AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 

I love playing with fire. | ft. Meg Masters
No matter what we breed, we still are made of greed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Lun 25 Sep - 2:27
Statut du rp

sujet privé, ft. Meg Masters

type ❖ mini-flashback

date ❖ 14 Avril

informations spatio-temporelles ❖ Northeast, dans un petit bar, en fin d'après-midi.

intervention du MJ ❖ nope

Autre ❖ nope !

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW

I love playing with fire
if i go to hell, i'm taking you down with me


Il y avait de fois comme ça, où elle faisait le sale travail elle-même. Certains diraient que pour attendre des autres qu'ils fassent notre travail, il fallait leur montrer l'exemple. Elle pouvait adhérer à ça mais elle considérait surtout que certains espions étaient juste des incapables ou des personnes trop peu dignes de confiance pour ces missions. Et puis, des fois, elle avait juste envie de s'amuser un peu.

Un pantalon en jean déchiré, un débardeur blanc et une veste en cuir, c'était le style qu'elle avait adopté depuis quelque temps, les humains avaient au moins ça pour eux, le rock'n'roll. C'était au moins une chose de bien qu'ils avaient crées au fil des siècles, chose qu'elle n'avait pas à l'époque où elle-même faisait parti de la vermine. Elle avait vite eu d'adopter le look, même si cela déplaisait à la sainte-ni-touche qui lui servait d'hôte.

Ces missions là, demandaient du tact. Du tact que n'avaient pas forcément ces espions. Ces missions-là, lui demandaient à elle-même beaucoup de réflexion, peser chaque mots et surtout travailler son attitude. Elle ne pouvait pas toujours y aller franco et faire parler son nom pour elle. Parfois elle s'asseyait et se montrait comme la bonne amie, l'épaule sur laquelle s'appuyer. Et d'autres fois elle sortait les crocs et allait jusqu'à mordre, jusqu'à ce que la personne parle. Si cela demandait beaucoup d'efforts, cela payait et c'était le plus important, l'effort était souvent récompensé. Tôt, ou tard.

Voilà un mois maintenant qu'elle avait rencontré Lucifer et ça n'avait pas été très glorieux à ses yeux, elle en avait perdu la foi, le peu qu'il lui restait. La foi et le respect envers celui qu'elle avait pourtant tant admiré dans ses jeunes années, naïve démone qu'elle avait été en ce temps. Mais elle ne refaisait jamais deux fois la même erreur, cela coûtait trop cher pour se le permettre.

Elle n'avait pas grand chose à faire, en soi. Juste suivre l'odeur de ses congénères, encore qu'ils ne pouvaient pas tous se vanter d'être à sa hauteur et ils ne pouvaient, à la limite, se vanter que d'être de la même espèce, et encore. Cette odeur de souffre que n'importe qui pouvait sentir, ces auras sombres qui émanaient pour ceux qui avaient la capacité de les voir.

Poppaea s'était donc assise à côté de celle qui serait, ce jour, sa proie. Tapotant sur le bar, elle commandait ce que les hommes de nos jours appelaient un whisky sec. Autre chose qu'ils avaient réussis et qui lui changeait du vin ou de l'hydromel. A sa droite, celle qu'on appelait Meg Masters, dans une enveloppe charnelle qu'elle trouvait fort banale mais pas désagréable non plus à regarder, contrairement à l'enveloppe de Lucifer en tout cas.

- Belle journée pour les rencontres.

Ni chaleur, ni froideur dans sa voix, un visage sans émotion, un sourire narquois tout au plus. Elle jetait un regard de biais à la jeune femme. Ce que Poppaea avait fait semblant de ne pas remarquer, était surtout le colosse qui s'était déplacé derrière elle et s'était assis à sa gauche. Son bras droit, Baal, un démon qui, finalement, ne la quittait jamais vraiment. Avoir des alliés était toujours important, surtout en enfer. Et si elle se méfiait de tous, elle savait que Baal était et resterait son plus fidèle allié en ce bas monde. Il s'était assis à son tour, commandant quelque chose. Elle ne jouerait pas à ce que les hommes appelaient le gentil et le méchant flic. Si elle ne levait pas la tête par dessus son épaule pour regarder Baal, celui-ci était surtout un autre amusement ; que l'on puisse croire qu'il était plus dangereux qu'elle et qu'elle avait besoin de lui pour se défendre. Car c'était faux. Mais les leurres l'amusait face à ceux qui ne la connaissaient pas.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Student Witch
Lost my spells book again.
avatar

Meg Masters
Watch this madness burning out the way


Age : Plus d'un siècle
Job : Chasseur
Situation : /
Localisation : Nouvelle Orléans pour le moment
Feat. : Rachel Miner
Copyright : Avatar : Philia / Signature : Vent Parisien
Otherself : La Morrigan.
Date d'inscription : 04/07/2017
Messages : 177
Student WitchLost my spells book again.
MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Lun 25 Sep - 3:31
I love playing with fire ft. Poppaea



