Partagez | .
 

 World spins madly on [Annabelle & Matthew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Age : 30 ans
Métier : Chasseuse, hackeuse et femme de lettres
Situation : Libre comme l'air
Localisation : En vadrouille
Feat. : Felicia Day
Copyright : Inconnu
Je suis aussi : Pas de schizophrénie à signaler pour le moment
Date d'inscription : 04/07/2017
Messages : 200

Message Sujet: World spins madly on [Annabelle & Matthew] Mar 5 Sep - 23:06

RP en cours

sujet privé; ft. Annabelle et Matthew Graham

type ❖ temps présent

date ❖ Courant mai 2016

informations spatio-temporelles ❖ Une fête med reconstituée par Matthew, en milieu d'après midi. Le temps semble plutôt clément.

intervention du MJ ❖ nope, merci ! (je crois qu'on est tous bien assez dérangés comme ça... :15: )

Autre ❖ N'hésitez vraiment pas si quoi que ce soit cloche !

©️ HELLOPAINFUL; revisité par SHADOW


World spins madly onAnnabelle & Matthew & Charlie

Grattes ciels, feux tricolores, klaxons, véhiculent filant toujours plus vite sur le goudron chaud. Des passants stressés, pressés, quelques touristes aussi, sûrement. Ceux qui marchaient plus tranquillement, avec des lunettes, une casquette et un sac à dos. Bus, métros. Une symphonie urbaine à la mécanique parfaitement huilée. Chicago n'avait pas changé. Vraiment pas. En théorie, c'était une bonne chose, oui, parce que je n'étais pas dépaysée, parce que je pouvais me repérer facilement et ainsi éviter de me perdre. Mais quand on me connaît, on sait que ce n'est pas une si bonne chose que ça. Parce que mes pensées sont encore plus rebelles que moi ; elles partent dans tout les sens et je n'ai aucun moyen de les contrôler. Quand je me retrouve dans une ville comme ça, que j'arpente à nouveau des rues que j'ai déjà arpenté des centaines de fois, ça part encore plus vite dans ma tête. Je ne peux pas m'empêcher de me souvenir de tout un tas de trucs, de trucs qui font remonter d'autres trucs, etc, etc.

Concrètement, j'avais passé environ deux ans dans cette ville. C'était la première fois que je m'installais réellement quelque part. Et j'y étais bien. J'en étais même venue à avoir mes petites habitudes, à force d'y vivre. De comprendre ce que ça voulait dire de vivre quelque part, d'avoir un chez soi, et tout ce qui va avec. C'était quasi nouveau pour moi, en cavale depuis bien trop longtemps pour que je puisse clairement me rappeler ce que c'était que d'être sédentaire. Pourtant, là, je l'étais quasiment devenue. Je crois qu'avec le temps, je m'étais lassée de courir partout... Même si en soi, c'était chouette – j'avais visité la plupart des états du pays, vu des paysages, rencontré des gens, vécu des expériences inoubliables, tout ce que vous voulez. Ici, j'avais chopé un job stable et bien payé. Je savais même plus trop comment c'était arrivé, mais je l'avais eu et j'y étais bien. Avec le temps, je devenais encore plus douée en informatique – en toute modestie. Donc, plus douée pour cacher mes traces. Donc, moins besoin de partir avec le feu aux fesses parce qu'un quelconque magnat de l'industrie concernée n'avait pas aimé ma dernière petite surprise. A Chicago donc, j'avais pu y rester et y être en sécurité tout en continuant mes activités, sans oublier, qui plus est, le salaire plutôt alléchant allant avec mon emploi. C'était là bien sûr, que tout ce truc de surnaturel et de léviathants avait débarqué dans ma vie pour la faire chavirer une fois de plus. Et j'avais foutu le camp une fois l'affaire terminée, sans y réfléchir à deux fois. Surtout pas. Je n'avais, de toute façon, aucune autre solution.

