient non seulement détruire les religions polythéistes mais visiblement réduire à néant toute vie sur la planète. Peu importe, de toute façon. L'important était qu'ils se détruisent entre eux. Qu'on la laisse tranquille. Elle s'occupait sagement – du moins officiellement – et n'avait pas la moindre envie de se joindre au combat, ni même de choisir un camp : Les deux étaient comdamnées. Cependant, Morrigan ne s'était jamais empêchée de rejoigne la bataille sous pretexte qu'elle était perdue. La véritable raison était sa faiblesse. Les Dieux Païens s'étaient rassemblés, elle le savait, sous les ordres de Kali. Ne pas être invitée ne l'avait pas blessée, loin de là. Elle se refusait à accepter tout ce qui venait de Kali, par mesure de précaution. Et également parce qu'elle ne pouvait pas l'encadrer.
Non, le chagrin venait plutôt des événements qui s'étaient déroulés pendant cette réunion du gratin. On avait tué plusieurs de ses amis, réduits à l'état de bouillie sanglante tandis que cinq milles ans auparavant, ils dominaient le monde.
Et Loki. Loki qui n'était en vérité rien de plus que l'Archange Gabriel. A la rancoeur de son mensonge s'était ajoutée l'immense peine de sa mort. Pour la deuxième fois, Morrigan perdait celui qu'elle aimait.
Tout était de la faute de Kali. Tout, absolument tout, hurlait sa mauvaise foi. Mais il apparaissait en fait que la plus grande faute en incombait à Lucifer.
A la seconde ouverture de la cage, elle comprit ce qu'il fallait qu'elle fasse. Tout comme la mort de Dagda l'avait poussée à quitter l'Irlande, celle de Gabriel l'incitait à entrer en guerre officielement, aux côtés de la déesse indienne qu'elle avait pourtant toujours détestée. Ils avaient peut-être le pouvoir et des ailes, mais elle serai ravie de mourir en leur lançant des gadins.



*

And You'll never beat the Irish, no matter what you do.
You can put us down and keep us out but we'll come back again.
You know we are the fighting Irish and we'll fight until the end
You know you should have known
You'll never beat the Irish


HELLOPAINFUL;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : 35 ans
Métier : Officier de police au CPD
Situation : Célibataire
Localisation : Chicago, IL
Feat. : Max Riemelt
Copyright : ©balaclava (av), ©alas (sign)
Je suis aussi : Ciaran
Date d'inscription : 19/05/2017
Messages : 491

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 8:28


dépêche toi de faire ta fiche sinon ça va finir en cochon de lait


I hope I can sleep straight through madness
but I can't even tell when I'm sleeping anymore

…d'odieux mensonges sont prononcés en #8A7799

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t922-youri-sojka http://solemnhour.forumactif.org/t925-carnet-d-adresses-de-youri-sojka-may-god-have-mercy-upon-my-enemies-cause-i-won-t
avatar

Age : 3 930 ans.
Métier : Garante de cautions / Barmaid
Situation : Veuve
Localisation : Louisiane
Feat. : Lara Pulver
Copyright : ava : Pumpkyn, Gif n° signature : Asmo
Je suis aussi : Meg Masters
Date d'inscription : 02/10/2017
Messages : 64

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 8:33

Tu es un monstre :ahah:


     
In Darkness and in Light, we are the Warriors of the Morrigan. We do not die, but rise again. Stronger than before.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Age : Très très vieux
Métier : Tueur de Dragon, Majordome & Détective Privé
Situation : Compliqué
Localisation : Chicago la majeur partie du temps
Feat. : Harry Lloyd
Copyright : Sugar Slaughter (ava); TUMBLR ; Michaël pour le gif du profil ♥
Je suis aussi : Gabriel ◈ Elizabeth W. Rochester ◈ Annabelle J. Graham ◈ Lyov A. Winston ◈ Bailey Johnson
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 154

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 8:46

WELCOME BACK BABY ♥️
Tu connais déjà la maison mais au cas où pour rappel : tu as désormais une semaine pour finir ta fiche N'hésite pas à venir nous voir si tu as besoin de quelque chose - des questions, un câlin, Gabriel, bref - de mon coté j'ai hâte de voir ce que Morrigan va donner :amour:

Courage pour la rédac :28:



We are problems that want to be solved. We are children that need to be loved. We were willing, we came when you called ! And now, tell me ... What about us ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t41-yehuiah-do-what-you-have-to-do-not-waht-you-want-to-do#69 http://solemnhour.forumactif.org/t116-carnet-d-adresse-de-yehuiah#395
avatar

Age : 30 ans
Métier : Chasseuse, hackeuse et femme de lettres
Situation : Libre comme l'air
Localisation : En vadrouille
Feat. : Felicia Day
Copyright : dandelion
Je suis aussi : Mélahel
Date d'inscription : 04/07/2017
Messages : 351

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 8:54

JE. MEURS. :7: :14: :17: :52:

Re bienvenue Je t'attends pour les liens Bon courage pour la fiche !


wish you were here
We're just two lost souls swimming in a fish bowl, year after year, running over the same old ground. What have we found? The same old fears.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t976-charlie-what-s-up-bitches#12041 http://solemnhour.forumactif.org/t984-carnet-d-adresses-de-charlie-bradbury-people-are-strange
avatar

Age : Bientôt les 2 000 ans.
Métier : Reine des Croisements, maîtresse des espions en Enfer. Espionne de Lucifer et de Crowley.
Situation : Elle a un harem des plus improbables. Elle s'amuse plus particulièrement avec un certain Lyov Winston et le fort connu Belial.
Localisation : Elle se déplace à volonté entre terre et enfer.
Feat. : Eva Green.
Copyright : Swan (avatar) | hela. (signature) | tumblr (gifs)
Je suis aussi :
Date d'inscription : 26/05/2017
Messages : 153

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 12:11

WELCOME BACK BABY !!!




Moult amour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t937-poppaea-you-can-breathe-you-can-blink-you-can-cry-hell-you-are-all-going-to-be-doing-that http://solemnhour.forumactif.org/t943-carnet-d-adresses-de-poppaea-i-m-not-in-danger-i-am-the-danger
avatar

Age : 30
Métier : Serveuse dans un restaurant
Situation : Célibataire
Localisation : Anciennement N-Y maintenant sur les routes
Feat. : Marie Avgeropoulos
Copyright : Me et tumblr, code signature : Dean
Je suis aussi : Michaël & Anarazel
Date d'inscription : 06/03/2017
Messages : 138

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 12:58

Re-bienvenue par ici


 


L'homme est l'espèce la plus insensée, il vénère un Dieu invisible et massacre une Nature visible...Sans savoir que cette Nature qu'il massacre est ce Dieu invisible qu'il vénère !





Pass':
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t852-carnet-d-adresses-de-isobel-sinclair
avatar
.
Age : Indéfini
Métier : Ange
Situation : Célibataire
Localisation : Sur Terre
Feat. : Misha Collins
Copyright : Tumblr pour les gifs et merci à Bichon pour l'avatar ♥
Je suis aussi : Jonas Sanders
Date d'inscription : 14/12/2015
Messages : 787

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 13:25

Re-bienvenue parmi nous choupinette

Hâte de lire ta fiche



At the end, I would be by you side
No matter where you are


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t22-castiel-it-s-funnier-in-enochian http://solemnhour.forumactif.org/t798-carnet-d-adresse-de-castiel#9246
avatar

Age : 3 930 ans.
Métier : Garante de cautions / Barmaid
Situation : Veuve
Localisation : Louisiane
Feat. : Lara Pulver
Copyright : ava : Pumpkyn, Gif n° signature : Asmo
Je suis aussi : Meg Masters
Date d'inscription : 02/10/2017
Messages : 64

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan Mar 3 Oct - 13:33

Merci les chatons
des bisous tout doux :42:


     
In Darkness and in Light, we are the Warriors of the Morrigan. We do not die, but rise again. Stronger than before.

   (c) crackle bones


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll come back when you call me, no need to say goodbye - ( La ) Morrigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Gamertag , Call of duty MW2 ( X360)
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: come a get a life :: avant de prendre la route :: Ils parcourent la Terre-