Les bars. C'était – depuis quelques temps maintenant – devenu sa protection. Le brouhaha ambiant la rassurait, comme une enfant qui demande à sa mère d'actionner le mécanisme d'une boîte à musique pour parvenir à s'endormir. Oui, depuis qu'elle était parvenue à s'extirper de l'enfer, Meg Masters était revenue une enfant. Affaiblie. Lorsqu'elle fermait les yeux, elle sentait encore son crâne vibrer de ses propres hurlements, et le bruit répugnant du sang gluant qui s'écoule sur le sol de béton froid. La douleur, encore. Pendant près d'un siècle, elle avait cherché par tous les moyens à l'éviter le plus possible. Et maintenant qu'elle n'avait plus qu'elle, elle s'y raccrochait, l'accueillait à présent comme une constante bienfaitrice. Elle avait apprit à aimer la douleur. C'était quelque chose qui lui rappelait agréablement qu'elle n'était pas morte en bas, prisonnière des mains de celui qui se voulait calife à la place du calife.
La mort l'avait terrifiée. Et plus que ça, ça avait été la solitude lorsqu'elle avait réintégré son vaisseau. L'actrice de Chebooya n'était plus là, probablement libérée du fardeau qu'était pour elle la possession, et coulant des jours paisibles dans un paradis auquel Meg n'avait pas accès. C'est dommage, elle s'y était habituée, à cette présence dans son vaisseau. Elle avait confiée ses peurs et ses doutes. Y avait trouvé quelqu'un à qui parler, pour se dire qu'elle n'était pas seule.
Levant le coude, la démone avala son verre avant de le claquer sur le comptoir. Pathétique.
Son seul réconfort à présent était le retour de Lucifer. Ils s'étaient rencontrés quelques jours auparavant, dans une rue adjacente, et revoir le visage de son mentor et dieu avait été un réel soulagement. Tout n'était pas perdu, ils pouvaient encore vaincre. Du moins espérait-elle s'en convaincre.
D'un signe de la main, elle recommanda la même chose, une vodka sans glaçons. C'était encore la meilleure boisson pour effacer ce goût de sang qui revenait constamment sur l'arrière de sa langue. Du moins pendant quelques instants.

Au moment où le barman termina de remplir son verre, sa vision périphérique l'informa que quelqu'un s'était assit à ses cotés. Immédiatement, elle se raidit, inspirant dans ses poumons la reconnaissable odeur de souffre. Crowley l'avait retrouvée. Allons bon, bien sûr que non. Il n'était pas assez intelligent pour ça. Alors quoi ? Il était rare que deux démons se croisent d'aussi près, a moins que ce ne fût exprès. Ses doigts s'enroulèrent autour de sa boisson. Son état de faiblesse et le sang humain qu'on s'était amusé à distiller dans ses veines ne lui permettait pas de tenir tête à qui que ce soit à présent.

«  Belle journée pour les rencontres. »

La brune se détendit presque aussitôt, percevant le peu d'animosité dans la voix de son interlocutrice. Si cela avait été une envoyée de Crowley, elle serait déjà morte.

« Effectivement.  Certaines rencontres sont plus agréables que d'autres, cela dit. »

Ni l'une ni l'autre ne paraissait vouloir relever la tête, le menton inclinée vers leurs boissons respectives. Pourtant, les regards en coin fusaient, et il était plus qu'évident que Meg dévisageait sa frontale. Pardonnez lui, la méfiance était de mise. Avec une lenteur calculée, elle porta à son verre à ses lèvres, savourant la brûlure suave de l'alcool dans sa gorge.

«  Plaît-il ? Comment puis-je être utile. Je suppose que vous n'êtes pas venus ici simplement pour le plaisir de savourer un whisky visiblement bon marché. »
lumos maxima



I confess i am lost

" We were born sick " you heard them say it. My church offers no absolutes, she  tells me 'worship in the bedroom'. I was born sick but I love it. Command me to be well. | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t975-she-s-the-giggle-at-a-funeral-meg-masters http://solemnhour.forumactif.org/t989-carnet-d-adresses-de-meg-masters?highlight=Meg+Masters%2A
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Lun 25 Sep - 4:59
I love playing with fire
if i go to hell, i'm taking you down with me

Elle avait une liste, dans son esprit, de tous les démons possiblement partisans de Lucifer. Oh, pas les petits démons sans histoires qui s'occupaient de basses tâches, mais plutôt des démons qui pouvaient possiblement avoir un quelconque poids dans la balance. Partisans de Lucifer ou de Crowley, d'ailleurs. Poppaea n'avait que du mépris, pour l'un comme pour l'autre. Leur partisans n'étaient jamais que des êtres à éliminer. Et Poppaea ne se fiait pas toujours à ce qu'on lui racontait sur les passes-temps possible de ses ennemis. Dans le cas de Meg, la démone avait déjà fais parler d'elle suffisamment pour que son nom remonte à ses oreilles.