Est-ce que j'avais des regrets, aujourd'hui ? Franchement, j'avais beau me poser la question... Je n'en savais rien. Mais revenir ici, ça m'obligeait à y repenser. Une part de moi regrettait peut être le semblant de stabilité que j'avais acquis ici, mais avec du recul, je réalisais à quel point j'avais avancé. A quel point j'avais peut être un peu fait la paix avec moi même et trouvé un sens à ma vie nomade. Autre qu'une simple fuite. Malgré les problèmes, les angoisses, toutes les merdes qui m'étaient tombées dessus, j'avais l'impression d'avancer le cœur un peu plus léger, alors que je descendais de la rame de métro. C'est cette pensée qui me fit prendre une grande inspiration, gonflant mes poumons à fond avant de relâcher l'air tout à coup. J'étais pas là pour me prendre la tête, non ? C'était pas le but, vraiment pas. Ok, j'avais profité des ressources d'une métropole comme Chicago pour mes recherches sur la nature démoniaque de mon meilleur ami. Je me promenais actuellement avec un volume de taille assez conséquente, rendant la besace que je trimballais en bandoulière plutôt lourde. On fait avec les moyens du bord, hein.

Au bout de quelques minutes de marche à peine après être sortie du métro, mon environnement change du tout au tout. God, rentrer dans ce genre de fête médiévale me procure toujours ce même petit effet d'émerveillement, alors que je dois en faire environ une par mois. Ok, une tous les deux mois, parfois. Me frayant un chemin à travers la foule, je laisse mon regard traîner tout autour de moi jusqu'à repérer le dos de la personne que je cherche. Je passe par là et je le l'avais juste prévenu par sms que je venais, il faut bien que je dise bonjour, non ?

Ce n'est que lorsque je m'approche de Matthew que je remarque un autre dos familier juste à côté du sien ; celui d'Annabelle. Je fronce les sourcils, et beugue un instant. Mon amie chasseuse à côté de mon ami geek. Et... Oh, shit. Ils ont le même nom de famille. Est-ce que... shit, j'ai vraiment raté un truc. Mais bon, bien sûr, cette réalisation ne me frappe que trop tard, alors que je viens de me glisser face à eux.

« Et coucou ! Miss me, bitches ? » lançais-je en soutenant d'une main le sac abritant le bouquin.

©️ 2981 12289 0




My heart shattered apart with your sanity, but I won't leave The stars have scattered across a haunted galaxy, please, Hold on through Heaven and Hell, hold onto each other (lawless - diminuendo) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://solemnhour.forumactif.org/t976-charlie-what-s-up-bitches#12041 http://solemnhour.forumactif.org/t984-carnet-d-adresses-de-charlie-bradbury-people-are-strange
avatar

Age : 40 ans
Métier : professeur d'Histoire
Situation : célibataire
Localisation : Chicago
Feat. : Hugh Dancy
Copyright : Gif Huntrress, avatar Byme
Je suis aussi : Lucifer et Heather
Date d'inscription : 13/06/2016
Messages : 145

Message Sujet: Re: World spins madly on [Annabelle & Matthew] Mar 12 Sep - 12:25

World spins madly on


Ft Charlie & Annabelle






La pelouse du Washington Park était couverte de tentes de toile blanche et multicolores bordant un petit sentier de promenade où couraient habituellement des joggers, éventuellement accompagnés de leurs chiens. Mais pas aujourd'hui. Enfin... Il y avait bien des chiens, oui, mais pas des petits toutous à sa mémère trimballés dans des sacs à mains et dont les muscles se sont atrophiés par manque d'exercice physique, non, ici, en ce jour, ce sont plutôt les lévriers irlandais qui règnent en maître. Eux et leurs impressionnants collègues mastiffs, agrémentés de quelques chiens-loups tchèques... Le tout sans manteau couleurs plaids ou rose bonbon, quand ce n'est pas les deux à la fois. Et les types qui font leur jogging sont bien souvent vêtus de cottes de maille ou d'armures de plate, quand ce ne sont pas des lamellaires de cuir. Ici et là un kilt qui se soulève quand un coup de vent se met à souffler. De quoi étonner les habitants de Chicago et leur faire se demander où ils se trouvent. Ou plutôt, quand. Non pas que la moyenne américaine soit fort au courant de la chronologie européenne ou des siècles séparant les vikings de la cour d'Elizabeth I, mais il y a au moins une ambiance rétro. Et ça a l'air de plaire, puisque pas mal de monde circule, curieux des différents ateliers ou spectacles proposés.