La faiblesse émanait d'elle et elle ne semblait pas répliqué. On aurait dit un chien battu, ce qui lui faisait lever les yeux au ciel. Etait-ce ça les démons de nos jours ? Des chiens battus, sans envie de se battre, sans rage de vaincre ? C'était triste. Ou du moins, c'était sûrement de la tristesse qu'elle aurait pu ressentir, si elle était encore capable de ressentir ces émotions. Elle tapotait le comptoir à la propreté douteuse du bout des doigts.

- En effet, certes rencontres sont plus agréables que d'autres.

Comme elle aurait préféré succomber à la luxure et plonger dans le lit d'un ou d'une inconnu(e), plutôt que se retrouver à travailler encore, mais on n'avait rien sans rien et lorsqu'on était si ambitieuse et amoureuse du travail que l'était Poppaea, il n'y avait pas d'heures pour ça. Le travail avant tout. Elle n'avait plus envie d'attendre. Elle n'avait pas pris la peine de se présenter, d'ailleurs, sentant qu'il n'était pas utile de le faire. Elle se tournait finalement sur son siège pour faire face à l'apparente jeune femme, croisant les jambes et s'accoudant au bar. Ce qui avait poussé la démone aux yeux noirs à se présenter ici, elle y réfléchissait encore. Se cacher ? Ce n'était pas parce qu'il y avait du monde que cela empêcherait des démons de la retrouver. S'assimiler ? Quel démon voudrait s'assimiler ici, à ces créatures misérables ? Il ne suffisait que d'un coup d'oeil pour voir qu'aucun ne méritait vraiment la peine de vivre.

- Si je voulais un bon whisky je ne serai pas venue ici. Et si tu voulais te saouler tranquillement, il y avait bien des lieux pour le faire, plutôt que ce bar minable, avec des créatures faibles et aussi minable que ce bouge. Mais ce que tu fais ici, ne m'intéresse pas franchement et ce bar ne fait pas parti de ceux où je passe.

Car il y avait des bars où elle passait souvent, les bars étaient souvent les meilleurs moyens de trouver des âmes en peine pour passer des marchés. Elle aurait pu venir ici pour ça, après tout. Et il y avait des bars où les gérants eux-même lui adressaient des noms, comme un commerce équitable, ils s'assuraient de la "bienveillance" de Poppaea en échange d'âmes de clients qu'ils jugeaient douteux, malfaisants. Ils n'appelaient pas les chasseurs, elle faisait son travail, elle les débarrassait de gêneur, elle avait plus que son quota d'âmes, les bénéfices étaient pour elle comme pour eux. Mais elle n'était pas ici pour ça.

- J'ai ouïe dire qu'on t'en avait fais voir de belles. Mais à en juger ton état, de ce que je vois, peut-être pas assez pour qu'on appelle ça un travail correcte.

N'était pas rares les apprentis tortionnaires. Si elle était là, encore sur ses deux jambes, c'est que c'était encore un travail d'amateur.

- Il ou elle ne doit pas avoir l'amour du travail bien fais. Cela aurait été moi-même, ou Baal ici présent, tu ne saurais pas te tenir là, ni même tenir ton verre. Qui a fait un travail si pitoyable, dis moi ?

Car l'une des spécialité de Poppaea n'était pas que l'espionnage et la connaissance. La torture psychologique avait pendant longtemps fait parti de ses passes-temps favoris. Rendre fou était son passe temps, de mille et une manières que ce soit. Quand l'esprit était trop coriace ou qu'elle n'avait pas assez de temps, c'était Baal qui entrait en jeu. Poppaea la regardait, reniflait même l'air, lâchant un rire, comme désespérée. Un rire de quelque secondes tout au plus. Elle se doutait fort bien de qui lui avait fait ça, il n'y avait que peu de choses qu'elle ignorait. Et cette petite guerre entre les groupies de Lucifer et les groupies de Crowley l'amusait sincèrement. Mais elle voulait entendre le nom sortir d'entre ses lèvres.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Student Witch
Lost my spells book again.
avatar

Meg Masters
Watch this madness burning out the way


Age : Plus d'un siècle
Job : Chasseur
Situation : /
Localisation : Nouvelle Orléans pour le moment
Feat. : Rachel Miner
Copyright : Avatar : Philia / Signature : Vent Parisien
Otherself : La Morrigan.
Date d'inscription : 04/07/2017
Messages : 177
Student WitchLost my spells book again.
MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Lun 25 Sep - 6:15
I love playing with fire ft. Poppaea



La démone gronda sourdement, alors que ses yeux se levaient au ciel. Allons bon. Elle n'avait pas particulièrement envie de tailler une bavette. L'humeur n'était pas au rendez-vous, et n'étant déjà pas loquace par nature, toute envie de débuter une conversation digne de ce nom se retrouvait annihilée par le fait qu'elle n'avait aucune idée du camps auquel appartenait sa frontale. C'eut été une grave erreur que de commencer à révéler quoi que ce soit pour finalement se rendre compte qu'il s'agissait là de sbires de Crowley. Et quand bien même ce ne serait pas le cas, l'Enfer regorgeait de petits clans autonomes tentant de faire valoir leur existence. Elle n'était pas à l'abri d'un coup de lame d'ange dans le dos, ou d'une trahison quelconque.

«  Je suis navrée, j'ignorais que je n'avais pas le droit de me mettre une murge là où je le souhaitais. Dois-je aller demander une autorisation écrite à mes parents ?  Pour quelqu'un qui ne souhaite rien savoir de ce que je fais là, vous parlez beaucoup. Serait-ce déjà l'alcool qui fait effet ? »

En vérité, elle ne pouvait plus se saouler. C'était la première chose qu'elle avait essayé de faire lorsqu'elle s'était retrouvée à Syracuse. Dans un petit appartement miteux qui sentait la clope froide et le tabac, et où tous les coins étaient remplis de seringues abandonnées. Seul un matelas défoncé subsistait, et c'est lui qui avait fait les frais de sa tentative à base de bières chaudes et de tequila éventée. Au début, tout s'était bien passé. Elle ressentait la chaleur de l'alcool combler le vide et atténuer la douleur de ses blessures. Et puis ensuite... Ensuite elle avait fait communément ce que l'on appelait un ' bad trip' dans le jargon humain. Pendant des heures elle avait hurlé dans le rembourrage défoncé, matraquant de ses poings fermés le matelas jusqu'à ce que les ressors jaillissent du tissu et ne lui entaillent les mains, les avant-bras et les coudes, avant de s'écrouler, les genoux repliés contre sa poitrine. Et lorsqu'enfin elle était parvenue à bouger de nouveau, la gangue de sang séché qui recouvrait le textile et sa peau lui avait fait promettre de ne pas recommencer. Du moins pas seule.
La mention de sa torture eut au moins le don de la faire réagir. Tout comme le démon qui s'était invité à ses côtés, Meg pivota sur son tabouret, et comme pour narguer l'inconnue de son état, elle croisa ses jambes en tapotant négligemment sur son verre. Qu'elle sache la nouvelle l'étonnait un petit peu. Certes, les ragots allaient bon train en Enfer, pour ce sujet là, l'antre de Lucifer n'avait rien à envier à une cour de Collège. Cependant, elle avait imaginé que Crowley aurait tout fait pour dissimuler la nouvelle de son évasion, presque aussi bien que celle de sa résurrection. Quel coup aurait pris sa réputation si on avait appris que le Roi de l'Enfer s'était fait floué par une vulgaire démone aux yeux noirs, réduite momentanément à l'état de petit chose sanguinolente, qui plus est ?

«  Les nouvelles vont vite. Bien plus vite que je ne l'imaginais. Ceci dit, je suppose que ça ne doit pas être difficile de savoir ce qui se passe en bas lorsqu'on possède des yeux et des oreilles un peu partout. »

Meg prit une gorgée, laissant son regard dévier de la démone pour se porter sur son accompagnateur. Un colosse, indubitablement. Mais s'il y avait bien une chose qu'elle avait appris lors de sa formation, c'était que la taille ne comptait pas chez les démons. Parfois, une fragile petite fille pouvait mettre à mal toute une armée. Ce n'était donc pas lui le plus dangereux des deux, quoi que le surveiller discrètement ne serait pas mal non plus.

«  Crois moi, j'ai été la meilleure élève d'Alastair. Je sais ce qu'est une torture bien faite. Et Crowley n'est pas doué pour ça. Pas plus qu'il n'est doué pour diriger. Maintenant, assez bavasser. Tu n'es pas de son camps. Ni de celui de Lucifer, ça coule de source. Et tu es suffisamment informée pour savoir tout ceci. Alors je répète ma question d'une voix claire et intelligible, des fois que tu n'aurais pas compris la première fois : Qu'est-ce que tu, qu'est-ce que VOUS voulez. »


lumos maxima



I confess i am lost

" We were born sick " you heard them say it. My church offers no absolutes, she  tells me 'worship in the bedroom'. I was born sick but I love it. Command me to be well. | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t975-she-s-the-giggle-at-a-funeral-meg-masters http://solemnhour.forumactif.org/t989-carnet-d-adresses-de-meg-masters?highlight=Meg+Masters%2A
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Jeu 28 Sep - 0:59
I love playing with fire
if i go to hell, i'm taking you down with me

Ah, ces jeunes démons, toujours si impudents. Ils croient avoir le choix, pouvoir parler à qui ils veulent comme ils veulent, comme si en enfer, il n'y avait aucune règle. Poppaea pouvait se montrer assez susceptible, elle n'était clairement pas la démone qu'il fallait chercher bien longtemps. Mais ce fût Baal qui, dans son dos, eût un rire, que Poppaea prenait comme un "ah, si tu savais ce qui t'attend". Poppaea ne répondait donc pas, son regard dur et froid parlaient pour elle, la froideur et l'ambiance qui s'alourdissait parlait pour elle. Visiblement, l'impudente ne savait pas à qui elle s'adressait, à qui elle avait à faire.