Et moi, que fais-je là, me demanderez vous. Eh bien, je profite d'un week-end off, sans chasse ni Styne ni quoi que ce soit d'autre pour gâcher ma journée. Une tentative de retour à Chicago, après les incidents du 1er avril (quelle blague!), pour voir si les sorciers les plus puissants du pays sont toujours sur mes traces ou pas. J'avais demandé à Annabelle de déménager, de laisser la maison vide et de se trouver un endroit en sécurité, mais je n'avais plus eu de nouvelles d'elle depuis un bon moment. Je savais juste qu'elle avait décidé de rester sur place alors que c'était loin d'être prudent. Et aujourd'hui, nous nous retrouvons depuis plus d'un mois. La foule aidera à cacher ma présence, du moins je l'espère. C'est aussi la raison pour laquelle je ne suis pas en tenue de gentilhomme en ce jour, comme je l'aurais fait à mon habitude (les entrées sont moins chères en costume et c'est bien plus agréable à porter que les vêtements modernes, soyons francs!). Non, jeans, chemise à carreaux bleus, un sac à dos sur l'épaule, le type même du touriste qui n'a jamais mis les pieds dans cet environnement. J'ai même poussé le vice jusqu'à mettre des chaussures de ville au lieu de chaussures de sport plus confortables et pratiques pour arpenter les chemins ombragés.

Et me voilà donc à attendre Anna près de l'entrée, Charlie devant me rejoindre plus tard. Eh bien oui, j'aime optimiser mes journées. D'autant que je ne sais pas de combien de temps je vais disposer avant de peut-être devoir disparaître à nouveau de la circulation. Une journée ! Une seule ! Un seul après-midi ! C'est tout ce que je demande. Je doute que Dieu écoute, mais à défaut il y a peut-être un autre dieu dans le coin... Non, pas certain que ce soit une bonne chose, ça.

Des arômes de viande grillée, de pain en train de cuire et de crêpes viennent chatouiller mes narines alors que je patiente juste derrière la dame préposée aux tickets. Au bout de quelques minutes (où je commence déjà à paniquer, en me demandant si elle va bien, s'il ne s'est rien produit et si elle est toujours en vie, je la vois arriver, en un seul morceau. Je pousse un soupir de soulagement et mes épaules se relaxent. Ouf ! Un léger sourire, timide, l'accueille alors qu'elle paie et récupère son entrée. « Annabelle ! Ca fait du bien de te voir ! » Je lui dirais bien que je me suis inquiété, mais elle me répondrait que je me fais du mauvais sang pour rien. Un pas dans sa direction, et je m'arrête, ne sachant pas trop comment m'y prendre. Un hug ? Un bisous sur la joue, un petit coup de poing dans l'épaule ? Je suis néanmoins sûr d'une chose : qu'importe ce que je tente, Anna aura eu une des autres options en tête. J'avoue être impatient de savoir ce qu'elle a pu trafiquer pendant ce mois écoulé, alors que je l'avais prévenue de se planquer. Mais c'est bien elle, ça : aucune prudence! Malgré notre profession, elle continue à garder sa foi en la race humaine et une partie de son innocence, je l'admire pour ça, en même temps que je sais qu'elle me filera des cheveux blancs, s'il m'en reste assez pour me les arracher...

« Comment vas-tu ? » Mon regard scanne la foule, à la recherche d'ennemis potentiels qui auraient pu la suivre. Je ne connais pas tous les Styne, mais au moins quelques-uns. Et puis, je me souviens aussi du visage de deux ou trois gorilles présents à la soirée. C'est mieux que rien, même si ce n'est pas suffisant pour me mettre à l'aise. Je prends Anna par le coude et l'entraîne vers la fête, dans une allée bordée de marchands de nourriture en tous genres. J'ai à peine le temps d'entendre sa réponse, qu'un « Et coucou ! Miss me, bitches ? » résonne derrière nous. Charlie ? Déjà ?! Je pensais que nous avions rendez-vous dans une heure... Je regarde ma montre, et me maudis intérieurement. J'ai oublié de changer l'heure quand j'ai franchi le fuseau horaire pour rentrer à Chicago. Bon. Euh. Ah oui. Sourire. Je lui adresse un sourire chaleureux et la laisse s'approcher. « Comment va ma hackeuse préférée ? Tu ne t'es pas encore fait prendre ? » Je ne me souviens plus de son dernier projet, à vrai dire j'avais eu d'autres choses à penser qu'à l'informatique ces dernières semaines. Je me tourne vers Anna, « Et voici ma soeur, Annabelle... Annabelle, voici Charlie. Euh. Je vous offre un verre, ou bien vous voulez visiter d'abord ? »


Code by Joy


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

World spins madly on [Annabelle & Matthew]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bliss ›› when the whole world spins without you
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Solemn Hour :: united states of america :: The Midwest :: Chicago-