- J'ai en effet un oeil et une oreille partout, tout le temps. Le savoir c'est le pouvoir.

De ça, elle en était convaincue. Que ce soit savoir tout ce qu'il se passait lorsque cela se passait, avoir la fidélité de ses employés mais aussi savoir où planter sa lame et quand.

- Fort heureusement pour toi, je ne suis pas venue en ennemie. Vous seriez déjà tous morts si c'était le cas.

Orgueil ? C'était surtout la réalité. Il y avait bien longtemps maintenant que Poppaea n'avait plus grand chose à faire pour prendre quelque vies sur son passage, et plus longtemps encore qu'elle n'hésitait pas à tuer. Déjà humaine, elle n'en n'avait pas peur. La démone des croisements ne cillait pas, n'entrant pas dans le jeu idiot et puéril de la démone à ses côtés et gardant son aspect froid, un visage dénué de sourire et de toute chaleur humaine. Quand elle habitait un corps, elle en prenait pleinement possession et le visage de ce véhicule pouvait parfois laisser refléter celui qu'elle aurait eu, si c'était vraiment elle. Alors un visage froid, dénué de toute chaleur, de toute humanité.

Toute fois, lorsqu'elle se décrivait comme la meilleure élève d'Alastair, elle ne pût retenir un rire moqueur, mais ses yeux n'exprimaient toujours aucune chaleur, aucun sentiment. Cela, elle l'avait appris lorsqu'elle était humaine, qu'il ne fallait jamais laisser qui que ce soit voir ses véritables émotions. Mais un rire moqueur était de circonstance. Quel âge avait celle-ci ? 100 ? 200 ans ? Et elle se croyait déjà meilleure élève d'Alastair ? Elle levait les yeux au ciel ensuite, à croire qu'elle était fière de ses prouesses.

- Tu aimes t'entendre parler, n'est-ce pas ?

Elle marquait une pause, quasi théâtral, trempant ses lèvres couverte d'un rouge à lèvre rouge-sang, dans ce verre de whisky. Après avoir bu une gorgée, elle reprenait.

- Tu as tort. Il n'y a pas plus grande partisane de Lucifer que moi. Il n'y avait pas, en tout cas. Comment un être si puissant que Lucifer peut se laisser berner par un nabot de même pas 400 ans, je me le demande. Et comment des démons peuvent être assez stupide pour se retourner contre leur créateur, je l'ignore. Et... quelle importance puisqu'ils ne feront pas long feu de toute façon.

Elle regardait l'intérieur de son verre et le liquide ambrée qu'il y avait.

- As-tu revu Lucifer depuis l'annonce de son retour ?

Question simple, l'avait-elle vu ? Elle n'avait pas besoin d'être érudit pour savoir que la démone ne portait pas Crowley dans son coeur et qu'elle aurait sûrement pris le parti de Lucifer dans cette guerre stupide.

- On tente de nous faire prendre un parti. Lucifer, notre... Père ? Contre ... Crowley. Crowley n'a aucune chance, il est perdu d'avance.

Là encore, elle la faisait tourner autour du pot, ne lui disant toujours pas pourquoi elle était là. Lui faire perdre patience l'amusait déjà, elle tournait déjà ça en dérision. Ils étaient arrogants et cela se retournerait toujours contre eux. C'était bien pour cela qu'elle avait de plus en plus horreur de travailler avec la bleusaille. Rares étaient les prodiges parmi eux.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Student Witch
Lost my spells book again.
avatar

Meg Masters
Watch this madness burning out the way


Age : Plus d'un siècle
Job : Chasseur
Situation : /
Localisation : Nouvelle Orléans pour le moment
Feat. : Rachel Miner
Copyright : Avatar : Philia / Signature : Vent Parisien
Otherself : La Morrigan.
Date d'inscription : 04/07/2017
Messages : 177
Student WitchLost my spells book again.
MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Jeu 28 Sep - 8:30
I love playing with fire ft. Poppaea



Le savoir, c'était surtout en vérité un gros paquet d'emmerdes. On allait jamais s'amuser à torturer ceux qui ne savaient rien. A moins, bien sûr, d'être un malade sanguinaire comme il en existait beaucoup en Enfer. Mais l'idée était là : Pas de savoir, pas de problèmes. Et elle en connaissait bien trop à son goût. Suffisamment pour avoir les chiens de Crowley aux miches. Suffisamment pour avoir des cicatrices qui peinaient à se refermer malgré un pouvoir de régénération accru. Suffisamment pour connaître le goût du sang dans sa bouche presque autant que celui de sa salive. Pour avoir la voix brisée et les cordes vocales usées. Elle ne serait pas très contente, l'actrice de Cheebooya, si elle voyait ce qu'elle faisait subir à son vaisseau. Mais elle n'était plus là, partie au paradis après sa mort, et c'était tant mieux. Elle n'avait pas besoin d'une humaine folle dans un coin de sa tête.

L'ambiance dans le bar sembla changer lentement, du moins autour d'eux. L'atmosphère s'alourdissait lentement, si bien que si elle avait eut des poumons en état de fonctionnement, elle aurait suffoqué. Mais comme le reste, ses bronches n'étaient que de la décoration dont elle ne se servait que pour donner le change et Meg se contenta de plonger ses lèvres dans la boisson translucide, terminant son verre. Son ventre se réchauffa sous le pouvoir de l'alcool. Pas longtemps, un court instant. Lentement, elle reposa le contenant sur le bar, et tourna la tête vers le bout du zinc. Accrochant le regard du barman, elle pointa son verre vide. La même chose ne pourrait pas lui faire de mal. Après, elle rentrera.

Elle venait à peine de recevoir sa commande que sa compagne d'infortune reprenait la parole. Cette fois, en plus de provoquer chez la plus jeune un haussement d'épaule, on crû voir s'esquisser sur ses lèvres un sourire railleur, étirant la commissure droite.

«  Super, ça nous fait un point commun. »

Mais très vite, Meg commença à cerner ce pourquoi elle était là. Ou du moins à le deviner aisément.Alors elle laissa couler les blasphèmes sur le Porteur de Lumière puisqu'elle même avait mis un jour ses convictions de coté pour se ranger aux cotés des Winchester – formidable erreur, mais tout de même –. Il est vrai qu'elle s'était toujours demandée comment Crowley avait pu se hisser aussi haut. Elle lui reconnaissait un culot insupportable et une fascinante habilité à manipuler son entourage, mais tout de même. Alors elle mettait ça sur le manque de foi des partisans de Lucifer, mais sans réelle conviction. Elle étouffait ses craintes.

«  De toute façon, que l'un ou l'autre des deux camps gagne... Crowley transformera l'Enfer en une multinationale écoeurante, et Lucifer... Lucifer. Quant à laisser l'Enfer sans dirigeant, putain, ça serait l'anarchie totale. Et non. Je n'ai malheureusement pas eu la chance de croiser Lucifer depuis son retour. Navrée. »

Ce qu'il y avait de bien avec les démons, c'est qu'ils n'avaient aucune réserve à mentir éhontément en regardant dans les yeux. Meg n'allait évidemment pas prévenir cette nana, qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam, que Lucifer l'avait contactée quelques jours plus tôt. D'un mouvement de hanches, elle fit pivoter son tabouret et observa franchement la femme perché à coté d'elle, un fantôme de sourire sur les lèvres. Cheveux d'un noir pur. Yeux bleus. Froide, mais très jolie. Bien qu'extrêmement désagréable.  

«  Fantastique, tu fais de la propagande. J'ai jamais été super fan des prêcheurs, d'autant plus lorsqu'ils prêchent une convaincue, alors reviens donc quand je serais en forme... Parce que c'est bien pour ça que tu es là, pas vrai ? Pas pour l'attrait de mon joli petit cul, n'est-ce pas. Alors quoi ? Me recruter dans ou l'autre des deux camps, ou pousser à déserter totalement ? Tu t'obstines à ne pas répondre à ma question, mais je suis tellement ravie d'être dehors que je pourrais la poser toute la nuit. Tu finiras par te lasser avant moi. »

lumos maxima



I confess i am lost

" We were born sick " you heard them say it. My church offers no absolutes, she  tells me 'worship in the bedroom'. I was born sick but I love it. Command me to be well. | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t975-she-s-the-giggle-at-a-funeral-meg-masters http://solemnhour.forumactif.org/t989-carnet-d-adresses-de-meg-masters?highlight=Meg+Masters%2A
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Lun 2 Oct - 0:48
I love playing with fire
if i go to hell, i'm taking you down with me

- Un point commun ? Ne rêve pas trop.

C'était dit, sèchement, avec une pointe d'autorité qui coupait court à la conversation, qu'elle ne croit pas qu'elles étaient du même genre, Poppaea n'avait rien à voir avec un vulgaire jeune démon aux yeux noirs. La jeune démone semblait cacher ses craintes derrière son arrogance, un classique chez les jeunes démons qu'elle croisait et cela avait tôt fait de l'agacer. En Enfer, elle n'hésitait pas à leur tordre le cou ou les torturer de bien des manières pour dissuader les autres de faire de même. Montrer l'exemple, toujours. "Tu vois ce que je lui fais, je pourrais te le faire, même pire". Mais elles étaient sur Terre et l'on disait qu'en public, ces choses là ne se faisaient pas. Ou pas encore.

- C'est déjà l'anarchie, en bas. Des complots par-ci, des complots par-là, pour au final que ce soit surtout du blabla puisqu'aucun n'a les couilles nécessaires pour agir... Pour l'instant. Ca finira forcément par exploser tôt ou tard. Comme toujours.

Quant au fait qu'elle n'avait pas vu Lucifer, elle levait les yeux au ciel. Si elle lui posait la question, c'est surtout qu'elle avait déjà la réponse et .. mentir à une menteuse n'était pas la chose la plus habile à faire.

- Meg, Meg, Meg... Mentir à une menteuse, tu en es vraiment venue à ça ?

Poppaea avait déjà revu Lucifer. Avait fricoté, si l'on pouvait dire. Elle avait été remise les pieds sur Terre aussi, en un sens. Mais elle doutait encore, ce qu'elle estimait être légitime que douter. Puis elle repartait dans un discours, la petite démone et pour montrer qu'elle n'était guère impressionnée, Poppaea semblait argumenter en se décalant un peu, regardant le fameux "petit cul" de la démone. Un humour particuliers et bien à elle.

- Tu sembles déjà être las pour insister autant et paraître aussi désespérée, petite. L'enfer, ce n'est pas choisir Crowley, Lucifer, ou ne rien décider. Pour quelqu'un qui prétend être la prodige d'Alastair, il ne semble pas t'avoir appris à réfléchir.

Elle finissait ce qu'il y avait dans son verre et le posait sur la table.

- Peut-être que les petits démons dans ton genre n'entendent pas parler des hautes sphères, c'est probable. Alors le nom de Poppaea ne t'évoque peut-être rien, ou peut-être que si. Pourtant il est le mien et je compte bien retrouver les fidèles de Lucifer. Il y a à faire, petite.

Il y a des années encore, tout le monde savait qu'elle adulait Lucifer. Ce n'était plus le cas actuellement mais qui avait besoin de le savoir ? Elle savait à qui elle s'adressait. Et elle savait aussi quels démons elle pouvait éveiller si besoin était.

- Alors ramène ce soi disant joli petit cul dans la partie et arrête de chialer comme une gamine que l'on a privé de sortie. Tu as l'éternité, si tu es assez maline, pour te reposer et te remettre de tes blessures. L'action, c'est maintenant.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Student Witch
Lost my spells book again.
avatar

Meg Masters
Watch this madness burning out the way


Age : Plus d'un siècle
Job : Chasseur
Situation : /
Localisation : Nouvelle Orléans pour le moment
Feat. : Rachel Miner
Copyright : Avatar : Philia / Signature : Vent Parisien
Otherself : La Morrigan.
Date d'inscription : 04/07/2017
Messages : 177
Student WitchLost my spells book again.
MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Lun 2 Oct - 2:58
I love playing with fire ft. Poppaea


Aïe, elle était piquante, et visiblement pas au courant de ce en quoi consistait le sarcasme. La dernière fois qu'elle avait vu quelqu'un d'aussi premier degré, c'était lorsqu'elle tentait encore de ramener l'ange Clarence dans son lit. Ca avait échoué, c'est pour dire combien il ne comprenait rien à ce qu'elle racontait : elle avait toujours été douée pour les sous-entendus malsains et terriblement graveleux. Certains avaient le talent, elle elle avait ça. On faisait avec, ça pouvait même parfois s'avérer distrayant.

«  Donc tu voudrais que je retourne en bas, alors que tu sais pertinemment que ça va finir par exploser ? Non merci, je préférerai mettre les voiles. Qu'on me traite de lâche ou pas, peu m'importe, mais j'aimerai rester entière encore un long long moment. Suffisamment longtemps pour voir les hommes s'entretuer. »

Ah, merde. Son mensonge avait été découvert presque à l'instant où il était sortit de ses lèvres. Meg haussa les épaules. Tant pis, elle avait au moins le mérite d'avoir essayé. Sans doute la démone plus âgée était-elle déjà bien renseignée sur le sujet.

«  Je n'ai pas survécu aux tortures de Crowley en balançant la localisation de Lucifer à tout va. Il fallait bien que je tente le coup, ça ne coûte rien. »

S'il y avait bien une chose, une seule et unique chose qu'on pouvait reconnaître à Meg Masters, c'était qu'elle ne lâchait pas les informations facilement. Elle se cachait peut-être, fuyait parfois, mais restait muette comme une carpe lorsqu'il s'agissait de protéger quoi que ce soit. Crowley était au courant, pour avoir tenté la première fois de lui faire avouer la position des cryptes de Lucifer, et la seconde où se trouvait le Porteur de Lumière. Il avait pu aller se faire cuire les miches, puisqu'actuellement elle n'avait rien dit.
Meg passa sur l'insulte évidente concernant l'éducation qu'elle avait pu recevoir de son mentor. Elle n'était pas venue ici pour jouer à qui aura la plus grosse avec un démon qu'elle n'avait jamais vu et qui se permettait un peu trop de la prendre de haut.
Poppaea. Super, apparemment elle était sensée connaître ce nom. Effectivement, la consonance lui paraissait familière, mais sans doute était-ce parce qu'elle l'avait déjà entendu au détour d'un couloir. En tout cas, c'était la première fois qu'elle la croisait, et même si il semblerait qu'elle doive en être impressionnée, ça n'était pas vraiment le cas.

«  Je sais que tu pourrais aisément me tuer, hein, mais ne dis pas ton nom avec autant d'orgueil. T'es peut-être aussi âgée que l'univers, mais c'est pas pour autant que je vais m'en faire un t-shirt.  »

Le barman leur jeta un regard étrange, interceptant probablement le nom de Lucifer, mais il se contenta de se détourner, sans doute intimidé. Ou effrayé, les deux étaient probables.

«  Je ne peux pas disparaître, ni quitter ce sac de viande. Me régénerer, c'est encore pire et j'ai l'équivalent d'un verre à bière de sang humain dans les veines. J'suis pas vraiment d'une grande utilité, sur ce coup là. Quand j'aurais éliminé, probablement que ça ira mieux, et que je serais d'attaque pour ouvrir les gens en deux par le bas. Bien que, Sweetheart, je ne bosse pas gratuitement.»

Le verre se terminait à nouveau, et elle sut qu'il valait mieux pour elle que ce soit son dernier.

« Mais je t'écoute. Même si je ne suis pas opérationnelle, je me doute que tu n'es pas venue ici sans une idée d'action. Si c'est le cas, je refuse de faire le tour de ce putain de pays en frappant aux portes de tous les démons possibles pour leur demander de rejoindre la cause notre seigneur Lucifer. »

lumos maxima



I confess i am lost

" We were born sick " you heard them say it. My church offers no absolutes, she  tells me 'worship in the bedroom'. I was born sick but I love it. Command me to be well. | ©️ Vent Parisien



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t975-she-s-the-giggle-at-a-funeral-meg-masters http://solemnhour.forumactif.org/t989-carnet-d-adresses-de-meg-masters?highlight=Meg+Masters%2A
Invité
avatar

Invité
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝ Lun 15 Jan - 18:50
I love playing with fire
if i go to hell, i'm taking you down with me

Elle avait été remise les pieds sur "Terre" par Lucifer et si elle n'était toujours pas franchement convaincue, elle avouerait que l'idée que leur père à tous remette de l'ordre en Enfer, était plus qu'intéressante. Alors elle lui avait dit, elle se chargerait de retrouver ses fidèles, du plus grand au plus faible, du plus haut gradé au troufion. Elle n'irait pas jusqu'à emmerder Asmodeus et Ramiel mais elle savait qu'elle pouvait trouver d'autres démons pour se charger de tout ça. Comme elle savait que plus ils seraient à rentrer dans le rang, plus vite tout ceci serait terminé.

Que cela explose en Enfer ou sur Terre, quelle différence, pour toi, hm ? Si cela explose en Enfer, cela se ressentira forcément sur Terre.

Une brèche qui s'ouvrirait, c'était déjà arrivé. Des démons qui s'échappent et mettent un bordel monstre sur Terre. Elle n'allait pas faire de courbettes à la démone pour la remettre dans les rangs non plus, même si la mission n'était pas à chacun pour sa gueule et qu'elle n'allait pas hurler sur tous les toits qu'elle suivait Lucifer et menait une guérilla contre Crowley. Il suffisait d'un mot de travers parfois. Ne me dis pas ton nom avec autant d'orgueil, elle en baillerait. Les jeunes démons, encore et toujours. Elle la laissait déblatérer de la sorte, aurait-elle un portable qu'elle s'en servirait pour jouer comme les humains pendant que la jeune démone racontait sa vie. Elle se contentait juste d'énumérer mentalement les noms de démons qu'elle devrait rencontrer après Meg. Un air de c'est bon, t'as fini ? sur le visage. Lassée, oui. Il y avait rencontres plus palpitantes, plus amusantes. Ressentirait-elle la fatigue qu'elle baillerait réellement.

Il y a des missions plus intéressantes que sonner à chaque porte. Comme trouver les fidèles de ce cher "roi" et faire ce que l'on a à faire. Ou d'autres choses encore si tu étais un peu plus imaginative.

Bon et bien, c'était dit. Encore que cela aurait pu être à double sens. Quel roi ? Lucifer, Crowley ?

Pas besoin de jouer les purificateurs non plus. Emmerder le monde est amusant aussi. Et contrairement à ce qu'il croit, il n'est pas une hydre.

Elle risquerait d'entendre Crowley beuglait de sa pièce si on commençait à couper les têtes de ses fidèles mais cela aurait pu être amusant. Elle ne manquait pas d'idées pour emmerder Crowley. Mais ce n'était pas son rôle non plus que trouver toutes les idées pour l'emmerder et les distribuer, un peu d'imagination, bordel ! Au final, tant que certains agissaient dans le but d'emmerder Crowley et le distraire, cela ne serait pas plus mal. Chacun agit à sa façon. Tant que ça emmerde Crowley et le distraie, l'empêche de faire ce qu'il est sensé faire...
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Watch this madness burning out the way

MessageSujet: Re: I love playing with fire. | ft. Meg Masters ⚝
Revenir en haut Aller en bas
 

I love playing with fire. | ft. Meg Masters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: In the further :: Archives :: Rps & Rps Loterie-
Sauter vers: